Archives Mensuelles: novembre 2013

Mes 4 (+1) découvertes en psychologie

Par défaut

1236766_225270507624252_1682648371_nJ’ai découvert 4 principes : l’écluse, le trou dans le pull, la maison froide et la projection + le « 5ème élément », qui lie le tout : l’Amour… All You Need Is Love !

– La maison froide :

(…)  lorsque, en hiver, vous devez quitter votre maison pour accomplir quelque chose au dehors, vous pouvez y aller, car vous avez engrangé assez de chaleur dans votre foyer que pour pouvoir supporter le froid en faisant ce que vous avez à faire. Mais si vous vivez dans un foyer sans chauffage, où vous avez froid – si froid que vous devez vous couvrir, et rester assis ou même couché, il n’est pas question que vous puissiez affronter les conditions qui règnent au-dehors …

(suite : voir http://bonheuretamour.com/mes-4-1-decouvertes-en-psychologie/ )

Cessez de vous faire du mal

Par défaut

On l’a vu  (voir : http://bonheuretamour.com/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-et-nous-aussi/ ), notre côté sombre est fait de fixations psychologiques négatives.

Ce sont ces liens qui nous poussent à nous saboter ; à faire rater tout ce qui pourrait assouvir nos besoins et nous rendre heureux et en bonne santé.

Reprenons-les et distinguons les différentes formes de ces fixations négatives ; il en existe 3 sortes : celle au contrôle, celle au rejet et celle au manque…

Pour en savoir plus, et comment vous en libérer, voir : http://bonheuretamour.com/cessez-de-vous-faire-du-mal/

Clés pour voir plus clair dans votre vie

Par défaut

Young Woman Bending Down and Smiling with Arms Stretched BackLe fait qu’on soit psychologiquement attachés à ce que l’on déteste, qu’on refuse de renoncer à la négativité (parce que l’on trouve dans le malheur une secrète satisfaction, une auto-justification et un plaisir inconscient), j’en ai déjà parlé (par ex ici : https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/09/13/des-spectres-hantent-votre-esprit/ ).

Oui ; on aime (tout en détestant cela) pleurnicher et se faire une vie de crotte, oui, on se trouve toutes sortes d’excuses pour continuer à faire ce qui nous maintient dans le désespoir. Et si quelqu’un nous donne un conseil pour changer, on se sent attaqué(e) et l’on se demande comment il ose nous dire une chose pareille.

Si vous avez une attirance pour la négativité, vous n’êtes pas dissuadé par les mauvaises nouvelles. Il faut s’attaquer à la racine de notre auto-sabotage et piger ce qui se passe vraiment dans notre psyché.

Prenons par exemple les « outre-mangeurs » ; ce qu’ils font, en fait, en se bourrant de nourriture, c’est tenter de soigner un traumatisme ancien (physique,  émotionnel ou sexuel) – leur douleur non-traitée reste alors évidemment dans leur inconscient – causant des souffrances émotionnelles.

De ce genre de « malade » (comme de tous d’ailleurs), on peut dire que le trauma n’est pas de sa faute, que la douleur qui s’ensuit est normale, ainsi que le comportement « compensateur » inconscient (outre-manger, ou l’alcool, ou être accro au travail, ou au porno, …).

Et pourtant, comme il est du devoir de chacun d’en apprendre le plus possible sur la vie et donc d’abord sur soi-même, il est de la responsabilité de chacun de prendre conscience de son problème, de ce qui se passe en lui, et de chercher des solutions plus efficaces et moins nuisibles pour en guérir – en guérir vraiment, et non plus « colmater » la plaie tant bien que mal !

Il ne s’agit pas de se charger de la faute et de se blâmer, mais de faire ce qu’il faut pour stopper le cycle de la souffrance…

Car, que ce soit ou non votre faute, peu importe ; l’essentiel est que vous avez un problème (outre-manger, par ex) et que c’est à vous (& à vous seul) de le régler … C’est votre responsabilité ; car en effet, ce problème vous nuit à vous, mais aussi aux autres ; d’une part, vos proches en subissent les répercussions (ne fût-ce que le chagrin de vous voir vous enfoncer), et d’autre part, dans cet état affaibli, vous ne pouvez donner le meilleur de vous-même et offrir vos talents uniques au monde.

Alors, rappelez-vous sans cesse de ceci : « Pas coupable ; responsable »  !

Si ce côté sombre vous fait sans cesse du mal, c’est en fait parce qu’il souffre de désinformation et donc, de besoins pervertis, nuisibles – en sorte que, tout en essayant (sans succès) de l’annuler, vous ne pouvez accepter de lui donner ce qu’il demande… Donc, vous êtes coincé(e) !

Par exemple ; vous savez que vous ne devriez pas avaler ces biscuits, et pourtant vous le faites, vous savez que vous ne devriez pas fumer car c’est mortel, mais vous le faites, ou ne devriez pas discuter inutilement, mais vous le faites, ou tromper votre partenaire, ou regarder du porno, ou manger trop, ou mentir ou voler, ou vous droguer, ou coucher avec n’importe qui sans protection, ou fuir vos responsabilités, ou haïr votre voisin, … mais vous ne pouvez tout simplement pas – malgré vos bonnes intentions – vous en empêcher !

Et vous savez que vous devriez cesser de manger quand vous êtes repu, ou consommer assez de végétaux, ou avaler vos vitamines, ou prendre assez de sommeil, ou conduire prudemment, ou faire le bien,… Mais ceci, par contre, vous ne pouvez vous pousser à le faire.

Pourquoi ? Parce que c’est votre côté sombre qui vous dirige et alors, vous n’en avez rien à faire, de ce qui est bon pour vous !

Alors, peut-on se débarrasser de cette entité malfaisante, qui fait pourtant partie de nous ? Et si oui, comment ?

On l’a vu, notre côté sombre est fait de fixations psychologiques négatives (voir : http://bonheuretamour.com/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-et-nous-aussi/ ).

Ce sont elles qui vous forcent à revenir sans cesse à l’état – familier pour vous – de peur et de douleur, et qui  vous empêchent de vous sentir fort, sûr(e) de vous, équilibré(e) et sain d’esprit… En effet, ces fixations s’expriment via la peur, le rejet, l’échec, la trahison, l’humiliation, et la dévalorisation… Bref, ce côté sombre a BESOIN de s’exprimer via la négativité ; c-à-d des pensées, sentiments, actes et personnes négatives.

Et comme (à cause de vos gènes et de votre histoire familiale) c’est ce côté qui a le pouvoir, vous vous accrochez frénétiquement à la négativité – et vous l’exprimez en en produisant sans cesse dans votre esprit, et en attirant (puis gardant) des êtres négatifs dans votre vie.

Pour faire disparaître ce côté sombre, il faut en 1er lieu comprendre qu’il est là, tapi en nous, puis, creuser pour découvrir de quelle nature il est, et enfin, le « ré-entraîner » autrement.

Lorsqu’on commence à investiguer dans notre esprit, on pose des questions, et, comme notre neo-cortex est fait pour trouver à tout des justifications logiques, il nous donne une réponse… Cette réponse est FAUSSE !    Il faut la rejeter, et creuser plus profond…

L’ennui, c’est que là, on se trouve dans une zone de « brouillard » ; tout est flou, on ne voit rien…  Et ce « brouillard » de notre esprit, est très dur à percer.

Il faut donc émettre l’intention de voir clair dans l’ambiance de notre foyer d’enfance, et attendre que quelque chose nous en fasse souvenir … Une fois qu’on a pris conscience de ceci, on peut distinguer – ou deviner – la sensation « noire » qui s’est inscrite en nous, et contrôle désormais notre vie d’adulte.

On peut alors comprendre la raison de nos conduites auto-destructrices et de comment on se sabote et on s’empêche d’être heureux. Ici s’illustre le« l’esprit est ardent, mais la chair est faible » de Jésus : on sait ce qu’il faut faire, et ce qu’il faut éviter, mais pourtant on retombe sans arrêt dans les mauvais comportements !

Les thérapeutes actuels insistent sur les désirs conscients, ignorant totalement ce côté sombre- mais on ne pourra pourtant pas travailler à atteindre lesdits désirs tant que ces « fantômes du passé » contrôleront toutes nos sensations et comportements ! Voilà, du reste, la raison pour laquelle la plupart des thérapies ou coachings échouent… C’est votre côté obscur (vos fixations) qui a le contrôle – et qui n’entend pas le lâcher ..

Prendre conscience de ce côté obscur tapi en nous, est déjà un grand pas en avant ; une 1ère étape indispensable pour s’en libérer et mener une vie plus heureuse… Dans l’article qui suivra, je vous indique les diverses sortes de fixations psychiques et comment se guérir…

Les pauv’crétins

Par défaut

MP900439345[1]Un  « pauv’crétin(e) » – autrement appelé « tache » – est une personne qui croit tout savoir alors qu’en fait, il n’y connaît rien et ignore totalement de quoi il parle… Et Dieu sait qu’il parle ! En témoignent ces 2 proverbes ; « Tout âne aime s’entendre braire » & « Ce sont toujours les cruches vides qui font le plus de bruit » !

Ces êtres-là se croient donc intéressants ; ils ne s’informent jamais sérieusement de rien, car, dans leur bêtise, leur aveuglement et leur suffisance,  ils s’imaginent posséder la science infuse. Quelqu’un, par contre, qui sait de quoi il parle mais se fiche de heurter les autres, n’est qu’un sale c…

Le « pauv’crétin » détruit notre sérénité ; il peut sérieusement nous énerver car ses propos ou ses actes outrageusement débiles nous atterrent,  nous médusent ou nous horrifient, au point de nous paralyser… On n’est plus capable de réagir et de s’affirmer.

Le plus triste, c’est que cela durera toute sa vie ; en effet, le « pauv’crétin » ne réalise nullement qu’il dit des sottises, et ce, parce qu’on juge son intelligence… avec son intelligence ; donc, il en aura toujours assez !   Il ne voit pas que les autres l’évitent ou se fichent de ses « géniales idées » et que ses opinions brouillonnes et sottes font hausser les épaules à ceux qui, contrairement à lui, sont bien informés.

Une tendance humaine est que, dès qu’une pensée surgit dans notre tête, on croit que c’est la vérité, mais c’est faux : pour qu’une pensée corresponde tant soit peu à une vérité, il faut :

– d’abord posséder un certain (assez haut) degré d’intelligence & de bon sens,

– avoir étudié le sujet de façon à la fois sérieuse & approfondie,

– et enfin, avoir vécu ce genre de situation, l’avoir traversée et ressentie dans sa chair.

Sans compter leur mix inédit de rudesse malpolie et de manque d’empathie, qui fait qu’ils vous font des remarques (ou gestes) choquants ou blessants et, loin de détecter notre dégoût et de s’arrêter, insistent & continuent allègrement à piétiner nos sentiments !

Ces gens-là sont l’opposé d’un bon gars ou d’une bonne fille ; ils énerveraient un ange, et on doit faire appel à toute notre maîtrise de soi pour garder notre calme en face de leur grossièreté et indélicatesse.

Conclusion : comme on ne peut les changer, il faut les éviter, et pour ça, savoir les détecter ..

Voici donc quelques pistes pour les reconnaître :

– ils interrompent ou n’attendent pas leur tour,

– ils abusent de ceux qui sont à terre ou déprimés,

– ils boudent s’ils perdent et exultent bruyamment s’ils gagnent,

– ils se montrent malhonnêtes et non intègres,

– vous ne voudriez jamais devenir comme eux, ou voir l’un de vos proches s’unir à eux,

– en les voyant ou entendant, vous sentez toujours l’envie de les éviter.

Amour ; êtes-vous compatibles ?

Par défaut

Couple DiningNous, humains, sommes constitués d’un corps, d’un esprit et d’une âme, et quand il s’agit de trouver l’homme (la femme) de notre vie, il faut que ces 3 éléments soient d’un niveau correspondant chez les 2 membres du couple – avec une prédominance pour l’âme (80%), puis l’esprit (17%) et enfin pour le corps (3%).

Bien sûr, hélas, le corps est ce qui saute d’abord aux yeux, puis l’esprit se montre, et l’âme ne se dévoile qu’en dernier lieu.

Commençons donc par le corps : il vaut mieux que les corps des 2 partenaires soient d’un égal niveau de beauté. Certains prétendent même que l’on est plus attiré(e) par quelqu’un ayant des traits du visage semblables aux nôtres.

Mais l’attirance physique, si forte soit-elle, s’affaiblira vite si l’esprit et surtout l’âme, divergent. Et, en présence d’un être intelligent et surtout, lumineusement moral, on sera attiré, même si le corps n’est pas beau (ceci vaut surtout pour les femmes).

D’ailleurs, même une femme très belle, mais sotte, méchante et basse, peut attirer physiquement un homme au début, mais il finira par la mépriser ou s’en dégoûter quand elle fera paraître son esprit et son âme.

Passons à l’esprit : il doit également être du même niveau chez les 2 partenaires. En effet, quel que soit notre niveau d’intelligence, la bêtise (= quand l’autre en a moins que nous) n’est guère attirante (elle provoque le mépris) et à l’inverse, lorsque l’autre est plus intelligent que nous, cela nuit à la communication – élément essentiel dans un couple.

Un mot sur la conscience (située à l’intersection entre l’âme et l’esprit) : la communication devant être profonde et très étroite entre les 2 membres d’un couple, ce n’est possible qu’entre 2 personnes ayant un niveau de conscience similaire ; un même niveau de conscience permet en effet, de « comprendre » ce que vous dit votre interlocuteur et d’y réagir adéquatement (= d’une façon qui valide et valorise l’autre, ce qui renforce le couple).  Par contre, 2 êtres ayant un niveau de conscience différent réagiront, non pas à ce que dit l’autre, mais à la différence de niveau (d’où une communication coupée, un malaise et des disputes).

Il en existe 5 niveaux : 1. ignorance, 2. conscience d’après-action, 3. conscience présente, 4. choix & 5. Pouvoir.

1. ignorance : Vous n’avez pas conscience que vous êtes impliqué dans un comportement qui vous nuit et vous affaiblit.

2. conscience d’après-action : Vous prenez conscience du comportement nuisible, mais seulement après qu’il ait eu lieu.

3. conscience présente : Vous prenez conscience du comportement nuisible pendant que vous le faites.

4. choix : Vous avez conscience que vous êtes sur le point de tomber dans un comportement nuisible & vous avez alors le choix de faire quelque chose d’autre.

5. pouvoir : Vous avez changé le comportement nocif en une action qui vous bénéficie et vous renforce.

Pour ce qui est de l’âme, qui est le fondement même d’un être, les choses se passent différemment ; comme pour le corps et l’esprit, il faut également que son niveau soit plus ou moins pareil pour les 2, mais en plus, sachant qu’il y a divers stades d’évolution spirituelle, certains (les plus « bas ») sont trop avides que pour pouvoir être en relation avec quelqu’un, surtout une relation où il faut s’ouvrir, donner, et même parfois se sacrifier, comme l’est la relation amoureuse !

Pour vous l’expliquer, je suivrai ce qu’écrit Scott Peck dans « plus loin sur le Chemin le moins fréquenté ». Tout en prévenant qu’on n’est jamais coincé à jamais dans un niveau (on peut évoluer, dans un sens ou dans l’autre), il distingue 4 niveaux :

– au 1er niveau (chaotique/antisocial) se trouvent les êtres sans spiritualité ; dénués de scrupules, ils sont retors, malhonnêtes, manipulateurs, et visent à satisfaire leurs envies en ne tenant pas compte des autres, qu’ils se fichent de blesser – seul compte leur intérêt personnel, leur volonté inconsciente et infantile.

– au 2ème niveau (formel/institutionnel) se trouvent les êtres ayant une foi étroite, fanatique, toute faite de forme (le « fond » est oublié !) et de rituels stricts et inchangeables ; ils visent à  se soumettre à une institution et lui obéissent en tout. Leur foi est pour eux une bouée car sans elle, ils (re)tomberaient au niveau de la « bête » (niveau 1).

– au 3ème niveau (sceptique/individuel) se trouvent les êtres s’étant détachés du dogme et décidés à penser par eux-mêmes ; ils s’impliquent dans la société, recherchant la vérité, fondant (ou participant à) des projets humanitaires ou écologiques.

– au 4ème niveau enfin (mystique/communautaire) se trouvent ceux ayant assez trouvé de vérités pour saisir que tout est lié ; ceux-là ont découvert « l’Unité sous la diversité » ; le « point commun » sous les apparences si différentes des êtres et des choses, les rapports qui lient tout et tous, et agissent en accord avec cette vision des choses. Là est la vraie religiosité (de « religare »; « relier ») ; ils sont reliés à eux-mêmes (à leur être profond) mais aussi aux autres, aux animaux, aux plantes, à la Nature dans son ensemble et à Dieu (quelle que soit leur religion ou leur « philosophie »).

Il est clair que les gens du 1er niveau sont inaptes aux relations ; car ces gens-là ne sont pas fiables (voir *ci-dessous), il ne peut y avoir ni confiance, ni respect possibles. Ceux du niveau 2 y sont peu aptes, car inaptes à penser par eux-mêmes et à sentir de façon élevée – mais une relation avec quelqu’un partageant la même foi (et le même niveau) peut fonctionner. Ceux des 3ème et 4ème niveaux sont aptes aux relations – mais avec un être se trouvant également au niveau 3 ou 4, sinon, la différence de niveau leur procurera, en présence de l’autre, un malaise pénible rendant toute relation impossible.

En outre, les centres d’intérêts (si importants pour une relation) dépendent de l’âme : les gens du niveau 1 ne s’intéressent qu’aux choses bassement matérielles, or, une relation de couple implique d’aimer l’être profond, et les « niveaux 1 » en sont incapables. L’amour, élément fondateur du couple est de nature non-matérielle et profonde – or ces êtres sont matérialistes et superficiels.

De plus, aimer, c’est donner ; « aimer, c’est diviser une orange, et donner toujours la plus grosse part à l’autre »… or, ces individus ne pensent qu’à leur intérêt.  Et ce n’est donc pas l’amour (de nature altruiste) qui les pousse vers un partenaire, mais leur seul intérêt. Du reste, qui voudrait être « aimé » (mais ces êtres n’aiment qu’eux-mêmes) juste pour son physique ou son argent ?

J’ajoute que toute relation affective (amour ou amitié) implique une égalité, et une justice – car plus il y a de justice quelque part (tant dans l’Etat, ou une firme, que dans une famille), plus il y a de bonheur – or, ces gens ne pensent qu’à prendre, sans rien donner ; on voit qu’il ne peut y avoir ni justice, ni égalité ici… Que du malheur, donc !

Voilà, mon tour d’horizon est complet ; vous savez maintenant – et vous sentez – si votre bien-aimé(e) est compatible avec vous, ou pas. Et souvenez-vous de la règle du « 100-50 » ; si, étant avec l’autre, vous n’êtes pas à 100% heureux(se) durant au moins 50% du temps, vous faites une mauvaise affaire !

 

*Fiabilité :

Un couple est basé sur la confiance. Or, la confiance se mérite. Elle se bâtit quand celui (celle) à qui on a affaire est FIABLE => quelqu’un de fiable (digne de confiance) est donc quelqu’un à qui l’on peut se fier – c-à-d quelqu’un qui est véridique => quelqu’un qui dit la vérité. Et qu’est-ce que la vérité ? C’est quand les paroles correspondent aux actes !

Citations à cogiter et s’approprier

Par défaut

Mature woman beach

–                  Votre jour ira dans la direction où iront les coins de votre bouche …

–                  La tension est qui l’on croit devoir être, la relaxation est qui l’on est (proverbe chinois)

–                  Tout dans votre vie est le reflet de l’un des choix que vous avez faits. Si vous voulez un résultat différent, faites des choix différents ()

–                  La vie, c’est comme la mer ; elle ne porte que ceux qui remuent (H. Bazin)

–                  C’est en faisant le bien que l’on détruit le mal, et non en luttant contre lui. C’est en cultivant l’amour que l’on détruit la haine, et non en l’affrontant. C’est en faisant croître la lumière que l’on triomphe de l’obscurité, et non en lui livrant combat (C. Barzouk)

–                  La souffrance, c’est s’accrocher à ce qui change (Bouddha)

–                  Dans tous les aspects de la vie, la réussite n’est jamais un cadeau, ni une question de chance ou de destin.  Ceux qui réussissent ont le sens du Courage, de la Persévérance et de la Détermination. Il s’ensuit que l’on peut être, faire et avoir tout ce que l’on imagine, il suffit de le rendre réel a l’esprit et avoir la détermination de le matérialiser..

–                Aucun n’a jamais souffert alors qu’il était à la poursuite de ses rêves (P. Coelho)

–                  Si tu en as marre de recommencer, cesse d’abandonner ()

–                  La joie est la fleur qui pousse sur la tige de l’amour (Cardinal Saliège)

–                  Si tu sèmes le bonheur dans le jardin de ton frère, il fleurira chez toi (proverbe arabe)

–                  Il n’y a pas de chemin vers le bonheur ; c’est le bonheur qui est le chemin (Lao Tseu)

–                  Les pensées que nous choisissons d’entretenir en nous sont les instruments qui nous servent à tisser la trame de notre vie ( Louise L. Hay)

–                  La joie intérieure réside au plus intime de l’âme : on peut aussi bien la posséder dans une obscure prison que dans un palais (Ste Thérèse de Lisieux)

–                  Ce que vous attirez dans votre vie est en harmonie avec vos pensées dominantes (B. Tracy)

–                  …on n’a le choix qu’entre la peur et l’amour ; c’est tout ce qu’il y a (D. Hicks)

–                  Ne pensez pas que quelqu’un d’autre est plus favorisé que vous ; c’est juste que nous sommes favorisés d’une autre façon ()

–                  Un être rencontre souvent son destin sur la route qu’il avait prise pour l’éviter ()

–                  Celui qui a trouvé une raison de vivre est capable de tout supporter, ou presque (F. Nietzsche)

–                  Le bonheur n’est pas une récompense mais une conséquence. La souffrance n’est pas une punition mais un résultat (R. Ingersoll)

–                  Lorsque Dieu résoud tes problèmes, tu as foi en Ses aptitudes ; lorsque Dieu ne résoud pas tes problèmes, Il a foi en tes aptitudes ()

–                  Si vous  voulez plus de joie, servez. Si vous voulez plus d’argent, résolvez des problèmes. Si vous voulez plus de liberté, affrontez vos peurs.

–                  Tout sera un jour compréhensible pourvu qu’on essaie de rester debout ou à genoux, pourvu qu’à travers tout, on essaie quand même de dire oui à la lumière et merci au désert (Alliette Andra)

–                  Vous ne pouvez pas arrêter les vagues, mais vous pouvez apprendre à surfer (J. Goldstein)

–                  Vous ne pouvez pas empêcher le corbeau de se poser sur votre tête, mais vous pouvez l’empêcher de faire son nid dans vos cheveux ()

–                  La vie est parfaite puisqu’elle nous ressert toujours le même plat jusqu’à ce que nous prenions conscience de ce que nous sommes en train de manger (G. Corneau)

Voyez aussi :  « Vivre et réussir selon Steve Pavlina »- http://bonheuretamour.com/vivre-et-reussir-selon-steve-pavlina/

Ou : Les grandes lois de la vie : http://bonheuretamour.com/les-grandes-regles-de-la-vie/