Archives de Tag: disputes

Les outils du PN

Par défaut

menottes

Le comportement incohérent, inexplicable d’un PN, lui est bien utile ; cela englue ses proies dans le brouillard (mensonges, confusion). Comme elles ne voient pas clairement ce qui se joue, elles sont incapables de partir, et restent dans la relation.

Ce n’est qu’en comprenant ce qu’ils font et pourquoi ils le font, qu’on peut voir ce qui se joue et ce qu’il est exactement, et prendre la décision de nous sauver de cet environnement mortel.

Comme dit ailleurs, tous les PN emploient les mêmes techniques et les mêmes phrases (efficaces) – comme s’ils avaient tous suivis des cours dans une école en Mauvaiseté.

En fait, ils ont généralement procédé par essai-erreur, et gardé ce qui marchait, en sorte qu’arrivés à l’âge adulte, ils sont devenus des Maîtres en tromperie, en prise & maintien du contrôle sur autrui.

Voici leurs principaux outils pour ce faire :

– le « gaslighting »

Voir ci-dessus ; c’est nier ce qu’il vient de dire ou de faire, pour vous faire douter de vos perceptions, de vos souvenirs, et donc, de votre santé mentale. S’il réussit à nous faire douter de notre version de la réalité, pour adopter la sienne, il a gagné – cet article décrit merveilleusement les techniques utilisées pour « gaslighter » une proie choisie ; GASLIGHTING. HARCELEMENT. TORTURE PSYCHOLOGIQUE.COMMENT SE PROTEGER DU MOBBING et des autres formes de HARCELEMENT – https://rudy2.wordpress.com/mauvais-traitement-psychologique-comment-se-proteger-du-mobbing-et-des-autres-formes-de-harcelement/

Un PN adore créer la confusion ; c’est un écran de fumée leur permettant d’agir à l’abri des regards, d’exécuter leurs plans destructeurs – ça vous bloque, lui permettant d’aspirer votre force vitale et de s’en nourrir…

Ils mélangent des mensonges avec la vérité, blâment leurs proches et insinuent partout que vous êtes mentalement instable. Plus vous êtes dans le brouillard, moins vous pouvez avancer, et plus ils peuvent vous manipuler et avoir le contrôle sur votre vie.
-la projection

Tout le monde a un côté sombre ; une personne normale va en prendre conscience et l’affronter, pour le faire diminuer ou disparaître… mais pas le PN ; lui, il choisit un bouc émissaire, exprès pour pouvoir projeter sur lui (elle)  ses tares « indésirables » – il poussera ensuite ce bouc à exprimer sa peur et sa folie à lui, d’une part parce qu’il peut ainsi déchaîner ses mauvais instincts (sadisme) mais aussi pour paraître « blanc » (sans tache) en comparaison ; le genre : « voyez ! C’est lui (elle) le cinglé(e) ; pas moi ! Moi, je suis un gars cool et normal » ( !).

Donc, si vous voulez savoir ce qu’il est, remarquez de quoi il vous accuse, car un PN va toujours vous accuser de ce dont lui-même est coupable : par ex, de le tromper alors que c’est lui(elle) qui le fait.

Ils se tiennent ce raisonnement ; « Si elle (il) le fait, alors je peux le faire aussi » – car leur esprit tordu refuse la responsabilité de quoi que ce soit, et donc, il se débrouille pour toujours la rejeter sur quelqu’un d’autre.

Et cela a aussi l’avantage de vous blesser & vous déstabiliser. En effet, quand il vous accuse, vous songez à vous défendre, et non plus à lui reprocher ce qu’il a fait ! En un tournemain, il vous fait oublier de quoi vous vouliez parler ; il retourne la situation et, d’accusé, devient accusateur – une technique efficace ! C’est pourquoi la technique du « disque rayé » où l’on nie totalement ses tentatives de diversion (où le PN nous accusera, tentera de nous faire pitié, …) , pour sans cesse répéter notre question initiale – par ex : « Où sont passés les 3.000 € ? » ou « Où étais-tu la nuit dernière ? ».

-Le mensonge :

Tout le monde ment de temps à autre, souvent pour ne pas blesser les sentiments d’autrui ou s’épargner une punition.  Mais les PN mentent naturellement, souvent pour semer la confusion, berner, manipuler & contrôler leurs victimes mais parfois, juste pour le plaisir de mentir.

Ce qu’ils font souvent, c’est évoquer un avenir dont on rêve, pour, agitant cette carotte devant notre nez, nous faire aller dans la direction qu’ils veulent, eux … « On mène les chiens bien loin en leur montrant un os » !

Certains mensonges sont aussi destinés à donner une bonne image d’eux-mêmes ; ils se font passer pour le chevalier courageux, la bonne âme, le parent parfait, etc..

-la triangulation

On n’est jamais qu’à 2, dans un couple avec un PN ; en effet, ce dernier, ayant besoin, tel un drogué, d’approvisionnement narcissique, il doit toujours se garder un « cheptel » en réserve pour pouvoir y puiser si vous lui faites faux bond.

Plus il a d’adorateurs (trices), plus il est satisfait. Donc, en société, il joue « la grande scène du II », se montrant charmant et tartinant la flatterie à la louche à tous ceux qu’il croise – sans compter qu’il flirte à qui mieux mieux !

Bien qu’en couple, il se comporte toujours comme un(e) célibataire – ce qui est fort agaçant.

Mais pourquoi cesserait-il ? Ceci aussi – notre douleur & frustration – le sert ; souvenons-nous qu’il se nourrit de ces émotions ! C’est pour ça qu’il trouve très vite ce dont on a besoin et par la suite, il fait en sorte que nous – son(sa) partenaire – soyons TOUJOURS frustré(e) !

Si vous lui reprochez de draguer tout le monde, il peut, en plus, vous jeter sur le dos SA possessivité & jalousie !

Enfin, cette attitude vous affaiblit de plusieurs façons (et un être affaibli ne peut pas se lever pour partir ou penser clairement) ; cela génère en vous un stress (dû à l’insécurité permanente) et participe au « crazymaking » ; vous faire douter de votre santé mentale, en niant des choses que vous avez vues & entendues, en sorte que vous perdez encore plus confiance en vous, et soyez donc toujours plus incapable de partir !

Sans compter qu’avec cette technique, vous luttez pour lui, vous êtes accro et fixé sur lui, vous tendez à être fâché sur l’autre homme ou l’autre femme – et il aime ceci aussi, puisque, comme tous les êtres mauvais, il adore créer la haine et la dispute, ajouter toujours plus de souffrance et de chaos au monde !

Et il aime aussi que les gens se battent pour lui ; ça le fait sentir précieux, important…

 

Tous ces outils sont des formes dangereuses de violence mentale, & sont utilisés par des PN pour contrôler leurs victimes. Si vous vous retrouvez dans ces descriptions, songez sérieusement à quitter votre « bien-aimé(e) », parce que si vous restez dans cette relation douloureuse, vous vous dirigez droit sur la folie, les maladies et la mort prématurée. Une fois libre, vous verrez mieux à quel point son « air normal » est trompeur !

Publicités

Sortez-vous avec un pervers narcissique ?

Par défaut

PN3 J’avais déjà traité ici http://www.bonheuretamour.com/2014/10/21/sortez-vous-avec-un-loser/ de la relation amoureuse avec des brutes agressives.

Mais il y a pire que ces « primates » misogynes ; il y a les pervers narcissiques. Voici les signes qui vous feront reconnaître un de ces êtres éhontés, souffrant d’un trouble psychique grave, et très dangereux à fréquenter.

Si vous remarquez que vous vous épuisez à donner tout à votre partenaire, sans rien recevoir en retour, que vous n’avez quasiment plus de bons moments avec l’autre, que vous êtes de plus en plus « mal » (malheureux-se) dans cette relation, que votre couple va de plus en plus mal, malgré que vous faites d’énormes efforts (discussions, concessions, …) pour l’améliorer, et que les problèmes restent pareils qu’avant, malgré ses promesses, il se peut que vous soyez en couple avec un pervers…

Eh oui, une relation où l’un des partenaires n’est ni moral, ni empathique, est vouée à l’échec ; en effet, une relation a besoin de certains ingrédients pour marcher ; respect, soutien, confiance, saine communication & égalité économique (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/05/22/les-ingredients-dune-bonne-relation-damour/ )

Or, ils manquent dans une relation avec un PN…  car ces êtres émotionnellement très pauvres, dépourvus de moralité ou même de capacité à ressentir quoi que ce soit pour autrui, sont inaptes à une relation profonde et intime. C’est comme si vous vous attendiez à recevoir des oranges, d’un cactus …même si, au début, ce cactus s’est fait passer pour un oranger !

L’amour comprend une attirance romantique et une forte intensité.. qui, chez eux, sont « jouées », jamais réelles !

Ne faites pas l’erreur de confondre l’amour avec une simple attirance ! De même, le piège des débuts (l’apparence cool, sembler obsédé et vaincu par vous, les fleurs, les centaines de messages par jour, …), n’est pas de l’amour non plus.. c’est une comédie !

Ce n’est que lorsque les 2 partenaires s’investissent dans la relation, s’ouvrent à l’autre, se relient à lui (elle) et sont capables d’empathie, qu’une vraie relation existe, saine et solide.

Mais s’il n’y en a qu’un des 2 qui est ainsi, alors que l’autre est insensible, non-investi, indifférent, et menteur, alors, il n’y a pas de vraie relation – seulement un avorton de relation (voir « la relation est le 1er enfant d’un couple » : http://www.bonheuretamour.com/la-relation-est-le-1er-enfant-dun-couple/ ).

Une relation sans empathie, gentillesse, souci de l’autre et reliement, ne peut être que superficielle. Ce qui est présent, par contre, c’est ceci : tromperies, mensonges,  cachotteries, exigence d’avoir tout le pouvoir sur la relation, et refus de perdre le contrôle, refus d’accepter ses fautes & d’assumer quelque responsabilité que ce soit en tous domaines, et, s’il y a des excuses, elles sont peu sincères et perverties, car il ne les présente que pour servir un but et n’ayant que son propre intérêt en vue …

Bien sûr, tout ceci pourrit la relation !

Il faut savoir (au cas où vous nourririez l’illusion que vous pourrez le changer) qu’il n’existe aucun traitement guérissant la psychopathie – même les psy les plus renommés se cassent les dents sur ces cas désespérés !

Parfois (1 cas sur 1 million !), un PN veut vraiment changer – alors, s’il y travaille longtemps et fortement, il peut modifier certains comportements… Ce qui en fait quand même un bien piètre partenaire, puisque le changement est minime, et qu’il ne sait pas aimer … Or, pour une relation AMOUREUSE, il faut de l’AMOUR, c’est évident !

Notre société vise, non notre bonheur, mais ce qu’on « rapporte » (en ce sens, elle est elle-même perverse) nous invente qu’il y a du bon en chaque être humain, que l’amour est capable de tout vaincre car il est plus fort que tout ; alors, on s’imagine que le (la) pauvre a beaucoup souffert, et que notre amour peut le sauver (O, comme j’ai cru à cette chimère !), mais c’est faux !

Il est vrai que l’amour peut guérir bien des maux, mais PAS UN PSYCHOPATHE ! Eux, ça ne fait que les rendre plus enragés contre vous !

Même si notre PN nous jure de changer, ce n’est qu’une de ses tactiques pour nous garder –  du reste, il promet en général ceci après qu’on ait parlé de partir…

Souvenez-vous que, malgré ses dires, il ne peut pas changer, même s’il le voulait. En effet, il s’agit d’un trouble physique ; chez le PN, l’amygdale du cerveau, le système de récompense, le cortex préfrontal ventromédian et divers neurotransmetteurs, présentent des irrégularités, le poussant à mentir, tromper, agresser, …sans aucun scrupule.

Bref, à blesser gravement les autres (émotionnellement ou physiquement).

En relation, ils accusent leur partenaire de leurs propres défauts et fautes, la (le) rabaissent, l’insultent, la contrôlent, la manipulent, lui mentent, … Et ce schéma ne bouge +- pas durant toute la relation ; en fait, avec eux, plus ça change, plus c’est la même chose ! Cessez, par conséquent, d’espérer que la situation évoluera vers un mieux ; elle ne peut évoluer que vers le pis … Sauvez-vous, avant qu’il ne soit trop tard !

La pente fatale du couple

Par défaut

Voici les divers stages par lesquels passe une relation, en général : d’abord, celui de l’espoir et du contentement, puis, il y a celui de la confusion, puis le stade de la lutte… enfin, celui du malheur et du point de non-retour.
L’homme est intensément inconscient du fait que sa compagne est différente de lui ; qu’une femme a des besoins émotionnels (d’attention, de considération, d’écoute) et de service (aide aux tâches ménagères) et il néglige donc de les remplir.

Au début, la femme ne dit rien, puis elle commence à indiquer – de façon douce ou indirecte – ce qu’elle veut et, devant le peu de succès de ses tentatives, elle commence à s’exprimer plus vigoureusement.

L’homme, qui ne réalise pas les centaines de tâches qu’impliquent la tenue d’un ménage, ne comprend pas la détresse de sa compagne et commence à penser qu’elle a un sale caractère et qu’elle crée des disputes sans raison valable et donc, devant ce qu’il perçoit comme un traitement injuste et irrespectueux, résiste à ces demandes et cesse de parler.
Souvenez-vous que la femme aussi, trouve qu’il la traite de façon injuste et irrespectueuse … Les 2 partenaires s’estiment donc mal traités par l’autre sans raison….L’amertume que ça leur cause fait déjà baisser beaucoup leur amour pour leur conjoint(e).

La femme se tourne alors vers ses amis et d’autres formes de soulagement de sa douleur et de son désarroi – elle souffre car cet homme, qui prétend l’aimer, se fiche visiblement d’elle et de ses besoins – d’où un énorme choc de douleur incrédule ! – et la traite comme une quantité négligeable. Elle ré-essaie aussi de faire comprendre à son partenaire ce qu’elle désire, mais sans plus de succès. Sa douleur augmentant, la pression est trop forte et elle tombe dans l’état de lutte.

A ce stade, il y a, pour les 2 partenaires, de bons et de mauvais jours. Ils s’accordent – sans le dire – pour ne pas aborder les sujets « délicats » qui se terminent en dispute. Le couple communique en contournant ces problèmes, comme s’ils n’existaient pas, mais ils ne font que s’infecter et s’étendre en sous-main, bien entendu. Par conséquent, la distance entre eux s’accroît. Là, des proches peuvent leur conseiller de faire une thérapie de couple ou la femme peut le demander à son compagnon.
S’il refuse ou que la thérapie ne se passe pas bien, la femme tombe au niveau du malheur ; là, elle n’a plus de bons jours. Tout le monde lui serine qu’elle doit trouver son propre bonheur elle-même… mais lorsqu’on vit avec quelqu’un, tout ce que l’autre fait ou dit – ou ne fait pas ou ne dit pas – nous affecte. En outre, elle ne s’est pas mise en couple – avec toutes les concessions et corvées que cela comporte – pour être solitaire, et vivre comme si elle était seule !

Elle en vient à penser que les manières insensibles de son conjoint l’empêchent d’être heureuse, et lui en veut de plus en plus. L’homme, quant à lui, mal à l’aise, tente d’améliorer son état en « se mettant la tête dans le sable » (c-à-d en faisant comme si le problème n’existait pas) et qu’ainsi, ça passera tout seul…. Bien entendu, cette attitude ne fait qu’envenimer les choses ; un tout petit souci gonfle et empoisonne toute une relation si on ne fait rien, alors qu’un énorme problème sera résolu si les 2 partenaires en parlent honnêtement et « rament tous 2 dans la même direction » pour le résoudre.

A ce point, la femme songe au divorce ; sans réconfort, sans espoir, sans succès, elle tombe alors à l’étape du point de non –retour et annonce à l’autre son intention de rompre. Ceci panique l’homme ; il commence à s’informer sur ce qu’il peut y faire, mais ça ne marche pas : comme il agit en désespéré (et non par amour), la femme perçoit ses efforts comme faux. L’homme ne comprend pas que sa femme (bien qu’elle ait encore quelques sentiments pour lui) voit à présent l’union comme une horrible prison, et la rupture comme une promesse de bonheur.

Au fond d’elle-même, elle reste encore un être doux, tendre, attentionné, désirant une vie de famille harmonieuse, mais une autre part d’elle-même, blessée, amère et révoltée, joue les folles du logis, fait des scènes et/ou se donne du bon temps.
Le « moteur à chaos » de l’homme se met alors aussi en marche, et les 2 machines se répondent et se renforcent l’une l’autre, jusqu’à ce que la femme ait le déclic – c’est là où elle franchit la ligne de rupture, car c’est là qu’elle ne ressent plus rien pour son compagnon. Lorsqu’elle a franchi cette ligne, elle est émotionnellement morte, et plus rien ne peut la faire revenir.

Personne n’a jamais parlé des émotions aux hommes… Leur monde est un univers dur et dénué d’émotions, et ils n’apprennent en général quasiment rien sur les femmes. S’ils attendent jusqu’à l’extrême chaos pour consulter, c’est qu’ils font avec leur compagne ce que leur père faisait avec leur mère…
Pourtant, leurs parents avaient-ils une relation marquée d’amour et d’harmonie ? J’en doute…ce n’est pas vrai pour la plupart d’entre nous ! C’est d’ailleurs pour ça que la plupart d’entre nous désirons autre chose, question relation, que ce qu’avaient nos parents. Eh ! Le changement commence par vous, Messieurs ; changez, et vous aurez autre chose !
Si l’on parle en termes d’argent, il a été maintes fois prouvé qu’une femme vaut des millions pour un homme, qu’elle est hyper-bénéfique à sa santé physique et mentale – mais, de même qu’une machine a besoin d’énergie pour fonctionner, la femme a besoin d’attentions (quotidiennes !) pour donner (et c’est ce qu’elle désire) le meilleur d’elle-même !