Archives de Tag: renaissance

« Mort » & « renaissance »

Par défaut

renaissance  Tous ceux qui ont croisé le chemin d’un PN sentent qu’ils furent touchés par le Mal, et en ressortent marqués par une noirceur au fond d’eux-mêmes et une angoisse diffuse. C’est comme si notre force de vie avait été aspirée, et l’on se retrouve « vidé », insensible aux choses qui nous amusaient ou nous intéressaient avant cela..On sent qu’on est « mort à l’intérieur ».

Cet être mauvais & sans scrupules a chamboulé notre vie car il a changé notre conscience ; il nous a fait prendre conscience d’un autre monde, « noir », horrible, il nous a montré ce que l’on est, & ce que les autres peuvent être.

Alors, on contemple d’un air désolé ce qu’on est devenu, le « moi » désabusé, triste, brisé, cynique, ne croyant plus en rien, que le PN a fait de nous, et l’on regrette notre ancien « moi », le « moi » gai & confiant d’avant l’abus…

C’est qu’en fait, il y a 2 mondes. Le monde matériel & un autre, qu’on sent vaguement en soi ; le lien avec l’univers et tous les êtres. On naît avec un lien aux 2, mais plus on avance en âge, plus notre énergie se refroidit & se « matérialise », plus on perd le lien avec le monde spirituel.

Alors, on se raccroche à des « hochets » ; argent, biens matériels, drogues diverses … et au lieu de percevoir de l’intérieur, on se met à juger de l’extérieur – pour garder un semblant de contrôle sur ce monde déroutant, où l’on n’est qu’une fourmi…

Les traumatismes peuvent nous faire passer « de l’autre côté » ; celui de la peur, de la faiblesse et donc, de l’égoïsme – un monde où l’on se focalise sur notre survie, en oubliant tout et tous autour de nous. Pour se protéger & survivre, l’on ne pense plus qu’à soi, et on se bat en se fichant des dommages qu’on fait aux autres et à la Terre (et à soi-même) – et l’on se croit justifié de tout.

Ou l’on se place en attitude de victime plaintive, sans compassion pour ce que subissent les autres.

Mais les épreuves (deuils, pertes, ruptures) peuvent aussi nous apprendre que ces « sécurités »-là (argent ou attitudes dépendantes & auto-protectrices) n’en sont pas et – si on est sage –  on désire retrouver le lien avec l’autre monde, la sagesse, l’amour vrai et la compassion.

Ce lien-là seul peut emplir le vide en nous… Alors, on rejette les relations creuses & les gens superficiels, ainsi que les fausses « béquilles » qui nous soutenaient. A la place, on recherche désormais des conversations et des individus profonds, des êtres qui partagent ces mêmes idées.

Car les épreuves subies font que l’on se sent en décalage avec ceux qui ne comprennent pas ceci, ceux qui vivent encore bien à l’aise dans le monde faux où prime le matériel, et qui ne se soucient pas de ces questions sérieuses.

Une fois qu’on a pensé, on ne peut plus jamais revenir en arrière, à ce que l’on était avant, innocent, aveugle, insouciant. Mais l’épreuve nous a rendus plus lucides, et on a maintenant des interactions plus saines avec les autres, soi-même et l’univers.

On n’a plus besoin de se faire passer pour ce que l’on n’est pas ou d’être sur ses gardes, car on a développé un respect de soi et des limites fermes – on ose être soi-même et s’affirmer, ainsi que rejeter les importuns.

Et l’on comprend quelle richesse l’univers offre à ceux qui le suivent.

Dans ce cas, le traumatisme ne vous a pas détruit ; il a détruit votre « armure », pour vous ré-ouvrir au tout, à la  connexion avec toute l’humanité & avec l’univers entier. Pouvant sentir la douleur des autres, on peut leur offrir des relations plus profondes et pleines de sens.

Même seul, on n’est pas seul, car on est (en quelque sorte) part de la Toile de la Vie et traversé par toute l’énergie de l’univers.

Quelqu’un qui survit aux épreuves & traumatismes doit comprendre qu’il n’est pas anormal ; qu’il a eu la malchance de croiser la route d’un être dérangé et d’être plongé dans une situation impossible, et que son innocence lui fut arrachée par la violence. Mais aussi qu’il y a survécu et qu’il a « reçu », dans cette violation de son être, quelque chose que la plupart des gens mettent toute une vie à trouver.
Votre chemin fut bien douloureux, mais vous n’êtes pas détruit – alors, vous avez le devoir moral d’aider les autres, qui se débattent dans la douleur, à s’en sortir. Il faut reconnaître cette grâce, en la partageant.

Vous baignez dans cette force universelle, alors que le PN n’a que lui-même, que sa force usurpée & coupée du reste – et c’est justement pour cela qu’il doit sans cesse vous « tirer du sang » : parce qu’une agression ne lui fournit qu’un « repas », et qu’il est bien vite à nouveau faible et affamé…

Sentez-vous comme le monde spirituel « coule » ici-bas, dans le nôtre & comme nous sommes tous connectés ? Comme on peut être heureux, triste, enthousiasmé, … pour autrui ? Comme on peut sentir des choses qui se passent ailleurs, parfois très loin d’où l’on se trouve ?

Alors, n’ayez pas honte de ce que vous avez subi (remettez la honte à sa vraie place ; chez le PN !). A présent, vous renaissez, vous êtes parvenu où vous êtes, & il y a sûrement une raison à cela … Tous, nous devons tenter de rapprocher ces 2 mondes, de dissiper l’obscurité, et d’enseigner aux humains la beauté du monde – et la leur.

Publicités