Archives de Tag: temps

Trouver notre passion… ou pas ?

Par défaut

On lit partout qu’il suffit de la suivre pour avoir une vie heureuse & épanouissante, qu’il faut la trouver car c’est le vent qui souffle sur les voiles de notre navire & nous fait avancer vers une destination voulue.

Eugene Hennie, un self-made man, aime à raconter comment il a laissé tomber son ennuyeux travail de bureau, pour une vie excitante de voyages & d’enseignement.

Il s’est demandé comment il a pu réaliser ses rêves, & a déduit que la 1ère chose est de bien se connaître ;

Qui êtes-vous ? Quelles sont les choses que vous aimez ? Ou que vous détestez ? Qu’est-ce qui vous fait sourire ? Ou vous énerve ?

La 2ème étape est d’assumer ce que vous êtes, d’en tirer les conséquences. Au départ, cela peut sembler effrayant, mais au final, ça vous facilitera beaucoup la vie.

Ensuite, il faut vous entourer de gens qui vous encouragent, car on est la moyenne des 5 personnes que l’on fréquente le plus. Alors, si vous fréquentez des gens inspirants, soutenants & positifs, ils vous motiveront & vous serez bientôt comme cela aussi. Et à l’inverse, si vous fréquentez des gens agressifs, négatifs ou tarés, vous ne pourrez allumez votre passion & atteindre la vie de vos rêves.

Sachez ce que vous voulez. A ceci, beaucoup croiront vouloir, par ex, un million d’euros, alors qu’en réalité, ce n’est pas l’argent qu’ils veulent, mais pouvoir offrir un toit à leur famille, ou pouvoir voyager autour du monde, ou pouvoir payer une opération à leur père malade, … En général, ce que l’on veut, c’est la liberté, la sécurité &/ou le pouvoir sur notre vie.

Arrivé là, il faudra retrousser vos manches & trimer, car réussir implique toujours un dur travail. Heureusement, comme vous ferez ce que vous aimez, cela ne sera pas trop dur. Même en ayant un énorme talent, il faut le développer, le perfectionner sans cesse.

Nos aptitudes innées sont comme un minerai, qu’il faut passer au creuset pour raffiner, pour éliminer les scories, et finalement marteler pour en tirer un objet utile & beau ; notre outil pour conquérir le monde !

« Si doué qu’il soit, un pur-sang ne galope jamais aussi vite que sous la cravache de son cavalier. Alors, cravache-toi ! » (« Lettre à Prunelle », Alain Ayache)

Faites de l’impossible le nouveau possible ; lorsque vous rencontrez un défi, au lieu de penser que vous ne pourrez jamais le relever, penser que vous ne pouvez pas ne pas le relever !

Ensuite, il faudra échouer – sisi ! Et non seulement échouer, mais échouer souvent et durement !

On croit toujours que l’échec est une fin, mais en réalité, c’est la réussite qui est « conservatrice » – qui tend à nous faire nous arrêter. L’échec, lui, est « révolutionnaire » ; il tend à nous faire bouger.

Les grands programmeurs, par ex, ont dû échouer souvent & surmonter bien des ratages avant de trouver le programme qui a fait leur succès. A chaque difficulté, panne ou échec, ils devaient trouver une solution pour faire marcher le programme, et ainsi, d’échecs en échecs (surmontés), ils ont réussi.

Il faudra aussi apprendre à être à l’aise dans les demandes & confrontations. Ceci aussi fait partie de la notion de sortir de notre zone de confort.

Les confrontations sont pénibles, alors, on tend à les éviter. Mais il n’y a pourtant pas d’autre moyen d’obtenir ce que l’on veut, que d’aller trouver les gens qui pourraient nous y aider & de leur demander.

Enfin, il faut agir bien – c-à-d non seulement faire les choses correctes, adéquates, prendre les bonnes décisions, mais aussi les choses justes, bonnes & équitables.

Trouver notre passion est à la fois facile & difficile ; en effet, on a tout ce qu’il faut en nous, mais la société ou notre famille nous ont modelé, faisant de nous quelqu’un qu’on n’est pas, en sorte que notre talent inné a été enterré sous cette programmation. Il faut donc retrouver, affirmer & exprimer notre unicité, notre individualité, pour accéder à notre vie idéale.

Quand même, croire qu’on n’a qu’un seul talent & qu’on doive absolument le poursuivre à l’exclusion de tout autre, que, si on ne le trouve pas ou que l’on y échoue, notre vie est fichue, est faux.

Alors, quand on envisage cette idée de trouver notre passion & de découvrir notre talent, on a peur ; c’est toute notre vie qui est en jeu !

Pour se trouver une carrière épanouissante, on n’est pas aidés ; personne ne nous apprend comment faire, ou on ne reçoit que des infos invalides. Tout est fait pour nous diriger vers de mauvaises voies !

Pour en choisir une, au lieu de se focaliser sur ce que l’on sait faire, sur notre passion ou sur le statut ou le salaire qu’on espère obtenir, il vaut mieux se focaliser sur ce qu’on peut faire pour les autres & pour rendre le monde meilleur.

« Suivre sa passion », c’est suivre 3 étapes ; 1) identifier notre plus grand intérêt dans la vie, 2) trouver les carrières correspondant à cet intérêt, 3) persévérer dans cette voie, quoi qu’il arrive.

Faire la chose qui nous passionne semble un bon conseil, car alors, on apprend tout ce qu’il faut, on ne compte pas nos heures de boulot & on surmonte tous les obstacles. Donc, on a toutes les chances de réussir dans cette carrière.

Hélas, la réalité dément ceci ; les chiffres montrent sans aucun doute qu’il y a bien trop peu de jobs disponibles dans les branches intéressant les chercheurs d’épanouissement.

Les éboueurs ou les laveurs de vitres n’ont sûrement pas la passion de faire ça, mais ils ont un job qui les nourrit, du moins.

D’ailleurs, ce n’est pas parce qu’un domaine nous intéresse, qu’on y réussira (cf un ami à moi, qui voudrait réussir en vendant des sabots) ou qu’il nous épanouira (cf les grands agents de change qui dépriment). Les vendeurs passionnés, ayant du bagout, sont exposés au burn out & vivent du reste moins longtemps que les vendeurs moyens.

Il est aussi prouvé que nos domaines d’intérêt ne peuvent être le facteur décidant de notre carrière & que pour réussir, ce sont les compétences & la mentalité qui font la différence !

Au fond, la passion est un sentiment, & un sentiment peut changer ; il est arrivé à chacun d’entre nous d’être passionné par quelqu’un ou par un job à un moment, puis de cesser de l’être.

Bien sûr, il est bon de savoir qui on est, de connaître nos talents, et les choses qui ne nous conviendront pas, mais il est mauvais de vouloir d’abord créer sa vie en théorie dans sa tête.

Se coller une étiquette réduit nos opportunités, et chercher notre voie peut durer des années & nous bloquer, paralysant toute progression & nous obnubilant sur cette quête au point de nous faire rater des occasions intéressantes !

C’est pareil avec l’amour ; c’est en cherchant le (la) partenaire idéal(e), qu’on risque le plus de laisser passer celui (celle) qui nous conviendrait.

« Penser sert à agir (juste), & agir sert à penser (juste) » => On découvre le sens de sa vie en la vivant !

Les battants le disent : plus que la passion, il faut avoir une bonne & solide idée de business & être prêt à trimer dur pour en vivre. Ils savent, eux qui ont réussi, que le succès nourrit la passion, bien plus que l’inverse !

D’ailleurs, les banquiers ont une directive disant de ne pas prêter aux passionnés, mais aux ambitieux réalistes voulant créer une affaire.

J’ai parlé ailleurs du secret pour se motiver, qui est celui-ci : il ne faut pas d’abord se motiver pour commencer à travailler dans une branche, mais faire l’inverse ; s’y mettre, & alors, la motivation, la passion, grandira.

On veut se trouver une passion pour pouvoir la citer si quelqu’un (connaissance, recruteur, ..) nous interroge, car on craint que si on n’en a pas, on ne soit jugé comme peu ambitieux ou inintéressant.

Mais si on cherche en soi & qu’on ne trouve pas trace de passion, sachons ceci ; au fond, la passion n’est que la pleine force de notre attention & de notre énergie, que l’on donne à ce qui se trouve devant nous !

Il faut savoir vers où on veut aller, ce que l’on veut être, avoir & faire, mais en même temps, ne pas trop rétrécir notre vision, rester ouvert pour pouvoir saisir ce qui se présente – passion ou non ; car si on attend que la passion apparaisse, on risque d’attendre longtemps. Alors, au lieu d’attendre cela, passez votre temps & votre attention à chercher des problèmes et une solution que vous pourriez offrir.

En fait, on ne doit pas « suivre notre passion » ; c’est notre passion qui doit nous suivre !

Par conséquent, au lieu de gaspiller votre temps à la chercher, cherchez à apporter votre contribution au monde ; à être utile & généreux – c’est là que vous aurez une vie épanouissante, faite de sens & de valeur.

“La vie, ce n’est pas se trouver ; c’est se créer » (George Bernard Shaw). Au lieu de suivre sa passion, il vaut donc mieux se focaliser sur un domaine ayant de la valeur ; quelque chose qui améliore le monde, qui aide les autres, qui répond à un besoin ou résoud un problème.

Martin Seligman a mené des études sur ce qui amenait vraiment l’épanouissement aux gens, & il a trouvé que c’était l’expertise (maîtriser à fond un sujet ou une discipline) & un sens (ou mission).

Conclusion :

Au lieu de chercher à faire ce qui nous passionne & attendre que le succès vienne, il faut inverser le raisonnement ; faire quelque chose de valeur, ce qui allumera la passion & une carrière épanouissante.

Cessez de vous morfondre en vous demandant lequel de vos intérêts est votre vraie vocation … Voici comment savoir où diriger vos pas :

  1. Exploration ; apprenez-en le plus possible sur le monde qui vous entoure, sur les autres & vous-même, et découvrez ce qui a de la valeur,
  2. Acquisition de compétences ; acquérez des compétences utiles (où il y a une demande) & devenez-y bon. Les choses que vous aimez faire, sont celles à viser, car ce sont celles-là auxquelles vous pouvez devenir expert,
  3. Résolution de problèmes urgents ; trouvez les problèmes sociaux les plus pressants (& négligés par les autres) & appliquez vos dons à les résoudre,
  4. Aide indirecte : tout le monde ne peut pas être un chercheur & découvrir le remède à une maladie, mais vous pouvez aider en trouvant de nouvelles techniques ou en répandant ces nouvelles, … Il suffit de trouver où vous pouvez utiliser vos compétences pour avoir le plus grand impact

Bref, l’altruisme « paie », à la fois pour réussir socialement, mais surtout parce que c’est bon pour la santé (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/11/16/la-bonte-est-bonne-pour-la-sante/ ) & que c’est la seule façon d’être satisfait et content de soi à la fin de notre vie.

Publicités

Réussir dans la carrière choisie

Par défaut

sauter-obstacles

Dans un article récent, j’écrivais qu’il faut trouver l’équilibre dans tous les domaines de notre vie – et j’en suis persuadée (https://bonheuretamour.wordpress.com/2017/02/10/la-dure-quete-dequilibre/ ).

Mais trouver tous ces équilibres internes ne suffit pas ; il faut aussi trouver un équilibre – sans doute le plus dur de tous – externe.

Il s’agit, en effet, de trouver la juste dose entre 2 ingrédients opposés ; entre poursuivre ou exprimer ce qu’on est vraiment ou ce qu’on veut exprimer, ou se résigner à ne pas l’exprimer et, au lieu de ça, se conformer à ce que les autres attendent de nous.

Car il y a généralement un abîme entre ce que l’on est vraiment ou ce qu l’on veut vraiment, et ce que la société ou la famille veut qu’on soit.

Et ce délicat dosage dépendra énormément de nos forces physiques & mentales (il peut donc varier suivant les moments de notre vie).

Vous voulez certainement une vie équilibrée, mais souvenez-vous qu’« équilibre » ne signifie pas « moyen terme » ou « juste milieu » –  et sûrement pas dans le domaine professionnel.

La poursuite de notre but de carrière exigera une grosse portion de notre vie ; là, il faut se baser sur le conte des cailloux (voir http://www.bonheuretamour.com/2014/03/16/pour-une-vie-meilleure-optimisez-votre-temps/ ) ; c-à-d que ce domaine demande qu’on lui donne la priorité – entendez « la plus grosse part de notre temps & énergie » …

Je ne vous founirai pas une définition « standard » du succès – puisque ce mot a un sens différent pour chacun – ou ne vous enjoindrai pas de devenir un champion dans une discipline, mais si vous voulez vraiment réussir dans une branche, il vous faudra découvrir quelle est LA chose unique que vous voulez faire, et ensuite vous focaliser sur cela & sur rien d’autre – en tout cas, rien d’aussi important.

Car si vous vous attaquez à un tas de choses en même temps, vous n’arriverez à rien. Tout le monde ne dispose que de 24 heures par jour et d’une quantité limitée de volonté – alors, si on vise le succès, il n’y a pas de place pour 10, ni même 5, ni même 2 choses différentes !

« Qui court 2 lièvres à la fois, n’en attrape aucun », dit très justement un proverbe.
Ou alors, même si vous arrivez à obtenir un résultat en diverses branches, vous serez médiocre en tout – or, des médiocres, il y en a a la pelle, et donc, vous ne réussirez pas à percer si vous restez à ce niveau-là… ce qui vous conduira à une vie mediocre.

Les gens qui ont réussi dans leur carrière se sont concentrés sur le seul domaine qu’ils ont choisi, qu’ils aimaient & pour lequel ils étaient doués – Et c’est déjà bien assez dur ainsi !

Bien sûr, le terme « réussir » est un concept tout à fait personnel – rappelons-nous de Diogène, qui ne voulait rien de plus que son tonneau & la lumière du soleil – mais pour connaître ce qu’on nomme « succès », il faut se focaliser sur notre seul domaine d’excellence.

Il faut d’abord pouvoir répondre à la question : « qu’est ce que je veux exactement ? » – Quelle est votre « talent unique » ?

Ceci est la question-clé ; votre « gros caillou ».

Etes-vous un Monet, qui veut peindre des tableaux fantastiques ? Ou un Gordon Ramsay, qui veut régaler les gens avec ses plats créatifs ? Ou un Bjorn Borg, qui veut être un as en tennis ? Ou un Mozart, qui veut composer des symphonies géniales ?

Alors, vous savez que vous devez laisser tomber les autres disciplines et vous concentrer sur celle-la.

Mozart n’a pas réussi dans la musique parce qu’il avait équilibré tous les domaines de sa vie. Il ne s’est pas levé à 5 heures (comme on nous le conseille partout) pour méditer durant une heure au lever, puis été faire 1 heure de footing au parc, puis pris encore une heure pour préparer un petit déjeuner équilibré, etc. avant de se mettre à son travail musical. Non ; il travaillait sa musique de son lever jusqu’à son coucher, et tout le reste (soins du corps, sport, relations, …) passait au second plan.

Et en plus, Mozart n’a pas dû chercher son talent ; il a eu la chance que sa famille en était une de musiciens – il a eu plus facile que, par ex, Molière, dont la famille en était une de tapissiers du Roi – mais même ainsi, il a dû trimer pour connaître le succès.

 

Alors, si vous voulez atteindre le succès dans votre carrière, faites comme lui !

Proximus, ou l’incompétence & le mépris du client

Par défaut

La 1ère chose à savoir sur Proximus ; dès que vous leur commandez une ligne fixe, ils vendent ce N° à des firmes commerciales … c’est ainsi que, depuis 2 ans que j’en avais une, j’ai été quasi quotidiennement emmerdée par des télévendeurs !

Donc, non seulement ils sont les plus chers (& on peut dire qu’on paie le prix d’une Rolls pour une caisse à savon, puisque leur service est défectueux), mais en plus ils se font du fric sur le dos des clients, au mépris de leur qualité de vie !

J’envoie, ce 2/12, un mail fâché à Proximus (télécom belge) :

Je ne vous salue pas !

Durant ces 9 mois, malgré quelques interruptions de la télé, tout a marché convenablement (sauf les appels publicitaires quotidiens), ce qui est un vrai miracle.

Ce soir, l’internet me lâche out of the blue ; plus de wifi, et toutes mes tentatives pour me reconnecter (vérifier que tout est bien branché, revérifier le wireless key pour être sûre de taper le bon…) échouent.

Je perds 20 minutes avec un crabe de leur service technique (qui me fait placer mon PC près de la B-box) et me prend pour une débile en m’enjoignant de demander à mon fils de retaper le code (wireless key)!!!

Comme ça ne marche toujours pas (confirmant le dicton « le con ne perd pas son temps, il perd celui des autres ! »), je vais à votre boutique d’Enghien … mais le nouvel employé n’est (& de loin) pas aussi serviable que le précédent & me recommande de rappeler le service technique !

Je rappelle donc… Le technicien – après m’avoir fait fermer la télé & le PC, et appuyer avec un trombone sur le reset) réussit à reconnecter le wifi… durant 10 secondes ! Et, juste comme je le lui signale, on est coupés (22 min. de plus de perdues !).

Bien sûr, j’ai beau retaper le code, c’est toujours refusé ! Et ça ne peut pas être mon laptop – qui est neuf.

Ca m’ennuie d’autant plus que j’ai un site web et reçois pas mal de courrier de mes lecteurs…

J’ai appelé 2 fois, et on m’a fait faire un tas d’opérations vaines, au risque d’attraper un cancer du cerveau ; 45 minutes au gsm, & toujours contre la même oreille (la droite étant sourde suite à un AVC), n’est pas bon pour ma santé. C’est pour ça que je n’ai pas rappelé votre service une 3ème fois.

En désespoir de cause, j’ai attendu le lendemain et été chez porter mon PC chez Web Services. En UNE MINUTE, le problème était réglé : le gérant m’a informé que, juste pour ce code, le clavier est qwerty & non azerty et que donc, il fallait remplacer les 2 « A » contenus dans mon code (wireless key) par 2 « Q » – cette info toute simple , mais apparemment inconnue chez Proximus, m’a fait perdre 20 heures et 10€ ! …

Et bien sûr, vos employés ne pouvaient pas me le dire ! Sont-ils seulement formés en informatique ? J’en doute !!! Au lieu de me mépriser en me demandant de faire taper le code par mon fils, ils feraient mieux de voir la poutre dans leur oeil au lieu de regarder la paille dans l’oeil des autres !

C’est la goutte qui fait déborder le vase ! Je n’ai  ni temps, ni argent, ni énergie à gaspiller ! Or, depuis 2 ans que je suis cliente chez Proximus, j’ai eu plusieurs dizaines de pannes – c-à-d que je paie cher (3 x plus cher que ce que je payais chez Telenet ! – 115€/mois en moyenne, contre 34€ chez Telenet) pour un service pourri !

Lors de l’appel du 14/03/’16, une employée plus honnête que les autres m’avait avoué que les pannes sont dues au fait que le système n’est pas au point, que le modem ne « suit » pas les mises à jour du système (!) – > ceci ( = vendre un service non-opérationnel) est inacceptable ! C’est du vol ! – et surtout quand on voit les prix pratiqués chez Proximus !

Dès que je pourrai, je mettrai fin à tout contrat que j’ai chez vous – & je compte bien ne plus jamais faire partie des pigeons que vous arnaquez aussi effrontément !

Rien à vous,

Conclusion : ils m’envoient un mail m’informant que ma plainte est clôturée.

Suite : mon mail du 7/12 :

Les CONNERIES continuent, à ce que je vois !

Je vous ai envoyé une plainte le 2/12.

Le lendemain – 3/12 – je vais à la boutique Proximus pour : 1) signaler que nos 2 abonnements gsm sont passés chez Base et 2) d’annuler mon abonnement au téléphone fixe.
L’employé me dit que c’est ok, que mon fixe sera désactivé dans les heures qui suivent.

Or, hier soir – 6/12 – ce téléphone sonne vers 22 h (appel d’une amie, ayant duré 1h).

=> ???

On voit ici, une fois de plus, votre incompétence !

J’EXIGE qu’au lieu de fainéanter comme d’habitude, vous annuliez immédiatement mon abonnement téléphonie fixe, ok ?

Notez, il semble que ce soit un certain Anthony D. qui s’occupe de mon dossier.

Or, quand on regarde son profil Facebook (voir photo ci-dessous), on comprend mieux pourquoi ça ne va pas…

Je voudrais, par conséquent, être servie – car je suis une CLIENTE, ne l’oubliez pas ! – par des employés sobres & non par des soulôts & des fêtards feignants – & peut-être aussi, néerlandophones comprenant à peine le français ou extrémiste anti-francophone …

Une minute après, j’ai un appel – sur ce même téléphone fixe supposé être annulé depuis 4 jours – pour me passer le service commercial. On me transfère & j’attends plusieurs minutes (en devant subir leur agaçante musiquette)…

J’ai fini par raccrocher. Je n’ai pas à poireauter dans l’espoir qu’un de ces feignants veuille bien décrocher… si tant est que ça arrive un jour !!

Les photos Fb de cet employé lui vaudraient un renvoi immédiat dans n’importe quelle firme privée… mais pas dans le (si mal nommé) « service public »; là, il ne risque rien ! Ce sont les clients qui trinquent !

Je devrai donc retourner à la boutique pour demander la clôture du téléphone (encore du temps perdu !).

Mais je vous préviens ; quand on se fiche de moi, je ne pleurniche pas ; j’agis. Je tente alors d’informer les autres, pour qu’ils ne tombent pas dans le même panneau…

 

 

 

 

15 synchronicités

Par défaut

Time...J’avais été frappée par l’histoire (lue dans « Bouillon de Poulet pour l’Ame », je crois) de 2 enfants qui avaient chacun ramassé une moitié de coquillage sur une plage et qui, 20 ans après, se rencontrent et se marient. Or, un jour qu’ils parlent de leur enfance, ils mentionnent ce fait, et qu’ils ont chacun gardé le morceau de coquillage. Et, approchant les 2 morceaux l’un de l’autre, ils constatent avec stupéfaction que les 2 parties s’emboitaient parfaitement et qu’en fait, chacun avait ramassé & gardé la moitié d’un même coquillage !

Voici quelques autres synchronicités (car il n’y a pas de coïncidences) étranges :

– En 1883, un Texan nommé Henri Ziegland abandonna une jeune fille, qui se tua de désespoir. Fou de colère, le frère de la jeune fille alla chez Ziegland, le trouva dans son jardin et lui tira dessus, avant de se suicider. Mais la balle ne fit qu’effleurer Henri Ziegland et alla se planter dans un arbre derrière lui. 20 ans plus tard, en 1913, le Texan décida d’abattre l’arbre en question et, ne voulant pas se fatiguer, le fit sauter à la dynamite. L’explosion expulsa la balle de l’arbre ; elle en sortit comme un boulet & vint se loger dans la tête d’Henri Ziegland, qui mourut sur le coup.

– En 1829, la goélette Mermaid fut prise dans une tempête au large de l’Australie. Ayant heurté des récifs, elle coula. Heureusement, tous les passagers purent nager jusqu’à la côte. Ils attendirent là 2 jours, jusqu’à ce qu’un bateau, le Swiftsure, voie leurs signaux de détresse & vienne les recueillir. Hélas, après 5 jours, ce vaisseau vint s’échouer sur une plage. Là aussi, tous les passagers survécurent, un autre vaisseau – le Gouverneur Ready – vit rapidement leurs signaux de détresse & les recueillit tous à son bord. Mais quelques heures plus tard, un grave incendie se déclara, en sorte que les passagers durent abandonner le navire & se réfugier dans des canots. Mais très vite, le Comet, un navire dérouté par une tempête, passa par là, les vit & les recueillit… Tout alla bien durant 4 jours, puis, une tempête survint, brisant le mât du Comet. Ses marins, voyant que les passagers & marins des 3 autres désastres semblaient porter la poisse, embarquèrent dans l’unique canot de sauvetage, laissant les autres tenter de se sauver sur des radeaux de fortune.

Tous passèrent une nuit affreuse, dans une mer démontée & infestée de requins, mais au matin, le Jupiter passa par là & les recueillit tous. 2 jours après, ce navire s’éventrait sur un écueil… mais heureusement, en vue du paquebot City of Leeds, qui – vous vous en doutez – recueillit tous les naufragés à son bord. Sur ce paquebot, qui naviguait de Londres à l’Australie, se trouvait une vieille dame, qui faisait le voyage pour tenter de retrouver son fils, disparu depuis 10 ans. La tristesse l’avait rendue malade, mourante même et elle appelait son fils sans arrêt. Le médecin, apitoyé & voulant adoucir sa fin, chercha sur le bateau un homme qui ressemblerait à son fils. Il en repéra un qui semblait parfait pour le rôle et lui demanda de venir au chevet de cette dame, qui s’appelait Sarah Richley. L’homme faillit s’évanouir ; il s’appelait Peter Richley, et la dame était sa mère ! En retrouvant son fils, la dame se remit. Le docteur avait trouvé le seul remède qui pouvait la ramener à la vie ! Mais surtout, que d’incroyables coïncidences, pour que Peter Richley se retrouve finalement sur le paquebot City of Leeds !

– Bruce Lee, acteur & champion d’arts martiaux, est mort en ’73 dans des circonstances mystérieuses. Mais l’étonnant est que peu avant sa mort, il avait sorti un film « Enter the Dragon », où le héros est un acteur qui est tué parce qu’on a remplacé un faux révolver par un vrai…20 ans plus tard, son fils Brandon meurt dans une scène, tué par un vrai révolver supposé être un faux…

– Le 25 novembre 1911, 3 condamnés à mort furent pendus pour l’assassinat, dans sa résidence de Greenberry Hill, de Sir Edmond Berry Godfrey. Or, ces 3 assassins se nommaient Green, Berry & Hill !

– En 1899, un homme se tient debout dans son jardin à Taranto, en Italie. L’orage gronde et l’homme est foudroyé par un éclair. Il y laisse la vie. 30 ans plus tard, son fils est tué dans le même coin du jardin, par un éclair. 20 ans après, en 1949, son fils à lui (& petit-fils du 1er) fut aussi foudroyé dans ce jardin & en mourut.

– En 2002 en Finlande, 2 jumeaux, âgés de 70 ans, se sont fait écraser sur la même route, à 2 heures d’intervalle. Le 1er roulait à vélo & tentait de traverser, lorsqu’il fut heurté par un camion. Le 2ème fit la même tentative sur la même route un peu plus loin, et se fit aussi mortellement heurter par un camion.

– Voici comment un homme perdit l’oreille ; un jour, en cassant du bois, un morceau fut projeté en l’air & vint se planter derrière son oreille droite. Un bon pansement arrangea la chose, ne laissant qu’une petite trace. Mais quelques semaines plus tard, portant une fourche sur l’épaule, il trébucha, et la fourche vint se planter juste au même endroit que le morceau de bois. Cette fois, la blessure était plus grave & la guérison prit plus de temps. Il venait d’enfin ôter le pansement quand, se baissant pour ramasser quelque chose près d’une poule, elle l’attaqua, le piquant de son bec pointu, juste au même endroit que les 2 fois précédentes ; là, il fallut amputer l’oreille.

– L’acteur James Dean fut tué dans un accident de voiture le 30/09/1955. Après sa mort, la voiture, une Porsche 550 Spyder, fut ôtée des lieux par une dépanneuse, et, durant le trajet vers le garage, le moteur s’en échappa et tomba sur un mécanicien, le tuant net. Comme certaines pièces pouvaient encore servir, elles furent vendues à des particuliers ; par ex, le moteur, à un docteur, qui mourut peu après d’un accident. Un autre homme, qui en avait pris la transmission, mourut de la même façon. Un autre ayant acheté les pneus (pourtant quasi neufs), en a vu 2 exploser en même temps, ce qui a causé un accident où il fut blessé. Un gars avait acquis le capot arrière de la Porsche & l’avait suspendu au-dessus d’une porte ; ce capot s’est détaché, tombant sur un enfant & le blessant grièvement. Le garage ayant réparé la Porsche fut détruit par un incendie. Plus tard, la voiture fut exposée à Sacramento, mais tomba de son support, brisant la hanche d’un jeune homme. Ensuite, dans l’Oregon, elle glissa du camion où elle était, causant un accident… & la mort du chauffeur.

Lors d’une expo à New Orleans, en 1959, elle se déglingua soudain en 11 morceaux, sans aucune raison.

Enfin, en 1960, on rassembla les restes de la voiture dans un camion pour les mettre à la casse, mais ils s’y volatilisèrent mystérieusement ; à l’arrivée au centre de recyclage, le camion – bien que fermé & sans trace d’effraction – était vide… Il se dit que cette voiture, qui a causé plus de 10 accidents graves, serait envoûtée, & qu’une femme plaquée est la cause de cette malédiction. Ses amis Nick Adams & George Barris avaient pourtant dit à James Dean qu’elle les mettait mal à l’aise, Ursula Andress avait refusé d’y monter & Alec Guiness lui avait même prédit qu’elle le tuerait !

– Au printemps de 1958, 2 jeunes mariés, Mr & Mme Donald P. Sullivan débarquèrent dans l’hôtel de Miami où ils voulaient passer leur lune de miel. Coïncidence étrange ; le même jour, un autre couple de jeunes mariés portant exactement le même nom arrivait dans le même but dans le même hôtel.

-En 1660, un bateau coula dans les Dover Straits. Le seul marin qui survécut s’appelait Hugh Williams. En 1767, un autre navire coula dans cette zone et, une fois de plus, un Hugh Williams fut le seul survivant. En 1820, un bateau chavira, entraînant la mort de tous les matelots… sauf un certain Hugh Williams. Et en 1940, un bateau fut coulé par une mine allemande ; tous moururent, sauf 1 homme & son neveu, nommés tous 2 (vous l’aurez deviné) Hugh Williams.

– Durant la Guerre de récession, un groupe de prisonniers nordistes fut transféré par train vers le ghetto de Salisbury, en Caroline de Nord. Beverly Tucker, l’un des gardiens, surveillait des prisonniers qui avaient parlé durant tout le trajet dans une langue étrange. En fait, ils planifiaient leur évasion, certains que personne ne comprendrait leur patois suisse. Donc, quand le train a stoppé, ils ont tenté leur chance, mais se sont retrouvés entourés par les gardes en armes, car – par manque de chance – Beverly Tucker avait justement fait ses études en Suisse, dans la région où l’on parlait ce dialecte…

– Dans les années ’50, George D. Bryson, en voyage d’affaires, réserva une chambre à l’hôtel Brown, à Louisville. On lui donna la N° 307. L’employée lui tendit alors une lettre adressée à Mr George D. Bryson, hôtel Brown, chambre 307. Seulement, la lettre n’était pas pour lui, mais pour l’occupant précédent de cette chambre, qui venait de partir, et portait le même nom que lui !

– Le roi Umberto Ier d’Italie se rendit un jour au restaurant, et il se trouve que le restaurateur lui ressemblait comme 2 gouttes d’eau. Il engagea la conversation avec lui et découvrit que l’homme s’appelait également Umberto, que tous 2 étaient nés dans la même ville, le même jour de la même année, que leur épouse à tous 2 s’appelait Margherita et qu’ils commencèrent leur carrière le même jour.

Le lendemain, 29 juillet 1900, on avertit le roi Umberto que son « jumeau cosmique » venait de mourir d’un mystérieux accident de tir. Au même moment, un anarchiste tira sur le roi, le tuant net.

Le 13 Février 1746, un certain Jean-Marie Dubarry fut exécuté pour le meurtre de son père. Or, exactement 100 ans plus tard, le 13 Février 1846, un autre homme fut exécuté, lui aussi pour avoir tué son père. Son nom ? Jean-Marie Dubarry.

Citations de Lee Iacocca

Par défaut

lee iacocca

Mon père disait toujours que lorsqu’on meurt, si on a 5 vrais amis, alors on a eu une belle vie.

Peu importe ce que vous avez fait pour vous-même ou pour l’humanité, si vous ne pouvez regarder en arrière et voir que vous avez donné de l’amour et de l’attention à votre propre famille, qu’est-ce que vous avez réellement accompli ?

La seule pierre que je sais qui reste stable, la seule institution que je sais qui fonctionne, est la famille.

La capacité de se concentrer et d’utiliser votre temps est tout.

Ne vous reposez jamais sur vos lauriers quand vous êtes devenu patron. Si vous le faites, l’ensemble de l’entreprise commence à couler.

La discipline d’écrire quelque chose est la première étape vers sa réalisation.

L’astuce consiste à vous assurer que vous ne mourrez pas en attendant la prospérité à venir.

J’ai oublié de serrer des mains et d’être amical. Ce fut une leçon importante sur le leadership.

Si vous voulez faire un bon usage de votre temps, vous devez savoir ce qui est le plus important et lui donner tout ce que vous avez.

Chaque entreprise et chaque produit a des risques. On ne peut pas y échapper.

La plus grande découverte de ma génération est que les êtres humains peuvent modifier leur vie en modifiant leur attitude mentale.

En période de grand stress ou d’adversité, il est toujours préférable de se garder occupé, de labourer votre colère et votre énergie dans quelque chose de positif.

Alors que faisons-nous ? N’importe quoi. Quelque chose. Tant que nous ne restez pas là. Si on le rate, recommencer. Essayer autre chose. Si nous attendons jusqu’à ce que nous ayons éliminé toutes les incertitudes, il peut être trop tard.

J’ai trouvé que l’honnêteté est la meilleure technique que je peux utiliser. Directement, dites aux gens ce que vous essayez d’accomplir et ce que vous êtes prêt à sacrifier pour l’accomplir.

Un problème partagé est un problème réduit de moitié.

Parlez aux gens dans leur propre langue. Si vous le faites bien, ils se diront « mon Dieu, il a dit exactement ce que je pensais.  » Et quand ils commencent à vous respecter, ils vous suivront jusqu’à la mort.

Nous sommes continuellement confrontés à de grandes opportunités brillamment déguisées en problèmes insolubles.

La chose qui est à la base d’un changement positif, à mon avis, est le service à un autre être humain.

Vous pouvez avoir de brillantes idées, mais si vous ne pouvez les faire connaître, vos idées ne vous mèneront nulle part.

Dans une société tout à fait rationnelle, les meilleurs d’entre nous seraient des enseignants et le reste d’entre nous devraient se contenter d’autre chose.

Les mecs, il n’y a pas pas de repas gratuits dans ce pays. Et nallez pas passer toute votre vie à vous plaindre qu’on vous a traité injustement. Vous devez vous dire, « je pense que si je continue à travailler à cela et que je le veux assez fort, je peux l’avoir. » Ca s’appelle la persévérance.

Pourquoi notre système de libre entreprise est-il si fort ? Pas parce qu’il est immobile, figé dans le passé, mais parce qu’il s’est toujours adapté à des réalités changeantes.

Appliquez-vous. Faites toutes les études que vous pouvez, mais, par Dieu, faites quelque chose. Ne restez pas là, faites que ça se concrétise.

Le management n’est rien de plus que de motiver d’autres personnes.

Lorsque le produit est bon, vous ne devez pas être un grand publiciste.

Base d’une relation solide & heureuse

Par défaut

la Belle & la Bête J’aimerais traiter de la nature spirituelle de l’amour, dont trop peu de gens sont conscients. Oui ; rares sont ceux qui savent que le coeur de toute relation est spirituel.

Ceci est splendidement illustré dans le vieux conte (c’est d’ailleurs mon conte préféré) de « La Belle & la Bête » de Mme Leprince de Beaumont (le VRAI conte, pas le dessin animé niais & vulgaire qui en fut tiré).

A la fin du conte, la fée conclut : « venez recevoir la récompense de votre bon choix : vous avez préféré la vertu à la beauté et à l’esprit, vous méritez de trouver toutes ces qualités réunies en une même personne » , signifiant par là que pour choisir un partenaire amoureux, il faut ne tenir compte QUE de l’âme, et que baser son choix sur l’intelligence ou la beauté corporelle, n’amène que des malheurs (comme on le voit avec le mariage des 2 soeurs de la Belle).

Le conte de Riquet à la Houppe, pour qui n’existent que le corps & l’esprit, nous égare sur une mauvaise voie.

Pour en revenir au réel, les gens disent souvent : « J’aime comment il (elle) me fait me sentir » ou « cette personne me fait me sentir de telle ou telle façon », mais ils ne se demandent pas d’où ça vient.

En essence, chacun de nous est, sous une forme matérielle (de chair), une boule d’énergie – et ce corps contient une énergie qui nous est propre, unique ; notre âme.

Alors, quand on rencontre quelqu’un, notre énergie interagit avec la sienne et ça nous fait ressentir une attraction ou de la répulsion. Cela dépend si les 2 énergies sont en phase l’une avec l’autre, ou pas.

Lorsque l’énergie entre eux s’accorde, ces 2 personnes veulent se fréquenter. Le problème, c’est que beaucoup d’entre nous avons des attachements psychologiques ; notre énergie compte divers niveaux profondément enfouis

J’en ai parlé ici (entre autres) ; http://www.bonheuretamour.com/2013/11/24/cessez-de-vous-faire-du-mal/ ;

– ces liens constituent notre tendance inconsciente de rechercher des êtres ou des situations nuisibles, qui nous rendent malheureux(se) ou plutôt, nous replongent dans l’émotion et les sensations ayant baigné notre enfance – et s’étant imprimées dans chacune de nos cellules (je suis persuadée que cela ne concerne pas que notre cerveau).

Par suite, nous posons inconsciemment toujours des actes qui auront pour effet de nous rendre malade ou malheureux – on est donc psychologiquement attaché(e) à du négatif.

Et en plus, cela se renforce : de bonne vibrations (tout, .. dans cet Univers, est de nature vibratoire) nous attirent plus de positif, et de mauvaises vibrations nous attirent toujours plus de négatif (…) quand on a ce genre de fixation négative, on est à la merci de quelque chose de plus puissant que nous, d’une force maléfique ne nous laissant aucun contrôle sur nos actes ou sentiments. Ce sont ces liens qui nous poussent à nous saboter ; à faire rater tout ce qui pourrait assouvir nos besoins et nous rendre heureux et en bonne santé.

(…) les choses sont plus complexes et « tordues » que ce que je viens de dire : en se mettant dans des situations « impossibles » et vu que l’on possède des mécanismes auto-réparateurs, on revit les – familières – situations d’antan et leurs sensations négatives (peur, impuissance, révolte, tristesse), ce qui nous place ainsi (inconsciemment) dans LA « position » adéquate pour guérir la situation douloureuse et les émotions négatives qui y sont liées… Bien sûr, hélas, comme on a choisi une partie adverse (personne ou situation) immuable, cela ne PEUT pas guérir ainsi… Mais on s’y enfonce, et on recommence, encore et encore… d’une part, pour enfin apurer cette situation et ces émotions malsaines, et d’autre part, pour revivre cette situation et émotions malsaines…  (le familier étant rassurant).

(…) Quelque chose que notre inconscient – qui, comme tout en nous, veut notre bien – nous poussera toujours à revivre et ré-éprouver ces sensations familières (par des manœuvres ouvertes ou subtiles).  Toujours, l’ex-enfant malmené, est poussé à revenir à cet état négatif, car il ne connaît rien d’autre…

Vous êtes alors toujours tiraillé(e) entre votre désir conscient d’être heureux(se) et celui, inconscient, d’être malheureux(se)… Et c’est bien entendu ce dernier qui gagne ! Voilà pourquoi vous avez une vie misérable !

ou ici : http://www.bonheuretamour.com/2013/11/23/cles-pour-y-voir-plus-clair-dans-votre-vie/ ;

Si ce côté sombre vous fait sans cesse du mal, c’est en fait parce qu’il souffre de désinformation et donc, de besoins pervertis, nuisibles.

notre côté sombre est fait de fixations psychologiques négatives (voir :http://bonheuretamour.com/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-et-nous-aussi/ ). (…)

Ce sont elles qui vous forcent à revenir sans cesse à l’état – familier pour vous – de peur et de douleur, et qui  vous empêchent de vous sentir fort, sûr(e) de vous, équilibré(e) et sain d’esprit… En effet, ces fixations s’expriment via la peur, le rejet, l’échec, la trahison, l’humiliation, et la dévalorisation… Bref, ce côté sombre a BESOIN de s’exprimer via la négativité ; c-à-d des pensées, sentiments, actes et personnes négatives.

Et comme (à cause de vos gènes et de votre histoire familiale) c’est ce côté qui a le pouvoir, vous vous accrochez frénétiquement à la négativité – et vous l’exprimez en en produisant sans cesse dans votre esprit, et en attirant (puis gardant) des êtres négatifs dans votre vie.

Pour faire disparaître ce côté sombre, il faut en 1er lieu comprendre qu’il est là, tapi en nous, puis, creuser pour découvrir de quelle nature il est, et enfin, le « ré-entraîner » autrement.(…) C’est votre côté obscur (vos fixations) qui a le contrôle – et qui n’entend pas le lâcher .

Comme on est inconscient de ce démon saboteur en soi, on suit son instinct et… on se retrouve avec la mauvaise personne !

Quand on réfléchit à nos relations foireuses d’avant, il y a souvent un schéma. Lorsque vous les considérez sous l’aspect spirituel, et à quel point il était absent, vous comprenez que ça ne pouvait qu’échouer ; certain(e)s partenaires potentiel(le)s vous avaient charmée par leur esprit ou leur corps, mais toujours, quelque chose manquait ou allait de travers, et les émotions n’étaient pas positives… ce qui, bien sûr, a mené au désamour & à la rupture.

On est parfois étonné d’entendre l’histoire de couples bien assortis physiquement & mentalement, et qui ont craqué… En fait, c’est parce que leurs niveaux de conscience ou d’âme étaient différents & incompatibles.

On sait que, si le niveau de conscience de 2 personnes est trop différent, la communication sera pervertie ; chacun réagit, non à ce que dit ou fait l’autre, mais à la différence de niveau…

L’âme de chaque partenaire doit être pareille & compatible (se complétant harmonieusement pour que ça « colle » entre eux). Ca fait beaucoup… Pas étonnant que tant de couples aillent mal !

Il est donc essentiel d’identifier le niveau de conscience de soi & des êtres que l’on fréquente.

Ce n’est que quand on sait clairement qui l’on est, que l’on peut déterminer ce qu’on recherche en relation et le genre de partenaire qui pourra nous l’apporter – c-à-d quelqu’un répondant à notre énergie (étant entendu qu’on a également quelque chose d’équivalent à lui apporter).

Malheureusement, pris par l’atmosphère romanesque, la plupart d’entre nous ne prennent pas le temps de connaître le « fond » de leur partenaire.

On sort avec des gens sans réfléchir à comment il(elle) va nous affecter, et sans but réel, juste en se laissant aller à nos rêves & désirs – et puis, comme ça tourne mal, on tente « d’arranger les bidons »…mais ça ne peut pas marcher ; c’est à la base (au moment du choix) qu’il fallait être plus conscient.

Donc, avant de songer à nouer des liens avec autrui, entrez en lien avec vous-même, & débrouillez-vous pour être un individu autonome, sachant ce qui compte pour lui(elle) dans une relation et surtout, tenez compte du niveau de conscience, car l’énergie est puissante et a d’énormes effets sur les gens (pour en savoir plus à ce sujet, voir l’échelle des niveaux de conscience, de D. Hawkins).

 Niv.consc.

Ce n’est que quand vous avez travaillé dur pour détecter & soigner votre programmation datant de l’enfance, et pour guérir vos blessures, que vous pouvez songer à l’amour – mais à l’amour avec la bonne personne !
Il faut, quand on rencontre quelqu’un, faire très attention à l’énergie qu’il(elle) dégage. Si l’autre n’a pas fait ce travail sur soi et garde des « bagages en excès » ou des « trous noirs » datant de l’enfance, ou que son énergie en est une d’avidité & non de don, il vaut mieux cesser de le (la) voir.

Vous ne pouvez pas remplir les Trous Noirs d’une autre personne. Rester autour de ces sortes de gens vous videra de votre énergie. Ce qui est bon pour vous, c’est de vibrer et « résonner » avec quelqu’un qui soit au même niveau.

Maintenant que vous connaissez les malheurs & la perte de temps amené par un amour « romanesque » mais sans identité profonde, vous en tiendrez compte dans vos choix futurs – car de mauvais choix, s’ils coulent de source et semblent plus « naturels », vous coûteront cher en temps & en énergie ( = en Vie) gaspillés en vain !

Les messages Facebook

Par défaut

homme & coeurFacebook, comme vous le savez, est international … ça se voit dans les posts, et dans les messages qu’on reçoit ! Je vous ai copié-collé un échantillon (petit !) de ce que je reçois en quelques jours..

Je reçois 4 à 11 demandes de contact par jour, j’accepte par habitude, & les messages commencent dans les minutes qui suivent…

Je ne devrais pas répondre, mais, tout en voulant décourager les losers, je veux être courtoise – donc, je tente de les décourager en me posant en femme glaciale & intéressée, mais ça ne marche pas.

Au vu de mes efforts dans les langues du globe (en anglais – même très approximatif-, mais aussi en italien, en turc, en allemand, en arabe, en farsi), j’estime que j’ai du mérite.

Bien sûr, dès qu’ils commencent à me « pousser la chansonnette » (grandes déclarations enflammées, photos de roses, émoticones avec de grands coeurs ou cochonneries), je les bloque …

J’avais déjà écrit un article à ce sujet il y a quelques jours (https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/31/suis-je-fachee/ ) et un autre sur un gars collant (https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/07/14/lhomme-qui-bee-dadmiration-devant-une-femme/ ), mais là, ce sera du vécu …Ceux qui liront ceci pourront apercevoir toute votre bêtise, votre irrespect d’autrui & votre saleté !

Voici ces ennuyeux messages – qui confirment une fois de plus que « le con ne perd pas son temps, il perd celui des autres » (Frédéric Dard) :

Conversation démarrée 15 mars

  • Patrick Johnson15/03/2016 12:37Patrick Johnson

    hello pretty

    how are you doing ?

  • Bea de Laat15/03/2016 12:37Bea de Laat

    Fine

  • Patrick Johnson15/03/2016 12:38

    AM

    from Turkey

    but i work in Japan

    where are you from ?

  • Bea de Laat15/03/2016 12:40

    Belgium

  • Patrick Johnson15/03/2016 12:41

    you are beautiful

    are you single ?

    are you there ?

  • Bea de Laat15/03/2016 12:53

    I hope you have a translator, because you might need one … http://www.bonheuretamour.com/2013/08/26/lettre-a-ceux-qui-draguent-sur-les-reseaux-sociaux/ This is a post I wrote 3 years ago for that kind of case – when men (or rather losers) insulte me like this ! & of course, I ‘ll cancel our facebook link !

—————

22 mars

  • ساية كورد22/03/2016 11:17ساية كورد

    hi

  • Bea de Laat22/03/2016 11:18Bea de Laat

    hi

  • ساية كورد22/03/2016 11:19ساية كورد

    i kurdish

  • Bea de Laat22/03/2016 11:19Bea de Laat

    I’m Belgian

  • ساية كورد22/03/2016 11:19ساية كورد

    nice

    how old?

  • Bea de Laat22/03/2016 11:20Bea de Laat

    57

  • ساية كورد
  • 22/03/2016 11:20ساية كورد

    me 28

    • Bea de Laat 22/03/2016 11:20Bea de Laat
    • ساية كورد 22/03/2016 11:21ساية كورد

      you nice

    • Bea de Laat 22/03/2016 11:21Bea de Laat

      stop ! this is insulting !

    • ساية كورد 22/03/2016 11:22ساية كورد

      i work in club massage

    • Bea de Laat 22/03/2016 11:23Bea de Laat

      I’m a blogger. I’m on Facebook to promote my website

    • ساية كورد 22/03/2016 11:24ساية كورد
    • ساية كورد 22/03/2016 11:24ساية كورد

      i in club night

    • Bea de Laat 22/03/2016 11:30Bea de Laat

      ok

    • ساية كورد 22/03/2016 11:33ساية كورد

      i like porn club hahah

    • Bea de Laat 22/03/2016 11:34Bea de Laat

      Allah is generous and loves generosity, as he loves the noble attitude and repels the vile behavior. الله هو سخي ويحب الكرم، كما يحب الموقف النبيل

      Remember this before you think like a pig

    ———————-

    30 mars

    • Alperen Oguz 30/03/2016 21:49Alperen Oguz

      Neden

    • Bea de Laat 30/03/2016 21:50Bea de Laat

      bu mümkün değildir

    • Alperen Oguz 30/03/2016 21:50Alperen Oguz
    • Neden

      Türk ce biliyor sun demi

      • Bea de Laat30/03/2016 21:51Bea de Laat
      • Bea de Laat30/03/2016 21:51Bea de Laat

        Google Translate !

      • Alperen Oguz30/03/2016 21:52Alperen Oguz

        Ney bu simdi

      • Bea de Laat30/03/2016 21:53Bea de Laat

        ?

      • Alperen Oguz30/03/2016 21:57Alperen Oguz

        ?

      • Bea de Laat30/03/2016 21:57Bea de Laat

        İletişim imkansız. Google, yansıtmamaktadır Çevir

      • Alperen Oguz30/03/2016 22:00Alperen Oguz

        Çok güzelsin

        Ve cok tatlisin

      • Bea de Laat30/03/2016 22:02Bea de Laat

        Hayır. Ben 57 yaşındayım ve çok dindar değilim

      • Alperen Oguz30/03/2016 22:03Alperen Oguz

        Olsun çok güzelsin fark etmez canim

        Öptüm seni

      • Bea de Laat30/03/2016 22:10Bea de Laat

        unutmayın: « Allah, O aşağılık davranış nefret »

      • Alperen Oguz30/03/2016 22:10Alperen Oguz

        Evet

      • jeudi

      • Alperen Oguz31/03/2016 11:12Alperen Oguz

        Merhaba

        Güzel kiz

      • Bea de Laat31/03/2016 11:14Bea de Laat

        الله هو سخي ويحب الكرم، كما يحب الموقف النبيل ويصد السلوك الخسيس.

      ————————

      • Ojabugbe Ahwejevu05/04/2016 22:06Ojabugbe Ahwejevu

        The quality of a woman is in you when i saw your picture and profile i made up my mind it got to be you and as if i have found my missing wife. i really love you not for canal gratification but for intimacy. I will love to love more without kno reservation,see you as my destiny my world….

      • Bea de Laat05/04/2016 23:47Bea de Laat

        Haha ! You’ve got lots of humor

      ———————————————————–

      Conversation démarrée mardi

      • Salah Ranjavar05/04/2016 22:40Salah Ranjavar

        Guten abend

        Wie geht Es Dier

      • Bea de Laat05/04/2016 23:51Bea de Laat

        Ich spreche kein deutsch mehr… du sprichst kein englisch ?

      • Salah Ranjavar05/04/2016 23:52Salah Ranjavar

        Nein leider

      • Bea de Laat05/04/2016 23:54Bea de Laat

        Was willst du ? Ich bin auf Facebook um meine Website zu fördern und ich habe fast keine Zeit zu chatten.

      ————————————-

      C’est folklo ; il y en a même en français ! (pas + polis ou + malins que les autres, malheureusement)

      si j’en ai

      • Mly Smail Mazaoui28/03/2016 06:01Mly Smail Mazaoui

        Tu es tres lumineuse Madame

        Tu est belle

        Tu es occupée ?

      • Bea de Laat28/03/2016 06:05Bea de Laat

        Non ; choquée

      • Mly Smail Mazaoui28/03/2016 06:06Mly Smail Mazaoui

        Pourquoi ?

      • Bea de Laat28/03/2016 06:06Bea de Laat

        C’est insultant

      • 28/03/2016 06:07Mly Smail Mazaoui

        T es fâché lorsque j ai dit que tu es belle ?

      • 28/03/2016 06:08Bea de Laat

        oui. Qui ne le serait pas (à part une grue) ?

      • Mly Smail Mazaoui28/03/2016 06:09Mly Smail Mazaoui

        Tu habites seule ?

      • Bea de Laat28/03/2016 06:10
      • Bea de Laat

        avec mon fils & mon chat

        • Mly Smail Mazaoui28/03/2016 06:19Mly Smail Mazaoui

          Si tu veux venir je te promis qye tu va pas regretter et que rien du mal te touchera je serai toujours a ton côté même au lit si tu veux

          Tu veux pas répondre ?

        • Bea de Laat28/03/2016 06:22Bea de Laat

          si : stop !

        • Mly Smail Mazaoui28/03/2016 06:23Mly Smail Mazaoui

          Tu te fâche vite

          Cou cou

        • Bea de Laat28/03/2016 06:25Bea de Laat

          2 choses : 1) se rappeler de ceci : Allah est généreux et aime la générosité, comme il aime l’attitude noble et répugne les vils comportements. 2) http://www.bonheuretamour.com/2013/08/26/lettre-a-ceux-qui-draguent-sur-les-reseaux-sociaux/ Et bien entendu, je vais te bloquer

        ————————————-

        Conclusion : je répondais parce que j’estime qu’un humain normal ne doit pas mépriser les autres, et que je ne dois pas automatiquement prêter de mauvaises intentions aux hommes qui m’écrivent, mais là, la coupe est pleine ! Une moyenne de 4 à 7 hommes/jour, depuis 4 ans, qui me contactent ainsi pour rien (que leur sale esprit), ça suffit !

        Je vais cesser d’accepter tout le monde et de répondre systématiquement aux messages, car, même s’ils commencent bien ( = poliment), c’est une perte de temps (je n’ai rien en commun avec ces gugusses) et en plus, ils dérivent toujours vers autre chose…

        Je comprendrais encore si j’étais jeune (j’ai 57 ans) ou si je postais des photos « olé-olé ».. mais je ne poste que des articles ou des photos de mon chat ou des blagues, ou des citations (le plus souvent religieuses)…Alors, il faut vraiment être un vicieux à l’esprit perverti pour me draguer !

        Pour les femmes confrontées à un crampon, voici comment s’en débarrasser :

        http://www.bonheuretamour.com/2012/07/16/femme-comment-se-debarrasser-dun-crampon/

Suis-je fâchée ? !

Par défaut

pissenlit Ceci est, non un énième coupe de gueule, mais une petite mise au point qui, je l’espère, sera lue par ceux qu’elle concerne et qu’ils agiront en conséquence (= se soigner & cesser de m’écrire) : 

Le génial Frédéric Dard à écrit que « le con ne perd pas son temps ; il perd celui des autres », et je puis, chaque jour, vérifier à quel point il a raison !

J’en ai assez de tous ces messages privés merdiques que je reçois qui me font perdre un temps précieux

– Alors, voici ma réponse :

J’avais déjà fait une lettre-type pour répondre à tous ceux (plusieurs par jour) qui me contactent juste pour m’emmerder ; http://www.bonheuretamour.com/2013/08/26/lettre-a-ceux-qui-draguent-sur-les-reseaux-sociaux/ , mais il y a un autre aspect que je trouve à la fois étonnant & amusant : des gens m’écrivent  » tu es fâchée ? » ou « je crois que tu es furieuse contre moi » … Inconcevable ! Ces connards s’imaginent qu’ils ont assez d’importance pour moi que pour que je me fâche sur eux ?! Non – ce n’est vraiment pas le cas ! Et ça n’arrivera pas, même dans tes rêves les plus fous, andouille ! Je ne me préoccupe pas plus de tes âneries que d’une crotte qu’un oiseau lâcherait sur ma chaussure.

Si un extraterrestre arrivait sur terre, irait-il s’adresser à une mouche ? Non, il tenterait de parler à un humain (& encore !) Idem moi avec vous, ô arriérés de dragueurs.

Parfois, il m’arrive d’être fâchée sur mon chat, ou mon fils (les 2 seuls êtres qui comptent pour moi) mais c’est vraiment tout ! cf le dicton : « Si tu te fâches contre quelqu’un, il fera à jamais partie de ta vie » – &, parce que je viens de les accepter sur Facebook & que j’ai échangé 5 – 6 messages avec eux (par pure politesse), ils osent penser (voyez comme c’est réaliste !) que j’aurais envie & que je les aime assez que pour vouloir qu’ils fassent partie de ma vie ?

Ca ne tient pas debout … C’est tout juste grotesque .. mais surtout, pathétique ! Clairement, ce sont encore des « no-life » qui se bercent d’illusion sur leur importance et ont soif de validation. 

Ce genre d’individus ne m’intéresse pas – alors, adressez-vous ailleurs !

Bref, suis-je fâchée ? Non, mais agacée…

(version angl) :

The genial Frédéric Dard once wrote that « the idiot doesn’t lose his time ; he loses someone else’s time » & I get daily confirmations of how much he was right !

I’m fed up with all the BS private messages I get, & which are unnecessarily time-consuming – So, here’s my statement about them :

I already wrote a model letter, to send to all (several a day) who contact me just to bug me ; http://www.bonheuretamour.com/2013/08/26/lettre-a-ceux-qui-draguent-sur-les-reseaux-sociaux/ – but there’s another aspect, which I find both astonishing & amusing : people writing to me « are you cross ? » or  » I think you’re hyper on me now »… Unconceivable ! These morons really believe they’ve got enough importance to me as to become angry with them ! No ! It really isn’t the case ! It won’t happen, even in your wildest dreams, my dear !

In fact, I don’t worry about your bullshit more than if a bird crapped on my shoe.

If an alien landed on earth, would he try to discuss with a fly ? No, he’d look for humains (probably). Idem me with you flirty morons.

Sometimes I happen to be cross on my cat or my son (the only 2 beings I love) but that’s all ! Cf the proverb : « If you get angry on someone, he’ll be part of your life forever » – &, just because I just accepted them on Facebook & exchanged 5 – 6 messages with them (just for being polite), they dare to think (how realistic is THIS?!) that I’d love them enough to want them to be part of my life ? This doesn’t add up… it’s just plain stupid … but above all, pathetic !

These are obviously « no-life » people, who’re desperately seeking some importance & validation & live in delusion about themselves .. I’m not interested in such people – so move on !

In short, am I cross ? No, but I’m annoyed…

Comment le PN sait que sa proie est ferrée

Par défaut

merde Bon… Récapitulons les diverses étapes de la « relation avec un vampire :

1. Il a repéré une proie – c-à-d une personne qu’il sent comme vraie, vivante, aimante, gentille, généreuse, serviable, humble, empathique, riche d’émotions ( = le sang dont il a besoin pour rester à flot & ne pas se déglinguer complètement !),

2. il lui a fait son grand numéro de charme ; celui où il est époustouflé par votre charme, votre talent, votre beauté ou votre force, votre esprit, etc.. Cette période dure généralement quelques mois (même un an si vous êtes particulièrement indépendant-e),

3. il lui a fait passer un 1er test pour confirmer qu’il ne s’était pas trompé ; ce test est toujours un récit des souffrances qu’il subit (ou a subies jadis), et, s’il voit que cela vous émeut & que vous compatissez, il sait qu’il a choisi une bonne proie, (quelqu’un de non-empathique le verra comme un individu à problèmes et prendra ses distances),

4. C’est là que – juste retour des choses, à son avis – après s’être donné tout ce mal pour amener son « bétail » (= vous) dans la « cage » (la relation toxique), il peut commencer à se nourrir sur la bête ! (oui ; sur vous).

Et là, il commence petit ; c-à-d par un rabaissement subtil, ou une critique, ou une petite colère.

D’abord, ça le fait sentir bien, mais surtout, c’est un 2d test, plus poussé que le 1er (comme pour un entretien d’embauche !) pour s’assurer que vous vous laisserez maltraiter sans réagir sainement (c-à-d partir).

Si, comme moi, vous avez été maltraité dans votre famille d’origine, vous réagirez non en vous protégeant (comme ferait quelqu’un ayant de bonnes limites personnelles), mais en essayant de le soigner ou le guérir.

Si vous agissez ainsi, vous lui confirmez qu’il peut effectivement vous faire du mal sans que ça vous pousse à le quitter.

5. Enfin, la dernière phase : l’escalade … On ne le voit pas parce que c’est progressif & que ça se passe au plan moral (la violence est verbale) – mais imaginons que ça se passe au plan physique ; laisseriez-vous quelqu’un faire ses besoins sur vous ? Car c’est de cela qu’il s’agit ; que le PN vous hurle dessus, ou vous humilie en public, il vous ch.. dessus, en fait !

Peu importe que vous protestiez ; vous restez ! – laisser quelqu’un vous manquer ainsi de respect, et être prêt(e) à continuer à le fréquenter prouve un criant manque d’estime de soi. Vous laissez ce type (ou cette femme) vous traiter de tous les noms (que vous êtes stupide, moche, intolérant, …) et le lendemain, vous l’embrassez ou êtes d’accord de lui faire l’amour..

Cela peut arriver à n’importe qui mais bien sûr, quelqu’un qui a grandi dans une famille PN est déjà conditionné à accepter les maltraitances et sera porté à rechercher le familier ( = ce qu’il ou elle a vécu, enfant) et à nommer cela « amour ».

En tout cas, pour un PN, c’est l’extase absolue de vous voir lui courir après, après qu’il vous a démoli(e) avec ses méchancetés, de chercher la discussion, de lui demander pourquoi il a fait ça, de tenter de lui faire comprendre à quel point vous l’aimez & combien cela vous blesse, …

Pendant que votre coeur saigne, le PN est aux anges ; il sait qu’il a le contrôle total sur votre vie – que maintenant, il peut vous dire et vous faire les pires choses et que vous voudrez toujours de lui (elle) dans votre vie !

Quand même, il juge bon d’augmenter votre confusion et de renouer les liens qui vous lient en se trouvant des excuses (qu’il a eu une mauvaise journée, ou que vous avez fait quelque chose qui l’a énervé, …). En fait, il n’a aucune bonne raison, sauf celle-ci : savoir comment vous réagirez & combien il a de pouvoir sur vous & votre vie.

Il rajoute aussi une lueur d’espoir ( = une « carotte » à agiter devant votre tête pour vous maintenir dans le bon chemin & vous faire avancer) ; que, si désormais vous « marchez droit », il n’aura plus besoin de s’énerver, et ce sera de nouveau l’harmonie & l’amour…

Les victimes chanceuses ( = celles ayant grandi dans une famille normale), peuvent trouver du réconfort auprès de leur famille ou de leurs amis. Mais ceux qui ont grandi dans une famille PN n’ont pas cette chance ; ils (elles) n’ont personne pour les conseiller ou les soutenir, et en plus, n’ont personne d’autre dans leur vie que le PN… Pour ces dernières, partir sera bien plus dur que pour les autres…

Comment reconnaître le « test du crottage » (ou il « crotte » sur vous) ? Par ex, vous sortez avec un(e) PN, tout va bien, vous vous aimez, … Un soir, vous devez aller le chercher pour sortir à 8h. Or, vous arrivez à 8h04. Au lieu de s’en ficher, le PN se met à vous hurler dessus, à vous insulter – le Prince Charmant est soudain changé en le chevalier noir ! Voila le « test du crottage » ! Et si vous tentez de vous justifier, vous l’avez raté ; en faisant cela, vous lui donnez le feu vert pour augmenter les violences !

Attention :

– s’il vous accuse de le tromper, soyez sûr(e) qu’en fait, c’est lui(elle) qui vous trompe !).

– Souvenez-vous qu’un PN adore vous fiche la honte en public ; par ex, il fera une scène en public, ou dira des choses gênantes sur vous alors que vous parlez avec quelqu’un qui compte pour vous (professionnellement, par ex), vous rabaisser (souvent déguisé en « humour » ) devant un ami potentiel, …

Ne croyez pas que ce défoulement soit inconscient ; ils savent très bien ce qu’ils font ! Loin d’être spontané, c’est une tactique mûrement pensée, qu’ils ont décidé de mettre à exécution. Ils tenteront de toutes les manières de vous rabaisser, vous faire sentir mal à l’aise pour quelque chose que vous n’avez pas fait. Ramené au plan physique, c’est comme s’il vous crottait dessus (ou vous crachait à la figure), tout en vous serrant la main.

Cela vous est certainement déjà arrivé de vous rendre à un événement qui devait être une fête, puis que quelqu’un (« ami » ou partenaire) se met à vous rabaisser sans raison – disant des choses qui vous déséquilibrent et vous affaiblissent. Et si vous êtes d’accord de rester avec celui qui vous fait cela (même si vous râlez), vous lui transmettez le message qu’il peut vous ch..er dessus !

Les gens qui se laissent ainsi maltraiter, sont des gens qui ne tiennent pas compte de leurs sensations, mais doutent d’eux-mêmes, en pensant que quelques plaisanteries sont normales & qu’ils sont trop sensibles – alors que la seule réaction correcte à ce genre de comportement, c’est de partir tout de suite et de refuser ensuite de voir ce genre de personnes.

Il faut rechercher la compagnie de gens convenables (c-à-d respectueux) car sinon, le PN refera surface dans quelques jours, semaines, ou mois, et, si vous êtes seul(e), vous serez tenté(e) de renouer avec lui.

Il faut vraiment que vous compreniez que le PN vous crotte dessus exprès ; que ce n’est pas un « accident », ou dû au fait qu’il a eu une mauvaise journée, etc. Non ; il a planifié de vous maltraiter, et il sait que vous vous méfierez de vous & de ce que votre corps vous dit, pour croire, à la place, les bobards qu’il vous sert ; que vous êtes trop sensible, que vous n’avez pas d’humour, que vous l’avez provoqué ou que c’est un malentendu ! – même, il peut fondre en larmes de crocodile, en disant qu’il ne sait pas ce qui lui a pris d’agir ainsi…

La victime accepte ces mauvaises raisons parce qu’elle a été programmée pour se nier elle-même. Et puis, c’est si soudain ; à une seconde, on est avec son ami(e) ou son amour, et il (elle) vous porte un coup sans prévenir. Cette « tempête par ciel bleu » est si brutale que la victime est en état de choc !

Il faut se souvenir que, si ce que vous dit un(e) autre nous fait l’effet d’un coup à l’estomac et nous fait nous sentir mal, c’est réel ; ce n’est pas une imagination ; c’est un mauvais traitement et cet(te) autre est toxique ! Et ce n’est pas votre job de tenter de les corriger ou les guérir. De toute façon, c’est peine perdue avec ce genre d’individus !

Réfléchissez ; demandez-vous quel genre de personne il faut être pour faire subir ce choc brutal à quelqu’un d’autre, juste pour asseoir son pouvoir sur cet autre ? Ca ne peut être qu’un être mauvais, qui vous fera du mal.

Donc, si quelqu’un vous manque de respect, même si c’est quelqu’un à qui vous tenez, ou que vous croyiez un ami, quittez-le ; il (elle) n’est pas la personne que vous pensiez qu’il (elle) était..

Vous devez faire confiance à ce que vous sentez, et vous dire que vous ne permettrez pas à cet être de vous maltraiter une fois de plus ! Inventez une excuse et partez tout de suite… et s’il vous rappelle, n’acceptez sous aucun prétexte un autre rendez-vous.

Et ne donnez pas la raison : c’est une perte de temps & d’énergie de dire à un PN qu’on le soupçonne d’en être un.

Quand on a toujours été dans ce genre d’environnement, on peut croire que tout le monde est ainsi, mais c’est faux. Si vous recherchez des personnes convenables, et faites des activités positives, vous verrez qu’il y a des gens « bien », qui même après des années, ne vous manquent pas de respect.

Mais pour vous lier à des personnes convenables, il faut d’abord couper les ponts avec le(s) PN, car les gens bien ont des limites saines et ne veulent fréquenter que des gens qui en ont aussi.

Par conséquent, si quelqu’un vous soumet à ce douloureux « test », demandez-vous si vous voulez être ami (ou amant) ou faire des affaires avec un tel monstre..Vous ne laisseriez personne vous cracher à la figure ou vous ch..er dessus, non ? Eh bien, certains font cela en paroles – et vous devez voir cela ainsi ; si quelqu’un se met soudainement en rage ou vous humilie en public, visualisez-le en train de vous cracher à la face ou de crotter sur vos chaussures, et réagissez en conséquence.

Plus vous mettez de temps à quitter ce malotru, plus vous perdez de temps ( = une ressource qu’on ne peut jamais récupérer) .. Souvenez-vous que votre temps est précieux !

Maintenant que vous comprenez ce que le PN est en train de vous faire, vous pouvez vous épargner ces épreuves & ce gaspillage de votre précieux temps de vie, pour consacrer du temps à des choses qui vous épanouissent & vous rendent heureux(se).

Citations de Léonard de Vinci

Par défaut
English: Self-portrait of Leonardo da Vinci. R...

(Photo credit: Wikipedia)

La vérité des choses est la nourriture principale des esprits supérieurs.

LE DESIR NATUREL DE L’HOMME BON EST LA CONNAISSANCE.

Les choses de l’esprit qui ne sont pas passées par les sens sont vaines.

Il faut coopérer avec l’inévitable.

La subtilité humaine ne pourra jamais concevoir une invention plus belle, plus simple ou plus directe que ne le fait la nature parce que, dans ses inventions rien ne manque, et rien n’est superflu.

Toi qui veux savoir comment l’âme habite le corps, tu n’as qu’à regarder comment le corps use de sa quotidienne habitation.

Apprendre n’épuise jamais l’esprit.

Il est plus facile de résister au début qu’à la fin.

De petites impatiences peuvent conduire à une grande imprudence.

Le mouvement est principe de toute vie.

J’aime ceux qui peuvent sourire dans les problèmes, qui peuvent rassembler des forces, (à partir) de la détresse et devenir courageux par réflexion.  C’est l’affaire de petits esprits de se raccrapoter, mais ceux dont le cœur est ferme, et dont la conscience approuve la conduite, poursuivront leurs principes jusqu’à la mort.

Aux ambitieux que ni le don de la vie ni la beauté du monde ne suffisent à satisfaire, il est imposé comme châtiment qu’ils gaspillent la vie et ne possèdent ni les avantages ni la beauté du monde.

L’homme et les animaux ne sont qu’un passage et un canal à aliments, une sépulture pour d’autres animaux, une auberge de morts, qui entretiennent leur vie grâce à la mort d’autrui, une graine de corruption.

Tout comme le courage met la vie en danger, la peur la protège.

La patience joue contre les offenses exactement le même rôle que les vêtements contre le froid.

Sachez vous éloigner car, lorsque vous reviendrez à votre travail, votre jugement sera plus sûr.

Tout comme les aliments consommés sans appétit sont un nourrissage pénible, l’étude sans zèle endommage la mémoire, en n’assimilant pas ce qu’elle absorbe.

Le fer se rouille, faute de s’en servir, l’eau stagnante perd de sa pureté et se glace par le froid. De même, l’inaction sape la vigueur de l’esprit.

Qui nuit aux autres ne se préserve pas soi-même.

Celui qui veut être riche en un jour sera pendu dans un an.

Le temps dure assez longtemps pour ceux qui sont décidés à (bien) l’utiliser.

Passé 40 ans, un homme est responsable de son visage.

L’homme déploie de grands raisonnements, dont la majeure partie est vaine et fausse ; les animaux raisonnent moins loin, mais leurs pensées sont utiles et vraies ; or mieux vaut une petite certitude qu’un grand mensonge.

Aucune action naturelle ne peut être abrégée.

Celui qui se réclame de l’autorité ne met pas en oeuvre l’intelligence, mais plutôt la mémoire.

L’homme bon qui veut vivre au milieu de tant d’hommes qui ne le sont pas, est perdu d’avance.

Toute partie tient à se réunir à son tout pour échapper ainsi à sa propre imperfection.

Le bon sens est ce qui juge les choses qui lui sont données par d’autres sens.

Piètre disciple, qui ne surpasse pas son maître !

Celui qui n’aime pas la vie ne la mérite pas.

Les hommes poursuivront la chose la plus redoutée, c’est-à-dire qu’ils seront misérables par crainte de la misère.

La Nature ne brise jamais ses propres lois.

Plus grande est la sensibilité, plus grand est le martyre.

La simplicité est la sophistication suprême.

(…) les gens d’accomplissement s’assoient rarement sur leurs lauriers en laissant les choses leur arriver. Ils sortent et font arriver les choses.

Où l’esprit ne fonctionne pas avec la main, il n’y a pas d’art.

La nature est la source de toute vraie connaissance. Elle a sa propre logique, ses propres lois, elle n’a pas d’effet sans cause, ni d’invention sans nécessité.

Rien ne renforce plus l’autorité que le silence.

Le plus noble plaisir est la joie de comprendre.

Alors que je croyais apprendre à vivre, j’apprenais à mourir.

Combien d’empereurs et combien de princes ont vécu et sont morts et aucune trace d’eux ne reste, et ils n’ont cherché qu’à gagner des possessions et des richesses afin que leur renommée soit éternelle.

La sottise est le bouclier de la honte, comme l’insolence est celui de la pauvreté.

Qui sème la vertu récolte l’honneur.

Détourne-toi des préceptes de ceux qui spéculent sur le monde, mais dont les raisons ne sont pas confirmées par l’expérience.

La nécessité est la maîtresse et le guide de la nature. La nécessité est le thème et l’inventeuse de la nature, sa limite et sa loi éternelle.

Toute notre connaissance a son origine dans nos perceptions.

La sagesse est fille de l’expérience.

Rien ne nous trompe autant que notre jugement.

Il ne faut pas appeler richesses, les choses que l’on peut perdre.

Ce qui fait la noblesse d’une chose, c’est son éternité.

La sagesse de l’âme est le souverain bien pour l’homme conscient : rien ne peut lui être comparé.

Il n’y a pas de maîtrise à la fois plus grande et plus humble que celle que l’on exerce sur soi.

J’ai offensé Dieu et l’humanité parce que mon travail n’a pas atteint la qualité qu’il devrait avoir.

La vérité a une telle excellence qu’en louant les petites choses, elle les rend nobles.

Blâme ton ami en secret ; vante-le devant les autres.

La peur naît à la vie plus vite que tout autre chose.

J’ai été frappé par l’urgence à accomplir.  Savoir ne suffit pas ; nous devons appliquer. Vouloir ne suffit pas ; nous devons faire.

Sans aucun doute, la vérité a le même rapport au mensonge que la lumière, à l’obscurité.

Les larmes viennent du coeur et non du cerveau.

Celui qui ne doute pas acquiert peu.

Le souvenir des bienfaits reçus est fragile, comparé à l’ingratitude.

Tu fais mal si tu fais l’éloge de quelque chose que tu ne comprends pas bien ; et si tu blâmes, tu fais plus mal encore.

L’expérience ne trompe jamais, c’est votre jugement seul qui s’égare en se promettant des résultats qui ne découlent pas directement de votre expérimentation.

Chaque action doit être inspirée par un mobile.

Il y a 4 pouvoirs : la mémoire et l’intelligence, le désir et la convoitise. Les 2 premiers sont mentaux et les autres sensuels.

La connaissance du passé et des lieux de la terre est l’ornement et la nourriture de l’esprit de l’homme.

Un beau corps périt, mais une œuvre d’art ne meurt pas.

La passion intellectuelle chasse la sensualité.

Tant que dure ta jeunesse, acquiers des choses qui ensuite te consoleront du dommage de ta vieillesse.

Les hommes de génie élevé, c’est quand ils font le moins de travail, qu’ils sont les plus actifs.

Car, en vérité, un grand amour naît d’une grande connaissance de l’objet aimé, et si vous ne le connaissez que peu, vous ne pourrez l’aimer que peu ou pas du tout.

La rigueur vient toujours à bout de l’obstacle.

Ne pas prévoir, c’est déjà gémir.

L’ignorance aveuglante nous induit en erreur. O ! Misérables mortels, ouvrez vos yeux !

Cet homme excelle dans la folie car il se prive continuellement afin d’être à l’abri du besoin ; et sa vie s’écoule, cependant qu’il attend sans cesse le moment de jouir de la richesse qu’il a acquise par un labeur acharné.

La partie garde toujours en elle quelque chose de la nature du tout.

Il y a 3 catégories de personnes : celles qui voient, celles qui voient quand on leur montre, et celles qui ne voient jamais rien.

Là où l’âme ne travaille pas avec la main, il n’y a pas d’art.

Qui ne punit pas le mal, commande qu’on le fasse.

Ne me méprise pas tant ! Je ne suis pas pauvre. Le pauvre est plutôt celui qui désire beaucoup de choses.

La nécessité est maîtresse et tutrice de la nature.

Celui qui s’oriente sur l’étoile ne se retourne pas.

(…) une fois que l’on aura goûté au vol, on marchera sur la terre avec les yeux tournés vers le ciel, car on aura été là et l’on aspirera à y retourner.

Veux-tu rester en bonne santé, suis ce régime : ne mange point sans en avoir envie, et soupe légèrement ; mâche bien, et que ce que tu accueilles en toi soit bien cuit et simple. Qui prend médecine se fait du mal. Garde-toi de la colère et évite l’air alourdi ; tiens-toi droit en sortant de table et ne cède pas au sommeil à midi. Sois sobre pour le vin, prends-en fréquemment en petite quantité mais pas en dehors des repas, ni l’estomac vide ; ni ne retarde la visite aux lieux d’aisance.  Si tu prends de l’exercice qu’il soit modéré. Ne te couche à plat ventre ni la tête basse et couvre-toi bien la nuit. Repose ta tête et tiens-toi l’esprit en joie ; fuis la luxure et observe la diète.

Les sens sont de la terre, la raison se distingue d’eux dans la contemplation.

Toute connaissance commence par les sentiments.

Celui qui aime la pratique sans la théorie est comme le marin qui monte en bateau sans gouvernail ni boussole et ne sait jamais où il accostera.

La nature se délecte à abonder en variété dans une telle mesure que, parmi ses arbres, on ne peut pas trouver une plante qui soit exactement comme une autre ; et pas seulement chez les plantes, mais parmi les branches, les feuilles et les fruits, vous ne pourrez pas en trouver un qui est exactement semblable à un autre.

Bien que la nature commence avec la raison et finisse en expérience, il est nécessaire pour nous de faire le contraire, c’est-à-dire de débuter avec l’expérience et de là, de commencer à investiguer la raison.

Le poète se classe bien au-dessous du peintre dans la représentation des choses visibles, et bien au-dessous du musicien dans celle des choses invisibles.

Où il y a des cris, il n’y a pas de véritable connaissance.

L’esprit désire rester avec son corps, parce que, sans les instruments organiques de ce corps, il ne peut ni agir, ni rien sentir.