Archives de Tag: ressentir

2 outils-bonheur : culture & gratitude

Par défaut

la-gratitude2

C’est notre devoir d’en apprendre le plus possible sur soi-même ainsi que sur ce monde dans lequel on vit !

Lire est énormément bénéfique pour la santé physique & mentale – voyez

http://www.bonheuretamour.com/lisez-et-vous-irez-mieux/ :

Bon, je résume ; la lecture stimule stimule le vocabulaire & l’empathie, elle améliore l’écriture, les compétences en maths, la pensée rationnelle et la résistance à l’incertitude, est une vraie thérapie & rend plus heureux, permet de se détendre & de mieux dormir, ralentit le déclin cognitif, réduit le risque de démence et de maladie d’Alzheimer, elle améliore la mémoire et les capacités d’apprentissage, encourage l’auto-réflexion (par ex, la littérature classique booste énormément le cerveau) & augmente l’intelligence émotionnelle et cognitive ; ce qui nous rend plus sexy.

Il est impossible d’évoluer ou d’atteindre ses buts sans lire – d’ailleurs, tous ceux qui y sont parvenus, sont des « liseurs ». Donc, si vous voulez atteindre votre vie idéale, vous savez ce qui vous reste à faire.

Mais il y a un élément vraiment crucial à notre épanouissement… Les chercheurs de l’université Baylor ont exploré la relation entre matérialisme & bonheur, et ont conclu que les êtres les plus matérialistes étaient aussi les plus insatisfaits de leur vie. Le matérialisme, ont-ils conclu, est une attitude générant dépression & dégoût de soi.

Il faut diminuer l’importance que vous accordez aux biens matériels, & en accorder plus aux biens spirituels.

Partout, on lit ou on voit (c-à-d qu’on nous fait croire) que tel ou tel produit a le pouvoir de nous rendre heureux.

Les firmes créent un manque, un désir… et à force de répétitions, on en vient à sentir un besoin de l’avoir.

En s’appuyant sur nos peurs les plus profondément enfouies & sur nos manques, le marketing nous emplit de désirs, d’envies… et d’insatisfaction ! Notre culture nous apprend à devenir de plus en plus matérialistes & malheureux – bien sûr ! C’est dans son intérêt ! (comme dit dans mes articles sur l’auto-sabotage, les gens sains & heureux ne rapportent que bien peu, par rapport aux êtres malheureux & en mauvaise santé).

Même ceux qui peuvent s’offrir les 1001 merveilles qu’on nous vante, n’en sont pas plus heureux. Et quant aux autres – ceux qui ne peuvent se payer tous ces biens « merveilleux » -, cela les pousse au vol ou même au crime pour se les procurer, sans compter l’endettement. Partout, le message est : « vous voulez ceci mais vous n’avez pas l’argent pour le payer ? Pas de problème ! Il suffit de faire un emprunt ! »

On oublie simplement qu’il faudra rembourser le crédit (c-à-d la somme empruntée + de gros intérêts) ! Ca semble la solution simple à notre problème, alors qu’en fait, c’est la corde qui nous étrangle !

Et le pis, c’est que c’est une course à l’abîme ; le bien acheté ne nous rend que très brièvement heureux ; très vite, notre vide transparaît à nouveau, d’autres désirs sont créés, en sorte qu’on n’a jamais la satisfaction espérée !

Malgré les promesses des publicitaires, les biens matériels ne PEUVENT PAS rendre heureux, car le bonheur est un bien non-matériel ; spirituel !

J’avais, du reste, déjà indiqué des pistes pour améliorer notre vie ; réussir mieux : http://www.bonheuretamour.com/2014/11/06/la-cle-du-bonheur-de-la-reussite/  & être plus serein(e) :

http://www.bonheuretamour.com/2014/09/19/trouvez-votre-voie-et-le-bonheur/ et

http://www.bonheuretamour.com/2015/05/29/le-bonheur-dans-lhumilite/ .

Ces mêmes chercheurs tentèrent ensuite de déterminer ce qui rendait les gens heureux (possessions mises à part).  Eh bien, c’est la gratitude. Si chaque jour, on s’arrête pour songer à tout ce dont on jouit & qu’on en éprouve de la reconnaissance (on peut remercier Dieu ou l’Univers pour cela), on deviendra plus heureux car c’est une caractéristique pro-sociale qui se concentre sur autrui … C’est ce qu’on ressent quand on perçoit que quelqu’un ou quelque chose nous a intentionnellement procuré un bienfait.
La reconnaissance agit, de plus, comme un « pare-choc » contre les effets négatifs du matérialisme ; peu importe combien une personne possède, si elle choisit d’être reconnaissante, cela lui procurera un sentiment de satisfaction.
(& c’est même efficace pour ceux qui poursuivent des buts matérialistes).

D’autres études ont montré que faire même un seul exercice de gratitude par jour améliore notre humeur et notre santé, élève notre sensation de bonheur, nous libère de nos douleurs émotionnelles, et nous rend plus discipliné (et donc, plus apte à atteindre nos buts).

“Plus on dit merci, plus on a de raisons de dire merci” !  Par conséquent, si vous désirez réussir mieux et être plus heureux & plus efficace, décidez de remercier ; c’est la clé du bonheur !

En effet, songez à ceci : la différence entre les gens heureux & les gens malheureux est leur niveau de gratitude !

Pour augmenter le niveau de gratitude dans notre vie, il faut 3 éléments ;

-Ressentir il faut RESSENTIR (y penser ne suffit pas) l’émotion au quotidien,

-Etendre : Il faut étendre à d’autres (être reconnaissant pour d’autres gens) notre gratitude,

-S’entraîner : Faire au moins une fois par jour (si possible, plusieurs fois) un exercice de gratitude.

Faire ceci modifie notre cerveau (améliorant les connexions entre les neurones) & nos croyances profondes (qui, de négatives, deviennent positives). En ressentant la gratitude, on stimule l’hippocampe (zone du cerveau gérant la mémoire & l’apprentissage), en sorte que les modifications s’impriment durablement dans le cerveau – cela déracine les souvenirs pénibles & les croyances qui y sont liées.

Avant, on pensait que pour ôter les choses négatives qu’on avait vécues, il fallait aller creuser pour les déterrer et les arracher, comme on arracherait les racines d’une mauvaise herbe (d’après les idées du maître-arnaqueur psychopathe, drogué & assassin, Sigmund Freud).

Mais les neurosciences ayant fait d’énormes progrès, les études ont montré que se concentrer ainsi sur le négatif renforçait les connexions négatives des cellules ; que, loin de guérir quiconque, ça rendait les gens plus malheureux !

Regardez mon cas, par ex ; j’ai grandi dans une famille de psychopathes éhontés, drogués et alcooliques, qui me battaient comme plâtre, m’humiliaient en public et me faisaient faire tout le ménage depuis l’enfance, et je suis ensuite restée sous la coupe d’un pervers narcissique qui m’a fait subir, à moi et à mes enfants, des violences inouïes durant plus de 30 ans – en sorte qu’une de mes filles est morte, que l’autre est malade, que mon fils est déprimé suite aux maltraitances subies, et que j’en ai gardé des séquelles corporelles.

Eh bien pourtant, chaque jour, je suis reconnaissante ; reconnaissante pour la vie, reconnaissante de mon coeur qui bat comme une bonne petite pompe, d’avoir été dotée de la force et des informations pour en sortir, d’avoir le bon sens d’échapper aux addictions, de pouvoir admirer les couleurs et l’odeur des fleurs, ou de frissonner à l’écoute de la musique… et surtout, d’être tombée, il y a 3 ans, par « hasard » (hum !), sur la SEULE méthode capable de soigner ces traumatismes. Chaque jour, je dis merci pour tout ceci…

Oui, la gratitude remplace l’état de victime par la joie, crée de nouvelles connexions entre neurones, modifie le subconscient – déjà en 2-3 semaines d’exercices de gratitude, on se sent mieux.

Vous pouvez faire une liste de toutes les choses dont vous jouissez (2 mains, 2 pieds, 2 yeux, un abri, …) ; lisez-la, ou chantez-la, dansez-la,… Et souriez en y pensant.

En conclusion, seuls les gens capables d’apprécier ce qu’ils ont, connaîtront un sentiment de bonheur. En exerçant ce sentiment de gratitude, on s’éloigne du matérialisme, de l’envie et du désir d’avoir toujours plus, qui nous font sentir misérable.  Cessez de désirer ceci & cela, de l’argent, le dernier gadget à la mode, ou une taille plus fine – l’obtenir ne fera qu’attiser votre soif, car c’est un puit sans fond, et il en faut toujours plus.

Si vous souffrez & voulez guérir, sachez que toute guérison passe par l’amour, c’est-à-dire la spiritualité (car tout amour est spirituel) ; vous devrez donc vous emplir de la seule chose qui puisse satisfaire (l’amour, le spirituel), et ensuite, créer une mentalité positive, de gratitude.

La citation de N.D. Walsch illustrant cet article dit vrai ; « la lutte finit quand la gratitude commence. »

Il ne faut pas d’abord être ou avoir quelque chose pour ensuite être heureux – c’est l’inverse qui est vrai ; il faut d’abord être heureux, pour ensuite être ou avoir mieux.

En outre, on récolte ce que l’on sème : Ce que vous semez, pousse et produit du fruit. Or, si on se focalise sur le négatif, ce sont des résultats négatifs qu’on obtiendra ! Voici pourquoi il faut être (ou devenir) POSITIF, et le plus positif, c-à-d RECONNAISSANT et APPRECIER ce que l’on a !

Il faut donc pratiquer journellement des exercices de gratitude, car elle seule peut nous rendre heureux !

Publicités

Bonheur & travail

Par défaut

happy-worker

Le travail doit cesser de justifier son sens 1er d’« instrument de torture » (tripalium), il ne doit pas – ou plus –  être une corvée ! Dans cet article ; http://www.bonheuretamour.com/2014/09/19/trouvez-votre-voie-et-le-bonheur/ , je soulignais la triste situation de 80% des gens, qui vivent une vie de désespoir silencieux… J’y donne d’ailleurs aussi des conseils pour ne plus subir cela.

On a beau avoir un job agréable, bien payé & bien considéré, si on ne fait pas de différence dans la vie d’autrui, & qu’on ne peut y apporter une part de soi-même, on ne sera pas heureux.

On peut constater que seules 3 activités donnent du sens à ce que l’on fait : la communication, la compréhension & le service.

La communication nous fournit (à nous qui sommes seuls dans notre peau) un sens d’être connecté à quelqu’un d’autre

Le plaisir de comprendre vient quand on arrive à dissiper la confusion à propos de soi-même ou du monde, quand ce qui était étranger & bizarre, acquiert soudain un sens.

Enfin, tâcher d’améliorer la vie d’autrui en leur apportant de la joie ou en diminuant leurs peines, transcender notre ego & nous oublier pour placer les autres à la 1ère place, donne une utilité & un but – donc énormément de sens – à notre vie.

Bien entendu, il ne faut pas le faire juste pour cet avantage, sinon, c’est égoïste & ça ne sert à rien ; il faut le faire parce que cela répond à un besoin d’aider & d’améliorer la planète – et il faut le faire de la façon qui nous correspond (pour certains, ce sera en devenant acteur comique, pour d’autres, docteur ou volontaire dans une organisation caritative,…).

=> Le sens de la vie est de poursuivre l’accomplissement humain via la communication, la compréhension & le service !

Comment trouver un travail épanouissant – c-à-d qui soit à la fois rémunérateur & gratifiant et qui ait du sens ?

Il faut en trouver un (car on a tous besoin d’argent pour se payer à manger, un abri, des vêtements, …) & il faut qu’il soit durable.

D’autre part, ne pas avoir de plan nous fait automatiquement tomber dans les mains de ceux qui en ont un -pour eux-mêmes – & qui se serviront de nous pour atteindre leurs objectifs… une position pénible & dangereuse !

Alors, quelle carrière embrasser ? Il y a tant de possibilités qu’il est normal d’être confus & d’hésiter sur le choix d’une carrière, par crainte de se tromper.

Pour faire le bon choix, il faut bien se connaître, pour savoir ce qui nous conviendra au mieux – & donc, apprendre à écouter nos sensations, à repérer les indices de nos goûts & dégoûts, & à choisir une fois que l’image de nous-même sera précise, sans écouter nos peurs ni nos proches (qui ont une idée fausse de ce qui nous conviendrait).

Il faut, dans un 1er temps, omettre complètement la question du salaire ou du profit possible. Trop souvent, cette question étouffe la partie passionnée & authentique de notre nature.

Il convient de lâcher la bride à notre imagination (comme pour un brain storming tout seul) puis écrire la liste de tout ce qu’on aimerait faire, sans se censurer – aussi stupide, puéril ou grandiose que cela paraisse.

Là, on a un tas de carrières possibles & il faudra faire le tri.

S’ensuivra une période (de 2-3 mois à un an) ou il faut à la fois « laisser décanter » & beaucoup réfléchir. Ce temps, loin d’être du temps perdu, nous fera gagner des années – années de bonheur (si l’on s’écoute) ou de malheur (dans le cas inverse – si l’on persiste à faire un job qui ne nous convient pas) – sans compter que c’est aussi seulement ainsi que l’on pourra se rendre utile aux autres & à la Terre !

Il faut alors commencer à se lancer, prendre des risques calculés, faire de petits pas, …

Comme le travail consiste à servir, toute affaire prospère est en fait une tentative pour résoudre le problème des autres.

Réfléchissez & tâchez de découvrir si votre projet répond à ce critère – c-à-d s’il est utile.

Plus le problème que vous pouvez régler est important, plus votre occasion de prospérer sera grande.

La mentalité étant essentielle, il importe que vous vous aimiez & ayez une bonne estime de vous. Alors, si vous en manquez, remédiez-y.

L’actrice américaine Lucille Ball le disait ; « Il faut vraiment s’aimer soi-même pour arriver à quoi que ce soit dans ce monde ».

Manquer d’assurance, c’est ne pas comprendre comment va le monde. Il suffit, pour s’en convaincre, de considérer le nombre de génies méconnus, et d’incompétents injustement reconnus & célébrés !

Il ne faut pas croire que seuls certains ont droit aux bonnes choses de la vie ! Chacun a droit – & devrait viser – un job qui ne lui causera pas de regrets au moment de mourir.

Pour ça, il doit avoir du sens & pour qu’il en ait, il doit répondre à plusieurs critères ;

– émerger de la partie la plus profonde & vraie de nous-mêmes,

– être utile, c-à-d servir l’humanité, fournir une solution à un problème,

– et que l’on puisse ressentir l’impact qu’on a sur notre public, qu’on sente qu’on rend un service à autrui.

S’il y a si peu de gens qui font un boulot satisfaisant, c’est parce qu’il est généralement difficile de trouver notre passion profonde ; nos centres d’intérêt ne sont en effet souvent pas visibles, ils exigent qu’on y réfléchisse & que l’on s’analyse bien pour les découvrir.

Et la société tend, via le système scolaire, à nous pousser vers les voies conventionnelles & donc, vers des jobs qui ne nous conviennent pas – ce qui est dommage car on travaille mieux & plus dur quand on fait quelque chose où l’on engage notre moi profond.

Il existe un tas de boulots dénués de sens parce que notre économie a créé de faux besoins, en sorte qu’elle peut générer des profits avec des choses totalement inutiles, qui n’aident personnes (au contraire).

Pour y arriver, elle s’appuie sur nos faiblesses (nos tendances hédonistes) & nous désinforme constamment sur ce qui est bon pour nous !

Tout le monde perd à ce jeu ; les acheteurs, mais aussi les vendeurs, qui sentent bien que leur job n’est pas bon …

Il arrive aussi qu’un job ait du sens, mais que son organisation soit si énorme, ou que le résultat bénéfique soit si éloigné dans le temps, que ses travailleurs ne sentent pas qu’ils font une différence dans la vie d’autrui.

Pour faire cesser ces situations absurdes & nocives pour tous, il faut aider les autres à trouver leur vraie vocation & soutenir les entreprises fournissant un travail vraiment utile.

Car plus les gens (oui ; VOUS !) soutiendront ces firmes ou ces indépendants, plus ils se multiplieront & prospéreront.

Vous votez chaque jour, avec votre portemonnaie ! Alors, pour une société plus saine, sereine & agréable, soutenez les entreprises à visage humain & ayant vraiment du sens.

Et pour sortir d’une vie de robot & trouver le bonheur au travail, rejetez les conseils « réalistes » & le souci à court terme d’avoir à gagner sa vie ; chercher un travail ayant un sens n’est pas du luxe ; c’est une nécessité vitale – & c’est donc aussi la seule option réellement raisonnable !

Pour plus d’infos sur ce sujet, vous pouvez lire :

http://www.bonheuretamour.com/2014/09/19/10-astuces-bonheur/

http://www.bonheuretamour.com/2015/01/07/choisir-le-bonheur/

http://www.bonheuretamour.com/2014/11/06/la-cle-du-bonheur-de-la-reussite/

http://www.bonheuretamour.com/2014/12/11/la-voie-vers-le-succes/

PN & conduites contradictoires

Par défaut

paradoja

Celui ou celle qui vit avec un PN et qui donc, est la cible de ses attaques, tente de donner un sens à tout ce chaos & cette douleur. Hélas, c’est impossible ; plus on essaie de comprendre, plus on est dans le brouillard !

Les PN se comportent de façon irrégulière, non-fiable, inconséquente et même contradictoire, comme s’ils avaient plusieurs personnalités – ce qui nous déstabilise.

Un être humain peut « digérer » à peu près n’importe quelle épreuve à condition qu’il puisse donner un sens à ce qui lui arrive… et la victime a beau tenter de comprendre, ça n’a aucun sens.

Ceci l’affaiblit et la fait rester dans cette relation ; tant qu’elle n’a pas compris exactement ce qui est en train de se passer – qui est que son partenaire sent ceci : « je te hais d’être vivant(e) & supérieur(e) à moi & je te le ferai payer – et en plus, je ferai en sorte que tout le monde te haïsse et te méprise ».

Oui, avec un PN, la victime est à la merci d’un taré psychopathe qui s’amuse exprès à la faire souffrir, parce que ce n’est qu’ainsi qu’il peut trouver du plaisir dans la vie et aussi parce que, jaloux de ses qualités, il veut la blesser pour le lui faire « payer » et la rendre aussi terne & morte que lui…

La victime doit piger qu’elle perd son temps & son énergie à tenter de comprendre & de faire fonctionner cette « relation ».

Donc, examinons pourquoi le pervers se comporte de façon erratique… Eh bien d’abord, parce que c’est déjà un foutoir dans la pauvre tête malade du taré en question !

Ensuite parce que, étant mort à l’intérieur, vide & sans amour, il est à la fois seul et très inintéressant – donc, dans cette grisaille, ce monde mort & morne où il vit, il s’ennuie intensément.

Voilà pourquoi tous les PN sont des « drama queens » ; pour se sentir vivre, ils sont sans cesse en quête d’excitation – même si c’est dangereux oupénible pour autrui …

Oui ; même si ça met leur vie en danger, ils s’en fichent – si grand est leur besoin de chasser l’ennui & de créer une « vie » artificielle autour d’eux.

Mais la poursuite elle-même et ses buts doivent être conformes à la vision grandiose que le PN a de lui-même, avec tout ce qu’il s’estime en droit d’avoir.

Cette recherche d’excitation ne peut donc être banale, mais doit être originale & exceptionnelle, comme lui l’est (!). Et ce menteur pathologique est le 1er à croire que ses pitreries et ses « exploits » sont importants.
En fait, dans son antre ; son Espace Narcissique Pathologique (voir ;

http://www.bonheuretamour.com/2016/03/20/le-n-p-espace-narcissique-pathologique/ ), un PN est sans cesse en quête d’approvisionnement narcissique (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/12/19/pn-et-approvisionnement-narcissique/ ) & vise à maximiser la quantité d’approvisionnement narcissique qu’il tire des personnes qu’il a attirées & emprisonnées dans cet espace. Là, il exige l’attention, l’admiration, l’adoration, l’approbation. S’il ne peut les atteindre en vrai, il les imagine.
L’approvisionnement narcissique est un substitut à des réalisations réelles et remplace les bénéfices émotionnels résultant de l’intimité (présente dans les relations matures). 

Au fond d’eux-mêmes, les PN savent que ce n’est qu’un ersatz des vrais sentiments, qu’ils sont incapables de ressentir.

La solution que le PN adopte pour se protéger de sa folie & de sa dépression (c-à-d créer des fantasmes de toute puissance, s’en faire tout son monde & y vivre) est dingue et ne fait qu’augmenter sa folie. Furieux de son impuissance face à sa maladie & tiraillé entre ses illusions de grandeur et la réalité, le PN est poussé à aller de plus en plus loin sur cette voie de perdition.

Dans son Espace Narcissique, le PN a placé des êtres dont le rôle est de l’approuver, l’admirer & l’adorer, s’impliquer dans la relation avec lui, s’y investir émotionnellement, collaborer, être reconnu comme exceptionnel, sans avoir rien à faire pour ça.

Il sent qu’il est unique, que sa vie est signifiante, qu’elle est porteuse d’un message ou d’une mission cosmique.

Cajoler, demander, convaincre, démontrer et mendier pour l’avoir, sont des actes qui contrastent avec ses délires grandioses ; s’il doit donner son temps, argent, & énergie pour obtenir ce qu’il veut, ça ne va pas ; l’approvisionnement narcissique doit lui arriver automatiquement, de façon inattendue, sans qu’il ait rien à faire pour l’obtenir.

L’intimité implique d’oser s’ouvrir, se révéler, être vulnérable et donc, exige d’avoir de la force – c’est donc impossible à un PN ; être suprêmement faible & lâche !

Jamais il ne peut s’attacher, persévérer, s’ouvrir à l’autre, être stable ou intime, prévisible ou fiable – car un tel comportement contredit les Mesures de Prévention d’Implication Emotionnelle (des comportements déstabilisateurs destinés à prévenir la douleur émotionnelle qui pourrait lui être infligée s’il échouait ou était rejeté).
En ne s’attachant pas, il ne peut pas perdre, être blessé, rejeté, ou utilisé. Donc, il anticipe les inévitables abîmes émotionnels par – voyez la chochotte ! – une vie faite de malhonnêteté ; il tire le premier !

Ce n’est que quand il bouge et est environné de chaos et de drame, que le PN obtient un répit de sa lancinante dépendance à l’approvisionnement narcissique.
Voilà le conflit interne qu’abritent tous les PN ; les 2 mécanismes sous-jacents à leur personnalité déformée sont incompatibles ; l’un exige de créer un Espace Narcissique pour une satisfaction continue, alors que l’autre exige d’éviter à tout prix de se lancer dans un projet à long terme (il doit se déplacer, se déconnecter, se dissocier).
Seuls les autres peuvent fournir au PN les doses d’approvisionnement narcissique dont il a un besoin pressant, mais d’autre part, il répugne – car c’est humiliant – à communiquer & à s’associer intimement avec eux. 

Bref, il manque des aptitudes nécessaires pour obtenir sa drogue. Et voici « l’état narcissique » ; c’est quand les gens

(censés l’adorer pour soutenir ses fantasmes grandioses), le trouvent trop bizarre ou dangereux pour interagir avec lui.

Méditation d’Attraction

Par défaut

vibration Cette méditation est destinée à faire re-surgir  en nous des souvenirs teintés d’une bonne émotion et à nous submerger dans un flot de positivité, pour attirer des choses favorables dans notre vie.

Il vaut mieux l’enregistrer à l’avance, pour pouvoir vraiment « être dedans » quand vous la ferez – sinon, vous devrez l’apprendre par cœur ou vous interrompre plusieurs fois pour regarder quoi faire (or, l’exercice se fait les yeux fermés).

Attention : en enregistrant, songez à garder des pauses entre chaque injonction, pour vous laisser le temps d’évoquer en pensée les choses demandées.

Fermez les yeux, placez les 2 mains sur votre cœur, et ressentez sa présence dans votre poitrine… Respirez profondément, « par le cœur », sentez votre cœur, sentez sa force et son pouvoir …

A présent, ressentez de la gratitude pour votre cœur ; pour tout  ce qu’il vous a donné dans cette vie, pour le fait qu’il vous a guidé, pour ce qu’il vous a fait être, pour toutes les fois où il vous a fait vibrer, vivre, donner…

Songez que ce cœur vous a été donné à la naissance et pour toute votre vie, comme un cadeau ; vous n’avez pas dû l’acheter ou le chercher…

Evoquez un moment de votre existence, dont vous pouvez être reconnaissant(e)…

Entrez dans ce moment, voyez ce que vous y voyiez à l’époque où cela vous est arrivé, entendez ce que vous entendiez, sentez tout ce que vous sentiez…

Ressentez à fond ce moment, où vous vous sentiez béni (e) des dieux »… Soyez là… Restez dans ce moment…

Puis, ré-évoquez un autre moment de votre vie dont vous pouvez être reconnaissant… Placez ce 2d moment aussi dans votre cœur, au-dessus du 1er

Ressentez la grâce de ce moment, sa force …

A présent, essayez de retrouver un 3ème moment heureux… Peut-être un hasard, une coïncidence…  Bref, une chance, un cadeau inattendu de la vie, quelque chose d’heureux que vous n’aviez pas cherché, mais qui a surgi dans votre vie ; vous avez rencontré quelqu’un, ou avez atterri quelque part…

Une personne, une relation, une intuition, qui a changé votre vie…

Songez comme c’est merveilleux, et combien vous êtes chanceux d’avoir eu ceci..

Soyez reconnaissant pour cet événement… Restez dans ce sentiment…

Otez les mains de votre coeur et continuez à respirer « par le cœur », en ressentant ces bons moments, comme si vous y étiez et en remerciant de les avoir reçus et vécus…

Evoquez maintenant un moment dont vous êtes fier ; cherchez dans vos souvenirs quelque chose, que vous avez accompli dans votre vie, de grand ou de petit, et dont vous pouvez vous enorgueillir…

Amenez ce moment et ce sentiment de fierté dans votre cœur, et respirez en le ressentant, fièrement….

Puis, songez à un instant romanesque, ou sensuel, ou sexuel, de votre vie, et rajoutez-le dans votre cœur..

Respirez ce moment de sensualité…

Evoquez ensuite un moment où vous avez ri aux éclats, jusqu’à en pleurer… Et rajoutez-le aux autres moments positifs qui sont déjà dans votre cœur…

Évoquez un moment magique où vous étiez entouré de personnes aimées (amis ou famille), et rajoutez-le, puis un moment où vous avez tremblé ou crié d’enthousiasme… Exprimez ce son, dites-le tout haut, criez-le si nécessaire…

Et ajoutez-le aussi au reste…

Enfin, imaginez un moment lumineux du futur (comme par ex, recevoir de l’avancement, ou un moment d’amour, ou la reconnaissance du public, ..) et ressentez à fond ce moment… Soyez-en d’avance reconnaissant …

« Tenez » le sentiment 10 secondes, puis, tout haut, dites « Oui ! »…

Là, vous pouvez ouvrir les yeux… Vous venez de faire ce qu’il faut pour être positif plus longtemps que d’habitude dans votre journée, donc, plus productif aujourd’hui et pour attirer à vous plus de bonnes choses.

Faire cette méditation une fois est bien, mais il vaut mieux la faire plusieurs fois par semaine, car, avec la Loi d’Attraction, pour « manifester » (attirer concrètement) les êtres et circonstances favorables dans notre vie, il faut être minimum 50% du temps dans une attitude émotionnelle « ouverte » et « reconnaissante pour ce qu’on a reçu ».