Archives de Tag: irrationnel

Tactiques destructrices du PN

Par défaut

Justice7 Les partenaires mauvais exploitent l’autre, lui mentent, le rabaissent ou l’ignorent (torture par le silence), ils le contrôlent, le manipulent. Il y a beaucoup de formes de violences.

Même surprotéger ou « aimer trop » est un abus ; c’est traiter quelqu’un comme une extension de soi, comme un objet. C’est une violence, ainsi que ;

Ne pas respecter ses limites, ou son intimité,

Manquer de tact, être « brutalement franc » ou faire des blagues blessantes & sadiques,

En attendre trop de l’autre, le dénigrer, …

La plupart des abuseurs le font «derrière les portes fermées » ; en cachette – il faut vivre avec eux pour être témoin de leur violence.

On le voit, les divers modes de violences sont nombreux (violence physique ou psychologique, violence domestique, familiale, conjugale, sexuelle, financière et même légale), mais on peut les classer en 4 gands types :

La violence ouverte, la violence couverte (ou furtive), la violence ambiante (ou « gaslighting ») & la violence par procuration.

– La violence ouverte est bien connue ; c’est agresser ouvertement quelqu’un : insulter, crier, menacer, forcer, battre, mentir, rabaisser, exploiter, humilier & ignorer, bref, tous les genres de violences physiques, émotionnelles ou sexuelles. Cette forme de violence – la plus aisément reconnaissable – n’est hélas que la pointe de l’iceberg.

– La violence par procuration ; s’il n’a plus prise sur vous, le PN recrute des tiers (tous ceux qu’il peut !) pour qu’ils vous violentent à sa place – collègues, nouveau compagnon,(gne), membres de la famille, amis, professeurs, autorités, voisins, les médias, institutions, … Il les utilise pour vous rabaisser, vous menacer, vous harceler, vous forcer, vous convaincre, vous terroriser, … bref, vous manipuler dans son intérêt à lui. Il contrôle toutes ces instances parce qu’il est un « maître des perceptions », c-à-d que tous les PN ont ce don magique : pouvoir modeler & manipuler les perceptions des autres !

Et il les « jette » sans ménagement une fois que le job est fini ! Dans mon cas, par ex, après que je l’aie plaqué et rejeté toutes ses avances et pleurnicheries pour me reprendre, mon ex-mari PN a épousé une folle jalouse dont il a attisé la jalousie envers moi, en sorte qu’elle n’a cessé de me harceler, m’insulter, insulter et maltraiter mes enfants, fait de fausses accusations contre moi au Procureur du Roi, etc…  Tant que cela m’effrayait, il a gardé cette femme – instrument utile à ce moment – et quand j’ai passé outre à toute peur, cet « instrument » est devenu inutile, et il a demandé le divorce d’avec elle !

Le PN utilise aussi comme complices la société ou le groupe social ; il met en scène des situations où une violence sera infligée à sa victime (humiliation, honte) et suivies de sanctions sociales – la victime sera battue, ou condamnée, … Bien entendu, les complices manipulés & séduits par la brillante performance d’acteur du PN, sont inconscients de leur rôle (j’ai souvent pensé au fameux « Mon Dieu, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font », de Jésus !) dans cette « pièce » cruelle et dans cette torture et mise à mort, véritable corrida mentale (symbolique => pas de sang visible – c’est à l’étérieur que ça saigne -)…

-La violence ambiante (ou « gaslighting ») : cela consiste à nourrir, propager & augmenter une atmosphère de peur, d’intimidation, instabilité, imprévisibilité & irritation. Il est impossible de mettre le doigt sur ce qui se passe, vu qu’il n’y a pas de violence ou de contrôle visible, mais pourtant, flotte toujours dans l’air une atmosphère oppressante, comme une épée de Damoclès suspendue sur la tête de la victime.

Cela passe aussi par le fait de vous faire douter de votre santé mentale en niant l’existence de ce que vous avez vu ou entendu.

Assez vite, cette constante atmosphère empoisonnée érode l’estime de soi & la confiance en soi (& en autrui) de la victime, qui, envahie par la peur, se referme sur elle-même… s’exposant ainsi à encore plus de critiques de la part du monde extérieur (ignorant & inconscient).

Le comble est atteint ; c’est la victime qui est vue comme mentalement instable, instable, alors que le PN est vu comme la victime.

-La violence furtive (ou couverte, ou contrôlante) ; elle se compose de diverses tactiques ; la 1ère est l’imprédictabilité et l’incertitude – c-à-d que le PN agit de façon capricieuse, inconséquente & irrationnelle, ce qui rend sa victime dépendante de son comportement ; de son prochain sourire, déni, ou explosion de colère.

Ce comportement, apparemment fou, est en fait une tactique du PN ; Comme cela « détruit » le reste du monde pour la victime, il s’assure ainsi d’être le seul point fixe où sa victime puisse se raccrocher. Il crée exprès cet ouragan, ces montagnes russes, apparaissant ainsi, par contraste, comme le seul élément stable dans la vie de celle-ci !

La 2ème tactique d’abus furtif est les réactions exagérées, disproportionnées à la chose qui les a suscitées ; il pique des rages à la plus petite offense (même imaginaire), toute divergence de vue (même dite doucement) & punit la victime pour tout ce qu’il perçoit comme des transgressions contre lui. Ou à l’inverse, il se montre TROP gentil…

Ce comportement erratique, ces punitions imméritées et sadiques, sont prémédités ! La victime est laissée exprès dans le noir, pour augmenter son besoin et sa dépendance envers son bourreau.

3ème tactique de violence couverte : la déshumanisation & objectification de la victime – le PN attaque ainsi la base même des interactions humaines ; c’est un besoin humain de croire que les autres sont bienveillants & humains & cette inhumanité est si répugnante et horrible à considérer, que les gens reculent à cette vue – & c’est ceci qui ôte à la victime toute force (ce qui la rend encore plus dépendante du PN).

Les violences physiques, sexuelles psychologiques & émotionnelles sont toutes, des formes d’objectivation et de déshumanisation.

Les PN mésusent aussi de l’information ; dès les les 1er moment d’un contact avec quelqu’un, ils cherchent à en savoir le plus possible sur leur interlocuteur, car plus ils en savent, mieux ils pourront l’abuser ; mieux ils pourront l’exploiter, s’en nourrir, le charmer, le manipuler, le faire obéir, l’extorquer, ou même le convertir.

Et ces infos sont un outil ; il pourra les divulguer si ça lui sert (même les informations les plus intimes).

En bon « ingénieur de situations possibles », un PN génère sa propre « indispensabilité » ; c-à-d qu’il crée des situations étranges ou imprévisibles, où, grâce à ses ressources, son savoir, ses compétences, il sera « l’homme de la situation », la SEULE personne a pouvoir être utile dans cette situation improbable qu’il a lui-même générée.

 

Publicités