Archives de Tag: agression

La « codépendance » des victimes de PN

Par défaut

empathie2

J’ai déjà dit ici – http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/la-soi-disant-co-dependance/ – ce qu’il faut penser des théories à la mode et entre autres, de la « co-dépendance » (en bref : rien de bon !).

En ce qui concerne les violences perverses subies aux mains d’un malade atteint de troubles de la personnalité (borderline, sociopathe, psychopathe, narcissique, histrionique) ou violent & manipulateur, coller sur la victime l’étiquette de « codépendance » est tout simplement une façon de blâmer la victime !

Qualifier de « codépendant » le destinataire de l’abus (qu’on le nomme «victime» ou «abusé») , revient à attacher un certain nombre de problèmes psychologiques et /ou émotionnels à cette personne, ce qui implique qu’elle a joué un rôle dans la violence qui lui fut infligée, que sa soi-disant « codépendance » a permis à l’abus, l’a favorisé, a attiré l’agresseur dans leur vie, etc.

C’est ôter l’accent de l’agresseur taré & violent, pour le replacer sur la victime !

Pourtant, la grande majorité des thérapeutes traditionnels adoptera cette approche ; en thérapie, ils conseilleront à la victime de ne se concentrer que sur leur «propre rôle» dans la dynamique de la relation et donc dans l’abus, & d’ignorer complètement leur partenaire (partenaire, époux(se), parent, …) en tant qu’agresseur.

Ils s’en tirent justement en collant à la victime l’étiquette de « codépendance ».

Or, ce terme (codépendance), destiné, à la base, aux compagnes d’alcooliques, a été abusivement étendu à tous les partenaires de conjoints tarés, en sorte qu’actuellement, ça permet de qualifier tout et n’importe quoi ! On peut en adapter la définition pour correspondre à presque tous les troubles !

Or, j’ai bien vu que la grande majorité des partenaires de PN ou d’êtres souffrant de troubles de la personnalité, ne sont pas du tout des codépendant(e)s !

En outre, il devrait être évident pour tous qu’il faut se focaliser sur les comportements pervers, les violences & la manipulation, & non sur les victimes – ce qui est à la fois stupide, cruel & inefficace !

Les théories actuelles, qui blâment la victime, sont mauvaises, mais répandues exprès ;

Les hauts dirigeants le font en connaissance de cause, car ils en bénéficient d’une ou d’autre manière ; soit financièrement (juges, …) ou soit, si eux-mêmes sont des PN (et il y en a bien plus aux échelons supérieurs du pouvoir qu’ailleurs), parce que ça crée du malheur & détruit la société …ce que ces êtres anti-sociaux adorent !

Et les autres y croient parce que ce sont des jobards dénués de tout sens commun, et ils le répandent parce qu’eux aussi en tirent profit ; financièrement (assistantes sociales, …) et psychologiquement ; ces médiocres peuvent enfin se sentir supérieurs à ceux qui n’ont juste pas eu leur chance !

A tous ceux qui « insistent » sur le rôle de la victime, je dirai ; oui, les PN ne choisissent pas n’importe qui &, en ce sens, la victime joue « un rôle » dans l’abus qu’elle subit ; ils ont choisi la victime parce qu’elle est une gentille, douce, aimante, généreuse, honnête, pleine d’espoir, romantique, pardonnant facilement. Voilà ! Maintenant, j’ajoute que quelqu’un qui ose blâmer un être de posséder ces précieuses qualités est un con ou un taré sans sentiments, bien proche d’un PN !

J’ai parlé dans les articles suivants de ces théories débiles & de la réaction inhumaine & cruellement inadaptée des acteurs sociaux :

PN : la société accable les victimes ; http://www.bonheuretamour.com/2015/06/14/pn-la-societe-accable-les-victimes/

Victime & acteurs sociaux : http://www.bonheuretamour.com/2015/06/07/victimes-acteurs-sociaux/

Violence perverse, effets & société –https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/13/violence-perverse-effets-societe

La soi-disant « co-dépendance » http://www.bonheuretamour.com/la-soi-disant-co-dependance/

Pourquoi on délaisse les victimes : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/17/pourquoi-on-delaisse-les-victimes/

PN & Communication Non-Violente : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/01/11/pn-communication-non-violente/

Comment la société protège les PN : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/05/17/comment-la-societe-protege-les-pn/

Victime ; avez-vous choisi la violence ? https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/13/victime-avez-vous-choisi-la-violence/

Viol émotionnel : http://www.bonheuretamour.com/2015/10/15/viol-emotionnel/

…et dans bien d’autres, que je vous encourage à lire ; par ex, dans la série d’articles ci-dessous, j’explique pourquoi la victime reste  avec son bourreau : 

couple en crise : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/18/couple-en-crise-que-faire/

Violence & syndrome de Stockholm : https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/05/12/violence-et-syndrome-de-stockholm/

Les liens traumatiques |https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/10/les-liens-traumatiques/

PN : pourquoi on reste si longtempshttp://www.bonheuretamour.com/2015/05/23/pn-pourquoi-on-reste-si-longtemps/

Qu’est-ce qui nous garde dans une relation toxique ? http://www.bonheuretamour.com/2016/04/13/quest-ce-qui-nous-garde-dans-une-relation-toxique/

Sites d’infos sur les PN : http://www.bonheuretamour.com/2016/02/18/sites-dinfos-sur-les-pn/

PN : les victimes doutent : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/05/15/pn-les-victimes-doutent/

Provocations du PN ; cessez de réagir ! : http://www.bonheuretamour.com/2016/07/21/provocations-du-pn-cessez-de-reagir/

En conclusion, j’encourage tout le monde à s’informer, à cesser de croire ce qui heurte à la fois la raison & le coeur, pour adopter désormais une vision logique & humaine des choses – bref, à mettre le blâme là où il faut, c-à-d sur les épaules des agresseurs !

Dynamique de la famille perverse

Par défaut

famille perverse  Comme vous le savez sans doute, dans une famille où au moins 1 des 2 parents est un pervers narcissique, il y a toujours un enfant qui est l’enfant parfait (« Golden Child ») et un autre qui est le « bouc émissaire ».

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est au fond le bouc émissaire qui est le mieux loti ; car à la fin, c’est lui qui a le plus de chances d’en réchapper, de guérir et de mener une vie saine.

Quand une famille est infestée par la mauvaiseté, la maladie mentale, une addiction (alcool, drogues, médicaments), les enfants se voient attribuer, dès la naissance, un rôle rigide – car ce genre de famille ne peut survivre que si chacun joue bien son rôle.

Donc, si vous osez sortir de votre rôle, tous les autres membres (dysfonctionnels) de la famille feront tout pour vous faire rentrer à votre place.

Ces rôles forcent les enfants à montrer une image fausse d’eux-mêmes (& de la famille) tout en supprimant leur vrai moi. Dans une telle famille, il y a des règles non-dites que les enfants en viennent vite à connaître, et qu’il est interdit de discuter ou même seulement de révéler au grand jour.

Il faut faire semblant, jouer son rôle, et ne jamais contredire ou exposer la belle façade…

Tant le bouc émissaire que l’enfant parfait, sont indispensables dans cette famille – mais bien sûr, aucun enfant, quel que soit son rôle n’est aimé ou estimé pour lui-même – mais seulement pour son utilité pour la mère PN ;

l’enfant parfait sert à montrer au monde à quel point la mère est une bonne mère pour avoir un tel enfant. Donc, cet enfant est sans cesse félicité pour tout, et excusé pour toutes ses erreurs. Il est la version miniature de la mère, un pervers en formation – ce reflet de la « Grandeur » de la mère, est la raison majeure pour laquelle cet enfant-là ne « peut » rien faire de mal à ses yeux.

Mais bien entendu, ce favoritisme extrême cause des problèmes entre frères & soeurs … Tant mieux ; les PN adorent les drames !

Pour le bouc émissaire, c’est l’inverse ; rien de ce qu’il fait n’est bien, et ses erreurs (ou même celles des autres !) sont durement punies. Les autres enfants apprennent très vite qu’ils peuvent le maltraiter et l’accuser de leurs propres bêtises.

Un PN n’a aucune conscience (donc sentiment de culpabilité) et comme son but est d’éviter toute responsabilité, la mère narcissique « ré-écrit l’histoire » ou pervertit la réalité pour rendre cet enfant coupable de tous les dysfonctionnements de la famille et elle, blanche comme neige et même, victime à plaindre ; un mauvais sort lui a infligé cet enfant « impossible », qui est un nul et un mauvais et qu’elle n’a pu remettre sur le droit chemin malgré tout son amour et ses compétences maternelles ( !).

Cet enfant est en fait le diseur de vérité dans ce réseau de mensonges, de secrets et de fausses apparences – son rôle est de pouvoir maintenir la façade de famille saine & normale, en le pointant du doigt comme étant la source du problème ; il distrait l’attention du vrai problème de la famille.

Comme tout le monde l’agresse dans sa famille, le bouc émissaire réagit souvent par des crises de colère ou des actes anti-sociaux, marquant son mal-être – mais que le monde extérieur interprète comme la preuve que la mère disait vrai en l’accusant d’être mauvais et dérangé !

La mère perverse peut alors jouer sa grande scène, jouant les victimes, racontant à tout le monde les souffrances que cet enfant ingrat lui cause, bien qu’elle soit une bonne mère pour lui et fasse tout son possible pour le sauver.

Bref, une fois de plus, le PN salit la vraie victime, et se choisit des complices extérieurs, qui puniront (blâmeront, insulteront, humilieront, ou enfermeront) la vraie victime à sa place !

Si le bouc émissaire parvient à quitter sa famille, tout d’un coup, l’équilibre de la famille est rompu. Tous les autres membres de la famille deviendront alors tout sucre tout miel envers lui, pour le convaincre de revenir …

Attention ; je vous préviens : leur comédie semble très vraie – surtout quand ils jurent d’avoir compris et changé et qu’ils s’excusent ; On a attendu ça TOUTE SA VIE, on a TELLEMENT envie d’y croire !

Mais ne tombez pas dans leurs pièges, ne croyez pas leurs mensonges, car si vous revenez ils vous re-jetteront votre rôle de bouc émissaire sur le dos !

Si le bouc émissaire ne revient pas dans la famille, la tension croît de plus en plus dans la famille ; la mère PN choisit alors un autre enfant pour tenir le rôle ou continue (durant toute sa vie !) à vous salir et vous nuire à distance…

Se ficher des brimades

Par défaut

je m'en fous

J’avais déjà écrit sur le sujet de la gestion des émotions (http://www.bonheuretamour.com/gerer-nos-emotions/

ou https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/05/11/controler-ses-emotions/ , ou encore http://www.bonheuretamour.com/sachez-vous-controler/ ), mais je veux traiter ici de comment éviter de réagir à une agression – ou un acte ou parole que l’on perçoit comme telle – comment éviter d’en être blessé et de se vexer.

Il existe un ancien secret du bonheur, bien caché, utilisé par les sages … Il est essentiel au bonheur et à une bonne santé mentale ; c’est l’art de ne pas s’offenser des injures, insultes, offenses, attaques, agressions & outrages.

Pour maîtriser cet art, il faut arriver à voir que chaque déclaration, action et réaction d’un autre humain est le résultat de la somme de leur expérience de vie – c-à-d comprendre que la majorité des gens ne parlent et n’agissent qu’à partir de leur propre ensemble de craintes, conclusions, défenses et tentatives pour survivre.

Pour comprendre les raisons qui poussent certaines personnes à vous agresser, vous pouvez lire : http://www.bonheuretamour.com/pourquoi-certains-sont-mechants-et-cruels/ . Déjà dans cet article, je vous invitais à relativiser par rapport à ce que d’autres nous infligent.

La plus grande partie de leurs actes & paroles, même lorsqu’ils nous visent directement, n’a en fait RIEN à voir avec nous, mais bien (en général) avec toutes les autres fois – & surtout les 1ères fois – où cette personne a connu une situation similaire, généralement quand elle était jeune.
Ceci est de la psychodynamique – et c’est elle qui fait marcher le monde… Une personne qui veut s’épanouir dans ce monde en tant que personne spirituelle, doit comprendre que la psychologie (signifiant « étude de l’âme »).est aussi spirituelle que la prière.
Presque rien n’est personnel dans la vie ; même avec les êtres qui nous sont le plus proche (partenaire amoureux, parents, enfants, amis), nous nageons tous dans les projections et les filtres de nos expériences de vie et souvent nous sommes juste des remplaçants, des « pions » vivants auxquels nos proches réagissent de façon automatique. Ceci n’est pas pour déshumaniser la vie ou ôter l’intimité de nos relations, mais pour nous rappeler que presque chaque fois que nous nous sentons offensés, nous sommes en réalité en plein milieu d’un malentendu.

Comprendre ce concept permet plus d’intimité et moins de souffrance dans toutes nos relations. Quand on se rappelle qu’on est juste celui qui est au bon endroit, au bon moment psychodynamique pour l’autre, on ne prend plus ses paroles ou ses actes personnellement… Si ce ne était pas nous, ce serait sûrement quelqu’un d’autre…
Cela nous libère, nous permet d’être plus détaché des réactions des gens autour de nous. Souvent, on réagit à l’affirmation d’un autre en étant offensé, au lieu de penser qu’il parle ainsi sans doute parce qu’il souffre ou a souffert jadis…

Chaque fois qu’on subit une attaque, au lieu de « prendre la mouche », on devrait plutôt la voir comme une opportunité de devenir plus serein(e).

Tous colère, tout acte, rigueur ou critique, traduit une souffrance, même si elle s’exprime sous une forme bien différente. Et quand on n’y réagit pas, quand on ne lui fournit pas de «  Velcro « pour qu’elle s’attache (il suffit de l’ignorer totalement), quelque chose change dans le monde. C’est la fin de « l’escalade », du cercle vicieux de la souffrance et de l’agression… (en tout cas, de votre côté).

Les personnes qui souffrent en silence, n’aiment pas qu’on leur dise qu’ils souffrent ; donc, vous ne devez pas commencer à jouer les thérapeutes avec vos proches ; il suffit de comprendre la situation et d’aller de l’avant.

Au pis, on souffrira moins de leur attitude, au mieux, c’est l’occasion de rendre le monde meilleur.

Attention : il ne s’agit pas de se laisser maltraiter, dominer ou négliger ! (je traite ce sujet ici : http://www.bonheuretamour.com/agressions/ ).  La vraie compassion englobe aussi notre personne et ne permet pas de nous blesser non plus.

Mais quand on sait que rien n’est personnel, une chose magique se produit ; la plupart des agresseurs (ou semblant tels) disparaît de notre vie.  Une fois que nous sommes conscients, la soi-disant agression (ou le sentiment d’être agressé) ne peut plus se produire que si l’on croit à ce que dit l’autre.

Au lieu de ça, on dit « Merci pour le partage», et on continue notre chemin… On n’est plus « accroché » par ce que l’autre dit ou fait, puisqu’on sait que ça ne nous concerne aucunement.

Lorsque nous savons que notre valeur intrinsèque n’est pas déterminée par ce que l’autre dit, fait ou croit, nous pouvons prendre du recul d’avec le monde ; nous en distancer sans créer plus de misère pour nous-mêmes ou devoir convaincre l’autre que nous sommes quelqu’un de bien.
Le grand défi d’un être humain est de vivre une vie de contentement, indépendamment de ce que les autres font, disent, pensent ou croient.

L’art de ne pas être offensé est une des nombreuses compétences pour être un mystique réaliste. Même si cela peut prendre toute une vie de pratique, c’est vraiment l’un des secrets les mieux gardés pour vivre une vie heureuse !