Archives de Tag: rater

ba miao zhu zhang

Par défaut

conte chinois

YANAN, CHINA:  A farmer holds onto his hoe while walking through a reforested valley sustaining crop growth in the compact yellow earth, known as loess, 26 May 2005, on the outskirts of Yan'an in western China's Shaanxi province, where World Bank loan projects help rehabilitate the loess plateau and the local population with growing crops in an otherwise and once desolate landscape.  China's ambitious western development program, launched in 1999, is for a vast region covering 12 provinces, municipalities and autonomous regions and home to nearly 30 percent of the country's total population left behind in economic development. The living standard of farmers in the Chinese countryside has witnessed a transition from a meager existence to a better-off life since economic reforms began over twenty years ago.  AFP PHOTO/Frederic J. BROWN  (Photo credit should read FREDERIC J. BROWN/AFP/Getty Images)

(Photo credit should read FREDERIC J. BROWN/AFP/Getty Images)

Il était une fois, au temps des Song, un paysan très impatient qui surveillait toute la journée ses pousses de riz, s’accroupissant 100 fois par heure pour voir si elles avaient grandi.

Mais toujours, il se relevait déçu et en colère, en voyant que rien n’avait changé depuis sa dernière observation…

Sans cesse, il se demandait comment il pourrait faire pour que son riz pousse plus vite, et à force de retourner sans arrêt ce problème dans sa tête, il lui vint un jour l’idée de les tirer vers le haut pour accélérer leur croissance.

Enchanté de cette inspiration, il se mit immédiatement à l’oeuvre et tira sur toutes les pousses jusqu’à les faire légèrement sortir du sol. Après sa rude journée, il rentra chez lui exténué mais très fier de son exploit.

A table avec sa famille, il raconta fièrement son idée géniale et comment il avait tiré toutes les pousses pour les faire grandir plus vite. En entendant cette sottise, son fils fut atterré.

Le jeune homme courut tout de suite au champs de riz, pour voir l’étendue des dégâts. Là, il constata avec désolation que l’impatience maladive de son père avait détruit toute la récolte.

La morale de ce conte, c’est qu’un désir de réussir trop vite, de faire les choses sans réfléchir et en violant les lois de la nature, n’arrange rien, mais au contraire, fait tout rater.

Publicités