Archives de Tag: poison

Conte : Meurtre ou pardon ?

Par défaut

père & fils3

Un jour, un homme se rendit chez son père et dit: « Père, je ne peux plus supporter pas ma femme, je veux la tuer, mais je crains d’être découvert. Pourrais-tu m’aider ? « 

Et son père répondit : « Oui, je peux, mais il y a un problème … Au moment où elle mourra, il faut que personne ne puisse soupçonner que c’est toi, alors, d’ici là, tu dois jouer les maris aimants ; être tendre, poli, reconnaissant, patient, affectueux, moins égoïste, prendre soin d’elle, l’écouter plus, …

Bon, ajoute-t-il en lui tendant un sachet, voici du poison ; mets-en chaque jour un peu dans sa nourriture ; ainsi elle mourra lentement « .

Après quelques jours, le fils revint chez son père, catastrophé ; « Père, je ne veux plus que ma femme meure ; je me suis aperçu que je l’aime. Et maintenant, que dois-je faire, puisque j’ai empoisonné ses plats ? « 

Mais le père répondit : « Ne t’en fais pas ; ce que je t’ai donné était de la poudre de riz. Ta femme ne mourra pas, parce que le poison était en toi ! »

Moralité : Quand on nourrit sa rancoeur, on meurt à petit feu ; libérer son coeur de la haine & de la rancune rend heureux ! Quand on se force à aimer, à aider, à donner, qu’on cesse d’être égoïste, de se croire tout permis ou supérieur, de profiter et d’exploiter d’autres, on commence à se libérer des sentiments négatifs, à (se) pardonner et à aimer vraiment.

Publicités

Houmous de fassolia et tournesol

Par défaut

SunflowersIngrédients :

–         300 gr de haricots blancs géants (= les fameux fassolia),

–         1 grosse c. à s. de graines de tournesol décortiquées,

–         1 c. à s. de tahini (pâte de sésame),

–         une dizaine de feuilles de basilic frais (lavées),

–         1 c. à s. d’huile d’olive,

–         jus d’1 citron,

–         3 pincées de sel marin,

–         1 gousse d’ail émincée finement,

–         1  pincée de paprika en poudre.

Préparation :

La veille, faire tremper les haricots blancs pendant toute la nuit, puis jeter l’eau*.  Les placer dans une casserole, dans une grande quantité d’eau froide, et les y cuire durant ¼ d’heure à feu vif, puis à feu doux et à couvert durant 1 bonne heure. Ne cesser la cuisson que lorsqu’ils sont bien mous. Egoutter.

Faire tremper les graines de tournesol dans 2 fois leur volume d’eau froide pendant 2 – 3 heures. Égoutter et réserver à part.

Placer les haricots cuits, les graines de tournesol, les feuilles de basilic, le tahini, le jus de citron, l’huile, l’ail et le sel dans un blender, et mixer jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse.

Rectifier l’assaisonnement et servir, saupoudré de paprika.

Servir avec une salade verte et de la baguette ou du pain marocain.

 

* les haricots secs (et surtout ceux-là) sont délicieux, mais ils contiennent des substances toxiques – qui disparaissent, il est vrai, après 10 minutes de cuisson, mais en jetant l’eau de trempage, on peut être vraiment sûr(e) d’avoir bien tout éliminé.

Pour une bonne santé, bannissez le sucre !

Par défaut

Le sucre a beau être tiré de la canne à sucre ou de la betterave, il n’est ni naturel, ni inoffensif – le tabac, ou l’opium sont aussi tirés de plantes !
Consommer du sucre, élève le taux d’acide urique du sang, ce qui abaisse l’oxyde nitrique, élève l’angiotensine et contracte les muscles lisses – ceci élève la tension sanguine et abîme les reins.
En outre, cet excès d’acide urique cause une inflammation chronique qui détruit sournoisement notre santé – On sait à présent qu’il est le principal coupable des maladies cardiaques.
Il est la cause majeure de l’obésité (elle-même source de maladies) ; il trompe notre système de régulation des calories ; il ne stimule pas la leptine (l’hormone de la satiété, qui nous pousse à cesser de manger) et ne « coupe » pas la ghreline (l’hormone de la faim, qui nous pousse à manger). Le sucre ne cause pas que l’obésité, mais aussi des maladies mortelles, comme les cancers et aussi beaucoup d’autres choses :
Il détruit le système immunitaire,
abîme la vue et les reins,
rend plus apte aux infections bactériennes,
dérange les minéraux du corps,
cause anxiété, manque de concentration et hyperactivité chez l’enfant,
augmente les triglycérides (causant des maladies cardiaques),
diminue divers minéraux (cuivre, chrome),
cause des cancers (seins, ovaires, intestins, rectum et prostate) et le mortel syndrome métabolique,
le diabète de type II (car il augmente les niveaux d’insuline et de glucose), ainsi que des maladies intestinales,
augmente le risque de colite ulcéreuse et de maladie de Crohn,
empêche l’absorption du calcium et du magnésium,
abîme les dents (sournoisement, de l’intérieur),
vieillit et fait grossir,
pousse à boire,
il cause asthme et arthrite,
ainsi que la candidose (infection par champignons),
la maladie de la pierre,
l’appendicite,
la sclérose en plaque,
des hémorroïdes et des varices,
il contribue à l’ostéoporose, à l’acidité,
il diminue la tolérance au glucose et l’hormone de croissance,
et augmente la pression systolique, les radicaux libres et le mauvais cholestérol …
sans compter l’envie de manger (menant ainsi à l’obésité).
Le sucre cause aussi de l’eczéma, des migraines, la cataracte, l’emphysème, l’athérosclérose, des allergies alimentaires, le diabète, la toxémie gravidique (chez la femme enceinte), il fausse la structure des protéines, de l’ADN et du collagène – ce qui cause un vieillissement.

La consommation de sucre a décuplé durant ces dernières décennies, et nous y sommes tous devenus accros, car c’est une drogue. Les sucres raffinés forment à présent 16% de notre régime alimentaire. Le sirop de glucose/fructose coûte peu, et se retrouve dans quasiment tous les aliments traits industriels.
On estime que chaque habitant en consomme 35 kg/an, contre 1 kg jadis. L’industrie alimentaire en met du sucre partout, évident ou caché ; sodas, jus de fruits, bonbons, biscuits, chocolats, yaourts, glaces, gâteaux, pâtes à tartiner, ketchup, confitures, …
C’est pourtant, comme les autres drogues, un poison violent ! Tout autre aliment comprend des nutriments, mais le sucre ne contient que de l’énergie, et rien d’autre ; composé de glucides raffinés, il n’y reste ni vitamines, ni minéraux,… Il a donc besoin de nous voler les minéraux qu’il rencontre dans notre tube digestif, de sorte que chaque fois que vous en mangez, vous vous déminéralisez !
Cet « aliment « vide est inassimilable par notre organisme ; une fois ingéré, il fabrique des métabolites toxiques comme l’acide piruvique qui s’accumule dans le cerveau et le système nerveux (ceci nuit à la pensée) – et les sucres anormaux créés, s’accumulent dans les globules rouges, entravant la respiration des cellules qui s’étouffent … et une maladie dégénérative apparaît…
En plus, il augmente l’acidité du sang : notre corps doit alors puiser dans ses réserves pour compenser – ce qui abîme les os, les dents, et finalement, tous les organes !
Le coeur, (il fait monter le taux de triglycérides et du cholestérol, le LDL), les reins commencent à en être perturbés.
En plus, le sucre favorise les fermentations intestinales et perturbe la flore bactérienne. Ce côlon perturbé génère des troubles du transit, des mycoses, et d’autres maladies.
Tout le corps souffre, la tension artérielle augmente, les globules blancs prolifèrent, les globules rouges et système nerveux parasympathique sont affectés, et les systèmes circulatoires et lymphatiques sont envahis – l’immunité baisse…
L’ingestion de sucre blanc ou des aliments qui en contiennent provoque une montée brutale du taux de glucose sanguin. Notre pancréas sécrète l’insuline en réaction. Une hypoglycémie réactionnelle s’ensuit. Et c’est un cercle vicieux : on sent de nouveau un besoin de sucre, on en reprend, etc.. ; le diabète n’est pas loin. Et l’insuline transforme le sucre en graisse qui est stockée => en plus d’augmenter le niveau de cholestérol et de triglycérides dans le sang, le sucre fait grossir !
Et la confusion continue avec le terme « sucre » qui englobe plusieurs substances similaires mais pas identiques ; par ex, le glucose ou le fructose des fruits et les légumes et un élément essentiel du métabolisme.
Passer du sucre blanc aux sucres naturels améliore notre vie – mais tous les sucres, mêmes naturels comme le miel, bloquent la sécrétion des sucs gastriques et inhibent le métabolisme en général ; donc, quand on en mange, il faut les englober dans le bol alimentaire – et surtout pas avec des protéines (ce qui entraîne une putréfaction dans l’intestin).
Enfin, comme il n’y a au fond qu’une seule sorte d’allergie – correspondant à la détérioration des glandes surrénales…par le sucre – le supprimer soigne aussi toutes les allergies.
Bref, le sucre blanc est le poison N°1. Si vous ne deviez changer qu’une seule chose à votre alimentation, supprimez le sucre raffiné (et des autres sucres, si possible). Mangez que des aliments naturels, évitez les plats préparés, les en-cas et les boissons sucrées. Dès qu’on s’arrête d’en consommer, notre santé s’améliore énormément. Et foin des médecins qui prétendent qu’un peu de sucre ne nuit pas et qu’on peut en consommer quotidiennement sans danger !
Même le fructose des fruits est nocif : il faut en consommer maximum 25 grammes/jour – Les fruits les plus riches en fructose sont : les mangues, abricots séchés et figues, ensuite les raisins (frais ou secs) puis les poires et les pastèques.
Un bon choix pour remplacer le sucre, sont les sucres d’alcool (maltitol, etc), le meilleur étant le xylitol. Autre : le pur glucose (dextrose) ou la stevia. Le sucre de canne, par contre, est à éviter.
Aliments contenant le plus de sirop de glucose-fructose : yaourts aromatisés, pain (blanc ou brun), sauces tomates (pizza, spaghetti, ketchup) ou sauces pour salades, barres de céréales, cacahuètes, biscuits, sirop pour la toux, boissons sucrées.
Pour retrouver la santé (ou rester en forme), il faut réfléchir à comment remplacer ces poisons par des aliments plus sains.