Archives de Tag: vol

Le PN comme démon

Par défaut

demon

J’ai déjà décrit comment les pervers narcissiques se comportent comme des vampires ( http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ – voir extrait * ci-dessous ) & des gourous ( http://www.bonheuretamour.com/2016/07/20/le-pn-comme-gourou/ – voir extrait ** ci-dessous) mais il semble qu’ils le font parce qu’ils sont des DEMONS …

C’est étonnant, mais pour vous « foutre dedans », un PN est prêt à vous pousser tellement à bout que vous le blesserez ou le tuerez. Tentez de vous rappeler ; vous verrez que c’est vrai.

C’est en remarquant ce fait curieux que j’ai compris que ces êtres sont le Mal incarné ; on jurerait qu’ils font tout pour attirer leur victime à être négative, à nier Dieu & à commettre des crimes, tout comme les démons auxquels les gens croyaient jadis & qui étaient envoyés sur Terre pour recruter des âmes pour Satan.

On peut prendre cette phrase au pied de la lettre (pour ceux qui croient à Satan) ou au figuré (pour ceux qui n’y croient pas), mais le fait demeure ; c’est exactement ainsi qu’ils agissent ; ils nous poussent au crime, au mal, au désespoir… à devenir comme eux !

Franchement, victimes, n’est-ce pas vrai ? Avant de vous dire que je suis folle, posez-vous ces questions : N’avez-vous pas perdu votre élan vital ? N’avez-vous pas frappé votre bourreau ou tenté de le tuer ? Ou, si vous ne l’avez pas fait, n’y avez-vous pas songé ?

… Vous voyez bien !

Certains sont même déjà bien loin sur cette voie de perdition (voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/07/09/lhorrible-mutation-des-victimes/ ). Scott Peck avait raison d’écrire (dans « Les Gens du Mensonge ») qu’il ne faut pas se pencher sur le Mal, car à force de se pencher sur lui, on devient mauvais aussi.

J’ai dit ailleurs (& du reste, si vous avez vécu avec un pervers, vous le savez aussi) qu’un PN adore se faire passer pour la victime – et vous, pour le sadique qui le torture… Mais il est prêt, pour y parvenir, à aller jusqu’aux extrêmes ( = à mettre sa vie en danger) !

Généralement, c’est vous, sa victime, qui serez accusé (& parfois, coupable, d’ailleurs) mais un(e) PN joue à ce jeu malsain même avec d’autres – souvent des gens dans une position subordonnée (serveurs, employés de magasins, …). Conscients que l’argent est le nerf de la guerre, ils tentent alors parfois de tirer de l’argent de leur blessure.

Ça les amuse de nuire à leurs victimes et surtout, de voler le bien (& le Bien !) d’autrui.

Si vous êtes victime, sachez donc qu’en plus du viol émotionnel que vous subissez (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/10/15/viol-emotionnel/ ), ils prendront tout ce qu’ils réussiront à voler, en tous domaines (donc aussi financier).

Et il y a d’autres éléments troublants, qui donnent à penser : en 1996, quand j’ai lu « The Verbally Abusive Relationship » de Patricia Evans, j’étais époustouflée ; presque à chaque ligne, je me disais : « mais c’est pas possible ; cette femme a dû mettre un micro chez moi ! C’est EXACTEMENT ça qu’il me dit ! » – j’ai appris là que TOUS les PN, sur la Terre entière, disent & font les même choses…

Donc, que doit-on penser du fait que, sans avoir appris, ils utilisent TOUS les mêmes tactiques, les mêmes phrases, les mêmes mots ?

On jurerait que tous sont allés étudier à la même école du Mal !

Et du fait que, sans avoir suivi d’enseignement spirituel, ils semblent TOUS savoir que le monde est fait d’énergie, et savent tous comment l« extraire » de leurs proies pour s’en nourrir ?

Voyez-vous une autre explication que cet « esprit du Mal » en eux ? Moi pas, en tout cas (& croyez bien que j’ai retourné ce problème dans tous les sens).

Conclusion :

Si, pour faire souffrir quelqu’un, ils sont prêts à se blesser & à souffrir physiquement, imaginez à quel point ils ont l’esprit tordu & mauvais … tout à fait un esprit de démon, en fait…Donc, tenez-en compte, même si vous ne croyez pas au Diable !

 

*tel un vampire, il doit régulièrement se recharger en « sang frais » pour pouvoir fonctionner – ce sang étant nos émotions.

Pour générer en nous ces émotions, il doit nous blesser (comme les vampires « physiques » mordent la victime pour faire jaillir le sang et s’en repaître, voici comment ce vampire affectif qu’est un PN s’y prend : il nous lance une remarque blessante, ou dit ou fait quelque chose de provocant (il SAIT que ça va à tout coup nous faire réagir violemment ; il nous connaît si bien !).

Il nous provoque ou nous blesse, puis observe notre visage, notre expression, pour jouir et se nourrir de notre douleur, colère ou humiliation.

Vous pouvez le voir aisément vous-même, si vous l’observez tandis qu’il vous attaque – comme je l’ai fait moi-même ! Et comme cela m’a HORRIFIEE quand j’ai vu que, pendant que j’étais en proie à une grande souffrance, lui, il avait une expression de jouissance sur le visage ! Vraiment, si on n’a pas vu ça, on ne connaît rien au narcissisme !!!

** Les fondateurs de sectes sont des personnalités charismatiques (le PN aussi),

Ils se font passer pour sympathiques (le PN aussi),

ils affichent des valeurs & une moralité dont ils sont en fait dépourvus (le PN aussi),

ils promettent des lendemains qui chantent (le PN aussi),

ils font semblant de vous aimer (le PN aussi),

ils exigent l’obéissance (le PN aussi)

ils veulent qu’on les adore comme des dieux (le PN aussi),

ils volent l’argent & exploitent (le PN aussi),

ils traitent les autres comme des objets (le PN aussi),

ils isolent (le PN aussi),

ils ont des conduites à risques & irresponsables (le PN aussi)

ils affaiblissent en privant du nécessaire (le PN aussi),

ils nous poussent à des actes fous (le PN aussi),

ils manquent d’empathie & de tout sentiment humain (les PN aussi),

ils restreignent la vie d’autrui, tout en se permettant tout (le PN aussi),

on n’a pas le droit de les contredire, les critiquer ou les quitter (le PN aussi),

ils se prétendent injustement persécutés (le PN aussi),

Tout correspond ! La séduction perverse, un leader très charismatique qui se prend pour Dieu, & exige les égards dus à un dieu, la présomption d’infaillibilité, la création d’une réalité de fantaisie (selon ses caprices), l’abus d’alcool ou de drogues, la violation de toutes les lois (même les plus sacrées car il aime la transgression), l’octroi à lui-même de privilèges spéciaux, la fausse façade de bonheur & d’efficacité envers le monde extérieur, l’exigence d’une obéissance absolue, les obligations strictes & bizarres, le vol de toutes nos ressources (temps, argent, énergie) & leur exploitation à outrance, l’empêchement de toute indépendance, la restriction des libertés (surtout celle de penser par soi-même), la suppression de tous droits humains, la rigidité & le dogmatisme, l’interdiction de protester ou de refuser d’obéir, les mauvais traitements & humiliations, la privation de sommeil, l’isolement de la famille & des autres sources de soutien, le langage perverti, le mensonge, la cruauté, la paranoïa, la constante manipulation & l’exigence de silence à l’égard de l’extérieur, le filtrage des informations venant de l’extérieur, la sexualité débridée & corrompue, la punition des désobéissances ou des tentatives d’évasion ou des révélations au-dehors de ce qui se passe au-dedans, les menaces de se tuer si vous le quittez, … tout y est !

Publicités

Les outils du PN

Par défaut

menottes

Le comportement incohérent, inexplicable d’un PN, lui est bien utile ; cela englue ses proies dans le brouillard (mensonges, confusion). Comme elles ne voient pas clairement ce qui se joue, elles sont incapables de partir, et restent dans la relation.

Ce n’est qu’en comprenant ce qu’ils font et pourquoi ils le font, qu’on peut voir ce qui se joue et ce qu’il est exactement, et prendre la décision de nous sauver de cet environnement mortel.

Comme dit ailleurs, tous les PN emploient les mêmes techniques et les mêmes phrases (efficaces) – comme s’ils avaient tous suivis des cours dans une école en Mauvaiseté.

En fait, ils ont généralement procédé par essai-erreur, et gardé ce qui marchait, en sorte qu’arrivés à l’âge adulte, ils sont devenus des Maîtres en tromperie, en prise & maintien du contrôle sur autrui.

Voici leurs principaux outils pour ce faire :

– le « gaslighting »

Voir ci-dessus ; c’est nier ce qu’il vient de dire ou de faire, pour vous faire douter de vos perceptions, de vos souvenirs, et donc, de votre santé mentale. S’il réussit à nous faire douter de notre version de la réalité, pour adopter la sienne, il a gagné – cet article décrit merveilleusement les techniques utilisées pour « gaslighter » une proie choisie ; GASLIGHTING. HARCELEMENT. TORTURE PSYCHOLOGIQUE.COMMENT SE PROTEGER DU MOBBING et des autres formes de HARCELEMENT – https://rudy2.wordpress.com/mauvais-traitement-psychologique-comment-se-proteger-du-mobbing-et-des-autres-formes-de-harcelement/

Un PN adore créer la confusion ; c’est un écran de fumée leur permettant d’agir à l’abri des regards, d’exécuter leurs plans destructeurs – ça vous bloque, lui permettant d’aspirer votre force vitale et de s’en nourrir…

Ils mélangent des mensonges avec la vérité, blâment leurs proches et insinuent partout que vous êtes mentalement instable. Plus vous êtes dans le brouillard, moins vous pouvez avancer, et plus ils peuvent vous manipuler et avoir le contrôle sur votre vie.
-la projection

Tout le monde a un côté sombre ; une personne normale va en prendre conscience et l’affronter, pour le faire diminuer ou disparaître… mais pas le PN ; lui, il choisit un bouc émissaire, exprès pour pouvoir projeter sur lui (elle)  ses tares « indésirables » – il poussera ensuite ce bouc à exprimer sa peur et sa folie à lui, d’une part parce qu’il peut ainsi déchaîner ses mauvais instincts (sadisme) mais aussi pour paraître « blanc » (sans tache) en comparaison ; le genre : « voyez ! C’est lui (elle) le cinglé(e) ; pas moi ! Moi, je suis un gars cool et normal » ( !).

Donc, si vous voulez savoir ce qu’il est, remarquez de quoi il vous accuse, car un PN va toujours vous accuser de ce dont lui-même est coupable : par ex, de le tromper alors que c’est lui(elle) qui le fait.

Ils se tiennent ce raisonnement ; « Si elle (il) le fait, alors je peux le faire aussi » – car leur esprit tordu refuse la responsabilité de quoi que ce soit, et donc, il se débrouille pour toujours la rejeter sur quelqu’un d’autre.

Et cela a aussi l’avantage de vous blesser & vous déstabiliser. En effet, quand il vous accuse, vous songez à vous défendre, et non plus à lui reprocher ce qu’il a fait ! En un tournemain, il vous fait oublier de quoi vous vouliez parler ; il retourne la situation et, d’accusé, devient accusateur – une technique efficace ! C’est pourquoi la technique du « disque rayé » où l’on nie totalement ses tentatives de diversion (où le PN nous accusera, tentera de nous faire pitié, …) , pour sans cesse répéter notre question initiale – par ex : « Où sont passés les 3.000 € ? » ou « Où étais-tu la nuit dernière ? ».

-Le mensonge :

Tout le monde ment de temps à autre, souvent pour ne pas blesser les sentiments d’autrui ou s’épargner une punition.  Mais les PN mentent naturellement, souvent pour semer la confusion, berner, manipuler & contrôler leurs victimes mais parfois, juste pour le plaisir de mentir.

Ce qu’ils font souvent, c’est évoquer un avenir dont on rêve, pour, agitant cette carotte devant notre nez, nous faire aller dans la direction qu’ils veulent, eux … « On mène les chiens bien loin en leur montrant un os » !

Certains mensonges sont aussi destinés à donner une bonne image d’eux-mêmes ; ils se font passer pour le chevalier courageux, la bonne âme, le parent parfait, etc..

-la triangulation

On n’est jamais qu’à 2, dans un couple avec un PN ; en effet, ce dernier, ayant besoin, tel un drogué, d’approvisionnement narcissique, il doit toujours se garder un « cheptel » en réserve pour pouvoir y puiser si vous lui faites faux bond.

Plus il a d’adorateurs (trices), plus il est satisfait. Donc, en société, il joue « la grande scène du II », se montrant charmant et tartinant la flatterie à la louche à tous ceux qu’il croise – sans compter qu’il flirte à qui mieux mieux !

Bien qu’en couple, il se comporte toujours comme un(e) célibataire – ce qui est fort agaçant.

Mais pourquoi cesserait-il ? Ceci aussi – notre douleur & frustration – le sert ; souvenons-nous qu’il se nourrit de ces émotions ! C’est pour ça qu’il trouve très vite ce dont on a besoin et par la suite, il fait en sorte que nous – son(sa) partenaire – soyons TOUJOURS frustré(e) !

Si vous lui reprochez de draguer tout le monde, il peut, en plus, vous jeter sur le dos SA possessivité & jalousie !

Enfin, cette attitude vous affaiblit de plusieurs façons (et un être affaibli ne peut pas se lever pour partir ou penser clairement) ; cela génère en vous un stress (dû à l’insécurité permanente) et participe au « crazymaking » ; vous faire douter de votre santé mentale, en niant des choses que vous avez vues & entendues, en sorte que vous perdez encore plus confiance en vous, et soyez donc toujours plus incapable de partir !

Sans compter qu’avec cette technique, vous luttez pour lui, vous êtes accro et fixé sur lui, vous tendez à être fâché sur l’autre homme ou l’autre femme – et il aime ceci aussi, puisque, comme tous les êtres mauvais, il adore créer la haine et la dispute, ajouter toujours plus de souffrance et de chaos au monde !

Et il aime aussi que les gens se battent pour lui ; ça le fait sentir précieux, important…

 

Tous ces outils sont des formes dangereuses de violence mentale, & sont utilisés par des PN pour contrôler leurs victimes. Si vous vous retrouvez dans ces descriptions, songez sérieusement à quitter votre « bien-aimé(e) », parce que si vous restez dans cette relation douloureuse, vous vous dirigez droit sur la folie, les maladies et la mort prématurée. Une fois libre, vous verrez mieux à quel point son « air normal » est trompeur !

Ecoutez Jean-Claude Van Damme !

Par défaut

J-Cl.Van Damme

Jean-Claude Van Damme a jadis beaucoup insisté sur la nécessité d’être « aware » (conscient, lucide), ce en quoi il avait totalement raison, car si on ne l’est pas, les catastrophes pleuvent !

Comme le disait le génial Louis Pauwels ; « tout ce qui est compris est bien »… Corollaire (que je me permets d’ajouter) ; tout ce qui n’est pas compris, n’est pas bien !

Je pourrais parler des nombreux drogués, tueurs, batteurs de femmes, violeurs, serial killers, qui au fond, ne font tout ça que parce qu’ils n’ont pas pu ou pas voulu prendre conscience de leur « programmation », ont laissé leur inconscient malade aux commandes, et se livrent à présent à des crimes contre eux-mêmes ou les autres.

Dans un registre plus léger, le manque de conscience peut aussi avoir (surtout chez les femmes) des conséquences carrément grotesques – Or, si le ridicule ne tue pas, il vaut quand même mieux l’éviter…

J’estime (ayant connu les 2) qu’on se remet de la faim, par exemple, mais jamais d’une humiliation…

Le cas le plus courant d’agissements grotesques dus à un manque de lucidité (au moins 90% des cas) est la femme d’âge moyen qui fut épouse et mère trop jeune, que son mari a trompée et plaquée et qui, après la rupture, se transforme en ado alcoolo & très délurée (tiens, tiens… ) ; Mini-jupes, décolletés plongeants, talons aiguilles, dentelle transparente, cuir ou imprimés léopard à gogo, maquillée comme une  voiture volée, …

Et le comportement suit ; cette mère de famille oublie toute dignité & sort presque tous les jours, boit comme un trou, se livre à des danses lascives et couche avec tous ceux qui veulent bien…

=> ces femmes, qui, jeunes filles, étaient des pète-sec, critiques, exigeantes, vieilles à 15 ans, devant le crash de leurs beaux rêves conformistes, font un tournant à 180% et se mettent à ruer dans les brancards avec 20 ou 30 ans de retard … ça donne des ados de 40 – 50ans (Beûark ! Pas beau à voir !) qui rattrapent leurs années d’adolescence – que ces idiotes ont skippé pour entrer dans le moule de « petite fille sage » & de « femme modèle »-c-à-d vite se fiancer et devenir mère.

Ceci montre qu’il y a un temps pour tout dans la vie ; un temps pour se conduire en enfant (qui est durant l’enfance), un temps pour se conduire en ado (durant l’adolescence) et un temps pour se comporter en adulte (= à l’âge adulte). Faire autrement, c’est comme si une plante germait en hiver… On ne peut pas skipper ces périodes-là, sinon, la vie se venge ! Bref, un peu de bon sens ferait du bien à ces femmes-là ; elles devraient se dire « j’ai fait l’idiote étant jeune, à me comporter comme une vieille, maintenant, je dois assumer ma connerie et sauver ce qui peut l’être »…

Voici maintenant un autre cas, bien plus rare : La mère « Peter Pan ».

Il s’agit d’une mère qui fait la folle tout le temps, poussant les autres à l’éviter, et ses enfants, à avoir honte.

Par ex, elle va faire ses courses en pyjama (& force ses 2 ados à en porter un aussi),

Elle se déguise en grenouille et va offrir, en croassant, des grenouilles à ses nouveaux voisins,

Elle s’arrête devant une fontaine et se jette dedans pour jouer avec l’eau,

Elle s’entoure d’un carton, fait vroum, vroum, et va ainsi au drive in du Mc Do, prétendant être une voiture,

Etc… (& autres excentricités).

Quelle peut bien être la raison de cette dinguerie ? – me direz-vous.

C’est simple ; là aussi, il suffit de voir comment & quand ça a débuté => en fait un de ses frères et une de ses soeurs sont morts brutalement à  25 ans.

Et soudain, cette brave dame s’est transformée en Peter Pan ; elle crie : « non, je ne grandirai pas ! Les adultes sont ennuyeux ! Je refuse de grandir ! Je veux rester un enfant & m’amuser ! »

Il est clair que ces 2 morts brutales lui ont causé un choc et une peur terribles, qu’elle ne les a toujours pas « digérées », qu’elle est terrorisée par la mort (ce qui est bête, vu que c’est inévitable) et qu’elle tente, en restant une gamine, d’y échapper !

C’est comme si inconsciemment, elle se disait : « si je reste une gamine, je n’atteindrai jamais l’âge de 25 ans, et ainsi, j’échapperai à la mort qui me terrifie »…

Elle m’a fait penser à ces enfants qui parlent tout haut & font du bruit après avoir visionné un film angoissant – pour chasser la peur & ne pas la ressentir.

Cette femme-là devrait s’avouer toute la tristesse (même s’il lui faut traverser une période de déprime) que lui a causé la perte de ses frère et soeur, les pleurer autant et aussi longtemps qu’il le faut, puis s’avouer sa peur devant les changements brutaux de la vie ainsi que devant la mort.

Là, elle pourrait aller de l’avant avec sa vie, et ne plus être poussée à « faire du bruit » pour se cacher ses peurs, mais plutôt, accepter que les drames et la mort font partie de la vie, et en savourer les joies sans tomber dans l’excès et l’excentricité …

Mais le manque de conscience (d’ »awareness ») peut avoir des conséquences bien plus horribles ; témoin, cette femme : un soir, elle se rend au casino, toute seule, et elle joue au Black Jack durant presque toute la nuit. Comme elle gagne, un homme la guette – pendant plusieurs heures, il tourne, tel un oiseau de proie, autour de la table où elle joue.

Aux petites heures, elle a gagné 5.000$ & décide de se retirer. Le casino lui propose un chèque ; elle refuse ( !) et prend son gain – 5.000$ – en espèces – je rappelle qu’il fait encore nuit…

Le prédateur la suit, mais, comme elle est escortée par un garde du casino jusqu’à sa voiture, il ne peut l’attaquer là.

Il prend donc sa propre voiture et la suit… DURANT 45 MINUTES ( !) jusque chez elle & l’attaque dès qu’elle sort de sa voiture.

Il l’assomme, la met dans sa voiture, puis lui pique ses 5.000$, la flingue & jette son corps dans un terrain vague.

Cette femme n’a ni vu, ni senti que quelqu’un l’observait, et a été tout aussi inconsciente que quelqu’un suivait sa voiture, bien que cette traque ait duré ¾ d’heure !!! Quelle inconscience extrême était la sienne ! On ne peut tout simplement pas survivre (en tout cas, pas longtemps), dans cet état ; le monde est une jungle, où les erreurs se paient cash… & toujours au prix du sang. C’est le « manger ou être mangé » qui prévaut, et il convient, si l’on veut survivre, de ne pas l’oublier un seul instant !

La conclusion s’impose : on a tout intérêt à s’observer continuellement, à bien voir ce que l’on fait, et à tenter de comprendre pourquoi on se sent poussé(e) à le faire

Les êtres inconscients, qui « vivent comme l’oiseau sur la branche » laissent continuellement leur inconscient guider leurs actes  & leurs discours – ce qui aboutit à bien des maux ; dans le pire des cas, des morts, ou sinon, à un rejet social !