Archives de Tag: réalisme

Comment atteindre une vie pleine & heureuse

Par défaut

bliss5

Si vous me lisez, vous êtes sûrement familiarisé(e) avec les concepts du développement personnel.

Mais bien des gens, qui ne s’intéressent pas au sujet – ce qui est bien dommage pour eux 😉 – ne savent même pas qu’il est possible de s’améliorer & de se créer une belle vie, qu’ils peuvent sortir de l’ornière voulue par la famille & la société pour mener une vie passionnée.

Il faut dire qu’ils n’ont, en général, jamais vu quelqu’un menant une telle vie, alors, ils se croyaient condamnés à une vie dénuée de sens, d’obligations, une vie terne & routinière, à se traîner en aspirant à la retraite, au métro-boulot-dodo qu’ils voient leurs parents ou leurs amis mener… Brrr… Rien de bien folichon !

Dans cet article : http://www.bonheuretamour.com/2014/10/12/lisez-et-vous-irez-mieux/ , j’écrivais que « c’est notre devoir d’en apprendre le plus possible sur ce monde dans lequel on vit, & quand on lit, non des romans mais des choses pour s’informer, on devient plus efficace pour agir sur notre environnement. »

C’est pour ça que j’aimerais que plus de gens lisent ; ils apprendraient plus de choses sur eux-mêmes & sur les possibilités qui leur sont ouvertes.

Quand on s’instruit, au lieu de rester prisonniers d’une vision immuable, notre conscience s’élève, ce qui non seulement nous permet de devenir plus efficace dans le monde (savoir = pouvoir), mais de comprendre notre programmation & combien elle nous nuit… combien nos jugements sur autrui & le monde ne reflétaient en fait que ce que NOUS étions, par exemple.

Il se produit alors un virage à 180° de ce qu’on croit sur soi & le monde, sur qui on est, sur notre position, nos goûts & dégoûts, … et finalement, l’exigence d’une vie pleine de sens & de passion, et une vision, ce qu’on peut créer pour soi-même.

On sait maintenant que notre entourage déteint sur nous, et comme moins d’1% de familles sont fonctionnelles à ce niveau (c-à-d accordant de l’importance au développement personnel, & à poursuivre ses rêves), comprenez qu’il ne faut pas trop les fréquenter & pas du tout les écouter ou leur confier vos grands projets.

Le self-made milliardaire Jeff Bezos a bien résumé la chose : « Life’s too short to hang out with people who aren’t resourceful ». (La vie est trop courte pour fréquenter des gens qui ne sont pas pleins de ressources).

De même, perdre son temps à regarder la télé (ou à des jeux video) vous enlise dans les sables mouvants d’une vie de consommateur mouton.

Savez-vous que si vous n’êtes pas en train de réaliser vos rêves, vous êtes en train de réaliser le rêve de quelqu’un d’autre ? Songez à ceci !

Via tout un tas d’agaceries soigneusement orchestrées (comme une multitude de piqûres d’abeille), de terreurs (terrorisme, nouvelles alarmantes, …) & une désinformation constante (mensonges sur le fonctionnement humain & les relations), la société crée exprès un énorme stress chez les gens.

Alors, ceux-ci se jettent sur les modes de soulagements les plus simples & rapides (moyens destructeurs que la société – encore elle & comme par hasard ! – leur offre pour son profit), pour se libérer de leur tension, peur, douleur, anxiété. Tout ceci ne fait que nous enfoncer de plus en plus dans une vie misérable.

La plupart des gens ont un problème, & même s’ils consultent, ne visent pas plus loin que de régler ce problème… sans se douter que le résoudre ne changera pas leur vie, et que, la vie étant ce qu’elle est, un autre problème surgira bientôt – problème que, comme ils resteront pareils, ils seront tout aussi incapables de résoudre… Etc, ad libitum…

Le développement que je propose, implique de « viser les étoiles » – pas juste un problème – aussi gros soit-il !

Le vrai bonheur – & cette fois, durable, & n’impliquant pas que vous enrichissiez quelqu’un d’autre en vous faisant du mal, est la joie profonde de fonctionner à fond, au summum de nos possibilités.

Ce n’est pas du tout une quête de confort ou de sécurité, mais bien une quête (infinie) d’épanouissement ; d’intégrité, de vérité, de beauté, de joie, de vérité, d’authenticité, de savoir, de créativité, & de gratitude.

Même les gens ayant un job bien payé & respecté, s’ils font leur job mécaniquement, ou qu’il ne leur permet pas d’exprimer tout leur potentiel, ou qu’il nuit à la Terre ou aux autres, ne sont pas sur cette voie.

Alors, connaissez-vous de quoi vous êtes (seriez) capable, ce qui est possible pour vous & où vous pourriez atteindre si vous vous engagiez dans cette voie de l’épanouissement ? De ne pas seulement travailler sur les circonstances externes, mais sur l’intérieur ; votre mentalité, vos habitudes & croyances, …

Il est évidemment dur de répondre à cette question, vu que la plupart des gens sont dysfonctionnels & mènent une vie médiocre, aux antipodes d’une vie pleinement vécue ! Alors, comment pourrait-on avoir la vision de ce que c’est d’avoir une vie épanouie ?

Comme on ne peut se tourner vers les autres pour le savoir, il faut se tourner vers soi, & tenter de se rappeler un moment de notre vie où l’on s’est senti intensément vivant(e)… Fermer les yeux & évoquer ce souvenir, de la façon la plus intense possible, avec toutes les émotions qu’on a ressenties.

Eh bien, il est de l’ordre du possible que vous ressentiez ceci à chaque moment de votre vie, depuis votre lever jusqu’à votre coucher, chaque jour… N’est-ce pas inspirant ?

Fini, le boulot où on traîne les pieds, finis, les collègues traîtres & les chefs tyranniques, fini l’ennui, finies, les peurs, finie, l’existence creuse qu’on doit « emplir de bruit & de chaos » pour cacher son vide, …

Beaucoup pensent que c’est trop beau pour être vrai ; que c’est un conte de fées, ou réservé à une élite – mais je ne prétends pas que les alouettes vous tomberont toutes rôties dans le bec…

Dans cet article http://www.bonheuretamour.com/2015/11/28/loi-dattraction-pouvez-vous-lutiliser/, je vous informe sur ce qu’est la Loi d’Attraction, & vous avertis qu’il faudra du travail : « Vous vous dites peut-être : « J’ai déjà une vie minable, remplie d’obligations, de démarches & de privations, et je devrais encore m’en rajouter ? Ca va pas la tête ?!  Je ne suis pas capable de supporter plus que ce que je supporte ». Eh bien oui ! Soyez logique ; vous n’allez pas récolter sans semer ! »

Et : « Croyez-moi : au lieu d’être attiré par le « Miroir aux Alouettes » de systèmes prônés par des gourous malhonnêtes ou mal informés, si vous voulez obtenir ce que vous voulez de la vie, il faudra retrousser vos manches & faire en sorte de vous les procurer vous-même… Ici, pas de « raccourci » vers le succès, mais beaucoup de prise de conscience, d’information, de travail, de détermination, & de lenteur… mais c’est plus sûr ! »

Ce n’est pas impossible : si vous le voulez, que vous vous engagez à fond dans votre développement, vous pouvez y arriver. Ca demande beaucoup de boulot, mais la récompense en vaut la peine !

Cela demande d’accepter de ne jamais stagner, de toujours (durant toute votre vie) vous engager à poursuivre votre développement, à apprendre ce qu’il faut pour y arriver (& continuer à vous informer)

Si vous refusez ceci, faites comme les autres ; résignez-vous à une vie médiocre où vous serez balancé de ci, de là, et choisissez-vous un ersatz de bonheur (une addiction quelconque) pour tenir le coup…

Je l’ai dit : la 1ère étape est d’avoir une vision d’avenir, qui vous donnera le cap. En y pensant, il faut viser haut & grand – car on a tous une bien trop modeste vision de nos possibilités – on n’ose pas, on se restreint…

Foin du soi-disant « raisonnable » ! «  Etre réaliste est la voie la plus commune vers la médiocrité » (Will Smith)

Voilà, par exemple, ce que vous pourriez viser : vous créer une vie où le travail vous passionne tant que vous n’avez jamais le sentiment de travailler ; c’est comme si vous étiez toujours en vacances, ou une vie où vous n’aurez plus jamais à vous inquiéter de l’argent, ou une vie partagée – d’amour, de tendresse (& de sexe !) – avec votre partenaire idéal(e), ou une vie d’aventures, de voyages où vous découvrez la richesse d’autres cultures, ou une vie sereine, où vous avez maîtrisé tous les sentiments négatifs (peur, souffrance, culpabilité, …), ou une vie où vous améliorez le monde avec votre art ou une découverte scientifique, ou une vie avec des amis positifs & inspirants, ou une vie en pleine santé, en forme (& en formeS), sans épuisement ou douleurs, ou une vie de leader, où vous enseignez aux autres des choses qui leur serviront, où vous les inspirez & leur servez d’exemple, une vie où vous en saurez assez sur la vie que pour y être comme un poisson dans l’eau & pourrez en apprécier pleinement les beautés, bref, une vie qui ne finira pas par d’amers regrets…

Voilà la vie auto-réalisée, celle où le centre même de votre être a été modifié, pour personnifier ces choses, ces facteurs qui ne sont – j’insiste – pas matériels.

Bien sûr, beaucoup viseront la richesse, mais il s’agit avant tout de croissance personnelle & émotionnelle … & si la richesse vient aussi, tant mieux.

Souvenez-vous que la vie n’est que de l’éprouvé vital. Par exemple, j’ai grandi dans une famille avec de l’argent, mais mes parents ne m’aimaient pas (me haïssaient, en fait). Et ensuite, j’ai épousé un homme qui a bâti (au départ de ma dot & de son job) une honnête fortune. Mais il ne m’aimait pas (je lui étais utile, c’est tout), en sorte que j’étais aussi fort malheureuse.

Quand je l’ai quitté, mon train de vie a fait le plongeon (surtout qu’il n’a jamais voulu payer les pensions alimentaires) – j’ai vécu plusieurs années de pauvreté, mais j’étais heureuse…  Je n’avais plus à subir une vie commune avec quelqu’un de non-bienveillant.

Et comme je n’avais jamais cessé d’étudier & d’avancer avec ma vie, j’étais satisfaite – surtout à partir du moment où j’ai créé mon blog.

Quand on vit une vie terne, qu’on a la tête farcie des horreurs qu’on nous montre à la télé (guerres, meurtres, famines, tortures, pollution, terrorisme, menaces diverses, …), on est dégoûté des humains, qui apparaissent comme un chancre à la surface de la terre. Mais, s’il est vrai que les humains ayant un bas niveau de conscience sont désespérants, il existe aussi des humains à haut niveau de conscience … & il faut viser à être de ceux-là.

Et si on parvient à élever assez notre conscience (ce qui n’est pas facile), on comprend mieux la totalité de ce qui se passe.

Alors, on accepte la réalité telle qu’elle est (surtout qu’on comprend alors tout ce qu’il y a d’hypocrite dans nos « vertueuses indignations ») et on a plus de compassion pour nos frères & sœurs humains.

Mais pour en revenir à votre évolution, à comment débuter & continuer, vous pouvez vous inspirer de ces 5 articles de 2012 :

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-introduction/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-1-la-vision/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-2-la-strategie/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-3-planification/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-4-execution-et-controle/ .

Le plus crucial est de beaucoup vous informer sur le but que vous visez ; ce qu’il vous faut (& qui vous manque), c’est une information juste & de haute qualité – & pour l’obtenir, il n’y a qu’une solution : vous devez décider de devenir un étudiant perpétuel.

Cette étude est indispensable & doit être votre priorité N°1 ; s’informer sans cesse – en lisant des livres, visionnant des vidéos, allant à des conférences ou ateliers, … Puis, vous devez réserver assez de temps chaque jour pour étudier.

Vous éliminerez ensuite vos mauvaises habitudes (critiques, regarder les news, tabac, alcool, addictions), & adoptez des habitudes saines – surtout que l’alimentation influence notre efficacité de pensée.

La maîtrise des émotions est aussi un but à viser.

Là, il est temps de découvrir votre moi profond & quelle est votre mission de vie. Cette étape est également indispensable ; en effet, il est impossible de s’épanouir si l’on ignore cette mission.

L’étape suivante est de devenir financièrement indépendant – ça semble bizarre, mais en fait, libérer nos conditions, c-à-d se libérer d’un job salarié, libère notre esprit, & nous permet de commencer le vrai travail (profond) d’auto-réalisation.

Alors, à vous la joie durable & « inusable » !

Attention : si vous sautez une seule de ces étapes, vous n’y arriverez pas.

Publicités

Réussir sa vie et dans la vie

Par défaut

Dr PhilPour réussir (« obtenir ce que vous voulez & garder ce que vous avez obtenu »), le Dr Phil Mc Graw a trouvé 16 règles, qu’il détaille dans son excellent livre « Life Code ; the new rules for winning in the real world »; les voici :

  1. Une image définie : Il faut une image nette ; que ce que l’on est soit très clair pour nous, comme pour les autres – que l’on vous aime ou qu’on vous déteste, mais chacun saura clairement votre position.

  2. La perception de notre unicité : = ce qu’on a d’unique, ce qu’on a d’unique à offrir au monde.

  3. Jouer « grand » ; pas seulement viser loin.

  4. Accepter la louange : apprendre à affirmer & accepter la louange & la reconnaître de façon gracieuse. 

  5. Devenir essentiel : Offrir quelque chose dont le monde a besoin et que seul nous pouvons donner

  6. Connaître nos vraies valeurs : Les battants savent ce qui est vraiment important pour eux ; se sentir entier, se sentir bien avec qui on est.

  7. Toujours avoir un plan : Faire un plan clair, qui nous serve. Les battants ont toujours des buts en vue & une stratégie pr les atteindre

  8. Garder nos buts secrets : avoir un boeuf sur la langue quant à nos projets.

  9. Etre toujours en « mode d’investigation » : toujours continuer à fureter, chercher, s’informer.

  10. Se comporter comme il faut pour réussir ; faire & dire ce qu’il faut, s’habiller & se comporter comme il faut pour le « rôle » choisi ; il faut expanser notre voie vers le succès, même s’il faut, au départ, faire semblant jusqu’à ce que ce soit devenu une réalité.

  11. Garder toutes les options ouvertes : Ne pas se raccrocher à une seule voie

  12. Maîtriser le système : Connaître les règles du système et pouvoir jouer avec, trouver un moyen de le faire travailler pour nous & à nos intérêts. 

  13. Un noyau de gens qui nous soutiennent : On ne peut réussir tout seul => se créer un noyau de supporters passionnés

  14. Ne considérer que la vérité : Il faut être lucide, ne pas se raconter d’histoires, ne pas accepter les « douces » illusions

  15. Utiliser l’ego des autres : (?) Reconnaître & utiliser l’ego et l’avidité des autres pour se créer une voie vers le succès. 

  16. Choisir nos luttes & ne jamais laisser nos opposants avoir le contrôle : On n’a ni le temps, ni l’énergie de lutter pour tout ; il ne faut lutter que pour l’essentiel – et laisser aller le reste, qui serait, sans ça, dévoreur de notre temps & énergie, & nous empêcherait de nous concentrer sur nos grands objectifs.

Citations d’Ayn Rand

Par défaut

Ayn RandRomancière & philosophe américaine (1905- 1982), créatrice de l’Objectivisme.

La chose la plus difficile à expliquer est le clairement évident que tout le monde a décidé de ne pas voir.

La propagation du mal est le symptôme d’un vide. Chaque fois que le mal gagne, ce n’est que « par défaut »: par l’échec moral de ceux qui éludent le fait qu’il ne peut y avoir aucun compromis sur les principes fondamentaux.

Vous pouvez ignorer la réalité, mais vous ne pouvez pas ignorer les conséquences d’ignorer la réalité.

La plus petite minorité sur la terre est l’individu. Ceux qui nient les droits individuels ne peuvent pas prétendre être les défenseurs des minorités.

Les hommes qui tentent de survivre, non pas au moyen de la raison, mais par la force, tentent de survivre par la méthode des animaux.

L’amour romantique, au sens plein du terme, est une émotion (qui n’est) possible qu’à l’homme (ou la femme) à l’estime de soi inébranlable : c’est sa réaction à ses propres valeurs les plus élevées en la personne d’un autre – une réaction intégrée de l’esprit et du corps, de l’amour et du désir sexuel. Un tel homme (ou femme) est incapable de ressentir un désir sexuel divorcé des valeurs spirituelles.

Toute personne qui se bat pour l’avenir, y vit aujourd’hui.

Pour dire « Je t’aime », il faut d’abord être en mesure de dire le «je»

N’exige jamais d’un autre ce qui constituerait un sacrifice de lui pour toi. N’accorde jamais ce qui constituerait un sacrifice de toi pour lui.

Les contradictions n’existent pas. Chaque fois que vous pensez que vous êtes confrontés à une contradiction, vérifiez vos prémisses. Vous constaterez que l’une d’elles est fausse.

La vérité n’est pas pour tous les hommes, mais seulement pour ceux qui la cherchent.

Il y a 2 côtés à chaque problème : un côté est juste et l’autre est faux, mais le milieu (moyen terme) est toujours mauvais.

Aimer est attacher de la valeur. Seul un homme rationnellement égoïste, un homme avec de l’estime de soi, est capable d’amour – parce qu’il est le seul homme capable de maintenir des valeurs fermes, durables, sans compromis, fidèles. L’homme qui ne s’apprécie pas, ne peut pas apprécieur quelque chose ou quelqu’un (à sa juste valeur).

Une tentative de réaliser le bien par la force est comme une tentative de fournir à un homme une galerie de photos au prix de découper ses yeux.

L’homme est la seule espèce vivante qui a le pouvoir d’agir comme son propre destructeur – et c’est la façon dont il a agi à travers la plus grande parite de son histoire.

L’honneur est l’estime de soi rendue visible dans l’action.

N’initiez jamais l’usage de la force contre un autre homme. Ne laissez son emploi de la force contre vous rester sans réaction de force.

La culpabilité est une corde qui s’use.

Le bonheur est cet état de conscience qui découle de l’atteinte d’une de nos valeurs.

Apprenez à vous apprécier, c-à-d à vous battre pour votre bonheur.

Je jure par ma vie et mon amour que je ne vivrai jamais pour le bien d’un autre homme, ni ne demanderai à un autre homme de vivre pour le mien.

La fierté est la reconnaissance du fait que vous êtes votre propre valeur la plus élevée et que, comme toutes les valeurs de l’homme, elle doit se gagner.

La rationnalité est la reconnaissance du fait que rien ne peut altérer la vérité et que rien ne peut l’emporter sur cet acte de la percevoir.

Ce que vous appelez votre âme ou esprit est votre conscience, et ce que vous appelez «libre arbitre» est la liberté de votre esprit à penser ou non, la seule volonté que vous ayez, votre seule liberté, le choix qui contrôle tous les choix que vous faites et détermine votre vie et votre caractère.

La pitié pour le coupable est une trahison de l’innocent.

Jusqu’à ce que & à moins que vous découvriez que l’argent est la racine de tout bien, vous demandez votre propre destruction. Quand l’argent cesse d’être le moyen par lequel les hommes ont commerce les uns avec les autres, alors les hommes deviennent les outils d’autres hommes. Du sang, des fouets et des fusils – ou des dollars. Faites votre choix – il n’y en a pas d’autre.

Il est déconseillé, James, d’oser exprimer des avis non sollicités. Vous devriez vous épargner l’embarrassante découverte de leur valeur exacte pour votre auditeur.

Le mal du monde est rendu possible par rien d’autre que la sanction qu’on lui donne.

L’argument de l’intimidation est un aveu d’impuissance intellectuelle.

Le but de la morale est de vous enseigner, non pas à souffrir et mourir, mais à vous amuser et vivre.

Ni ne suis-je le moyen de quelque fin que d’autres peuvent souhaiter accomplir. Je ne suis pas un outil à leur usage. Je ne suis pas un serviteur pour leurs besoins. Je ne suis pas un pansement pour leurs blessures, je ne suis pas un sacrifice sur leurs autels.

Il n’y a rien qui ne prenne la liberté d’un homme, comme d’autres hommes. Pour être libre, un homme doit être libre de ses frères.

La concrétisation de votre bonheur est le seul but moral de votre vie, et que le bonheur, pas de douleur ou aveugle auto-complaisance, est la preuve de votre intégrité morale, car elle est la preuve et le résultat de votre fidélité à l’atteinte de vos valeurs .

Le seul but légitime, moral d’un gouvernement est de protéger les droits de l’homme, ce qui signifie : de le protéger de la violence physique – de protéger son droit à sa propre vie, à sa liberté, à sa propriété et à la poursuite de son propre bonheur. Sans droits de propriété, aucuns autres droits ne sont possibles.

La mise en œuvre pratique de l’amitié, de l’affection et de l’amour consiste à incorporer le bien-être (le bien-être rationnel) de la personne impliquée, dans notre propre hiérarchie des valeurs, puis à agir en conséquence.

Il n’est que raisonnable (de penser) que là où il y a sacrifice, il y a quelqu’un qui recueille les offrandes sacrificielles. Là où il y a un service, il y a quelqu’un qui est servi. L’homme qui vous parle de sacrifice parle d’esclaves et de maîtres, et a l’intention d’être le maître.

Un homme créatif est motivé par le désir d’accomplir, non par le désir de battre les autres.

L’homme – chaque homme – est une fin en soi, pas un moyen pour les buts d’autrui; il doit vivre pour son propre bien, ni en se sacrifiant aux autres, ni en sacrifiant d’autres à lui-même ; il doit travailler pour son intérêt rationnel, avec la réalisation de son propre bonheur comme le but moral le plus élevé de sa vie.

Un artiste révèle son âme nue dans son travail – et ainsi faites-vous, cher lecteur, quand vous y réagissez.

Les gens créent leurs propres questions parce qu’ils ont peur de regarder en face. Tout ce que vous avez à faire est de regarder droit devant & de voir la route, et quand vous la voyez, ne restez par à la regarder – marchez.

L’échelle du succès s’escalade le mieux en marchant sur les barreaux de l’occasion.

La question n’est pas « qui va me permettre de » ; c’est « qui va m’arrêter ».

Un amour « pur », « désintéressé » est une contradiction dans les termes : cela signifie que l’on est indifférent à ce que l’on apprécie.

Ni la vie ni le bonheur peuvent être atteints par la poursuite de caprices irrationnels. Tout comme l’homme est libre de tenter de survivre par tous les moyens aléatoires, comme un parasite, un tapeur ou un pillard, mais non libre d’y réussir au-delà de la portée de l’instant – (de la même façon) il est libre de chercher son bonheur dans toute fraude irrationnelle , caprice, toute illusion, toute fuite aveugle de la réalité, mais pas libre d’y réussir au-delà de la portée du moment, ni d’échapper aux conséquences.

Quand vous considérez le socialisme, ne vous trompez pas sur sa nature. Rappelez-vous qu’il n’existe pas de dichotomie entre « droits de l’homme » et « droits de propriété. » Aucuns droits de l’homme ne peuvent exister sans des droits de propriété.

La pauvreté, l’ignorance, la maladie et d’autres problèmes de ce genre ne sont pas des situations d’urgence métaphysiques. De par la nature métaphysique de l’homme et de l’existence, l’homme doit maintenir sa vie par son propre effort ; les valeurs dont il a besoin, telles que la richesse ou la connaissance ne lui sont pas données automatiquement, comme un don de la nature, mais doivent être découvertes et réalisé par sa propre réflexion et (son propre) travail.

Un jour, le monde découvrira que, sans la pensée, il ne peut pas y avoir d’amour.

Les droits de l’homme ne peuvent être violés que par l’utilisation de la force physique. Ce n’est qu’au moyen de la force physique qu’on peut priver un autre de sa vie, ou l’asservir, ou le voler, ou l’empêcher de poursuivre ses propres objectifs, ou l’obliger à agir contre son propre jugement rationnel.

Tout groupe ou « collectif », grand ou petit, est seulement un certain nombre de personnes. Un groupe ne doit avoir aucun droit autre que les droits de ses membres individuels.

Les erreurs de connaissance ne sont pas des violations de la morale ; aucun code moral digne de ce nom ne peut exiger l’infaillibilité ou l’omniscience.

Quand un homme déclare : « Il n’y a pas de noir et blanc (en morale) » il fait une confession psychologique, et ce qu’il veut dire est : « Je n’essaie pas d’être entièrement bon et s’il vous plaît ne me considérez pas comme entièrement mauvais ! « 

Un génie est un génie, peu importe le nombre d’abrutis qui appartiennent à la même race – et un crétin est un crétin, quel que soit le nombre de génies qui partagent son origine raciale.

Toutes les raisons qui rendent l’usage en premier de la force physique, mauvaise, font de l’usage vengeur de la force physique, un impératif moral.

Les droits individuels sont les moyens de subordonner la société à la loi morale.

Le précepte moral à adopter … est : Juge, et sois prêt à être jugé.

Demandez-vous pourquoi les dictatures totalitaires jugent nécessaire de verser de l’argent et des efforts dans la propagande pour leurs propres esclaves impuissants, enchaînés, bâillonnés, n’ayant pas de moyens de protestation ou de défense. La réponse est que même le plus humble paysan ou le sauvage le plus vil se lèveraient en rébellion aveugle, s’il se rendait compte qu’il est immolé, non pour un incompréhensible objectif noble, mais pour le simple (et) nu Mal humain.

Le cannibalisme moral de toutes les doctrines hédonistes et altruistes réside dans l’idée que le bonheur d’un homme nécessite la blessure d’un autre.

Le racisme est une doctrine de, par et pour les bêtes.

Réalisme et réussite

Par défaut

LE BON SENS EST SI RARE QUE C’EST UN SUPER-POUVOIR !

Avez-vous déjà entendu parler du « rasoir d’Occam” ? Il s’agit d’une règle disant que, parmi diverses hypothèses, il faut choisir celle qui implique le moins de suppositions.

Il faut s’ancrer dans le réel, et, pour cela, bien l’observer et l’analyser, car on a alors plus de possibilités d’action et donc, plus de possibilités de bonheur.  A l’inverse, plus on est décalé du réel, plus on se leurre, plus on se cache les réalités désagréables ou plus on se fige dans des habitudes de pensée, plus on en sera puni, car la réalité rattrape toujours ceux qui la veulent la fuir.

De par leur sensibilité, intelligence et histoire propres, les êtres humains se forgent une vision de la vie, une croyance très forte – en sorte qu’ils voient partout des confirmations de leur croyance, et sont aveugles à tout ce qui va en sens contraire.

Les preuves les plus évidentes seront alors expliquées autrement (raisonnement soi-disant logique) et rejetées si elles infirment la croyance, car elles créent un fort malaise (la dissonance cognitive).

Appliqué à la réussite, on peut dire que le bon sens comprend les 3 points suivants :

–          comprendre que, pour attraper un poisson, il faut toujours sacrifier un ver de terre : c-à-d qu’il faut toujours amorcer avec quelque chose et qu’il est impossible de faire des affaires en ne dépensant pas quelque chose d’abord,

–          ambition, oui, mégalomanie, non : soyez assez réaliste que pour poursuivre des buts ou des échéances possibles pour vous,

–          si une affaire est trop belle pour être vraie, c’est que c’est une arnaque : méfiez-vous des escrocs et autres profiteurs et rappelez-vous toujours ce dicton : « on mène les chiens bien loin en leur montrant un os ».

Pour juger des risques et des opportunités que nous présente la réalité, il faut … regarder moins la télévision !

En effet, il a été démontré que les gens qui regardent peu la télé jugent de façon plus exacte les risques et bienfaits de la vie, que ceux qui s’exposent de longues heures aux images de drames, morts et crimes formant la base du « menu » télévisuel quotidien.

Ceci est dû au fait que les personnes regardant peu la télé ont accès à des sources d’informations plus variées, ce qui leur fait voir plus clairement et exactement la réalité.

Enfin, pour vous garder motivé(e), souvenez-vous de ceci : le secret du succès : de bonnes décisions -> le secret des bonnes décisions : l’expérience => le secret de l’expérience : de mauvaises décisions !