Archives de Tag: inconscient

Les peu reluisants « indignés chroniques » ( = pleurnichards décérébrés fascistes)

Par défaut

Etant souvent la proie d’Indignés chroniques (ou Virtue Signaling idiots, Social Justice Warriors & autres partisans du grotesque & fascisant « Politiquement Correct ») & de leurs tactiques de harcèlement (dogpiling) – forcément : je dis la vérité ! – j’ai cherché des infos sur ces répugnants personnages…& j’ai trouvé des vidéos montrant d’où ils viennent (du marxisme culturel), & de comment ils apparaissent.

Qu’est-ce que le marxisme culturel ? (v. https://www.youtube.com/watch?v=G8pPbrbJJQs)

Venu de marxistes de Francfort dans les années 1930, cette idéologie « maligne » (une vraie peste ayant infiltré toutes les institutions aux USA) en sous-tend plusieurs autres : Social Justice, Féminisme (!), néo-progressivisme, post-colonialisme.

Le genre, l’orientation sexuelle, la famille, la race, la culture & la religion ; tous les aspects de l’identité d’un être doivent être remises en question, toute norme, ou statut de la société, doit être défié & modifié, pour bénéficier à des groupes soi-disant opprimés. Or, saper les valeurs d’une société, les piliers sur lesquels elle repose, & elle s’écroulera bientôt… Mais… c’est le but, justement !

Le marxisme classique opposait les bourgeois (les possédants) aux ouvriers (les non-possédants). Le marxisme culturel oppose les opprimés (les sans privilèges) & les oppresseurs (les privilégiés) – c-à-d les minorités.

Selon cette vision, les blancs, cisgenres, ou hétérosexuels sont des oppresseurs, … & ceux qui ne le sont pas sont vus comme opprimés.

Il faut donc encourager le mode d’être transgenre, la diversité des races, des pratiques sexuelles, …

Theodor Adorno (un tenant de ce mouvement) traite, par ex, de pathologiques la parentalité, la chrétienté, l’amour pour son pays & sa famille, les rôles sexuels traditionnels, … ( !) dans « the Authoritarian Personnality ».

Quand on pense que de tels zozos nuisibles se font éditer, ça fait peur !

Cette tendance à pathologiser des avis contraires à leurs objectifs politiques, est typique du marxisme culturel.

Le politiquement correct est l’une des manifestations les plus visibles du marxisme culturel ; il demande de remettre le langage courant en question (par ex, les immigrants illégaux sont renommés « sans papiers ») pour modifier les normes culturelles et de maintenir à tout prix (& malgré les faits) une bonne opinion des groupes désignés comme étant opprimés, & il est défendu de critiquer & remettre ceci en question (bonjour la tolérance !)

Le marxisme classique promettait la résolution de tous les conflits sociaux dans un système social utopique – celui-là a amplement démontré, partout où il fut appliqué, sa totale inefficacité & sa nocivité (qui s’est comptée en centaines de millions de morts).

Le marxisme culturel aura forcément les mêmes résultats mortels – mais nos crétins de SJW, avec toute l’inconscience fonceuse des fronts de bœuf, y sont hélas aveugles.

Ce mouvement ne propose qu’une forme éternelle de guerre entre des groupes toujours plus étroitement définis de minorités offensées. Leurs idées ne peuvent mener qu’à la marginalisation de la tradition européenne.

Cette autre vidéo (Where Do SJWs Come From?Rebel Media : https://www.youtube.com/watch?v=x_fBYROA7Hk) montre les causes de la mentalité de ces Social Justice Warriors (qui ne sont d’ailleurs pas des guerriers, mais des genres de « victimes professionnelles », à la fois pleurnichardes, agressives & fascistement intolérantes).

Les chercheurs qui ont étudié le phénomène des Social Justice Warriors ont déterminé qu’il était formé de 2 groupes ; les gens « politiquement corrects autoritaires », & les « politiquement corrects égalitaires ».

L’étude a montré que les 1ers (les autoritaires) souffrent d’un trouble de l’humeur (anxiété), de faibles aptitudes verbales cognitives & d’un fort goût pour l’ordre, d’où une intolérance envers l’inconnu ou les nuances ; ils ont besoin que les choses soient bien claires & définies (du genre « blanc ou noir »), sous peine de détresse émotionnelle (Voilà qui ne m’étonne nullement !).

Qu’ils soient de droite ou de gauche, ils ont un bas degré d’ouverture, aiment l’ordre & détestent tout changement – ceci n’est pas lié à leur libéralisme ou conservatisme, mais fait partie (l’étude le démontre) de leurs traits de personnalité (de « conscienciousness »)* – L’élément qui les différencie est le niveau de compassion (bas pour les extrémistes de droite, élevé pour les extrémistes de gauche).

Quant au 2d groupe (les égalitaires), ils apparaissent suite à une information sans doute mal digérée… L’étude a en effet montré que ce sont des gens ayant des aptitudes verbales cognitives élevées (très à l’aise avec le langage), ayant un fort degré d’ouverture & qui deviennent des SWJ après avoir entendu parler des différends entre personnes, ou suivi des cours (école, université, conférence, séminaire) sur, par ex, le harcèlement sexuel – ou autres sujets similaires.

Comme ils ont un certain degré de compassion, ils se sentent poussés à aider ceux qui sont en détresse

Confrontés au goût des autoritaires pour la censure ou la justice punitive (qui est la façon de ce groupe de réaliser leurs buts), les égalitaires y croient & y trouvent des justifications « logiques ».

Comme la compassion que ressentent les égalitaires envers les autoritaires est d’une nature « maternisante », ils sont comme une mère bouleversée par la détresse de son bébé & inapte à envisager qu’il puisse avoir tort – la détresse de son enfant signale toujours à une mère qu’il faut agir pour la faire cesser ; on ne peut ici pas analyser les choses, avoir une attitude critique.

C’est la même chose qui se passe entre les 2 groupes – sauf que ces individus ne sont pas des mères, comme les autres ne sont pas leurs bébés (ni même opprimés), & que ceux qui ont déclenché (en s’exprimant) la détresse des autoritaires, ne sont pas de dangereux prédateurs !

Les extrémistes (de gauche comme de droite) partagent un même goût de l’ « ordre », mais les extrémistes de droite ont – à l’inverse des extrémistes de gauche – un score bas en « agréabilité » en sorte qu’ils sont des sortes de prédateurs.

D’autres études ont montré qu’un QI verbal bas (vocabulaire, savoir factuel) est effectivement relié à des positions extrémistes de droite.

Ouverture & « consciencieuseté » sont ce qui distingue les conservateurs des libéraux. On voit le monde selon notre tempérament, mais si on est intelligent, on peut modifier cela.

Les libéraux ont un haut niveau d’ouverture (créativité, idées intéressantes) ; ils aiment jouer avec les idées, les « démonter », puis les reconstruire. Ils sont plus « entreprenants » que les conservateurs, mais par contre, ceux-ci sont plus consciencieux (= des êtres industrieux, travailler dur).

Les autoritaires, eux, ne sont ni l’un, ni l’autre – donc, ne s’intègrent pas dans la société. Etant peu compatissants, ils se sentent attirés par les individus qui sont au sommet de la hiérarchie & n’agissent que de façon stratégique – en sorte que les relations qu’on peut avoir avec eux, ne sont qu’intéressées (elles ne servent qu’à les aider à se hisser ou à rester au sommet)

De même, ils désirent éliminer ceux qui ne font pas partie de leur groupe (normal, puisqu’ils manquent de compassion).

Par contre, les extrémistes de gauche, qui ont de la compassion, se soucient des opprimés, de ceux qui sont en bas de la hiérarchie. Et pour ceux qui dévient de la norme, ils essaieront non de les rejeter ou les détruire (comme les autoritaires de droite), mais de les inclure au groupe… mais sous la condition qu’ils deviennent tous pareils (cf communisme, ou les anciennes tentatives des blancs de « civiliser » ceux appartenant à d’autres cultures).

Bref, les 2 tendances visent à l’homogénéité, mais les droitistes, par exclusion (leur motto : la pureté) & les gauchistes, par inclusion (leur motto : l’égalité – ou « le clou qui dépasse appelle le marteau »).

Mais on ne peut limiter notre paysage politique à un seul ensemble de valeurs !

Les SJW pourraient dire ceci de la liberté de parler – mais la liberté de parler n’est pas une valeur, et la protéger, c’est protéger le mécanisme par lequel la société reste stable & dynamique.

Il y a beaucoup de valeurs, mais il doit y avoir un dialogue continu entre des valeurs ; le système de valeurs doit être diversifié, pour ne pas s’effondrer en une seule dimension, car sinon, on n’a qu’un outil pour tous les problèmes, ce qui est mauvais – car un seul outil ne peut pas résoudre tous les problèmes. Comme dit l’adage : « si on est un marteau, tous les problèmes deviennent des clous. »

Une position idéologique offre une solution à chaque problème, sans pouvoir en fait le résoudre – & même sans pouvoir l’exprimer de façon adéquate.

*pour ceux qui ne sont pas familiers avec ces termes, ce sont ceux du « Big Five Model » (modèle de la personnalité actuellement le plus employé, & composé de : Neuroticisme, Extraversion, Ouverture aux (nouvelles) Expériences, Agréabilité & Conscientieuseté).

PS : je ne suis ni de droite, ni de gauche, je suis juste pour la vie & le bon sens qui la favorise !

Publicités

Apaisez votre esprit !

Par défaut

Man Sleeping Beneath A Nighttime Sky --- Image by © Images.com/Corbis

Pour retrouver notre calme, on peut d’abord se désencombrer l’esprit, cesser de s’obséder sur nos soucis –  il est vrai, par ex, que l’exercice de Présence (que décrit Eckart Tölle, dans son livre « Le Pouvoir du Moment Présent ») m’a sauvé la vie, mais on ne peut pas passer toute sa vie à ignorer nos problèmes ou ce qui se passe en nous – sinon, on agira toujours « à côté ».

Une certaine dose d’introspection est donc essentielle pour agir juste & ne nuire ni à soi, ni à autrui.

Pour illustrer mon propos, voici l’antique conte d’Androclès & le lion. Cela raconte qu’un lion énorme terrorisait un village en venant rugir tout autour à la nuit tombée et qu’un jour, un jeune berger, Androclès, s’étant réfugié dans une grotte, s’y trouva avec le lion.

D’abord, il eut peur, car la bête rugissait, mais Androclès remarqua que ce lion versait des larmes et qu’en fait, il avait une grande épine à la patte. Il s’approcha doucement & ôta l’épine, puis rentra chez lui.

Par la suite, Androclès ayant mécontenté son maître, il fut condamné à être dévoré par des lions aux jeux du cirque. Mais un lion (c’était celui qu’il avait sauvé, bien sûr) lui montra de l’affection & le protégea, et donc, il fut gracié par l’empereur. Il vécut désormais heureux, avec son lion.

Cette fable – qui connaît de nombreuses variantes – est une allégorie de la connaissance de soi.

Le lion souffre, mais ignorant ce qui le fait souffrir, il est en rage ; il agit de façon agressive & menaçante (comme la sorcière, dans Kirikou) & terrorise tout le monde.

Bref, c’est une métaphore de nous autres humains, quand on n’est pas conscient des causes de notre douleur. L’art de vivre dépend principalement de cette aptitude à localiser correctement & rapidement nos « épines », pour ne pas devoir, toute notre vie, subir nos symptômes & terroriser les autres.
L’épine représente une souffrance ou une peur, un souci torturant, une culpabilité ou humiliation, une déception.

Androclès est celui qui peut voir au-delà de la furie, sa cause sous-jacente & découvrir la vraie nature du problème ; il apaise la colère née de cette peur ou douleur & sait trouver une solution constructive & pacifique.

Lorsque nous tentons de définir « l’épine » en nous, il arrive que l’on se trompe de cause & qu’on se lâche sur la 1ère personne gentille que l’on rencontre, ou sur un ami ou notre partenaire – ce qui cause des problèmes de relation.

Souvent aussi, on tente d’anesthésier notre détresse & l’on se jette sur l’alcool ou la nourriture, le porno, une clope, le Solitaire en ligne (moi !), ou encore sur le travail ou le shopping, …

Ces moyens endorment provisoirement notre détresse, mais ne s’attaquant pas à la cause du problème, ce dernier demeure.

De plus, c’est du sabotage ; cela gaspille notre temps & notre énergie, mine notre estime de soi & notre santé. Ces problèmes qu’on a omis, qu’on n’a pas osé affronter, s’attaquent alors à notre sommeil, ce qui nous épuise encore plus.

3ème mode de réaction : pour effacer cette douleur incomprise, on se met à blâmer tout le monde (nos parents, la société, notre chef, …) & on prend des décisions soudaines & non-pertinentes (divorcer, déménager, plaquer notre job ou « virer » quelqu’un sur un coup de tête, …)

Bref, quand on ignore ce qui se passe en nous, il est inévitable qu’on inflige de la douleur à soi-même ou à nos proches.

Heureusement, on peut le découvrir. Si l’on se met à l’écoute de notre esprit, il nous fournit des indices sur les causes de nos souffrances ; il suffit de les entendre & de les décoder.

Il existe une super-méthode pour y voir clair & cesser de nourrir des craintes vagues qui nous pourrissent la vie & nous empêchent de dormir – et non, ce n’est pas la méditation.

Apaiser ses pensées, se vider l’esprit & se concentrer sur le bruit du vent ou le murmure de la mer, est sûrement très efficace, mais n’est en général pas à la portée de nous autres Occidentaux… Pour la plupart d’entre nous, une méthode plus active sera plus adaptée à notre mentalité !

Le stress nocif provient surtout de pensées n’ayant pas été démêlées, examinées & affrontées adéquatement – et comme tout va vite, ces pensées s’accumulent & finissent par de l’insomnie, cette revanche des pensées qu’on n’a pas voulu avoir dans la journée …

Ces pensées vagues & confuses créent une « masse » électrique pouvant nous faire « péter un plomb ».

Pour éclaircir notre esprit, comprendre ces pensées & sentiments désavoués, la méthode suivante est efficace :

Il faut vous réserver une vingtaine de minutes une à 2 fois par semaine, tôt le matin ou tard le soir. Vous vous assiérez au calme, avec un bic & 3 feuilles de papier.

En haut de la 1ère feuille, notez : «  Qu’est-ce qui me cause de l’anxiété pour le moment ? »

En haut de la 2ème feuille, notez : «  Qu’est-ce qui m’énerve ou me contrarie pour le moment ? Et qui le fait ? »

En haut de la 3ème feuille, notez : «  Qu’est-ce qui m’enthousiasme & que j’ambitionne pour le moment ? »

Vous remarquerez que, quand vous vous posez ces questions, votre esprit s’effraie & semble un brouillard confus.

Si des mots surgissent, ou un nom ou un lieu ou une image, notez-les sans réfléchir, sans juger que, par ex, ça n’a aucun sens.

C’est comme si vous rangiez une énorme armoire bourrée de désordre ; vous devez d’abord tout sortir, étaler à plat, puis faire le tri et ranger chaque chose à la place qui lui convient.

Quand vous avez rempli la 1ère feuille, triez les pensées ; demandez-vous de quoi vous êtes réellement anxieux(se)

S’il y a un défi ou une période effrayant(e) à l’horizon, racontez-vous-en l’histoire, avec tous ses détails.

Citez tout ce qui pourrait foirer, les pensées ou situations angoissantes, & cherchez comment vous pourriez vous en sortir même si le pire arrivait.

Osez évoquer les pronostics les plus sombres – pas de faux optimisme ! Vous verrez alors qu’au fond, on peut survivre presque à tout.

Passez alors à la 2de feuille ; ce qui (& qui) vous agace.

Souvent, par crainte de s’avouer sa vulnérabilité, on n’ose pas analyser les blessures que d’autres nous infligent, mais ces couleuvres avalées finissent par créer beaucoup d’amertume & de confusion en nous – sans compter une agressivité mal dirigée ; on peut, par ex, se montrer froid avec notre partenaire.

Donc, notez qui vous irrite ; ré-évoquez tous les incidents énervants, dans tous leurs détails, comme si vous racontiez tout ça à un ami aimant, patient & compréhensif.

Puis demandez-vous comment un être gentil a pu vous infliger cela. S’il n’était pas mauvais exprès, quelle autre explication peut-on trouver à son comportement blessant ?

Enfin, si c’était arrivé à un ami à vous, que lui conseilleriez-vous ?

Passons maintenant à la 3ème feuille ; notez-y ce qui, récemment, vous a fait ressentir de l’enthousiasme, une envie, un désir, une ambition. Là aussi, décrivez cela comme vous l’expliqueriez à un ami intéressé & compréhensif.

Si, à la lumière de ceci, vous deviez changer votre vie, que changeriez-vous ?

Cette chose qui vous exalte ou que vous désirez, vous indique une chose qui pourrait manquer dans votre vie … Qu’est-ce qui pourrait vous manquer ? Si cette chose pouvait parler, que vous dirait-elle ? Si cette chose pouvait changer votre vie, que vous conseillerait-elle ?

Si d’autres domaines de votre vie ressemblaient à cette chose, à quoi ressembleraient-ils ?

En faisant ce travail, vous avez décodé les pensées qui, sinon, encombrent notre esprit.

Plus on attend pour le faire, plus le travail avec les 3 feuilles prendra du temps. C’est pour cela qu’il faut le faire au minimum une fois par semaine.

Identifier & ranger ainsi nos pensées, fait qu’on se connaît mieux, cela diminue les sentiments de colère ou la confusion, car on reconnaît nos espoirs, craintes & rancoeurs, et des solutions se dessinent.

Après ce décrassage, on se sent plus calme et surtout, on retrouve le sommeil !

« Bombardement d’amour » ; tous aux abris !

Par défaut

bomb-damour

Souvent, l’ex-enfant Bouc Emissaire d’une famille perverse tombe dans les filets d’un PN une fois adulte.

Après bien des déboires, la victime s’en veut de s’être laissé(e) prendre à sa comédie de l’amour fou. On se dit qu’on est stupide, et on se demande comment on a pu avaler ses déclarations mélodramatiques…

Pourquoi on est-on si touché(e) par le « bombardement d’amour » d’un(e) PN ?

Chacun veut avoir un entourage nous fournissant un sentiment de stabilité, de bien-être & de sécurité.

Mais quand on a grandi comme Bouc Emissaire, on ignore à quoi ressemble l’amour, puisqu’on n’en a jamais reçu avant. De plus, on a été « entraîné » par nos parents, non à réussir, mais à se saboter et comme on n’a pas de limites personnelles & que notre estime de soi est très basse, cela nous rend plus susceptible de devenir la victime d’un PN lorsqu’on atteint l’âge de tomber amoureux.

La victime a tout intérêt à s’analyser, à détecter les programmations nocives qu’elle a intégrées et à les déraciner, sinon, ce dressage la poussera immanquablement, une fois grands, à rester avec des individus toxiques.

Comme presque tous ces enfants-là arrivent à l’âge adulte assoiffés d’amour, sans limites ni estime de soi & avec un stress post-traumatique complexe.

C’est dire si elles seront époustouflées par le bombardement d’amour d’un PN (qui lui, a tout de suite détecté leurs grandes qualités) ! Et aussi si, à cause de l’impuissance acquise, elles resteront longtemps dans des relations toxiques !

Alors, pour faire cesser cela, il faut apprendre sur soi, sur comment on est entraînées à ne pas écouter les signaux que nous envoie notre corps et surtout, sur les « déclencheurs » (les éléments faisant qu’on restera avec un être nocif).

Quand on sait, on reconnaît les signaux d’alarme de quelqu’un qu’on a rencontré & on rompt rapidement, au lieu de rester en contact avec lui & d’être entraîné(e) dans une relation perverse.

Si le bombardement d’amour d’un PN nous touche tant, c’est parce que, étant petit, on a manqué de cet ingrédient indispensable ; l’amour, et que donc, même si on ne le réalise pas, on en est assoiffé(e).

Voilà comment on adore ce bombardement et comment, lorsque le PN nous le retire pour commencer le cycle de violences, on lui court après ; c’est parce que l’on croit que sa froideur ou son insulte n’est qu’un « couac », & qu’il pourra redevenir – on en a TANT besoin ! – l’amoureux fou qu’il était au début…

J’en ai parlé ici : http://www.bonheuretamour.com/2016/03/04/comment-le-pn-sait-que-sa-proie-est-ferree/ ; « quelqu’un qui a grandi dans une famille PN est déjà conditionné à accepter les maltraitances et sera porté à rechercher le familier ( = ce qu’il ou elle a vécu, enfant) et à nommer cela « amour ».

En tout cas, pour un PN, c’est l’extase absolue de vous voir lui courir après, après qu’il vous a démoli(e) avec ses méchancetés, de chercher la discussion, de lui demander pourquoi il a fait ça, de tenter de lui faire comprendre à quel point vous l’aimez & combien cela vous blesse, …

Pendant que votre coeur saigne, le PN est aux anges ; il sait qu’il a le contrôle total sur votre vie – que maintenant, il peut vous dire et vous faire les pires choses et que vous voudrez toujours de lui (elle) dans votre vie !” et La victime accepte ces mauvaises raisons parce qu’elle a été programmée pour se nier elle-même. Et puis, c’est si soudain ; à une seconde, on est avec son amour, et il (elle) vous porte un coup sans prévenir. Cette « tempête par ciel bleu » est si brutale que la victime est en état de choc !

Pour en revenir au bombardement d’amour, les émotions qu’il cause, agissent sur la victime comme une drogue dont elle ne peut plus se passer, mais surtout, cela apaise & diminue les symptômes du PTSD complexe qu’elle a en elle depuis l’enfance ! (anxiété, fatigue, cauchemars, confusion, oublis, …).

Enfin, quelqu’un lui montre de l’amour, la complimente sur son apparence, son intelligence & ses accomplissements, … C’est comme une ondée bienfaisante sur une plante desséchée !

La victime se sent sur un nuage, elle en est submergée plus que quelqu’un d’autre, parce qu’elle n’a jamais reçu d’amour dans sa vie…

A cause d’une enfance caractérisée par un manque d’amour & des violences constantes, elle est en état de stress aigu constant ; fatiguée, épuisée, toujours sur la brèche.

Un ex-enfant Bouc Emissaire recherche donc sans cesse – inconsciemment – l’être qui le (la) soulagera de cette angoisse permanente…  Or, cette tactique perverse -le bombardement d’amour – fait que pour la 1ère fois, la victime sent qu’elle peut enfin déposer son fardeau, oublier les violences subies dans son enfance – bref, qu’elle peut enfin être elle-même & se relaxer ; elle est comme plongé(e) dans un bain relaxant après avoir trimé toute sa vie !

Et quand le PN, la sachant ferrée, montre son vrai visage & commence à la violenter, la victime le supporte durant des années, parce que nos parents PN ont fait qu’on ne trouve pas normal (& qu’on n’exige pas) d’être bien traité(e).

Toute victime doit s’informer sur ce qu’elle a en elle & surtout, comprendre que quand on trouve quelqu’un qui nous traite bien, à cause du PTSD complexe, on y réagira plus fortement que quelqu’un ayant eu une famille normale & aimante.

La victime doit bien piger cette vérité : si le bombardement d’amour du PN fonctionne aussi bien, c’est parce qu’il apaise la douleur de tous les abus qu’elle a subis durant toute sa vie !

Hélas, quand le PN l’arrête, cette antique blessure se rouvre, et les nouveaux abus subis du PN viennent, en plus, s’y rajouter !

Un ex-Bouc Emissaire doit comprendre qu’il ne doit compter sur personne d’autre pour prendre soin de lui-même, qu’il doit apprendre à se traiter avec douceur, à d’abord s’aimer & se respecter lui-même, puis à se faire respecter.

Une victime doit réfléchir sur elle-même, étudier ce qui la blesse & travailler sur ces points de douleur. Elle doit aussi se renseigner sur les PN & leurs tactiques. Enfin, elle doit devenir un être qui ne pourra plus être manipulé à réagir aux déclencheurs dont se servent les PN.

Pour cela, elle doit réaliser le mal qui lui a été infligé, comment elle s’est mise dans sa situation actuelle, ses mobiles d’action, & qu’elle est une blessure sur pattes, clairement visible par les êtres mauvais en quête de proie.

Il ne s’agit pas de devenir un robot sans sentiments (comme l’est un PN), mais de rester constamment en contact avec ce que vous ressentez.

Comment se réaliser ?

Par défaut

devperso

Si vous aspirez à accomplir vos rêves, à avoir la liberté d’être vous-même, vous devrez nécessairement tourner le dos à la conformité et aux modes de vie traditionnels, ce qui exige d’avoir (ou d’acquérir) beaucoup d’assurance & d’estime de vous.

Si vous en manquez, vous devrez débuter un voyage de développement personnel ; un voyage vers la compréhension, l’acceptation et la maîtrise de soi.

Pour y avancer, il y a plusieurs secrets à connaître :

-L’imperfection est la liberté

Nous sommes nés avec un sens inné de vouloir être intégrés dans un groupe. À mesure que nous grandissons, la société nous aide à former la notion de perfection, ou de ce qui est « assez bon ». Alors, nous devons nous créer des valeurs à suivre, pour nous sentir accepté par tout le monde.

Nos parents nous disent ce qu’ils attendent de nous, ainsi que nos enseignants et nos religions. La société utilise les médias pour nous exposer constamment à la perfection & désirer toujours plus & mieux, en nous confrontant toujours à des modèles parfaits.

La comparaison est l’un des plus grands obstacles à la quête de l’estime de soi. C’est en voyant cette façade parfaite de la vie des autres, qu’on se sent misérable.

Pourtant, on connaît bien notre vie alors qu’on ne voit que la surface de la vie des autres. Or, nous utilisons cette fausse perception de surface comme une ligne directrice montrant où se situe notre propre valeur.

En essayant d’atteindre ces standards & d’être accepté, on se perd soi-même & notre estime de soi en souffre.

Si on la fait dépendre du désir d’appartenance et de la volonté d’abandonner notre dignité pour être accepté, pas étonnant qu’elle soit basse !

Être imparfait est impardonnable pour la personne qui se rejette. Cette personne se sent « fausse » et frustrée de ne pas pouvoir atteindre l’image de perfection, de sorte qu’elle en vient à se saboter & se violenter elle-même.

L’abus de soi peut prendre diverses formes ; la pensée négative, l’alcool, les drogues, « l’outre-mangeage », l’auto-mutilation et le choix de partenaires abusifs, …

Notre désir de perfection paralyse notre capacité de changer, et il nous prive des plaisirs et des joies qu’offre la vie imparfaite.

La faible estime de soi est, de plus, un cercle vicieux. Nous sentons que nous ne sommes pas à la hauteur de notre idée de perfection, ce qui nous donne une raison de justifier notre passivité à changer le mauvais dans notre vie. Inévitablement, on se violente de plus en plus, ce qui nous éloigne de plus en plus de notre image de perfection (par ex : obèse, chômeurs, toxicomane, solitaire, malade mental).

La perfection, c’est quand quelque chose ne peut pas être amélioré … mais ça n’existe pas !

Il ne faut donc pas viser à être parfait, mais plutôt, à s’améliorer sans cesse…

Le désir de perfection a de nombreux effets secondaires, la peur de l’échec étant le principal. La peur de l’échec paralyse notre capacité à poursuivre nos rêves et nos passions.

Nos accomplissements –ce que l’on FAIT (& les résultats que ça donne) – forme l’image de qui vous pensez être, c-à-d notre estime de soi. Mais une fois de plus, notre valeur en tant qu’être humain est indépendante de ceci !

En outre, on peut toujours améliorer sa façon de faire…

L’acceptation de soi est de pardonner vos imperfections, d’accepter que vous n’êtes pas parfait – et que vous n’avez pas à l’être – et que vous ne serez jamais à la hauteur de cette image de perfection que vous avez inconsciemment créée.

Plus nous avons d’amour-propre, plus nous pardonnons et acceptons ce que nous sommes, erreurs & défauts inclus, et moins nous nous jugeons nous-mêmes

Il est bon de se rappeler que le développement personnel est un processus – fait d’acceptation de soi, de compréhension de soi, de conscience de soi et enfin, de maîtrise de soi.

« Ce n’est pas un signe de santé, que d’être bien adapté à une société profondément malade » (Krishnamurti).

Les introvertis, rebelles, inventeurs, solitaires, mystiques & excentriques ont tous souffert de rejet de la part des individus anormalement normaux.

Dès le plus jeune âge, à cause de notre éducation, notre famille et notre culture, nous apprenons ce que la majorité des gens jugent acceptable et « normal », & on ne connaît rien d’autre.

Mais les gens « normaux » ne sont jugés comme tels que par rapport à la façon dont ils sont adaptés à cette société malade. Si les gens de notre société étaient réellement normaux, ils trouveraient l’état de la société mensonger, déplaisant et impossible à s’adapter, & ils choisiraient de ne pas en faire partie.

La rébellion ne doit pas être confondue avec une réaction contre la société. Une réaction est inconsciemment instantanée. Nos cerveaux se déplacent d’un extrême à l’autre pour éviter d’avoir à faire face à un changement progressif.

Par exemple, si, étant enfant, vous mangiez trop & étiez obèse, les souvenirs traumatiques sur votre poids vous font inconsciemment réagir en vous obsédant sur le sport ou les régimes. Consciemment, vous pensez avoir fait un grand changement… alors qu’en fait, ce n’est qu’un changement superficiel ! Vous êtes passé de penser à manger tout le temps, à penser à ne pas manger tout le temps. Le sujet de votre fixation est resté le même : manger. Vous continuez à « marcher » dans ce jeu et à donner trop d’importance à la nourriture.

Les skinheads, athées et anarchistes sont tous encore esclaves de la réaction inconsciente, car obsédés par la même idée. Il doit d’abord y avoir une croyance, pour pouvoir la rejeter. Ces gens réagissent par frustration et colère, mais ils agissent encore de façon aussi malade et malsaine que la société.

Un rebelle est différent ; comprenant le jeu des extrêmes, il ne réagit pas contre la société et choisit simplement de se glisser hors d’elle. Les jeux que joue la société lui deviennent non-pertinents ; il n’est ni contre ni pour rien.

Pour la personne rebelle, l’action est bonne et la réaction est mauvaise. Il comprend que lorsque nous réagissons inconsciemment, quelqu’un d’autre a le contrôle sur nous, car on est alors manipulable.

Un révolutionnaire est aussi un extrémiste. La révolution exige une foule, mais la rébellion ne demande qu’une personne. L’individu rebelle se change lui-même. Il ne se soucie pas de changer les règles et les structures de pouvoir de la société, mais de changer son propre être, & à vivre une vie en synchronisation avec ce qu’il est.

Se rebeller exige la destruction de votre ancien soi, de vos idées antérieures, des hypothèses et croyances sur vous-même. Une fois libéré de votre ancien moi, vous aurez la liberté et la place pour créer l’évolution intérieure et vous reconstruire entièrement. Si chaque personne décide de se rebeller individuellement contre la folie et le vide dans la société, les choses changeront.

Vous êtes-vous déjà identifié avec une nation, un sexe, un groupe d’âge, une équipe sportive, un type de personnalité ou une religion ? Alors, vous êtes partisan de l’une des idées les plus meurtrières au monde ; le Collectif Social.

Bien que servant de « colle » pour relier les gens, le collectif social les isole également. Vous êtes-vous déjà posé des questions sur la cause du racisme, du sexisme, du fanatisme religieux, des guerres, de la discrimination, de l’ostracisme et de l’intolérance ? Tous ces maux & les horreurs qui les accompagnent, sont dues au collectif social !

Un Collectif Social (groupe de gens partageant quelque chose d’identique) naît du besoin de se sentir partie de quelque chose de plus grand que nous, de développer un sens faux et dangereux de l’identité.

Les Collectivités Sociales avec lesquelles nous nous identifions tournent autour de la même idée du « Nous contre Eux » ;  «Nous avons raison, vous avez tort – Nous sommes bons, et vous êtes mauvais – Nous avons une culture, vous êtes des barbares – Nous sommes meilleurs que vous »,…

Les gens investissent beaucoup de foi, de confiance, d’ego et d’estime de soi dans les Collectivités Sociales. Un patriote investit beaucoup de confiance & de fierté de soi dans son pays, mais ce sont ces gens-là qui créent l’ostracisme, le racisme et les guerres parce qu’ils soutiennent l’idée de «notre pays est meilleur que le vôtre. Notre pays est innocent et le vôtre est à blâmer » !

Quand nous nous joignons à un Collectif, ce que nous faisons réellement est la poursuite du pouvoir, du statut, de la sécurité et de l’acceptation de soi. Nous regardons en dehors de nous-mêmes pour gagner notre accomplissement.

Dans la fameuse expérience de Derren Brown, il a découvert que plus on est dépersonnalisé, plus on pourra accomplir des actes de cruauté. Et cette dépersonnalisation est le résultat de faire partie d’un Collectif Social, ou d’un public portant les mêmes masques physiques. Les collectifs servent à vous dépersonnaliser afin de vous laver le cerveau et de remplir votre tête d’idées de grandeur, de droiture et de supériorité morale.

L’une des choses les plus difficiles dans la vie est de se libérer d’eux. Se tenir debout par soi-même et être le solitaire qui pense par lui-même, exige une grande force de caractère.

Les Collectivités sociales sont une distraction de la plus grande finalité dans la vie – la croissance de soi. Comment apprendre ou grandir avec un esprit ouvert, s’il est farci de fausses notions et croyances ? Nous devons nous trouver d’abord pour nous perdre plus tard. Pas l’inverse !

Initiez le changement

Par défaut

chgt-de-vie

Vous voulez une meilleure vie ? Eh bien alors, il va falloir changer de façon d’agir, car si vous continuez à faire ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez les résultats que vous avez toujours obtenus !

Pourtant, la formule pour obtenir tout ce qu’on veut dans la vie est archi-simple ! :

  1. trouvez votre vérité : regardez en vous profondément & découvrez ce qui est vrai pour vous & non pour quelqu’un d’autre.
  2. agissez selon elle : pas besoin d’avoir un plan génial, mais il faut agir, car à moins de faire quelque chose, vous ne concrétiserez rien.
  3. tout vous concerne : traitez chaque job, personne & expérience comme s’il pouvait mener à votre prochaine grande opportunité.
  4. assumez : si vous le faites, dites-le & pensez-le, puis assumez. Soutenez hardiment votre cause en reconnaissant & acceptant pleinement qui vous êtes vraiment.

Le problème, c’est qu’on s’auto-sabote ; j’ai décrit ce que c’est (http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/), pourquoi on le fait (http://www.bonheuretamour.com/2014/09/21/signes-dauto-sabotage/) & comment cesser de le faire (http://www.bonheuretamour.com/2016/07/16/comment-cesser-de-se-saboter/).

J’ai décrit aussi comment infléchir le cours de notre vie si on n’en est pas satisfait (http://www.bonheuretamour.com/2016/09/29/vous-voulez-inflechir-le-cours-de-votre-vie-cest-possible-1ere-partie/

& http://www.bonheuretamour.com/2016/09/30/vous-voulez-inflechir-le-cours-de-votre-vie-cest-possible-2eme-partie/).

Il me reste à décrire comment obtenir ce qu’on veut.

Déja, une partie du problème est qu’on n’ose pas choisir, qu’on n’est pas vraiment sûr de ce qu’on veut… ou qu’il semble qu’on ne veut rien…

Mais comment un bateau pourrait-il atteindre sa destination s’il ne sait pas laquelle elle est ?!

Alors, la 1ère chose à faire est de trouver la destination (ce sujet fera l’objet d’un prochain article).

Demandez-vous ce qui vous rend insatisfait et ce que vous désirez obtenir – en fait, obtenir ce que l’on veut est simple… mais ce n’est certes pas facile !

Quoi que l’on veuille obtenir, on peut actuellement trouver des milliers de livres ou d’infos (gratuites !) sur le Net sur comment s’y prendre pour y parvenir… C’est ça, le bon de notre époque.

Mais… avec toute cette masse d’informations, comment se fait-il que presque tout le monde soit insatisfait & n’ait pas ce qu’il veut ?

Et bien, parce que notre époque a aussi un gros défaut : la positivité à tout prix. On ne peut dire à personne – & même pas à soi ! – qu’on va mal.

Puisqu’on va « bien », on ne doit pas agir… Car l’inconnu fait peur, alors que le familier rassure.

Et puis, l’être humain, lui aussi, a un gros défaut : l’hédonisme ou « loi du moindre effort » ; c-à-d que l’on est motivés par la recherche du plaisir et la fuite devant le déplaisir.

Pourtant, « le succès est un arbre dont les racines sont amères, mais dont les fruits sont doux » !

Il faut le savoir ; les cailles ne nous tomberont pas toutes rôties dans le bec ! Il faudra réfléchir et puis après, passer à l’action ! Or, agir pour changer demande du courage, exige qu’on « se secoue » en renonçant à nos petites habitudes confortables. Alors, on remet ça à plus tard, « au moment où on en sentira l’envie ».

Hélas, quel que soit le domaine où l’on veut changer, JAMAIS ce moment-là ne vient ; il faut donc décider de s’y mettre SANS en avoir envie. Se forcer, quoi !

L’envie, l’enthousiasme, la motivation, ça viendra plus tard, et ça grandira au fur & à mesure qu’on avancera dans notre projet.

Une chose à faire est de mettre son réveil un peu plus tôt et de se lever immédiatement ; c’est là qu’on éprouve la force mentale qu’il faut pour « se bouger »…

Quand on est adulte, c’est à nous d’être un bon parent (ou un bon gestionnaire de vie) pour nous-mêmes – c-à-d que c’est à nous de – pour notre propre bien – nous pousser à faire les corvées qu’on ne veut pas faire !

Pour ne pas « saturer », notre cerveau doit filtrer la masse d’informations qui nous arrivent, et « automatiser » (rendre automatiques, inconscientes) tout un tas d’activités – par ex, le matin, vous êtes arrivé au bureau en voiture, mais vous n’avez pas dû penser au chemin, car vous le connaissiez par coeur, ou même l’action de conduire votre voiture : la 1ère fois, vous deviez penser à toutes les manoeuvres, et ensuite, ça se fait tout seul ; vous n’avez plus à y penser.

Notre cerveau aime ce mode « pilotage automatique », très confortable pour lui, car facile, coulant de source.

Alors, lorsqu’on doit faire quelque chose de neuf & que ça lui demanderait un effort, il résiste, il « freine des 4 fers ».

Il faut donc s’attendre à ceci : quoi que ce soit qui rompt avec nos habitudes, exigera que l’on s’oblige à le faire, car à tous les coups, notre cerveau renâclera & tentera par tous les moyens de nous faire abandonner l’idée de changer.

Voilà pourquoi la plupart des gens font la même série de gestes du lever au coucher, chaque jour, et se retrouvent coincés, à s’ennuyer dans une vie monotone & sans passion.

Mais l’être humain a aussi, pour répondre à ses besoins vitaux, des émotions (par ex, si son corps a besoin d’eau, il ressent la soif, si son corps a besoin d’énergie, il ressent la faim, …).

Donc, s’il ressent une émotion comme l’ennui, qu’il en a marre de tout & se sent prisonnier, c’est qu’un besoin vital n’est pas satisfait ; le besoin d’exploration.

Tout en nous change & évolue (d’ailleurs, ce qui ne bouge pas, est mort) ; durant toute notre vie, nos cellules sont remplacées ; notre peau, nos cheveux poussent puis tombent, etc.

Alors, si on ne suit pas le mouvement, si l’on reste figé dans une situation, pas étonnant qu’on en souffre & que notre corps génère en nous l’émotion correspondante, pour nous pousser à satisfaire ce besoin !

Notre âme – c’est une loi de l’univers, une loi de la vie – a elle aussi besoin de croître & d’évoluer, & le seul moyen d’assouvir ce besoin est de se forcer à changer.

Comment ? En « sortant de notre tête », c-à-d de nos façons habituelles de penser qui tendent, elles, à s’immobiliser, à s’encroûter dans le familier.. bref, à mourir ; à notre destruction.

Si on pouvait enregistrer les petites voix dans notre tête, on réaliserait qu’elles sont négatives & nous donnent de mauvais conseils.

Et c’est pareil pour les émotions qui découlent de nos pensées (comme la peur, par ex) ; elles sont nocives .

Peu importent nos sensations ; il s’agit de ce que l’on veut ! Et si l’on écoute nos pensées & émotions, on ne l’obtiendra jamais et on restera éternellement bloqué dans une vie médiocre !

Si on veut s’épanouir, il faudra nécessairement sortir de notre zone de confort ! Souvent, on a l’impulsion de faire quelque chose de bon pour nous, et puis, on ne le fait pas parce qu’on suit nos émotions (angoisse, …) ou nos pensées « rationnalisantes »… Alors que si l’on avait ignoré ces idées & sensations & que l’on s’était obligé à aller au-delà d’elles, on aurait vécu quelque chose de génial.

Car c’est LA, au-dehors de notre zone de confort, que se trouvent l’épanouissement & la magie de la vie !

Notre esprit est très rapide et, mis en présence de ce qu’il perçoit comme une menace – un changement, il tirera la sonnette d’alarme dans les 4 ou 5 secondes. Donc, l’astuce pour enfin agir, est de suivre nos impulsions d’action & de se lancer en moins de 5 secondes. C-à-d que si on ne le fait pas tout de suite, on ne le fera jamais.

Les Pick Up Artists (as de la drague) conseillent par exemple ceci à leurs clients ; d’aller aborder une jolie femme dans les 3 secondes qu’ils la voient & veulent l’aborder. Sinon, on se met à réfléchir, à obéir à sa peur… et à ne rien faire.

Pour changer de vie, il est donc essentiel de faire quelque chose de concret chaque fois qu’on a une impulsion de changement. Et si on ne peut pas agir au moment même, le noter (papier, gsm, …).

Décidez de commencer pratiquer cette méthode, de – dès maintenant – cesser de tuer dans l’oeuf vos idées d’amélioration. Si dans une réunion, vous voyez quelqu’un qui vous semble intéressant, allez lui parler. Ou si quelqu’un vous inspire & que vous avez une requête à lui poser, faites-le.

Et puis, c’est comme un muscle : au début, ce sera dur (car nos mauvaises habitudes sont bien implantées), puis cela deviendra de plus en plus facile d’agir avec courage… Vous verrez : vous serez étonné de combien cette simple règle peut amener de changements !

Le bon coach

Par défaut

therapeute

Trop souvent, les psys & coachs sont indifférents à ce que l’on dit, à notre histoire, et méprisants, juste parce qu’ils ont eu plus de chance dans la vie (ce dont ils s’attribuent – bien à tort ! – le mérite).  En outre, accrochés à des théories débiles, ils nous placent dans des cases – où les clients sont des « cas », au lieu de voir leur individualité.

J’en avais déjà parlé ici : http://www.bonheuretamour.com/2013/09/03/comment-choisir-un-bon-therapeute/

http://www.bonheuretamour.com/2016/03/25/le-bon-psy-ou-coach/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/09/regard-sur-la-psychologie-et-la-psychiatrie/.

J’avais aussi publié mes découvertes personnelles en psychologie (http://www.bonheuretamour.com/2013/11/27/mes-4-1-decouvertes-en-psychologie/).

Voici à présent mes idées sur le coaching ; si vous voulez être un bon coach, et pas ce genre de prétentieux robotique décérébré qui, bardé de diplômes, regarde ses clients du haut de sa grandeur, voici comment faire – & surtout, être :

-aimez vos clients : vous avez devant vous un être humain unique, irremplaçable, et si au lieu de l’aimer (comme s’il était votre proche ; ami ou enfant), vous ne le voyez que comme un tas de problèmes & un résultat à atteindre, vous ne pourrez pas l’aider !

Regardez au-delà des apparences & des comportements de surface pour le voir tel qu’il est.

Ce n’est qu’alors qu’il osera s’ouvrir & montrer vraiment le fond de son être.

Si, en tant que coach, vous ne pouvez pas aimer vos clients, changez de métier ou acquérez cet art…

– révélez-vous aussi : les clients n’ont que faire d’un expert aux airs supérieurs, d’un être froid & fermé ; en effet, s’ils souffrent, c’est JUSTEMENT parce qu’ils ont eu affaire à de tels êtres qui ne les ont pas respectés !

Ce qui leur fait du bien, c’est un interlocuteur à leur niveau, humain comme eux, avec des défauts, et non un demi-dieu qui les regarde du haut de son trône. Ils ont besoin d’un coéquipier qui les aidera dans leur tâche d’avancer sur le chemin de la vie.

Foin de ce qu’on vous a appris sur le « rôle de coach » ! Ce n’est qu’en étant vrai, ouvert & surtout EGAL, que vous pourrez aider votre client.

– enseignez au client comment être un bon client : pour ça, il vous faudra d’abord pouvoir en être un vous-même.

Posez-vous ces questions : savez-vous vous ouvrir & être vulnérable ?

Savez-vous comment reconnaître vos propres défenses et pouvez-vous prendre le risque de les laisser tomber ?

Savez-vous comment plonger dans le registre des sentiments et rester dans ce registre ? Savez-vous comment rester

réel dans votre relation avec votre conseiller, comment untiliser votre relation avec lui pour votre propre guérison et

développement ? Savez-vous comment traverser la peau & la chair du fruit pour aller au noyau ; au cœur de la question ? Quelle est votre compétence dans tout ceci maintenant, et combien pouvez-vous le devenir ?

Pour maîtriser l’art du conseil, vous devez pouvoir être un bon client vous-même ; ce n’est qu’à ce moment que vous pourrez ôter les obstacles au fait d’aimer vos propres clients, ou dépasser la conviction que vous êtes inadéquat en tant que conseiller.

A moins que vous ne puissiez leur montrer comment on fait, comment sauront-ils savoir comment agir avec leur conseiller (vous) ? Devenez un bon client ; ne cessez jamais de travailler sur vous-même & d’avancer !

-faites de votre client un ami :

Grâce à l’intimité du conseil, vous pouvez connaître votre client plus profondément que quiconque. Pourtant, comme les séances ne sont qu’une petite part de la vie d’un être, si vous ne le connaissez qu’ainsi, vous ne le connaîtrez pas bien. Leurs amis en savent beaucoup plus sur la façon dont ils sont dans le monde et ce qu’ils sont dans leur vie « normale ». Voilà pourquoi vous devriez devenir ami avec vos clients.

Pour devenir amis, il faut s’aimer l’un l’autre & trouver comment apprécier votre client, pas simplement l’aimer – c’est ça qui rendra votre relation plus vraie.

Pour apprécier quelqu’un, il faut apprendre à apprécier sa personnalité – cet étrange mélange de ses capacités uniques, idiosyncrasies, et les stratégies souvent maladroites & malheureuses qu’il emploie pour survivre. Accepter tout cet ensemble, fait partie de se faire ami avec quelqu’un d’autre.

Bien sûr, cela complique la relation de counseling, mais ça en vaut la peine, parce que ça rend l’activité de conseil plus vrai, moins artificiel, plus en prise avec la vie telle qu’elle va.

Etre amis ne signifie pas que vous devez passer du temps ensemble en dehors des séances de counseling ; elle offre juste la possibilité de rencontrer votre client dans la richesse de sa vie, hors de votre cabinet de consultation – ce qui rend le contact entre vous plus complexe, & plus humain.

– visez l’inconfort :

Un de vos tâches principales en tant que conseiller est de créer de la sécurité pour votre client ; la sécurité dont il a besoin pour oser s’ouvrir & être vulnérable, prendre des risques et avancer. Mais si vous rendez les choses trop « safe », ni vous ni lui ne ferez de progrès.

La présence d’inconfort, qui naît lorsque l’on ressent quelque chose tout en essayant de ne pas le ressentir, est un grand allié dans la lutte contre l’immobilisme. Qu’il apparaisse chez vous ou chez le client, l’inconfort est comme un grand panneau disant :  » ce point demande de l’attention ! « . Là où il y a malaise, il y a quelque chose qui demande à être ressenti, un défi qui attend d’être affronté.

En tant que conseiller, c’est à vous de trouver l’équilibre entre la sécurité et les défis à affronter.

Il s’agit de quitter la zone de confort (où règne le statu quo & où la situation stagne), pour entrer dans la zone d’étirement (où l’apprentissage & la croissance se produisent), mais sans basculer dans la panique (où ça ne bouge pas non plus car le client est terrorisé).

Il est essentiel de remarquer votre propre malaise en tant que conseiller ; y a-t-il des choses que vous craignez de communiquer à votre client, des impulsions de conseil que vous n’osez suivre ? Montrez au client comment prendre des risques, en en prenant vous-même.

– rendez-vous obsolète :

Est-ce que vos clients continuent de venir chez vous principalement parce qu’ils manquent d’autres sources de soutien dans leur vie ? Bien sûr, leur relation avec vous est unique, mais à long terme, même s’ils veulent maintenir une relation de travail avec vous, vous devez viser à ce qu’ils n’en aient plus besoin !

Aidez vos clients à construire d’autres amitiés ; poussez-les à diversifier leurs sources de soutien et, pour que ce ne soit pas à sens unique, apprenez-leur à offrir un soutien aux autres.

Veillez à ne pas vous accrocher à vos clients parce qu’ils sont une source de revenus !

Pour vraiment les servir, aidez à créer un monde où le conseil soit intégré dans la vie quotidienne et les relations.

-Ne réparez rien :

Dans les conversations ordinaires, quand quelqu’un a un problème, un d’autre veut le résoudre, mais en counseling, on sait que «le problème» est rarement le problème. Le client a en fait le problème est parce qu’il en est venu à mal comprendre le monde. Si vous essayez de résoudre son problème, vous ne faites que le rejoindre dans sa fausse compréhension du monde.

Ce qu’il faut, c’est trouver des façons créatives d’exposer et d’explorer la façon dont votre client en est venu à comprendre le monde. Creusez assez profond, et le problème se transformera en autre chose… L’idée qu’ils avaient même un problème, ou du moins ce problème spécifique, est remise en question, parce que vouspiratez le code qui a généré le problème ! Lorsque rien de mieux n’est disponible, demander conseil (ou en donner) semble une bonne idée… Mais le vrai coaching est mieux.

– Ne vous laissez pas distraire par le contenu :

Votre client est en même temps le meilleur expert sur lui-même & la personne la moins qualifiée pour vous dire ce dont il a vraiment besoin pour sortir de sa situation pénible, et croître.

Les mots qu’il utilise, le genre d’histoires qu’il raconte, le contenu dont il choisit de parler : tout ceci offre de grands indices sur le sens qu’il donne à la vie & qui est précisément ce qui génère ses problèmes persistants.

Si vous êtes trop pris dans le contenu, vous essayerez juste de résoudre ses problèmes, et on a vu combien ceci est superficiel & inefficace.

Au lieu de cela, faites attention au reste de ce qui se passe dans la session. Quels sont les choses dont, visiblement, il a omis de parler ? Qu’est-ce qu’il véhicule non verbalement ? Comment communique-t-il (ou évite-t-il de communiquer) avec vous ? Qu’est-ce qui se passe en vous en l’écoutant ? Toutes ces sources d’information constituent le contexte autour du contenu dans lequel ils sont englués.

Se faire happer dans le contenu signifie que vous vous joignez à eux dans leur transe, alors que remarquer le contexte vous donne des indices sur la façon de les sortir de la transe !

– Apprenez la vraie difference entre oui & non :

Le conseil est bizarre ; approfondir la relation d’une personne avec ses problèmes implique d’expérimenter, d’explorer, de faire semblant et d’agir de façon inhabituelle, vu que le client tente d’adopter de nouvelles façons d’être et de comprendre. Dans un tel territoire, comment distinguer les voies dignes d’être explorées & les impasses menant à une perte de temps ?

La clé pour faire la différence est de voir si vous obtenez un feedback positif ou négatif lorsque vous essayez des choses. Attention : un feedback positif n’est pas ce que vous pensez. Par exemple, si quelqu’un crie tout à coup,

« pas question ! », c’est un feedback positif. Ça veut dire vous avez touché un point positif, plein d’énergie & prêt à l’action. Là, on sait qu’on peut investiguer plus loin…

Un feedback positif peut être fort ou subtil, mais est toujours caractérisé par une réaction.

Un feedback négatif, c’est l’inverse : c’est quand une intervention tombe à plat, quand, suite à une de vos questions, le client se distancie, quand l’énergie tombe à des niveaux proches de zéro.

Le feedback négatif nous indique de faire demi-tour & d’essayer quelque chose d’autre.

Ne laissez pas ce feedback vous décourager, même si c’est tout ce que vous obtenez – car c’est encore une réponse, qui vous dit que vous vous êtes égaré & devez aller ailleurs, pour découvrir où le client va réagir…

Les règles du feedback sont celles-ci : oui veut dire oui, non veut aussi dire oui, mais exige une touche plus légère ; rien ou peu signifie non !

impatientez-vous :

Il arrive à un coach de s’ennuyer durant la séance, de cesser de faire attention à ce que dit ou fait le client ; c’est un signal qui indique toujours qu’on à perdu le lien avec le client, ou qu’on l’a laissé s’égarer sans but.

Donc, qu’il faut réagir ; il faut l’arrêter & dire quelque chose du genre : «Je trouve que je perds mon intérêt à ce que vous me dites, et je pense que c’est parce que vous-même n’y êtes pas intéressé  » ou » Je pense avoir perdu ma connexion avec vous. Peut-on trouver une façon de la récupérer avant de continuer ?  » ou  » j’hésitais sur ce qu’il faut faire donc, je vous ai laissé parler en espérant arriver à quelque chose, mais je pense qu’on part dans une impasse ».

Soyez franc avec votre client et encouragez-le à être franc aussi sur son ressenti envers vous & le travail que vous faires ensemble.

Ensuite, essayez quelques interventions plus audacieuses, pour faire redémarrer la thérapie. C’est à vous de le faire, car si le client savait comment faire avancer les choses sans votre aide, il ne viendrait pas consulter. Prenez les rênes. Dirigez la session, expérimentez hardiment !

– Sortez du passé :

Chaque problème que quelqu’un vous soumet, est un problème qu’il éprouve ici et maintenant, et la seule façon dont on peut changer une histoire, briser une habitude, ou résoudre un souvenir, est de l’amener à la vie dans la session, dans le moment présent, avec toutes les émotions qui l’accompagnent.

Comment le client vit-il les effets du passé en ce moment ? Au lieu de juste parler de quelque chose qui lui est arrivé, tentez de la lui faire ressentir dans l’instant – par un jeu de rôle, par ex. Focalisez-vous sur les sentiments ou les impulsions, ou la relation qui se passe entre vous juste à ce moment-là.

Aidez votre client à prendre des risques dans le monde réel, et rendez possibles des expériences qu’ils ne pourraient pas créer eux-mêmes. Si vous voulez juste d’offrir un soutien, parlez du passé. Si vous voulez créer un changement réel, générez de nouvelles expériences dans le présent !

– prenez du recul :

Les gens ne sont pas des cerveaux dans des bocaux posés sur une étagère, marinant dans la sauce de leurs neurotransmetteurs. Si vous pensez que votre client est déprimé à cause d’un déséquilibre chimique dans le cerveau, songez combien déprimant le monde peut être. Si vous croyez que votre client est anxieux car il souffre d’une sorte d’un trouble ou d’un dysfonctionnement, songez combien il est effrayant de vivre dans la société moderne.

Ne faites pas l’erreur de croire que les problèmes des gens sont purement personnels ; à chaque instant, nous influençons & sommes influencés par le monde autour de nous. Si vous ne tenez pas compte de l’histoire d’oppression familiale, sociale & de conditionnement culturel de vos clients, et de comment ces forces sociales les impactent sur une base quotidienne, alors vous coachez hors contexte !

Arrêtez d’être assez bête & inconscient que pour blâmer votre client , ou leur biologie, car tous, on doit lutter pour survivre dans ce monde hostile. Nos luttes sont personnelles, mais pas seulement personnelles !

Pour que vos clients parviennent à maîtriser leurs relations avec le monde, il faut donc les aider à devenir des leaders…

Pour une psychologie profonde

Par défaut

psy3

Le fameux psy Peter Michaelson fait de la psychologie des profondeurs – la seule qui vaille, puisque « le visible simple cache de l’invisible compliqué » ! – et dans un de ses articles, nous met en garde contre la psychologie superficielle (qui a encore, hélas, trop de sectateurs !).

Certains psychologues cognitifs disent que notre difficulté à atteindre le bonheur est due à « des erreurs de traitement logique. » Mais ce remède est trop superficiel. La logique ou le sens commun ne peut pas distinguer tous les ingrédients de la tristesse parce que ces ingrédients se trouvent profondément enfouis dans notre psyché, au-delà de la portée de la logique ou du bon sens.

La meilleure approche psychologique dépend de la connaissance, et non pas de la logique. Cette connaissance de la façon dont notre psychisme fonctionne nous amène profondément dans notre inconscient. Là, nous découvrons la matière réprimée & les émotions négatives non résolues qui nous obligent à « recycler » les sentiments & souvenirs douloureux, produisant ainsi le malheur.

Selon le psychologue cognitif Daniel Gilbert, «Si nous devions découvrir le monde exactement comme il est, nous serions trop déprimés pour sortir du lit le matin »(Stumbling on Happiness, Alfred A. Knopf, 2006).

Mais … ceci est faux ! Pensez à ceux qui méditent. Ils n’ont pas peur de la réalité, ils recherchent la vérité et le sens en eux, pour reconnaître et surmonter les défis de la vie et ils trouvent ainsi le bonheur.

Nous devons être prêts à approcher de la réalité, ou nous serons comme les enfants qui ont peur de l’obscurité. Nous n’aurons pas la force de faire face à des défis tels que le changement climatique, l’épuisement des ressources, le terrorisme et la corruption dans les marchés financiers.

Gilbert écrit aussi que nous avons besoin d’un certain niveau d’illusion ou de fantasme ; un «système immunitaire psychologique », nous permettant de nous sentir assez bien que pour affronter notre situation, mais assez mal que pour vouloir agir pour le changer. » Le remède de Gilbert n’offre pas de solution à tout. Il est une formule pour un éternel conflit intérieur entre se sentir bien et se sentir mal. L’examen de son livre dans le New York Times a été judicieusement intitulé, « The Joy of Delusion. » (la joie du délire).

Voici un exemple de véritable compréhension, appliquée à une catégorie de gens appelés «collectionneurs d’injustice.»

Ces « plaignants » chroniques et autres « souffreurs en silence » utilisent involontairement leurs facultés mentales & leur imagination pour créer des impressions de vie quotidienne qui les font se sentir offensés, trompés, opprimés, ou victimes d’une façon ou d’une autre.

Leur problème n’est pas dû à des « erreurs de traitement logique », comme les psychologues cognitifs le prétendent, mais à ce qu’ils opèrent dans l’obscurité. La logique nécessite l’accès aux faits pertinents, et la plupart des collectionneurs d’injustice n’ont pas ces faits à leur disposition. Ils ne savent pas ce qui se passe dans leur psyché, et seule la psychologie des profondeurs peut le leur révéler ou le leur enseigner.

Les collectionneurs d’injustice sont inconsciemment obligés de souffrir. Ils produisent involontairement des impressions subjectives qu’on leur fait du tort. Ils croient à tort que ces injustices – qui peuvent être réelles, exagérées ou imaginaires – leur imposent de souffrir.

Comment les collectionneurs d’injustice peuvent-ils appliquer la logique alors qu’ils ne peuvent pas voir les processus inconscients à l’œuvre dans leur psychisme ?

Leur contrainte inconsciente à souffrir doit être pleinement explorée. Les collecteurs d’injustice sont poussés à un niveau profond, à poursuivre leur mode de vie de souffrance.

Pour se libérer, ils doivent susciter l’équivalent d’une révolution intérieure, alimentée par de nouvelles connaissances ou conscience. Cela peut impliquer de passer quelque temps chaque jour à appliquer leur connaissance de soi à ces situations dans lesquelles leur souffrance se déclenche. Ils commencent à voir les choix internes qu’ils ont été font pour ressentir des sentiments négatifs à la moindre occasion.

Ils comprennent qu’ils ont souffert non pas parce que les circonstances justifient leur souffrance, mais bien parce qu’ils ont recréé et recyclé des émotions négatives non résolues.

Une personne saine se soucie de générer des pensées et des émotions qui mènent à la créativité, la productivité, le plaisir ou la détente. Un collecteur d’injustice, par contre, se soucie inconsciemment de générer des processus mentaux ou émotionnels qui impliquent (entre autres émotions négatives) la privation, le contrôle, la critique et le rejet. Cela produit de la tension, de la frustration, de la colère, du cynisme et de la dépression.

Bref, la collecte d’injustice joue un rôle dans les problèmes de comportement tels que les addictions.

Il ne faut pas avoir peur d’aller en profondeur ! Comprenez, ainsi, que les psychologues et les psychanalystes qui n’ont pas fait un travail en profondeur dans leur propre psyché sont incapables d’enseigner les connaissances supérieures et les méthodes pour la santé émotionnelle et l’auto-développement.

PS ; bien sûr, il faut s’indigner des injustices ; c’est même un devoir (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/06/16/colere-indignation/), mais juste pour se dire qu’on va agir pour le faire changer, et là, agir ! Si l’on ne peut ou ne veut rien faire à la situation, autant éviter l’info, qui ne fera que nous déprimer. C’est ça, avoir une bonne hygiène mentale & émotionnelle !

Victimes : écoutons nos émotions enfouies !

Par défaut

émotions enfouies

Les êtres que le PN choisit comme cible sont, je l’ai déjà dit, des êtres d’une grande richesse intérieure ; humbles, ayant des tonnes d’amour & de tendresse à donner, avides d’aider & de se dévouer pour les autres – pour se rendre dignes d’être aimés.

Ces êtres cherchent à être validés au-dehors d’eux-mêmes & dépendent donc de l’approbation d’autrui … ce qui fait bien les affaires d’un PN – qui a beau jeu d’agiter sans cesse cette carotte devant le nez de la victime ! Elle tentera alors toujours désespérément de bien agir, de lui plaire, sans jamais y parvenir…

Celles- ci sont du genre à craindre de déplaire et d’être mal jugées ou rejetées, et à croire qu’elles ne peuvent être aimées juste pour ce qu’elles sont, mais doivent toujours s’efforcer de contenter tout le monde, en s’oubliant totalement.

Tout le monde profite d’elles et si elles se plaignent, s’en fichent ; ce qu’elles désirent ou ressentent n’a aucune importance pour les profiteurs… & pour elles-mêmes non plus, apparemment, puisqu’elles ne se battent pas pour l’obtenir !

Et tandis que les autres (& surtout le PN) prospèrent & s’engraissent de toutes leurs bonnes qualités, elles-mêmes se vident & s’épuisent de plus en plus. La science a démontré qu’une exposition continuelle à des niveaux élevés de peur, d’alarmes et d’attaques, génère un état d’hyper-excitation affectant les systèmes immunitaire & cardio-vasculaire, ainsi que les fonctions neurologiques, psychologiques & émotionnelles (avec des troubles du sommeil, de l’humeur, de la mémoire & de l’apprentissage).

Quand notre bien-aimé(e) prend son air déçu ou méprisant, qu’il (elle) ne semble pas apprécier ce qu’on fait pour lui, au lieu se se fâcher, la victime s’en veut, s’angoisse, se jure de s’améliorer… Nous sommes des êtres émotionnels, et ce traitement, où l’autre ne nous écoute pas, ne nous complimente jamais, nous ignore & nous nie, nous frustre de toute tendresse & considération, revient à nous affamer émotionnellement.

Les humains sont des êtres grégaires ; la science a prouvé que le facteur qui rend l’humain heureux est « se sentir membre d’une communauté » – Donc, on ne peut aller bien que si on est nourri émotionnellement par notre entourage et sinon, on va de plus en plus mal.

Et ça aussi, ça fait les affaires du PN, car plus la victime s’affaiblit, plus elle devient confus(e), plus elle manque de confiance en soi, et donc, plus elle croit ce que l’autre dit et plus elle lui obéit pour tenter de lui plaire & d’obtenir son approbation. Le proverbe disant « les gens affamés sont de mauvais acheteurs » est vrai !

Il faut cesser de dépendre de quelqu’un d’autre que nous pour nous valider, et commencer à se rendre compte de ce qui se passe vraiment.

Pour ce faire, il faut cesser d’être comme un lapin apeuré & s’arrêter pour réfléchir : se demander ce qu’on ressent lors de divers incidents de notre vie (quand il nous insulte, nous nie, nous rabaisse, quand il nous ignore en soirée & fait le joli-coeur avec d’autres, qu’il nous dit qu’on se fait du mal à nous-même & qu’on « sur-réagit », quand il nous salit ou nous humilie en public, …).

Souvent, on a été entraîné(e) à « ignorer » nos sensations (à se nier) dès l’enfance. Alors, à l’âge adulte, on n’a pas de limites personnelles, on ne sait pas quand l’autre dépasse la limite & envahit nos frontières (c-à-d nous agresse).
être soi-même On en ressent la douleur mais sans être capable de « mettre des mots dessus », de le penser & le comprendre comme une agression. Tout est là ; il faut rendre leur « voix » à nos émotions enfouies & niées !

Si on avait été élevé(e) dans le respect, on aurait compris dès sa 1ère attaque qu’il nous manquait de respect, était dangereux et que c’était inacceptable, mais pour des êtres ayant été élevés dans la négation de soi, c’est quelque chose

d’habituel, de normal, qui ne les « choque » pas consciemment et donc, ne les pousse pas à partir. Leur programmation inconsciente les maintient dans ce genre de relations malsaines.

Il n’y a qu’en en prenant conscience que l’on peut s’en libérer. Il faut comprendre qu’on n’est pas ce programme nocif, mais bien un être merveilleux, important. Oui ; ce sont toujours les meilleurs qui ignorent qu’ils ont une valeur, et à l’inverse, les pires ordures sont très sûrs d’eux.

Il faut s’observer pour pouvoir voir si l’on vit dans un état de réactivité à tout ce qui se passe autour de nous et si c’est le cas, savoir que l’on a ce programme inconscient implanté en nous … et là, chercher d’où ça vient, comment ça se manifeste, et, quand ça nous arrive, en prendre conscience & briser ces schémas en décidant de ne plus réagir comme avant – c-à-d ne plus « sauter comme l’autre siffle » et, s’il nous agresse ou nous manque de respect, l’exprimer à haute voix.

Et surtout, prendre conscience de nos frontières personnelles & décider de les faire respecter – au besoin, en coupant le contact avec ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas les respecter !

La victime doit accepter ce qu’elle ressent et décider ce qu’elle va faire de ceci. Comme, pour le faire, il faut prendre conscience que nos limites sont violées, il faut s’entraîner chaque jour à réfléchir à ce qu’on ressent à divers moments de la journée, lieux, situations, avec tous ceux qu’on rencontre, …

Si vous voulez cesser d’être malheureux(se) car tout le monde vous traite comme une carpette, il faut cesser de vouloir plaire à tout prix (ou à éviter de déplaire) & de dire oui à tout ; vous allez apprendre à dire non !

Quand quelque chose vous fait mal ou vous met mal à l’aise, voilà une limite à faire respecter – bien sûr, il faut dépasser votre peur des confrontations !

Et tant pis si ça déplaît, si certains font les « outrés », les « choqués » par votre attitude – qui est pourtant normale, compte tenu des circonstances ! Eh oui ; votre libération ne plaira pas à ceux qui veulent continuer à profiter de vous ou à se défouler sur vous ! Alors, sachez que tous ceux qui veulent vous interdire de vous faire respecter, ne sont pas vos amis !

Car au moins, si ces gens vous étaient reconnaissants de tout ce que vous faites pour eux & de vos sacrifices… mais ils ne vous voient même pas ; ils ne vous aiment pas, ni ne vous estiment. Ils ne vous donneront pas l’amour que vous attendez en échange de vos services.

Ne croyez-vous pas qu’il est temps de se faire respecter ? Car on peut se passer de pain, mais non de respect !

PS : attention, danger ; la soumission aux désirs de l’autre peut être autre chose qu’un retour au familier et une tentative de guérison ; c’est souvent aussi (« bénéfice secondaire » !) une tentative de contrôler ladite relation ; en effet, la victime ayant vécu une enfance traumatisante, insécurisante, tendra à vouloir éviter ce chaos et à prendre ainsi le contrôle. Si cet élément prédomine, il bloquera la victime dans sa situation inconfortable, l’empêchant d’aller vers une vie plus authentique & épanouissante…

Exigez le respect !

Par défaut

moueBien des gens restent dans des relations destructrices parce que, bien qu’ils aient perçu les signaux d’alerte de comportements nocifs, ils perdent leur temps et énergie à essayer de deviner les mobiles du dérangé !

Ceci s’explique aisément : il est proprement INIMAGINABLE pour quelqu’un de normal, que des êtres apparemment humains puissent être tellement dénués de toute humanité, et se ficher (même ; jouir) des souffrances qu’ils causent. Eh oui ; ces psychopathes n’ont en effet que l’apparence humaine, mais ils ne le sont pas du tout ! Ce sont, en fait, d’effrayants monstres et si leur âme pouvait se montrer sur leur visage, tout le monde s’enfuirait d’horreur !

Il est pourtant prouvé que le meilleur moyen de prédire le comportement futur de quelqu’un, c’est d’examiner son comportement passé. La meilleure indication montrant si quelqu’un refera une chose, est s’il l’a déjà faite auparavant. Le schéma de comportement d’un être nous révèle le niveau de son caractère et ce à quoi on peut s’attendre en le fréquentant.

Beaucoup tentent, depuis des années, de comprendre le comportement dysfonctionnel de leur partenaire ; se croyant lucides (parce qu’ils sont versés en psychologie classique), ils croient que leur abuseur a des problèmes remontant à l’enfance ou a des ennuis avec son boss ou ses collègues, et que c’est pour ça qu’il les blesse.

Ils croient que s’ils arrivaient à comprendre les raisons sous-jacentes de ce comportement destructeur, ils pourraient le traiter ou mieux le supporter ( !), que l’autre ne voulait en fait pas les blesser, et qu’ils ont dû faire ou dire quelque chose qui l’a énervé. En plus, lorsqu’ils parlent à la personne dérangée du mal qu’il fait, ce dernier affirme que ses intentions étaient pures.

Même s’il est parfois vrai qu’un comportement dysfonctionnel naisse de conflits émotionnels non-résolus, c’est toujours la responsabilité du “malade” d’en prendre conscience et de se faire soigner. Jamais cela ne revient aux autres d’essayer de le comprendre ou de lui faire prendre conscience de la peine qu’il cause.

Il faut cesser de se torturer à se demander si oui ou non leur compagnon est inconscient ou s’il l’a fait exprès de les blesser. Cesser d’essayer de deviner ceci ou pourquoi l’autre leur fait ça, et, à la place, tenir ce bourreau pour responsable de son attitude, donne à la victime énormément de pouvoir.

Les victimes doivent prendre conscience qu’elles répugnent à attribuer une mauvaise intention à l’autre ; c’est, en effet si bête et si horrible, qu’on n’arrive pas à croire qu’un être humain puisse délibérément infliger ces souffrances à un autre, juste parce que ça l’amuse ou ça l’arrange !

La psychologie traditionnelle aime à chercher les causes et intentions sous-jacentes des bourreaux, soi-disant que s’ils connaissaient ces causes qui les font agir mal, ils cesseraient. Elle postule aussi que ces gens font le mal à cause de besoins non-résolus, de peurs, ou d’insécurités.

Les actes parlent plus haut que les mots ; il faut juger les actions, pas les intentions ! Peu importe les dénégations véhémentes du mauvais (clamant toujours qu’ils ne l’a pas fait exprès) et ses « excuses » si vous faites mine de le plaquer, sa façon de faire et refaire les mêmes actes destructeurs parle plus fort que ses paroles mielleuses. Ces individus sont responsables, sachez-le, de changer de comportement.

Au lieu de jouer à deviner leurs intentions puis à combler un soi-disant besoin sous-jacent, il faut estimer la maturité et l’intégrité de leur caractère en jugeant leur façon d’agir.

Beaucoup d’entre nous, nous engageons dans des relations malsaines parce que, malgré les signaux d’alarme, on cherche les mobiles de l’autre (des mobiles logiques et acceptables), on lui suppose des manques et on les prend en pitié – pensant qu’avec assez d’amour et de compréhension, l’autre cessera de les blesser ! (oui : moi !). Au moment où finit enfin par piger que ce n’est pas vrai, il est trop tard ; on est affaiblie et prisonnier(ère) d’une situation mortifère.

Il faut, dès le départ, tenir les autres pour responsables de leur comportement et juger que leur schéma de comportement révèle le niveau de développement de leur caractère.

Lorsque quelqu’un commence à mal se conduire, il le fait TOUJOURS sans raison valable et, si l’on tente de le comprendre, on en vient à l’excuser et à l’encourager.

Il faut toujours se souvenir que les explications données par la psychologie traditionnelle sur les raisons d’agir de ces êtres, sont fausses. La plupart des gens, baignés dans les mensonges de notre culture, ont intégré l’idée que ces êtres ont des problèmes et qu’il faut les aider, et non les rejeter – c’est ainsi qu’ils en deviennent les proies !

Les attaques des psychopathes sont si automatiques qu’il est tentant de les croire inconscientes – de plus, elles ressemblent à des mécanismes de défense. Cette expression (dérivée de la psychanalyse) désigne des mécanismes intrapsychiques inconscients dont use l’individu pour se protéger contre une expérience insoutenable, causant une si forte douleur ou angoisse, que, sans cela, il n’y survivrait pas. L’individu en est donc innocent (puisque c’est l’inconscient qui les cause & les garde sous le niveau de conscience).

Les névrosés, eux, tentent d’échapper à leur anxiété par divers moyens, mais inadaptés, d’où leurs symptômes bizarres. Mais les psychopathes, eux, emploient exprès des tactiques mauvaises, pour manipuler, prendre le pouvoir & les utilisent car il les savent efficaces ! Ca leur permet d’obtenir ce qu’ils veulent, de donner une impression de normalité, ou d’échapper à leurs responsabilités.

Mal interpréter leur comportement est le 1er pas pour devenir leur proie…

Ils utilisent, par ex, la rationalisation (s’excuser ou se justifier), blâmer et faire accuser un innocent, jouer les victimes, feindre l’ignorance et l’innocence, minimiser, …Le meilleur outil pour se protéger est la décision de n’accepter aucune excuse en cas de comportement blessant, nuisible ou inapproprié ! Quand on cesse de vouloir comprendre et qu’on pose ses limites de ne plus accepter ce genre d’actes, tout change ; étiqueter ces actes mauvais correctement, nous renforce.

Donc, si quelqu’un a encore ce genre de comportement envers vous, sachez que sa raison de le faire est non-pertinente. Un mauvais comportement est juste mauvais, point ! Et l’autre doit en être tenu responsable.

D’ailleurs, un être respectable exige le respect – ce qui commence par se respecter soi-même, car les autres vous traiteront comme vous vous traitez, et comme vous vous laissez traiter.

Creusons-nous la nénette …

Par défaut

réfléchir2La « psychologie de comptoir » qu’on a en Europe prétend que, si l’on n’arrive pas à être heureux, c’est dû à « des erreurs de traitement logiques » … Mais ce remède est trop superficiel. La logique ou le bon sens ne peuvent pas séparer les « ingrédients » composant la tristesse parce que ces ingrédients sont profondément enfouis dans notre psychisme, au-delà de la portée de la logique ou du bon sens.
Une bonne approche psychologique dépend de la connaissance, pas la logique. Cette connaissance de la façon dont fonctionne notre psychisme nous conduit dans notre inconscient profond. Nous y découvrons tout ce qui fut réprimé, ainsi que les émotions négatives non résolues qui nous obligent à « recycler » nos sentiments & souvenirs douloureux, générant ainsi le malheur.
Daniel Gilbert (psychologue cognitif) prétend que « si nous devions ressentir le monde exactement comme il est, nous serions trop déprimés pour sortir du lit le matin » … C’est faux ! Prenons, par ex, les gens qui méditent ; loin de craindre la réalité, ils recherchent la vérité et un sens intérieur ; ceci les rend plus heureux, & les aide à reconnaître et à surmonter les défis de la vie.
Nous devons être prêts à appréhender la réalité, ou nous serons comme des enfants qui ont peur du noir & serons incapables de faire face à des défis tels que le changement climatique, l’épuisement des ressources, le terrorisme, …

Pour D. Gilbert – qui, comme la plupart des humains, juge de tout d’après sa propre personne, & parle ici sans doute pour lui-même – l’homme a besoin d’un certain niveau d’illusion, une sorte de « système psychologique immunitaire, » qui nous fait nous sentir assez bien que pour affronter le problème, mais assez mal que pour nous pousser à agir pour changer la situation. A mon avis,  ceci est bon pour les esprits faibles, mais pas du tout pour les forts ! Car « la force (et la santé) d’un esprit se mesure à la quantité de vérité qu’il peut supporter » !

Sa « solution » n’en est pas une, car elle ne fait qu’enfoncer les gens dans le mal-être. Comme le dit si bien Dr Phil : on ne peut pas changer une situation que l’on ne s’avoue pas ou qu’on refuse de reconnaître !

La critique de son livre dans le New York Times a été judicieusement intitulée « la joie de l’illusion ».

Voici un exemple d’une vraie ( = profonde) compréhension, appliquée aux « collectionneurs d’injustice » – des râleurs chroniques ou victimes passives, qui n’emploient leur esprit et leur imagination qu’à créer des impressions les laissant offensés, bernés, opprimés , ou autrement victimes. Leur problème n’est PAS DU TOUT dans de supposées  «erreurs de traitement logiques », comme le prétendent les psychologues cognitifs, mais qu’ils sont ignorants.

La logique nécessite l’accès aux faits pertinents, et la plupart des collectionneurs d’injustice ne disposent pas de ces faits ! Ils ne savent pas ce qui se passe dans leur psyché, et seule la psychologie des profondeurs peut le leur révéler ou le leur enseigner.
Sinon, il est forcé que ces gens souffrent ; en effet, ils produisent involontairement des impressions subjectives qu’on leur nuit & croient à tort que ces injustices (réelles, exagérées ou imaginées) les obligent à souffrir. Comment pourraient-ils appliquer la logique alors qu’ils ne peuvent pas voir les processus inconscients à l’œuvre dans leur psychisme ?
Leur compulsion inconsciente à souffrir doit être explorée à fond, car ces êtres, à un niveau profond, sont poussés à continuer à se faire souffrir.

Pour se libérer, ils doivent générer une révolution intérieure, alimentée par un autre niveau de conscience & de compréhension.  Cela peut impliquer de passer chaque jour du temps pour appliquer leur nouvelle connaissance de soi aux situations qui les font souffrir.  Ils commencent à voir les choix qu’ils ont fait, pour créer inutilement ces sentiments négatifs & en voient l’inanité : ils comprennent qu’ils ont souffert non pas parce que les circonstances le justifient, mais parce qu’ils recréent & recyclent des émotions négatives non résolues.
Une personne saine vise à générer des pensées et les émotions qui mènent à la créativité, la productivité, le plaisir, la détente. Un collecteur d’injustice, lui, vise inconsciemment à générer des pensées ou émotions impliquant la privation de contrôle, la critique et le rejet. Ceci produit tension, frustration, colère, cynisme & dépression – menant à des addictions.

Il ne faut donc pas craindre d’explorer profondément notre inconscient ; cela ne peut qu’améliorer notre vie !

L’ennui, c’est que cette connaissance profonde se heurte à de puissants obstacles dans notre psyché :

1) ça donne aux gens une existence – qui, sans cette souffrance, serait TRES TERNE ! La vie n’est que de « l’éprouvé vital » ; que l’on hume un parfum, que l’on écoute une belle musique, que l’on fasse l’amour, ou que l’on goûte un plat délicieux, tout cela n’est au fond qu’un ressenti. Or, pour des êtres n’ayant qu’un faible ressenti, la souffrance, ou colère, ou frustration, leur offre une chance de « goûter » la vie…

2) les humains sont hédonistes ; ils suivent la voie du moindre effort, et donc, s’intéressent aux choses extérieures (superficielles) et non à ce qui se passe en eux (profondeurs).

Et 3)  ça les distrait de leur mission – car tout le monde en a une – mais mener une vie intègre & profonde est très dur à réaliser ; alors, c’est TELLEMENT plus facile de se perdre dans les détails, de couper les cheveux en 4, de se soucier de choses plus triviales !

4) on récolte, de ces plaintes, quelques miettes d’attention et de compassion de la part des autres.

Bref, que des avantages – et ils ne voient pas les inconvénients ( = une vie ratée) ou les bénéfices ( = une vie pleine de sens, sereine et heureuse) qu’ils pourraient tirer d’un changement de paradigme ! Oui, tout est question de vibration, dans l’Univers, oui, le semblable attire le semblable, et oui, « plus on dit merci, plus on a de raisons de dire merci » (& l’inverse est vrai aussi)…

Alors, creusons-nous la nénette, réfléchissons à l’ambiance dans notre famille d’origine, ce que cette ambiance a dû générer comme sentiments en nous, et quelles conclusions on en a tiré sur le monde, quels mécanismes de survie on a dû adopter, comment cela s’est traduit plus tard dans nos choix ou nos relations,… (voir : Pourquoi le monde va-t-il mal, et nous aussi ? ; http://www.bonheuretamour.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-et-nous-aussi/ )

 

PS : ceci implique que les psys n’ayant pas fait un travail en profondeur dans leur propre psyché sont incapables d’enseigner les connaissances et méthodes favorisant la croissance intérieure & la santé émotionnelle.