Archives Mensuelles: avril 2015

Infidélité : la nécessité de tout dire

Par défaut

infidélité1

Quand une personne découvre que son(sa) partenaire l’a trompé(e), son monde s’écroule. Pour qu’il puisse se relever de cette cruelle épreuve, il a absolument BESOIN de tout savoir, pour se faire une image de la chose, lui donner un sens – il n’y a qu’ainsi qu’il (elle) pourra plus ou moins se remettre du traumatisme.

Si tous les 2, vous voulez sauver votre relation, le trompeur doit répondre à toutes vos questions ouvertement et complètement, à chaque fois que vous lui en poserez – mais bien sûr, il ne doit pas vous les imposer si vous ne voulez pas savoir. C’est à la victime de déterminer ce qu’elle veut savoir, mais «ne pas savoir», « rester dans le noir » est le pire de tout – parce qu’alors, l’imagination comble les blancs et s’imagine les pires choses. La victime reste confuse, désorientée et terrifiée – sans compter la douleur de la tromperie !

Si le trompeur refuse de répondre aux questions, le trompé en déduit le pire, ce qui augmente sa douleur. En plus, le mensonge continue, ce qui augmente aussi sa colère. Seule la vérité pourrait purifier la situation, rendant une renaissance possible du lien entre les partenaires.

Si le trompeur persiste dans son mutisme et insiste pour « passer à autre chose » ou « aller de l’avant en laissant le passé derrière soi », la relation est impossible à restaurer.

Bref, si l’infidèle refuse de donner les informations, il garde le pouvoir, il continue à cacher des choses ; ce qui prouve qu’on ne peut pas lui ré-accorder sa confiance – or, la confiance est la base du couple !

En plus, ça montre qu’il n’aime pas vraiment son conjoint, puisque, dans un but égoïste, il continue d’infliger à l’autre une douleur énorme à chaque seconde ; l’incertitude… Si le trompé pose des questions et veut tout savoir, ce n’est pas pour humilier l’infidèle, mais pour tâcher de ne pas couler, et pouvoir se reconstruire ; ne pas savoir ronge et détruit la victime, la fait brûler dans les feux de l’enfer à chaque seconde qui passe…

Obtenir des réponses à vos questions est un ingrédient-clé dans la reconstruction de la confiance et d’une union solide. Ce qui est essentiel ici, c’est que le trompeur accepte de s’ouvrir et d’être honnête, ce qui vous prouve qu’il regrette ses actes et a désormais décidé d’être honnête, même si en parler lui est pénible – c’est la preuve que vous comptez assez pour lui, que pour qu’il fasse cet effort – bref, ça prouve que rebâtir la relation est possible !

Toutes les victimes comprennent ceci, et ressentent ce besoin de savoir (elles savent intuitivent qu’elles ont besoin de ceci pour guérir), mais par contre, tous les trompeurs (et hélas, beaucoup de thérapeutes) ne semblent pas du tout le comprendre – ignorer que c’est un réel BESOIN ! – et ce alors que toutes les études sur la question ont montré le lien entre une communication transparente et la solidité d’une union, ou la récupération après une infidélité !

renforcer l’honnêteté est vraiment un élément essentiel. Mais attention : si vous posez des questions, et que l’autre vous répond, il est aussi essentiel que vous n’y réagissiez pas trop fort – même si les détails sont toujours très douloureux à entendre – sinon, l’infidèle se sentira puni d’être honnête, et se refermera comme une huître.

Il faut, à l’inverse, réagir d’une manière qui incite le trompeur à continuer à s’ouvrir à vous ; c-à-d qu’il faut d’abord que le trompeur avoue qu’il l’a fait, puis ensuite, viendront les détails.

Ceci demande, de la part du trompé, beaucoup de patience & de maîtrise de soi. Il est normal, quand on reçoit de telles informations, d’y réagir en criant sa rage & sa douleur, mais cela n’est pas constructif… Il vaut mieux se sentir reconnaissant(e)  de l’honnêteté de notre partenaire.

Ce type de discussion honnête et maîtrisée est importante non seulement pour le sujet en cours, mais pour déterminer la nature de la relation à l’avenir.

Publicités

Reconquérir son ex… ?

Par défaut

 

 

regard d'espoir1

Dans une relation amoureuse, voici comment les choses se passent en général :

– 1ère phase : début de la relation ; quand on commence une relation, tout baigne ; tout est excitant et merveilleux, on a gagné la confiance du partenaire & on s’entend super-bien. Au fil du temps, comme ça continue à aller assez bien, on s’attache, on se voit de plus en plus et on envisage d’emménager ensemble ou de se marier.
-2ème phase :  Se sentant très confiant, l’un des 2 fait des choses qui détruisent la relation. Il (ou elle) flirte avec d’autres sur les réseaux sociaux, s’implique émotionnellement avec un(e) collègue de travail, tombe dans une dépendance, dit des mensonges, insulte gravement son (sa) partenaire lors d’une dispute (dit des choses horribles et blessantes) ou le frappe, se comporte comme un enfant à la maison, ne se soucie pas de nourrir la relation, etc.

(à ce sujet, voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/11/18/la-relation-est-le-1er-enfant-dun-couple/ ,

Et https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/06/30/lamour-est-comme-un-compte-en-banque/ ).

Bref, il (elle) fait quelque chose de stupide méritant un diplôme de bêtise ou d’immaturité.

– 3ème phase : Il (ou elle) perd la relation. Le partenaire se fatigue de pardonner et de devoir à chaque fois redonner une autre chance à l’autre. Donc, il se déconnecte de la relation et ne veut plus rien avoir à faire avec la personne en question. Parfois, le compagnon (compagne) s’en va, d’autres fois, il (elle) reste, mais devient quelqu’un de totalement froid et fermé à l’amour.
– 4ème phase : le coupable regrette, et tente désespérément de rétablir la relation.  Maintenant qu’il (elle) a perdu son (sa) partenaire, qu’il y a une distance, donc, que « l ‘élastique » est tendu, son désir pour l’autre renaît (justement à cause de cette distance). Alors, il prétend que maintenant il a compris ses erreurs, qu’il a changé et qu’il ne refera plus jamais la faute de tout ficher en l’air – car il « sait maintenant à quel point il vous aime ».

Il jure qu’à partir de maintenant, « tout sera différent » et vous supplie de lui accorder une seconde chance (après que vous lui en ayez déjà accordé beaucoup !). Il demande à tous ceux qu’il connaît (père, mère, copain-copine, ..) d’essayer de vous convaincre – mais bien sûr, ça ne marche pas – vous restez méfiant(e).

C’est comme prendre des oeufs, les briser dans un plat et les mélanger pour faire une omelette ;  si après, vous changez d’avis et auriez plutôt choisi de les manger à la coque, … problème…

Vous avez beau regretter, il est évidemment impossible de « désembrouiller » les oeufs pour les faire revenir à leur état premier (blancs & jaunes séparés, et chacun dans leur coquille) !

Eh bien, ici, c’est la même chose ; certaines choses ne peuvent tout simplement PAS être annulées. Une fois que vous avez brisé la coquille d’un oeuf, ce n’est plus réparable.

Nos décisions entraînent des conséquences et il faut « faire avec », que nous le voulions ou pas !

« J’ai trompé ma femme avec sa meilleure amie, je lui ai menti, et pendant une dispute, je lui ai dit qu’elle était moche et que je n’avais jamais aimée. Mais maintenant, je me rends compte que je l’aime et je veux qu’elle me reprenne ».
Ou  «Je me suis impliquée dans une liaison avec un homme marié, je suis tombée enceinte, et je pensais qu’il allait quitter sa femme pour moi, mais quand j’ai commencé à insister pour qu’il le fasse, il m’a abandonnée. Je veux être heureuse, et heureuse avec lui ».
Non ! Vous avez brouillé les oeufs, vous devrez apprendre à les manger brouillés ! Ca ne veut pas dire que jamais vous ne serez heureux(se), ni que  vous ne serez pas en mesure de reconstruire votre relation avec cette personne ou quelqu’un d’autre. Étant donné que les leçons sont apprises et que le comportement a changé, tout est possible. Mais ces œufs ne reviendront jamais à leur état d’origine.
C’est ce que vous devez garder à l’esprit avant de casser les coquilles d’œufs. « Quand on choisit un comportement, on choisit aussi (automatiquement) ses conséquences ! » Souvenez-vous de ceci avant d’agir !
PS : pour le partenaire qui choisirait de pardonner, lui par contre, doit se souvenir de cet adage : « Le meilleur prédicteur d’un comportement futur, est un comportement passé »- alors, ne reprenez pas un partenaire qui vous a blessé(e) ou négligé(e) , à moins que : a) vous ne vouliez vous refaire blesser à l’avenir, ou : b) le partenaire en question vous apporte la PREUVE qu’il a sérieusement réfléchi au mal qu’il (elle) vous a fait, et a travaillé de façon active et persévérante sur lui-même pour changer et ne plus agir ainsi à l’avenir.

 

Ejectez la négativité de votre vie

Par défaut

voir la lumièreLa négativité peut nous faire une vie très sombre, et surtout très pauvre à tous points de vue. Il faut donc s’en libérer, viser la positivité, pour avoir une vie joyeuse et riche.

On peut y parvenir si l’on entraîne notre esprit à former des croyances positives, toniques, soutenantes. Une fois qu’on a bâti un système de croyances positives et qu’on y persévère, c’est comme si l’univers comprenait le message et remplaçait toutes les circonstances de notre vie ; en effet, elle finit par « suivre », attirant vers nous des choses et personnes positives et faisant littéralement s’évaporer les choses et personnes négatives.
Voici 10 modes de pensée qui ôtent de la négativité :
1. « les chiens aboient, la caravane passe »

Ou, en d’autres termes ; je suis libre d’être moi & ce que les gens disent ou pensent de moi n’est pas mon problème.

Certains se soucient de l’opinion des autres, et tentent de devenir quelqu’un d’autre en société – mais c’est vain & non-naturel.

D’abord, même si on est un ange, il est impossible que l’on plaise à tout le monde et ensuite, ça cause beaucoup de stress inutile (dont vous vous passerez aisément). Pourquoi devriez-vous faire semblant d’être un autre pour les gens de votre entourage  ? Qu’y aurait-il de grave, s’ils pensaient du mal de vous ?
Retenez que si quelqu’un ne peut pas vous aimer et vous apprécier  pour qui vous êtes, ils ne vaut pas la peine de rester présent dans votre vie.

Un mot d’ordre, ici : « jeter tout ce qui n’est pas utile, amusant, ou beau » !  Allez hop ! Faites un peu de ménage dans votre vie, et débarrassez-vous des boulets !

Les choses négatives que les gens disent ou pensent de vous n’expriment souvent que ce qu’ils sont eux-mêmes. Permettre à cette négativité de vous affecter, c’est gaspiller votre précieux temps & énergie – or je vous rappelle que la vie est faites de ces 2 ingrédients !
Souvenez-vous que votre temps, votre énergie et vos ressources mentales, sont limitées, et que les questions dont vous vous souciez, importent.  Ne perdez pas ces précieuses ressources sur la négativité de certains ignorants ou envieux !  Passez plutôt votre temps en bonne compagnie. Si possible, réglez bien vite les problèmes, et passez à autre chose. Amusez-vous, voyez vos amis, …
2. Mon bonheur vient de ce que je choisis de penser.
Comme avec la plupart des autres réalités de notre vie, le bonheur se trouve dans notre esprit.  « L’esprit est tout. Ce que vous pensez, vous devenez.  » (Bouddha).  Le bonheur et la plupart des autres émotions sont un produit de vos pensées.  Par conséquent, choisissez de vous focaliser sur les choses dont vous pouvez être reconnaissant, et non sur le négatif de votre vie. Ce choix ne dépend que de vous.
3. Chaque expérience est une leçon.
Quand quelque chose de mauvais nous arrive, il faut le considérer comme une leçon à apprendre. En cas de situation défavorable, on croit qu’on peut soit gagner, soit perdre, mais c’est faux ; avec cette attitude, on ne peut plus  perdre, il y a toujours quelque chose à gagner de l’expérience – la force de caractère. Après chaque difficulté affrontée, on devient plus fort.
4. L’appréciation et la gratitude sont les clés du bonheur.
Il n’y a rien aussi puissant qu’une « attitude de gratitude » pour déterminer le degré de bonheur de notre vie. Ne pas être reconnaissant provient souvent d’une comparaison de notre sort avec celui d’autrui, faisant qu’on omet de voir les bénédictions dans notre vie, ou ayant un sentiment « d’avoir droit à ».
Il ne faut jamais comparer, ou estimer qu’on ait droit à quoi que ce soit ici bas.

Il vaut mieux décider d’écrire 5 choses dont vous pouvez être reconnaissant & de vous répéter  cette liste en cas de souci. Vous verrez que votre point de vue commence à changer pour le mieux !
 5. Je fais une différence chaque jour.
Oui, vous pouvez faire une différence chaque jour. Quelqu’un quelque part peut être impacté positivement par la façon dont vous choisissez de mener votre vie ; que ce soit au travail, à la maison ou ailleurs, vous pouvez avoir une influence positive sur quelqu’un.
Entourez-vous de gens positifs, soyez conscient et délibéré dans vos paroles et vos actions et montrez-vous authentique, réfléchi, et plein d’empathie envers les autres. Si vous faites ces choses, vous verrez que faire une différence chaque jour, est plus facile qu’on ne le pensait.
6.  Mon passé n’est pas mon avenir.
« Ce qui est derrière nous et ce qui est devant nous est secondaire par rapport à ce qui est en nous » (Ralph Waldo Emerson).
Cela signifie que l’essentiel, c’est votre caractère, et non pas ce que vous avez fait avant ni  ce que vous ferez plus tard. Bien que les gens qui connaissent votre passé peuvent vous juger sur lui, c’est votre force de caractère qui l’emportera à la fin. Si vous avez cette force intérieure, peu importe quelle situation vient à vous.. .

7. Comment je passe mon temps, est important. 

Votre temps est précieux et la façon dont vous le dépensez, influence notre état d’esprit. Concentrez-vous sur le fait de passer votre temps à être productif, s’amuser, se détendre et profiter de la vie plutôt qu’à vous mettre dans des situations négatives. Rappelez-vous le fait que votre temps sur cette Terre est limité… alors, tirez le meilleur parti de chacun d’eux !

8. Je travaille dans la joie. 

Il est vrai que si on veut avoir les avantages, on doit y travailler – mais l’essentiel, est qu’en fait, les avantages doivent être le travail en lui-même. Si vous désirez un travail qui vous rend vraiment heureux, quel qu’il soit, vous devez trouver un moyen de rendre le travail joyeux.
La plupart des gens trouvent le travail fastidieux, mais nécessaire, pour avoir de quoi vivre – mais c’est une manière pénible et stupide de vivre ; je vous l’explique ici ; http://www.bonheuretamour.com/2013/01/24/une-vie-doiseau-mouche/

Trouvez plutôt un job que vous êtes capable de faire et qui vous rende heureux. Vivre notre passion, même si ce n’est pas bien payé, c’est ne jamais travailler, mais être en vacances toute l’année !
9.  Demain est un autre jour.
Tout comme vous ne devriez pas laisser notre passé dicter notre avenir, vous ne devriez pas laisser votre présent influencer votre avenir.  Prenez les coups comme ils viennent, continuez à vous relever & à avancer pour nourrir votre force intérieure.

10. Je rejette le « drame » de ma vie. 

Les Américains sont devenus accros au drame … et ce n’est généralement pas leur faute. La télé n’est faite que de ça ; de drames ; séries mélodramatiques, nouvelles horribles, … Malheureusement, cet engouement pour le dramatique a des retombées dans notre vie. Cette excitation permanente n’est pas saine ; les personnes excessives sont usantes et irrationnelles, pénibles à supporter. N’en soyez pas une !

Et n’en fréquentez pas non plus ; en effet, on a prouvé que les gens que l’on fréquente ont une énorme importance dans notre vie. Alors, si vous connaissez des champion(ne)s des « grandes scènes du III », quittez-les ; qu’ils aillent faire leur cinéma ailleurs ! Vous, vous choisissez la sérénité !

Attirez le bonheur

Par défaut

boule de feu On le sait, notre univers est fait d’énergie – mais qu’est-ce que cela signifie pour nous ?

Eh bien, que l’on peut attirer soit le bonheur, soit le malheur, et que tout est une question de mentalité.

La négativité nous pourrit la vie, non seulement dans le présent (cela nous la rend amère et pénible), mais elle oblitère aussi notre avenir, car elle attire toujours plus de choses (personnes et circonstances) négatives…

Finalement, d’une façon ou d’une autre, on finit toujours par s’attirer ce que l’on croit mériter ! *

Donc, si on a, pour l’une ou l’autre raison, une mentalité négative, il faut tout faire pour s’en débarrasser au plus vite, en se reprogrammant positivement et pour ce faire, appliquer la méthode de “l’esprit ku/lono” ; il comprend le “Ku” =  le Corps Conscient, ou Soi Subconscient – c’est l’aspect “coeur” ; il mémorise & vise l’amour, via la sensation et le “Lono” = l’Esprit, ou Soi Conscient – il raisonne ou décide & vise le pouvoir via l’imagination)

D’abord, le “Lono” ; avec les 4 Piliers de Pouvoir Positif :

-Faites bougez l’énergie : Inspirez avec votre attention posée sur une source d’énergie (par ex, le soleil, ou un feu) ; expirez avec l’attention sur une destination pour l’énergie (ex, du haut de la tête au nombril, du nombril à votre aura, ou d’un point puissant à un point douloureux).

Bénissez le présent : Dites à votre Lono (esprit) de reconnaître et apprécier tout le bien dans le moment présent – et surtout tout le bien en lienavec de que vous voulez faire ou avoir.

Ayez confiance en vous-même ; évoquez vos ressources de savoir, expérience et aptitudes en lien avec vos désirs et besoins du moment présent.

-Attendez-vous au mieux : Dites à votre âme quel genre de futur vous désirez pour vous-même, ou pour d’autres personnes, et de vous fournir l’énergie, l’inspiration et les opportunités nécessaires.

A présent, la partie “Ku” :

– en exhalant, se dire “je m’aime”, puis inhaler dans le calme, tandis que ces mots résonnent en nous.

– exhaler alors en disant “j’aime le monde” et inhaler dans le calme, en laissant ces mots nous imprégner.

– reprendre les 2 phases durant quelques minutes.

Cette reprogrammation peut se faire 2 à 3 fois/jour, tant que ce sera nécessaire, pour assurer que notre système de croyance reste dans le positif et ne revient pas au mode négatif familier.

Pour la renforcer, il est bon de faire intervenir le plus possible d’émotions et de sens (vue, ouïe, …) ;

– On peut être content et enthousiaste d’avoir amené notre être dans cet état d’amour compassionné,

– Aussi, ajouter aux 2 affirmations ci-dessus des impressions sensorielles, comme par ex, l’image de notre coeur qui s’ouvre comme une fenêtre sur le monde et ressent un air frais, doux et parfumé, ou la chaleur du soleil, ou de splendides paysages, ou des visages qui nous sourient.

– Enfin, sentir de l’amour pour tout et tous. Laisser notre corps s’emplir de plus en plus de ces sentiments de joie, de paix, d’amour, de contentement, d’extase.

– Pour augmenter l’efficacité de la méthode, on peut aussi faire une pause durant la double affirmation et accumuler de l’énergie – voici comment :

– en inhalant, dites “je reçois de l’amour” et sentez l’énergie couler en vous depuis le sommet de votre crâne.

– en exhalant, dites “ j’envoie de l’amour” et sentez l’amour irradier de vous vers le monde.

– reprenez alors les 1ères affirmations (« je m’aime” & “j’aime le monde”, en expirant).  Lorsque vous sentez profondément que ces affirmations sont vraies, l’esprit “aloha” entre en vous ; vous êtes heureux d’être là, ici & maintenant. Vous vous aimez, et êtes devenu votre meilleur ami et vous considérez la création comme bonne, aimante, juste, parfaite – ce qui est le 1er pas pour trouver votre “autre”.

Bien sûr, se débarrasser d’une négativité présente depuis longtemps, apprendre à s’aimer totalement est un processus progressif ; ça ne change pas en une fois – mais persévérez et cela viendra !

 

*Si vous voulez en savoir plus sur ceci (qui s’appelle la Loi d’Attraction, vous pouvez lire ;

http://www.bonheuretamour.com/2014/01/03/loi-dattraction-sensation-pensee-destin/

ou http://www.bonheuretamour.com/2012/05/10/amour-et-loi-dattraction/

ainsi que : http://www.bonheuretamour.com/2013/11/24/cessez-de-vous-faire-du-mal/

La vaporisation vaginale

Par défaut

aine féminineUne nouvelle tendance populaire aux États-Unis est la vaporisation vaginale, destinée à traiter une variété de problèmes de santé. Cette méthode fut  utilisée dans la médecine antique pendant des siècles & est connue sous le nom «chai-yok» en Corée et « Bajos »en Amérique centrale et du Sud.

C’est en fait comme un médicament à base de plantes pour le vagin.
Généralement, elle est faite un jour ou 2 après les règles pour désintoxiquer & traiter les déséquilibres dans le vagin, l’utérus et le col de l’utérus.

La vaporisation vaginale soulage aussi l’anxiété chez les femmes ainsi que plusieurs autres problèmes de santé ; règles irrégulières & douloureuses, kystes vaginaux, infertilité, infections à levures (« Candida ») des reins et de la vessie, hémorroïdes, fibromes utérins, cicatrices de l’accouchement, d’une hystérectomie ou laparoscopie.
Dans la médecine chinoise, la méthode est utilisée pour soulager la stagnation et la froideur dans le corps, et dans la médecine orientale, elle est utilisée pour dilater les vaisseaux sanguins, augmenter la circulation sanguine, augmenter l’oxygénation et détendre les muscles du plancher pelvien.
Selon le type de plantes utilisées, la vaporisation vaginale améliorera divers problèmes de santé. Les herbes les plus couramment utilisées sont l’armoise, le basilic, le calendula, l’origan, la racine de guimauve, l’absinthe et le romarin.
Le meilleur moment pour faire une vaporisation vaginale est après les règles, & il est déconseillé d’en faire pendant les règles ou si l’on pense pouvoir être enceinte.

Il est évidemment crucial de bien vous informer sur les plantes que vous utilisez et d’éviter celles auxquelles vous êtes allergique ou  qui pourraient interférer avec un trouble ou un médicament que vous prenez déjà ; souvenez-vous que ce n’est pas parce que c’est une plante, que c’est sans danger !

Par conséquent, en cas de doute, consultez un herboriste, un médecin ou un pharmacien. Et n’utilisez que des plantes bio, pour éviter toute exposition aux pesticides.

Evitez également les huiles essentielles, car elles peuvent être trop puissantes – or la zone vaginale est une muqueuse, c-à-d très sensible.
Comment procéder ?

Après avoir déterminé les meilleures plantes à utiliser, faites bouillir environ 1,5 litre d’eau, puis coupez le feu et jetez-y  1 poignée (ou 2/3 de tasse) de vos herbes fraîches et /ou séchées (ne pas les ajouter pendant que l’eau est encore bouillante ; cela réduit l’efficacité des herbes).
Laissez infuser les herbes durant 10 minutes, puis versez la moitié du contenu dans un bol.

Il faut alors s’asseoir sur une chaise percée ou, si vous n’en avez pas, s’accroupir au-dessus du bol.

Afin de maximiser la vapeur, enroulez autour de votre taille une grande serviette ou une couverture et formez une tente autour de la cuvette – en sorte que la vapeur s’élève jusque dans l’orifice vaginal.

Restez ainsi de 20 à 45 minutes, et ne vous placez pas trop près pour ne pas brûler ou irriter la muqueuse vaginale.

Relation : quels traitements sont inacceptables ?

Par défaut

homme hurle

Qu’il s’agisse de relations familiales, d’amitié, ou amoureuses, il y aura nécessairement des frictions de temps à autre – c’est normal.

Mais il y a pourtant certains traitements qui mettent notre équilibre mental, ou même notre santé physique, en danger. A ce moment, il faut se dire que ce genre de personne est toxique, et se respecter assez que pour l’expulser de notre vie.

Voici quelles façons de nous traiter il faut refuser pour nous :

 

L’abandon, le rejet, ne pas prendre le temps d’apprendre à vous connaître ou à s’intégrer dans votre vie, vous faire sentir importun(e), non respecté(e), être dans la rivalité (compétition), vous critiquer continuellement, vous pousser ou vous forcer à être quelqu’un que vous n’êtes pas, vous isoler, vous rejeter, vous blâmer, vous rabaisser, vous manipuler, vous violenter ou vous négliger, mentir, … et surtout REFUSER DE DISCUTER DES PROBLEMES !

Ces traitements irrespectueux nous marquent profondément et nous rendent triste, enragé(e), soupçonneux(se), sceptique, craintif(ve), et déprimé(e), ne voyant quasiment plus rien de positif dans les êtres & situations.

A moins de se placer dans un environnement positif et « soutenant » – et donc, d’apprendre à penser et agir positivement, les méfaits de ces traumatismes durent à jamais…

Indices montrant qu’on a un entourage négatif :

Votre santé ou bien-être mental est abîmé,

Vous vous sentez blessé au niveau physique, mental, et/ou spirituel,

Vos relations avec vos proches (famille, partenaire amoureux) en souffrent,

Il y a de la violence, physique et/ou émotionnelle,

Il y a abus d’alcool ou de drogue,

Il y a de constantes luttes de pouvoir,

Il y a une méfiance & un irrespect injustifiables.

=> Comment en sortir si vous en subissez ?

– Si c’est possible, quittez la personne et l’endroit ; aménagez provisoirement chez un ami, … Sinon, préparez votre départ (accumulez des preuves, faites des copies de clés & de documents que vous cacherez, trouvez un job, …).

Mais que ce soit un lieu où les gens aiment votre compagnie, un environnement « nourrissant » pour votre âme,

– Egalement si c’est possible, cherchez de l’aide (un(e) thérapeute),

– Acceptez les limitations de vos proches – sachez juste que vous n’êtes pas eux, et n’êtes pas forcé d’agir comme eux.

– Permettez-vous d’être en colère et de l’exprimer, mais n’agissez pas (jamais !) sous le coup de la colère ; utilisez plutôt cette émotion productivement, pour réaliser que quelqu’un ne vous respecte pas et faire ce qu’il faut pour que ça cesse.

– Parlez-en ; à quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance, qui soit malin et vous écoute. Demandez-lui de vous aider à améliorer votre situation.

– Limitez le plus possible le temps que vous passez avec le(s) proche(s) toxique(s) ; les visites, vacances, … Ainsi, vous limitez la casse ! Vous pouvez leur souhaiter le meilleur à distance !

–  Posez des limites ; ne vous laissez pas entraîner dans leur jeu malsain. Devenez plus conscient de vous-même ; observez vos réactions, … Ainsi, vous pourrez briser des schémas négatifs de comportements.

–  Apprenez des moyens de vous protéger ; la méditation, … Apprenez à être patient avec vous-même et autrui.

– Donnez-vous de bonnes choses, faites des choses qui élèvent votre estime de vous, et que vous aimez. Rencontrez des gens qui vous aiment bien.

– Créez un équilibre dans votre vie : mangez sainement, faites du sport, … Et évitez les compulsions (manger, shopping, boire, …)

– Prenez votre vie et votre bonheur en main ; n’attendez pas cela des autres.

– Pardonnez *; éliminez toute rancune de votre vie : ça ne nuit qu’à vous-même – puisque ça attire plus de négativité dans votre vie !

* attention : sans oublier, toutefois, ni ré-intégrer la personne dans votre vie.

 

Citations de Bruce Lee – 3ème partie

Par défaut

  Suite et fin des citations de ce grand philosophe.Bruce Lee 3

(1ère partie : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/04/06/citations-de-bruce-lee-1ere-partie/ )

(2ème partie : http://www.bonheuretamour.com/2015/04/09/citations-de-bruce-lee-2eme-partie/ )

 

Posséder la totalité signifie être capable de suivre « ce qui est », car« ce qui est  » est constamment en mouvement et constamment changeant. Si l’on est ancré à un point de vue particulier, on ne sera pas en mesure de suivre le mouvement rapide de «ce qui est».

L’homme qui est vraiment sérieux, avec l’envie de savoir ce qu’est la vérité, n’a pas de style du tout. Il ne vit que dans ce qui est.

Au milieu du chaos gît l’opportunité.

La vacuité est ce qui se trouve juste au milieu entre ceci et cela. Le vide inclut tout, n’ayant pas d’opposé – Il n’y a rien qu’il exclut ou à quoi il s’oppose. Il vit vide, parce que toutes les formes sont issues de lui et il réalise que le vide est rempli de vie et de pouvoir et d’amour pour tous les êtres.

Ne vous préoccupez pas de savoir qui a raison ou tort ou qui est meilleur. Ne soyez pas pour ou contre.

Aussi longtemps que je me souvienne, je sens que j’ai eu cette grande force créatrice et spirituelle en moi, qui est plus grande que la foi, plus grande que l’ambition, plus grande que la confiance en soi, plus grande que la détermination, plus grande que la vision. C’est toutes ces choses, combinées. Mon cerveau se magnétise avec cette force de domination que je tiens dans ma main.

Vous ne pouvez jamais inviter le vent, mais vous devez laisser la fenêtre ouverte.

C’est la compassion plutôt que le principe de justice qui peut nous éviter d’être injuste envers nos semblables.

… Nous avons plus foi en ce que nous imitons qu’en ce que nous produison. Nous ne pouvons pas tirer un sentiment de certitude absolue de tout ce qui a ses racines en nous. Le sentiment d’insécurité le plus poignant vient du fait de se dresser seul et nous ne sommes pas seuls lorsque nous imitons. C’est donc ainsi pour la plupart d’entre nous ; nous sommes ce que d’autres personnes disent que nous sommes. Nous ne nous connaissons principalement que par ouï-dire.

Je bouge et ne bouge pas du tout. Je suis comme la lune sous les vagues qui ne fait que tanguer et rouler. Ce n’est pas, « Je fais cela», mais plutôt, une compréhension intérieure que «ceci se passe à travers moi», ou «ceci le fait pour moi. »

La pratique rend parfait. Après un long moment de pratique, notre travail devient naturel, habile, rapide et stable.

Seuls les gens auto-suffisants se tiennent à part – la plupart des gens suivent la foule et imitent.

..une bonne technique comprend des changements rapides, une grande variété et de la vitesse.

Satori (compréhension)– (est) dans l’éveil d’un rêve. L’éveil et la réalisation de soi et voir dans son propre être – ce sont des synonymes.

Abandonnez la pensée comme si vous ne l’abandonniez pas. Respectez les techniques comme si vous ne les respectiez pas.

Ce n’est pas une honte d’être assommé par d’autres personnes. La chose importante est de se demander quand vous êtes assommé, «Pourquoi ai-je été assommé ? » Si une personne peut réfléchir de cette façon, alors il y a de l’espoir pour cette personne.

Appliquez concrètement le « me surpasser » en tant qu’habitude quotidienne.

L’attitude, « Vous pouvez gagner si vous voulez assez fort » signifie que la volonté de gagner est constante. Aucune somme de peine, aucun effort, aucune condition n’est trop « dure » à accepter pour gagner. Une telle attitude ne peut être développée que si gagner est étroitement lié aux idéaux et aux rêves du praticien.

Il n’y a du  « ce qui est » que s’il n’y a pas comparaison et vivre avec « ce qui est », c’est être pacifique.

Rappelez-vous, le succès est un voyage, pas une destination.

Je ne veux ni posséder ni être possédé. Je ne convoite plus le « paradis ». Plus important, je ne crains plus « l’enfer ».

Nous avons beaucoup de travail devant nous, et il a besoin de dévouement et de beaucoup, beaucoup d’énergie. Pour nous développer, pour découvrir, nous avons besoin d’implication, qui est quelque chose que je ressens tous les jours – parfois bonne, parfois frustrante. Peu importe les circonstances, vous devez laisser votre lumière intérieure vous guider hors de l’obscurité.

L’idéal est une naturalité non-naturel naturelle. Je veux dire que c’est une combinaison des 2. Je veux dire ; ici, on a  l’instinct naturel et ici, le contrôle. Vous devez combiner les 2 en harmonie. (…) C’est une combinaison réussie des 2. De cette façon, on a un processus continu de croissance.

Ne vous souciez jamais des soucis jusqu’à ce que les soucis ne vous soucient.

Je ne veux pas offenser quelqu’un, ni être facilement offensé.

Si vous voulez apprendre à nager, sautez dans l’eau. Sur la terre ferme, il n’y a aucun état d’esprit ne vous aidera jamais.

L’émotion peut être l’ennemi, si vous cédez à votre émotion, vous vous perdez vous-même. Vous devez être en harmonie avec vos émotions, parce que le corps suit toujours l’esprit.

Les arts martiaux sont basées sur la compréhension, le travail acharné et un compréhension totale des compétences. L’entraînement en puissance et l’utilisation de la force sont faciles, mais la compréhension totale de l’ensemble des compétences des arts martiaux est très difficile à atteindre.

Quand l’adversaire s’élargit, je me contracte. Quand il se contracte, je m’élargis. Et, quand il y a une possibilité, je ne frappe pas – il frappe tout seul.

Citations de Bruce Lee – 2ème partie

Par défaut

2ème partie des citations de ce grand philosophe  Bruce Lee 2

(1ère partie : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/04/06/citations-de-bruce-lee-1ere-partie/ )

Les batailles de la vie ne vont pas toujours à l’homme le plus fort ou le plus rapide. Mais tôt ou tard, l’homme qui gagne est l’homme qui croit qu’il en est capable.

Car il est facile de critiquer et de briser l’Esprit d’autrui, mais se connaître prend toute la vie.

La préparation pour demain, est un dur labeur aujourd’hui.

Je ne suis pas dans ce monde pour m’élever à la hauteur de vos attentes et vous n’êtes pas dans ce monde pour devoir vous élever à la hauteur des miennes.

La défaite n’est pas une défaite à moins d’être acceptée comme une réalité – dans votre propre esprit.

Adaptez ce qui est utile, rejetez ce qui est inutile, et ajoutez-y ce qui est spécifiquement propre à vous.

Le sens de la vie, c’est qu’elle doit être vécue, et non pas maniée et conceptualisée et compressée dans un jargon de systèmes.

Ceux qui sont inconscients qu’ils marchent dans le noir ne verront jamais la lumière.

Ne permettez pas à des pensées négatives d’entrer dans votre esprit, car elles sont les mauvaises herbes qui

éloignent la confiance en soi.

Savoir ne suffit pas, nous devons appliquer. Vouloir ne suffit pas, nous devons faire.

Prenez les choses comme elles sont. Frappez quand vous devez frappez. Donnez un coup de pied quand vous devez donner un coup de pied.

Ne niez pas l’approche classique, juste en réaction, ou vous aurez créé un autre schéma et vous vous y serez pris au vous-même au piège.

Le guerrier victorieux est l’homme moyen, avec une concentration au laser.

Respectez les principes sans être lié par eux.

Vous ne pouvez pas forcer l’Instant Présent (à se manifester). – Mais pouvez-vous ne pas condamner ni justifier et pourtant, être extraordinairement vivant en continuant à avancer ? Vous ne pouvez jamais inviter le vent, mais vous devez laisser la fenêtre ouverte.

Le monde est plein de gens qui sont déterminés à être quelqu’un ou à créeer des ennuis. Ils veulent se placer à l’avant, se démarquer. Cette ambition n’a pas d’usage pour un pratiquant de kung fu, qui rejette toutes les formes d’affirmation de soi et de compétition.

Soyez heureux, mais jamais satisfait.

Videz votre esprit, sans forme. Informe, comme de l’eau. Si vous mettez de l’eau dans une tasse, elle devient la tasse. L’art atteint sa plus grande apogée lorsqu’il est dépourvu de conscience de soi.  La liberté découvre l’homme au moment où il perd tout souci de quelle impression il fait ou fera.

Vous mettez de l’eau dans une bouteille et elle devient la bouteille. Vous la mettez dans une théière, elle devient la théière. Or, l’eau peut couler ou elle peut s’écraser. Soyez l’eau, mon ami.

Plus on estime les choses, moins on s’estime soi-même.

Ne craignez pas l’échec – ce n’est pas l’échec mais de viser bas, qui est le crime. Dans les grandes tentatives, il est glorieux même d’échouer.
Au moins d’effort vous faites, au plus rapide et puissant vous serez.

L’âme d’un individu est déterminée par son mode de pensée dominant.

Tous les modèles à règle fixe sont incapables d’adaptabilité ou de flexibilité. La vérité est en-dehors de tous les modèles fixés.
La possession de quoi que ce soit commence dans l’esprit.

Un tempérament vif va bien vite faire de vous un idiot.
Choisissez le positif. Vous avez le choix, vous êtes maître de votre attitude, choisissez le positif, le constructif.  L’op-timisme est une foi qui mène au succès.

La conscience de soi est le plus grand obstacle à l’exécution convenable de toute action physique.

Se connaître, c’est s’étudier dans l’action avec une autre personne.
Pour pouvoir me contrôler, je dois d’abord m’accepter en allant avec et non pas contre ma nature.

L’homme, la créature vivante, l’individu créatif, est toujours plus important que n’importe quel style ou système établi.

Si tu penses qu’une chose est impossible, tu ne feras que la rendre impossible.

« Les douteurs disaient « l’homme ne peut pas voler », les faiseurs disaient « peut-être, mais nous essaierons » et finalement s’élevèrent dans l’éclat du matin tandis que les incrédules regardaient d’en bas. »

Les schémas fixés, incapables d’adaptabilité, de souplesse, ne font qu’offrir une meilleure cage. La vérité est en dehors de tous les schémas.

En mouvement, sois comme l’eau. Au repos, sois comme un miroir. Réagis comme un écho.

Un bon enseignant protège ses élèves de sa propre influence.

Toute connaissance mène à la connaissance de soi.

Ne pensez pas. SENTEZ. C’est comme un doigt pointé vers la lune. Ne vous focalisez pas sur le doigt, ou vous allez manquer la totalité de la gloire céleste.

Parce que l’on ne veut pas être dérangé, être amené à douter, il établit un modèle de conduite, de pensée, un modèle de relation à l’homme, etc. Puis il devient esclave de ce jargon et prend le motif pour la chose réelle.

L’effort dans l’esprit ne fait que limiter davantage l’esprit, parce que l’effort implique la lutte vers un but et quand vous avez un objectif, un but, une fin en vue, vous avez placé une limite sur l’esprit.

Amenez l’esprit à une concentration aigüe et rendez-le alerte afin qu’il puisse immédiatement sentir la vérité, qui est partout. L’esprit doit être émancipé des vieilles habitudes, des préjugés, des processus de pensée restrictifs et même de la pensée ordinaire elle-même ».

Si vous suivez le schéma classique, vous comprenez la routine, la tradition, l’ombre – vous ne vous comprenez pas vous-même.

Citations de Bruce Lee – 1ère partie

Par défaut

Bruce Lee

Dieu sait que je n’ai jamais aimé les philosophes ; leur jargon abscons, leurs écrits boursouflés & ennuyeux à périr, leur folie, leur masturbation mentale stérile, leurs idées détachées de toute réalite (c-à-d des mensonges !), leur mode de vie pourri & misérable, leur choix de la primauté du mental (aux dépens du corps ou de l’âme), leur impiété, leur orgueil insensé, leur inutilité – pis ; leur influence pernicieuse & destructrice sur la société… me dégoûtent profondément.

J’y fais pourtant une exception : Bruce Lee – à mon avis le plus grand de tous les philosophes (passés ou présents) car sa vie toute entière – de courage et de ténacité – témoignait de sa pensée et de ses écrits et elle fut féconde & inspirante. Quant à ses idées, elles sont véridiques, car elles prenaient leur source dans le corps & l’âme, et non pas dans cette part répugnante de l’Homme ; la pensée humaine, en sorte qu’elles étaient unifiantes (à tous niveaux) et inspirantes, et non pas stériles et dissolvantes de l’âme et des liens  humains (& divins).

Cet homme exceptionnel est hélas surtout connu pour ses talents physiques – et il y était expert – mais ils pâlissent devent ses talents mentaux & spirituels !

Bruce Lee a aidé – &, au-delà de la mort, continue d’aider – des millions de gens sur Terre – & c’est ce que, dans sa bonté, il désirait le plus. Mais n’est-ce d’ailleurs pas lui qui a dit : « La clé de l’immortalité est d’abord de vivre une vie qui vaille qu’on se souvienne d’elle » ?

Bien entendu, comme tout prophète et répandeur de Vérité, il fut ardemment combattu par les Gens du Mensonge, et finalement (car ces êtres impies veulent détruire le Bien & la Vérité où qu’ils les trouvent), abattu à 32 ans par ces êtres maléfiques.

C’est pour ça que je lui rends hommage et veux diffuser son message, en publiant 3 articles sur ses pensées si élevées & inspirantes.

————————————–

Vivre vraiment, c’est vivre pour les autres.

J’apprends à comprendre, plutôt qu’à immédiatement juger ou être jugé. Je ne peux pas suivre aveuglément la foule et accepter leur approche. Je ne me permettrai pas de céder à au jeu habituel de manipulation de « création de rôles ». Heureusement pour moi, ma connaissance de moi-même a transcendé cela et j’en suis venu à comprendre que la vie doit de préférence être vécue et non être conceptualisée. Je suis heureux parce que je croîs (grandis) chaque jour et que j’ignore honnêtement où est la limite. C’est certain, chaque jour, il peut y avoir une révélation ou une nouvelle découverte. Je chéris le souvenir des infortunes passées. Ca a ajouté quelque chose de plus à ma banque de fortitude.

Au diable les circonstances ; je crée les opportunités.

Soyez toujours vous-même, exprimez-vous, ayez foi en vous, n’allez pas chercher une personnalité à succès et la dupliquer.

N’utilisez que ce qui marche, et prenez-le n’importe où vous pouvez le trouver.

Si vous aimez la vie, ne gâchez pas votre temps, car le temps est de quoi la vie est faite.

Comme tu penses, ainsi tu deviens.

Si vous mettez toujours une limite à tout ce que vous faites, au plan physique ou autre. Ca se propagera dans votre travail et dans votre vie. Il n’y a pas de limites. Il n’y a que des plateaux, et vous ne devez pas rester là, vous devez aller au-delà.

Ne pas être tendu, mais prêt. Ne pas penser, mais ne pas rêver. Ne pas être défini, mais flexible. Libération de la pénible sensation d’emprisonnement. C’est être entièrement et tranquillement vivant, conscient et alerte, prêt à toute éventualité.
L’amour est comme une amitié qui a pris feu. Au début une flamme, très jolie, souvent chaude et virulente, mais qui n’est encore que lérère et vacillante. Lorsque l’amour grandit, nos cœurs maturent et notre amour devient comme des braises, brûlant de façon profonde et inextinguible.
Un homme sage peut en apprendre plus d’une question idiote qu’un imbécile ne peut apprendre d’une sage réponse.

Le savoir vous donnera du pouvoir, mais le caractère, du respect.

Ne priez pas pour une vie facile, priez pour (avoir) la force d’en supporter une difficile.

Les erreurs sont toujours pardonnables, si on a le courage de les admettre.
Si vous passez trop de temps à penser à une chose, vous ne finirez jamais. Faites au moins un mouvement clair quotidiennement vers votre but.
S’il y a un Dieu, il est au-dedans. Tu ne demandes pas à Dieu de te donner des choses, tu dépends de Dieu pour ton thème intérieur.
Un but ne est pas toujours destiné à être atteint, il ne sert souvent que comme quelque chose à viser.
Je ne crains pas l’homme qui a pratiqué 10 000 coups de pied une fois, mais je crains l’homme qui a pratiqué un coup 10 000 fois.

Remarquez que l’arbre le plus rigide est le plus aisément fendu, tandis que le bambou ou le saule survit en pliant avec le vent.
Videz votre tasse pour qu’elle puisse être remplie ; devenez vide pour gagner la totalité.

Depuis que j’étais enfant, j’ai eu ce besoin instinctif pour l’expansion et la croissance. Pour moi, la fonction et le devoir d’un être humain de qualité, est le développement sincère et honnête de son potentiel.
Ce n’est pas un accroissement quotidien mais une diminution quotidienne. Coupez les choses non-essentielles.

La connaissance de soi implique la relation. Se connaître, c’est s’étudier dans l’action avec une autre personne. La relation est un processus d’auto-évaluation et d’auto-révélation. La relation est le miroir dans lequel vous vous découvrez vous-même – être, c’est être relié.

Soyez comme l’eau qui trace sa voir à travers les fissures. Ne soyez pas assertif, mais adaptez-vous à l’objet, et vous trouverez un moyen de le contourner ou de le traverser. Si rien en vous ne reste rigide, les choses extérieures vont s’ouvrir.

Beaucoup de gens dévouent leur vie à réaliser un concept de comment ils devraient être, plutôt qu’à se réaliser eux-mêmes. La différence entre la réalisation du soi et la réalisation de l’image de soi, est très importante. La plupart des gens ne vivent que pour leur image.

Crâner est l’idée que l’idiot se fait de la gloire.
Pour moi, l’aspect extraordinaire des arts martiaux réside dans sa simplicité. La solution de facilité est aussi la bonne solution, et les arts martiaux n’ont rien du tout de spécial ; au plus on est proche de la vraie voie des arts martiaux, au moins il y a de gaspillage dans l’expression.

Comment se trouver un homme

Par défaut

femme séduisanteCes « 10 commandements » pour se trouver un homme émanent de Patti Stanger, la célèbre marieuse pour millionnaires.

  1. Tu rappelleras de façon opportune
    Si un homme vous appelle durant la semaine en laissant un message, rappelez-le dans les 24 (ou maximum 48) heures – ou 72 heures le week-end ou durant des congés. Et montrez-vous courtoise … Les hommes « bien » sont occupés & n’aiment pas les femmes grossières. En outre, ils perdront tout intérêt pour vous si vous ne les rappelez pas endéans cette limite de temps.
  2. Tu honoreras tes engagements
    Un homme a toujours dur à demander à une fille de sortir avec lui (en personne ou online). Alors, si vous commencez par accepter puis annulez (même avec la meilleure raison du monde), il ne vous rappellera pas !

Si vous faites des projets, tenez-vous-y ! Ne visez pas toujours plus grand et plus haut. Même si c’est George Clooney appelant à la dernière minute, maintenez votre plan ! Si vous n’étiez pas intéressée par le gars, vous n’auriez pas dû accepter un rencard avec lui..

S’il vous emmène dans un boui-boui miteux, c’est qu’il ne veut pas vous impressionner, et ça, c’est mauvais signe !

Quand un homme vous invite à dîner, vous pouvez réduire ce rendez-vous à seulement boire un verre ou un café, ou prendre plutôt un déjeuner ou un brunch ensemble, … Il comprendra que vous ne désirez pas passer toute une soirée avec lui… mais aussi, cela refroidira les hommes cherchant une relation sérieuse & durable !

Ne planifiez pas un autre rendez-jour juste après celui avec un prétendant ; il remarquera que vous êtes nerveuse & regardez votre montre, ce qui refroidira ses sentiments envers vous. Même si vous n’en avez rien à faire car le gars ne vous plaît pas, donnez-vous à fond à chaque rendez-vous ; car à chaque rendez-vous, vous collectez des informations qui vous serviront lors de prochains rencards, avec des gars plus à votre goût.

  1. Tu laisseras l’homme « mener » & tes « bagages personnels » à la consigne

Je sais que cela semble démodé, mais l’homme a besoin de sentir qu’il est le chasseur ; c’est incrusté dans leur ADN !

Donc, laissez-le vous appeler en premier, laissez-le vous demander de sortir. S’il est timide, vous pouvez l’inviter à une fête, mais laissez-lui demander le 1er vrai rendez-vous avec vous! Soyez la proie !

Ca doit être l’homme qui suggère le restaurant & planifie le 1er rendez-vous – mais, si son choix vous déplaît, faites-lui très doucement savoir que vous préféreriez aller manger ailleurs ou faire une autre activité.

Si votre prétendant habite dans une autre ville, après un 1er rendez-vous réussi, et si vous vous plaisez mutuellement, vous pouvez accepter s’il vous invite dans sa ville, mais en précisant que vous ne seriez pas à l’aise chez lui et que vous préférez qu’il vous réserve une chambre dans un hôtel – au moins jusqu’à ce que vous vous connaissiez mieux et soyez dans une relation exclusive.

Et à propos de choses intimes, au début, taisez tout sujet « sensible » – car on tend à évoquer des choses profondes quand on est très attirée par l’autre ou que l’on a trop bu ; il n’est pas votre psy (& vous, pas le sien) et l’évocation de vos problèmes le ferait fuir…

Si vous voulez une relation durable, il faut laisser l’homme mener la conversation & poser les questions au début – ce n’est qu’ensuite qu’elle deviendra un ping-pong verbal.

  1. Tu laisseras ton histoire dans le passé
    Cela signifie de ne pas parler de vos ex, en aucune circonstance ! Vous ne voulez pas que votre gars vous imagine en train d’être prise par un autre. Evitez aussi de parler d’histoires sordides du passé, d’anciens problèmes de santé ou des squelettes dans votre placard. Une fois que vous serez ensemble, vous pourrez aborder (& encore !) ces sujets épineux.

Au début (quand la relation est encore très fragile), focalisez-vous sur le présent, c-à-d sur CE rendez-vous.

Les hommes veulent fréquenter des femmes fiables, à qui ils puissent se confier – et parler de vos ex, ne lui donnera pas ce sentiment-là !

Si le monsieur vous pose des questions sur vos ex, répondez ; «  ce n’est pas important, ce qui importe, c’est que je suis ici avec vous maintenant. » Si le gars persiste dans son « enquête », faites-lui remarquer qu’il n’est pas un policier menant une enquête & que le but d’un rendez-vous est de passer du bon temps ensemble de façon détendue.

(Pour une vue détaillée de tous les sujets à éviter lors des premiers rencards, voir : Conseils-rencontre pour femmeshttp://bonheuretamour.com/conseils-rencontre-pour-femmes/ ).

  1. Tu seras engageante

c-à-d concentrée et positive.
Répondez à ses questions avec énergie et un enthousiasme sincère. Restez sur des sujets neutres (arts, événements & sourtout, vacances) et gardez votre attention sur lui, et pas sur le beau serveur ! Posez des questions montrant votre intérêt (attention : pas un interrogatoire policier ! Tout est affaire de mesure).  Écoutez ce qu’il dit en maintenant un contact visuel (très important !). Si vous le pouvez, soyez jouette, plaisantez, mais toujours avec esprit, sans vulgarité.

Faites de votre conversation un ping-pong, où chacun parle à son tour & répond à ce qui a été dit, et pas une interview.

Le but est d’essayer de mieux le connaître, sans être intrusive.

  1. Tu ne boiras pas trop
    Il est tentant de boire quelques verres de vin pour se détendre avant ou pendant un rendez-vous (surtout un 1er rencard), mais il ne faut pas avaler plus de 2 boissons alcoolisées ; on a besoin de garder l’esprit clair !

Soyez au taquet, concentrée. Etre ivre et à articuler péniblement vos mots n’est pas sexy & vous met en danger.

  1. Tu ne seras pas un chercheur d’or
    Ne jamais demander (ou même faire une allusion à ) quoi que ce soit qui ait une valeur monétaire. Ce gars est votre âme-sœur potentielle, pas votre banque. S’il vous propose de vous donner quelque chose comme un petit bijou ou un sace, vous pouvez accepter, mais n’acceptez jamais d’argent comptant. Il peut se sentir au début comme le héros qui vous aide à payer vos factures ou votre loyer, mais à la fin, il ressentira qu’il doit payer pour votre affection – ou vous vous sentirez obligée de coucher parce que cet argent reçu vous fera sentir en dette envers lui.
  2. Tu agiras comme une dame
    Soyez polie, car les bonnes manières suscitent chez l’homme confiance & respect. Dites bonjour, au revoir, s’il vous plaît, merci, ou excusez-moi, & ne jurez pas. Ne vous asseyez pas jambes écartées. La plupart des hommes veulent que leur femme soit raffinée & polie.

Ce qui signifie aussi ne pas le faire attendre pendant que vous faites vos cheveux et votre maquillage! Cela donne l’impression que vous ne vous souciez pas son temps ou horaire, et ce n’est pas féminin.

A l’inverse, ne le poursuivez pas exagérément ; soyez avare de vos coups de fil, e-mails, …

Mais souvenez-vous que, pour que vous soyez une dame, il doit se comporter comme un gentleman ; un gentleman prendra rendez-vous minimum 3 jours à l’avance. S’il ne le fait pas, n’acceptez qu’un brunch avec lui et fixez la date quand même à 3 jours de là.

Une lady ne permet pas à un gentleman de faire des plans de dernière minute, même s’il lui affirme qu’il adore les femmes spontanées ! Si vous acceptez un rendez-vous « en express » par besoin d’avoir un mec, il sentira que vous êtes « facile » & perdra tout intérêt (sauf celui de coucher !).

  1. Tu montreras (si le gars t’intéresse) un intérêt & une appréciation sincère

Les hommes aiment les compliments autant que vous. Ne l’oubliez pas. Rappelez-vous aussi la règle du 4 : quand il vous a invitée 4 fois, faites quelque chose de gentil pour lui ; lui préparer le dîner, lui cuire des biscuits ou ce que vous pouvez. Ca montre que vous vous souciez de lui et que vous faites aussi des efforts.

Ne jouez pas à la fille dure à avoir si le gars vous plaît. Si c’est le cas, dites-lui que vous le trouvez beau, amusant ou intéressant ; les hommes aiment les compliments.

Après 4 rencards avec un même gars, vous devriez lui « rendre » quelque chose, pour montrer que vous y mettez du vôtre ; il ne s’agit pas d’offrir de payer dans un restaurant (ce qui est suinte d’une énergie masculine et donc, repousse les hommes), mais vous pouvez lui offrir une place de concert (ou de théâtre), un CD, un livre, ..

Proposer de lui faire à manger est un gros témoignage d’appréciation, qui lui ira droit au cœur. Si vous êtes mauvaise cuisinière, commandez des plats tout faits.

Une fois en couple, vous pouvez payer le resto, mais toujours 1 x sur 4.

Mais si votre prétendant vous demande de régler l’addition, ce n’est pas un gentleman. Une fois de plus, ça montre qu’il ne désire pas vous impressionner & vous gâter, & ce n’est pas bon signe ! Lorsqu’une relation permet dès le début à l’homme d’exsuder une énergie masculine, elle est bien partie. Mais lui aussi apprécie de se faire dorlotter de temps en temps, avec un repas que vous lui faites, un cadeau, ou un massage, montrant qu’il est important à vos yeux.

  1. Tu ne coucheras pas au 1er rencard
    Embrasser et s’étreindre, c’est très bien. Mais rien d’autre. Prenez votre temps (même si vous avez bu) ! Attendez d’abord d’être dans une VRAIE relation (pas un fantasme de votre part !).

Passer aux faveurs sexuelles avant d’être dans une relation monogame, c’est risquer de perdre le gars => Pas de sexe avant la monogamie.

Au 1er rencard, un bisou suffit. Une relation solide (& ceci est maintenant scientifiquement prouvé ! => voir : http://www.bonheuretamour.com/retardez-le-moment-de-faire-lamour/ ) se bâtit petit à petit ; les feux de paille, qui brûlent intensément, s’éteignent vite & ne durent guère…

3 mois sont un minimum pour passer à l’étape « lit », car c’est au moins le temps qu’il faut pour avoir appris à se connaître mieux que superficiellement, ressentir quelque chose pour l’autre, et décider qu’on ne sortirait plus qu’avec lui (& lui, plus qu’avec vous), à l’exclusion de tout autre partenaire possible.

Mesdames, ne couchez pas (& par « coucher », j’entends toute relation sexuelle, qu’il y ait ou non pénétration) avec un homme avant qu’il ne vous ai informée (en étant sobre et pas dans un instant de passion) de sa décision d’avoir une relation monogame avec vous et ne vous ait demandé la même chose en retour.

Attention : il DOIT vous le demander ! N’allez pas imaginer qu’il y a relation monogame s’il n’a rien demandé !

Tant que cela n’est pas fait, vous avez chacun le droit de fréquenter d’autres personnes.

A partir de la monogamie, la relation peut évoluer vers un approfondissement, et si possible, le mariage – mais pour cela, il faut se fréquenter au moins pendant un an. S’il ne vous a pas demandé votre main au bout d’un an, plaquez-le (à moins que vous refusiez le mariage) et trouvez un gars moins coincé sur ce sujet – à moins que votre homme n’accepte de consulter pour ôter ses freins au mariage.

Si vous voulez introduire l’amour dans votre vie, regardez en vous-même, étreignez l’amour tapi au fond de votre cœur, et laissez-le rayonner alentour ; ainsi, vous devenez un aimant pour l’amour, et tous les biens de la vie seront attirés vers vous…