Archives de Tag: seul

Le PN comme démon (suite)

Par défaut

demon-rieur

Dans cet article http://www.bonheuretamour.com/2017/01/06/le-pn-comme-demon/ , je compare les pervers narcissiques à des démons – dont ils ont les caractéristiques & le comportement.

Et j’ai traité ici https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/12/12/peut-on-guerir-son-partenaire-pn/ l’impossibilité – même avec tout votre amour – de le ramener dans la voie du Bien.

Vous ne pouvez pas le régénérer, mais lui peut vous pervertir !* Car si vous vivez avec un tel démon, sachez qu’il tentera de le faire par n’importe quel moyen – surtout les plus cruels, leurs préférés.

Non seulement votre partenaire PN veut vous détruire, mais il veut vous attirer dans l’enfer où lui vit !

Ayant perdu leur force de vie, la vôtre enrage les PN, qui feront tout pour vous tirer vers le bas – à la fois pour vous ramener à leur niveau et pour implanter dans votre âme leur mentalité & mode de vie pervers (mort !).

J’ai vu ce processus (où un PN détruit une vie & tire une âme vers l’enfer) SI souvent ! Et, l’ayant vécu depuis quasiment 58 ans, je l’ai senti m’être appliqué & observé être appliqué à mes pauvres enfants… (vision d’horreur pour une mère, & qui me fit traverser l’enfer.. au risque d’y rester à jamais).

Parfois, le PN n’est pas votre partenaire amoureux, mais un(e) ami ou un(e) collègue… Il (elle) se montre sympa & serviable, et puis commence à vous confier des bêtises qu’il (elle) aurait faites… Encouragé(e), vous lui avouez les vôtres, et il les répand auprès de vos autres ami(e)s ou collègues & supérieurs, ou même auprès de votre famille – surtout la personne qui vous est le plus cher & le plus proche ; votre compagnon (ou compagne) !

Avec ce dernier, votre « ami(e) pervers » essaiera de semer la zizanie, soit en le(la) séduisant, soit en vous faisant remarquer ses défauts, en vous emmenant dans des lieux de drague & vous poussant à sortir avec d’autres ou à rompre une relation qui était pourtant saine. Si vous vous retrouvez seul, sans rien, malheureux, le PN a gagné & se sent bien !

Et à l’inverse, lorsque ces démon(e)s voient quelqu’un qui a des relations positives ou un statut stable, ils font tout pour l’en priver en jouant les amis dévoués – & ça marche, car les PN ont énormément de charisme & de persuasion !

Souvenons-nous que ces êtres savent comment susciter notre confiance, qu’on ne verra pas que leur amitié est feinte et qu’on leur sera reconnaissant d’être notre ami(e).

Alors, méfiance si vous remarquez qu’un de vos amis (ou membre de votre famille) agit ainsi. Remarquez leurs tactiques malsaines & refusez d’avaler leurs mensonges & de faire ce qu’ils vous poussent à faire, juste pour vous nuire. Voyez-les pour ce qu’ils sont & évitez-les à l’avenir.

James (de begood) dit que ces gens en ont après notre âme ; qu’ils veulent la détruire, la rendre noire comme la leur, & qu’ils veulent nous voir sombrer & finir par agir comme eux. Je suis d’accord ; j’ai vu, lu, entendu & senti des preuves de ceci très souvent !

Tous ceux qui croisent le chemin d’un PN feront l’objet d’une séduction, d’une exploitation (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ ), puis d’une « narcissisation » (pour créer de nouveaux PN).

Ils ont bien étudié les humains (pour pouvoir copier un comportement normal) & connaissent vos cordes sensibles,  votre naïveté,  votre loyauté & votre difficulté à dire non, et donc, ils en joueront pour vous manipuler & vous faire agir à l’encontre de vous-même & de ce qui est bon pour vous.

Devant toutes vos bonnes qualités ; votre joie de vivre, votre gentillesse, votre résilience, votre sociabilité réelle, votre générosité, …  ils sont fous de jalousie et visent à les détruire. Alors, rien ne leur fait plus plaisir que de vous entraîner sur la mauvaise pente pour vous rendre comme eux & vous faire vivre aussi dans leur monde terne & désolé.

Dites-vous bien que ces gens qui vous poussent au mal ne sont pas vos amis et dorénavant, si quelqu’un vous fait subir un « bombardement » d’amour ou d’amitié trop beau pour être vrai (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/12/28/bombardement-damour-tous-aux-abris/ ), ou vous demande de mentir à vos proches, ou tente de déclencher vos confidences, excluez-le de votre vie. Prenez n’importe quelle excuse pour ne pas le voir ou lui parler, mais ne faites par l’erreur de tenter de discuter, de vous justifier & surtout, de lui montrer que vous voyez clair dans son jeu, car sinon, il vous pourrira la vie.

Coupez les ponts dès que possible, car plus ce genre de démons restent dans votre vie, plus ils vous blessent & vous affaiblissent … et plus ils ont de chances de vous ramener avec eux en enfer.

* Je suis d’ailleurs venue en contact avec tant de ces ex-victimes qui ont « muté » que j’ai aussi écrit là-dessus (http://www.bonheuretamour.com/2016/07/10/lhorrible-mutation-des-victimes/ ).

Publicités

Evasion mentale des victimes de PN

Par défaut

daydream3

Vivre avec un PN est tellement horrible & douloureux que la proie doit s’évader d’une ou d’autre manière.

Or, comme la victime n’a pas conscience de exactement dans quelle situation elle est – c-à-d en danger mortel ; avec un prédateur qui se nourrit d’elle en lui arrachant chaque jour un peu de sa chair – elle reste – et ce, d’autant plus qu’elle se croit responsable des violences que le PN lui fait et qu’elle espère « s’améliorer » pour qu’il redevienne l’amoureux qu’il était au début.

Elle en ressent les effets (souffrance indicible, terreur, culpabilité, honte, angoisses, insomnies, nervosité, réactivité, dépression, faiblesse, …) mais elle est dans le brouillard – un brouillard soigneusement créé par le PN pour l’empêcher de partir … car quand on voit où l’on est & avec qui, on part !

Comme l’a dit le Dr Phil : « Vous êtes des gens normaux & gentils, alors, votre esprit ne peut pas aller où vont les esprits mauvais & dérangés » !

Donc, puisque, d’une part, la situation est invivable et que, d’autre part, il n’est pas question d’une évasion physique, la victime devra recourir à un autre genre d’évasion.

Beaucoup de victimes tombent alors dans une addiction : alcool, drogues (illégales ou sur prescription, comme les calmants & anti-dépresseurs), sexe, jeux video ou jeux d’argent, travail, …

Mais il y a une autre façon de s’abrutir dont on ne parle jamais : les songeries d’amour !

L’être humain est une merveilleuse machine, dotée de mécanismes de survie sophistiqués. Alors, quand notre être subit des choses d’une violence telle qu’elle dépasse nos facultés de les supporter, notre cerveau nous « sort de là » d’une façon ou d’une autre…

Et si l’on ne peut ni attaquer, ni fuir, il nous sauve en nous « dissociant » de ce qui est en train de se passer. Et c’est ce qui se passe ; il est tellement pénible de vivre avec le monstre qui se nourrit de notre sang qu’on dissocie…

Si l’on est coincé(e) dans une situation d’agression, la Nature, pour nous protéger, a prévu un mécanisme de survie, consistant à dissocier notre esprit de ce qui est en train d’arriver à notre corps (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/06/02/refugiee-dans-ma-tete/ ).

Hélas, il semble que même notre corps se fait le complice des PN !

En effet, ne pouvant s’évader qu’en pensée, la victime fuit dans le rêve, elle s’élève sur les ailes enchantées des rêveries de passion pour fuir la prison infecte, le trou noir délétère où elle végète… C’est sa façon de contrebalancer son quotidien de haine… Affamée de chaleur humaine et ne pouvant se nourrir d’amour réel, elle tente de se satisfaire avec un amour fantasmé – comme la nourriture imaginaire dans Peter Pan.. sauf qu’on n’est pas au Pays Imaginaire, et que cette passion chimérique ne nourrit rien du tout, mais ne fait que nous garder dans cette relation qui nous détruit !

On tombe amoureuse d’un homme inaccessible (qu’il s’agisse d’une star ou un proche de la famille) et on perd sa vie à fantasmer longuement sur lui chaque jour… ce qui nous enfonce de plus en plus dans la passivité.

De plus, cette illusion de passion s’accompagne d’un fantasme de sauvetage : le beau prince auquel on rêve, non seulement déposera à nos pieds un amour pur & ardent, mais nous sauvera de ce quotidien horrible…

Cette idée nous éloigne de la conscience que si l’on veut améliorer notre vie (éventuellement en trouvant ce bel amour vrai) & stopper cet assassinat à petit feu par le lâche bourreau qui partage notre vie, on devra cesser de rêver & commencer à agir !

Il est terrifiant de comprendre que l’autre nous hait & est incapable d’aimer, et que personne ne viendra nous sauver, qu’on doit le faire seul(e), mais c’est la 1ère étape obligée pour survivre en se retirant de cette relation destructrice.

Il faut cesser de rêver & commencer à agir. Pour vous faciliter les choses, voici un bon plan : http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/la-methode-plan-a-plan-b/.

Et souvenez-vous : Il faut faire ce que l’on doit faire, avant de pouvoir faire ce que l’on veut faire !

Victime de PN ; à qui le dire ?

Par défaut

secret3

On le sait, un PN vous travaille activement à détruire votre réputation partout où il passe, pour 3 raisons ;

1) pour se débarrasser de son côté sombre & de sa folie et la projeter sur son bouc émissaire,

2) pour maintenir sa proie seul(e) & pauvre, en sorte qu’elle ne puisse lui échapper,

3) pour berner les autres, & se sentir ainsi le plus fort & le plus malin.

La victime se demande souvent comment les gens peuvent croire ces mensonges, et pourquoi ils ne réalisent pas que c’est anormal qu’une mère salisse ses enfants ou un conjoint(e), son partenaire.

L’astuce – car ces êtres démoniaques sont rusés – est de le faire par petites touches ! Tel le Petit Poucet qui semait des petits cailloux, les PN « révèlent » sur vous des anecdotes – totalement inventées ou vraies, mais en inversant les rôles ! – en sorte de montrer à quel point leur victime est mauvaise & tarée (phénomène de projection).

En même temps, ils se font passer pour un petit saint ; c-à-d une pauvre victime d’une patience d’ange, qui aime son bourreau, s’inquiète de sa santé mentale et essaie de l’aider… (!)  – j’en parle ici : http://www.bonheuretamour.com/2016/06/23/comment-les-pn-vous-diffament/

Et ces diffamations s’étalent dans le temps ; à chaque rencontre, le PN en rajoute une couche…

Peu à peu, tout le monde (leur famille, notre famille, leurs collègues, nos collègues, leurs amis, nos amis, … ) vous tourne le dos et vous vous retrouvez dans la position qu’il a voulue ; sans amis, soutien ou boulot – c-à-d totalement à sa merci !

Lorsque les gens entendent ces mensonges, ils les croient. Même si la victime les a prévenus, elle constatera, à sa grande désolation, que les gens se mettent à l’éviter, même ceux qui la croyaient.

En fait, les gens ont la tendance de fuir instinctivement devant un danger, devant ce qui leur semble malsain – il est prouvé, par ex, que c’est pour ça que les humains détournent les yeux des handicapés.

Donc, votre histoire met les gens sains mal à l’aise ; il ne veulent pas avoir affaire avec des choses monstrueuses ; ils préfèrent vivre dans les régions positives, où il y a chaleur & lumière, et les bas-fonds sombres de la folie & de la violence les dégoûtent.

Quand vous leur racontez ce que vous vivez, comme c’est malsain & terrifiant, ça les choque et ils en déduisent que c’est vous qui êtes cinglé(e) … et sans doute, mauvais, pour oser attaquer quelqu’un d’aussi gentil (!) que le PN !

En fait, la victime, qui était un joyeux faon, s’est fait entraîner dans la tanière d’un loup enragé – elle appelle ses « frères humains » à l’aide, mais hélas, ils n’ont d’humain que le nom, en sorte qu’ils préfèrent se boucher les yeux & les oreilles & continuer à joyeusement gambader dans la prairie en vous laissant vous faire torturer & tuer à petit feu… Comme ils sont lâches, ils refusent de croire que le Mal existe ; ça dérangerait leur petit confort mental !

Pour les autres, ceux qui ne font pas que vous rayer de leur vie mais se joignent au PN pour vous attaquer & l’aider à vous démolir – les flying monkeys – j’en ai parlé ici https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/09/25/le-pn-ses-flying-monkeys/.

D’un autre côté, ces gens qui évitent les victimes nous montrent ce que c’est que d’avoir des limites personnelles saines ; quand on est confronté à quelque chose de toxique, on s’extrait de la situation pour se protéger du danger. Dommage pour vous et mission accomplie pour le PN, en tout cas ! Il veut vous garder dans un état constant de dysfonctionnement & donc, sans amis..

Alors, connaissant la nature humaine, si vous voulez garder un job & des relations, il est préférable de taire ce que vous vivez ou avez vécu avec le(s) PN, car rares sont ceux qui pourraient le comprendre & l’accepter.

Si vous avez joint un groupe de gens (pour un hobby, …) et que vous vous entendez bien avec eux depuis des années, devez-vous leur révéler votre vécu ? Sûrement pas !!! Car, qu’ils vous croient ou non, ça changera radicalement l’opinion qu’ils ont de vous, & comment ils vous traitent.

Bien entendu, taisez aussi à votre PN que vous faites partie de ce groupe, car sinon, il les contactera & vous salira – à partir de là, que vos amis le croient ou pas, la situation a été empoisonnée, & vous serez désormais accueilli froidement. Même si vos amis sont très gentils, s’ils ont vécu sans jamais avoir affaire à un PN, ils ne pourront pas comprendre ce qui se passe et se mettront à vous éviter.

Mais à qui peut-on en parler alors ? Peut-être à un(e) petit(e) ami(e) qu’on fréquente depuis longtemps et qui a vécu une expérience similaire – sinon, non.

C’est triste, car la victime a tant besoin d’être comprise & soutenue ! La seule chose qu’on peut faire si un PN a gâché, directement ou indirectement, une amitié, est d’en faire son deuil et de se jurer de faire mieux la prochaine fois… N’essayez pas de réparer des relations détruites par votre PN ; c’est irréparable… Comme disait Churchill : « on peut toujours rallumer un cigare qui s’est éteint, mais il n’aura plus jamais le même goût ».

Débrouillez-vous pour que le PN ignore toujours où vous travaillez ou de quel groupe vous faites partie, pour l’empêcher de vous nuire. Et ne laissez pas échapper vos secrets par mégarde, en disant, par ex : « non, je ne peux pas prendre notre fille tel jour, car je suis à mon groupe de belote »…

Et retenez aussi que, dans un groupe, c’est ok de vous taire & d’écouter lorsque les autres se révèlent. On tombe souvent dans ce piège avec des gens sympas, quand ils nous révèlent quelque chose sur leur vie.

Mais ça ne veut pas dire qu’on doive faire pareil ; on a vécu des choses terribles, que la plupart des gens ne peuvent imaginer, et pour se protéger, on ne doit pas le leur révéler. Notre vécu est comme une chose très fragile & précieuse, qu’il ne faut pas confier à des mains « grossières »…

Car ensuite, ce gars « si sympa » peut vous fuir ou vous condamner dans sa tête, ou le révéler aux autres, ou nous taquiner sur ce sujet à chaque fois qu’on le voit…

Hélas, c’est dur pour les victimes ayant grandi dans une famille PN ; au lieu d’avoir une saine estime de soi, elles ont soif de validation et la recherchent en dehors d’elles-mêmes. Ces victimes-là ont dû se justifier toute leur enfance (les parents PN nous accusent en effet toujours de mentir) et donc, à l’âge adulte, continuent à révéler le fond de leur coeur à tout le monde, à se justifier pour tout & n’importe quoi !

Les gens normaux ont eu une famille aimante qui les validait & les soutenait et donc, n’ont pas besoin de chercher leur validation chez des étrangers – mais … « les gens affamés sont de mauvais acheteurs » & si on a été frustré de ce besoin de base qu’est la validation, on s’adresse à n’importe qui pour nous la donner…& c’est ainsi qu’on se fait capturer par des prédateurs !

Toujours, les victimes espèrent qu’en entendant les tortures qu’elles ont subies, l’interlocuteur va les serrer très fort et leur dire combien c’est horrible qu’elles aient dû endurer cela. Mais hélas, les seuls qui nous aient offert ce réconfort étaient des PN qui nous disaient ce qu’on voulait entendre pour nous attirer dans leurs filets !

Souvent, les PN (même jeunes) en quête de proie inventent qu’ils sont incompris ou abusés, pour forcer l’autre à se confier aussi & voir s’il fait une bonne proie pour eux. Donc, méfiance ! Si ça vous arrive, réconfortez-le mais ne vous révélez pas ! Attendez de le connaître mieux pour examiner si son histoire est vraie.

Vous pouvez révéler des choses sur qui vous êtes, sur votre caractère, mais pas sur votre famille ; si elle était dysfonctionnelle, restez vague à ce sujet.

Au fil du temps, en connaissant une personne, vous vous féliciterez de ne pas lui avoir confié votre histoire.

Avoir été la proie d’un PN est une chose grave, qu’il ne faut révéler qu’à ceux qu’on connaît bien, dont on est sûr qu’ils l’ont été aussi, qu’ils nous aiment et qu’ils ne sont pas passés « du côté sombre de la Force » (voir : http://www.bonheuretamour.com/2016/07/10/lhorrible-mutation-des-victimes/).

Une grande part de la guérison d’une victime est de désapprendre les comportements auto-destructeurs que son PN lui a appris et d’adopter des comportements sociaux normaux et utiles pour elle…

Rebâtir sa vie après la violence narcissique

Par défaut

webgobbler

J’ai abondamment décrit le traitement inhumain que notre société réserve aux victimes de pervers ; combien on blâme les victimes des abus qu’elles subissent, combien on ne les croit pas, combien on leur applique des théories débiles et combien chacun se change en complice du PN pour l’aider à les détruire – par ex :

Sites d’infos sur les PN : http://www.bonheuretamour.com/2016/02/18/sites-dinfos-sur-les-pn/

PN : la société accable les victimes ; http://www.bonheuretamour.com/2015/06/14/pn-la-societe-accable-les-victimes/

Victime & acteurs sociaux : http://www.bonheuretamour.com/2015/06/07/victimes-acteurs-sociaux/

Violence perverse, effets & société –https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/13/violence-perverse-effets-societe

La soi-disant « co-dépendance » http://www.bonheuretamour.com/la-soi-disant-co-dependance/

et https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/09/24/la-codependance-des-victimes-de-pn/

Pourquoi on délaisse les victimes : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/17/pourquoi-on-delaisse-les-victimes/

Comment la société protège les PN : http://www.bonheuretamour.com/2016/05/17/comment-la-societe-protege-les-pn/

Bref, beaucoup de victimes ou d’ex-victimes de pervers narcissiques semblent normales, mais sont en fait des parias, n’ayant ni famille, ni vie sociale – voir http://www.bonheuretamour.com/2016/01/27/lex-victime-de-pn-est-seule-pauvre/ 

L’être humain est grégaire, mais surtout tribal ; les gens restent « entre eux », c-à-d avec leur famille… mais la victime de PN, elle, n’a pas de vraie famille – c-à-d des gens chaleureux, sur qui il (elle) puisse compter => voir http://www.bonheuretamour.com/2016/06/14/ex-bouc-emissaire-famille-etendue/

Même si la victime peut & veut, pour une fois, participer à un événement amical ou familial (ou même, cherche un job), voici ce qui se passe : les autres discutent de choses & d’autres, de leur vie ; leur ancienne école & camarades, leurs amours, leur job, …mais la victime ne peut parler de tout cela et si on l’interroge, soit elle dit la vérité & se fait rejeter, soit elle ne trouve pas de réponses et passe aussi pour bizarre & suspecte.

La victime apparaît aux autres comme « anormale » (hors des normes) – donc, les personnes saines s’en méfieront & la rejetteront.

Si l’on ne fait pas partie d’une « vraie » famille, les autres ne peuvent nous comprendre & s’attacher à nous, et, craignant d’apporter un élément perturbateur dans l’équilibre familial, nous rejettent.

C’est bien d’être seul de temps à autre ; ça nous apprend à réfléchir profondément, à apprécier notre propre compagnie & à se débrouiller, mais il faut aussi des moments avec les autres ; chacun a besoin de contacts, de pensées différentes, d’amusement, de chaleur humaine & de soutien…

Il faut viser à trouver des êtres bons, avec qui on pourra être soi-même – après tout, si on est resté bon(ne), il n’y a pas de raison d’avoir honte de ce qu’un autre nous a fait ! Donc, pour ceux qui vous rejettent, suivez le conseil de Jésus ; secouez la poussière de vos sandales & ne remettez plus les pieds chez eux !

Vous n’avez pas besoin de telles personnes – que je nomme « l’innocence au sourire sanglant » ; des gens « gentils », mais en fait cruels, qui jouissent tranquillement de leur bonheur & se fichent de ceux qui sont en train de crever au dehors, des gens qui, par leur attitude d’indifférence, sont en fait les meilleurs complices du PN & font partie du problème, car visiblement, ils ne veulent pas faire partie de la solution !

Les gens à fréquenter sont ceux qui pourront comprendre ce que l’on vit, et qui, se souciant de notre bien-être, nous éviteront ensuite les questions qui pourraient nous embarrasser.

Par ex, si vous sortez avec un homme (ou une femme) réellement gentil et qui vous aime tel(le) que vous êtes, il (elle) avertira ses parents de la situation, en sorte que lorsque vous serez invité chez eux, ils ne demanderont pas de ces choses gênantes – ce qui prouvera du reste, qu’ils sont également des êtres gentils.

Si les gens ne vous comprennent pas, ne tentez pas de « rattraper » la situation & de vous faire accepter par un milieu où vous ne devriez pas être ; sortez immédiatement, sans explication !

Une fois de plus, on ne peut jamais être assez doux avec une victime de PN – & la 1ère personne qui doit être doux avec vous, c’est vous-même !

Si vous fréquentez des êtres mauvais ou, pis, indifférents (car le contraire de l’amour, ce n’est pas la haine ; c’est l’indifférence) ou que vous vous isolez chez vous, vous ne pourrez trouver les rares êtres bons qui pourraient vous soutenir – car bien qu’une victime se sente étrangère à la vie normale, et être un genre d’imposteur, elle est quelqu’un de bien, méritant d’être aimée.

Le PN vous a volé une part de votre vie, & là, il ne faut pas s’habituer à être seul(e), à être un(e) « no-life » ; c’est à vous de (re)commencer à zéro et de vous bâtir une vie.

Ce n’est pas facile mais plus on postpose, plus cet isolement s’empare de nous & devient une partie de notre identité. Et l’on est vraiment trop vulnérable quand on est seul(e)…

Songez bien à ceci avant de vous renfermer dans votre coquille…

Pourquoi le PN ne paie pas pour le mal qu’il fait

Par défaut

humain-cosmos

La vie n’est pas juste (du reste, elle ne nous a rien promis) ; voici encore un fait qui le prouve : les PN, qui devraient payer leurs crimes d’une vie de souffrances, prospèrent, se portent comme un charme & sont heureux, tandis que les victimes souffrent de maux innombrables (voir ; http://www.bonheuretamour.com/2016/01/27/lex-victime-de-pn-est-seule-pauvre/).

Normalement, le mal est comme un boomerang ; il revient toujours vers celui ou celle qui l’a émis – j’illustre cela ici : http://www.bonheuretamour.com/2013/02/11/tout-se-paie-lexemple-danne-boleyn/ .

Mais les PN semblent être une exception. JAMAIS le mal qu’ils infligent à leurs victimes ne leur revient ; ils semblent imperméables au karma ou à la Loi d’Attraction ! Même, ils s’en tirent mieux que les autres, dans notre société !

Comment cela se fait-il ?

Eh bien, pour ces lois de « retour », il faut savoir que l’univers ne connaît ni bien ni mal ; donc, ce n’est pas tant ce que l’on fait qui compte, que la vibration que l’on émet.

Au départ, la victime (toujours un être de nature riche & lumineuse) émet de fortes vibrations positives, que le vampire PN lui dérobe.

La victime s’épuise de plus en plus, pour se retrouver finalement vidée de sa lumière, émettant des vibrations négatives (peur, douleur, honte, culpabilité, frustration, dépression, rage, …) et s’attirant, par voie de conséquence, pauvreté, solitude, méchanceté des autres, maladies physiques & mentales, …

Le pervers, par contre, prospère ; il a de l’argent & un nouvel amour, est heureux, en bonne santé, entouré d’amis & de protecteurs, …

Pourquoi ? Tout simplement parce que quand le PN se met en quête d’un(e) autre partenaire, qu’il vous trompe, qu’il gagne sur vous, qu’il vous vole votre argent, … il se sent super-bien & donc, émet de fortes vibrations positives (souvenez-vous ; l’univers ne connaît ni bien ni mal) – & comme de juste, l’univers le « récompense » pour cela !

Vous pouvez penser que c’est injuste (& ce l’est !), mais c’est ainsi que le monde fonctionne…

Même lorsque vous l’avez quitté & qu’il ne peut plus tirer d’approvisionnement narcissique de vous, il contiue d’en recevoir d’autrui (= ses amis, ses collègues, son (sa) nouveau partenaire, les acteurs sociaux, …) à qui il réussit à « vendre » ses bobards & à pousser à vous attaquer …

Il est donc normal qu’il ne lui arrive rien de négatif , et que l’univers vous fasse payer la note !

Conclusion :

Vous ne pouvez rien faire pour ou contre lui, mais pour la 1ère fois, vous pouvez – & devriez – commencer à vous faire du bien… Et pour ça, il faut modifier les vibrations que vous émettez, en les tournant vers le positif.

Et ça, ça ne va pas être facile, car tout ce mal infligé exprès, avec la bénédiction de la société, ça génère beaucoup de colère (à part la souffrance) ; voir http://www.bonheuretamour.com/2016/04/30/pn-la-colere-des-victimes/ – et en plus, le PN nous a « coaché » à être réactif – sans compter que les attaques subies ont rendu notre amygdale hyperactive, ce qui augmente l’hypervigilance & la réactivité…(j’en parlerai dans un prochain article).

Sachez-le, et décidez de vous débarrasser de ces émotions qui abîment votre corps comme votre esprit, & vous font une vie pourrie – sinon, vous continuerez à vous faire du mal.

Comment les PN vous diffament

Par défaut

diffamer

Comme dit ailleurs, le PN vise à « rentabiliser son investissement » ( = toute la comédie de l’être parfait qu’il a dû jouer pour vous attirer dans ses filets) – donc à vous garder, pour pouvoir se nourrir de vous le plus longtemps possible (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ ).

Et pour ça, il faut vous isoler, pour affaiblir votre position.

Il prendra donc diverses mesures en ce sens ;

– pour vous isoler physiquement, il vous « enlevera » loin de vos proches, vous privera d’argent ou de moyens d’en gagner (job, études) ou de véhicule,

– pour vous isoler psychiquement, il y a 2 volets : d’abord, tout faire pour vous inspirer de la méfiance vis-à-vis de vos proches (si pas de la colère ou du mépris), et secondement, inspirer à tous de la méfiance, colère & mépris envers vous.

Voici comment ça se passe concrètement : au début, il va se montrer adorable, en sorte de gagner votre coeur & votre confiance.

Il se « confiera » à vous, à la fois pour vous inciter à faire de même, et aussi à faire vibrer la corde sensible (car, dans ses fausses confidences, il se présente toujours comme une victime, comme un agneau sacrificiel, auquel de méchantes gens ont fait subir des choses horribles) ; la pitié est un piège bien au point & efficace, qui fait tomber bien des victimes dans le filet des PN !

Donc, vous vous ouvrez et vous vous confiez aussi … Grave erreur ! Non seulement ça lui permet de vous maltraiter en « appuyant » précisément là où ça fait mal, mais ça va lui permettre de vous démolir auprès des autres, pendant la relation et surtout après, si vous osez le quitter.

Dès le début, il tente de monter les autres contre vous, à la fois pour vous isoler, et pour se trouver des flying monkeys, qui feront le sale boulot ( = vous persécuter) à sa place – ce qui lui procure une double dose d’approvisionnement narcissique.

Que ce soit vos amis, petit(e)s ami(e)s, collègues, …il se débrouille pour se rendre sympathique et vous salit auprès de tous ceux à qui vous avez l’imprudence de le présenter.

Par ex, un homme raconte la tactique de sa mère PN ; s’il amène à la maison une nouvelle petite amie, la mère se montre charmante. Elle attend qu’il aille aux toilettes pour demander à la fille de l’aider à organiser une fête d’anniversaire surprise pour son fils, et qu’il ne faut rien lui dire. Incidemment, elle demande à la fille son N° de téléphone pour pouvoir la planifier toutes les 2.

Peu après, elle téléphone à la petite amie sous prétexte de discuter de la fête d’anniversaire & commence une conversation à bâtons rompus, où elle raconte qu’elle a peur de son fils, que d’ailleurs ils avaient, jusqu’à il y a peu, une mauvaise relation, mais que depuis quelques semaines, il se montre miraculeusement gentil avec elle.

Bien sûr, sa bien-aimée se demande qui peut bien ne pas s’entendre avec une mère aussi gentille, & aussi que l’homme lui joue une comédie & cache un caractère menteur & violent.

Ou elle offre – toujours en cachette de son fils – un cadeau à la fille, mais en prenant un air angoissé et en la suppliant de ne rien dire à ce dernier, car sinon, il se mettrait en colère et que ça la terrifie…

Cette mère PN s’était déjà débrouillée pour le couper de tous ses copains quand il était enfant.

Bien entendu, les PN ne font jamais exprès de « révéler » ces choses sur vous, ou n’avaient que de bonnes intentions… Ben tiens ! Comme par hasard, ils le font pourtant en tous domaines de votre vie : au plan amical, amoureux & professionnel, toujours et partout ; ils saisissent toutes les occasions de vous salir !

Par ex en rue, au magasin, dès qu’ils aperçoivent quelqu’un que leur victime connaît, ils vont engager la conversation… et y glisser leur venin ; de petites phrases assassines, qui font que les gens vous détestent & vous méprisent et ont pitié du (de la) PN – un comble !

Moi, par ex, j’avais jadis rencontré 2 Bruxellois (Tania & Titoune) en Grèce. On se trouvait sympas et on était tout contents de trouver des compatriotes sur cette île paumée (Antiparos)… jusqu’à ce que je leur présente ma soeur jumelle (le Golden Child de la famille)… Soudain, à mon grand désarroi et à ma grande douleur, ces 2 personnes se sont mises à être très amis avec elle et à m’éviter.

Je me rappelle d’une fois, on buvait un café tous les 4 et je dis que j’aime quelque chose (j’ai oublié quoi). Immédiatement, ma soeur s’écrie d’un air totalement stupéfait & abasourdi (quelle bonne actrice !) : « Mais enfin, Béa, hier encore, tu m’as dit que tu détestais ça ! »… et les 2 autres de me regarder comme une foldingue…

Et elle, avec ses grands yeux innocents… Après les vacances, elle a gardé des contacts avec eux durant des années, & bien sûr, ils ne m’ont plus jamais contactée. Ca fait mal…

Bref, entendant & croyant de telles choses sur vous, toutes vos connaissances vous tournent le dos, ou deviennent des flying monkeys.
La conclusion à en tirer est de ne jamais présenter une connaissance à des PN ; devant ces derniers, tenez votre langue, pour ne pas mentionner par inadvertance le prénom d’un nouvel ami, ou l’endroit où vous l’avez rencontré, ou votre nouveau boulot, ne les appelez pas devant un PN ou ne laissez pas traîner votre portable ou votre carnet d’adresses, …

Attention ; s’ils voient que vous devenez méfiant, ils vous rejouent les gentils, les serviables, les fiables, jusqu’à ce que vous leur refassiez confiance & baissiez votre garde – et qu’ils puissent reprendre leur diffamation.

Jamais, jamais vous ne pouvez leur faire confiance, car jamais ils ne changent, malgré les apparences !

Tout comme les gazelles deviennent juste un peu plus rapides que les lions, puis les lions rattrapent leur retard, puis les gazelles deviennent plus rapides, puis … etc. , c’est pareil avec les PN ; comme vous devenez méfiant & que vous leur échappez, ils s’adaptent, modifient & « élèvent » leur niveau de subtilité.

Vous pouvez donc vous attendre qu’à chaque « crise », ils auront l’habileté diabolique de dire & faire exactement ce qu’il faut pour vous convaincre que, cette fois, c’est différent, qu’ils ont changé… mais ne faites pas l’erreur de les croire, car ce ne sont encore que des mensonges !

Tant que vous êtes jeune & vivez encore chez eux, vous êtes à leur merci. Vous devez donc faire en sorte de prendre votre indépendance au plus tôt & d’aller vivre ailleurs. Une fois là, évitez-les le plus possible et si vous les appelez (au maximum une fois/mois), surveillez-vous : ne donnez pas le nom de vos amis ou petits-amis, le lieu où vous travaillez, ou le fait que vous fréquentez quelqu’un, car le PN ne songe qu’à vous tirer les vers du nez pour pouvoir continuer à vous nuire en vous salissant partout & en faisant le vide autour de vous ; ces êtres mauvais & envieux de vos qualités, veulent détruire votre vie, ne l’oubliez jamais !

Du reste, avec l’Internet, il est maintenant facile de trouver les infos privées de presque tout le monde – donc, soyez prudent(e) ; ne dévoilez pas trop de vous-même (à vos proches PN comme au reste du monde).

Rappelez-vous du proverbe : « pour vivre heureux, vivons caché » !

Ex-bouc émissaire & famille étendue

Par défaut

 mouton noir2 J’avais déjà effleuré ce sujet douloureux ici http://www.bonheuretamour.com/2016/01/27/lex-victime-de-pn-est-seule-pauvre/ , mais il mérite un article complet.

Quand on a grandi comme « enfant bouc émissaire » d’une famille perverse, voici notre réalité : Les adultes « normaux » peuvent compter sur une famille aimante et un cercle d’amis sincères, toujours prêts à les soutenir, & les conseiller, ils ont avec ceux-ci de longues conversations ou ils sortent ensemble ou partent en vacances, ou fêtent diverses occasions spéciales – Ceci leur donne le sentiment d’être membre d’une communauté, ce qui les rends forts et heureux. L’ex-bouc émissaire d’une famille de PN n’a rien de tout ça !

Il est seul et en cas de problème, ne peut compter que sur soi-même – et des problèmes, il en aura ; le PN y veillera !

Bref, la victime a (voir art. susmentionné) bien peu d’amis mais en plus, elle a beau avoir une famille étendue – avec des frères & soeurs, des tas d’oncles & de tantes, de cousins & de cousines – elle se retrouve quasiment sans contact avec ces personnes également.

Comment est-ce possible ? 1 mot : triangulation ! => le PN les a « montés » contre vous & ils sont devenus des « flying monkeys » (voir « The Wizard of Oz »).

Souvent, on voudrait désespérément garder des contacts avec eux, mais c’est impossible. Voyons les choses en face : vouloir garder le contact avec ces individus (qui sont pourtant notre famille) est douloureux. Pourquoi s’infliger des souffrances inutiles supplémentaires ?

Jamais ils ne nous aimeront ; ils ont cru aux mensonges du PN et, à moins qu’ils ne comprennent la vérité, toujours ils n’auront pour nous que méfiance & mépris !

Par conséquent, il faut comprendre que jamais ils ne seront pour nous une famille (c-à-d chaleureux & soutenants) et s’en détacher totalement – aussi pénible que ce soit !

La victime a soif d’amour, & sa vie est un tel désert, qu’elle se raccroche à des membres de sa famille qui semblent un peu plus sympas que d’autres – mais même à ceci, elle doit renoncer si elle veut cesser de souffrir.

Car la victime veut nouer des relations profondes mais il vaut mieux dépenser son temps & son énergie à des activités plus gratifiantes, car là, c’est peine perdue !

Ces gens se sont-ils déjà levés une seule fois pour vous défendre quand vous étiez petit(e) & sans défense, tandis que vos parents PN vous maltraitaient ? Ou ont-ils plutôt « ignoré » les « incidents » ou même se sont-ils joints à votre persécution ?

N’avez-vous pas tenté de leur ouvrir les yeux, mais toujours en vain ?

Voici, par ex, ce qui s’est passé la dernière fois que j’ai été chez ma tante Andrée (la seule avec qui j’étais encore en contact, les autres tantes & oncles m’ayant déjà exclues depuis longtemps). Cette tante invite sans cesse ma soeur – l’ex Golden Child) – et jamais moi.

Donc là, elle invite mon père, ma soeur & – exceptionnellement – moi, à dîner un dimanche avec elle & mon oncle. Or, elle venait de subir un remplacement de hanche et souffrait beaucoup.

Les autres se sont assis & se sont mis à papoter en « ignorant » ses mimiques de souffrance & le fait qu’elle faisait tout très lentement.

Mais moi, bien sûr, je ne pouvais voir ça sans réagir ; donc, je l’ai aidée à préparer le repas, à servir tout au long de ce repas et à débarrasser au fur & à mesure, plaçant le couvert dans le lave-vaisselle & lavant à la main les casseroles, … Bref, je ne me suis pas assise durant 2 heures & ai mangé froid, pour lui permettre de souffler un peu.
Personne d’autre ne s’est bougé ; tous se sont laissé servir & n’ont pas cessé de bavarder.

Pour moi, aider est normal, & je n’en attendais donc pas de remerciements.

Mais quand les 2 autres (mon père & ma soeur) m’ont ignorée exprès quand je voulais parler ou m’ont fait des piques, QUI s’est joint à eux ? Ma tante ! Pas trace de colère envers ceux qui se fichent de son état & l’utilisent comme une servante, ni de reconnaissance envers celle qui l’a aidée… mais au contraire, une colère qu’on n’ose adresser à ceux qui la méritent & qu’on déverse sur celle (moi) qui fut toujours le Bouc Emissaire désigné ! (car depuis toute petite, mes oncles & tantes me jetaient sur le dos les fautes de leurs enfants, et pouvaient me frapper sans que les monstres qui me servaient de parents réagissent).

Ca fait mal… Ces gens ne sont pas gentils, ils ne visent pas mon bien et s’ils ne pigent pas ce qui est en train de se passer, c’est parce qu’ils ne veulent pas piger ; que la situation leur permet – à eux aussi – de se rehausser dans leur propre estime en rabaissant quelqu’un d’autre… et RIEN de ce que je pourrai faire ou dire n’y changera quoi que ce soit !

En outre, ce sont quand même eux qui prennent l’initiative d’inviter sans cesse nos bourreaux… C’est donc qu’ils les trouvent d’agréable compagnie.. Or, qui se ressemble s’assemble… La conclusion s’impose, non ?

Une fois qu’on a compris que les « flying monkeys » ont leurs raisons de se comporter comme ils le font ; certains sont des « lavettes » – comprenant la vérité, mais n’osant pas réagir contre les PN – d’autres sont mauvais aussi.

Comprenez que ; 1) vous ne pouvez influencer leurs pensées ou leurs actes, 2) continuer à les fréquenter vous fait plus de mal que de bien.

Décidez d’écouter vos besoins, de respecter vos sensations, décidez qu’ils vous ont fait assez souffrir & de vous en protéger car vous méritez mieux que ça, et coupez les ponts ! Cela, ce n’est pas « de la famille », mais des ennemis.

Recherchez plutôt la compagnie de personnes qui vous font vous sentir bien, qui recherchent aussi votre présence et vous soutiennent & surtout, qui ne vous trahiront pas en tenant avec vos ennemis ; ce sont ceux-là qui seront votre vraie famille !

Les liens traumatiques

Par défaut

estime de soi

J’avais déjà expliqué ici https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/23/pn-pourquoi-on-reste-si-longtemps/ pourquoi on reste si longtemps avec un PN et qu’on n’a en fait pas le choix..

Cet article fut écrit pour expliquer qu’une relation avec un PN est également dure à rompre parce qu’une chose nommée « lien traumatique » se forme avec lui ; je décris ici ce que c’est, comment ce lien apparaît, et comment s’en libérer.

Toute arnaque ou exploitation débute avec une promesse alléchante (exprimée ou sous-entendue), qu’on vous fait miroiter.

Tout arnaqueur ou exploiteur connaît donc bien son « public cible » et ce qu’il désire. Il se base sur ces désirs pour concocter un appât ; une promesse que ce qu’il a à offrir comblera les désirs de sa proie.

Il commence alors son attaque, charmant sa victime, la séduisant à l’aide de la promesse qu’il agite devant son nez.

Mais c’est comme la carotte attachée au bât de l’âne pour le faire avancer et qui, pendant qu’il poursuit une carotte qu’il n’attrapera jamais, sert en fait son maître…

Tout comme l’âne affamé, la cible va alors poursuivre aveuglément son désir, sans voir que ce n’est qu’un leurre…

Dès ce moment, elle ne voit plus les faits ( = ce qui se produit réellement dans la relation)

Bien entendu, l’agresseur a aussi un besoin à assouvir, mais il le garde caché, car son besoin est mauvais (exploiter et aspirer la vie d’autrui) et il emploie des moyens malhonnêtes (mensonges continuels) pour le remplir !

Lorsque la victime commence à voir qu’on la trompe & en parle au PN, il lui fait sa petite danse hypnotique », rajoute une couche de mensonges & de promesses (il peut même pleurer), et elle le croit (au début, du moins).

Après que ce scénario se soit répété plusieurs fois, la victime devient méfiante, et de plus en plus difficile à persuader.  Elle fera subir des tests à son PN, pour voir si « cette fois-ci, c’est vrai » (elle a TANT besoin d’y croire !)

Mais le PN contre-attaque ; il redevient le Prince Charmant des débuts ; il la flatte, se montre alors très amoureux,..

Bien entendu, dès qu’il a reconquis la loyauté de la victime, il se distance à nouveau de la relation, provoquant ainsi une autre « ronde de manège ».

Dans une relation marquée de violence & d’exploitation, cette danse machiavélique se répète de nombreuses fois. Pour qu’un lien traumatique se forme, il faut 3 choses : une différence de pouvoir, des récompenses intermittentes & des « dents de scie » émotionnelles ( = une alternance des périodes de forte excitation avec des périodes de d’intense rapprochement).

Pour en sortir, écrivez l’histoire de votre vie à la 3ème personne ; cela vous éclairera sur ce que vous avez dû subir dans votre famille d’origine & quels schémas relationnels vos parents vous y ont enseigné.

Par ex : il était une fois une princesse nommée Jacqueline. Le roi son père, était gentil et affectueux, mais était très malade. La reine était belle, mais émotionnellement indisponible et très critique. En grandissant, la princesse a entendu sa mère dire des milliers des fois qu’elle n’était pas désirée.

La pauvre princesse tentait d’obtenir l’amour de la reine, mais cette dernière ne cessait de la critiquer, l’accuser & l’humilier et, si elle se mettait à pleurer, sa mère se moquait d’elle. La princesse a étudié la reine et a essayé de savoir ce qui la rendrait heureuse, pour se comporter de cette manière, mais ça ne fonctionnait qu’une fois sur 2…

La princesse a tout essayé pour plaire à la reine, mais en vain ; rien n’était jamais assez bon, et n’être qu’elle-même était hors de question. La princesse a appris que la seule façon d’obtenir l’approbation des reines était d’être parfaite. Souvent, sa mère l’ « égarait » dans un centre commercial et ne la cherchait pas. La princesse ainsi abandonnée était terrifiée.. Une fois adolescente, elle comprit que plaire à la reine était un effort inutile et s’est rebellée.

Elle a commencé à fumer, à boire et sortir jusque tard dans la nuit. Elle ne recherchait que des hommes beaux mais critiques & émotionnellement indisponibles, en sorte qu’elle se sentait (comme jadis) non-désirée et pleine de défauts.

Cette histoire correspond beaucoup à MON histoire (sauf que mon père aussi était une brute). Elle m’a fait piger la raison de mes mauvais choix en amour, de ma faible estime de moi, ma peur de l’abandon, mon désir de plaire à tout le monde, ma conviction (même inconsciente) que ce que je suis, ne suffit pas (que je dois en faire des tonnes pour plaire & être acceptée), … bref, mes attachements psychologiques (j’en traite ici : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/).

La répétition durant toute l’enfance de ces maltraitances, cimente en nous ces croyances inconscientes & ces comportements & attirances. Par conséquent, les ex-enfants ayant vécu ces maltraitances, sont attirés par des partenaires mauvais & négatifs ; des êtres qui sont comme leurs parents agresseurs, & recréeront les mêmes situations, encore et encore – pour re-stimuler en eux les émotions familières….

Le prochain exercice pour guérir est de faire des affirmations pour reprogrammer positivement nos croyances sur nous-mêmes.

Écrivez une dizaine de choses que vous aimeriez croire sur vous, écrivez-le sous forme positive (ex : je suis belle) puis punaisez la feuille à portée de vue & lisez-la matin & soir.

3ème exercice : faites une liste de comportements que vous refusez d’encore faire. Ex :

– Je vais abandonner mon besoin compulsif de prendre soin d’autrui, -> je vais arrêter de faire des besoins des autres ma priorité. Je vais me concentrer sur mes besoins et mes désirs et laisser les autres prendre soin d’eux-mêmes.

– Je vais vivre toujours dans la réalité -> je vais commencer à voir les choses comme elles sont et non pas comme je voudrais qu’elles soient & je vais reconnaître les abus. Fini de rationaliser, réduire ou permettre à quiconque d’excuser des choses inexcusables.

-Je serai concient(e) de mes schémas relationnels -> Je ne veux plus chercher des individus qui présentent les mêmes traits que mon agresseur initial. Si je reconnais cela, je quitterai immédiatement la relation, …

Ensuite, faites la liste des comportements que vous remarquerez immédiatement s’ils sont dysfonctionnels ; des comportements que vous tolérerez pas, et ce que vous ferez s’ils se produisent. Exemple:

Si quelqu’un me ment, me bat, m’insulte, me trompe, me rabaisse ou me fait me sentir mal, je pars & je l’avertis qu’il doit cesser ou sinon, tout est fini. S’il recommence, je romps la relation.

Ou : si quelqu’un ne me traite pas d’une manière aimante, bienveillante et respectueuse, je mets fin à la relation.

Enfin, faites une liste de tous les traits que vous vous attendez à trouver dans une relation saine et mutuellement enrichissante. Exemple :

Les 2 partenaires s’impliquent, c’est serein, naturel, ça coule de source (pas de dents de scie), il y a amour mutuel, des soins, du respect, ..

Beaucoup de gens acceptent l’abus plutôt que de faire face à la perspective de vivre seul(e). Ils sont habitués à l’incertitude, le drame et les hauts et les bas. Mais on voit les choses tout à fait autrement quand on parvient à se distancer émotionnellement de tout ceci. Il faut d’abord éliminer la peur, ce qui est très difficile mais, une fois qu’on s’est libéré, on en vient à apprécier le calme & la sérénité et à ne plus vouloir d’une relation marquée de hauts et de bas. Être indépendant(e) signifie liberté et choix ; lorsque l’on a trouvé son centre et créé sa stabilité, on repère assez vite les êtres à problèmes, dérangés. Ce n’est que si l’on accepte la « solitude », qu’on est en position d’exiger mieux de toute relation et d’attendre jusqu’à ce qu’on la trouve.

Alors, un dernier exercice vous attend ; reprenez l’histoire de votre vie et écrivez la fin que vous voulez.

« On mène les chiens bien loin en leur montrant un os » ! Ne vous laissez plus prendre aux belles promesses !  Exigez ce que vous méritez !