Archives de Tag: sexuel

conte : Psyché & Eros

Par défaut

Il était une fois un roi qui avait 3 filles dont la plus jeune, Psyché, était si belle que les hommes du monde entier cessaient d’adorer Vénus pour, à la place, venir admirer la jeune fille.

Vénus, très en colère d’être ainsi négligée à cause de Psyché, lui jeta un sort ; elle demanda à son fils Eros de faire que plus aucun homme ne veuille d’elle, pour qu’ils recommencèrent à adorer la déesse.

Alors que ses 2 sœurs avaient trouvé un mari, Psyché souffrait terriblement de la solitude, alors, son père alla consulter l’oracle d’Apollon. Celle-ci lui dit qu’il fallait mettre à Psyché des vêtements funéraires & la mener sur une haute montagne, où elle serait livrée à son « époux » ; un horrible monstre.

Très triste, le père revint vers sa fille, l’habilla de sombre & l’amena sur la montagne. (rite/passage ; mort & renaissance)

Une fois tout en haut, Psyché dit adieu à tout le monde & fut laissée seule, à attendre le monstre. Elle attendit longtemps, & finit par s’endormir.

Alors, Zéphyr la souleva de terre & l’emmena dans une jolie vallée, où il la déposa, toujours dormant, sur l’herbe.

Lorsque Psyché s’éveilla, elle vit devant elle un splendide palais bâti par les dieux.

Elle entra sans faire de bruit dans ce palais et, y ayant été menée à une chambre par des serviteurs invisibles, y passa la nuit. Mais durant cette nuit, un homme vint la visiter & en fit sa femme, disparaissant au point du jours & lui défendant de chercher à le voir… et il en fut ainsi durant plusieurs nuits, en sorte qu’elle tomba enceinte.

C’était Eros, le fils de Vénus, qui s’était piqué avec l’une de ses flèches & était tombé amoureux de Psyché.

Bien que n’ayant aucune idée de qui était cet homme, Psyché était totalement heureuse là, car tous ses désirs étaient satisfaits.

Mais elle entendit dire que ses 2 sœurs la cherchaient, et elle voulut aller les rassurer. Son époux inconnu l’avertit qu’elle ne devait pas le faire, car cela causerait la rupture entre eux 2.

Il lui rappela que ses sœurs lui demanderaient certainement ceci & qu’alors, elle trahirait sa confiance en essayant de percer son anonymat – ce qui signerait la fin de leur union.

Psyche, ne voulant pas le croire, invita ses sœurs dans son palais &, quand elles lui demandèrent qui était son époux, elle répondit que c’était un jeune roi qui passait ses journées à la chasse.

En voyant la splendeur du palais de Psyché, ses 2 sœurs devinrent jalouses & se mirent à saper son bonheur, lui rappelant la prédiction, & lui soufflant que, si son mari refusait qu’elle le voie, c’était car il était un monstre, & que bientôt, il la dévorerait, elle & leur enfant.

Incapable de soupçonner la méchanceté de ses sœurs, Psyché les crut & résolut de découvrir à qui elle était mariée. Une nuit, elle amena une lampe à huile près du lit & attendit qu’Eros s’endorme pour l’allumer.

Mais au lieu d’un monstre, la lumière révélà le plus bel homme du monde et, saisie, elle laissa tomber la lampe & se blessa avec une de ses flèches – tombant immédiatement follement amoureuse de lui.

Mais tout ceci fit qu’Eros s’éveilla. Outré de cette trahison, il l’amène près d’une rivière où il l’abandonne.

Et Vénus, ayant appris que son fils avait épousé Psyché, qu’elle détestait, se mit en colère, infligea une grave brûlure à son fils, l’enferma à clé dans une pièce & quitta son palais. Alors, la laideur & la haine se mirent à dominer le monde…

Pendant ce temps, Psyché errait, désespérée, recherchant son bien-aimé. Elle s’adresse à Cérès, puis à Junon, mais réalise finalement qu’elle doit servir Vénus. Elle va donc la trouver pour tenter d’apaiser sa colère.

La déesse la fait d’abord fouetter & torturer par ses 2 servantes ; Tristesse & Souci.

Vénus s’amusa ensuite à déchirer les vêtements de Psyché, à lui cogner la tête contre le sol & à se moquer d’elle d’être tombée enceinte dans un faux mariage.

Enfin, elle lui imposa 4 épreuves à réussir si elle voulait retrouver son amour ;

  1. Elle doit trier un énorme tas de graines en une nuit. Devant l’impossibilité de le faire, Psyché se met à pleurer. Heureusement, des fourmis, attirées par ses pleurs, la prennent en pitié & trient les graines pour elle. Voilà déjà une épreuve de réussie…
  2. Psyché doit ensuite ramener une touffe de poils des béliers (à la toison d’or) appartenant au Soleil. Là aussi, ça semble impossible car ces bêtes sont féroces & tuent tous ceux qui tentent de s’approcher d’eux. Psyché songe à se jeter dans la rivière pour s’y noyer, mais heureusement, un roseau divinement inspiré lui souffle qu’il suffit d’attendre que les béliers dorment, puis d’aller dans leurs champs, ramasser les poils qui sont restés accrochés aux buissons. Voilà la 2de épreuve passée…
  3. Psyché doit escalader une montagne & descendre dans les enfers pour ramener à Vénus une tasse d’eau du Styx (le fleuve des enfers) dans un récipient de cristal. Là encore, Jupiter la prend en pitié & envoie un aigle pour l’aider ; l’oiseau la porta en haut de la montagne, puis la fit descendre tout doucement jusqu’au Styx, où elle put remplir son gobelet. 3ème tâche accomplie…
  4. Elle devait enfin redescendre dans les enfers, trouver l’épouse d’Hadès ; Perséphone, et ramener, dans une boîte, le secret de l’éternelle jeunesse. Là, Psyché est totalement découragée ; elle gravit une haute tour pour s’en jeter & s’ôter la vie – mais la tour la prend en pitié & lui indique comment trouver l’entrée des enfers (à Taenarus) & revenir saine & sauve du pays d’Hadès.

Il lui conseille de se munir de 2 gâteaux au miel pour le chien Cerbère, & 2 pièces de monnaie pour le passeur, Charon. En suivant bien ces instructions, Psyché put accomplir sa mission.

On pourrait penser qu’elle a tout réussi, mais en fait, Psyché est curieuse ; alors, avant d’apporter à Vénus la boîte contenant le secret de la jeunesse, elle l’ouvre… & tombe dans un profond sommeil.

Alors, Eros, qui s’était remis de sa brûlure & avait réussi à s’échapper – par la fenêtre – de la chambre où il était prisonnier, vient à Psyché, ôte le sommeil de son visage, et le replace dans la boîte.
Psyché peut alors enfin aller offrir la boîte à Vénus.

Eros va alors chez Zeus, le suppliant d’approuver son union avec Psyché. Zeus accepte & exige de Vénus qu’elle accepte aussi. Psyché, vu les épreuves subies, devient à son tour une déesse.

Le conte finit ainsi ; ils restèrent tendrement & passionnément unis à jamais, et eurent un fils, nommé Volupté.

Bien entendu, ce n’est pas qu’un conte ; c’est bien plus profond ; c’est un mythe destiné à nous faire comprendre des secrets de la vie ;

– Eros, c’est l’amour. Psyché, c’est l’âme & son « voyage », qui change la souffrance en signification,

– Passer de l’état de jeune fille à celui d’épouse impose une « mort » suivie d’une renaissance,

– ça exige de « grandir » & de se fier à son propre instinct & esprit, en niant toute autre influence (même – ou surtout – celle de la famille),

– La fuite d’Eros, montre que l’amour ne peut demeurer là où il n’y a pas de confiance,

– Aussi, que les belles-mères peuvent se révéler d’infernales harpies (j’en sais quelque chose !),

– La 1ère tâche exigée par Vénus (trier des graines) enseigne la discrimination à Psyché,

– La 2ème tâche lui donne le courage,

– La 3ème tâche symbolise l’aptitude à gérer les émotions & la vie spirituelle,

– La 4ème tâche représente la sagesse acquise quand on ose descendre dans les profondeurs de soi-même.

– Finalement, Psyche réussit les 4 épreuves & fut réunie à son amour, annonçant une nouvelle approche de la vie & des relations adultes (sous-entendu : la méfiance, le besoin de tout vérifier & d’être toujours rassuré(e), c’est immature).

– On voit aussi que le secret de rester jeune est de bien dormir !

– L’engagement de Psyché envers l’amour sexuel lui vaut l’immortalité (car je rappelle que la Grèce a 3 genres d’amour : Philia ; l’amour amical, Agape ; l’amour « universel » & Eros ; l’amour sexuel).

– Enfin, la volupté (plaisir sexuel) naît de l’union de l’amour & de l’âme (ou quand on aime avec son âme).

Publicités

Les divers genres de violences

Par défaut

femme pleure2  J’ai souvent entendu des femmes abusées et épuisées par leur partenaire, dire « au moins, il ne me frappe pas ».

Elles semblent croire que seule la violence physique existe, ou qu’elle est la pire de toutes… mais c’est faux !

Toute femme qui, comme moi, a subi tous les genres de violence, sait que les coups ne sont pas le plus terrible…

Il n’y a pas que les « bleus » qui témoignent de violences – car celles-ci peuvent s’exprimer de TANT d’autres façons que physiquement ! Cela peut être la manipulation, l’exploitation, les mauvais traitements, la négligence, la violence, la cruauté, le viol, …

En fait, il y a (au moins) 7 sortes de violences : physique, mentale, verbale, psychologique (ou émotionnelle), financière, sexuelle et spirituelle. Voyons, ci-dessous, comment chacune s’exprime :

-physique :

Intimidation – intimidation en se tenant debout devant vous & vous fixant ou vous serrant de trop près & refusant de reculer.

Isolation – Limiter la capacité d’échapper à des situations dangereuses.

Contrainte – vous confiner à l’intérieur en bloquant une porte ou un passage vers l’extérieur, vous agripper quand vous tentez de sortir, verrouiller des portes ou vous attacher.

Agression – Frapper, coups de pied, coups de poing, tordre le bras, pousser, boxer, pousser, mordre, gifler, frapper avec un objet, secouer, pincer, étouffer, tirer les cheveux, traîner par terre, brûler, couper, poignarder, étrangler, et nourrir de force (y compris l’overdose ou l’usage de drogues).

Mise en danger – menaces verbales de mort accompagnant la violence physique et l’utilisation d’armes.

– mentale :

Rage – Une colère furieuse & intense soudaine & sans raison, surprenant et choquant une personne & la forçant à obéir ou à se taire.

Gaslighting – mentir à propos du passé, nous faire douter de notre mémoire, de nos perception et de notre santé mentale. Ils prétendent et donnent des preuves de mauvais comportement passé pour causer le doute chez d’autres.

Le regard fixe – Un regard intense sans sentiment – fréquemment mélangé avec le traitement silencieux.

Traitement silencieux – Punir en nous ignorant. Nous couper de notre vie de façon permanente pour des choses sans importance.

Projection – Ils déversent leurs problèmes (& ceux qu’ils causent) sur les autres, comme si c’était l’autre qui avait fait ce que eux ont fait.

« Tourner » la vérité – Lorsqu’on les confronte à leurs actes, ils rejettent toute responsabilité & blâment autrui pour leur comportement – même, ils exigent des excuses.

Manipulation – Faire que l’autre craigne l’abandon, l’infidélité,ou le rejet.

Jouer la victime – Quand tout le reste échoue, ils jouent la carte « victime » afin de gagner la sympathie des autres.

– verbale :

Ton & volume vocaux extrêmes – Soit ils crient, hurlent, enragent, soit, ils tombent dans un total silence, en nous ignorant et en refusant de nous répondre.

Intimidation verbale – jurer & faire des menaces si l’autre refuse de faire ce qu’ils veulent.

Discours intense – leur mode de communication est discuteur, hostile, sarcastique, intimidante et exigeant. Ils interrompent souvent, parlent fort pour couvrir notre voix, retiennent des informations clés, et interrogent.

Attaques personnelles – insultes, réponses cinglantes, moqueuses ou diffamatoires, critiquer notre caractère, rabaisser nos sentiments, et dévaluer nos opinions.

Pas d’excuses – Ils rejettent toute responsabilité, deviennent hostiles, invalident & dévaluent les sentiments d’autrui, mentent, et oublient leurs promesses ou engagements.

Blâmer – Tout ce qui va mal est la faute de quelqu’un d’autre. Il nous accuse d’être trop sensible, veut dominer, s’oppose à nos arguments & critique nos réactions.

Brusquer – Il dit des choses comme : « Si seulement tu faisais …,je ne serais pas forcé de te frapper », « tu n’as pas d’humour ; c’était juste une blague », « Le problème avec toi, c’est que … » et « Ca ne s’est pas passé. « 

– émotionnelle :

Pinailler – Tout ce qui est important pour les autres est minimisé par rapport à leurs propres besoins. Ils déprécient nos réalisations, aspirations, ou personnalité devant les autres. Ils emploient la taquinerie méchante ou le sarcasme pour nous rabaisser et se moquer.

Faire honte – Ils partagent des informations privées sans notre consentement, nous traitent comme un enfant ou un(e) débile mental(e) ou exposent un événement honteux. Sans cesse, ils claironnent nos lacunes, souvent de manière passive-agressive.

Anxiété accrue – Il est facile de devenir anxieux quand chacun de nos actes, nos mobiles, et nos aptitudes sont mises en doute.En outre, on est débordé(e) car on doit sans cesse tout laisser tomber pour s’occuper d’eux.

Culpabilité excessive – Comme on ne peut s’occuper que d’eux (il n’y a qu’eux qui en soient dignes), il est égoïste de s’occuper de nous ou de prendre soin de nous… ou même de penser à nous et à nos besoins.

Insécurité – cela naît de ce qu’ils exigent de nous des choses irréalistes, impossibles ou impossibles à maintenir, et qu’ensuite, comme on échoue, on se fait rabaisser.

Confusion – Être traité comme une extension de l’agresseur, et non une personne distincte.

Aliénation – Discréditer nos amis et notre famille et faire des engagements sociaux un cauchemar (en revanche, ils se montrent incroyablement charmants à leurs propres engagements sociaux).

Colère / Peur – Ils génèrent une réaction de colère en agissant de façon si immature et égoïste mais accusent l’autre personne de se comporter de cette façon. Ils emploient l’intimidation, les menaces, le terrorisme ou la destruction de biens auxquels on tient.

Hostilité / Rejet – il nous harcèle, dans ou dehors de la maison. Ils refusent de reconnaître notre valeur en nous retirant l’amour ou l’intimité – ce qui fait planer une menace de rejet.

-financière :

Accès interdit à l’argent, la vérification des comptes, ou aux possessions, pour créer une dépendance envers l’abuseur pour la nourriture, l’habillement, le logement, et les nécessités de la vie. Il a des comptes secrets dans diverses banques & vide en secret les comptes d’épargne ou de retraite.

Vol : Intercepte, escroque ou exploite la famille et s’attend à ce qu’on trouve ça normal.

Atouts – Exige que tous les dons financiers, les actifs ou les héritages soient placés à son nom. Il ouvre des comptes bancaires juste à son nom sans nous le dire, ni nous y donner accès. Annule l’assurance-vie, santé, ou logement sans prévenir.

Salaires – il nous pousse à virer nos salaires sur son compte.

Factures / crédit – Met toutes les factures ou les cartes de crédit à notre nom. Les actifs sont à leur nom, mais les dettes, de préférence au nom de quelqu’un d’autre. Il pousse vers le haut (au montant maximum) les cartes de crédit, sans nous le dire et, comme elles sont à notre nom et qu’il nous vole tout ce qu’il peut, on ne peut rembourser et notre crédit est ruiné auprès des banques.

Taxes – il falsifie des dossiers fiscaux pour, lui, devoir payer moins, et exige qu’on signe des documents sans poser aucune question.

Budget – comme souvent, il nous interdit de travailler (car travail = salaire et salaire = indépendance), on dépend de lui pour vivre, et il nous alloue une somme ridicule pour faire marcher le ménage. Et pendant qu’on se serre la ceinture pour arriver à la fin du mois, lui claque l’argent de façon royale (j’en sais quelque chose !), en sorte qu’on est en échec. Il punit les dépenses avec des violences verbales, physiques, sexuelles ou psychologiques.

Carrière – Il nous interdit de faire des études, de gagner de l’argent, ou d’accepter les promotions pouvant avancer notre carrière.

Travail – il interfère avec notre vie professionnelle en téléphonant ou textant sans cesse (même au patron), ou en surgissant à l’improviste. Il exige d’avoir accès aux e-mails de travail et de connaître des détails confidentiels.

– sexuelle :

Séduction perverse – Faire un acte sexuel non désiré ou gênant conçu pour nous déstabiliser, nous inquiéter et voir si on va lui obéir.

Rages de jalousie – il exige qu’on lui raconte tout de nos partenaires sexuels précédents, puis, il utilise ça contre nous, en nous traitant de salope. Il nous accuse très souvent de flirter, d’être attiré(e) par d’autres, d’exposer notre corps, et de le tromper (toutes choses que LUI fait !).

Tactiques de coercition – Utilisation du harcèlement, de la culpabilité, de la honte ou de la rage pour nous contraindre à avoir des relations sexuelles. Ils provoquent, « scient », insultent, deviennent pénibles et refusent de nous laisser dormir jusqu’à ce qu’on cède.

Menace d’infidélité – Il évoque la possibilité d’une autre personne dans le but de nous forcer à des actes sexuels dont on n’a pas envie.

Incitation à la peur – Il menace de nous frapper, de partir, de nous punir, nous tromper ou nous couper les vivres si on ne fait pas l’amour (la haine, plutôt) avec lui.

Demandes égoïstes – Un exemple classique de sexe égoïste est la demande de rapports sexuels non protégés. Comme les préservatifs diminuent les sensations et qu’il n’y a qu’eux qui comptent, ils refusent d’en utiliser & insistent pour que l’autre prenne la pleine responsabilité du contrôle des naissances ou de la protection contre les MST.

Privation de sexe – Certains retirent tout le sexe de la relation. Toute demande de sexe est accueillie par des cris, des moqueries ou des excuses ridicules pour l’abstinence.

Ultimatums – Pour eux, leur corps est à eux, mais aussi celui des autres. Les ultimatums comprennent des exigences de perdre du poids, de s’arranger d’une certaine façon, une grossesse ou un avortement forcé, et l’interdiction de l’allaitement.

Destruction des principes – les normes sexuelles antérieures sont effacées. Par exemple, exiger que l’autre participe à de la pornographie, la prostitution, fasse l’amour avec des partenaires multiples ou avec des animaux.

Le viol – Le viol est « une pénétration, même très légère, du vagin ou de l’anus avec une quelconque partie du corps ou un objet, ou la pénétration orale par l’organe sexuel d’une autre personne, sans le consentement de la victime. »

Actes dégradants – La dégradation est dans l’oeil du spectateur. Ils ne voient pas ces actes comme dégradant, mais d’autres oui. Voici quelques exemples: uriner sur une personne, avoir des relations sexuelles alors qu’on est aux toilettes, ou des rapports sexuels forcés dans les lieux publics.

Sexe sadique – Il y a 2 formes d’actes sexuels sadiques : doux (ou BDSM) et « durs » qui peuvent conduire à la mort. Des exemples bénins comprennent : les jeux maître-esclave, immobiliser l’autre à l’aide de drogue ou d’alcool, fouetter ou fesser l’autre pendant les rapports sexuels, l’enfermer dans une cage, lui bander les yeux, le menotter, pincer ses organes sexuels. Les exemples durs comprennent : les coups, l’étouffement, la torture psychologique, brûler, couper, poignarder, le vampirisme, et l’assassiner avant, pendant ou après les rapports sexuels.

– spirituelle :

Pensée dichotomique – Diviser les gens en 2 parts ; ceux qui sont d’accord avec eux et ceux qui ne le sont pas. Pleins de préjugés, ils se moquent ou rabaissent les croyances différentes.

Élitisme – Refuser de s’associer avec des personnes ou des groupes qu’ils considèrent comme impurs ou impies.

Soumission – ils exigent que d’autres adoptent complètement leur point de vue. Il n’y a pas de place pour des opinions divergentes ou la remise en question de leur autorité. Ils punissent, insultent et appliquent le traitement silencieux pour les « dissidents ».

Étiquetage – Les personnes qui ne sont pas conformes à leurs croyances sont considérées comme désobéissantes, rebelles, sans foi, des démons ou ennemis de la foi.

Façade parfaite – il exige la perfection et le bonheur à tout moment. Les activités religieuses telles qu’aller à l’église sont soumises à des exigences extrêmes, des attentes excessives, et de la rigidité.

Légalisme – Le strict respect de leurs règles et règlements est exigé, avec des déclarations absolues sur des questions insignifiantes telles que la couleur des cheveux ou le style de vêtements autorisés. Celui qui y désobéit est sévèrement puni ou encourt même l’excommunication.

Ségrégation – Il utiliser le secret ou tait l’information, qu’il ne donne qu’à quelques individus qu’il estime dignes de le savoir. Séparation d’avec des membres de la famille et des amis en dehors de la religion, incluant l’évitement, la mise à l’écart ou la persécution.

L’obéissance aveugle – est exigée. Ils ont remplacé la religion avec eux-mêmes et les gens sont censés les adorer.

Abus de pouvoir – ils utilisent leur autorité ou leur pour magouiller pour leur bénéfice personnel (souvent financier) et justifient leur comportement en disant qu’ils le méritent.

Fraude – Se livrer à une faute criminelle ou couvrir les transgressions des autres au nom de leur religion. Cela inclut la dissimulation de délits, crimes financiers, violences physiques et abus sexuels.

L’Art du baiser sensuel (pour les hommes)

Par défaut

BoucheUn sondage réalisé par le site de rencontres sérieuses Parship a révélé que les femmes embrassaient plus que les hommes et y étaient donc plus expertes.

Consciente que ce sont les talents d’ »embrasseur » d’un homme qui poussent la plupart des femmes à désirer – ou pas – aller plus loin avec lui, je me suis dit qu’une mise à niveau pour les hommes s’imposait !

Trop d’hommes croient encore que les femmes fonctionnent comme eux et qu’ils peuvent passer directement aux « choses sérieuses », en sorte qu’ils effarouchent la dame & gâchent leurs chances.

Il faut savoir que « Les hommes sont comme des ampoules lumineuses (ils s’allument), alors que les femmes sont comme des fours (elles se réchauffent peu à peu) ».

Donc, Messieurs, la lenteur peut vous sembler superflue et ennuyeuse, mais essayez… et je parie que vous y prendrez goût !

Beaucoup de femmes jugent, à votre façon d’embrasser, si vous serez bon au lit ou pas… Bien embrasser est donc un outil très utile si vous voulez arriver à vos fins ; cela multiplie vos chances de « conclure » !

Pourquoi se précipiter sur une femme comme la faim sur le monde, alors qu’on peut faire durer le plaisir ? Plaisir qui sera mutuel, d’ailleurs ; à moins d’être désensibilisé, vous en profiterez aussi.

En outre, c’est bon pour la santé ! Un baiser passionné stimule le métabolisme (donc, fait maigrir), le cerveau et l’immunité, produit des endorphines (apaisant le stress, l’anxiété et la douleur), équilibre l’activité cardiaque, lutte contre les rides en faisant travailler 30 groupes de muscles, fait baisser le taux de cholestérol et la tension, … Top Santé avait même détaillé les bienfaits du baiser sur la santé (http://www.topsante.com/couple-et-sexualite/amour-et-couple/vie-de-couple/les-bienfaits-du-baiser-sur-le-bien-etre-et-la-sante-244891).  

Alors, si vous en êtes resté au « bécot » sans fantaisie, il est temps de raffiner votre technique.

Suivez le guide ! Voici comment pratiquer cet Art (car c’en est un) & y devenir maître :

Approchez tendrement votre visage de celui de votre partenaire, et respirez-la (un peu comme les Esquimaux), frôlez de vos lèvres (totalement relaxées) diverses parties de son visage (tempes, yeux, oreilles, cou). Vous pouvez même y poser de petits bisous tendres, puis approchez-vous des lèvres .. .

Rien que ceci, déjà, vous distingue de la majorité de vos rivaux et vous donne un grand avantage sur eux.

Donc, ce baiser, faites-le-lui désirer ; faites-la panteler d’envie que vous l’embrassiez !

une fois là, frôlez (ou « brossez »)  doucement vos lèvres – totalement relaxées (pas de froncement, pas de « bec de canard » !) – sur les siennes,

Puis, très lentement, entr’ouvrez les lèvres – j’ai bien dit « entr’ouvrir » et pas « ouvrir » ! (le déchaînement total, bouche ouverte, n’est permis qu’en plein acte sexuel) …  Ce n’est qu’à ce moment ; lorsque vos 2 bouches sont « arrimées » l’une à l’autre, que vous pouvez tendre un peu vos lèvres,

la langue peut alors entrer en action – mais attention : ne la lui enfoncez pas à fond comme un brutal ! N’oubliez pas qu’elle en tire des conclusions sur comment la rencontre amoureuse risque de se passer – et ceci ferait très mauvais effet !

La langue est, à ce moment, relaxée ; que ce soit très progressif ; toujours doux, tendre, sensuel.. Ne soyez pas le Cro Magnon qui lui fourre un gros  morceau dans la bouche et couvre de bave la moitié de son visage ! Cette façon balourde d’embrasser donnera à votre partenaire une pauvre idée de vos talents amoureux, et guère envie d’aller plus loin avec vous !

Que vos maîtres-mots soient ici ; tendresse, douceur et lenteur … Donc, que votre langue s’adapte et réagisse à sa langue à elle et à ses réactions corporelles ; molle si la sienne l’est, par exemple.

Et si cette lenteur vous agace, souvenez-vous de cette règle d’Or ; vous perdez du temps pour en gagner !

En effet, votre partenaire tirera de cette pratique à la fois sensuelle et maîtrisée, des conclusions flatteuses sur votre compétence au lit – sans compter que ça lui en donnera l’envie, surtout si vous pensez alors à l’accompagner de douces caresses ! (évitez les zones érogènes à ce stade).

La bouche étant très sensible et richement innervée (c’est une zone érogène de base), il y aura une progression. Les baisers sensuels, en effet, sont le prélude nécessaire à toute séance amoureuse, qu’ils précèdent et accompagnent…

bougez votre langue autour de la sienne comme si vous vouliez écrire (non avec la pointe de la langue !) les 5 premières lettres de l’alphabet …

à partir de là, il suffit d’adapter toujours votre pratique à ce qu’elle vous envoie – c’est un jeu de ping-pong, une conversation très intime sans paroles – ce qui est encore mieux ; ça évite les malentendus qui gâchent si souvent le langage !

cela devient plus chaud, plus intense ; alors, laissez-vous aller… Souvenez-vous seulement de ne pas serrer trop les lèvres – « dégustez » votre partenaire comme vous feriez d’une crème glacée bien crémeuse …

Remarque : faites attention à votre haleine !  Celle-ci est toujours un peu « bizarre », vu que c’est l’odeur de nos organes internes.

Et ne hâtez pas non plus l’acte d’amour ; là aussi, faites-le-lui désirer ! Comme pour le baiser, la lenteur à parvenir à l’acte sexuel en multiplie les plaisirs et la durée ; voir Retardez le moment de faire l’amour !

(Source : https://www.parship.fr/pics/downloads/fr_FR/CP-Bisous.pdf )