Archives de Tag: réconfort

Comment le PN sait que sa proie est ferrée

Par défaut

merde Bon… Récapitulons les diverses étapes de la « relation avec un vampire :

1. Il a repéré une proie – c-à-d une personne qu’il sent comme vraie, vivante, aimante, gentille, généreuse, serviable, humble, empathique, riche d’émotions ( = le sang dont il a besoin pour rester à flot & ne pas se déglinguer complètement !),

2. il lui a fait son grand numéro de charme ; celui où il est époustouflé par votre charme, votre talent, votre beauté ou votre force, votre esprit, etc.. Cette période dure généralement quelques mois (même un an si vous êtes particulièrement indépendant-e),

3. il lui a fait passer un 1er test pour confirmer qu’il ne s’était pas trompé ; ce test est toujours un récit des souffrances qu’il subit (ou a subies jadis), et, s’il voit que cela vous émeut & que vous compatissez, il sait qu’il a choisi une bonne proie, (quelqu’un de non-empathique le verra comme un individu à problèmes et prendra ses distances),

4. C’est là que – juste retour des choses, à son avis – après s’être donné tout ce mal pour amener son « bétail » (= vous) dans la « cage » (la relation toxique), il peut commencer à se nourrir sur la bête ! (oui ; sur vous).

Et là, il commence petit ; c-à-d par un rabaissement subtil, ou une critique, ou une petite colère.

D’abord, ça le fait sentir bien, mais surtout, c’est un 2d test, plus poussé que le 1er (comme pour un entretien d’embauche !) pour s’assurer que vous vous laisserez maltraiter sans réagir sainement (c-à-d partir).

Si, comme moi, vous avez été maltraité dans votre famille d’origine, vous réagirez non en vous protégeant (comme ferait quelqu’un ayant de bonnes limites personnelles), mais en essayant de le soigner ou le guérir.

Si vous agissez ainsi, vous lui confirmez qu’il peut effectivement vous faire du mal sans que ça vous pousse à le quitter.

5. Enfin, la dernière phase : l’escalade … On ne le voit pas parce que c’est progressif & que ça se passe au plan moral (la violence est verbale) – mais imaginons que ça se passe au plan physique ; laisseriez-vous quelqu’un faire ses besoins sur vous ? Car c’est de cela qu’il s’agit ; que le PN vous hurle dessus, ou vous humilie en public, il vous ch.. dessus, en fait !

Peu importe que vous protestiez ; vous restez ! – laisser quelqu’un vous manquer ainsi de respect, et être prêt(e) à continuer à le fréquenter prouve un criant manque d’estime de soi. Vous laissez ce type (ou cette femme) vous traiter de tous les noms (que vous êtes stupide, moche, intolérant, …) et le lendemain, vous l’embrassez ou êtes d’accord de lui faire l’amour..

Cela peut arriver à n’importe qui mais bien sûr, quelqu’un qui a grandi dans une famille PN est déjà conditionné à accepter les maltraitances et sera porté à rechercher le familier ( = ce qu’il ou elle a vécu, enfant) et à nommer cela « amour ».

En tout cas, pour un PN, c’est l’extase absolue de vous voir lui courir après, après qu’il vous a démoli(e) avec ses méchancetés, de chercher la discussion, de lui demander pourquoi il a fait ça, de tenter de lui faire comprendre à quel point vous l’aimez & combien cela vous blesse, …

Pendant que votre coeur saigne, le PN est aux anges ; il sait qu’il a le contrôle total sur votre vie – que maintenant, il peut vous dire et vous faire les pires choses et que vous voudrez toujours de lui (elle) dans votre vie !

Quand même, il juge bon d’augmenter votre confusion et de renouer les liens qui vous lient en se trouvant des excuses (qu’il a eu une mauvaise journée, ou que vous avez fait quelque chose qui l’a énervé, …). En fait, il n’a aucune bonne raison, sauf celle-ci : savoir comment vous réagirez & combien il a de pouvoir sur vous & votre vie.

Il rajoute aussi une lueur d’espoir ( = une « carotte » à agiter devant votre tête pour vous maintenir dans le bon chemin & vous faire avancer) ; que, si désormais vous « marchez droit », il n’aura plus besoin de s’énerver, et ce sera de nouveau l’harmonie & l’amour…

Les victimes chanceuses ( = celles ayant grandi dans une famille normale), peuvent trouver du réconfort auprès de leur famille ou de leurs amis. Mais ceux qui ont grandi dans une famille PN n’ont pas cette chance ; ils (elles) n’ont personne pour les conseiller ou les soutenir, et en plus, n’ont personne d’autre dans leur vie que le PN… Pour ces dernières, partir sera bien plus dur que pour les autres…

Comment reconnaître le « test du crottage » (ou il « crotte » sur vous) ? Par ex, vous sortez avec un(e) PN, tout va bien, vous vous aimez, … Un soir, vous devez aller le chercher pour sortir à 8h. Or, vous arrivez à 8h04. Au lieu de s’en ficher, le PN se met à vous hurler dessus, à vous insulter – le Prince Charmant est soudain changé en le chevalier noir ! Voila le « test du crottage » ! Et si vous tentez de vous justifier, vous l’avez raté ; en faisant cela, vous lui donnez le feu vert pour augmenter les violences !

Attention :

– s’il vous accuse de le tromper, soyez sûr(e) qu’en fait, c’est lui(elle) qui vous trompe !).

– Souvenez-vous qu’un PN adore vous fiche la honte en public ; par ex, il fera une scène en public, ou dira des choses gênantes sur vous alors que vous parlez avec quelqu’un qui compte pour vous (professionnellement, par ex), vous rabaisser (souvent déguisé en « humour » ) devant un ami potentiel, …

Ne croyez pas que ce défoulement soit inconscient ; ils savent très bien ce qu’ils font ! Loin d’être spontané, c’est une tactique mûrement pensée, qu’ils ont décidé de mettre à exécution. Ils tenteront de toutes les manières de vous rabaisser, vous faire sentir mal à l’aise pour quelque chose que vous n’avez pas fait. Ramené au plan physique, c’est comme s’il vous crottait dessus (ou vous crachait à la figure), tout en vous serrant la main.

Cela vous est certainement déjà arrivé de vous rendre à un événement qui devait être une fête, puis que quelqu’un (« ami » ou partenaire) se met à vous rabaisser sans raison – disant des choses qui vous déséquilibrent et vous affaiblissent. Et si vous êtes d’accord de rester avec celui qui vous fait cela (même si vous râlez), vous lui transmettez le message qu’il peut vous ch..er dessus !

Les gens qui se laissent ainsi maltraiter, sont des gens qui ne tiennent pas compte de leurs sensations, mais doutent d’eux-mêmes, en pensant que quelques plaisanteries sont normales & qu’ils sont trop sensibles – alors que la seule réaction correcte à ce genre de comportement, c’est de partir tout de suite et de refuser ensuite de voir ce genre de personnes.

Il faut rechercher la compagnie de gens convenables (c-à-d respectueux) car sinon, le PN refera surface dans quelques jours, semaines, ou mois, et, si vous êtes seul(e), vous serez tenté(e) de renouer avec lui.

Il faut vraiment que vous compreniez que le PN vous crotte dessus exprès ; que ce n’est pas un « accident », ou dû au fait qu’il a eu une mauvaise journée, etc. Non ; il a planifié de vous maltraiter, et il sait que vous vous méfierez de vous & de ce que votre corps vous dit, pour croire, à la place, les bobards qu’il vous sert ; que vous êtes trop sensible, que vous n’avez pas d’humour, que vous l’avez provoqué ou que c’est un malentendu ! – même, il peut fondre en larmes de crocodile, en disant qu’il ne sait pas ce qui lui a pris d’agir ainsi…

La victime accepte ces mauvaises raisons parce qu’elle a été programmée pour se nier elle-même. Et puis, c’est si soudain ; à une seconde, on est avec son ami(e) ou son amour, et il (elle) vous porte un coup sans prévenir. Cette « tempête par ciel bleu » est si brutale que la victime est en état de choc !

Il faut se souvenir que, si ce que vous dit un(e) autre nous fait l’effet d’un coup à l’estomac et nous fait nous sentir mal, c’est réel ; ce n’est pas une imagination ; c’est un mauvais traitement et cet(te) autre est toxique ! Et ce n’est pas votre job de tenter de les corriger ou les guérir. De toute façon, c’est peine perdue avec ce genre d’individus !

Réfléchissez ; demandez-vous quel genre de personne il faut être pour faire subir ce choc brutal à quelqu’un d’autre, juste pour asseoir son pouvoir sur cet autre ? Ca ne peut être qu’un être mauvais, qui vous fera du mal.

Donc, si quelqu’un vous manque de respect, même si c’est quelqu’un à qui vous tenez, ou que vous croyiez un ami, quittez-le ; il (elle) n’est pas la personne que vous pensiez qu’il (elle) était..

Vous devez faire confiance à ce que vous sentez, et vous dire que vous ne permettrez pas à cet être de vous maltraiter une fois de plus ! Inventez une excuse et partez tout de suite… et s’il vous rappelle, n’acceptez sous aucun prétexte un autre rendez-vous.

Et ne donnez pas la raison : c’est une perte de temps & d’énergie de dire à un PN qu’on le soupçonne d’en être un.

Quand on a toujours été dans ce genre d’environnement, on peut croire que tout le monde est ainsi, mais c’est faux. Si vous recherchez des personnes convenables, et faites des activités positives, vous verrez qu’il y a des gens « bien », qui même après des années, ne vous manquent pas de respect.

Mais pour vous lier à des personnes convenables, il faut d’abord couper les ponts avec le(s) PN, car les gens bien ont des limites saines et ne veulent fréquenter que des gens qui en ont aussi.

Par conséquent, si quelqu’un vous soumet à ce douloureux « test », demandez-vous si vous voulez être ami (ou amant) ou faire des affaires avec un tel monstre..Vous ne laisseriez personne vous cracher à la figure ou vous ch..er dessus, non ? Eh bien, certains font cela en paroles – et vous devez voir cela ainsi ; si quelqu’un se met soudainement en rage ou vous humilie en public, visualisez-le en train de vous cracher à la face ou de crotter sur vos chaussures, et réagissez en conséquence.

Plus vous mettez de temps à quitter ce malotru, plus vous perdez de temps ( = une ressource qu’on ne peut jamais récupérer) .. Souvenez-vous que votre temps est précieux !

Maintenant que vous comprenez ce que le PN est en train de vous faire, vous pouvez vous épargner ces épreuves & ce gaspillage de votre précieux temps de vie, pour consacrer du temps à des choses qui vous épanouissent & vous rendent heureux(se).

Publicités