Archives de Tag: vigilance

La respiration apaisante ; une méthode révolutionnaire

Par défaut

serenite5

Ce n’est pas un scoop ; notre vie quotidienne est stressante.

Il existe pourtant un moyen de calmer notre système nerveux, d’activer notre système parasympathique, de réduire notre tension & nos battements du cœur, bref, retrouver l’équilibre.

Avant & après un événement stressant, il suffit de se concentrer sur sa respiration durant 5 minutes – la cohérence cardiaque, surtout (voir http://www.bonheuretamour.com/2017/02/18/pourquoi-pratiquer-la-coherence-cardiaque/ ) fait du bien. Mais même ceci est trop pour beaucoup d’entre nous ; on a tant d’autres choses à faire et ça semble si ennuyeux ! C’est pour cela que je conseille de s’appuyer sur les videos Youtube de cohérence cardiaque ; en nous guidant & nous distrayant, elles nous permettent de « tenir » durant les 4 – 5 minutes nécessaires (par ex, ceci https://www.youtube.com/watch?v=dGJkzyKHKUE ou ceci https://www.youtube.com/watch?v=DUaeqKCoPeQ ).

Pourtant, cet exercice simplissime peut vraiment faire une différence dans votre vie !

Car avec votre respiration, vous influencez les 100 000 milles de vaisseaux sanguins, la quantité d’oxygène apportée à vos milliards de cellules.

Mais aujourd’hui, je vous propose un autre exercice. Il semble étrange, peut-être même effrayant, & va à l’encontre de tout ce que vous avez lu ou entendu jusqu’ici, mais essayez, et vous serez convaincu(e) – moi, en tout cas, je l’ai été !

En général, en cas de stress, on nous conseille de prendre de grandes respirations pour nous apaiser.

Pourtant, chacun d’entre nous a déjà pu constater que, quand on est stressé, on respire vite & plus, par la bouche & de façon superficielle. Donc, pour s’apaiser, il est clair qu’il faut faire l’inverse, c-à-d respirer moins, lentement, par le nez & en faisant bouger (monter & descendre) le diaphragme.

D’ailleurs, si on observe les animaux & les bébés, on voit qu’ils gardent la bouche fermée pour respirer.

Notre nez ne fait pas que filtrer l’air ; il a 30 fonctions différentes et si on fait attention à ne plus jamais respirer par la bouche, mais toujours par le nez, on constatera une amélioration de notre concentration, vivacité d’esprit, & sommeil.

Quand on respire par la bouche depuis l’enfance, non seulement, ça rétrécit nos voies respiratoires, mais cela nous fait respirer aussi par la bouche quand on dort, ce qui nuit à notre sommeil & cause des ronflements.

Si vous commencez à respirer moins & exclusivement par le nez (à l’inspir & à l’expir), cela améliorera votre sommeil & votre vigilance.

Pour le montrer, faisons un exercice ;

Asseyez-vous confortablement, au calme & fermez les yeux. Posez une main à plat sur la poitrine, & l’autre sur le ventre, puis commencez à respirer exclusivement par le nez & le plus lentement possible, en vous concentrant sur votre respiration & sur vos sensations corporelles (l’air un peu plus frais qui entre dans vos narines, & un peu chaud qui sort de vos narines).

En fait, la méditation n’est qu’une tentative de nous amener à un état où l’on respire plus lentement & doucement. Ici, on le fait directement, voilà tout – ce qui est plus efficace & fait gagner du temps !

Vous devez respirer si doucement & lentement que vous vous sentiez un peu hors d’haleine.  Le but est de réaliser ce que préconisait Lao Tseu il y a 2500 ans : respirer comme si vous ne respiriez pas ; c-à-d si doucement & légèrement que l’on n’entend aucun bruit & ne remarque aucun mouvement.

A présent, après un expir, pincez-vous le nez & faites oui de la tête, puis, quand vous sentez que vous ne tenez plus & avez besoin d’air, recommencez la respiration par le nez durant plusieurs minutes, en re-posant les mains sur le ventre & la poitrine.

Essayez de ne pas penser & de vous focaliser uniquement sur votre respiration – la gardant la plus lente & légère possible. Il s’agit, durant 2 – 3 minutes de se sentir un peu hors d’haleine, mais sans que ça en devienne stressant.

Lorsque l’on se met à diminuer notre apport d’air, la température de notre corps s’élève légèrement

Quand on est stressé, des hormones de stress sont libérées, ce qui cause diverses réactions de stress ; bouche sèche, augmentation du rythme respiratoire, constriction des vaisseaux sanguins, …

Le stress rend malade & cette respiration peut nous en guérir. L’ennui, c’est que, depuis des décennies, on nous enseigne des choses inefficaces sur comment l’éliminer.

Non, la solution n’est pas de respirer plus, mais moins. Comme pour la nourriture, moins = plus, en ce domaine.

Ce qu’il y a de bien, c’est que l’on peut coupler cet exercice à la cohérence cardiaque (voir exercices de cohérence cardiaque sur Youtube), sauf qu’on lieu de respirer fort, on veille à le faire doucement & au lieu d’expirer par la bouche, on le fait par le nez.

Respirer moins & plus doucement devrait devenir une habitude – essayez, en tout cas, de faire cet exercice au moins une fois par jour durant quelques minutes ; cela peut apporter pas mal de changements positifs dans votre vie…

Publicités

Incroyables bénéfices de la pleine conscience

Par défaut

Les chercheurs ont découvert que la méditation de pleine conscience cause des modifications physiologiques dans le cerveau, lesquelles modification présentent même aussi un effet protecteur contre les maladies mentales.
Grâce aux techniques de scannage du cerveau, ils sont à présent à même de démontrer que la méditation influence de façon directe le fonctionnement et la structure du cerveau, le modifiant, renforçant la mémoire, ainsi que la faculté d’attention et de concentration.
Une étude récente a trouvé la preuve que pratiquée quoitidiennement, la méditation épaississait les zones du cortex cérébral responsables de l’attention, la mémoire et la prise de décision. En fait, ils ont constaté, chez 20 hommes et femmes méditant ¾ d’heure/jour, une augmentation de leur matière grise (laquelle devenait en quelques semaines plus épaisse que celle de personnes ne pratiquant pas cette méditation de pleine conscience).
Ces recherches semblent montrer que méditer peut ralentir le processus naturel d’amincissement du cortex lié à l’âge.
Méditer permet aussi de réguler notre attention – or, cette qualité est la clé de l’étude et de l’apprentissage !
Du reste, la plupart des personnes qui pratiquent la méditation affirment que cela augmente leur énergie et leur permet d’être plus efficaces dans les travaux exigeant de l’attention et de la concentration.
Mais 20 minutes de sieste n’auraient-elles pas le même effet ? Eh bien non ; des scientifiques l’ont démontré. Ils ont demandé à des étudiants de soit méditer, soit faire une sieste, soit regarder la télé.
Les étudiants durent ensuite remplir un test de vigilance. Les résultats ? Ceux qui avaient médité avaient des scores de 10% plus élevés que les autres.
Les chercheurs qui ont mené cette étude en infèrent que méditer doit sûrement restaurer les synapses- encore mieux que le sommeil.
Vu ces résultats, de plus en plus de firmes proposent des cours de pleine conscience à leurs employés, ainsi, ils travaillent mieux, sont plus productifs, plus attentifs, et font moins d’erreurs. Et comme la pratique diminue beaucoup le stress et booste l’immunité, l’absentéïsme diminue également beaucoup !
Mais surtout, la méditation semble aider les êtres humains à réguler leurs émotions, et donc, à être plus « intelligents », émotionnellement parlant, ce qui améliore toutes less relations (tant privées que professionnelles) et les fait donc se sentir mieux dans leur peau.
L’intelligence émotionnelle est en effet un ensemble de compétences de vie essentielles, car indispensables au succès d’une vie – ce qui est bien plus important, par conséquent que la seule intelligence cognitive.