Archives Mensuelles: octobre 2015

Etre HP chez les NT

Par défaut

albatros

Avertissement : cet article est très direct et va, bien entendu, choquer les sheeple attachés au politiquement correct…

Qu’ils sachent donc que :

  1. Je me moque du politiquement correct & de leur avis mal inspiré (du reste, rien ne les empêche d’écrire aussi – & autre chose – sur ce sujet…si tant est qu’ils soient réellement des HP !),
  2. je n’étais – ni ne pensais – pas ainsi au départ – mais je parle d’expérience … Toute une vie d’expérience ! La Vie m’a vendu bien cher ces vérités, et j’ai gagné le droit de parler ainsi, car j’ai payé chaque parcelle de ce savoir de larmes de sang !

Bien que les HP aient des perceptions particulièrement pointues, et bien supérieures à celles des humains lambda, une cécité (involontaire) aux codes sociaux semble les toucher tous. Je me souviens que quand j’allais aux réunions pour HP (asbl Douance, à Bruxelles), on nous apprenait quoi dire aux « normo-typiques »  (NT) et comment le dire, etc.. pour devenir plus adroits socialement.

Au fil des années, j’en suis venue à penser que les NT s’expriment beaucoup par mimiques (comme les animaux) – quand on a compris ceci, on a, je crois, compris le principal en ce qui les concerne.

Il est normal qu’on ne veuille pas communiquer comme eux, puisqu’ils ne font que mentir & feindre, alors que nous comprenons l’inanité d’une telle attitude.  Par ex, si un normo-typique ne vous aime pas, il va contredire ce que vous dites – tous les NT comprennent que ceci ( = contredire) signifie que l’autre ne nous aime pas.

Quand ils ne sont pas d’accord avec ce que quelqu’un dit, mais qu’ils aiment bien la personne, ils ne disent rien, ou font semblant d’aimer.. Ces 2 attitudes sont grotesques, car contre-productives, m’enfin bon … On sait (ô combien !) que les NT agissent toujours de façon sotte et agressive.

Hélas, ils ne voient pas leur bêtise ; en effet, comme on juge de l’intelligence avec… son intelligence, on en a toujours suffisamment !

Et nous, qui avons compris que, pour épargner du temps et de l’énergie à tout le monde (& aussi pour aider autrui), il faut évidemment dire la vérité, lorsque l’on entend quelque chose de faux, on va s’exprimer franchement et contredire la personne ; grosse erreur ! On s’est fait un ennemi de plus !

Mais on DOIT se soucier des codes NT (aussi stupides soient-ils !) car ce sont les NT (et même les PIRES spécimens) qui ont le pouvoir, et qui déterminent notre vie ! Ils peuvent nous mettre des bâtons dans les roues ou même, nous nuire activement (croyez que je parle ici par expérience).

Ou quand on est malade (quand il faut une piqûre, par ex) ; ils ne pigent pas qu’on ressent tout 10 fois plus fort, ou notre enthousiasme pour les sensations (musique, par ex) qui les rend envieux, … Il y a un risque réel de se faire cataloguer « difficile » ou « dingue » par les toubibs ! Bref, appliquons le « when in Rome, do as the Romans »…

Quand j’ai passé le test pour détecter ma douance, la psy m’a dit à la fin : « ce n’est pas étonnant que vous passiez pour excentrique ou originale ; vous percevez vraiment différemment le réel ».

Les spécialistes de la douance disent que les HP ont une sensibilité (donc une perception) bien plus « forte » que les NT, que leur système nerveux est connecté différemment –par ex, leur angle de vision est plus étendu ; il est donc normal – puisque c’est via les sens qu’on comprend le monde – que les HP aient une vue bien plus juste  (puisque plus étendue et bien plus précise) de la réalité que les normo-typiques.

Le problème, c’est que le monde est fait par les normo-typiques pour les normo-typiques – eh oui ; ils forment 98% de la population. C’est LEUR monde, il fut créé d’après leurs spécificités (c’est d’ailleurs bien pour ça que tout va si mal !) et il leur correspond ; un monde fou, de « power over », d’avidité, d’agression & de superficialité …
C’est comme Xi, le héros du film « les dieux sont tombés sur la tête » ; dans son monde – le désert du Kalahari (un désert extrêmement aride !) – il est un champion ; il sait trouver des plantes comestibles ou donnant de l’eau, ou pister & tuer des gazelles, etc… Là où des occidentaux crèveraient de faim & de soif.

Mais plaçons Xi dans la société occidentale, et il y sera un zéro total ; il ne sait pas se servir d’un ordinateur (il ne sait même pas lire), il ne sait pas conduire une voiture, etc… Là, il est un nul.

Eh bien, les HP (2%) sont comme Xi vivant dans une société occidentale ; c-à-d que nous, HP sommes forts dans notre monde, mais nuls dans un monde qui n’est vraiment pas fait pour nous – monde qui nous est pénible, car tout le monde court après des sottises (belle apparence, fric, statut, vacances de luxe, etc..) qui nous semblent des buts ridicules – on a d’autres buts, en général (plus profonds).

Pour en revenir aux codes sociaux, il y a par ex, l’exigence de regarder dans les yeux ; quand on est HP et que quelqu’un nous parle, si on regarde ses yeux, on ne comprend plus un mot de ce qu’il dit – alors, on regarde ailleurs pour pouvoir l’écouter… Mais les NT ne font ça qu’avec ceux qu’ils n’aiment pas, pour masquer leur aversion ou lui signifier que ce qu’il dit est inintéressant. Alors, quand un HP le fait, ils en déduisent qu’on est hypocrites …

Dans leur société, on est handicapés… C’est pour ça qu’on a pris l’image de l’albatros (du poème de Baudelaire) ; c’est un maître des airs, mais sur terre, cet oiseau est pataud et maladroit ; « ses ailes de géant l’empêchent de marcher ».

Et je ne parle pas des multiples cruautés  qu’on doit subir depuis tout petits – on dirait que les NT le sentent ; dès le début, on n’a que peu de copains, et même les adultes (les profs) nous maltraitent – sans compter le « système » en lui-même, qui est inadapté ! Combien de fois m’est-il arrivé de poser une question en cours, et que le prof me répondait : « ça, on verra l’an prochain » (ou « dans 2 ans ») – How STUPID is THIS ? !

Oui, on sait sans avoir appris, et on peut prédire, ou « voir » des choses qu’ils ne voient pas – mais quand on dit ça tout haut, ils nous regardent comme des fous. On exprime notre perception à haute voix, parce que, comme ce niveau de perception nous est naturel & inné, on croit (& comme c’est faux !) que tout le monde « voit », comme nous – mais ce n’est pas le cas ! Eux, ils ne voient rien, et si l’on ose en parler de ça, ils nous cataloguent comme bizarre, ou on se fait traiter de « ah, tu cherches encore à te faire remarquer ! »

Quelle injustice ! Alors que tout ce qu’on cherche, c’est justement à NE PAS ETRE DIFFERENT, à s’intégrer, à être comme tout le monde, pour être accepté & aimé !

Ce n’est qu’au fil du temps, et après des milliers de « gifles » (= beaucoup de rejets & de souffrances) que l’on comprend tout ceci ; que les normo-typiques ne voient, n’entendent, ne sentent rien, qu’ils sont juste bêtes & agressifs, et doués pour à peu près rien (ô combien !), qu’on est « Une girafe parmi les moutons » (voir : http://www.bonheuretamour.com/2015/10/18/une-girafe-parmi-les-moutons/ ou « La huppe qui s’égara chez les hiboux » : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/03/25/la-huppe-qui-segara-chez-les-hiboux/ ).

Moi, par ex, je suis douée pour la cuisine, l’écriture (je rédige bien puis j’écris – sans faute & rapidement – en 3 langues), les langues étrangères, la photo, la peinture, la psychologie, le chant, l’Histoire, la voyance, … – et eux ne le sont que pour une seule chose  – et encore ; ça « ne vole jamais bien haut » !

C’est pour ça que j’ai dû prendre un pseudonyme pour mes activités artistiques ; parce que les gens ne comprendraient pas comment on peut à la fois poursuivre une carrière artistique en ayant un site de conseil, et à la base, un bachelor en secrétariat de direction ! Pour eux, c’est impossible : un être a UNE voie, et puis c’est tout !

C’est pour ça que, quand j’ai demandé des aides aux instances officielles – pour pouvoir accomplir ce que je sens être ma mission, qui est d’aider les autres, toutes se moquaient de moi et me renvoyaient d’un ton méprisant … Les HP pourraient être très utiles à la société (et je crois que SEULS des HP le pourraient), mais à la place, ils nous « cassent » & étouffent nos talents ! Quel gâchis !

Après toutes ces années passées dans leur société, j’en suis finalement (& douloureusement) venue à voir que les NT agissent toujours de façon « bête et méchante », toujours se ruant sur la solution la plus stupide & illogique (car c’est immanquablement CELLE-LA qui leur semble intelligente & logique !) et toujours agissant de façon assurée & en toute inconscience (bien sûr ; ils ne doutent pas d’eux sans cesse, eux !), toujours mentant ou agressant (aveugles aux mobiles qui les y poussent), déversant leur rage, leur jalousie, leurs frustrations et leur désir de briller sur les autres.. surtout si ces autres sont des HP – différents, donc, à détruire !

Toujours intolérants à la moindre différence, toujours cherchant à tuer à la moindre divergence d’opinion (qu’ils perçoivent, dans leur inconscience, comme une attaque personnelle à leur identité)…

Et le pis de tout, c’est qu’ils ne sont pas constants : même ceux qui se prétendent notre ami, nous lâchent du jour au lendemain… Et ça fait toujours très mal !

Mon fils, à 14 ans, s’est mis à fuir les autres et à refuser de se faire des amis à l’école, tellement il a été blessé par la défection & la trahison de ses « amis » – ça l’a fait tant souffrir (& ce fut dur pour moi de voir ça) qu’il ne veut plus JAMAIS s’exposer à une expérience aussi douloureuse.

Quant à ceux qui restent (ceux qui veulent bien nous fréquenter, soit ce sont des Pervers Narcissiques (voir Pourquoi le HP attire les pervers ;http://www.bonheuretamour.com/2014/10/07/pourquoi-le-hp-attire-les-pervers/), soit, jamais ils ne nous comprendront, et toujours, on aura droit à, non seulement des idées stupides sur tout (mais que, dans notre bonté, on tolère et même, qu’on « soupèse », pour voir si on n’a pas tort) mais aussi à des remarques qui, pour être mal informées et sottes, n’en font pas moins mal !

J’en ai déduit que, pour notre propre bien, pour notre santé physique et mentale, il faut cesser, non de fréquenter les NT – ce qui est impossible car ils sont partout – mais de s’ouvrir à eux,  car toujours, ils nous blesseront… Nous sommes précieux (même si on en doute) et nous devons nous protéger ; protéger ce trésor en nous, si on ne veut pas que notre esprit soit assombri et notre âme détruite par leur malfaisance et leur bêtise.

J’ai toujours vu que, s’ils sont gentils au début, ils finissent par nous rejeter… On les agace, et ils nous agacent (sauf que nous, on est tolérants – on tolère leurs différences – mais eux, non !).

Il faut se rapprocher d’autres « zèbres », « albatros » ou « extraterrestres » – bref, de gens de notre « race » – quel sentiment merveilleux de comprendre enfin , et d’être enfin compris ! (voir : Le HP, Le PN & l’imbécile ; http://www.bonheuretamour.com/2015/06/01/le-hp-le-pn-limbecile/ ) – il n’y a qu’avec ceux-là qu’on peut s’entendre.

Pensez-y ; ils sont les plus forts & de loin, les plus nombreux – on DOIT donc trouver un moyen 1) de se protéger ( = les fréquenter le moins possible – ou alors, d’une position hiérarchique supérieure) , 2) de, dans les contacts qu’on a avec eux, de sembler plus ou moins normal à leurs yeux (& donc d’étudier & d’appliquer leurs codes) : ceci ne nous met pas à l’abri – puisque la plupart des NT, même petits ou très bêtes, « sentent » qu’on est différents – mais nous épargne les pires coups qu’ils peuvent porter – qui menacent notre vie ou notre liberté.

Bonne continuation 😉

B&A

PS : voici ce que m’écrit Flo T., une lectrice du groupe Facebook « Cahier Zèbres  Psychologie  Philosophie  Spiritualité » ;

Je me protège au max car je ressens la même chose, mais au quotidien c’est très fatiguant et ça me file des brûlures d’estomac de garder mes reflexions et idées pour moi. Sur ta remarque sur le fait d’être à un niveau hiérarchique supérieur aux NT, je ne vois pas comment y parvenir, car plus tu « montes », plus tu es entouré(e) et géré(e) par des gens particulièrement incompétents, accrochés à leur statut et leur salaire. Ils sont donc d’autant plus méchants car on (leur) révèle trop crûment leur médiocrité, leur paresse et l’imposture de leur positionnement dans l’organigramme. Ils font tout pour vous bloquer et vous enfermer, non sans, au passage, reprendre à leur profit votre travail et s’en valoriser. Si en plus vous êtes unE zèbre, avec des chefs NT hommes, c’est encore pire, car non seulement on touche leur intelligence mais aussi leur virilité.

Du même groupe, Nathalie R. a commenté ceci ;

Quoi que l’on fasse, on ne correspond jamais a leurs criteres et donc, on se fait repérer, jalouser, et finalement être lâchement abandonnés par ceux que l’on croyait naivement être des amis…Une lutte au quotidien pour entrer dans un moule dont l’étroitesse nous fait déborder de tous côtés.

Et voici ma réponse : Enfin un groupe de VRAIS HP, voyant les choses telles qu’elles sont ! Le flot de commentaires négatifs continue ; on traite le post de diarrhée verbale, on me reproche d’être pleine de haine (projection !), ignorante, arrogante, à l’ego surdimentionné, de me vanter & de faire des généralisations abusives, on me traite de raciste, de « quotientisme » (argument NT classique), on me compare à Hitler, ou à J-Cl Van Damme, … Alors, merci de voir que je ne vise qu’à informer pour aider, & qu’il n’y a que du vécu, des conclusions tirées du réel et des avertissements pour se protéger, non de la haine, de l’arrogance ou de la condescendance… Ces tares sont chez ceux qui les projettent sur moi.

Vu ces commentaires Fb (dont chacun sait qu’il est un défouloir !), j’aimerais ajouter ceci : J’ai vraiment pitié de ceux qui, emplis de rancoeur & de haine de la vie, doivent se défouler & tentent de se faire sentir mieux en « descendant » autrui – & je remercie Dieu chaque jour de ne pas être ainsi. Personne d’heureux & de satisfait de sa vie (ni d’intelligent, au fond) ne ferait une telle chose. Je souhaite le meilleur à ceux qui postent ces commentaires haineux à mes articles, car il est clair que là, ça ne va pas bien pour eux. Si quelqu’un a de l’acide et le déverse sur quelque chose, c’est le pot contenant l’acide – non l’objet – qui s’abîme le plus… Moi, je suis sur mon petit nuage ; ça prouve que mon article est efficace (cf la citation : « Si ce que vous faites est efficace, 95% des choses que l’on dira de vous, seront négatives »).

Ce que je dis est « dégoûtant » ? Mais, nom d’un chat, ce qui est dégoûtant, c’est ce rejet & harcèlement constant, et non le fait de le pointer du doigt !  C’est comme pour Zola, qu’on accusait d’ »ordure » parce qu’il montrait la misère des bas fonds !

On devrait être encouragés (& non l’inverse) à développer nos talents, & on devrait être protégés, et non être sans cesse la cible de ces « attaques racistes » ! Car on a beau avoir énormément de résilience, il faut se souvenir que, si on est piqué par une abeille, ça va, mais si on est piqué par des milliers d’abeilles, on meurt… Il est bon que les HP le sachent, pour que moins de vies & de talents se perdent.. & ça, ça ne peut que profiter à la société dans son ensemble ! Voilà mon but ! Qu’on me juge !

PS : oui, il n’est pas facile de survivre dans le milieu du travail (où on vise à coopérer & non à écraser les autres pour monter)… surtout qu’on n’a souvent pas réussi les hautes études nous permettant d’accéder aux postes de cadre. La soluce, c’est de tenter le job indépendant, ou du moins, celui où l’on aura à travailler seul, ou chez soi, ou au milieu de la nature, ….

Commentaires positifs :

groupe Facebook « Cahier Zèbres  Psychologie  Philosophie  Spiritualité »

Bea de Laat Merci, Béa, d’aimer la vérité – je me fais traîner dans la boue par des dizaines de gens sur d’autres sites de soi-disant HP, et même, ordonner de retirer mon article, parce que ça « perturbe les membres du groupe » (chez les « zèbres insoumis ») …

Nathalie Lemoine Merci pour ce post émoticône smile auquel je reviendrai régulièrement je crois ,pour une piqure de rappel salvatrice celle ci…être dans les codes des NT Je n’ai pas su faire..aie aie aie…Et effectivement si je me conforme au début pour être « acceptée » ça va heurter à un moment ou un autre..ça part en live…Wahouh!! que faut t’il faire en définitive dans ce monde de NT qui de toute façon nous attendent aux virages… Alors les pervers narcissiques et autres manipulateurs mégalomanes.. Je connais.. J’ai été broyée sans trop comprendre pourquoi… Il est là le problème.. maintenant je chemine comme je peux ; je surfe entre deux douleurs de rejet..Je suis venue gonfler le rang des personnes reconnues handicapés sans que personne (les conseillers de tout poils) ne me comprennent en réalité. Je me dis que je suis encore vivante c’est l’essentiel car j’aime la vie ; j’ai de la ressource mais jusque quand ? byebye:)

Bea de Laat Oui, c’est pour ça que je finis l’article en disant qu’il faut se protéger le plus possible. Les gens comme nous ont beaucoup à offrir au monde, mais hélas, le monde l’ignore, et est juste dans la défensive envers un élément « étranger »..

Flo TwentyHundred

Je me protège au max car je ressens la même chose, mais au quotidien c’est très fatiguant et ça me file des brûlures d’estomac de garder mes reflexions et idées pour moi. Sur ta remarque sur le fait d’être à un niveau hiérarchique supérieur aux NT, je ne vois pas comment y parvenir, car plus tu « montes », plus tu es entouré(e) et géré(e) par des gens particulièrement incompétents, accrochés à leur statut et leur salaire. Ils sont donc d’autant plus méchants car on (leur) révèle trop crûment leur médiocrité, leur paresse et l’imposture de leur positionnement dans l’organigramme. Ils font tout pour vous bloquer et vous enfermer, non sans, au passage, reprendre à leur profit votre travail et s’en valoriser. Si en plus vous êtes unE zèbre, avec des chefs NT hommes, c’est encore pire, car non seulement on touche leur intelligence mais aussi leur virilité.

Moi : Waw ! Enfin quelqu’un qui voit les choses telles qu’elles sont ! Le flot de commentaires négatifs continue ; on traite le post de diarrhée verbale, on me reproche d’être pleine de haine (projection !), ignorante, arrogante, à l’ego surdimentionné, de me vanter & de faire des généralisations abusives, on me traite de raciste, on me compare à Hitler, ou à J-Cl Van Damme, … Alors, merci d’être quelqu’un qui voit que je ne vise qu’à informer pour aider, & qu’il n’y a que du vécu, des conclusions tirées du réel et des avertissements pour se protéger, et non de la haine..

PS : oui, il n’est pas facile de survivre dans le milieu du travail (où on vise à coopérer & non à écraser les autres pour monter)… surtout qu’on n’a souvent pas réussi les hautes études nous permettant d’accéder aux postes de cadre. La soluce, c’est de tenter le job indépendant, ou du moins, celui où l’on aura à travailler seul, ou chez soi, ou au milieu de la nature, ….

Re-posté l’art. le 21/12 sur groupes Fb ; beaucoup m’approuvent… sauf …

Claudy Poppin’s Bien formulé et combien vrai !

Brigitte Royer Merci… « Comprendre » au bout de 35 ans l’incompréhensible connerie humaine… Apprendre du coup à accepter. Je me suis habituée ces dernières années à voir les « autres » quand ils ont ce genre de comportements comme des personnes « handicapés ». Je m’explique: lorsque vous voyez une personne avec un (dit) handicap ou différence mental, par respect, on vous apprend à accepter et à laisser dire ou laisser faire, parce que « ce n’est pas sa faute ». J’en suis arrivée à agir de la même manière avec les fameux NT. Triste réalité qui voudrait nous dénoncer, nous, comme « handicapés ou différents » alors que…???

Moi : Tu as raison, Brigitte : c’est apprendre sur le monde qui est normal, c’est sentir les souffrances des autres et tenter de les aider, qui est normal – et à l’inverse, c’est agir égoïstement et en toute inconscience, qui est anormal.. Je suivrai ton conseil désormais, en les voyant, eux (les NT) comme des anormaux – mais des anormaux « normaux » ( = en majorité, dans la norme) et donc, d’autant + dangereux …

Mais d’autres – groupe « les zèbres libres » – m’agressent (c/ dit ds l’article, Fb est un défouloir)…  J’ai quitté le petit monde con, mesquin & agressif du bureau, pour fonder un site, et voilà que je me retrouve dans la même situaton : agressée par des êtres bêtes & primaires, verts de jalousie et très agressifs (& hypocrites)… Et une fois de +, quand je réponds à ces mauvais, je me fais taper sur les doigts par le modérateur du groupe – alors que je ne fais que répondre à des attaques totalement injustifiées de tarés mal informés & envieux ! => sachant que ce sont des dingos (v. Stéphane Delgarde, un psychotique drogué, rien que ça !), je décide de ne désormais répondre qu’aux compliments (= des gens ayant vécu & sachant reconnaître la vérité quand ils la voient).

Une fois de + (voir l’article), toutes ces critiques des ces trolls verts de jalousie devant le talent, prouvent que je suis bonne dans ce que je fais ! Donc, en prendre note & passer à autre chose (c’est tout ce que leur impertinence mérite) ; « Les chiens aboient, la caravane passe » !

« Prends garde, ne chemine pas avec l’impie, car une telle fréquentation change le rayonnement du coeur en feu de l’enfer » (Baha’u’llah)

« Don’t wrestle with a pig : you both get dirty and the pig actually likes it » (G.B.Shaw)

« Celui qui sait qu’il sait, écoute-le. Celui qui sait qu’il ne sait pas, éduque-le. Celui qui ne sait pas qu’il sait, éveille-le. Celui qui ne sait pas qu’il ne sait pas, fuis-le ». (Proverbe Chinois) Je sais, & je le sais => la seule attitude sensée, est de m’écouter, et critiquer est preuve d’ignorance => les critiqueurs ignorent clairement qu’ils sont ignorants ; la seule attitude sensée est donc de les fuir. Leur répondre est : 1) leur faire bien trop d’honneur, 2) équivaut à discuter avec un idiot – or, « discuter avec un idiot prouve seulement qu’il y en a 2 »…

Une fois de plus, fake je fais « mon truc » ( et quand je vois un article idiot, je ne dis rien).

Sagesse  Ca, c’est ma sagesse – celle que presque 57 ans d’une vie d’études & d’épreuves m’a forgée…  Je n’interdis pas aux critiqueurs de fonder un site & d’y poster la leur… (au lieu de critiquer le travail d’autrui).

Publicités

Conte : la pierre dans l’eau

Par défaut

pierre ds eau

Un grand-père emmena son petit-fils à l’étang et, jetant une pierre dans l’eau, lui fit remarquer comment, à l’endroit où la pierre était tombée, des cercles concentriques se formaient.  Il lui dit qu’il en va de même avec les gens ; que leurs actions aussi “font des vagues”, c-à-d qu’elles ont des suites qui touchent beaucoup de monde.

Il lui dit ensuite que l’on est responsable du genre de vagues que l’on provoque et que de toute façon, les vagues qu’on a créées finissent toujours par revenir vers nous – comme on peut le constater quand on jette un caillou dans l’eau ….

Oui, la vie est tout entière faite de vibrations et, sachant ceci, il faut donc faire bien attention à ce que l’on émet comme vagues…  La rancoeur, l’envie ou le regret du passé, par exemple, sont des sentiments qui nous paralysent, nous limitent, nous rendent inefficace ; ils font stagner notre énergie et nous empêchent d’avoir une vie abondante – laquelle est toujours liée au moment présent.

Si l’on veut une vie épanouissante et heureuse, il faut faire bien attention à tout ce que l’on émet comme pensées, sensations et actes. Nous devons nous sentir responsable de ceci – car plus on l’est, plus notre niveau de conscience (et donc, notre pouvoir sur le monde) augmente.

Un sentiment essentiel pour pouvoir avancer, est le pardon, tant envers nous-même que pour autrui – sinon, nous attirons des soucis, des situations qui nous obligent à examiner notre comportement. Car quand on garde de la rancune envers quelqu’un, cela envahit nos pensées au point qu’il ne reste quasiment plus de place pour d’autres pensées – des pensées créatives, agissant sur le monde.

Lorsque l’on s’attache à ses blessures, la force créatrice ne peut nous traverser…  Nous laissons alors les blessures du passé nous bloquer, nous les utilisons comme excuse pour ne pas avoir à avancer, pour éviter les risques et dangers – ce qui, finalement, nous coupe de la Vie !

Pardonner, lâcher prise par rapport au passé, ré-ouvre les portes de toutes les possibilités, les portes de l’action, celles du corps comme de l’âme et de l’esprit, et nous permet de poursuivre ce que l’on désire dans la vie.

Le flux (dynamique ou stagnant) de notre énergie détermine notre état de santé, notre désir de créer et procréer, notre volonté à développer nos talents et notre utilisation (bonne ou mauvaise) de notre force de vie.

Décider d’éradiquer nos peurs et rancoeurs, fera (re-)surgir la force de vie, seule capable de nous réanimer, de nous revitaliser, pour nous rendre enfin aptes à comprendre ce monde et pouvoir agir sur lui !

Ouvriers « trop » malins !

Par défaut

kohlenklau  Eeeh oui ; encore un petit coup de gueule, ce matin 😉 !

Voici le mail que j’adresse à Olivier H., (un « électricien » du Hainaut) dégotté sur Linked In & qui est venu hier chez moi pour un devis électrique.  Ceci peut servir de leçon à lui, ainsi qu’à tous ceux qui trouvent normal d’essayer d’arnaquer les gens (ce gars a fait un mauvais calcul, car je suis de celles que la bêtise agace & que la malhonnêteté enrage !) :

Monsieur,

Suite à votre visite d’hier, je vous informe qu’il n’est pas question que vous reveniez chez moi le 9 novembre – ni pour un devis (que votre publicité – mensongère ! – indique comme « gratuit »), ni pour autre chose.

Je suis mécontente parce que je déteste perdre mon temps – une ressource précieuse & non-rattrapable ; je vous convoque pour un devis… que vous n’avez pas fait (vous m’avez seulement offert d’en réaliser un plus tard, à 150€)… Comme disait Frédéric Dard : « le con ne perd pas son temps, il perd celui des autres »…

Il est clair que vous prenez les gens pour des imbéciles – mais avec moi, vous êtes mal tombé ; 1) j’ai un QI de 130, 2) ceci est ma 12ème maison, en sorte que je m’y connais en travaux comme en ouvriers…

Pour « regarder ce qu’on pouvait récupérer de mon installation existante », vous pensiez d’abord me « soutirer » 90 € – d’où votre 1ère offre de 2 ouvriers à 15€/l’heure pour chacun, pendant 3 heures, puis, croyant que vous pouviez faire monter ce prix, vous prétendez qu’il leur faudrait 4 heures (coût : 120€), enfin, vous m’offrez de venir seul, durant 5 heures (coût : 150€ – « en noir », bien entendu !) …rien que ça !

Vous devez vous sentir bien fûté et m’estimer bien bête pour oser me faire une telle proposition. C’est simple ; un culot aussi énorme m’a laissée sans voix !

Pour une maison aussi petite que la mienne, où – en plus – je vous indique la section des fils employés à chaque fois (je sais qu’il faut du fil de section 1,5 pour les prises & interrupteurs destinés à des lampes, & du fil de 2,5 pour les prises & interrupteurs destinés à des appareils plus gourmands en énergie, comme une taque de cuisson, …), prétendre que ça exigerait 5 à 6 heures pour déterminer ce qu’on peut récupérer ou non, c’est SE FICHER DU MONDE – or, je n’aime pas qu’on se fiche de moi !

& je ne mentionne pas le fait que votre publicité pretend que, étant un électricien agréé, vous pouvez faire obtenir l’agréation électrique (c’est d’ailleurs pour cette seule raison que je vous avais fait venir), alors qu’en face à face, j’ai bien dû constater qu’il n’en était rien !

Votre pub étant tentante, je pensais employer vos services non seulement pour l’électricité, mais pour tout mes autres travaux (& Dieu sait qu’il y en a) mais votre malhonnêteté m’en a totalement dissuadée.

Pour soutirer 150€ (que vous n’avez pas eus, du reste), vous avez raté une affaire d’au moins 15.000€… Peut-être est-il temps de comprendre que vous n’êtes, finalement, pas si malin que vous le pensez…

Quand à moi, m’étant juré que je n’accepterais de parler qu’à des gens raisonnables – c-à-d sachant où est leur intérêt (car avec les autres, il n’y a pas moyen d’avoir une communication logique), je vous dis

Adieu,

PS : Un petit conseil : quand vous tentez d’arnaquer quelqu’un, ne répétez pas (hier, vous l’avez dit 5 fois !) la phrase « je suis honnête » ; n’importe qui d’un peu sensé sait que l’honnêteté coule de source chez quelqu’un de vraiment honnête & en déduit que, pour le mentionner & insister autant sur cela, c’est qu’évidemment, vous ne l’êtes pas, honnête !

Signes indiquant qu’on manque de limites saines

Par défaut

baiser volé2   J’estime que l’être humain (& même les animaux)  a besoin de respect plus que de pain.

Or, le monde étant plein de gougnaffiers irrespectueux, il faut savoir se faire respecter et pour ça, avoir de saines limites personnelles.

J’avais déjà décrit ce que sont de saines limites ici : http://bonheuretamour.com/votre-bonheur-depend-de-vos-limites/ , ainsi que Comment rejeter les profiteurs quand on manque de limites ? http://www.bonheuretamour.com/2014/01/30/comment-rejeter-les-profiteurs-quand-on-manque-de-limites/.

Mais … et si on ignore qu’on manque de limites ? …

J’ai donc décidé de vous informer sur les signes indiquant qu’on manque de limites saines, pour que vous puissiez diagnostiquer si c’est votre cas ou non => voici ces indices de manque de limites :

 

  • Parler à un niveau intime dès la 1ère rencontre avec quelqu’un,
  • Dire tout (se révéler entièrement même à des inconnus),
  • Tomber amoureux de quelqu’un qui vous contacte ou vous tend la main ou d’une nouvelle connaissance,
  • Être submergé par une personne – préoccupé par elle sans arrêt,
  • Agir selon la première impulsion sexuelle,
  • Aller à l’encontre de ses valeurs personnelles ou de ses droits, juste pour plaire aux autres,
  • Ne pas remarquer quand quelqu’un envahit vos limites ou affiche des limites inappropriées,
  • Accepter de la nourriture, des cadeaux, le toucher, le sexe, que vous ne voulez pas,
  • Toucher une personne sans lui demander,
  • Prendre autant que vous pouvez, pour le simple plaisir d’obtenir quelque chose de plus,
  • Donner autant que vous pouvez, juste pour le plaisir de donner,
  • Permettre à quelqu’un de prendre autant qu’il veut de vous,
  • Laisser les autres diriger votre vie,
  • Laisser les autres décrire votre réalité,
  • Laisser les autres vous définir,
  • Attendre que les autres remplissent automatiquement vos besoins,
  • S’effondrer pour que quelqu’un vienne prendre soin de vous,
  • Se faire du mal,
  • Abus sexuels et physiques,
  • Troubles alimentaires.

 Si plusieurs de ces indices vous correspondent, vous savez que vous devez travailler au plus vite à renforcer vos limites, sinon, vous continuerez à vous faire abuser & exploiter (ou rejeter) et à subir votre vie au lieu de la bâtir…

Dico de la vie avec un PN

Par défaut

alphabet3  Voici un mini-“dictionnaire” de termes décrivant des situations & comportements qui, si vous vivez dans une relation ou une famille dysfonctionnelle, vous sont sans doute très (bien trop) familiers !

Aliénation : acte de briser ou d’interférer avec les relations de quelqu’un avec les autres.
– Amnésie sélective : utilisation sélective de la mémoire, ou d’un manque de mémoire, dans le but de renforcer un préjugé, une croyance ou obtenir le résultat souhaité.
– Appâtage : actes de provocation utilisés pour causer une réaction de colère, agressive ou émotionnelle de l’autre.
– Aspirage : c’est quand, après qu’une victime, lassée de ses violences, l’a quitté, la tentative d’un PN pour la « ré-aspirer » dans la relation, en exhibant temporairement un comportement amélioré ou désirable.

– Autoglorification : schéma de comportement pompeux, vantard, narcissique ou compétitif, visant à créer une apparence de supériorité.
– Auto-victimisation : c’est « jouer la victime » ; une manipulation où un PN se fait passer pour une victime afin de contrôler les autres en sollicitant une réponse sympathique de leur part ou de détourner leur attention d’un comportement abusif.

– Avalanche : quand un acte, une parole ou un événement insignifiant provoque chez le PN une réaction disporportionnée, mélodramatique et haineuse.
– Blâmer : le PN identifie une ou des personnes responsables de la création d’un problème, plutôt que de chercher des moyens de traiter le problème.
– « Blanc ou noir » : ne voir les personnes et les situations que complètement «bonnes » ou complètement «mauvaises».

– Bouc émissaire : choix d’un individu destinés à porter tout le blâme (immérité) du PN, lui servir de défouloir et exprimer (car il y pousse cette victime) toute sa propre folie & méchanceté. Ca consiste à donner systématiquement au partenaire ou à l’un des enfants, le rôle de l’entité dysfonctionnelle ou à l’inverse, parfaite => toujours favoriser l’un des enfants, et toujours insulter, frapper & rabaisser un autre.

– « caresser dans le sens du poil » : acte de manœuvrer quelqu’un pour l’amener à une position de faiblesse ; une position où il sera plus en confiance, mais isolé, dépendant et plus facile à violenter.
– Chantage affectif : système de menaces et de punitions utilisées dans le but de contrôler les comportements de quelqu’un.
– Colère : les gens ayant des troubles de la personnalité ressentent un sentiment de colère ancienne, parce qu’ils ont une perception exagérée qu’ils ont été lésés, invalidés, négligés ou maltraités.
– Compétence sélective : démontrer différents niveaux d’intelligence ou d’aptitudes, en fonction de la situation ou de l’environnement.
– Conversations circulaires : disputes & discussions éternelles & infinies, répétant les mêmes schémas sans aucune résolution du problème à l’horizon.
– Cruauté envers les animaux : les êtres ayant des troubles de la personnalité le font bien plus que les gens normaux.

– Cycle de la violence : rotation continue entre un comportement destructeur et constructif, typique de beaucoup de relations & familles dysfonctionnelles.

– Déni : Croire ou prétendre que certaines circonstances, événements ou souvenirs douloureux ou traumatiques, ne se sont pas produits.

– Discréditer, paternalisme & condescendance : Ce genre de discours est une approche passive-agressive pour rabaisser verbalement une victime, tout en maintenant une façade d’être raisonnable ou de convivialité.

-Dissociation ; terme psychologique utilisé pour décrire le fait de quitter (mentalement) la réalité. J’en parle ici : Réfugiée dans ma tête… ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/02/refugiee-dans-ma-tete/
– Evasion dans l’imaginaire : partir en imagination vers un endroit plus heureux, vers plus d’espoir.
– Fausses accusations : schéma de critiques injustifiées ou exagérées dirigée vers quelqu’un d’autre ou, si la personne a quitté la relation, fausses accusations en Justice, pour continuer à lui nuire.

– Flicage des pensées : processus d’interrogation ou tentative de contrôler les pensées & les sentiments d’un(e) autre personne.
– Flying Monkeys :  moyen pour un PN de contrôler ou d’abuser une victime en manipulant d’autres personnes (famille, amis, voisins, autorités) à le soutenir & à faire le sale boulot (= critiquer, insulter ou punir la victime) à sa place.

– Gaslighting : genre de lavage de cerveau visant à convaincre un individu sain d’esprit qu’il(elle) est fou ou que sa compréhension de la réalité est stupide & fausse.

– Harcèlement : schéma durable ou chronique de comportements non-désirés d’une personne envers une autre.
– Haut et bas fonctionnement : un être dérangé à haut-fonctionnement est celui qui sait dissimuler son comportement dysfonctionnel dans certains lieux publics et maintenir un profil public ou professionnel positif tout en exposant ses traits négatifs à ses proches en privé. Un être dérangé à bas-fonctionnement est celui qui est incapable de dissimuler son comportement dysfonctionnel en public ou de maintenir un profil public ou professionnel positif.
– Hypervigilance :  état d’énorme sensitivité sensorielle accompagné d’une intensité excessive de comportements visant à détecter des menaces présentes autour de la personne. L’ hypervigilance s’accompagne d’un état d’anxiété accru qui peut provoquer l’épuisement.

– Hystérie :  réaction excessive aux mauvaises nouvelles ou déceptions, détournant l’attention du véritable problème et vers la personne qui fait la réaction.
– Injures : utiliser des termes vulgaires ou une terminologie péjorative déshumanisante pour décrire un autre individu ou un groupe.
– Immaturité émotionnelle : refus ou inaptitude à apprendre de ses erreurs, à travailler à s’améliorer ou développer des stratégies plus efficaces pour supporter les revers ou résoudre les problèmes.
– Impulsivité : tendance à agir ou parler en fonction des sentiments actuels plutôt qu’un raisonnement logique.
– Infantilisation ; c’est traiter quelqu’un comme un enfant, comme s’il était bien plus jeune que son âge réel.
– Intimidation : Toute forme de menace voilée, cachée, indirecte ou non verbale, toute action systématique pour blesser une personne à partir d’une position de force physique, sociale, économique ou émotionnelle.
– Invalidation : créer un environnement poussant quelqu’un à croire que ses pensées, croyances, valeurs ou  présence physique, sont inférieurs, imparfaits, problématiques ou sans valeur.
– Irresponsabilité ou syndrome du  » c’est pas ma faute » ; un PN rejette toute responsabilité quant à ses actes ou paroles.
Isolement forcé : c’est quand la violence a totalement coupé la victime de son réseau de soutien (amis et famille).
– Manipulation ; c’est manoeuvrer en sorte que l’autre at un comportement souhaité pour atteindre un objectif personnel caché.
– Manque de conscience : les êtres ayant des troubles de la personnalité ne songent qu’à leurs intérêts, à l’exclusion des besoins des autres. Cela peut s’interpréter comme un manque de conscience morale.
– Menaces : avertissements intentionnels & mauvais, d’actes ou conséquences destructrices, si…
– Mensonge pathologique : tromperie persistante par un individu pour servir ses propres intérêts et besoins, en omettant ceux d’autrui. Un menteur pathologique ment pour obtenir ce qu’il veut, aux dépens des autres.

– Morale élastique : morale dépendant des situations, opinion voulant qu’en cas de crise, la fin justifie les moyens et qu’on peut violer les lois si, ce faisant, on en retire un avantage ou on (s’)évite un mal.

– Narcissisme : ensemble de comportements caractérisés par un schéma de grandeur, un égocentrisme & égoïsme extrêmes, un  besoin d’admiration et un manque total d’empathie ou de considération pour les autres.
– Négligence : forme de violence passive où les besoins physiques ou émotionnels d’un être dépendant sont négligés ou ignorés par celui (celle) qui en est responsable.
– Normalisation : tactique utilisée pour désensibiliser un individu à des comportements abusifs, coercitifs ou inappropriés => c’est manipuler autrui pour l’amener à accepter quelque chose en conflit avec la Loi, les normes sociales ou ses valeurs personnelles.

– Objectivation ; consiste à traiter une personne ou un groupe de personnes comme un objet.
– Objectivation sexuelle : c’est considérer les autres en termes de leur beauté physique ou utilité sexuelle, au lieu de considérer leurs qualités intérieures et de viser une relation avec eux en tant qu’individus.
– Orages de vacances : chez les individus atteints de troubles de la personnalité, certains événements tels que des vacances en famille, des anniversaires, … déclenchent les souvenirs émotionnels et donc, des sautes d’humeur plus fortes & plus fréquentes.
Parentification : Une forme d’inversion des rôles, dans lequel un enfant doit répondre aux besoins émotionnels ou physiques d’un parent ou d’autres enfants de la famille.
Passif-agressif : comportement exprimant les sentiments négatifs, le ressentiment & l’agressivité du PN, de façon passive, non-assertive (par exemple, grâce à la procrastination et l’entêtement).
– Perturbation identitaire : terme psychologique utilisé pour décrire une vision desoi déformée ou incohérente.
– Peur de l’abandon : croyance irrationnelle qu’on est un danger imminent d’être rejeté, mis au rebut ou remplacé.
– Phagocyter : Détruire progressivement quelqu’un ou quelque chose en les privant de toute autonomie, en s’en rendant maître de l’intérieur.

– Plaintes futiles : utilisation de procédures judiciaires imméritées pour blesser, harceler ou gagner l’avantage sur un individu ou une organisation.
– Préjugés de confirmation : tendance à accorder plus d’attention à des choses qui renforcent vos croyances qu’à des choses qui les contredisent.
– Privation de sommeil : pratique (courante dans les salles de torture de tous pays & époques ainsi que dans les sectes… et avec un PN) consistant à interrompre systématiquement, entraver ou restreindre le cycle de sommeil d’une autre personne, dans le but de l’affaiblir, et donc, de mieux la contrôler.
– Projection : acte d’attribuer ses propres sentiments ou traits de caractère à une autre personne et de s’imaginer que l’autre a les mêmes sentiments ou traits, que lui-même.
– Rage & agressivité impulsive : lors d’une discussion, « montées » verbales, physiques ou émotionnelles explosives disproportionnées à la situation.
– « Refléter » : imiter ou copier les caractéristiques, goûts, comportements ou traits d’une autre personne.
– Règle de l’élastique : schéma chronique de saboter puis de rétablir la proximité dans une relation, sans raison valable.
– Retrait : L’individu se retire de la relation, comme mesure défensive pour réduire le risque de rejet, la critique, la responsabilité de ce qu’il a fait ou la révélation ouverte de ses actes.
– Rupture chronique des promesses & engagements :  ce trait est commun chez les personnes auant des troubles de la personnalité.

– Sabotage : interruption soudaine du calme régnant en famille, dans le but (motivé par un intérêt personnel au PN) de provoquer un conflit ou d’attirer l’attention.
Sarcasme & moqueries : plaisanteries douteuses & cruelles, « humour » mordant, sarcasme ou moquerie visant à détruire la réputation d’une autre personne à ses propres yeux ou à ceux d’autrui.
– Sautes d’humeur : cycles émotionnels intenses, imprévisibles & brefs, ne pouvant s’expliquer par des changements de circonstances externes.
– Scénarios perdants : c’est lorsque le PN vous a manipulé, en sorte qu’il ne vous reste qu’un choix entre 2 options également néfastes.

-Sentiment d’ « avoir droit » : un PN, se croyant extraordinaire & unique, estime avoir droit à ce que ses moindres souhaits & caprices soient exaucés par les autres – il s’attend, de façon illogique (car c’est totalement immérité) à un respect digne d’un roi et à des traitements de faveur partout où il passe.
Sentiments de vide : sensation chronique aiguë que la vie quotidienne a peu de valeur ou d’importance, conduisant à un attrait pour les sensations fortes & les expériences relationnelles risquées, dangereuses ou dramatiques.
– « Tempête dans un verre d’eau » ou catastrophisme : habitude d’assumer automatiquement un  » pire scénario » et de faire de problèmes mineurs, des catastrophes majeures.
– Test : forcer à plusieurs reprises l’autre à démontrer ou prouver son amour ou son engagement dans la relation.
–  «Toujours» et «jamais» : il y a beaucoup de déclarations contenant les mots «toujours» ou «jamais» alors que c’est rarement vrai.
– Torture par le silence (« silent treatment ») : forme passive-agressive – mais immensément douloureuse & destructrice – de violence psychologique, où le PN exprime son mépris et sa rage de ne pas avoir été obéi, en niant l’autre & en se murant dans le silence.

– Traquer : comportement dominant consistant à poursuivre le contact avec une autre personne qui le refuse.
– Triangulation : on n’est jamais qu’à 2, dans un couple PN ; il y a toujours un(e) rival(e), pour que vous vous battiez pour lui, tandis qu’il compte les points en jouissant de votre bagarre (et que ça prouve à quel point lui-même est exceptionnel). Ou, dans une famille PN, les enfants sont poussés, non à s’aimer & à bien s’entendre, mais à se jalouser & se haïr.

– Tromperie : Partage d’une relation amoureuse ou intime avec quelqu’un alors qu’on est déjà engagé dans une relation monogame avec quelqu’un d’autre.
– Usine à chaos : créer ou maintenir sans aucune nécessité un environnement brouillon, de risque, de destruction, ou de confusion.

Viol émotionnel : voir art. du 15/10 ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/15/viol-emotionnel/

– Violence émotionnelle : tout schéma de comportement dirigé vers quelqu’un & provoquant un lui (elle) un sentiment destructeur de peur, d’obligation ou de culpabilité.

– Violence physique : toute forme de comportement volontaire d’une personne qui inflige de la douleur, mal-être ou inconfort à un(e) autre, ou les prive du nécessaire pour leur santé, nutrition ou confort.
– Violence verbale : tout schéma répété d’expression hostile, dépréciative ou menaçante d’un individu envers un(e) autre.

– Vol domestique : Consommer ou prendre le contrôle d’une ressource ou d’un actif appartenant à (ou partagé avec) un membre de la famille, partenaire ou conjoint sans avoir obtenu leur approbation.

Une girafe parmi les moutons

Par défaut

moutons7  Certains d’entre nous se ressentent comme différents du reste de leur famille ou de la société… Peut-être, en effet, sont-ils d’une autre espèce…

Pour vous aider à comprendre, voici un petit conte qui pourra vous éclairer :

Imaginez une grande prairie, pleine de moutons ; ils sont tous semblables, calmes & soumis. Et, étant assez petits, ils ne peuvent pas voir ce qu’il y a au sommet des arbres.

Puis, au milieu de ces moutons, il y a une girafe. Bien entendu, avec ses longues pattes & son long cou, elle peut apercevoir facilement le sommet des arbres… Elle peut voir ce que les moutons ne peuvent pas voir…

Alors, si elle voit quelque chose qui se produit au-dessus des arbres (que ce soit beau & utile ou au contraire, anormal ou dérangeant), les moutons lui disent que c’est faux, et lui demandent de se taire parce que parler de ces choses les trouble, et dérange la calme monotonie de leurs pensées.

Si vous êtes une girafe, votre vision n’est pas mieux, mais est différente de celle d’un mouton (& c’est normal, car votre physiologie est différente) ; elle est plus large & plus élevée ; vous êtes un entrepreneur, un visionnaire, vous distinguez des opportunités un peu partout…

Mais les moutons, à la vue basse, font tout pour vous décourager, en vous disant que ce n’est pas là, que ça n’existe pas, que ce n’est pas ainsi qu’est le monde, que vous ne pouvez pas faire ça, que ça ne marchera pas, que vous n’êtes qu’un doux rêveur, …

Oh, combien j’aime (& j’approuve) cette phrase de Jacques Brel ; « la pire des folies est de voir le monde tel qu’il est, et non tel qu’il devrait être » !

Bref, la girafe est une métaphore désignant un être à vue élevée, pouvant voir dans l’avenir, distinguant les possibilités et problèmes, et qui, loin d’être détaché des réalités, est fermement implanté dans le réel et la vie physique, tout en possédant aussi une vision spirituelle.

Grâce à sa taille élevée, la girafe peut voir devant, derrière, de côté, et très loin ; elle peut donc comprendre le passé, voir le futur, et avancer dans le moment présent.

Mais pour ne pas se faire décourager par les autres et peu à peu s’abaisser à leur niveau (un niveau où elle végète & se sent misérable), une girafe a besoin d’éviter autant que possible les moutons – qui ne peuvent la comprendre – et de s’entourer d’autres girafes.

« Les esprits valent ce qu’ils exigent. Je VAUX ce que je VEUX » (Paul Valéry)

Le PN « serviable » ou « humoristique »

Par défaut

homme tape femme  Dans sa folie mégalomaniaque, un PN est fermement convaincu que sa vie est très importante, qu’il a une mission. Il cherche donc toujours des indices prouvant la nature unique & grandiose de sa vie.

Comme il est vide (ou mort) en dedans, il est tout « extériorité », image, apparences. Par conséquent, même lorsqu’il est seul, il est en représentation, comme si un public invisible était là, à le regarder & le juger.

Tous ses actes, paroles, gestes, sont destinés à ce public et tous sont (bien entendu) d’un grand intérêt & importance – c’est pour cela qu’il aime s’enregistrer, pour en faire profiter la postérité !

Et vu qu’il est un personnage si important, il trouve normal d’avoir droit à tout ce qu’il veut, et à ce que les autres lui obéissent sans discuter et lui octroient sans râler ses moindres désirs & caprices !

Mais les autres lui résistent, ce qui le frustre et lui cause de la colère. Et comme il sait pertinemment que la société vise à éviter les conflits, que la violence est mal vue ou interdite et que, s’il s’y laisse aller ouvertement, il sera puni, il use de moyens détournés pour décharger son agressivité – et Dieu sait qu’il connaît de nombreuses façons d’agresser ; il peut jouer la « franchise brutale », ou l’ »humour mordant », ou « le bon conseil étouffant », ou « le sexe expérimental », ou « le retrait social », ou le comportement «différent», ou trouver une autre façon d’exprimer son hostilité cinglante et réprimée – qu’il qualifiera d’ »amour-vache » ou de « c’est pour ton bien ».

Son cocktail sadique préféré est de mixer sa « franchise brutale » avec des « conseils utiles » et de « souci pour le bien-être » de sa victime. Il exprime – souvent sans provocation – des observations très blessantes – mais bien sûr, comme c’est un lâche, ces méchancetés sont toujours formulées de façon socialement correcte.

Il vous dira, par ex : « ces vêtements ne te mettent pas du tout en valeur. Tiens, voici la carte de mon tailleur » ; ce faisant, il se montre serviable en apparence, mais blessant en réalité (tout est dans le ton ; sous-entendu : vous avez des défauts physiques ou mauvais goût !).
Un autre truc favori du PN est d’insister sur les insécurités, les peurs, les faiblesses et les lacunes de la cible de l’agression. Si vous (son conjoint) êtes jaloux (se), le pervers parle de son besoin d’expériences sexuelles et de ses nouvelles conquêtes. Si son partenaire d’affaires a été jadis traumatisé par une insolvabilité, il lui reproche d’être trop prudent ou trouillard, tout en le forçant à assumer les risques d’affaires bizarres et hautement spéculatives.

S’il a un conjoint grégaire, le PN joue le solitaire, l’ermite, l’inadapté social, ou le visionnaire incompris – forçant ainsi le (la) partenaire de renoncer à sa vie sociale.
Plein de venin, un PN porte en lui animosité, hostilité, une haine effrénée – ce qui mène souvent, dès qu’il en a l’occasion, à la violence physique. Mais les manifestations non-physiques de sa bile accumulée sont encore plus terrifiants, plus omniprésents, et plus durables. Méfiez-vous de ses cadeaux ; ce sont toujours des « cadeaux empoisonnés » (j’ai dit ailleurs, comme un pervers vous offre toujours des cadeaux inadaptés, pour « vous faire comprendre votre insignifiance »)  car le PN vous hait à mort, simplement parce que vous existez & que vous êtes tel(le) que vous êtes !

Il sent que vous lui êtes supérieur(e), mais il n’a pas la moralité de se dire qu’il va vous prendre pour modèle ; à la place, il vous jalousera pour cela, pour votre Vie intérieure, et visera à vous détruire… Se rappeler ceci peut vous sauver la vie !

Viol émotionnel

Par défaut

femme pleure

En résumé, c’est le fait de mentir pour voler l’amour & entraîner une personne dans une relation (qu’elle aurait refusée si elle avait su la vérité).  Le Dr Michael Fox a écrit un livre à ce sujet (« Emotional Rape Syndrome ») – un sujet de plus qui, connu en Amérique, est hélas (comme par hasard !) inconnu en Europe.

Pourtant, il est essentiel d’être bien informé sur les genres de violence, pour s’en protéger ; de connaître leurs nombreuses formes, tactiques & effets (violence physique, mentale, sexuelle, économique, privation de sommeil, dissociation, lavage de cerveau, chantage ou viol émotionnel, …).

Beaucoup ignorent tout du viol émotionnel parce que c’est une violence « invisible » ; comme on ne voit rien & qu’on ne peut quantifier les dommages infligés, personne n’a jamais été envoyé en prison pour ce crime. La Loi ne faisant rien, chacun(e) doit s’en protéger tout(e) seul(e).. Voilà pourquoi il FAUT savoir ce qu’il est !

Le viol émotionnel, c’est un schéma de comportement visant à miner & contrôler une victime, une attaque non envers son corps, mais envers son âme & sa personnalité..

Un viol sexuel, c’est quand la victime n’était pas d’accord de faire l’amour, et un viol émotionel, qu’elle n’a pu donner un consentement éclairé sur une relation. Un viol émotionnel violente & détruit les émotions les plus délicates & élevées d’un être ; l’amour, le respect de soi, … Il est plus complexe qu’une violence physique ou verbale.

La relation avec un PN n’est pas une vraie relation, débutant avec de l’amour, puis qui « dérape » ; comme pour tout viol, la victime y est spécifiquement choisie, trahie et exploitée. Le PN est un prédateur, dissimulant ses vrais mobiles pour nuire exprès à sa victime.

Au fond, le sexe est ici secondaire ; le prédateur veut détruire la personnalité de sa victime ; la contrôler, la dominer, l’humilier, la charger de toute sa propre folie & violence.

Il lui joue donc la comédie de l’amour pour gagner son amour & sa confiance.. alors, il pourra commencer à mettre son plan diabolique à exécution… et en toute impunité, puisque ça ne laisse aucune trace !

Il manipule sa victime et l’utilise sans vergogne, la plongeant dans un enfer émotionnel de plus en plus douloureux.

Lui, pendant ce temps, jouit de ses souffrances et s’amuse de ses efforts (vains) pour lui plaire, pour s’améliorer, et pour sauver la relation…

Ensuite, soit il se lasse et la plaque (ce qui est une chance pour la victime, même si elle mettra longtemps à s’en remettre), soit, si la victime l’aide à berner le monde extérieur (elle lui procure un masque de normalité), il reste… La victime est alors de plus en plus démolie, ravagée & épuisée.

La victime se retrouve avec les conséquences de ce crime ; la rage, des pensées obsédantes, une basse estime de soi, peur, anxiété, inaptitude à aimer ou à faire confiance, usage d’alcool ou de drogue (pour anesthésier la douleur), et des comportements extrêmes (isolement total, retrait social ou suicide).

Et à cela s’ajoute le manque de soutien des autres (famille, amis, société) – à ce sujet, voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/16/pn-la-societe-accable-les-victimes/

Et https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/13/victime-avez-vous-choisi-la-violence/ .

Ils accusent la victime d’avoir choisi un PN car ils ignorent à quel point il a su déguiser sa vraie identité. Et ils l’accusent d’être resté(e) avec lui (elle), car ils ignorent ou refusent de croire qu’il l’avait brisée, puis chosifiée et en avait fait une marionnette qu’il manoeuvrait à sa guise. Bref, personne ne voit ce que la victime a vraiment dû subir et à quel point elle est traumatisée… Forcément, ils ne le vivent pas, eux !

D’ailleurs beaucoup se suicident : tout d’un coup, ou à petit feu, avec des comportements auto-destructeurs…

Hélas, pour le monde extérieur et la « Justice », quand vous voulez vous dire vos tortures et porter plainte, c’est plus facile de croire l’explication du PN ; qu’il vous a plaqué(e) & que vous ne pensez qu’à vous venger.

Le système légal est aveugle à ce qui est vraiment en train de se passer – c-à-d ce MEURTRE sans effusion de sang !

Après tout ce qu’il vous a fait (& continue de vous faire), le PN peut, en plus, vous discréditer en toute impunité !

Il fait de fausses accusations (j’en sais quelque chose !), &, se trouvant des avocats retors, utilise toutes les subtilités de la Loi pour échapper à devoir payer ses crimes. (Là aussi, je parle d’expérience !). En plus, la victime n’a aucune preuve, alors que lui en a fabriqué et s’est en plus trouvé des témoins pour renforcer sa défense.

Il est capable de tout et en fin de compte, c’est lui qui s’en sort « tout blanc » alors que la victime est internée, poursuivie, mise sur la paille & punie !

Etre avec un PN est comme être dans une secte : on est manipulé(e), trompé(e), notre coeur & notre esprit, volés, et rendu(e) impuissant(e). Notre rage et notre volonté de comprendre ce monde blessant, sont donc normales.

Mais il n’y a que nous, victimes, qui nous informons ; tous les autres dorment tranquillement sur leurs préjugés !

Ces notions préconçues se basent sur les comportements apparents ; or, un psychopathe sait exactement comment échapper aux conséquences de ses méfaits ; il connaît les codes sociaux comme sa poche et sait l’art de s’adapter à tous et de les flatter. Tout est apparence, et son apparence, charme en sorte que, quand la victime se plaint de lui, c’est elle qui passe pour la menteuse !

Son talent pour se présenter exactement comme ce que les gens attendent, lui permet d’échapper à tous les coups à toute punition…Et en plus, ça renforce encore son ego ; « rouler » les autres lui procure beaucoup de plaisir et lui confirme à quel point il est supérieur à eux !

Donc, vous voyez qu’être entraîné(e) par ruse & mensonge dans une relation constitue un viol émotionnel causant à la victime le sentiment que ses émotions élevées lui ont été dérobées.

Le « v(i)oleur » a créé une arnaque, créant un masque acceptable tout en cachant sa vraie nature & ses vraies intentions – la victime, trompée par cette apparence, lui procure alors un amour & des soins que le PN ne mérite pas, et elle se sent volée & violée quand elle découvre la vérité.

Souvent, hélas, comme le sexe libère de l’oxytocine (hormone de l’attachement), elle reste malgré tout liée à son « v(i)oleur » (c’est ce qu’on appelle « lien traumatique » ou « syndrome de Stockholm »), en sorte qu’elle a dur à le quitter (sans compter la peur qu’il la tue ou n’agresse ses enfants).

La Loi dit qu’un « consentement » n’en est pas un, s’il est obtenu par force, ruse ou sous la contrainte – par conséquent, la victime a beau sembler d’accord d’être en relation avec le PN, il n’y a pas consentement & c’est un viol, comparable à un viol perpétré sur une victime droguée.

Dans ce cas, même s’il n’y a pas eu violence ou menace physique, il y a eu violence morale ( = invisible, hélas ) qui a privé la victime de pouvoir dire non.

Si un voleur frappait un homme pour lui prendre ses clés & s’enfuir avec sa voiture, chacun voit que c’est un vol & que le voleur doit être puni. De même, si le voleur prétend être un voiturier d’hôtel & amène quelqu’un à lui donner ses clés de voiture, puis s’enfuit avec la voiture, bien que la victime ait été d’accord de donner ses clés, chacun voit que c’est quand même du vol, puisque la victime a été trompée par le voleur pour le faire et qu’elle ignorait que ce dernier était en train de la voler.

Eh bien, il faut considérer exactement ainsi les actes sexuels ou les relations amenées par fraude ; il s’agit aussi de vol, de viol, et ça devrait être sévèrement puni par la Loi – car le viol émotionnel est le pire des crimes ; il dérobe – et souvent, détruit totalement la vie de la victime (& des enfants), l’attirant dans des unions où elle n’aura rien (que blessures & frustrations) & l’autre, tout.

Hélas, les PN ont encore de beaux jours devant eux ; c’est pas demain la veille que leur crime sera puni…

Victime ; avez-vous choisi la violence ?

Par défaut

femme violentée  J’avais déjà parlé de pourquoi on reste en relation avec un PN (voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/23/pn-pourquoi-on-reste-si-longtemps/, http://www.bonheuretamour.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/  &  http://www.bonheuretamour.com/2014/12/22/illusions-des-victimes-de-pn/ ) mais j’aimerais développer le sujet d’un angle violent (pour l’approfondir).

Beaucoup pensent qu’en fait, la victime sait que l’autre est un être dérangé & violent, mais CHOISIT (consciemment ou pas) de sortir & de rester avec lui (elle).

Combien de fois n’ai-je pas entendu des répliques du genre : « les femmes qui se font battre & qui restent, c’est qu’elles aiment ça ».  Eh ! que croient-ils ? Moi aussi, je me suis toujours dit que si un homme osait lever la main sur moi, je partirais tout de suite ! C’est malin ! Une fois de plus, on voit ici qu’on ne peut juger adéquatement d’une situation que quand on l’a vécue dans sa chair !

Même les « thérapeutes » qu’on consulte nous martèlent qu’on est libre, qu’on a un libre-arbitre nous permettant de faire des choix et qu’on a CHOISI un gars violent comme partenaire de vie.

Toutes ces cruelles âneries re-traumatisent les victimes, leur ôtant encore de la force … C’est dégoûtant ; ces soi-disant thérapeutes – parfois des loups déguisés en pasteurs mais, le plus souvent, des ânes déguisés en scientifiques éclairés ! – nous mentent, et bien que tout mensonge soit blessant, là, c’est encore plus blessant, car on s’ouvre à eux en toute confiance…. Et en + il faut les payer pour se faire ainsi blesser et rabaisser !

En fait, à moins d’avoir su que la perversion narcissique existe, d’avoir étudié en quoi elle consiste et les techniques des pervers, on n’a AUCUNE POSSIBILITE ( zéro !) de connaître ou d’identifier ce genre de démons.

Quand on rencontre notre compagnon (compagne), il se montre doux, charmant, ayant des goûts & valeurs similaires aux nôtres & surtout très amoureux… Bref, le conjoint(e) idéal !

Une fois de plus, si on ignore tout des signaux d’alarme à rechercher chez quelqu’un, il nous est impossible d’identifier cette personne comme un être dérangé – inhumain & violent.

Par conséquent, accuser la victime d’avoir délibérément choisi un compagnon violent, est cruel & inacceptable ; cela nous « confusionne » encore plus, puisque cela nie notre réalité – ce que l’on SAIT être vrai – car on sait qu’on a choisi non une brute, mais une personne gentille, comme compagnon (gne) et que rien n’indiquait que notre prétendant(e) était un PN.

Oui, on aurait pu s’éviter tout ça SI on avait su, mais pour savoir, il faut faire des recherches sur le Net – Or, on ne commence à faire ces recherches qu’une fois qu’on A ETE violenté(e)s !

Donc, dire qu’on est entré(e) dans cette relation exprès, & qu’on était libre de partir n’importe quand, est faux ! On communiquait avec une fausse personne, avec un masque d’amour & de bonté, avec quelqu’un qui semblait le (la) partenaire idéal pour nous – et c’est avec cela, qu’on a choisi d’être ! Et on n’avait aucun moyen de savoir que le PN n’était pas cette personne !

Voilà pourquoi on sort avec eux. Mais pourquoi on reste ? Eh bien, c’est un peu comme le conte de la grenouille plongée dans l’eau chaude, qui s’encourt si on la met directement dans l’eau chaude, mais reste si on augmente graduellement la température… jusqu’à finalement en mourir. Idem avec un PN ; les abus sont progressifs ; rares & légers au début, ils deviennent de plus en plus fréquents & violents au cours du temps – en sorte que la victime se désensibilise… et (vu le lavage de cerveau) ne réalise pas consciemment qu’elle est violentée (même si elle le ressent).

Les gens qui vous sortent donc ces méchantes remarques sont des êtres intenséments ignorants de la problématique PN, des êtres n’ayant jamais été dans cette situation, et qui donc, ne comprennent pas tous les phénomènes faisant qu’on entre en relation avec un PN & qu’on reste (le masque, le bombardement d’amour, l’emprise, la terreur, le lavage de cerveau, la dissociation, le lien traumatique, etc… ).

On n’a nullement choisi d’être violentée – on y a eté attiré(e) par mensonge & tromperie.

Et on est resté(e) parce que, durant toute la relation, l’autre créait une dissonance cognitive ; c-à-d qu’il y avait une réalité qu’on connaissait et une autre, que le PN nous imposait, en contrant nos perceptions des choses ;

Par ex, il niait avoir dit ou fait des choses qu’il avait dites ou faites, ou nous disait « je t’aime » en nous rabaissant, ou invente que c’est nous qui l’avons poussé à nous violenter, …

Alors, on est confuse, on se met à douter de soi, de nos mobiles, de nos perceptions. Etant tout le temps dans un état d’extrême anxiété, dans la peur de causer une crise – on « marche sur des oeufs » pour ne pas réveiller le cruel dragon qu’il a en lui – en même temps, on sait que « ça va péter », on ne sait juste pas quand-  notre amygdale devient hyperactif, nos défenses baissent, notre esprit devient très suggestionnable … et quand il nous accuse d’avoir des troubles mentaux, on le croit…

Comme on croit ses promesses de changer & ses mensonges, parce qu’il trop douloureux pour un humain de réaliser (surtout après tout ce qu’on lui a donné) que la relation n’est qu’un fantasme, et qu’il (elle) ne nous a jamais aimé(e) – Alors on s’ingénie à trouver un moyen de croire qu’il nous dit la vérité… ce qui augmente encore notre confusion….

Aussi, il nous isole : soit notre famille & nos amis « ne sont pas assez bien pour sa famille » (dixit mon PN), ou « ils ne nous aiment pas vraiment » et lui (elle) est la seule personne sur qui on puisse compter ( !).

Le PN emploie tous les moyens des sectes ou des tortures ; par ex, non seulement il détruit notre estime de nous & distord le réel, mais il nous prive de sommeil ! Je parie que vous aussi, avez connu ces « séances » de discussion, où ce démon vous « asticote » & vous fait « monter au cocotier », jusqu’à ce que vous n’ayez plus de voix & que vous tombiez dans l’inconscience au petit matin …

Ainsi affaibli(e) par toutes ces tactiques, comment pourrait-on avoir la force de partir ?!

Bref, ce mythe de « tu l’as voulu » est ridicule …Il ne faut parler de notre vécu qu’à des gens qui sont passés par là sinon soit ils ne savent rien du problème, et  jugent et vous reblessent (dans leur inconscience), soit ce sont eux-mêmes des PN.

Il ne faut pas nous en vouloir de l’avoir choisi et/ou d’être resté(e) ; ce n’est pas qu’on soit bête, mais c’est que la violence est très subtile & mauvaise, qu’elle émane d’un être malade inapte à tout sentiment humain, qu’elle est nourrie d’un égoïsme & d’une faiblesse extrêmes, et appliquée systématiquement & sans scrupules…Et que tout être normal ne peut même pas imaginer que de tels monstres humains puissent exister !

Encore cette info pour éviter les êtres violents à l’avenir :

Un gars ayant travaillé dans une raffinerie, dit qu’on les a informés sur le gaz H2S ; un gaz invisible & mortel ; s’il est libéré, il sent l’oeuf pourri, mais hélas, en quelques secondes, il anesthésie l’odorat, en sorte qu’il faut s’enfuir dès qu’on le sent, sinon, c’est trop tard ! Si on n’a pas cette info, il peut arriver qu’on sente l’odeur, puis plus rien & qu’on en déduise que c’est ok, qu’on s’est imaginé le sentir ou que le gaz n’est plus là – mais alors, on perd la vie… D’où l’entraînement des travailleurs.

Idem avec un être dérangé ; peu après la rencontre, on sent qu’il y a anguille sous roche mais très vite, nos sens sont anesthésiés et on ne perçoit plus l’abus. Il faut réagir avec les gens comme avec le H2S ; s’enfuir à la moindre odeur suspecte.

Tout ce que nous fait le PN

Par défaut

souffrance3  On ne peut dire qu’un PN est sadique au sens psycho-sexuel du terme – car il est rare qu’il inflige des tortures physiques ou sexuelles pour en tirer du plaisir – mais c’est un sadique quand même ; psycho-rigide et dénué d’empathie, il inflige en effet des traitements douloureux à sa victime et jouit de ses souffrances.

Seulement, ses mobiles pour faire cela diffèrent d’un sadique « classique » ; ce dernier torture pour en tirer un plaisir sexuel alors que le PN torture en guise de punition & pour réaffirmer sa supériorité.

Un PN montrera donc les aspects sadiques de son caractère dans les cas suivants ;

  1. l’acte sadique en lui-même lui procure un approvisionnement narcissique (à ce sujet, voir mon art.du 19/12/2014).

Cela nourrit sa grandiosité ; il se dit ; j’inflige de la douleur, donc, je suis supérieur ou omnipotent.

2.en guise de punition ; si la victime est sa seule ou sa principale source d’approvisionnement narcissique et qu’il la perçoit (bien sûr ! toujours l’inversion des rôles !) comme faisant exprès de le frustrer. Ceci est sa réaction si la victime ne se montre pas docile, obéissante, l’admirant, l’adorant, comme il estime être en droit de l’être vu qu’il est tellement exceptionnel ( !).

Les 2 types de sadiques ont l’art de trouver la faille dans l’armure des autres, d’exploiter ses craintes, fragilités, vulnérabilités…Les 2 sont monstrueusement égoïstes, sans pitié ni scrupules dans leur quête du plaisir.

Le PN inflige à sa victime des violences de tous ordres : verbale, mentale, physique, sexuelle & économique.

Voici une liste (non-exhaustive) de ce qu’un(e) PN fait à sa victime : infiltrant ses défenses, il détruit sa sécurité, sa stabilité & sa confiance en elle, il la plonge dans la confusion, la rabaisse, projette sa propre folie & méchanceté sur elle, exploite & épuise ses ressources (mentale, physiques, pécuniaires), il la terrorise, malmène ceux qu’elle aime (enfants, animaux), il l’injurie & l’humilie (en public ou en privé), se moque d’elle, la critique & lui fait remarquer méchamment ses défauts & surtout, la prive d’amour & de sexe, … Pourquoi ? Parce qu’IL DOIT CONSTAMMENT LA FRUSTRER ! En effet, la frustration est à la fois colère & douleur extrême, ce qui lui procure une quantité maximale d’approvisionnement narcissique et en plus, empêche la victime égarée de quitter ce « jeu » cruel, ce rituel satanique !

Le pis, c’est qu’en bon lâche qu’il est, le PN déguise ses actions sadiques en un intérêt hypocrite pour le bien-être de sa victime ; il joue le psy, le gourou, l’ami expérimenté, pour éliminer les défenses de celle-ci.  Ce genre de sadisme est si caché & pernicieux, qu’il est en fait la forme la plus dangereuse de toutes les formes de sadisme !