Archives de Tag: vocation

Comment découvrir notre vocation ?

Par défaut

Plusieurs signes nous révèlent quelle elle est :

1) On a la vision persistante (qui revient encore & encore) de ce qui pourrait être différent concernant un besoin ou problème du monde.

2) on ressent une frustration ou même une douleur en considérant l’état actuel de ce problème & comment ça n’évolue pas, & on a la pensée que ce travail est une chose qu’on est appelé(e) à faire.

3) On ressent au fond de soi que ce travail est ce que l’on est censé faire.

4) Quand on exécute ce travail, on a une sensation d’adéquation, & tout va comme sur des roulettes (état de flow) ; on « est à son affaire » & les heures passent sans que l’on s’en rende compte.

5) Bizarrement, cette vocation, on y résiste ; on veut l’éviter parce que c’est dérangeant, ça n’entre pas dans nos plans, ou que c’est un objectif trop grand, trop intimidant, …

6) Il manque toujours quelque chose ; on n’a jamais tout ce dont on aurait besoin pour pouvoir le faire – en termes de compétences, de ressources, de relations, …

C’est d’ailleurs ce qui nous fait croire que ce n’est pas notre vocation. Pourtant, si l’on s’engage sur la voie de cette vocation, des portes se mettront à s’ouvrir, & on acquerra ces choses manquantes.

« Quand tu veux quelque chose, tout l’Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir » a écrit Paulo Coelho, et c’est vrai ! Sans compter que notre motivation, notre énergie & notre passion croissent quand on se met activement à la poursuite de ce qui est fait pour nous.

7) On n’est pas encore qui on a besoin d’être pour accomplir cette vocation – et donc, on croit aussi qu’on n’est pas appelé à faire ce qu’on sent pourtant être notre voie.

Sous prétexte d’être logique, on fait taire la petite voix en nous (celle de la sagesse) qui nous pousse vers ce chemin-là, et on ne voit souvent que les obstacles & on pense n’avoir pas ce qu’il faut pour atteindre ce but.

Mais, comme dit l’adage ; « Si tu ne vois que les obstacles, c’est que tu as perdu ton but de vue » !

Oui, il est vrai qu’il vous manque certaines qualités ou ressources pour incarner cette vocation, mais c’est parce qu’une vocation est là justement pour nous faire grandir & finir par incarner l’être capable de remplir cette mission.

Car la vocation sert autant à nous élever à la hauteur de notre destin, à rendre notre être plus beau, qu’à amener plus de lumière en ce monde.

Alors, il ne vous reste qu’à écouter votre voix intérieure, pour découvrir quelle est votre vocation ; la plus belle & épanouissante chose que vous puissiez faire ici-bas !

Publicités

Bonheur & travail

Par défaut

happy-worker

Le travail doit cesser de justifier son sens 1er d’« instrument de torture » (tripalium), il ne doit pas – ou plus –  être une corvée ! Dans cet article ; http://www.bonheuretamour.com/2014/09/19/trouvez-votre-voie-et-le-bonheur/ , je soulignais la triste situation de 80% des gens, qui vivent une vie de désespoir silencieux… J’y donne d’ailleurs aussi des conseils pour ne plus subir cela.

On a beau avoir un job agréable, bien payé & bien considéré, si on ne fait pas de différence dans la vie d’autrui, & qu’on ne peut y apporter une part de soi-même, on ne sera pas heureux.

On peut constater que seules 3 activités donnent du sens à ce que l’on fait : la communication, la compréhension & le service.

La communication nous fournit (à nous qui sommes seuls dans notre peau) un sens d’être connecté à quelqu’un d’autre

Le plaisir de comprendre vient quand on arrive à dissiper la confusion à propos de soi-même ou du monde, quand ce qui était étranger & bizarre, acquiert soudain un sens.

Enfin, tâcher d’améliorer la vie d’autrui en leur apportant de la joie ou en diminuant leurs peines, transcender notre ego & nous oublier pour placer les autres à la 1ère place, donne une utilité & un but – donc énormément de sens – à notre vie.

Bien entendu, il ne faut pas le faire juste pour cet avantage, sinon, c’est égoïste & ça ne sert à rien ; il faut le faire parce que cela répond à un besoin d’aider & d’améliorer la planète – et il faut le faire de la façon qui nous correspond (pour certains, ce sera en devenant acteur comique, pour d’autres, docteur ou volontaire dans une organisation caritative,…).

=> Le sens de la vie est de poursuivre l’accomplissement humain via la communication, la compréhension & le service !

Comment trouver un travail épanouissant – c-à-d qui soit à la fois rémunérateur & gratifiant et qui ait du sens ?

Il faut en trouver un (car on a tous besoin d’argent pour se payer à manger, un abri, des vêtements, …) & il faut qu’il soit durable.

D’autre part, ne pas avoir de plan nous fait automatiquement tomber dans les mains de ceux qui en ont un -pour eux-mêmes – & qui se serviront de nous pour atteindre leurs objectifs… une position pénible & dangereuse !

Alors, quelle carrière embrasser ? Il y a tant de possibilités qu’il est normal d’être confus & d’hésiter sur le choix d’une carrière, par crainte de se tromper.

Pour faire le bon choix, il faut bien se connaître, pour savoir ce qui nous conviendra au mieux – & donc, apprendre à écouter nos sensations, à repérer les indices de nos goûts & dégoûts, & à choisir une fois que l’image de nous-même sera précise, sans écouter nos peurs ni nos proches (qui ont une idée fausse de ce qui nous conviendrait).

Il faut, dans un 1er temps, omettre complètement la question du salaire ou du profit possible. Trop souvent, cette question étouffe la partie passionnée & authentique de notre nature.

Il convient de lâcher la bride à notre imagination (comme pour un brain storming tout seul) puis écrire la liste de tout ce qu’on aimerait faire, sans se censurer – aussi stupide, puéril ou grandiose que cela paraisse.

Là, on a un tas de carrières possibles & il faudra faire le tri.

S’ensuivra une période (de 2-3 mois à un an) ou il faut à la fois « laisser décanter » & beaucoup réfléchir. Ce temps, loin d’être du temps perdu, nous fera gagner des années – années de bonheur (si l’on s’écoute) ou de malheur (dans le cas inverse – si l’on persiste à faire un job qui ne nous convient pas) – sans compter que c’est aussi seulement ainsi que l’on pourra se rendre utile aux autres & à la Terre !

Il faut alors commencer à se lancer, prendre des risques calculés, faire de petits pas, …

Comme le travail consiste à servir, toute affaire prospère est en fait une tentative pour résoudre le problème des autres.

Réfléchissez & tâchez de découvrir si votre projet répond à ce critère – c-à-d s’il est utile.

Plus le problème que vous pouvez régler est important, plus votre occasion de prospérer sera grande.

La mentalité étant essentielle, il importe que vous vous aimiez & ayez une bonne estime de vous. Alors, si vous en manquez, remédiez-y.

L’actrice américaine Lucille Ball le disait ; « Il faut vraiment s’aimer soi-même pour arriver à quoi que ce soit dans ce monde ».

Manquer d’assurance, c’est ne pas comprendre comment va le monde. Il suffit, pour s’en convaincre, de considérer le nombre de génies méconnus, et d’incompétents injustement reconnus & célébrés !

Il ne faut pas croire que seuls certains ont droit aux bonnes choses de la vie ! Chacun a droit – & devrait viser – un job qui ne lui causera pas de regrets au moment de mourir.

Pour ça, il doit avoir du sens & pour qu’il en ait, il doit répondre à plusieurs critères ;

– émerger de la partie la plus profonde & vraie de nous-mêmes,

– être utile, c-à-d servir l’humanité, fournir une solution à un problème,

– et que l’on puisse ressentir l’impact qu’on a sur notre public, qu’on sente qu’on rend un service à autrui.

S’il y a si peu de gens qui font un boulot satisfaisant, c’est parce qu’il est généralement difficile de trouver notre passion profonde ; nos centres d’intérêt ne sont en effet souvent pas visibles, ils exigent qu’on y réfléchisse & que l’on s’analyse bien pour les découvrir.

Et la société tend, via le système scolaire, à nous pousser vers les voies conventionnelles & donc, vers des jobs qui ne nous conviennent pas – ce qui est dommage car on travaille mieux & plus dur quand on fait quelque chose où l’on engage notre moi profond.

Il existe un tas de boulots dénués de sens parce que notre économie a créé de faux besoins, en sorte qu’elle peut générer des profits avec des choses totalement inutiles, qui n’aident personnes (au contraire).

Pour y arriver, elle s’appuie sur nos faiblesses (nos tendances hédonistes) & nous désinforme constamment sur ce qui est bon pour nous !

Tout le monde perd à ce jeu ; les acheteurs, mais aussi les vendeurs, qui sentent bien que leur job n’est pas bon …

Il arrive aussi qu’un job ait du sens, mais que son organisation soit si énorme, ou que le résultat bénéfique soit si éloigné dans le temps, que ses travailleurs ne sentent pas qu’ils font une différence dans la vie d’autrui.

Pour faire cesser ces situations absurdes & nocives pour tous, il faut aider les autres à trouver leur vraie vocation & soutenir les entreprises fournissant un travail vraiment utile.

Car plus les gens (oui ; VOUS !) soutiendront ces firmes ou ces indépendants, plus ils se multiplieront & prospéreront.

Vous votez chaque jour, avec votre portemonnaie ! Alors, pour une société plus saine, sereine & agréable, soutenez les entreprises à visage humain & ayant vraiment du sens.

Et pour sortir d’une vie de robot & trouver le bonheur au travail, rejetez les conseils « réalistes » & le souci à court terme d’avoir à gagner sa vie ; chercher un travail ayant un sens n’est pas du luxe ; c’est une nécessité vitale – & c’est donc aussi la seule option réellement raisonnable !

Pour plus d’infos sur ce sujet, vous pouvez lire :

http://www.bonheuretamour.com/2014/09/19/10-astuces-bonheur/

http://www.bonheuretamour.com/2015/01/07/choisir-le-bonheur/

http://www.bonheuretamour.com/2014/11/06/la-cle-du-bonheur-de-la-reussite/

http://www.bonheuretamour.com/2014/12/11/la-voie-vers-le-succes/