Archives de Tag: soutien

Vivre dans une réalité perverse

Par défaut

monde-a-part

Si vous vivez ou avez vécu avec un pervers narcissique, vous ne comprenez en général pas ce qui vous arrive, vous vous demandez pourquoi vous vous sentez si mal, et vous vous en voulez pour ça… Même, vous vous reprochez de ne pas l’aimer plus, alors qu’il est « si gentil » (mon cas, jadis) !

Vous en déduisez que quelque chose ne tourne pas rond dans votre tête…

C’est parce que la normalité de la vie a été remplacée par une réalité perverse, créée par lui – et c’est d’autant plus vrai qu’il vous a isolé(e), en sorte que vous êtes soit seul(e), soit entouré(e) de gens qui tiennent pour lui – alors, il n’y a personne avec qui vous pouvez discuter de la situation.

A chaque fois que vous avez tenté de révéler ce qu’il vous faisait vivre, les autres ne vous ont pas cru(e) & vous ont méprisé(e) & rejeté(e), et souvent, vous ont pris pour un fou … Pas étonnant que vous doutiez de vos sensations et que vous craigniez d’être cinglé(e) ! Vous êtes le seul (la seule) à vivre & ressentir ce qui se passe !

Dans un autre de mes articles ( voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/10/04/victime-de-pn-a-qui-le-dire/), j’avais prévenu qu’on ne peut se confier à presque personne – sauf à quelqu’un que l’on connaît depuis longtemps, en qui on a confiance ET qui a vécu la même chose ;  » Même si vos amis sont très gentils, s’ils ont vécu sans jamais avoir affaire à un PN, ils ne pourront pas comprendre ce qui se passe et se mettront à vous éviter. « 

Mais d’un autre côté, si on garde tout ceci pour soi, on doute de plus en plus de notre santé mentale, ce qui affaiblit de plus en plus notre position …

Pour vous ouvrir de nouvelles perspectives, il faut lire sur le sujet – mais attention ! Si l’auteur du livre ou de l’article évoque, même légèrement, que vous, la victime, souffrez de « failles » ou de « faiblesse » quelconque ayant attiré le PN dans votre vie, jetez ce livre au feu ou jurez-vous d’éviter le site qui ose prétendre cela !

Et quant aux groupes de victimes sur le net, la prudence est également de mise ; en effet, ils sont pleins de PN en quête de sang ; des lâches (comme le sont tous les PN) qui profitent de l’anonymat offert par Internet pour s’amuser à démolir des êtres déjà en situation de fragilité, ou alors, de victimes éternellement pleurnichardes, contaminées par le Mal à force de se pencher sur lui, et en train de virer vers le « côté sombre de la Force » ! (à ce sujet, voir : http://www.bonheuretamour.com/2016/07/10/lhorrible-mutation-des-victimes/).

Beaucoup de pervers écrivent sur les groupes ou les forums & cherchent à apitoyer les autres membres en se faisant passer (leur rôle préféré) pour une victime de PN. Par ex, une mère avait écrit, apparemment blessée & désemparée par la « méchanceté » de sa fille PN et cherchant du soutien. Les autres membres du groupe ont compati, mais cette mère a renchéri, en rajoutant des commentaires injurieux contre sa fille, énumérant ses défauts, les « crimes » anti-mère qu’elle avait commis, ainsi que des éloges pour elle-même, de comment elle – une mère parfaite ! – s’était sacrifiée pour cette fille mauvaise & ingrate, etc.

En réalité, la fille, ayant constaté que sa mère était PN, avait coupé tout contact avec elle, et la mère (qui était la vraie PN) écrivait partout pour salir la réputation de sa fille & se faire plaindre !

Voilà ce que vous devez éviter, car sinon, vous risquez fort de devenir une cible pour ce genre de soi-disant victimes !

Mais si vous trouvez un groupe de victimes correct, vous pouvez partager votre vécu, et en recevoir d’utiles conseils…

Les victimes qui ont vécu la majeure partie de leur vie – & surtout, leur enfance – sous la coupe de PN, ont été accusés des milliers de fois d’être le « dérangé » et le mauvais, et, vivant depuis toujours dans cette réalité perverse, sans vrai contact avec une réalité normale, ils ne pouvaient confronter leur expérience avec personne.

Par conséquent, ils craignent toujours que ce ne soit vrai et tendent à toujours vouloir prouver – & se prouver – qu’ils sont gentils… et c’est ainsi qu’ils restent sous l’emprise des PN & se font rejeter par ceux qui ne le sont pas !

Soyez surtout conscient(e) que la perversion narcissique est devenue un sujet « dans l’air du temps », en sorte que n’importe qui – ignorants & PN – se croit autorisé à écrire sur le sujet.
Les PN y trouvent le moyen de trouver d’autres victimes à séduire (d’où approvisionnement narcissique) ou à démolir (autre approvisionnement narcissique). Il faut donc se méfier même des articles prétendument destinés à aider & éclairer les victimes !

A part le Dr Sam Vaknin, qui avoue franchement en être un, mais a étudié son cas et celui d’autres PN, et publié sur Youtube toute une série de videos très éclairantes (en anglais), les autres PN qui se posent en « aidants » agissent sournoisement & pour d’autres raisons…

Je révèlerai dans un autre article (encore à écrire) comment on peut détecter ces êtres retors, qui se font passer pour des anges alors qu’ils ne sont que des démons en quête de proies ; les faux bergers qui prétendent guider leur troupeau, mais ne font que le mener dans un lieu où ils pourront se jeter sur eux pour s’en repaître !

Publicités

Victime de PN ; à qui le dire ?

Par défaut

secret3

On le sait, un PN vous travaille activement à détruire votre réputation partout où il passe, pour 3 raisons ;

1) pour se débarrasser de son côté sombre & de sa folie et la projeter sur son bouc émissaire,

2) pour maintenir sa proie seul(e) & pauvre, en sorte qu’elle ne puisse lui échapper,

3) pour berner les autres, & se sentir ainsi le plus fort & le plus malin.

La victime se demande souvent comment les gens peuvent croire ces mensonges, et pourquoi ils ne réalisent pas que c’est anormal qu’une mère salisse ses enfants ou un conjoint(e), son partenaire.

L’astuce – car ces êtres démoniaques sont rusés – est de le faire par petites touches ! Tel le Petit Poucet qui semait des petits cailloux, les PN « révèlent » sur vous des anecdotes – totalement inventées ou vraies, mais en inversant les rôles ! – en sorte de montrer à quel point leur victime est mauvaise & tarée (phénomène de projection).

En même temps, ils se font passer pour un petit saint ; c-à-d une pauvre victime d’une patience d’ange, qui aime son bourreau, s’inquiète de sa santé mentale et essaie de l’aider… (!)  – j’en parle ici : http://www.bonheuretamour.com/2016/06/23/comment-les-pn-vous-diffament/

Et ces diffamations s’étalent dans le temps ; à chaque rencontre, le PN en rajoute une couche…

Peu à peu, tout le monde (leur famille, notre famille, leurs collègues, nos collègues, leurs amis, nos amis, … ) vous tourne le dos et vous vous retrouvez dans la position qu’il a voulue ; sans amis, soutien ou boulot – c-à-d totalement à sa merci !

Lorsque les gens entendent ces mensonges, ils les croient. Même si la victime les a prévenus, elle constatera, à sa grande désolation, que les gens se mettent à l’éviter, même ceux qui la croyaient.

En fait, les gens ont la tendance de fuir instinctivement devant un danger, devant ce qui leur semble malsain – il est prouvé, par ex, que c’est pour ça que les humains détournent les yeux des handicapés.

Donc, votre histoire met les gens sains mal à l’aise ; il ne veulent pas avoir affaire avec des choses monstrueuses ; ils préfèrent vivre dans les régions positives, où il y a chaleur & lumière, et les bas-fonds sombres de la folie & de la violence les dégoûtent.

Quand vous leur racontez ce que vous vivez, comme c’est malsain & terrifiant, ça les choque et ils en déduisent que c’est vous qui êtes cinglé(e) … et sans doute, mauvais, pour oser attaquer quelqu’un d’aussi gentil (!) que le PN !

En fait, la victime, qui était un joyeux faon, s’est fait entraîner dans la tanière d’un loup enragé – elle appelle ses « frères humains » à l’aide, mais hélas, ils n’ont d’humain que le nom, en sorte qu’ils préfèrent se boucher les yeux & les oreilles & continuer à joyeusement gambader dans la prairie en vous laissant vous faire torturer & tuer à petit feu… Comme ils sont lâches, ils refusent de croire que le Mal existe ; ça dérangerait leur petit confort mental !

Pour les autres, ceux qui ne font pas que vous rayer de leur vie mais se joignent au PN pour vous attaquer & l’aider à vous démolir – les flying monkeys – j’en ai parlé ici https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/09/25/le-pn-ses-flying-monkeys/.

D’un autre côté, ces gens qui évitent les victimes nous montrent ce que c’est que d’avoir des limites personnelles saines ; quand on est confronté à quelque chose de toxique, on s’extrait de la situation pour se protéger du danger. Dommage pour vous et mission accomplie pour le PN, en tout cas ! Il veut vous garder dans un état constant de dysfonctionnement & donc, sans amis..

Alors, connaissant la nature humaine, si vous voulez garder un job & des relations, il est préférable de taire ce que vous vivez ou avez vécu avec le(s) PN, car rares sont ceux qui pourraient le comprendre & l’accepter.

Si vous avez joint un groupe de gens (pour un hobby, …) et que vous vous entendez bien avec eux depuis des années, devez-vous leur révéler votre vécu ? Sûrement pas !!! Car, qu’ils vous croient ou non, ça changera radicalement l’opinion qu’ils ont de vous, & comment ils vous traitent.

Bien entendu, taisez aussi à votre PN que vous faites partie de ce groupe, car sinon, il les contactera & vous salira – à partir de là, que vos amis le croient ou pas, la situation a été empoisonnée, & vous serez désormais accueilli froidement. Même si vos amis sont très gentils, s’ils ont vécu sans jamais avoir affaire à un PN, ils ne pourront pas comprendre ce qui se passe et se mettront à vous éviter.

Mais à qui peut-on en parler alors ? Peut-être à un(e) petit(e) ami(e) qu’on fréquente depuis longtemps et qui a vécu une expérience similaire – sinon, non.

C’est triste, car la victime a tant besoin d’être comprise & soutenue ! La seule chose qu’on peut faire si un PN a gâché, directement ou indirectement, une amitié, est d’en faire son deuil et de se jurer de faire mieux la prochaine fois… N’essayez pas de réparer des relations détruites par votre PN ; c’est irréparable… Comme disait Churchill : « on peut toujours rallumer un cigare qui s’est éteint, mais il n’aura plus jamais le même goût ».

Débrouillez-vous pour que le PN ignore toujours où vous travaillez ou de quel groupe vous faites partie, pour l’empêcher de vous nuire. Et ne laissez pas échapper vos secrets par mégarde, en disant, par ex : « non, je ne peux pas prendre notre fille tel jour, car je suis à mon groupe de belote »…

Et retenez aussi que, dans un groupe, c’est ok de vous taire & d’écouter lorsque les autres se révèlent. On tombe souvent dans ce piège avec des gens sympas, quand ils nous révèlent quelque chose sur leur vie.

Mais ça ne veut pas dire qu’on doive faire pareil ; on a vécu des choses terribles, que la plupart des gens ne peuvent imaginer, et pour se protéger, on ne doit pas le leur révéler. Notre vécu est comme une chose très fragile & précieuse, qu’il ne faut pas confier à des mains « grossières »…

Car ensuite, ce gars « si sympa » peut vous fuir ou vous condamner dans sa tête, ou le révéler aux autres, ou nous taquiner sur ce sujet à chaque fois qu’on le voit…

Hélas, c’est dur pour les victimes ayant grandi dans une famille PN ; au lieu d’avoir une saine estime de soi, elles ont soif de validation et la recherchent en dehors d’elles-mêmes. Ces victimes-là ont dû se justifier toute leur enfance (les parents PN nous accusent en effet toujours de mentir) et donc, à l’âge adulte, continuent à révéler le fond de leur coeur à tout le monde, à se justifier pour tout & n’importe quoi !

Les gens normaux ont eu une famille aimante qui les validait & les soutenait et donc, n’ont pas besoin de chercher leur validation chez des étrangers – mais … « les gens affamés sont de mauvais acheteurs » & si on a été frustré de ce besoin de base qu’est la validation, on s’adresse à n’importe qui pour nous la donner…& c’est ainsi qu’on se fait capturer par des prédateurs !

Toujours, les victimes espèrent qu’en entendant les tortures qu’elles ont subies, l’interlocuteur va les serrer très fort et leur dire combien c’est horrible qu’elles aient dû endurer cela. Mais hélas, les seuls qui nous aient offert ce réconfort étaient des PN qui nous disaient ce qu’on voulait entendre pour nous attirer dans leurs filets !

Souvent, les PN (même jeunes) en quête de proie inventent qu’ils sont incompris ou abusés, pour forcer l’autre à se confier aussi & voir s’il fait une bonne proie pour eux. Donc, méfiance ! Si ça vous arrive, réconfortez-le mais ne vous révélez pas ! Attendez de le connaître mieux pour examiner si son histoire est vraie.

Vous pouvez révéler des choses sur qui vous êtes, sur votre caractère, mais pas sur votre famille ; si elle était dysfonctionnelle, restez vague à ce sujet.

Au fil du temps, en connaissant une personne, vous vous féliciterez de ne pas lui avoir confié votre histoire.

Avoir été la proie d’un PN est une chose grave, qu’il ne faut révéler qu’à ceux qu’on connaît bien, dont on est sûr qu’ils l’ont été aussi, qu’ils nous aiment et qu’ils ne sont pas passés « du côté sombre de la Force » (voir : http://www.bonheuretamour.com/2016/07/10/lhorrible-mutation-des-victimes/).

Une grande part de la guérison d’une victime est de désapprendre les comportements auto-destructeurs que son PN lui a appris et d’adopter des comportements sociaux normaux et utiles pour elle…

L’union solide est une corde à 3 brins

Par défaut

saint mariageJe reparle ici du mariage selon Dieu (après : http://www.bonheuretamour.com/2013/02/03/lunion-biblique-partie-1/ et http://www.bonheuretamour.com/2013/02/03/lunion-biblique-partie-2/).

Comme je me base sur les discours de feu le pasteur Derek Prince, les illustrations sont tirées de la Bible, mais c’est bien sûr valable & trouvable dans les autres religions.

Donc, il est dit dans la Bible (Ecclésiaste 4 : 12) : une corde à 3 brins ne se rompt pas facilement. Et effectivement, tout faiseur de corde sait qu’une corde à 2 brins est facile à rompre, et qu’une corde à 3 brins est ce qu’il y a de plus solide.

Pour Mr Prince, un couple avec juste l’homme & la femme, est comme une corde à 2 brins. Il faut, pour que leur union soit solide, y joindre un 3ème brin – qui est Dieu (ou l’alliance avec Lui).

Mais qu’est-ce qu’une alliance ? C’est un accord qui dure jusqu’à la mort.

Dans ses conférences, Mr Prince dit qu’un mariage n’est jamais facile et que sa réussite ne dépend pas de l’absence de tension ou de problèmes, mais bien d’avoir su créer une relation capable de surmonter ces tensions et problèmes.

Pour lui, les clés d’une union harmonieuse se trouvent dans la Bible, où l’on voit que Dieu attache une grande importance au mariage. Par exemple, l’histoire humaine y débute par le mariage d’Adam & Eve (que Dieu a créée pour servir d’aide à Adam). Le mariage a donc été conçu par Dieu.

Le pasteur continue en citant un passage du Livre de Malachie (le dernier de l’Ancien Testament) ; il y est dit que les Hébreux souffraient et criaient vers Dieu, mais que ce dernier n’écoutait pas leurs demandes parce qu’ils avaient trahi l’Alliance avec leurs femmes. (Malachie 2: 13-14)

Ce n’est pas parce qu’on est pieux, qu’on prie, qu’on va au temple, qu’on aura un mariage heureux – ni jadis, ni maintenant. Et une mauvaise relation entre mari et femme empêche une relation avec Dieu.

La clé est le mot «alliance» utilisé pour décrire le mariage ; le respect de celle-ci est la clé ; c’est ça qui garantit un un mariage réussi.

Car une alliance exige un engagement de tout coeur, total, sans réserve. Le mariage n’est pas un processus ou une relation expérimentale. Il ne peut réussir que s’il y a engagement total.

Deuxièmement, c’est Dieu, et non l’homme, qui en fixe les termes & conditions.

La Bible mentionne toujours un sacrifice (d’animal) pour sceller l’Alliance. Pour les chrétiens, ce sacrifice est celui de Jésus. Pour bâtir une bonne relation, chacun doit d’abord déposer sa vie aux pieds de l’autre & s’engager à « mourir » à ce qu’il était avant, à ne plus vivre pour soi désormais, mais pour l’autre (pour ce sacrifice de l’ego, voir la lettre du Dr Kelly Flanagan à son fils).

Tout ce que le mari a est pour la femme. Tout ce qu’a l’épouse est pour le mari. On ne freine rien, on ne garde rien ; c’est une fusion, pas un partenariat. Dans cette vie nouvelle, chaque membre du couple vit sa vie à travers l’autre.

L’alliance est consommée par l’union physique et à son tour, produit du fruit qui perpétue cette nouvelle vie. Dieu a ordonné ce principe de base pour les hommes : sans union, il ne peut y avoir aucun fruit. L’Alliance mène à la vie et la fécondité partagée ; une vie non partagée reste stérile.

Bref, il ne faut pas demander ce qu’on peut obtenir, mais ce qu’on peut donner !

Cette approche du mariage diffère des idées actuelles sur l’union, où chacun cherche le profit qu’il pourra en tirer, et non à se sacrifier pour l’autre & pour le couple.

Pourtant, l’approche « divine » est la seule apte à donner la vraie vie, le vrai bonheur et l’amour véritable.

Tant que les gens entrent dans le mariage en tenant à leur propre vie, ils ne trouveront pas la vie que Dieu a pour eux.

Iyanla Vanzant aussi dit que le mariage est une union des âmes & que comme telle, elle exige les ingrédients suivants : partenariat spirituel, un but plus large que les 2 individus, une source de soutien qui promeut la croissance, une vision commune ou partagée qui fait progresser l’union, un engagement envers Dieu, la famille & la communauté, & que chacun soit ancré en Dieu ou la divinité.

Le mot clé, encore une fois, est l’engagement. Il n’est pas une expérience ; il faut prendre un engagement. Et le fait essentiel est que l’engagement libère la grâce de Dieu. Sans elle, le mariage ne fonctionnera jamais.

Mais Dieu ne libère sa grâce dans un mariage que si les 2 parties ont pris cet engagement. Et c’est cette grâce de Dieu qui génère les ressources nécessaires pour faire fonctionner le mariage.

Quelle est la finalité du mariage ? Qu’est-ce que le mariage rend possible, et qui ne peut être atteint d’une autre manière ?

La Bible dit que « les 2 deviendront une seule chair » – donc, son but est l’union ou l’unité – laquelle est une chose divine. Car l’union, à son tour, conduit à la connaissance.

Dans la Genèse, il est dit qu’Adam « connaît » sa femme. Il y a ici un élément de savoir. Car Dieu n’emploie ce terme « connaître » une femme que pour les époux – pour les non-mariés, il emploie le mot « coucher avec ».

Ca signifie que le mariage, tel que voulu par Dieu, permet aux humains de se connaître, à tous les niveaux (corps, esprit, âme), d’atteindre une unité.

Un tel mariage, où l’alliance et l’engagement importent, protègent les conjoints contre toute trahison & exploitation. Toute femme qui se laisse exploiter sexuellement par l’homme, c-à-d qui couche avec lui hors mariage (hors Alliance), profane la chose la plus précieuse qu’elle a ;-sa personnalité. Elle expose toute sa personnalité à quelqu’un qui ne veut pas payer le prix de ce précieux cadeau. Il en va de même avec un homme, d’ailleurs.

Dieu a fixé des limites pour qu’on puisse atteindre l’unité en connaissant un(e) autre, mais pas l’exploiter, et ceux qui ignorent ces limites et essayent d’obtenir les avantages sans les conditions de l’union se trompent & sont trompés.

Car les substituts humains au mariage ne produisent pas le résultat de Dieu.

cf Hébreux 13: 4 : Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure ; car Dieu jugera les fornicateurs et les adultères.

Les exigences de Dieu sont conçues pour nous protéger d’être blessé et toute personne qui se livre à des rapports sexuels illégitimes ne trouvera pas la joie, la paix, la satisfaction, mais bien la frustration et la douleur.

On parle de « briser les lois de Dieu », mais en fait, jamais on ne les brise ; ce sont elles qui nous brisent !

Par ex, si on enjoint aux gens de ne jamais sauter du 5ème étage et que quelqu’un saute, il ne brise pas la loi de la gravité ; c’est la loi de la gravité qui le brise ! … car cette loi ne se voit ni ne se perçoit, mais elle existe, qu’on la reconnaisse ou la nie, et si on l’enfreint, on en pâtira, c’est obligé !

Dieu, ne nous impose pas ses lois (qui sont celles de l’Univers, et aussi immuables que la loi de la gravité), mais nous les communique via ses Messagers. Son but n’est pas (comme je l’entends trop souvent) de nous contraindre, mais de nous protéger de toute douleur !

Et le mariage en fait partie ; Dieu l’a institué pour notre propre bien, et se rebeller contre elle cause notre destruction.

Quels sont rôles du mari et de la femme dans le mariage ?

L’apôtre Paul dit que l’homme est le « chef » de la femme. Le mot chef fait référence à la tête. C’est donc l’homme qui prend l’initiative & est responsable de la décision et de la direction.

(j’ai parlé ici http://www.bonheuretamour.com/2012/05/10/la-question-de-la-soumission-des-femmes/ de la soumission des femmes).

L’époux doit d’abord être un « fournisseur » – il est dit (Timothée I, 5: 8), que « si quelqu’un n’a pas soin des siens, et surtout de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle ».

Quel genre de personne est Paul parle? Il parle d’un homme qui ne pourvoit pas aux besoins de sa femme et de ses enfants.

Il s’agit de « pourvoir » au plan financier, mais aussi à tous les autres ; l’homme doit veiller à ce que tous les besoins légitimes de sa femme soient satisfaits. St Paul dit que la femme est la gloire du mari ; sa « preuve » en quelque sorte – son état (épanoui ou misérable) témoigne de la valeur de l’homme.

La 3ème responsabilité de l’homme est de protéger. Beaucoup d’hommes ne songent qu’à profiter de leur force supérieure pour dominer leur épouse, mais Pierre (Pierre I, 3: 7) dit que les maris doivent honorer l’état plus faible de la femme. Il ajoute que le mari et la femme sont co-héritiers de la grâce de vie. En tant que tels, ils l’obtiennent soit à 2, ensemble, soit pas du tout !

Pour un homme, ça « paie » d’investir dans sa femme et plus il la protège, plus il en tire de satisfaction.

Et quelle est le rôle de la femme ? On voit dans la Genèse que Dieu la crée pour être une « aide » à l’homme. Et elle peut l’aider en le soutenant & en l’encourageant.

Oui, la tête est le chef, mais elle dépend du reste du corps pour être soutenue et nourrie – du cou surtout. La femme sera ce cou … & souvenons-nous que c’est le cou qui détermine vers où la tête tournera !

Un homme doit donc pouvoir se tourner vers sa femme pour l’encouragement, et les femmes doivent se nier, nier leurs propres sentiments négatifs (tristesse, découragement) pour encourager leur mari. Ceci semble choquant, mais qu’elles essaient, et elles constateront qu’elles tireront d’immenses satisfactions de cette attitude (car la vertu – qui est d’obéir aux lois divines – est en soi, sa propre récompense), au lieu d’être insatisfaites !

En résumé, la responsabilité du mari est triple : diriger, fournir & protéger, & celle de l’épouse est d’aider ; soutenir et encourager. Quand un mariage échoue, c’est souvent parce que l’un ou les 2 membres du couple ne remplissent pas leur rôle ; l’homme refuse de mener & la femme est alors forcée de prendre ce rôle.

L’égalité dans le couple

Par défaut

love

J’avais déjà parlé des « ingrédients d’une bonne relation d’amour » (voir http://www.bonheuretamour.com/les-ingredients-dune-bonne-relation-damour/ ) ? J’aimerais insister ici sur la nécessaire égalité entre les 2 partenaires du couple. Voici donc ce que doit comporter une relation saine, c-à-d égalitaire :

-Communication ouverte :

Etre franc ; dire ce que vous pensez & penser ce que vous dites,

Pouvoir (et vouloir) exprimer vos opinions et émotions,

Savoir (et accepter) que ne pas être d’accord sur tout, est normal.

-Respect :

Faire attention à l’autre même si vous êtes avec des amis,

Honorer l’opinion de l’autre, même si elle diffère de la vôtre,

Ecouter ce que l’autre a à dire.

-Confiance & soutien :

Soutenir l’autre, et l’encourager en cas de besoin,

Toujours lui souhaiter le meilleur,

Accepter que l’autre ait des amis différents,

Savoir que l’autre nous apprécie.

-Honnêteté & responsabilité :

Ne pas se trouver d’excuses à nos comportements, ou à ceux de l’autre,

Quand on a tort, l’admettre le plus vite possible,

Respecter sa parole,

Ne pas cacher nos plans.

-Partage des responsabilités :

Prendre ensemble les décisions,

Faire des choses pour l’autre,

Aller à des endroits que les 2 aiment,

Donner autant que ce que l’on reçoit.

-Equité & négociation :

Accepter le changement et les compromis,

Travailler à chercher des solutions « win-win »,

Accepter de ne pas toujours être du même avis.

-Affection physique :

Se serrer dans les bras,

Embrasser,

Tenir sa main,

Mettre le bras sur son épaule ou autour de sa taille,

Respecter son droit à refuser.

-Intimité :

Etre fidèle,

Respecter l’intimité, la pudeur et les limites de l’autre,

Ne pas le (la) forcer aux relations sexuelles.

La relation est le 1er enfant d’un couple !

Par défaut

Family giving dog a bath.Oui, il faut voir n’importe quelle relation (amour ou amitié) comme une créature vivante créée entre et par les 2 personnes – cet « être » immatériel se construit quand 2 êtres sont amenés à se côtoyer ou se parler – dans la rue, au bureau ou au foyer. Bien sûr, entre 2 personnes partageant le même lieu de vie, la relation sera étroite et importante.

Cet « enfant » se crée donc de toute façon, étant très petit et frêle au début, mais croissant en force et en taille avec le temps. Mais cette créature peut être plus ou moins grande, belle et forte. Pour qu’il ne ressemble pas à un malade, il faut le nourrir bien et régulièrement.

Mais de quoi se nourrit-il ? Eh bien, de l’amour provenant des 2 personnes impliquées – comme un vrai enfant.

Mais par quel acte- cet amour se manifeste-t-il et nourrit-il la relation ? Par de la bienveillance, c-à-d des attentions, de la sollicitude – s’il n’y a pas ceci, chaque jour, c’est l’enfer ; l’ »enfant » (= la relation) n’est qu’un avorton malingre – la relation est malsaine.

Si l’un des partenaires ne donne rien, il ne nourrit pas » l’enfant » et n’est un parasite qui se laisse vivre dans l’organisme de la famille et y profite, comme un virus – prenant ce qu’il lui faut aux dépens des autres, en refusant de payer sa part.

Or, une relations se vit soit sur un mode d’amour, soit pour l’argent; il faut qu’il y ait égalité, ou réciprocité, sinon, ça ne peut pas durer. Lorsque l’on paie pour un service, on peut se dispenser de l’amour – mais si on ne paie pas en argent, il faut nécessairement payer en amour !

Toute autre alternative peut à juste titre s’appeler du vol – car c’est voler que de prendre quelque chose sans rien offrir en échange. Le profiteur du couple traite la relation avec désinvolture et ne nourrit pas l’ »enfant » – laissant la relation « crever de faim », pour ainsi dire.
Paul Ricoeur nomme la sollicitude ; la « bientraitance » et la base de la moralité – c’est être gentil et aimant.

Corollaire : son absence est une maltraitance, et un manque de moralité ! Qu’on le fasse exprès (qu’on ne VEUILLE pas faire mieux) ou non (qu’on ne PUISSE pas faire mieux) n’y change rien pour les malheureux qui doivent vivre avec une telle sangsue !

« Il n’y a pas d’amour ; il n’y a que des preuves d’amour » – c-à-d de la gentillesse envers notre partenaire. Et un foyer sans amour (c-à-d sans actes d’attention, de don, de gentillesse, de bienveillance, de sollicitude) est un enfer, où l’on s’épuise parce qu’on donne.
Le profitage éhonté du partenaire égoïste et indifférent, l’indignation et la souffrance causées par le fait qu’il se fiche de votre relation, finissent par vous rendre malade – bref, cette position n’est pas tenable longtemps ; un « enfant immatériel » qui n’est nourri que d’un côté (par une seule personne) ne peut pas vivre longtemps.

Si vous constatez que vous êtes seul(e) à nourrir l’être (la relation), vous cessez aussi de l’alimenter … et c’est la fin pour la relation ; les sentiments positifs (de dévouement) envers l’autre meurent, remplacés par la rancœur d’avoir été exploité(e).

On retombe ici sur la nécessité d’éviter les sots ; car une relation d’amour et de dévouement, c’est précieux. La plupart des gens se fichent de vous et de ce qui peut vous arriver – alors que quelqu’un qui vous aime se coupera en 4 pour vous soutenir et vous tirer de vos problèmes.

Celui qui ne comprend pas ceci et ne donne pas son maximum pour nourrir et préserver une chose aussi utile n’est qu’un sot, trop bête que pour comprendre qu’une relation est un vrai trésor !
Il n’a pas compris tous les avantages qu’il avait à la maintenir – en sorte qu’il l’a laissée s’étioler et mourir.

Ce profiteur vous a fait perdre votre temps et votre énergie (= un morceau de votre vie) – il faut donc éliminer ce parasite au plus tôt !

Sur la gentillesse : chacun doit reconnaître que nos actes affectent les autres et qu’il doit s’en sentir responsable, et leur faire activement du bien.
Pour cela, il faut faire des actes gratuits de bonté. En plus, c’est intelligent ; ça augmente en même temps nos chances de réussir dans la vie, puisque ça élève notre estime de nous !

Et on peut avoir besoin d’aide plus tard ; or, un acte de bonté a un impact durable sur celui qui le reçoit (à moins que ce ne soit un sot, justement) et ce dernier sera porté à vous secourir à son tour, même des années plus tard. Mais bien sûr, au moment où l’on donne, il faut le faire sans arrière-pensées, sans espoir de retour.