Archives de Tag: faiblesse

Aphorismes d’outre-tombe

Par défaut

 

 

Patience Worth

 

 

Les proverbes & aphorismes cités ici sont de Patience Worth (cet « esprit » très spirituel du XVIIème siècle s’exprimant au-travers d’une femme simple du XIXème-Xxème siècle ; Pearl Curran).

 

 

 

– Le hibou est silencieux, et crédité de beaucoup de sagesse.
– Une poule sage ne trahit pas son nid avec un caquètement bruyant.
– Battez le chien et perdez le lièvre.
– Pour brasser une potion, les besoins doivent avoir un pot.
– Certaines gens, comme la cloche sans battant, vont sonnant de bonne foi, croyant que les bonnes gens peuvent les entendre.
– Un coup de fouet à temps en épargne 9.
– Une langue ardente appartient à quelqu’un qui mérite d’être brûlé.
– Une sucette n‘est qu’un éleveur de douleur.
– Le sel d’aujourd’hui ne servira pas à attraper l’oiseau de demain.
– Un cuisinier sage ne révèle pas la soupe.

– Si je vous présentais un potiron, voudriez-vous compter les pépins ?

– Il faut être un homme très sage pour faire un bon idiot.

– Un arrosage (avec de l’huile) ne fait que durcir une vieille oie (en train de cuire).

– Une bébé sans pleurnicheries est comme un chien sans queue.

– Ne me donnez pas assez de sagesse pour comprendre l’univers, mais assez de folie pour le supporter.

– L’humilité n’est pas un vieux manteau pour le mendiant, mais un manteau royal pour le puissant.

– Les jambes de la sagesse sont encore courbées d’avoir dû ramper.

– On ne peut pas réparer une tête fendue (en 2) en étant désolé.

– La jalousie est la lame qui tue l’amour.

– Ne luttez jamais avec un cochon. Vous vous salirez tous les 2 et le cochon aimera ça.

– Quand la manne tombe, remplis-toi et ne pose pas de questions.

– Un fil faible, ne vaut pas la peine d’être tricoté.

– Un âne qui donne un coup de pied à un luth, croit que c’est de la musique.

– Un âne peut être un voisin passable – avec une barrière entre (les 2).

– Laissez un homme sage se mettre à jouer les amoureux, et la pomme de sa sagesse pourrit.

– Celui qui a la foi, a le sou pour acheter l’éternité.

– Lorsqu’un idiot devient sage, il devient silencieux.

– Celui qui n’a pas le pouvoir de râler, jure tout bas et pourrit son propre coeur.

– Aucune sagesse n’est une chose utile, à moins d’avoir une paire de mains capables de travailler.

– Aucun homme dont le ventre est aigri ne pense des choses douces.

– J’ai souvent entendu combien le hibou était un oiseau sage, mais qui a déjà entendu une (seule) chose sage qu’il a dite ?

– La sagesse de l’homme est la plaisanterie de Dieu.

– Aucun mendiant n’est aussi aveugle que celui qui a les doigts de l’amour sur les yeux.

– L’amour est une armure et un bouclier, ouais, et une flèche avec la mort sur sa pointe.

– Les hommes sages apprennent en bégayant, les idiots crient la folie.

– Celui qui a une maison, un foyer et un ami, a un destin heureux.

– Des sagesses mortes dites par des sages encore plus morts.

– La vérité a une soeur dangereuse, la moitié de sa chair – une quasi-vérité.

– « Si » est comme l’instant de l’éveil, le buvard de tous les rêves.

 

Publicités

Protégez-vous ; cachez votre vulnérabilité

Par défaut

MP900399215[1]Il arrive souvent que l’on se fie à des gens qui n’en sont pas dignes, ou que, mal à l’aise, on désire meubler la conversation pour éviter les silences pénibles. L’ennui, c’est qu’on parle alors à tort et à travers et qu’on risque de révéler des choses qu’il vaudrait mieux taire.

Par conséquent, il ne faut dévoiller nos vulnérabilités qu’à des personnes « sûres » ; des gens qui sont sensés et à 100% de notre côté.

Avec TOUS les autres, il faut se protéger en gardant une réserve prudente.

Ceci nous semble évident à l’égard de personnes qui sont clairement nos ennemis mais cela vaut aussi pour bien d’autres personnes qui, sans être des ennemis déclarés, ne sont pourtant pas fiables.  Car si l’on dévoile nos faiblesses à des personnes peu sûres, ces gens deviennent « des débris tournoyants supplémentaires dans ce qui est déjà une tempête dangereuse » – c-à-d des gens qui nous nuiront à un moment ou à un autre…

Certains m’objecteront que ceci nous fait vivre dans le mensonge et la dissimulation, alors qu’il faut être franc ; eh bien non, car « la franchise ne consiste pas à dire tout ce qu’on pense, mais à penser tout ce qu’on dit ».

Vous pourriez aussi penser que garder son quant-à-soi vous fait vivre dans la fermeture et la méfiance …mais c’est faux. Il faut voir cette « réserve » comme une peau. Imaginez un être (animal ou végétal) sans peau ; eh bien, il subirait toutes les attaques du monde extérieur et s’abîmerait rapidement. De la même façon, nous vivons dans un monde « agressant » pour l’être « nu », dénué de peau protectrice ; voilà pourquoi vous devez décider de porter une carapace et ne l’ôter et vous dévoiler qu’avec des amis solides.

Voici les genres de personnes avec qui il faut garder votre protection, sous peine d’en pâtir :

celui qui se désolé pour vous et réagit avec une pitié de mauvais aloi, plutôt qu’avec empathie

Il écoute et vous dit qu’il comprend, puis vous assène un : « oh mon pauvre.. » ou une remarque passive-agressive sous-entendant qu’il a Dieu (ou le droit) avec lui et qu’il vous plaint d’être tombé si bas ; celui-là profite de votre intimité pour tenter de vous dominer, ou de se remonter dans sa propre estime en vous condamnant.

celui qui, quand vous lui confiez une faiblesse, ne vous dit  vous en fait honte (ce qui vous rajoute de la honte) puis tombe dans un silence gêné

Ce genre de gens n’a souvent jamais « vécu », il (elle) est né chanceux et, ne sachant rien de la vie et de la chance qu’il a eue, est choqué par un tas de choses. Donc, là, vous l’avez choqué et avez clairement perdu un(e) ami(e). Donc, loin de vous soulager, ce genre de personne vous rajoute de la honte, et vous devez en plus l’apaiser, elle … un comble !

– celui qui a besoin que vous soyiez un modèle de vertu

Donc, en lui révélant votre faiblesse, vous le(la) décevez.

– celui que l’ouverture et la vulnérabilité effraient

Il (elle) vous réprimande ou vous sermonne, et vous demande comment vous avez pu laisser les choses en arriver là.

– celui qui nie sa propre gêne et rejette le fait que vous pouvez faire de mauvais choix

Celui(celle)-là vous accuse d’exagérer ; que ce n’était pas aussi mauvais que vous le dites. Ou alors, il (elle) vous dit que ce que vous lui confiez n’est rien, et qu’il lui est arrivé est pire..

 

Importance de la posture pour trouver un job

Par défaut

Changer notre posture (comment on se tient) peut changer bien des choses dans notre vie…. Notre communication non-verbale détermine en effet la sensation qu’on produit sur autrui, et l’opinion qu’ils se font de nous – et plus encore : notre communication non-verbale détermine la sensation qu’on produit sur soi-même et l’opinion qu’on se fait de soi !
Le corps a un langage ; alors, qu’est-ce que votre corps communique à autrui ? Et qu’est- ce que la posture d’autrui vous communique ? En fait, c’est de ceci qu’on se forme un jugement sur les personnes ! Donc, c’est comme ça – avec un regard aussi court qu’une seconde – qu’on décide de qui engager pour un job ou pas, avec quel homme (ou femme) sortir ou pas, pour qui on va voter ou pas, à qui on achètera un produit ou pas, etc…
Mais attention : il n’y a pas que l’interlocuteur qui soit influencé par le langage non-verbal ; nous le sommes aussi, nous-mêmes, à propos de nous –mêmes – c-à-d que notre posture a une influence sur nos pensées, nos sentiments et notre physiologie !
Il y a, par ex, dans toute interaction entre personnes, des expressions non-verbales de pouvoir et de dominance : c’est quand quelqu’un « s’ouvre » pour paraître plus grand et imposant. Ils occupent le plus d’espace possible.
Les gens adoptent ce genre de posture lorsqu’ils se sentent forts (juste sur le moment, ou parce qu’ils occupent une position de pouvoir dans la société). A l’inverse, quand nous sommes « mal », nous nous replions sur nous-mêmes et nous rapetissons.
Pour des étudiants, ceux qui sont plus puissants, étant plus assurés, participent plus, et donc, ramassent plus de points que les timorés.
Ceux-là, leur posture trahit leur manque d’assurance. S’ils veulent voir remonter leurs notes, ils ont donc intérêt à paraître (même s’ils doivent s’y forcer) plus assurés et puissants.
Et les déprimés devraient tenir un crayon dans la bouche ; ça forme une sorte de faux sourire, mais comme le corps influence l’esprit tout autant que l’esprit, le corps (du moins au niveau de l’expression faciale), ça leur procurera un sentiment de bonheur.
Chacun sait que l’esprit change le corps, mais ceci est généralement ignoré ; le corps change l’esprit – ça marche dans les 2 sens … Donc, se forcer à sourire rend plus heureux, comme prendre plus d’espace procure une sensation de pouvoir.
Les gens puissants sont plus assurés, plus assertifs, plus optimistes – se croyant chanceux, il osent prendre plus de risques
2 hormones jouent aussi un rôle : la testostérone (hormone mâle) et le cortisol (hormone de stress) ; les gens puissants ont beaucoup de la 1ère et peu de la 2de, alors que pour les êtres faibles, c’est le contraire.
Ceci montre que le pouvoir n’est pas seulement lié au plus ou moins de « mâlitude », mais aussi à notre manière de réagir au stress ! C’est facile à constater ; en effet, un chef se doit d’être calme… Un être agité et criailleur est ressenti comme ridicule et manquant de pouvoir.
Les chercheurs ont découvert que si on place un individu quelconque à un poste de pouvoir, en quelques jours, son taux de testostérone augmente et son taux de cortisol diminue.
Pour se sentir puissant, il suffit donc d’adopter une posture « de pouvoir » durant 2 minutes. Et bien sûr, il faut éviter le plus possible les postures de manque de pouvoir, qui nous procurent rapidement (en 2 minutesle sentiment correspondant !
Ceci a été scientifiquement prouvé ; des tests où des gens devaient prendre l’une ou l’autre posture durant seulement 2 minutes, ont modifié leur physiologie (niveaux de cortisol et de testostérone) et leur façon de réagir – c-à-d assertif, convaincant, audacieux et confortable, ou, à l’inverse, craintif et stressé.
Ceci prouve que les autres ne sont pas à 100% responsables de nos réactions ; nous avons aussi notre part de responsabilité !
Mais est-ce que le fait de prendre une posture de pouvoir durant 2 minutes, peut vraiment modifier notre vie – en situation de menace sociale, par exemple ? (quand on subit un test, ou qu’on doit faire un discours, …). Eh bien, oui !
C’est vraiment typique que, en attendant son tour pour une interview pour décrocher un emploi, on est assis, jambes croisées, on lit ou on regarde ses messages sur son gsm, … Bref, justement la posture de faiblesse, qui nous stresse et nous affaiblit mentalement !
Les recruteurs, par contre, adoptent à présent une nouvelle tactique pour tester les candidats ; rester silencieux, visage neutre, et fixer ainsi le pauvre candidat durant 5 minutes. Bien sûr, c’est une épreuve pire que des injures, et les recruteurs en tirent des conclusions…
Quelqu’un qui, sous l’épreuve, respire la confiance en soi, est enthousiaste et passionné, a beaucoup de chances d’avoir la place, alors que ceux que l’épreuve stresse et qui adoptent une posture de vaincu, sont jugés négativement et éliminés. Et ce, peu importe la valeur de ce qu’ils ont à dire ! C’est leur « présence » qui compte, et rien d’autre !
Donc, comme disent les Américains, « fake it till you make it » : faites comme si jusqu’à ce que vous y arriviez, jusqu’à ce que cette habitude vous ait changé et vous ait fait réellement devenir ce que vous prétendiez être au départ !
Faites-le juste 2 minutes avant un test. Et encore 2 minutes, et encore 2 minutes, entraînez-vous à chaque fois que vous y pensez, le plus souvent possible, n’importe où, n’importe quand … et vous DEVIENDREZ un battant !