Archives de Tag: prédateur

Le PN comme bête féroce

Par défaut

requin

J’ai déjà dit à quel point il est vain de vouloir communiquer avec un PN – car il vous attire dans des discussions délirantes où vous vous ferez nier, attaquer, frustrer et provoquer – sans compter la privation de sommeil !

Pour plus d’infos sur ces discussions & provocations & quoi y faire, vous pouvez lire : http://www.bonheuretamour.com/2016/03/16/pn-discussions-delirantes/ ,

http://www.bonheuretamour.com/2016/03/14/parler-avec-un-pn/

Et http://www.bonheuretamour.com/2016/07/01/pn-provocation/

Bref, vous vous abîmez tandis que lui se renforce, vous pleurez des larmes de sang tandis que lui boit du petit lait…

De plus, un pervers ne voit pas du tout la réalité comme vous – ces gens sont vraiment une espèce à part…. Une espèce très primitive, & qui n’a rien d’humain…

Vous ne tenteriez pourtant pas de discuter avec un bébé, ou avec un animal – car vous savez qu’ils ne peuvent vous comprendre. Eh bien, c’est pareil avec un PN ; malgré son apparence humaine, c’est un genre de bestiole peu évoluée, qui ne connaît que ses besoins & ses désirs et devient furieux si on tente de l’en priver.

Comme un bébé, un PN ne peut assouvir ses besoins seul ; il a besoin de quelqu’un d’autre pour ça. Quand il n’a pas une victime bien vivante à qui sucer le sang (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ ), il s’étiole – il est alors comme un bébé abandonné dans la forêt…

Et, comme tout prédateur, il économise ses forces ; il lui faut donc s’assurer une source d’approvisionnement régulier ; quelqu’un qui sera là chaque jour pour satisfaire ses besoins malsains.

Voilà pourquoi il attire sa proie dans une relation (grâce au bombardement d’amour – voir http://www.bonheuretamour.com/2016/12/28/bombardement-damour-tous-aux-abris/ ), puis l’isole & l’affaiblit de toutes les manières (financièrement, physiquement & émotionnellement) pour qu’elle reste là, à sa disposition ! Quand il l’a bien brisée, elle est à lui, & il se sent en sécurité.

En outre, ce faible entre les faibles (car se montrer humain est preuve de force) se sent alors enfin puissant !

Si la victime tente de dénoncer les abus qu’elle subit ou fait mine de vouloir s’échapper, le PN panique & la violence s’intensifie.

Si la victime part, le PN tentera tout pour lui faire réintégrer sa prison (pleurs, promesses, menaces, …) &, si tout ça ne marche pas, la poursuivra d’une haine active & éternelle (un PN n’oublie ou ne pardonne jamais).

Il est toujours vain de vouloir se faire entendre d’un pervers narcissique, vu qu’il n’entend même pas ce que vous dites ; tout ce qu’il entend, ce sont les hurlements de ses propres émotions ; de sa faim, de sa rage, de sa peur.

Quand vous avez affaire à un PN, vous avez affaire au besoin & désir dans leur forme la plus primale – autant dire à un prédateur, une bête sauvage affamée… comme un requin, par ex.

Vous ne discuteriez pas avec un requin affamé, non ? Alors, pourquoi le faites-vous avec un PN ? Ces êtres sont imperméables à la raison & la logique ! Un PN n’écoute que ses raisons & sa « logique », qui est celle-ci : il a décidé de se nourrir de vous & il le fera, quoi que vous puissiez dire pour votre défense !

La fable « Le Loup & L’Agneau » décrit bien ce comportement du nuisible, qui trouve toujours une « bonne » raison pour agresser, & à quel point toute discussion ou défense ou appel aux sentiments humains est inutile devant sa volonté de tuer !

La seule défense possible est de se sauver & de se tenir le plus loin possible de ces dangereuses bêtes car elles n’ont aucune pitié quand leur démon intérieur a faim de sang !

Leur vision de requin, en blanc & noir, les convainc que tout ce qui facilite l’obtention de leur « nourriture » (l’approvisionnement narcissique ), de leurs désirs, besoins & caprices, est bon et tout ce qui interfère avec ceci, est mauvais – & ils ne considèrent rien d’autre ; ils se fichent totalement de si c’est mal, si ça blesse autrui, etc.

Ils le veulent, donc ils l’auront, point ! De vous ou de quelqu’un d’autre, mais ils auront, ils prendront ce qu’ils veulent, TOUT ce qu’ils veulent… Et ceux qui tenteront de les en empêcher le paieront cher.

Y a-t-il une chose quelconque que vous puissiez dire qui stopperait l’attaque ? Non. RIEN ne peut la stopper. Si la bête a faim, elle vous mordra, point ! Aucun argument ne tient devant un PN tout à fait comme aucun argument ne tiendrait devant une bête féroce affamée ! Alors, il faut comprendre que vous adressez vos tentatives de défenses à un monstre, & non à un humain doté de raison, & cesser radicalement de discuter avec lui ; c’est un emplâtre sur une jambe de bois !

Quand j’étais avec Eric (mon mari PN), j’en étais venue à penser de lui « il ferait brûler toute la ville pour se faire cuire un œuf, s’il en avait le caprice ».

Publicités

Le PN a de bonnes raisons de vous maltraiter !

Par défaut

PN4

Vous l’effrayez, mauvais(e) que vous êtes ! Vous méritez bien ce qui vous arrive !

Là, vous devez vous dire que je suis devenue dingue, non ? Eh bien, je pourrais écrire ça si je pensais comme certains – comme Isabelle Blanes-Arama par ex, qui, il y a peu, a commenté que je ne connaissais rien au sujet des PN et que (ceci est 1 copié-collé de son commentaire) « Un PN ne sais jamais qu’au fond de lui il est mauvais puisque par essence même il est une victime. Une victime ne PEUT pas être mauvaise, il est malheureux, constamment, parce que rien ne peut le satisfaire…  « 

Les gens qui pensent ainsi refusent de croire au Mal & croient donc dur comme fer que les PN ne sont pas vraiment mauvais, & qu’ils ne nous attaquent que parce qu’ils se sentent menacés… Par qui ou par quoi, tout est là … (on se le demande, en fait !)

Si vous êtes victime d’un pervers narcissique, vous savez que cette excuse d’une soi-disant menace est une vaste fumisterie, car il vous attaque précisément quand vous êtes le moins menaçant(e) – comme, par ex, quand vous tentez de lui plaire, quand vous lui dites « je t’aime », quand vous tentez d’apaiser sa colère ou quand vous essayez de faire qu’il vous écoute.

Alors que vous attendez la réaction normale à ces comportements respectueux, vous subissez une attaque perverse. C’est si soudain, choquant et inattendu que quelqu’un en a dit que « vivre avec un PN, c’est comme avoir un accident de voiture en choc frontal chaque jour de sa vie » !

Bref, cette tactique de choc nous surprend, nous déséquilibre. Cela nous blesse tellement (& profondément, car on est « ouvert(e) » à ces moments-là) qu’on en est comme paralysé(e).

Quelle grave offense avez-vous bien pu commettre pour le menacer ? Examinons le dernier exemple ; en essayant de vous en faire écouter. En faisant cela, oui, vous le « menacez »… c-à-d que vous menacez son ego malade et boursouflé, celui qu’il s’imagine être (c-à-d Dieu ou le « Maître tout puissant »).

Rappelez-vous qu’il est un enfant qui joue un rôle, et exige que tout le monde joue à son jeu. Cela signifie que vous êtes censé(e) suivre son scénario, et donc, agir comme « le misérable esclave », « le sujet obéissant », indigne de l’attention du « Maître ».

Et si vous refusez de jouer à ce jeu, « bébé » pique une colère et vous persécute jusqu’à ce que vous cédiez.

Dans son fantasme de toute-puissance, vous êtes trop petit par rapport à lui (ou elle), comme une mouchette ou un ver de terre, que pour qu’il vous remarque… et vos OSEZ vouloir qu’il vous remarque, vous écoute ou fasse attention à vous ? Vous, le misérable vermisseau, prétendez vouloir vous mettre sur le même pied que « Sa Majesté  » ? Quelle prétention ! Une telle impudence doit être punie !

Quelle méchanceté est la vôtre, d’oser menacer le « Dieu tout-puissant » dans son délire de grandeur !

Cela vaut aussi quand vous lui dites que vous l’aimez, car dire ceci est une demande implicite d’amour en retour. Là encore, il est grotesque & insultant d’imaginer qu’un être supérieur, divin & parfait, pourrait aimer un simple ver comme vous !

Voilà comment vous les « menacez », voilà comment ce que n’importe qui de normal trouverait normal et même bien, paraît monstrueux à des monstres !

Non, vous ne les menacez pas – il y a juste que les PN sont des pervers, c-à-d des individus qui, dans leur psychose, pervertissent le réel & voient l’amour, l’affection et l’engagement comme des menaces.

Et leur façon cinglée de voir les choses n’est nullement votre problème ; c’est à 100% le leur, car tout être normal ne se sentirait pas menacé par la demande d’égalité de son partenaire.

Un PN a besoin d’agresser pour se nourrir, pour survivre & ne pas basculer dans la folie. Donc, quand il vous attaque, ce n’est pas en réaction à une attaque ou menace de votre part, et prétendre l’inverse ( = qu’il vous attaque car vous l’aviez menacé) est aussi fou que de dire qu’un agneau menaçait le loup qui l’a attaqué.

Mais les soi-disant experts, à la tête farcie de belles théories où l’on vit dans un monde sans Mal, refusent de croire ceci ; qu’il y a une différence fondamentale entre une dispute de couple, et cette prédation.

Bien qu’ils se prétendent les seuls qualifiés pour exprimer une opinion sur la question, ils sont en fait les moins compétents et qualifiés, parce qu’on ne peut connaître quoi que ce soit que si on l’a vécu dans sa chair.

Mais ces gens n’écoutent pas les victimes ; bien que celles-ci parlent d’expérience, ils sont fermés à leurs dires, parce que « un homme ne peut apprendre ce qu’il croit déjà connaître » – bref, ce sont les pires !

En réalité, ils ont tiré leur prétendu savoir sur le sujet, dans les essais spéculatifs ou des conférences, écrits par d’autres tout aussi ignorants qu’eux. Ils n’ont aucune expérience vécue avec des PN, alors, comment pourraient-ils en connaître quoi que ce soit ?

Par conséquent, n’allez pas perdre votre temps, votre argent et votre énergie chez des gens qui ne feront que vous enfoncer en vous jetant la faute sur le dos ! Fiez-vous à vos propres sensations & observations, examinez les faits pour tirer des conclusions, & vous saurez ce que vous devez savoir.

Dans le monde animal, on voit que tous les animaux se battent parfois avec d’autres (de leur espèce ou d’une autre) quand ces autres dépassent une limite & menacent leurs intérêts. Il est clair que leur mobile d’attaque est de restaurer leurs limites, donc leur sécurité ; en effet, dès que le transgresseur recule, le combat s’arrête et tout le monde est à nouveau serein.

Pourquoi ? Parce que quand on est vraiment menacé, notre motivation est de repousser la menace ( = auto-défense) et cela fait, on revient au calme.

Mais par contre, quand la motivation est de détruire l’autre, s’il recule ou tente de vous apaiser, ça a l’effet inverse ; l’attaquant voit cela comme un signe de faiblesse, & ça l’enhardit à poursuivre l’attaque jusqu’à destruction complète de l’autre.

C’est ce qui se passe quand un animal vise à manger l’autre ; il ne cesse pas avant que l’autre ne soit par terre, anéanti.

Or, c’est précisément ce que font les prédateurs humains (comme les psychopathes et autres narcissiques) !

Et voilà pourquoi la seule façon d’éviter d' »effrayer » ou de « menacer » ces pervers est rester loin d’eux … le plus loin possible ! 

Fréquentez plutôt des gens que votre affection ne « menace » pas !