Archives Mensuelles: juillet 2012

Comment embrasser sensuellement une femme

Par défaut

Messieurs, savez-vous que, pour bien des femmes, ce sont vos talents d’ « embrasseur » qui la poussent à vouloir – ou pas – aller plus loin avec vous ?  Beaucoup de femmes, en effet, extrapolent à partir de votre façon d’embrasser, si vous serez bon au lit ou pas… et en tirent les conclusions qui s’imposent …

Bien embrasser est donc un outils hyper-méga-utile – 😉 – si vous voulez arriver à vos fins ! Souvenez-vous que je sais de quoi je parle, étant une femme.

Le baiser est une pratique typiquement humaine – tout comme le raffinement en amour, du reste… Nous ne sommes pas des bêtes !  Pour ceux que ces considérations laisseraient insensibles, souvenez-vous que bien embrasser multiplie par 10 (au moins) vos chances de « conclure » !

Et puis, pourquoi se précipiter sur une femme comme la faim sur le monde, alors qu’on peut faire durer le plaisir ? … Plaisir qui sera mutuel, d’ailleurs ; à moins d’être désensibilisé, vous en profiterez aussi.

En outre, c’est bon pour la santé ! Un (bon) baiser stimule le métabolisme (donc, favorise la perte de poids), le cerveau et l’immunité, apaise le stress, l’anxiété et la douleur (production d’endorphines), équilibre l’activité cardiaque, lutte contre les rides en faisant travailler 30 groupes de muscles, fait baisser le taux de cholestérol et la pression sanguine, …

Alors, il est peut-être temps de quitter vos façons de pithécanthrope et de raffiner votre technique…

Voici comment pratiquer cet art (car il s’agit bien d’un art) en maître :

– Approchez tendrement votre visage du sien,  respirez-la (oui ; un peu comme les Esquimaux), frôlez de vos lèvres – totalement relaxées à ce stade ! – diverses parties de son visage (tempes, yeux, oreille, cou) – vous pouvez même y poser de petits bisous tendres, puis approchez-vous des lèvres ..  Rien que ceci, déjà, vous distingue de la majorité de vos rivaux et vous donne un grand avantage sur eux …

Donc, ce baiser, faites-le-lui désirer ; faites-la panteler d’envie que vous l’embrassiez !

– une fois là, frôlez (ou « brossez »)  doucement vos lèvres – totalement relaxées (ne les froncez pas encore – pas de « bec de canard » !) – sur les siennes,

– Puis, très lentement, entr’ouvrez les lèvres – j’ai bien dit « entr’ouvrir » et pas « ouvrir » !*  …  Ce n’est qu’à ce moment ; lorsque vos 2 bouches sont bien « arrimées » l’une à l’autre, que vous pouvez « tendre » un peu vos lèvres,

– la langue peut alors entrer en action – mais attention : ne la lui enfoncez pas à fond comme un brutal ! N’oubliez pas qu’elle en tire des conclusions sur comment la rencontre amoureuse risque de se passer …  Inutile de vous dire le mauvais effet que cela aurait !

La langue est, à ce moment, relaxée ; que ce soit très progressif ; toujours doux, tendre, sensuel.. Ne soyez pas la « tache » qui lui fourre un gros  morceau dans la bouche et couvre de bave la moitié de son visage ! Croyez-en mon expérience ; cette façon indélicate et primaire de traiter le baiser (et elle-même), lui donnera une pauvre idée de vos talents amoureux, et guère d’envie d’aller plus loin avec vous !

Que vos maîtres-mots soient ici ; tendresse, douceur et lenteur … Donc, que votre langue s’adapte et réagisse à sa langue à elle et à ses réactions corporelles ; molle si la sienne l’est, par exemple.

De cette pratique sensuelle, artistique et maîtrisée, votre partenaire tirera des conclusions flatteuses sur votre compétence au lit – sans compter que ça lui en donnera l’envie – surtout si vous pensez alors à l’accompagner de douces caresses !

Bien sûr (vous vous en doutez), il y a une progression : la bouche est en effet très sensible et richement innervée – bref, vous le savez, c’est une zone érogène de base !

Bien que l’on puisse s’embrasser par amour ou affection, sans que cela mène à autre chose, les baisers sont le prélude nécessaire à toute séance amoureuse, qu’ils précèdent et accompagnent…

– bougez votre langue autour de la sienne comme si vous vouliez écrire (non avec la pointe de la langue !) les 5 premières lettres de l’alphabet …

– à partir de là, il suffit d’adapter toujours votre pratique à ce qu’elle vous envoie – c’est un jeu de ping-pong, comme une conversation …D’ailleurs, c’est une conversation, et très intime, même, mais sans paroles – c’est encore mieux !

– c’est ici que cela devient plus chaud, plus intense ; alors, laissez-vous aller… Souvenez-vous seulement de ne pas serrer trop les lèvres – « dégustez » votre partenaire comme vous feriez d’une crème glacée bien crémeuse …

Remarque : faites attention à votre haleine !  Celle-ci est toujours un peu « bizarre », vu que c’est l’odeur de nos organes internes.

Voici quelques trucs pour contrer une mauvaise haleine (qui mettrait vos chances en péril) :

– le plus évident : lavez vos dents régulièrement, et prenez soin d’ôter (au fil dentaire) TOUS les restes de nourriture coincés entre les dents après chaque repas (je vous jure qu’il y en a toujours, même si on ne les sent pas), et qui y pourrissent,

– juste après, rincez-vous la bouche avec de l’eau contenant du bicarbonate de soude,

– Buvez du lait fermenté (en plus, ça rajeunit et adoucit la peau et ça fait maigrir !),

– mangez de la chlorophylle : les légumes verts, la menthe, le persil, … en contiennent,

– mâchez des graines de cardamome, ou un petit morceau de gingembre,

– hydratez-vous : faites circuler une gorgée d’eau quelques secondes partout dans votre bouche, ou mâchez un bonbon ou un chewing gum,

– mangez du pain (ou des féculents) la veille ; sinon, leur manque produit des cétones, donnant mauvaise haleine,

– Enfin, si vous avez continuellement mauvaise haleine, consultez ; c’est peut-être le signe d’une maladie.

* le déchaînement total, bouche ouverte, n’est permis qu’en plein acte sexuel.

Publicités

Les sites de rencontre : bon plan ou galère ?

Par défaut

Comme tout autre moyen de faire des rencontres, les contacts virtuels ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Les avantages :

Ca fait gagner beaucoup de temps ; en effet, sur un site, on repère immédiatement ceux qui ont environ le même âge, la même situation, intérêts ou croyances que nous, et, dans ceux(celles)-là, grâce aux photos, ceux qui nous plaisent ou ceux qui n’ont aucune chance.

A partir de là, peuvent se créer des relations solides et des mariages, même entre personnes de différents pays ; la preuve, un mariage américain sur 8 est formé de gens qui se sont rencontrés sur le Net.

En chattant avec quelqu’un, on en vient assez vite à percevoir son caractère et ses centres d’intérêt, ses réactions, et si ses intentions ont l’air sérieuses ou pas. Mais il faut d’abord bien se connaître soi-même, ses besoins, ses goûts et dégoûts avant de rechercher quelqu’un – ce quelqu’un doit alors être une personne qui voit la vie dans la même optique et qui est sincère…

Les inconvénients :

Ce moyen de faire connaissance suppose un certain niveau d’intelligence, et d’aptitude à écrire – sinon, l’autre ne comprendra rien, et la communication sera très compliquée.

Beaucoup n’ont aucune intention sérieuse et se contentent de « picorer » ici et là, en abandonnant sans remords ceux(celles) avec qui il était en relation et qui attendaient que la relation s’approfondisse.

Ces êtres cyniques et immoraux se fichent des sentiments d’autrui et sont insensibles aux souffrances qu’ils causent – même parfois, s’ils ont une revanche à prendre ils le font exprès ! (c’est bête parce que ce mode de compensation destructeur les prive de bien des joies !).

La plupart des gens qui chattent sur les sites de rencontre sont hélas « accros » à l’excitant petit « flirt » du début, à la drogue que constitue le fait d’être apprécié et désiré… Ils adorent la griserie du sentiment amoureux et non vraiment l’autre personne.

C’est pour cela que l’on peut dire que les rencontres qu’on fait sur le Net tiennent souvent du fantasme, de l’illusion : le lien à l’autre personne repose sur des sentiments égoïstes, où l’on voit l’autre via le filtre de nos désirs, et non tel qu’il(elle) est vraiment.

Ces rencontres sont donc superficielles ; une forte attirance physique peut disparaître soudainement – en outre, les photos sont trompeuses … L’amour vrai, par contre, est stable, fiable, inconditionnel ; il n’est pas basé sur la simple apparence ou attirance, ni sur un manque (une faim d’amour ou de sexe) – ce sont 2 êtres complets, qui se choisissent librement ; aimer ou être aimé ne les définit pas ; ils ont une vie bien à eux.

Et puis, même quand on trouve un(e) partenaire valable, les sites de rencontre nourrissent l’espoir qu’on pourrait trouver mieux – c’est ainsi qu’on laisse souvent passer l’amour vrai pour poursuivre des chimères !

Conclusion : si vous tenez à utiliser le net pour faire des rencontres, considérez-le comme un simple moyen de trouver et contacter celui (ou celle) avec qui avoir une vraie relation.

Patti Stanger (la fameuse « Millionaires Matchmaker ») trouve pathétique ces hommes qui continuent toute leur vie à poursuivre cette chimère : la femme parfaite, et sont toujours célibataires à 70 ans !

Pour l’écrivaine Pearl Buck, « l’important, c’est que la femme soit jolie, et que l’homme soit bon »- et pour être bon, le signe et la solution de ceci, c’est un effort journalier pour s’améliorer  (demandez-le-lui discrètement).

Au début, ne pensez qu’à l’amusement et au bien-être ressenti lorsque vous êtes avec l’autre (suivez toujours votre instinct et votre ressenti), mais au fil du temps, si vous vous sentez bien avec lui(elle) et qu’aucun signal d’alarme ne s’est manifesté, vous penserez à un éventuel avenir avec cette personne.

A ce moment, questionnez l’autre sur ses goûts et habitudes, et faites-lui choisir 2 couleurs favorites et une qu’il (elle) n’aime pas – puis regardez les conclusions dans l’article “couleurs” (encore à paraître).  Ainsi, vous cernerez mieux sa personnalité et celle du (de la) partenaire qui lui convient.

Car, en fait, passé la 1ère impression (basée sur le physique), on choisit de rester avec ceux qui nous correspondent et (à moins d’avoir eu une enfance malheureuse) ceux qui nous font sentir bien – et ça, c’est basé sur leur être profond.

Femmes : n’oubliez pas que les sites de rencontre sont des « écoles » de séduction pour certains hommes ; ils y entraînent leurs « compétences » en ce domaine…

Les hommes ont toujours un plan – qui est généralement bien au point ; ils s’en font une idée assez jeunes (en parlent ou se renseignent sur l’art de séduire, etc) et au fil du temps ils le testent sur leurs différentes conquêtes.

Puis ils rejettent ce qui va pas et gardent ce qui marche… – ensuite, ils l’appliquent dans chaque rencontre, s’améliorant de plus en plus…Les femmes, elles, ont bien  parfois une idée fixe, mais pas de plan – erreur fatale !

Il faut se dire que c’est nous qui devons mener la barque (c’est, dans toutes les espèces, la femelle qui décide du choix de son mâle) et fixer le rythme – dans le but de protéger en secret, pour son bien et le vôtre, la relation ; c-à-d y mettre un « ralentisseur » – sinon, il se lassera de vous !

C’est la femme qui doit calmer le jeu, car eux suivent leur … – hum ! leurs « envies », allons-nous dire, et … après nous le déluge !  Eux sont inconséquents, ils ne pensent pas une seconde qu’ils risquent de se lasser et que ça vous blessera – donc, c’est à vous d’être prévoyante !

Et le danger, c’est qu’ils sont extrêmement crédibles pour une simple raison ; ils se laissent emporter par leurs feelings et croient eux-mêmes à ce qu’ils racontent (aveuglés par le désir ou la volonté  de briser leur solitude).

Regardez les animaux : le mâle doit faire des choses  pénibles ou dangereuses (chant hyper joli, ou nid, ou se battre,…) pour l’emporter sur ses rivaux et pouvoir acquérir la femelle de leurs rêves… Il n’en va pas autrement pour nous ; vous ne pouvez vous permettre  (surtout si vous visez le mariage et les enfants) de choisir un bon-à-rien qui vous fera souffrir d’une quelconque façon…

« La femme est l’arène dans laquelle les hommes toréent leurs problèmes », dit un proverbe.

Alors, prudence : Dans le pire des cas, son plan est de vous couper en morceaux ! Donc gardez la tête froide et les pieds sur terre ! Vous pourrez vous permettre de décoller vers le ciel bleu de la félicité amoureuse plus tard, quand il aura fait ses preuves et se sera engagé envers vous !

Soyez prudente, ne donnez pas d’infos personnelles (adresse, téléphone, ..) – du moins, pas au départ.

La rencontre « en vrai » :

Si le feeling était bon en ligne, vous pouvez envisager une rencontre – mais si vous êtes une femme, restez prudente ; voyez-vous dans un endroit public (café, par ex), prévoyez votre propre moyen de transport et informez un proche de ce rendez-vous (où vous serez et avec qui).

Pour la suite, souvenez-vous de ce que je vous ai dit dans l’article « de la femme comme un jardin » ; votre jardin est précieux…N’y laissez entrer qu’un bon jardinier, pas un barbare !

Signaux d’alerte : ces signes doivent vous faire fuir :

Une communication indirecte ou confuse peut indiquer un être souffrant de confusion mentale ou une « sangsue » (manipulateur), qui s’en sert comme d’un écran de fumée … Ceux-ci sont des maîtres de l’apparence ; ils excellent à se faire passer pour gentils, normaux et marrants. L’inconséquence surtout doit vous faire fuir, car elle est toujours le signe d’une personne à problèmes ; donc, évitez ceux qui, à un moment, sont chaleureux, et se montrent froids à d’autres, qui ne cessent de changer d’avis quant à l’idée de sortir ou non avec vous, ou nient avoir dit ou fait quelque chose que vous les avez vus ou entendus dire ou faire.

Stressé(e) déprimé(e), douleurs chroniques ? Pratiquez la pleine conscience !

Par défaut

Qu’est-ce en fait que cette « pleine conscience » ? Tout simplement l’énergie de la conscience ; il s’agit d’entrer en contact avec l’éprouvé vital du moment présent, de pouvoir apprécier la beauté et l’émerveillement de chaque moment de la vie.

On peut apprendre à l’être durant toutes nos acrivités – entre autres le sport ; d’où l’utilité des exercices suivants, qui nous reconnectent à notre corps et au moment présent.

Selon le maître vietnamien Thich Nhat Hanh, lorsque nous calmons notre corps et nos émotions, nous nous réparons et répandons la paix autour de nous. Et, comme dit dans le titre de l’article, cela aide en cas de stress, de déprime, de douleurs chroniques.

Attention : comme pour d’autres pratiques, la clé est dans la régularité ; il faut idéalement faire ces exercices 1 à 2 fois/jour (ou au moins 3 fois/semaine) pour qu’un résultat se dessine (après 3-4 semaines) – heureusement, c’est facile à faire et ça n’exige que quelques minutes de notre temps.

Pour nous, Occidentaux, ce genre de méthode active, est plus accessible qu’une méthode plus « contemplative » comme la méditation.

exercices :

1er mouvement :

Debout, tout en inspirant, levez lentement les bras devant vous (comme un fantôme), paumes vers le bas, jusqu’à hauteur des épaules. Vous profitez de votre inspir et du mouvement. Abaissez les bras en expirant et en souriant. (4 fois)

2ème  mouvement :

Même mouvement, sauf que les paumes sont l’une face à l’autre et qu’il faut lever les bras jusque tout en haut (aussi haut que possible). (4 fois)

3ème mouvement

Bras écartés, bouts des doigts posés sur chaque épaule, détacher lentement les mains des épaules vers l’extérieur (latéralement) jusqu’à les déplier complètement, puis ramener les mains aux épaules (4 fois).

4ème mouvement

Les bras dessinent un grand cercle autour de nous, de haut en bas, les paumes se rejoignent devant le pubis et les mains remontent ainsi jointes jusqu’à hauteur du nombril, puis redescendent et se ré-écartent, les bras remontent jusqu’en haut, les paumes s’y joignent et redescendent, jointes, devant le corps – devant le pubis, elles s’arrêtent et repartent en arrière. On respire durant les mouvements remontants et « écartants », et l’on expire aux mouvements descendants et jointifs. (4 fois)

5ème  mouvement

Jambes tendues et légèrement écartées, se pencher vers le sol en soufflant – les bras (tendus) touchant presque le sol, et, en inspirant, on les remonte jusque tout en haut (4 fois).

Vous pouvez aussi pratiquer cette relaxation corps-esprit (aussi 1 à 2 x/jour) :

La nature a prévu pour nous, toutes les 90 minutes environ, une période de repos ; on se met à rêvasser. La plupart des gens luttent contre cette tendance naturelle – mais si c’est possible, vivez ce moment de repos ; il boostera votre santé et remontera votre niveau de joie et d’énergie. Voici comment se relaxer au mieux durant 5 minutes : (relaxation dirigée – à déclamer lentement) :

Installez-vous confortablement et au calme – fermez les yeux. Relaxez les muscles autour des yeux, puis ceux autour de la bouche. Puis, les épaules et la poitrine, et les muscles autour du ventre – confortablement conscient de ceci. Vos jambes se relaxent, vous êtes confortablement conscient de vos pieds – leur poids, leur chaleur, leur forme. Confortablement conscient de vos épaules relaxées et de vos bras, vos mains, vos doigts relaxés.

Lorsque vous êtes confortablement relaxé, souvenez-vous de temps  où vous vous sentiez super-bien et relaxé, comme des vacances ; remontez vers ce moment, comme si vous y étiez : voyez ce que vous voyiez, entendez ce que vous entendiez, et ressentez comme vous vous y sentiez bien. De riches couleurs, des sons pleins, de fortes sensations, vous sentez un grand réconfort et relaxation : laissez-la vous submerger.

Quand vous le sentez, revenez doucement à la conscience d’éveil… vous vous sentez relaxé, rafraîchi, plein de confiance en vous. Oui, revenez ! Là, c’est le moment : revenez et ouvrez les yeux.. et là, vous pouvez vous lever, vous sentant si frais et dispos. Voilà !

Vous pouvez même approfondir encore votre relaxation en utilisant des sons apaisants (bruit de la mer, chant d’oiseaux, …) et en diffusant une huile essentielle (orange ou lavande)

Sagesse amérindienne

Par défaut

J’aime ce texte (trouvé sur paganguild.org) – alors, je vous l’envoie, dans l’espoir qu’il vous éclaire et vous inspire…

Je ne m’intéresse pas à la façon dont tu gagnes ta vie,

Je veux savoir à quoi tu aspires,

Et si tu oses rêver de réaliser le désir ardent de ton coeur.

 Je ne m’intéresse pas à ton âge.

Je veux savoir, si pour la quête de l’amour et de tes rêves,

Pour l’aventure de te sentir vivre,

Tu prendras le risque d’être considéré comme fou.

 Je ne m’intéresse pas aux astres qui croisent ta lune.

Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre souffrance,

Si les trahisons vécues t’ont ouvert,

Ou si tu t’es fané et renfermé par craintes de blessures ultérieures.

 Je veux savoir si tu peux vivre avec la douleur, la tienne ou la mienne,

Sans t’agiter pour la cacher, l’amoindrir ou la fixer.

 Je veux savoir si tu peux vivre avec la joie, la tienne ou la mienne,

Si tu oses danser, envahi par l’extase jusqu’au bout des doigts et des orteils

Sans être prudent ou réaliste et sans te souvenir des conventions du genre humain.

 Je ne m’intéresse pas à la véracité de l’histoire que tu racontes.

Je veux savoir si tu es capable de décevoir quelqu’un pour rester fidèle à toi-même,

Si tu supportes l’accusation d’une trahison, sans pour autant devenir infidèle à ton âme.

 Je veux savoir si tu sais faire confiance, et si tu es digne de confiance.

Je veux savoir si tu peux voir la beauté, même lors des jours sombres

Et si tu peux trouver la source de ta vie dans la présence de cette beauté.

 Je veux savoir si tu peux vivre avec l’échec, le tien ou le mien,

Et malgré cela rester debout au bord du lac

Et crier: « Oui ! » au disque argenté de la lune.

 Je ne m’intéresse pas à l’endroit où tu vis ni à la quantité d’argent que tu as.

Je veux savoir si après une nuit de chagrin et de désespoir,

Tu peux te lever et faire ce qui est nécessaire pour les enfants.

 Je ne m’intéresse pas à ce que tu es, ni comment tu es arrivé ici.

Je veux savoir si tu peux rester au centre du feu avec moi, sans reculer.

 Je ne m’intéresse pas à ce que tu as étudié, ni où, ni avec qui.

Je veux savoir ce qui te soutient à l’intérieur, lorsque tout le reste s’écroule.

 Je veux savoir si tu peux être seul avec toi-même,

Et si tu aimes véritablement la compagnie de tes moments vides. »

 (chef Oriah Mountain Dreamer)

Utiliser la loi d’attraction pour réussir dans la vie

Par défaut

Tout ce qui compose notre vie actuelle (relations, état de santé, possessions, statut, …) est l’effet de la loi d’attraction – d’une façon ou d’une autre, on l’a attiré dans notre vie, inconsciemment, le plus souvent – ce qui fait qu’on n’en est pas contents !

Ce sont les choses matérielles qui se sont formées (durcies, solidifiées, comme toute matière est de l’énergie gelée et ralentie), en réaction à vos pensées et sentiments. Même votre niveau de bonheur dans la vie, est dû à l’histoire que vous vous racontez sur vous et le monde.

Donc, il faut, si vous voulez améliorer votre vie, commencer par modifier cette histoire !

Si, bien qu’ayant suivi les bons conseils de gens “bien informés”  (parents, enseignants, …), ayant été bien sage, fait tout ce qu’il fallait et contacté qui il fallait, vous avez toujours une vie de crotte, dites-vous que vous allez cesser de faire le bon toutou, et devenir un être humain, un vrai !

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, et eux ne sont pas vous !

Du reste, LEUR vie est-elle si fameuse que ça ? Et ceux qui ONT une vie géniale, ont-ils suivi ces règles-là ? Sont-ils plus intelligents que vous ? Ont-ils fait de longues études ? Non ? Mais alors, qu’est-ce qu’ils ont de plus que vous, qui fait qu’ils ont obtenu une telle vie de rêve ?

Posez-vous ces questions, songez-y, cherchez les réponses, …C’est la 1ère étape vers un changement pour le mieux…

Vous avez donné votre maximum et fait de votre mieux, mais il semble que ce ne soit pas suffisant, car ça ne vous a mené à rien… Devez-vous en déduire que vous êtes un raté ou un bon à rien ?

Ici, attention : ne tombez pas dans divers pièges évidents : vous sentir pauvre et misérable, ou envier les gens à succès, ou encore dénigrer les riches : ces croyances, pensées ou sentiments ne feront que vous attirer plus de malheur et de misère !

Ne commencez pas non plus à imaginer ou à croire à des cabales contre vous ou à des conspirations. Même si vous aviez raison (et ce n’est presque jamais le cas), cette façon de penser (donc, d’agir) ne nuira qu’à vous, et nullement aux perpétrateurs…

Sachez que votre état n’est pas dû à tout ceci, mais à votre mentalité. Il vous suffit de la changer, pour voir votre vie changer… Ca ne vous coûte rien d’essayer, puisque, même si je vous racontais des salades (et je vous assure que ce n’est pas le cas), au moins, vous vous sentiriez déjà beaucoup mieux, même si votre situation restait la même.

Mais, avec une autre mentalité, votre existence s’améliorera, c’est certain. Oui, vous POUVEZ influencer votre vie, la modeler dans le sens de ce que vous désirez.

Mais évidemment, pour cela, vous devez cesser de regarder les émissions qui distribuent la sinistrose à la louche (ou même à la petite cuillère !) ou d’écouter vos proches (amis, famille, collègues, voisins) qui veulent vous entraîner dans une discussion sur les horreurs de l’actualité, ou la terreur de la conjoncture actuelle !  Prenez du recul avec toutes ces choses-là, qui vous engluent dans une vie médiocre.

Sinon, vos émotions resteront négatives, vous ne croirez pas que vous avez un quelconque pouvoir (commencez-vous, là, à comprendre le but des journaux télévisés ?)(non, ce n’est pas une théorie du complot !)… Et si vous ne le croyez pas, comment vous motiver à agir en ce sens ? Et comment attirer de bonnes choses dans votre vie ? C’est impossible !

Donc, vive la positivité ; dites-vous : “à partir de maintenant, tu vas cesser de te lamenter et de t’aigrir, mon bonhomme” – ou “ma cocotte” – et faites-le !

Une fois cette décision prise, une fois monté au-dessus de la conjoncture et de votre vie «au ras du sol », semblable à l’âne avec ses œillères, réfléchissez à ce que vous voulez de la vie.  Connectez-vous au pouvoirs et lois de notre univers ; réveillez ce savoir sur votre but, vos talents particuliers.

Lisez l’article précédent (« un plan en béton pour réussir dans la vie ») et suivez-en le mode d’emploi.

Annoncez à l’univers votre demande, puis lâchez prise, dans la sûreté que votre intention a déjà fait bouger les choses, et qu’elles vont se mettre à arriver – évitez absolument l’attente anxieuse et angoissée, qui aurait l’effet inverse !

Soyez confiant que ça va venir, que, petit à petit, votre vie cessera d’être aussi étriquée et basse, que bientôt, votre vie vous apportera plus de joies et de réussite.

Ayez confiance… Si de vilaines pensées négatives surgissent, dites-vous que si cet espace-temps a pu vous inspirer ce désir, c’est qu’il peut (et veut) vous en fournir la manifestation concrète…

Méthode d’affirmations de réussite

Par défaut

Chaque jour, durant 21 jours, le plus souvent possible dans la journée, lisez à haute voix, 3 fois, toutes ces affirmations. Vous pouvez écrire l’équivalent des affirmations dans vos propres mots ; chacun de nous a des buts, attentes et ambitions  différents…Demandez simplement, croyez que vous l’obtiendrez, visualisez votre désir, ayez confiance et vous l’aurez…

Ca semble trop beau pour être vrai, mais ça marche – mais vous aurez très dur à « tenir » 21 jours de suite, car il ne faut pas passer une seule journée !
Attention : du 8ème au 13ème jour, vous aurez tendance à douter de l’efficacité de la méthode et à laisser tomber. Si vous oubliez une journée, RECOMMENCEZ. Faites ce programme durant 21 jours ; ça changera votre vie.
1- l’Esprit en moi trouve pour moi, l’énergie et les actes me permettant de réaliser ce que je veux maintenant.
2-Je suis calme, détendu(e), serein(e), décontracté(e) et en pleine possession de tous mes moyens.
3-Je suis totalement en contrôle de moi-même en toutes circonstances et en toutes situations.
4-Je prends sagement les bonnes décisions pour moi-même, ma famille et les personnes que j’aime.
5- Je suis énergique, dynamique et efficace. Chaque jour, je trouve moyen de faire plus et mieux.
6- Je trouve les mots, gestes et actions qui me permettent de convaincre à fond tous mes interlocuteurs.
7-Je fais confiance à la Vie et elle m’apporte beaucoup.
8.- Je suis privilégié(e ) et protégé(e) par le Destin.
9-La Providence divine est sur moi, me soutient et m’offre une part des richesses de la vie.
10.- Je suis heureux(se), de bonne humeur,aimable, souriant(e) et j’aide les autres à le devenir. Je suis le Bonheur.
11.-Je partage et répands autour de moi tout le Bien que je peux.
12.- Je remercie la Force qui m’accompagne et me guide, elle qui me permet d’obtenir tout ce que je demande.

Le plan en béton pour réussir dans la vie !

Par défaut

Si au lieu de penser à l’argent que vous pourriez tirer d’une chose, vous pensiez à combler un besoin ou réparer un souci de vos concitoyens, vous n’auriez plus besoin, ensuite, de penser à l’argent du tout, car il viendrait à vous de lui-même !

J’aime ce qu’en dit Dale Carnegie ; il raconte qu’il a pour loisir la pêche à la ligne, et, qu’au moment de choisir quoi mettre pour appâter un poisson et le pousser à mordre, il se dit que lui-même raffole des fraises à la crème mais que, pour une raison étrange, les poissons raffolent des asticots – alors, pour attraper des poissons, il accroche des asticots à sa ligne, et non des fraises !

Le célèbre Bob Proctor, lui,  dit qu’il ne faut jamais envisager de travailler pour gagner de l’argent, mais penser à fournir un service.  Vous pouvez fournir un meilleur service, si vous y pensez – mais il faut vraiment bien y réfléchir.

Tout d’abord, il faut se demander ce qu’on adore faire – car c’est à cela qu’on passera ses journées, ensuite – en faisant ceci, on découvre notre mission de vie – car on ne réussit pas (ou pas longtemps, ou pas de façon épanouissante) en exécutant un métier juste pour l’argent ; pour qu’il nous porte et nous emplisse de joie, il faut qu’il se fonde sur quelque chose qui nous dépasse, une cause profitable aux autres ou à notre planète.

Puis, on détermine combien on a besoin ou envie de gagner pour vivre la vie qui nous convient. L’argent ne sert qu’à 2 choses :

1. pour pouvoir mener une vie confortable,

2. pour pouvoir étendre le bien qu’on fait autour de nous.

Et tout l’argent du monde est disponible pour nous ; en fait, le montant de nos gains dépend alors d’une seule loi immuable : le rapport entre le besoin qu’ont les gens de ce que vous proposez, votre compétence en ce domaine, et la difficulté de le remplacer ou de vous remplacer (de trouver un équivalent).

On dit communément que, si vous voulez maîtriser n’importe quelle aptitude, vous devez y mettre 10.000 heures de travail – ce qui représente plus de 3 ans à y travailler 10 heures/jour, sans vacances, dimanches ou jours fériés (!) soit environ 6-7 ans en étudiant chaque jour durant 8 heures, mais en prenant des week-ends et des vacances de temps à autre.

Si tout le monde n’est pas un commerçant prospère, c’est tout simplement que la plupart des gens refusent de faire ces 10.000 heures, donc, ils acceptent la vie qu’ils ont (en se trouvant de petits systèmes – généralement des addictions – pour tenir le coup) et la gâchent en se résignant à faire ce qu’ils n’aiment pas, à gagner moins que ce dont ils ont besoin et à avoir un mode de vie qu’ils n’ont pas choisi !  Regrets garantis au lit de mort, croyez-moi !

Beaucoup de personnes ne veulent déjà même pas penser à leurs aptitudes particulières, ni à ce dont les gens pourraient avoir besoin, alors qu’il suffit d’ouvrir ses oreilles pour remarquer – ne fût-ce que dans son quartier ou sa région – quelque chose qui manque, ou est de mauvaise qualité ou mal organisé, etc… Là, il y a un marché… Et si ce marché potentiel rencontre un talent que vous avez, qui remplirait ce besoin, votre voie est toute tracéé – et votre fortune, faite !

La formule du succès est pourtant simple ; tout ce qui existe a commencé par être une simple idée dans la tête de quelqu’un – par conséquent, tout dépend de notre esprit : on ne doit pas l’acquérir, puisqu’on l’a déjà – il n’y a qu’à en prendre conscience et l’appliquer.

Chacun ici-bas a un talent – donc, si vous faites ceci, si vous vous mettez à rêver plus grand, et à apprendre ce qu’il faut, vous serez de plus en plus motivé, audacieux – puis, confiant devant les succès rencontrés.

Bien sûr, on ne peut semer une graine aujourd’hui et espérer récolter des carottes demain !  Il faut planter cela en bonne terre, arroser ce rêve, lui offrir un milieu nutritif qui lui convient, …

Avec de bonnes infos, du cœur et de la patience, la graine germera, et deviendra de plus en plus visible…

En plus, comme on attire ce à quoi on pense et qui nous enthousiasme, ce dont vous avez besoin va entrer dans votre vie ; comme par magie, vous commencerez à attirer les circonstances, les moyens et les personnes nécessaires à la réalisation de vos rêves…

Allons ! Faites l’effort de vous creuser un peu la cervelle – il y a sûrement des pépites d’or qui s’y cachent …

Croyez en vous et en votre projet, et vous atteindrez vos rêves !

 

 

Un miracle de l’amour

Par défaut

J’aime cette histoire – vraie, en plus, qui montre bien que tout est énergie et vibration, en ce monde.

Une jeune femme attendait famille 3 ans après avoir eu un garçon, Michael. Hélas, l’accouchement s’est mal passé et son bébé (une fille) était en très mauvaise condition, avec peu de chances de s’en sortir.

Au fil des jours, l’état de la fillette empirait et l’issue fatale était proche. Mais le petit Michael a insisté pour chanter pour sa sœur, et là, une chose extraordinaire s’est produite ; comme il lui chantait: « Tu es pour moi la lumière du soleil, mon unique lumière, tu me rends heureux quand le ciel est gris », le pouls du bébé s’est régularisé.

Le garçonnet continuait ainsi : « l’autre nuit, ma chérie, quand je dormais, j’ai rêvé que je te serrais dans mes bras. » Sa sœur devint alors plus relaxée et s’endormit calmement. Les jours suivants, il lui chanta encore un petit chant d’amour… Très vite, la petite fille se remit ; en sorte qu’elle put rentrer dans sa famille.

Oui, les mots comptent, les intentions comptent, l’amour – surtout si on y ajoute un rythme (une mélodie) est en fait si puissant qu’il peut faire des miracles !

Alors faites bien attention à ce que vous dites et à vos intentions : vous avez un effet sur votre environnement… Prenez garde aussi ; sachez que si vous nourrissez envers quelqu’un de mauvaises pensées, paroles ou intentions, cela reviendra vers vous comme un boomerang – Je vous promets que c’est vrai.

Par contre, comme dit un proverbe arabe : « Si tu sèmes le bonheur dans le jardin de ton frère, il fleurira chez toi » !

Et faites bien attention à ceux que vous fréquentez : leurs intentions peuvent faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en vous, ou peuvent vous faire dépérir…

Femme : comment se débarrasser d’un « crampon »

Par défaut

(ou : La phrase « anti-mecs qui vous collent »).

Il arrive souvent qu’une femme soit poursuivie par un homme qui lui fait des avances non-désirées, et la « colle », malgré qu’elle lui ait donné divers signes qu’il ne l’intéresse pas. En fait, elle joue les petites filles bien sages car elle craint de vexer l’homme.

Eh bien, qu’elle cesse ! Ce remède « homéopathique » ne marche pas avec les mâles ; les hommes ont en effet, une forte tendance à prendre leurs désirs pour des réalités et à ne pas tenir compte d’un « non » donné via des signes ou phrases « édulcorés ». Surtout que la culture les y encourage en leur faisant croire que la femme ne refuse que pour mieux se faire désirer, … N’importe quoi ; non veut dire non, c’est tout.

Il faut « aller aux matelas » 😉 , et lui communiquer clairement et nettement son intention de couper la relation.

Et s’il ne veut toujours pas piger alors, on  le lui fera piger !

Sachez que vous avez parfaitement le droit de dire non – qu’il ne vous plaise pas ou que vous ne « sentiez » pas une relation avec lui, peu importe – peu importe même que vous n’y trouviez aucune raison logique, C’EST VOTRE DROIT !  Il y a d’ailleurs sûrement des hommes qui vous ont refusée aussi, non ? Et puis, si on devait sortir avec tous ceux qui nous le demandent, juste parce qu’ils en ont envie, ce serait joli ! Il y a des prostituées pour cela – vous n’en êtes pas une, donc, vous pouvez choisir l’homme avec qui vous voulez avoir une relation.

D’abord, voici quoi dire (apprenez cette phrase par cœur) pour être claire sur votre désir de rupture totale de relation : cette phrase – trouvée dans un livre que je conseille à toutes de lire : « la Peur qui vous sauve » de Gavin De Becker – coupe définitivement les choses (je l’ai d’ailleurs moi-même utilisée plusieurs fois avec succès) ; la voici :

« Quoi que vous ayez pu croire jusqu’à présent et quelle que soit la raison qui vous ait permis de le croire, je n’éprouve aucun sentiment amoureux à votre égard, quel qu’il soit et je suis sûre de ne jamais en éprouver. Sachant cela, je pense que vous irez chercher ailleurs, ce que je comprendrai parfaitement ! »

Et la SEULE réponse acceptable de l’homme est de l’accepter – donc, de donner une réponse du genre : « je comprends et, bien que ça me peine, je respecterai votre décision. »

TOUTE réponse exprimant autre chose que ceci, est du harcèlement  – ce qui vous confirme alors dans votre décision de ne pas sortir avec un type aussi dangereux, inapte à vous respecter !

Bien entendu, il faut L’APPLIQUER – sinon, elle tombe à l’eau.  Par « l’appliquer », j’entends qu’après l’avoir dite, vous CESSEZ IMMEDIATEMENT et RADICALEMENT de causer (ou écrire), de vous expliquer, de vous excuser, … Vous « faites le mort », vous cessez TOUTE forme de communication avec l’individu, quelle qu’elle soit. Sinon, il ne vous prend pas au sérieux et continue à fantasmer sur vous (si c’est juste un idiot peu subtil) ou voit qu’il a toujours barre sur vous (si c’est un pervers) et vous êtes repartie pour un tour …

Truites en papillote

Par défaut

Ingrédients :

– 1 truite par personne,

– sel, poivre, papier d’alu,

Puis, par truite : – 1 brin de thym (frais),

– 1 feuille de laurier,

– 1 échalote (pelée et émincée),

– ½ tomate (coupée en tranches),

– 1 c. à c. d’huile.

Préparation :

Découper autant de feuilles d’alu qu’il y a de truites – longueur : environ 60 cm,

Laver les truites, à l’extérieur comme à l’intérieur.

En déposer une au centre d’une feuille d’alu et la « fourrer » du thym, du laurier, de l’échalote et de la tomate, plus un peu de sel et de poivre,

Refermer. La saler et poivrer aussi un peu sur le dessus, puis arroser d’une cuillérée d’huile et bien refermer la papillote.

Faire de même avec les autres truites.

Mettre 22-25 minutes au four à 180°.

Servir avec du riz ou des pommes de terre-vapeur.