Archives de Tag: fantasme

PN & conduites contradictoires

Par défaut

paradoja

Celui ou celle qui vit avec un PN et qui donc, est la cible de ses attaques, tente de donner un sens à tout ce chaos & cette douleur. Hélas, c’est impossible ; plus on essaie de comprendre, plus on est dans le brouillard !

Les PN se comportent de façon irrégulière, non-fiable, inconséquente et même contradictoire, comme s’ils avaient plusieurs personnalités – ce qui nous déstabilise.

Un être humain peut « digérer » à peu près n’importe quelle épreuve à condition qu’il puisse donner un sens à ce qui lui arrive… et la victime a beau tenter de comprendre, ça n’a aucun sens.

Ceci l’affaiblit et la fait rester dans cette relation ; tant qu’elle n’a pas compris exactement ce qui est en train de se passer – qui est que son partenaire sent ceci : « je te hais d’être vivant(e) & supérieur(e) à moi & je te le ferai payer – et en plus, je ferai en sorte que tout le monde te haïsse et te méprise ».

Oui, avec un PN, la victime est à la merci d’un taré psychopathe qui s’amuse exprès à la faire souffrir, parce que ce n’est qu’ainsi qu’il peut trouver du plaisir dans la vie et aussi parce que, jaloux de ses qualités, il veut la blesser pour le lui faire « payer » et la rendre aussi terne & morte que lui…

La victime doit piger qu’elle perd son temps & son énergie à tenter de comprendre & de faire fonctionner cette « relation ».

Donc, examinons pourquoi le pervers se comporte de façon erratique… Eh bien d’abord, parce que c’est déjà un foutoir dans la pauvre tête malade du taré en question !

Ensuite parce que, étant mort à l’intérieur, vide & sans amour, il est à la fois seul et très inintéressant – donc, dans cette grisaille, ce monde mort & morne où il vit, il s’ennuie intensément.

Voilà pourquoi tous les PN sont des « drama queens » ; pour se sentir vivre, ils sont sans cesse en quête d’excitation – même si c’est dangereux oupénible pour autrui …

Oui ; même si ça met leur vie en danger, ils s’en fichent – si grand est leur besoin de chasser l’ennui & de créer une « vie » artificielle autour d’eux.

Mais la poursuite elle-même et ses buts doivent être conformes à la vision grandiose que le PN a de lui-même, avec tout ce qu’il s’estime en droit d’avoir.

Cette recherche d’excitation ne peut donc être banale, mais doit être originale & exceptionnelle, comme lui l’est (!). Et ce menteur pathologique est le 1er à croire que ses pitreries et ses « exploits » sont importants.
En fait, dans son antre ; son Espace Narcissique Pathologique (voir ;

http://www.bonheuretamour.com/2016/03/20/le-n-p-espace-narcissique-pathologique/ ), un PN est sans cesse en quête d’approvisionnement narcissique (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/12/19/pn-et-approvisionnement-narcissique/ ) & vise à maximiser la quantité d’approvisionnement narcissique qu’il tire des personnes qu’il a attirées & emprisonnées dans cet espace. Là, il exige l’attention, l’admiration, l’adoration, l’approbation. S’il ne peut les atteindre en vrai, il les imagine.
L’approvisionnement narcissique est un substitut à des réalisations réelles et remplace les bénéfices émotionnels résultant de l’intimité (présente dans les relations matures). 

Au fond d’eux-mêmes, les PN savent que ce n’est qu’un ersatz des vrais sentiments, qu’ils sont incapables de ressentir.

La solution que le PN adopte pour se protéger de sa folie & de sa dépression (c-à-d créer des fantasmes de toute puissance, s’en faire tout son monde & y vivre) est dingue et ne fait qu’augmenter sa folie. Furieux de son impuissance face à sa maladie & tiraillé entre ses illusions de grandeur et la réalité, le PN est poussé à aller de plus en plus loin sur cette voie de perdition.

Dans son Espace Narcissique, le PN a placé des êtres dont le rôle est de l’approuver, l’admirer & l’adorer, s’impliquer dans la relation avec lui, s’y investir émotionnellement, collaborer, être reconnu comme exceptionnel, sans avoir rien à faire pour ça.

Il sent qu’il est unique, que sa vie est signifiante, qu’elle est porteuse d’un message ou d’une mission cosmique.

Cajoler, demander, convaincre, démontrer et mendier pour l’avoir, sont des actes qui contrastent avec ses délires grandioses ; s’il doit donner son temps, argent, & énergie pour obtenir ce qu’il veut, ça ne va pas ; l’approvisionnement narcissique doit lui arriver automatiquement, de façon inattendue, sans qu’il ait rien à faire pour l’obtenir.

L’intimité implique d’oser s’ouvrir, se révéler, être vulnérable et donc, exige d’avoir de la force – c’est donc impossible à un PN ; être suprêmement faible & lâche !

Jamais il ne peut s’attacher, persévérer, s’ouvrir à l’autre, être stable ou intime, prévisible ou fiable – car un tel comportement contredit les Mesures de Prévention d’Implication Emotionnelle (des comportements déstabilisateurs destinés à prévenir la douleur émotionnelle qui pourrait lui être infligée s’il échouait ou était rejeté).
En ne s’attachant pas, il ne peut pas perdre, être blessé, rejeté, ou utilisé. Donc, il anticipe les inévitables abîmes émotionnels par – voyez la chochotte ! – une vie faite de malhonnêteté ; il tire le premier !

Ce n’est que quand il bouge et est environné de chaos et de drame, que le PN obtient un répit de sa lancinante dépendance à l’approvisionnement narcissique.
Voilà le conflit interne qu’abritent tous les PN ; les 2 mécanismes sous-jacents à leur personnalité déformée sont incompatibles ; l’un exige de créer un Espace Narcissique pour une satisfaction continue, alors que l’autre exige d’éviter à tout prix de se lancer dans un projet à long terme (il doit se déplacer, se déconnecter, se dissocier).
Seuls les autres peuvent fournir au PN les doses d’approvisionnement narcissique dont il a un besoin pressant, mais d’autre part, il répugne – car c’est humiliant – à communiquer & à s’associer intimement avec eux. 

Bref, il manque des aptitudes nécessaires pour obtenir sa drogue. Et voici « l’état narcissique » ; c’est quand les gens

(censés l’adorer pour soutenir ses fantasmes grandioses), le trouvent trop bizarre ou dangereux pour interagir avec lui.

Publicités

Echanges Facebook : signes révélant un loser

Par défaut

hypocrite2  Vu que les hommes parlent toujours avec un but en tête (ce n’est pas moi qui le dis, mais les spécialistes de la question – ex :  If a Man Talks to You, He Likes You : http://www.therulesrevisited.com/2013/08/if-man-talks-to-you-he-likes-you.html ), si un gars n’a pas de but à votre égard, il ne vous abordera pas.

Le sujet de comment reconnaître les losers ou les PN qui, tout sucre tout miel au début, vous feront souffrir, je l’avais déjà traité ici http://www.bonheuretamour.com/2014/10/21/sortez-vous-avec-un-loser/

Et ici http://www.bonheuretamour.com/2015/03/31/sortez-vous-avec-un-pervers-narcissique/ .

Mais comment commence une relation avec un malade de ce genre ? – car plus tôt on reconnaît le loser à éviter, moins on s’engage, & moins on a à en souffrir.

Pour vous le montrer en « live », j’ai accepté des messages privés d’un certain Eric M., qui s’est mis à me faire du gringue l’an passé, & copié nos échanges (je n’ai gardé que les échanges éclairants, & supprimé la plupart de ses fadaises)  ;

D’abord, comme notre page d’accueil Facebook donne une image du genre d’être qu’on est & de nos intérêts dans la vie, je vais voir son mur pour voir de quel genre il est, & si on a des points communs…

  • constatations :
  1. « Mur » fade, inintéressant (pour moi, en tout cas),…
  2. Photos : il n’y a QUE des « contacts »-femmes (mauvais signe)
  3. Ce qu’il a à dire (en italique & entre parenthèses, mon avis sur ses dires) :

LUN 21:45

Je te trouve de plus en plus attirante sur les photos (Voilà qui est original ! Il n’est que le 10.000ème à me sortir ce fade « compliment » ! Qui d’ailleurs, n’en est pas un pour moi ;  je vois ce genre de phrases plus comme une insulte, vu qu’on n’est +- pas responsable de notre physique)

(…) MER 20:54

Bonsoir

Moi : Bonsoir

Tu travailles beaucoup ?

Moi : Ben non, je suis tjs soit à l’hosto, soit dans les travaux…

Pourquoi à l’hosto? (comme je ne réponds pas tt de suite 🙂 Coucou (houlà ! Red Flag ! Bonjour le taré !)

Moi : je n’en parle pas…

Pourquoi? Tu es une personne tellement adorable (ceci, sans aucunement me connaître)

Moi : Houlàlà … Tu te fais des illusions sur moi émoticône wink

(…)  Tu aimerais correspondre avec moi?

Moi : Pourquoi pas ?

Merci cela me fait plaisir, je veux te déranger le moins possible….

Moi : C’est gentil – mais je me demande de quoi nous pourrions parler…

Faire connaissance puis un jour nous rencontrer (peut être)

Moi : Tu as trouvé des points communs entre toi & moi ?

J’aime ta sincérité, ta pureté, ta gentillesse,(je sais tu n’ as rien à répondre) j’ai une attirance pour une personne comme toi (QUE que des compliments exagérés => méfiance !)

Moi : Pourquoi ?

Je ne sais pas peut être que je ne rencontre pas assez de personne comme toi

Moi : Es-tu ainsi, toi aussi ?

Je ne sais pas j’ai des défauts je vais pas te dire que je suis formidable (toi oui)

Moi : Tu ne me connais pas – je ne suis pas ainsi…

Tu aimes quoi comme loisirs cinema, sports, lecture…….

Moi : lire, l’Histoire, peindre, photographier, chanter, la musique, les animaux, la cuisine, ..

et la « Résistance « , bien entendu…

La « résistance » c’est à dire?

Moi : par ex, ce que je viens de partager…

Je ne comprends pas pardon (« pardon », « excuse-moi » = TROP POLI POUR ETRE HONNETE ! Trait typique des gens agressifs)

Moi : Je te mets le lien : Pétition : #YesWeGraine Pour que les maraîchers aient le droit d’utiliser des semences…

Tu es écologiste tu manges bio? (il n’a lu que le titre, pas de quoi l’article parle)

Moi : Non. On ns a volé une liberté de plus !

(…)  Tu penses qu »il faut avoir des points communs pour correspondre ? (s’il ignore ça, à son âge !!!)

Moi : Déjà que chuis une femme & toi un homme… Donc oui

Tu as raison je suis charmé Tu as raison mais c’est difficile de s’exprimer comme cela et de faire ressentir une émotion

Moi : Je ne comprends pas …

Je veux dire que de se connaître de cette manière la n’est pas facile

Vous avez manqué un appel de Eric. (il me fait le coup en vache de m’appeler sur le « tél » facebook)

(…)  J’espère que tu as passée une bonne journée j’ai vu des nouvelles photos de toi, c’était très agréable (agréable pour lui – non pour moi, de lire ceci !!!)

Moi : Ok. Moi, j’ai de nouveaux châssis…

C’est à dire?

Moi : Autant te le dire tt de suite : je m’exprime tjs très simplement & terre à terre.. Donc, j’ai de nouveaux châssis

De nouvelles photos? Des révélations? Tu veux me rendre fou? C’est à dire?

(Bonjour le cinglé ! j’ai dit, la veille, que j’étais dans les travaux & aujourd’hui, que je m’exprimais très terre à terre ! On voit que son respect obséquieux n’est qu’une comédie !)  Je veux tout savoir. Je pense beaucoup à toi

Moi : Tu sais pas c’est quoi des châssis ???

Non pas vraiment dans ta bouche (Et rran ! La machine à fantasmes marche à plein rendement, à ce qu’il paraît ! Bêrk, le porc !)  Explique moi. Je suis peut être naïf. Parle moi (trop doux, trop intense, trop gentil = DANGER !)

Moi : Entourage de fenêtre

Et ça continue… entre interrogatoire policier & banalités… Enfin, la question qui tue :

Je voulais savoir ce que tu penses de moi?

Moi : Je n’ai encore jamais dit à personne ce que je pensais de lui (ou d’elle) & c’est pas là que je vais commencer.. Je ne pourrais même rien dire de moi (sans compter que je refuse les étiquettes, quelles qu’elles soient) Les mots ne veulent tellement rien dire !

Oui tu as raison mais je me sens psykanaliser par toi peut être à tord (Oh, ces fautes !!! Pitié !!!)

Moi : Alors là, aucun danger ! Je suis, sur toute la Terre, la personne qui hait le plus la psychanalyse ! (cette arnaque pour débiles)

Je suis heureux de parler avec toi (Remarquez que je le traite très froidement : on se demande donc vraiment comment il peut être heureux de nos échanges… Donc, nécessairement, soit il est fou, soit il me joue la comédie !)

=>tout cet échange illustre le trait typique du connard cochon : il suit son phantasme, sans jamais tenir compte de ce que la dame lui dit.

(…) Moi : Il est bien rare que je parle à un homme…

C’est un honneur que tu me dise cela

Moi : C’est l’inverse, non ?

Tu parles avec beaucoup d’hommes?   (Euh… A-t-il lu mon avant-dernière réponse ?)

Moi :  Je viens de te dire que non

Donc c’est un honneur que tu fasses une exception avec moi

Moi : Je ne sais pas… (on voit que je suis froide & tente de le décourager, mais il s’accroche => avis aux lectrices : ceci est un GRAND signal d’alarme !!)

Que tu dialogues avec moi c’est déjà beaucoup j’en suis très sensible (encore bien trop poli pr être honnête …et encore mal exprimé !!)

Moi : je me demande pourquoi, en fait… par ex, pourquoi as-tu voulu me parler ?

 Parce je te trouve jolie (je sais c’est pas très originale) j’ai vu sur google tes vidéos et j’ai epprouvé l’envie de dialoguer Avec toi J’ai une attirance spontanée. Tu es une femme qui me fait rêver (nous y voilà !)(PS : orthographe du verbe éprouver !)

Houla! Houla! Je dis trop de choses….(Ho le con !! Le « mec naïf », c’est comme la licorne ou le Père Noël, ça n’existe pas ! Mdr ! Comme si j’allais tomber ds ce piège grossier J’aimerais lui écrire ceci : Ce « Houlàà… » ne peut signifier que 2 choses :

1. que tu me tendais un piège, en t’approchant mine de rien, mais avec un but précis dans la tête – or je ne supporte pas la dissimulation & le mensonge (je n’aime que l’intégrité),

2. Comme si à mon âge, j’ignorais que, quand un gars aborde une femme, c’est qu’il veut la baiser ! C’est une insulte à mon intelligence ! Or, je déteste qu’on me prenne pour une conne !)

Moi : J’ai beau chercher, je ne vois pas ce qui, en moi, peut faire rêver qui que ce soit…

Tu es trop modeste,  Je suis heureux de dialoguer avec toi

Moi : Et ça nous mène où ?

Je ne sais pas encore mais le plaisir de se découvrir, de se connaître plus si affinités (tt le plaisir est pour toi !)

Moi : Tu n’as pas remarqué : je suis une femme … & en + HP, & en + baha’ie

Je ne comprends pas expliqué moi

Moi : 3 choses qui font qu’il ne peut y avoir d’affinités, non ?

C’est quoi baha’ie  – Hp cela veut dire quoi explique moi  Je ne comprends rien excusé moi – Tu es une femme je vois pas le problème

Moi : Tu vois, c’est ça le problème… Rien n’est possible (je suis bien bonne de le lui dire ainsi !)

 Parce que je ne comprends pas . Tu peux m’expliquer Quel problème ? (Mais suis-je une institutrice, payée pour expliquer des choses évidentes à un adulte ? !)

Moi : m’enfin, c’est impossible que tu ne vois pas que ça ne peut pas aller…

Mais pourquoi?  C’est l’éloignement (Punaise ! Je VIENS de le lui écrire !)  Expliqué moi le mot baha’i.e.

Moi : ma religion

(…) DIM 19:01

Bonsoir. Tu passes une bonne journée?

Bonsoir

Bonsoir

Bonsoir

Bonsoir Bea (insistance prouvant le dérangement mental & le manque de respect – de soi & des autres)

(…)  Donc tu peux dialoguer avec moi ?

Moi : Je ne pige pas cette question

Tu m’as fait comprendre il y a quelques jours que tu ne pouvais pas parler avec moi d’après ce que j’ai compris.

(le con pige toujours TOUT … mais à l’envers !!! En fait, je lui avais écrit que je ne VOULAIS pas causer avec lui)

Moi : mais ce n’était pas pour ça…

Pourquoi? alors

Moi : Je te le redis : 1.je suis une femme …2. HP, 3.baha’ie

Hp c’est quoi? une femme tant mieux ( pardon encore une fois je me sens idiot)  Je ne comprends pas

Une amitié? Une correspondance? C’est pas possible pourquoi? Je me sens « larguer » Perdu dans ce monde cruel

(les Béotiens & leur fameuse utilisation des poncifs ! Oh, que c’est pénible !)

Coucou?

Moi : (perdant patience) Which part of « no » didn’t you understand ?

Je ne connais pas la langue Traduction ?  (Houlà ! L’anglais est la langue la + parlée au monde !)

Coucou (J’ai droit à « coucou » à chaque fois que je mets plus d’une minute pour répondre ! Bonjour le taré irrespectueux !)

Moi : Crois-moi, c’est pas possible. Restons-en là

Oui mais j’aurai plus d’explications.  Hp explique moi pour un ignare comme moi (IMMENSE Red Flag qui indique le loser dangereux A COUP SUR = le gars qui refuse d’entendre notre « non » !)

Moi : haut potentiel

Donc interdit de parler avec un pauvre bonhomme comme moi (« pauvre bonhomme »… c’est censé me faire pitié ??? Ca me fait juste PEUR – surtout qu’il joint un 3ème autocollant « pleurer » !)

Moi : c’est pas ça

Je croyais que ta religion favorisée l’humilité mais je suis pas au niveau malheureusement (& un 4ème visage pleureur !)

Et voilà ! CQFD ! Comme je l’avais prévu & prédit, rien n’est possible ; ça tourne clairement de + en + au vinaigre … Ca ne vient pas de mon côté – je suis restée gentille => les insultes commencent (de son côté)… Il ne pige rien – je l’agace & il m’agace…

Mais puis-je expliquer, dire que là, il a surabondamment PROUVE qu’il est bête, inculte, menteur, dragueur et surtout, un taré dangereux ? Non…Les Anglais ont raison, qui disent de ne jamais expliquer ! (« Never explain, never complain ; your friends don’t need it, & your enemies will not believe you anyway »).

Moi : Non, ce n’est vraiment pas de ça qu’il s’agit…

Tu vois je comprends pas mais je veux pas te causer d’embetement.  Je trouve tellement adorable pour aller plus moins ( ???) Un dialogue n’est pas possible c’est la vie

(il m’envoie 4 autocollants avec des coeurs => ? Lui seul se comprend, apparemment …)

Moi : Ta dernière phrase semblait « chinoise », mais bon, chuis contente que tu t’en rendes compte. Cherche ailleurs, il y a des tas de femmes sur Facebook…

Mais tu es tellement exceptionnelle je sentais que c’était sincère et profond (Ha ! Ca n’a jamais été ni sincère, ni profond !)  Tu dois me prendre pour un rigolo qui cherche sur Facebook

Moi : en fait, oui…

Je l’avais compris mais j’ai parlé avec mon cœur (Ne compte pas sur moi pour avaler ça, mon vieux !)

J’ai lu tes articles sur ce sujet  Mais je pensais être au dessus de ça

Moi : au-dessus de quoi ?

Du contact qui cherche la « gonzesse » sur Facebook avec des gros sabots previsiblent

Je pensais que notre dialogue pouvait être d’un nôtre niveau (oh, cette orthographe ! quelle souffrance !)

Notre dialogue n’était pas un crime  Mais merci de l’intérer que tu m’as porté pendant quelques temps

Merci pour ta compréhension

Moi : Ciao, alors ?

C’est tout comme explication

Moi : Crois-moi, tu ne veux pas de cette explication 😉

Pourquoi je ne veux pas de cette explication  J’avais un vif intérêt pour toi c’était pas pour moi une rencontre banale  Je me sens misérable maintenant   Je suis coupable comme un « dragueur » de bas étage (Oh, le pauvre petit… Comme je me sens coupable d’avoir oser le soupçonner… Tu parles ! N’espère pas que je tomberai là-dedans non plus, mec ! Chuis pas née de la dernière pluie ! & j’ai une bonne estime de moi)

(…)    Explications (si je pouvais les lui donner, ce qui n’est pas le cas) :

Enfin, il n’y a qu’à voir ton mur FB : QUE des femmes ! Même E. Willems (mon ex-époux, grand dragueur devant l’Eternel) n’a pas ça sur son mur ! Ta comédie de l’amoureux transi qui aurait, soi-disant, discerné mes « qualités uniques » & me ferait la cour, ça ne tient pas la route une seconde !…

Quant au « crime » auquel tu fais allusion, il est clair qu’avec toi, c’est une réelle possibilité, car tu m’as l’air fort négatif, violent & dangereux… N’espère donc pas, même un millionnième de seconde, pouvoir me rouler dans la farine !

Je continue ? Voici tes envois & mes commentaires ;

– Page Facebook inintéressante, fade… (Or, cette page montre qui on est)

Refus d’accepter le « non » : un signal d’alarme typique ! Bip bip ! Loser en vue !

– Refus d’attendre – d’où d’agressifs « Coucou ? » quand je ne réponds pas tout de suite ( irrespect – exigence qu’on lui réponde immédiatement => arrogance, « intitlement » !)

compliments exagérés (alors qu’il ne me connaît pas) = compliments insincères, intéressés !

-« pardon », « excuse-moi » « excuse mon manque de culture », « un ignare comme moi » « un pauvre bonhomme comme moi », « je ne suis pas au niveau », etc = , au mieux, manque d’estime de soi & dépression (qui est, je le rappelle, une psychose !) ou au pis, obséquieux (pouah !) & TROP POLI POUR ETRE HONNETE ! (gars dangereux, agressif !)

-fantasmer (= porc) alors que je parle de châssis – le « venant de toi, je m’attends à tout » : ai-je déjà donné, dans tous mes écrits (ou à lui), un indice que je parle bizarrement ? Jamais !

On voit que c’est du pur fantasme ! Surtout que j’avais écrit que j’avais des travaux & que je m’exprime « terre à terre » – bref, ça dégoûte !

– me faire ce coup en vache : m’appeler sans prévenir via la mess. privée de Fb… Ca aussi, c’est « bip, bip, danger ! Mec à éviter à tout prix ! »

– étant sapiosexuelle, son inculture m’inspire une répugnance.

– Pourquoi il veut me parler ; parce qu’ »il me trouve jolie », que « je le fais rêver » – C’est à la fois bête & dégoûtant de l’avouer ! C’est comme si, à un dîner chic, on se jetait sur la nourriture, qu’on mangeait tout à toute allure, avec les mains… Ben non ; si on est a des usages, on se retient, même si c’est notre plat préféré. Ou, plus précisément, c’est comme si on abordait des hommes &, quand ils nous poseraient cette question, on répondait « parce que tu es riche et que je crois que tu es prêt à partager ton fric avec moi & mes enfants »…C’est tout à fait au même niveau !

– Romantisme échevelé (ridicule, « fleur bleue », digne des romans photos) : « Houla! Houla! Je dis trop de choses…. » Ha le con ! Mdr ! Comme si j’allais penser : Oh, comme c’est romantique ! Ce gars est amoureux de moi et essaie de le cacher. Quand même !!! Il faut qu’il tape cette phrase sur son clavier (ce qui prend du temps – & lui donne donc du temps de réflexion => il peut effacer s’il ne veut pas l’envoyer) et qu’il appuie sur « envoyer »…

Et à mon âge, toute femme sait qu’un « homme naïf », ça n’existe pas ! Il doit vraiment me prendre pour une débile pour me tendre ce piège grossier ! L’ennui, c’est que j’ai horreur qu’on me prenne pour une conne !

– je suis bien bonne de te dire gentiment les choses, mais tu exiges une explication. Mais suis-je une institutrice, payée pour expliquer des choses évidentes à un adulte ? !

 

Voilà ! Sachant ceci, j’espère que vous reconnaîtrez les types « relous » dès qu’ils vous contacteront, & que vous vous épargnerez, en coupant court, une perte de temps de vie, ainsi que de douloureux déboires …

Harcèlement réseaux sociaux

Par défaut

connard  J’en avais déjà parlé ici (https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/08/26/lettre-a-ceux-qui-draguent-sur-les-reseaux-sociaux/ ) mais voici ce qui arrive à une femme même sur LinkedIn (je le poste parce qu’à la fin, on en a marre d’être gentille et d’avoir affaire à des branleurs qui se permettent de nous faire perdre notre temps et nous insultent quand on ose le leur signaler) :

Cam…. Mike

Région de Namur , Belgique

Il a cherché, & réussi à trouver mon N° de gsm, et m’envoie des petits messages – pour (classique !) me demander si « sa va bien »…

Il n’a – comme d’habitude avec ce genre de cocos ! – strictement RIEN à dire, à part « sa va ? » (sic)(Monsieur est fâché avec l’orthographe !) et qu’il me souhaite une bonne journée, ou après-midi, ou soirée …

Mais, comme je suis polie, je réponds que je vais bien ce à quoi (tout aussi classique) il répond qu’il est enchanté ( !) et me souhaite un bon après-midi …. Hum ! Mais que voilà une façon intelligente de passer son temps… ou plutôt, de le faire perdre aux autres !

Il croit quoi ? Que je ne le vois pas venir avec ses gros sabots ? !

Bref, comme je lui dis (v. ci-dessous) de me lâcher, il m’envoie ce texto – à 23h46  (j’ai respecté son orthographe fantaisiste, montrant à quel point une femme dans mon genre peut désirer fréquenter ce genre de Béotien): « je vois pas se que j’ai écrit de mal à part vous souhaitez une bonne soirée ! Enfin, je vais pas vous dérangez plus car vous vous énervé pour un rien ! « (ici, remarquez encore le bel exemple de projection, typique des connards non-éclairés et totalement inconscients de leurs mobiles).

Voici donc, copié-collé, ce morceau d’anthologie (bien le 1000ème que je reçois depuis que je suis sur les réseaux sociaux)(bref, de quoi en avoir vraiment ras le bol de ce harcèlement !) :

  • Hier

Bonjour comment allez-vous ? 😘

07:58

  • Je vais bien, merci

16:21

  • Ah ben c’est le principal, je vous souhaite une très belle et douce soirée 😚 (beurk ! c’est si mielleux que ça me donne envie de gerber !)

18:11

  • Ecoute, si c’est pour m’écrire que des niaiseries, lâche-moi.

23:15

  • Des niaiseries ???
  • Quel humeur !
  • Je vais pas vous écrire des romans d’amour non plus ! Je vous fait un message gentil et vous vous énervé je vois vraiment pas se que y avait de mal dans se que j’ai écrit !

23:36

23:55

  • Aujourd’hui

Ben aller vous faire foutre !

00:05

Et voilà ! Un gars convenable, d’abord, n’abordera personne s’il n’a quelque chose à lui dire (LinkedIn étant sur un réseau social professionnel, ce sera en général des choses ayant trait au boulot) et même s’il le fait, écrira des choses « normales », il n’aura pas besoin d’employer des formules exagérément mièvres et nunuches.  Mais par contre, les connards « primates » le font toujours, parce qu’ils sont brutaux & violents, et que donc, ils se sentent obligés d’enrober ce vilain côté de leur caractère d’une grosse couche de sucre !  A bon entendeuse…

J’en ai marre ; ces hommes se croient tout permis ! Ils trouvent d’abord normal de vous déranger en vous abordant, puis, si vous les rembarrez, de vous insulter ! Alors, j’ai décidé de réagir contre ces comportements inacceptables & de les publier.

A bon entendeur …

Franchement, je ne sais pas trop (hum…) ce qu’il y a dans sa tête, mais voilà comment les choses se passent vues de mon côté ; je vis ma vie, je fais mes trucs et soudain, je reçois un message d’un inconnu – quelqu’un qui n’a rien à dire et qui (les 2 vont ensemble) écrit comme un pied… des choses inintéressantes, qui m’ennuient et dont l’orthographe me choque.

Comme je suis polie, je réponds, mais aussi, comme le temps est une chose précieuse (c’est la SEULE ressource non-rattrapable !) et que l’autre crétin insiste, je mets le holà – fermement, mais toujours poliment.

Je ne veux pas perdre mon temps à des niaiseries, ni avoir ce genre de sans-gêne « plein de lui-même » dans ma vie.  Et là, le primate m’injurie… C’est renversant, non ?

Et c’est pour ça qu’il ne faut fréquenter que les gens ayant un bon niveau de conscience ; les autres, je l’ai souvent remarqué, sont des butors, qui se sentent en droit de faire ou d’avoir tout – et qui, si on les en prive, se fâchent.

J’ai constaté que 99% des colères que ces gens piquent (& Dieu sait qu’ils en piquent & pourrissent la vie à leur entourage) est motivé par un sentiment – toujours erroné – « d’avoir droit »…

Et là, ça ne rate pas ; ce connard n’a rien à faire de sa vie (pas mon cas !), et donc, pour s’occuper, passe ses jours à fantasmer & à emmerder les femmes sur les réseaux sociaux…

Pour oser se conduire ainsi, il faut vraiment manquer de tout respect de soi & d’autrui. Sans compter la lâcheté ; quand l’autre rejette tes avances puantes, tu peux l’insulter (« va te faire foutre », rien que ça !) en toute impunité (alors que, normalement, insulter quelqu’un est une offense punie par la Loi – art. 448 du code pénal) … C’est vraiment lâche & répugnant !

PS : ah oui ; pour ceux ou celles que ça intéresse : « Monsieur Joli-Coeur » cherche un emploi (de livreur ou boucher)…

Faut-il tout donner quand on aime ?

Par défaut

femme soumise

Dès qu’on aime, on laisse tomber toutes nos défenses, on se rend, on est prêt(e)s à se donner totalement et à tout donner à notre aimé(e) ? Ce choix n’est pourtant pas malin, n’est-ce pas ? Alors, pourquoi le fait-on ?

A cause, surtout, d’un manque d’estime de soi ou d’intuition, mais aussi à cause de la croyance à des mythes totalement faux, mais bien ancrés dans notre société.

Voici les raisons principales de nos comportements de « don irrationnel » :

-Le mythe de « l’amour est plus fort que tout »
Les médias nous serinent sans cesse cette fable ; que l’amour conquiert tout, qu’il peut vaincre tous les problèmes & de surmonter tous les obstacles … Quelle blague !

Il faut se souvenir que tout marche pour l’argent et que l’industrie de la romance rapporte des milliards en exploitant nos faiblesses et flattant nos illusions ( = notre rêve que ce mythe soit vrai).

Les romans à l’eau de rose racontent souvent comment une pure jeune fille tombe amoureuse d’un gars froid et dur, qui devient, miraculeusement & grâce à son amour, un être tendre & aimant… Bien des femmes ne VEULENT tout simplement pas comprendre que ceci est de la pure fiction. On peut, à la limite, y rêver, mais il faut, juste après, savoir que ça ne marche pas comme ça & revenir sur terre !

– Le mythe de « l’Amour Inconditionnel »
L’amour inconditionnel – un amour où l’on donne tout sans rien exiger, ni même attendre en retour – est supposé (dans notre culture) être le seul « vrai » amour. En plus, c’est gratifiant ; aimer ainsi, fait de nous quelqu’un de « bien »…

Cette notion d’amour inconditionnel est bonne pour nos proches ou pour l’humanité en général (& encore), et surtout, elle nous inclut aussi nous-même !

Peu importe votre beauté, votre richesse ou votre intelligence, chacun – vous aussi – a le droit d’être aimé et celui de ne fréquenter que ceux qui lui font du bien, et de fuir ceux qui lui nuisent !

-Le mythe du « en couple, il faut mettre de l’eau dans son vin »
Nous avons tous appris que la vie de couple exige de faire des compromis – mais on parle de compromis sur des détails, et non sur notre être même ou sur les « ingrédients » indispensables en couple (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/05/22/les-ingredients-dune-bonne-relation-damour/ ) !

Il faut, compromis ou pas, toujours tenir compte de nos sentiments – et, si, avec notre partenaire, on n’est pas 100% satisfait au moins 50% du temps, ON FAIT UNE MAUVAISE AFFAIRE & on serait mieux tout(e) seul(e) !

Une autre erreur est qu’on accorde souvent à l’autre le « bénéfice du doute » (en niant encore nos sentiments) ; on se dit qu’on a mal interprété ses agissements ou ses mobiles.

Toujours en niant nos sentiments, on rejette les signaux d’alarme ou les angoisses qui nous assaillent (& qui sont là justement pour nous signaler que l’autre profite de nous). Tout ce qui pourrait faire éclater notre bulle d’illusion est alors rejeté, car voir la vérité nous ferait trop mal…

Croyez-moi : on a pourtant bien moins mal (& moins longtemps) si l’on accepte la vérité – si horrible & douloureuse soit-elle – que si on se bande les yeux & les oreilles pour rester dans notre « rêve enchanté » !

En outre, souvent, votre loser a érodé vos défenses & votre sens du moi (genre de lavage de cerveau), en sorte que vous en venez à croire qu’il est normal de tout donner quand on aime et que la violence est un juste châtiment si vous vous y refusez.

Sachez ceci : on ne peut pas avoir une bonne relation si l’on manque de limites & de confiance en soi ! (voir http://www.bonheuretamour.com/2012/05/10/une-super-relation-se-batit-de-linterieur/  et http://www.bonheuretamour.com/2014/01/26/votre-bonheur-depend-de-vos-limites/ ).
-On pense qu’on n’est pas assez bien

Beaucoup de gens (& surtout les femmes) pensent que « juste » elles-mêmes, ça ne suffit pas ; que, pour être aimé(e), il faut faire des efforts, des compromis et donner tout à l’autre – comme si, en nous choisissant, il(elle) nous faisait un immense honneur.
Les salauds en profitent, et ont l’art de nous faire croire qu’il suffit d’un petit effort de plus, pour que tout s’arrange & qu’ils nous aiment ; c’est comme agiter une carotte devant un âne : plus il poursuit la carotte, plus elle s’éloigne..

Bref, ce n’est qu’un leurre ; ce n’est évidemment pas ainsi qu’on peut se faire aimer de quelqu’un !

Quand on est en relation avec quelqu’un qui ne nous aime pas, mais ne fait que profiter de nous, on s’illusionne souvent à penser que l’autre verra qu’il peut toujours compter sur nous, et que, dès qu’il le comprendra, il nous choisira…

Mais comme ce n’est qu’un fantasme, la réalité finit par nous rattraper, et l’on se retrouve à se sentir dupé(e), utilisé(e) et seule (même s’il(elle) reste avec nous).

Beaucoup de losers hommes sont des experts dans l’exploitation des femmes ; ils n’ »en flanquent pas une » (grâce à un vaste choix d’excuses bidon) tandis qu’elle travaille et se tape tout le boulot….Et quand la femme en a marre et les « jette », ils passent à une autre – car beaucoup de femmes sont des « donneuses irrationnelles »… Elles ont appris, depuis toujours, qu’il fallait faire passer les besoins des autres avant les leurs. Souvent, ayant grandi dans des familles affligées d’un père tyrannique, elles ont vu leur mère tout faire pour leur conjoint et supporter des tas d’avanies pour « maintenir la paix » et éviter qu’il ne pique une crise et ne devienne violent.

Ce genre d’enfance programme le cerveau à agir ainsi ; les voies neuronales de ce comportement se renforcent de plus en plus, et celles d’un autre comportement s’étiolent.

-On a affaire à un profiteur subtil

Il ne s’agit pas toujours de dons matériels ; se donner, soi, est aussi un cadeau que l’on peut offrir à quelqu’un qui ne le mérite pas et ne fait qu’en profiter sans rien donner en retour ; on assiste alors à un lent étiolement de nos possessions les plus précieuses ; nos désirs, besoins, croyances, être profond..

Remettre ainsi le contrôle de notre vie entre les mains d’un autre, s’appelle une « capitulation sans conditions » ! Ceci est à la fois dangereux & nuisible, car ce dépouillement est lent mais méthodique, et surtout, invisible, car « donné librement » => le loser, qui est malin, n’exige rien, ni n’emploie la violence ; à la place, il nous pousse subtilement à lui donner ce qu’il veut. Ceci est notre perte – voilà ce qui arrive quand, au nom de l’amour, on abandonne son pouvoir à quelqu’un d’autre – à un barbare qui ne respectera pas ce trésor et ne fera que le saccager ! (voir ; De la femme comme « jardin » | http://www.bonheuretamour.com/2012/05/10/de-la-femme-comme-jardin/ ).

Conclusion

Si vous vous trouvez dans une relation où vous faites tout le boulot et l’autre, rien, vous devez vous poser les questions suivantes :
– L’amour est-il réciproque ? Est-ce que je reçois autant que ce que je donne ?
– Est-ce que je me sens dupé(e) ou utilisé(e) ?
– Est-ce que je prive mes enfants (ou d’autres personnes à charge ou moi-même), pour satisfaire les désirs de quelqu’un qui est, en fait, capable de prendre soin de lui-même ?
– Mon (ma) partenaire ne vient-il me voir que quand il a besoin de quelque chose ?
– Est-ce le schéma « je donne, il(elle) prend » est un schéma décrivant votre couple ?
– Cette relation va-t-elle dans un sens logique pour votre vie?
– Le niveau de risque de votre couple est-il normal ou trop élevé ?
Si nous avons été abusé(e) dans le passé, nous aurons tendance à retomber dans les mêmes erreurs. Nous devons donc toujours nous demander si notre comportement défie le sens commun.

Par ex, est-il judicieux que vous alliez travailler et nourrissiez un partenaire qui est tout à fait capable de travailler, mais choisit de ne pas le faire ? Est-il sensé de tout laisser tomber dans votre vie et de faire des trajets de centaines de km dans l’espoir que votre rêve fonctionne, avec quelqu’un que vous avez rencontré sur le Web ?

Il n’est pas question de s’enfermer dans un cocon protecteur & de ne prendre aucun risque, mais il ne faut prendre que des risques calculés.

Or, si vous êtes le seul à faire des dépôts sur le compte de l’amour, repensez votre stratégie d’investissement ! (voir http://www.bonheuretamour.com/2013/06/29/lamour-est-comme-un-compte-en-banque/ ).

Donc, je veux bien qu’on donne tout (oui, TOUT !) par amour, mais SEULEMENT après s’être bien assuré(e) de la qualité de celui (celle) à qui on donnera et de la solidité de son amour pour nous …