Archives de Tag: faux

Etre soi-même

Par défaut

Comme dit ailleurs (voir http://www.bonheuretamour.com/2017/02/27/comment-dois-je-etre/ ), la plupart des gens n’osent jamais montrer leur vraie nature ou exprimer leurs opinions – et c’est même devenu une seconde peau, un rôle qu’ils ont endossé & jouent automatiquement …. Bref, ce que le Pr Peter K. Gerlach nomme des faux selfs.

Bref, quoi qu’ils fassent ou qu’ils disent, ils ne le font pas d’où ils sont vraiment, mais de leur personnage.

C’est pour ça que, quoi qu’un être non-éveillé dise d’autrui, il parle en fait de lui-même…Et pour ça aussi que je n’aime guère perdre mon temps à parler à ce genre de gens.

Le plus marrant, c’est qu’ils se décrédibilisent, parce que leurs proches voient parfaitement leur « jeu », tandis qu’eux-mêmes y sont aveugles. En outre, aux moments de tension, leur vraie nature ressort, ou ce rôle devient tellement exacerbé que c’en est ridicule.

Par conséquent, il faut tâcher de détecter si on n’est pas coincé dans un rôle & si oui, le laisser tomber & se montrer tel qu’on est vraiment – vivre de manière plus authentique – surtout que, quoi qu’on réalise dans sa vie, on ne peut le réaliser QUE à partir de notre vrai moi ; voici pourquoi tant de gens n’arrivent à rien, qu’ils ne font que parler & parler & à part ça, font du « sur place » !

Si vous « jouez votre vie », vous vous êtes choisi, étant jeune, un rôle & ensuite, vous confondez cette défroque avec votre peau.

Imaginez un dieu qui vous observerait du haut des cieux ; il ferait défiler l’histoire de votre vie, l’ambiance ayant baigné votre enfance &, connaissant votre sensibilité, distinguerait quelles conclusions vous avez dû en tirer & le rôle que vous avez dû prendre pour survivre. Quel serait ce(s) rôle(s) à votre avis ? Quels dispositifs avez-vous dû trouver ?

Certains rôles sont personnels, d’autres, liés à la vie religieuse, sociale, familiale, professionnelle, …

Voyez alors combien c’est bête, & combien, malgré cela, vous y êtes attaché.

Voici une liste de rôles. A vous d’examiner le(s)quel(s) vous avez endossé(s) – ou êtes encore en train de porter ; le brave garçon (ou fille), le joueur, le mec cool, le gros dur, le chien fou, l’esprit libre, le philosophe, la bonne mère ou la « mère football », le bon gros, la « desperate housewife », le camé, la petite comique, le loup solitaire, la frimeuse, le glandeur, le ténébreux, l’artiste tourmenté, le timide, le perdant, le battant, le baba cool, le New Ager, la personne responsable, le radin, le perfectionniste, le Chevalier blanc, Mr Je-Sais-Tout, le chicaneur, le cynique, le sceptique, le pécheur, le religieux, le grand mystérieux, le scientifique, l’intello, l’écervelée, le hippie, le vendeur mielleux, la minorité opprimée, le guérisseur ou chaman, le rebelle ou le non-conformiste, le patriote, la drama queen, le macho (ou le mâle alpha), la business woman, la victime, le cœur-en-bandoulière, la carpette, l’indigné(e), le geignard, la pouffiasse, l’homme d’affaires, la violentée, le donneur de leçons (ou Schtroumpf à Lunettes), le sergent-major, la vierge, le métrosexuel,  le sportif, le conspirateur, le gars fiable, l’anarchiste, l’attention-whore, le snob, le Bisounours, le gay fier de l’être, le gay honteux, celui qui fait respecter les lois, la martyre, le geek, le gourou, le gars sympa,  la bohémienne, le vegan, l’écolo, l’idéaliste, le génie incompris, le rationnaliste, le juif, le génie, le Don Quichotte, le vieux ronchon, la sorcière, le fils prodigue, le gentleman ou la lady, le bosseur, l’alcoolo, le sauveur de l’humanité, le défenseur de la vérité, l’adepte de théories conspirationnistes, ..

Si l’une de ces dénominations a fait résonner quelque chose en vous, ça signifie que vous avez joué ce rôle-là. Il faut vous demander qui vous étiez avant d’endosser ce rôle.

Fermez les yeux, songez à ce rôle que vous sentez avoir pris, & revenez à cette époque d’« avant » ; tâchez de vous souvenir de comment était la vie sans ce rôle.

Pouvez-vous retrouver le moment où vous avez adopté le rôle que vous jouez ?

Pourquoi avez-vous besoin de ce rôle ? Quelle fonction a-t-il dans votre vie ?

Pourriez-vous l’abandonner ? A quoi ressemblerait alors votre vie ? Qui deviendriez-vous ?

Voilà l’utilité du développement personnel ; reconnaître les stratégies (utiles alors, mais devenues nocives) que vous avez dû adopter, ôter tous les masques, toutes les couches d’artifices pour revenir à votre moi nu, originel, avec vos mobiles & valeurs authentiques.

Si vous avez eu la chance d’avoir une enfance heureuse, cet exercice vous sera plus facile, parce que vous aurez adopté un rôle assez tard (à l’adolescence). Si notre enfance fut saine & sereine, si nos parents ont bien pris soin de nous, notre « sous-moi » est efficace ; il nous renforce, nous sert, nous permet de prendre de saines décisions & d’exprimer nos talents.

Dans le cas inverse (d’une enfance malheureuse), vous aurez plus dur à retrouver la naissance de vos rôles & à vous ancrer dans ces souvenirs d’avant le rôle, quand vous étiez encore vous-même.

Vous avez dû alors choisir, non des stratégies pour croître & vous réaliser, mais des stratégies pour survivre – ce qui est bien triste & a de pénibles conséquences personnelles, sociales & relationnelles … J’en sais quelque chose !

Mais même ainsi, rien n’est perdu ; prendre conscience de l’ambiance qu’on a dû subir, des émotions que, vu notre sensibilité, ça a dû nous causer & des décisions qu’on a dû prendre pour survivre, est déjà un 1er pas essentiel pour y échapper – en se « remettant » sur le droit chemin à chaque fois qu’on est tenté de jouer un rôle contraire à notre vrai moi.

Publicités

Béa & le « parler cash »

Par défaut

voie-vers-bonheur

Je constate que mes articles diffèrent de ceux que je lis sur d’autres sites ; mon vocabulaire est tout simple, alors qu’ailleurs, c’est le genre ampoulé qui règne.

Et mon style est plus mordant, là où la plupart des autres restent tout positifs, dans les nuées, le rose bonbon, le « tout ira bien », « tout est ok », … ce qui plaît, à notre époque de politiquement correct.

J’ai dit ailleurs ce que je pensais de cette idiotie de P.C & autres corneries New Age (http://www.bonheuretamour.com/2016/03/12/p-c-new-age/ ), et en plus, un vrai coach n’est pas « doux » – cf mon motto, de R.W.Emerson : « LA VERITE EST PLUS BELLE QUE VOTRE AFFECTATION D’AMOUR. LA BONTE DOIT AVOIR UN COTE ACIDE, SINON, CA N’EN EST PAS ! »

Oui, la vérité est un alcool fort, pas à la portée des mauviettes ; pour celles-là, mieux vaut rester dans leurs confortables illusions… où elles courront toujours derrière une vie convenable sans jamais l’atteindre…

Oui, il faut rêver, mais vos rêves ne doivent pas être doivent être solidement fondés, réalistes, concrétisables !

Le philosophe Hume a dit que « l’éloquence, à sa plus grande pente, ne laisse que peu de place à la raison ou la réflexion mais s’adresse entièrement aux désirs & affections, captivant les oreilles qui y sont disposées et subjuguant leur compréhension »…

Vu le passé de notre espèce, notre cerveau est programmé pour suivre les leaders forts, en sorte que ceux qui ont du charisme & donnent une impression d’autorité seront crus, reconnus, respectés.

On se fait aisément subjuguer par leur style, leur beau costume, leur force de conviction, on a envie de les croire, alors que ce sont juste les plus grands comédiens qui réussissent le mieux à ce jeu – & à l’inverse, les plus grands maîtres qui sont les plus effacés ! (voyez Eckart Tölle)

Il y a beaucoup de désinformation, dans tous les médias, aujourd’hui et, si l’invention de la notion d’individu est une bonne chose, le culte de la personnalité qu’on nourrit actuellement est nocif !

Les gens qui y cèdent sont portés à avaler des idées stupides, cela bloque toute croissance et pour finir, ils se retrouvent amers, minables et en colère.

Hélas, les belles théories, qui semblent géniales, brillantes & merveilleuses… sont des choses sans substance réelle, qui vous feront gaspiller votre temps et, vous élevant sur les ailes de l’idéal mensonger, vous feront un jour retomber brutalement sur le dur béton de la réalité !

De même, les orateurs habiles, tout sourires, prestance & assurance… sont souvent des ignorants (& certains même, des escrocs) !

Une fois séduits, on perd tout sens critique, on n’analyse plus le fond de ce qu’ils disent, tant il est agréable de se laisser entraîner dans leur rêve… & vers des lendemains qui déchantent.

D’ailleurs, il faut même se méfier des jolies idées : ce n’est pas parce qu’une idée semble géniale, qu’elle est simple & élégante, qu’elle est vraie ! Son éloquence ne dit rien sur sa validité.

Retenez toujours que le style d’une communication quelconque n’a AUCUNE importance, que, devant un discours, vous devez faire abstraction du style, car SEUL le fond compte !

Et même si une idée est valide, que des on-dit ; vous devez la vérifier.

Il est dur de persuader les gens via des arguments logiques (les humains ne sont +- jamais persuadés par la logique ou la vérité), & c’est pourquoi les futés utilisent l’émotion ! (cf les publicités, par ex. – j’ai étudié dans une école de pub ; je sais de quoi je parle).

Notre esprit tire rapidement des conclusions sur l’apparence des gens, mais le public ignore que tout cela est réfléchi & « répété » (jeu d’acteur).  Les meneurs charismatiques ont de l’autorité, mais souvent fausse, car la seule vraie autorité est la vérité – & celle-ci n’est issue que de l’expérience directe, personnelle – avec une compréhension (sensorielle, sans mots) tout aussi directe !

Il faut cesser de vivre votre vie via des on-dits, des théories ou dogmes, des assertions, des persuasions basées sur l’émotion ou la joliesse des mots ou l’habileté de l’orateur.

En conclusion, sachez que quand je parle, j’ai gagné le droit de dire ce que je dis (& durement). Voici la base de mon autorité :

Beaucoup ont formé leurs opinions aux hasards des expériences qu’ils vivaient et n’ont pas cherché à s’informer plus avant sur leur validité …

Or, on sait que, selon nos expériences précoces (dont on n’a même pas conscience), on acquiert une perception qui filtre le réel d’une certaine façon, et qu’ensuite, TOUT ce qui nous arrive est interprété via ce filtre, en sorte que TOUT ne fait que renforcer cette vision des choses  => l’individu interprète tout ce qu’il perçoit ou qui lui arrive, de manière à confirmer cette opinion, et il « ignorera » totalement tout ce qui pourrait l’infirmer – Par conséquent, leurs opinions subjectives se renforcent de plus en plus.

Mais ceci n’est pas mon cas (bien que l’on n’échappe jamais à 100% à la subjectivité) : au départ, mes opinions sont aussi apparues ainsi, mais elles n’ont cessé de s’étoffer et d’évoluer ; d’abord au fil de mes expériences (et j’ai vécu plus de choses que la plupart des gens), des expériences des autres (j’ai traité – donc écouté les histoires de vie – de beaucoup de personnes) et surtout de mes nombreuses lectures ; en effet, je suis HP et une boulimique de lecture depuis mes 5 ans – et de lecture scientifique (sujets : éducation, psychologie, Histoire, alimentation saine, …).

A ces 3 sources de connaissance, j’ajoute la perception, bien plus fine chez les HP que chez les citoyens lambda (or, on connaît le monde via les perceptions de nos sens).

Bref, mes opinions se sont faites souvent à l’encontre de mes tendances personnelles (contrairement aux autres) – j’ai souvent été choquée par les conclusions que j’ai dû tirer de mes expériences et de mes études, mais j’ai toujours voulu suivre le principe du « Pono » hawaïen – « l’efficacité est la mesure de la vérité » => Toujours, je me demandais « est-ce que ça fonctionne ? » et si ce n’était pas le cas, c’est que ça ne correspondait pas à la réalité ! – en un mot, que c’était faux ! Il m’en a souvent coûté de devoir rejeter mes chères illusions…

J’ai toujours suivi ce précepte ; « si de vilains faits contredisent votre ravissante croyance, il ne faut pas les appeler vilains, il faut changer de croyance » (Louis Pauwels)…

Voilà ce qui forme mes opinions : elles sont fondées sur les faits, ou les dernières découvertes scientifiques – avec un « grain de sel », toutefois ; je ne considère pas la science comme une vache sacrée ; on peut – et on va – la bousculer !

Des théories considérées comme vraies aujourd’hui, seront remplacées par d’autres, « plus » vraies demain..  La science ne fait que jeter un filet sur le réel, et bien que les mailles deviennent de plus en plus petites, il y a toujours des « trous », c-à-d du réel qui lui échappe…

Mais quand même, il n’empêche qu’ « on n’a le droit d’avoir raison qu’avec les faits dont on dispose » ! Bref, quand j’ouvre la bouche (ou que je prends la plume), je SAIS de quoi je parle !

Hélas, il semble que bien peu de gens aient ma rigueur et mon amour ardent pour l’information et la Vérité ! J’ai lu & pensé toute ma vie (avec ma tête et mon cœur), me forgeant une capacité d’analyse solide et saine, j’ai avalé, mâché et remâché des milliers de livres & d’articles, de toutes opinions, j’y ai réfléchi, j’ai creusé pour aller au fond (aux racines) des sujets qui m’intéressaient, j’ai adopté ce qui était corroboré dans la plupart des sources (en rafraîchissant au fur & à mesure de l’avancement de la science) & rejeté ce qui était illogique ou prouvé faux, … Après toutes ces études, j’ai acquis une opinion définitive sur certains sujets – de cette Vérité qui est Une, immuable, éternelle. (extrait de « Haine des trolls envers la vérité & le talent »).

Certains (trolls jaloux ou lâches losers profitant de l’anonymat de Fb pour insulter impunément) feignent de s’étonner qu’avec un nom comme BonheurEtAmour », je parle de choses négatives. Mais les êtres qui ont vraiment besoin d’aide apprécient la véracité de mes dires & mon franc-parler, & c’est là tout ce qui m’intéresse !

Voici un commentaire (18/01/2014) de Katy (une lectrice en détresse) sur un de mes conseils :

Enorme !!! Vous etes tout simplement enorme!! Je viens de prendre une gifle monumentale mais mon dieu que

ca soulage! Ca fait certes mal mais rien ne vaut une bonne verite. Pour mes parents, j’ai toujours ete chouchoutee

et plus qu’adoree :). J’ai seulement un manque cruel de confiance en moi alors que je sais que ce pauvre type ne

me merite pas. Mais que dire ? Quand on m’echappe je panique même si au depart la personne ne m’interessait

pas plus que ca. Mais vous avez raison sur toute la ligne. Pourquoi continuer de perdre mon temps avec lui? C’est

 blessant mais je surmonterai cette epreuve. Je ne veux pas etre un bouche trou et je ne le serai jamais !!!

J’ai une grande (& longue !) expérience de vie, j’aime les gens et je peux comprendre tout, mais quand l’autre est tellement « loin » que je vois que raisonner avec lui ne donnera rien, alors, tel le maître zen donnant un coup de canne à un disciple, je lui assène une bonne vérité, pour qu’il réalise qu’il se comportait de façon stupide.

Comme disaient les (géniaux) Inconnus : « moi, j’te parle cash ! » Je ne vous caresse pas dans le sens du poil pour vous garder – je suis honnête & quand vous brisez un principe, je réagis pour vous éveiller à ce fait ; il n’y a qu’ainsi que l’on avance !

Comment la société protège les PN

Par défaut

diable menteurC’est étonnant le nombre d’ouvrages (livres, articles, émissions télé) semant la désinformation à propos des êtres dérangés ; on « apprend » là des contre-vérités renversantes ; que les psychopathes sont sages ou honnêtes, empathiques ou vertueux (!).

Et à l’inverse (puisque le noir devient blanc et le blanc, noir) que les victimes n’en sont en fait pas, ou qu’elles ont voulu ce qu’elles subissent.

Ces « informations » proviennent soit de psychopathes , soit de petits malins soucieux d’attraper une part du gâteau (puisque la perversion narcissique est devenue un sujet à la mode) ou soit d’ignorants bien intentionnés (les pires !) vivant dans un monde enchanté, & pour qui « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » !

Mais le mal existe, et ce n’est pas en s’aveuglant dessus qu’il disparaîtra !

Le livre de diagnostic des maladies mentales (DSM) décrit ces critères pour ces êtres ;

– la duplicité ; comme montré dans les mensonges continuels, l’utilisation de fausses identités, ou d’arnaquer autrui pour son plaisir ou son profit personnel,

– un mépris total de sa sécurité ou de celle d’autrui,

– une irresponsabilité continuelle (bien que non dans tous les domaines de la vie),

– un manque de remords, montré par le fait de se ficher de ou de rationnaliser le mal qu’on fait aux autres, les violences, vols et maltraitances.

Je ne vois donc guère ce qu’il y a de bon, de sage ou d’empathique là dedans..

Les psychopathes ne sont pas juste des êtres normaux sujets à prendre des décisions dures parce qu’ils manquent d’empathie ; ce sont des êtres (pas humains du tout) qui AIMENT faire mal aux autres, qui en ont BESOIN & qui en JOUISSENT ! Ce sont des menteurs pathologiques qui soulagent leur ennui chronique (forcément, étant morts à l’intérieur, la vie normale leur semble morne, et ils sont aveugles à ses beautés) en blessant d’autres êtres !

Où, par conséquent, peut-il y avoir là du bien ou des vertus ? (certains troubles se caractérisent par une basse empathie, mais là, il n’y en a pas du tout). Bref, prétendre que ces monstres ont du bon est un mensonge !

Les PN observent & imitent les comportements des humains, et ils les étudient, parce que ça leur permet de pouvoir les manipuler. Mais ils ne les RESSENTENT pas ! (ils ne peuvent être tristes ou joyeux devant la tristesse ou la joie d’un autre).

La plus grande arme des PN est leur masque de normalité (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/10/24/6148/ ). Même eux, ils y croient, généralement.

Et les études soi-disant sérieuses sur la question, se basent sur des tests remplis par les sujets eux-mêmes ! Quelle bêtise ! N’importe quel PN voit tout de suite quoi répondre pour se faire bien voir !

Partout, on entend que « le mensonge n’est pas grave & est souvent utile » (!), que « chacun manipule de temps en temps » (!) & qu » au fond, on est tous un peu psychopathes »… Désinformation toute pure !
Bien sûr que chacun d’entre nous a parfois des émotions négatives (colère, jalousie, …) & peut même causer de graves dégâts en agissant d’après elles, mais lesdites émotions ne naissent pas d’un désir de blesser autrui ! Personne de normal ne se dit que ce serait marrant de voir souffrir quelqu’un d’innocent…

Voilà comment l’Etat pervers normalise la perversion narcissique ! Et voilà comment, au lieu de payer pour leurs crimes, ils s’en sortent sans dommage, et même plutôt bien, dans nos sociétés !

Ce qu’elles font ( & qui prouve leur perversité foncière), c’est minimiser le mal causé par les êtres dérangés en « redéfinissant » le bien & le mal, la vérité & le mensonge, pour éroder nos valeurs …

Comment peut-on dire qu’ils sont utiles en affaires ou en politique, alors qu’ils ne pensent qu’à eux, & feraient brûler toute une ville s’ils pensaient que ça peut les amuser ? C’est insulter à la douleur des victimes.

Du reste, si les auteurs de ces ouvrages veulent une information vraie ( = basée sur de l’expérience vécue), ils n’ont qu’à demander aux vicimes. Chacune lui dira que ces prédateurs n’ont rien à offrir de positif, à part du chaos & de la souffrance !

Mais … j’oubliais… ces victimes ne sont que de « soi-disant victimes », elles l’ont choisi, elles ont des « failles », elles sont « co-dépendantes » (voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/la-soi-disant-co-dependance/ ) … Une nouvelle pseudo-science, la victimologie règle leur sort & leur ferme le clapet définitivement : voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/17/pourquoi-on-delaisse-les-victimes/ !

Tout ceci est du Mal pur (car c’est du mensonge) et il faudrait (dans l’idéal) que ça cesse…mais sans doute ces mensonges servent-ils un but… à vous de trouver lequel il peut être !

Tant que j’y suis, je vous colle, ci-dessous (en italique), un florilège de « bons conseils » censés nous mettre à même de nous défendre contre les PN – avec, en gras & entre parenthèses, mes remarques ;

Les conseils débiles sur comment gérer les êtres dérangés :

1. « n’achetez » pas les crasses qu’un taré projette sur vous – laissez-lui son cadeau empoisonné ! Si quelqu’un vous insulte, restez calme (Non ! ces paroles ont une énergie, et cette énergie nous affecte, qu’on la nie ou non ! cela est scientifiquement prouvé) : refusez mentalement de vous laisser affecter et d’accepter son « don » de rage ou de folie – qu’il se le garde ! (facile !… eh non ; ceci est juste impossible !).

(…) diverses méthodes de visualisation existent, qui peuvent nous y aider. (j’ai essayé des dizaines de méthodes : conclusion : CA NE MARCHE PAS !).

-Mais parfois, il faut élever la voix, pour se mettre au niveau de l’autre, puis le faire redescendre avec vous. ( Ok ; faites ceci ! Vous allez voir ce que vous allez « prendre » si vous osez élever la voix avec un PN !).

2. (…) songez à diverses actions à entreprendre (Ca va être facile, dans l’état où on est ! En plus, comme si on puvait faire ou dire quoi que ce soit qui changerait quelque chose à son comportement ! La vérité scientifique est qu’un PN ne change JAMAIS et que, comme il a besoin de notre « sang », RIEN ne peut faire qu’on ne sera plus attaqué !)

Vous devez anticiper leurs réactions (sur base de votre connaissance de leurs intentions, et des raisons de leur attitude).(si on est normal, on ne peut tout simplement pas entrer dans le mode de pensée d’une taré !!!)

Voici quelques actions possibles :

-Effacer la personne de votre vie. Cette solution extrême est parfois la meilleure ; si votre proprio est mauvais, ou si votre chef ou vos collègues vous harcèlent, le mieux est de « bouger » de là. (Et on nourrit sa famille comment en attendant d’avoir trouvé autre chose ? !)

-Causez-lui de son attitude.(encore une imbécillité ! il n’y a pas moyen de causer avec ces malades ! c’est leur survie et leur normalité qui est en jeu – alors,, ils s’y accrochent comme un noyé à une planche de salut ! et ils n’ont aucun scrupule !)

-Elevez votre niveau d’exigence quant à ce que vous êtes prêt(e) à accepter ; fini les jeux malsains (comme si on y participait en connaissance de cause & de notre plein gré !)  : affrontez votre adversaire, expliquez pourquoi certains de ses agissements sont intolérables et dites ce que vous voulez (n’importe quoi ! quiconque a déjà tenté de causer avec un PN sait qu’il va piquer une crise et partir, ou vous distraire sur un autre sujet, ou vous insulter en vous jetant la faute de ses agissements sur le dos !!).

-« Dressez » votre adversaire. Des employés ont conditionné leur chef violent à les encourager et les soutenir. (..) Comme pour les enfants (ou les chiens), il faut cesser de récompenser le comportement négatif et louanger le comportement positif. Quand leur chef les insultait, les employés l’ignoraient ou lui montraient l’abus du doigt en demandant : « vous voulez me manipuler en usant de violence verbale ? »

Par contre, au moindre mot positif qu’il disait (« merci » ou « bon travail »), les employés le remerciaient pour sa gentillesse. En quelques semaines, ce chef changea de comportement. (je n’y crois pas une seconde) Vous pouvez faire de même avec votre abuseur, à condition que vous ayez une certaine influence sur lui.(Ben tiens ! L’inverse a été prouvé, je vous signale !)

-Acquérez de l’influence, que vous utiliserez ensuite pour agir. (mais bien sûr ! « Y’a qu’à » !! C’est malin ! Comme si c’était possible !) Testez si vous pouvez faire renvoyer quelqu’un sous prétexte qu’il fait baisser la productivité ; contactez ceux qui ont affaire à cette personne et informez-les de ce qui se passe – allez jusqu’à la presse (fastoche ! tout le monde connaît des gens influents ou des journalistes !) ou l’Etat, si vous pouvez. (Oui ; faites ça ! et ils vous enlèveront vos enfants, comme ils ont fait à moi !)

Lâchez prise. (bien sûr ; c’est la victime qui s’accroche !). Ignorez (Oh, comme c’est facile… en théorie ! Et comme c’est impossible en réalité !) et allez de l’avant. Demandez-vous pourquoi vous fréquentez cette personne ; par ex si pour vous, l’argent prime sur la qualité de vie, ne venez pas vous plaindre.. ou changez de valeurs (revoilà le « victim blaming » ! il est dégoûtant de jeter la faute sur l’innocent !).

Parabole des 3 anneaux

Par défaut

3 anneaux 3

Merveilleux conte sur la vraie piété (& son fruit ; la tolérance), tiré de « Nathan le Sage », de G. E. Lessing

Il y a bien longtemps en Orient, vivait un homme qui possédait un anneau d’une valeur inestimable, car il pouvait rendre agréable à Dieu & aux hommes quiconque le portait animé de cette conviction.

L’homme gardait donc la bague constamment au doigt, et décida de la garder toujours dans sa famille, en la léguant à son fils préféré. Il statua que celui-ci deviendrait le chef de la maison et devrait à son tour, léguer l’anneau à son fils préféré.

Ainsi donc, de père en fils, cet anneau revint finalement à un père de 3 fils, qui les aimait tous autant, en sorte qu’il promit en secret l’anneau à chacun des 3.

Voyant sa mort approcher, ce père fut bien embarrassé et comme il se refusait à attrister 2 de ses fils, qui se fiaient à sa parole, il fit faire 2 copies exactes de la bague.

Puis, il convoqua ses fils, chacun à part, donna à chacun sa bénédiction et un anneau, et mourut.

À peine le père mort, chacun des fils, se croyant seul possesseur de l’anneau, voulut être le chef de la maison, d’où des querelles sans fin – vu qu’on ne pouvait savoir quel anneau était le vrai.

Ceci (dit Nathan) est presque aussi impossible à prouver qu’aujourd’hui pour nous, la vraie croyance.

Toutes en effet ne sont-elles pas fondées sur l’histoire (écrite ou transmise) ? Et l’histoire ne doit-elle pas être crue uniquement sur parole, par la foi ? Or, de qui met-on le moins en doute la parole et la foi ? Des siens, n’est-il pas vrai ?

De ceux de notre sang, de ceux qui nous ont depuis l’enfance donné des preuves de leur amour, qui ne nous ont jamais trompés… Comment croirais-je moins mes pères que toi les tiens ? Ou inversement ! Puis-je te demander d’accuser tes ancêtres de mensonge pour ne pas contredire les miens ? Ou l’inverse ? C’est également vrai pour les chrétiens, non ?

Mais revenons à nos 3 bagues. Les fils se citèrent en justice et chacun jura au juge qu’il tenait l’anneau de la main du père – ce qui était vrai – après avoir obtenu de lui, depuis longtemps déjà, la promesse de recevoir l’anneau – ce qui était vrai aussi !

Le père, affirmait chacun, ne pouvait pas lui avoir menti ; et plutôt que de soupçonner ce père si bon, il préférerait accuser ses frères de fraude, si enclin fût-il par ailleurs à ne leur prêter que de bonnes intentions.

Le juge, considérant que le vrai anneau avait la vertu magique de rendre agréable à Dieu et aux hommes, et que les faux anneaux n’avaient pas ce pouvoir, il déclara qu’il se fierait à ce critère pour trancher.

Eh bien, dit-il ; quel est celui d’entre vous que les 2 autres aiment le plus ? Vous ne répondez pas ? Alors, peut-être que la vraie bague s’est perdue et que vos anneaux sont faux tous les 3…

En conséquence, mon conseil est le suivant : prenez la situation absolument comme elle est. Si chacun de vous tient son anneau de son père, que chacun considère son anneau comme le vrai. Peut-être votre père n’a-t-il pas voulu tolérer plus longtemps la tyrannie d’un seul anneau ? Et il vous aimait autant tous les 3, puisqu’il s’est refusé à en opprimer 2 pour ne favoriser qu’un seul.

Que chacun de vous s’efforce de manifester dans son anneau le pouvoir de la pierre ! Qu’il seconde ce pouvoir par sa douceur, sa tolérance, ses bienfaits et s’en remette à Dieu !

Et quand les vertus des bagues se manifesteront chez les enfants de vos enfants, je vous convoque à ce tribunal dans 1000 fois 1000 ans. Alors, un plus sage que moi siégera ici, et prononcera. Allez !