Archives de Tag: pierre

PN & provocation

Par défaut

provocation

Il est impossible d’avoir une vie sereine quand on vit avec un être dérangé, car on est sans cesse attaqué(e) ; c’est sans cesse (& sans raison valable) des cris, des scènes,…

Et rien de ce qu’on peut faire ou dire, ou ne pas faire ou ne pas dire, n’y change rien du tout – Même lorsqu’on est sagement assis(e) sans rien dire & les yeux baissés, il (elle) trouvera moyen de nous attaquer.

Comme j’avais remarqué que, quoi que je dise, mon « cher & tendre » le prenait mal ( = il y découvrait un sens méchant) & m’injuriait, comme aussi il faisait 1,91 m pour 80 kg (tout en muscles) et moi, 1,69 m pour 50 kg à cette époque, j’avais décidé de m’épargner les cris et les coups en ne disant plus rien.

Eh bien, même ainsi, je n’y échappais pas ! Il me jetait un regard haineux et disait : « salope ! Tu es en train de penser des saloperies sur moi ! »

Et quand on recherche de l’aide au-dehors, on se fait revictimiser ! Par ex, quand je téléphonais à des N° d’aide aux victimes, j’avais au bout du fil soit des PN qui rajoutaient à ma douleur en se fichant de moi (car là où il y a des brebis, il y a des loups, et là où il y a des êtres en position faible – enfants, malades, vieillards, victimes – il y a des agresseurs), soit des femmes qui me donnaient des conseils stupides : « taisez-vous, ne l’insultez pas, ne lui répondez pas », …

Ces pauvres crétines, désireuses d’aider mais intensément ignorantes de la dynamique perverse, étaient persuadées que la victime participe au processus ; pour elles, ce n’est qu’une « dispute de couple » et « il faut être 2 pour se disputer » (!) Oui ; ces femmes croient vraiment qu’il existe un moyen quelconque d’arrêter la bête sauvage qu’est un PN ! C’est à se taper la tête contre les murs !!!

Mais revenons à nos moutons … Pour quelle raison un PN doit-il toujours créer du drame ? Eh bien d’abord, parce qu’il s’ennuie. En effet, les PN étant « morts », ils ne perçoivent ni ne ressentent les beautés de la vie et donc, leur existence est grise, terne, d’un ennui pesant.

Par conséquent, pour un PN, l’ennui est écrasant, terrifiant et il ferait tout pour y échapper… ce qui prend souvent la forme de créer une dispute avec vous !

Et le fait que ça vous blessera ne les gênera pas – même, ça leur fait plaisir – car s’il doit choisir entre votre bien-être & le sien, il choisira toujours le sien, vu que lui est important, alors que vous ne l’êtes pas (!).

Tel un enfant, il est égoïste, sans respect des autres, inapte à maîtriser ses impulsions et en plus, dans ces cas-là, loin de voir qu’il a créé l’incident (exprès), il se persuade que vous l’avez attaqué ou insulté (!).

Ceci mène à des disputes qui durent & ne font pas avancer les choses, du genre « non, je n’ai pas fait ça »- « oui, tu l’as fait », etc.

Comme il projette sa méchanceté sur sa victime, il lui suppose des mobiles mauvais et la punit pour ça …mais bien sûr, agresser était son but depuis le début !

Dans leur monde, il y a le héros (c’est nécessairement lui) et le mauvais (c’est nécessairement vous) et on a beau tenter de lui prouver qu’on est gentil(le), qu’on les aime, qu’on a parlé sans mauvaise intention … ça ne marche pas.

Je parie que vous aussi, vous avez perdu des milliers d’heures & des tonnes d’énergie à tenter de comprendre et à essayer de lui prouver notre bonne foi … et toujours en vain, bien sûr ! (il ne comprend pas car il ne veut pas comprendre !).

Il ressent que vous l’avez attaqué, que vous aviez des mobiles mauvais, alors, c’est comme ça, et aucun de vos arguments ne le fera changer d’avis – même si vous avez des preuves, il les ignorera ou les tournera contre vous.

De toute façon, il est Dieu et il a toujours raison ! Acceptez-le !… En réalité, il se veut la victime, parce que c’est le seul moyen d’occulter qu’il est un monstre.

C’est pour ça qu’il ne peut reconnaître qu’il vous fait du mal, car si c’était le cas, il devrait accepter qu’il est le mauvais, et un PN ne peut faire ceci – c’est justement ce refus d’affronter le côté sombre de sa personnalité qui fait de lui un pervers !

Voilà pourquoi il interprète tous nos actes comme des attaques ; ainsi, il est la victime & non le mauvais.. et voilà pourquoi nous sommes toujours le mauvais (la mauvaise).

Mais avant tout, il crée du drame parce que les PN sont des êtres jaloux, envieux.

Dans cet article : »pn & discussions délirantes » http://www.bonheuretamour.com/2016/03/16/pn-discussions-delirantes/, je conseille ceci : Si l’on veut se libérer de ce rituel satanique, il faut commencer à être imprévisible. Comme le cinglé nous provoque exprès pour créer des disputes, afin de nous attirer dans ces vaines discussions rocambolesques, la seule façon d’y échapper est de faire l’inverse de ce qu’il (elle ) essaie de nous faire faire – qui est de se désengager et de cesser de réagir ! (il y a aussi des conseils sur les phrases à dire pour se désengager d’une de ces discussions délirantes).

Le PN nous provoque parce que, au fond de lui, il sait qu’il est une merde, et qu’il tente de ramener tout le monde (& surtout les meilleurs individus) à son niveau !

Voici sa mentalité : Il est mort en dedans & n’est pas heureux ? Eh bien alors, il fera en sorte que personne ne le soit ! Au lieu d’admirer l’élévation d’autrui, de voir sa déficience et de vouloir s’en corriger en prenant exemple sur les gentils, cette supériorité le met en rage et le pousse à détruire ces qualités, & la personne qui les possède.

Les PN nous haïssent, comme ils haïssent tout & tout le monde, et eux-mêmes. Ils ressentent qu’ils ont « reçu » ce caractère dérangé, que ce n’est pas juste, que tout le monde est heureux & pas eux, et que, pour égaliser les choses, il faut détruire la joie de vivre des autres – voilà leur « sens de la justice »…

Donc, il faut comprendre ceci : il nous arrive à tous (c’est inévitable) de blesser nos proches, mais on regrette & on essaie de ne plus recommencer … Tandis que chez le PN, c’est un SYSTEME, ça résulte de sa façon de penser, c’est EXPRES !

Et en plus, étant des morts-vivants, nos frustrations & émotions (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/) sont leur nourriture – c’est d’ailleurs pour ça qu’ils les génèrent.

Les pervers narcissiques sont en fait « accros » à notre douleur ; c’est la SEULE chose qui les fait sentir bien !

Ces provocations, assauts répétés, crises de rage, hystérie, blocages, terrorisme (destinés à extorquer les émotions vitales pour le PN) font que la victime vit dans la terreur ; vidée d’énergie, elle survit au coup par coup, en mode « réactif ».

Alors, comment se protéger ? Le seul moyen radical est de couper totalement le contact mais, si ce n’est pas possible, on peut se protéger en se souvenant sans cesse de ce que le PN tentera de faire ( = nous provoquer pour se nourrir de notre « sang » émotionnel) et cesser de mordre à l’hameçon de ses provocations.

Ceci est TRES dur, puisque notre corps y a été « entraîné » et que, dans notre cerveau, ce sont ces circuits de réaction qui se sont renforcés, et les autres (s’en ficher) n’existent pas ou plus… Donc, ces comportements sont devenus automatiques.

Souvent, on se dit qu’on n’y arrivera pas, qu’on ne peut pas se contrôler, mais c’est faux.

Le PN tente de manipuler nos sentiments, mais ça ne marche que si on réagit. On peut reprendre notre pouvoir et le contrôle de notre vie, notre esprit & nos émotions !

Il faut, par ex, appliquer la technique de la « pierre grise » ; on devient, quand le PN est là, une pierre grise.

Que fait une pierre si on l’attaque ? Rien !

Bien sûr, la douleur & l’envie de répondre bouillonneront en nous, sous la surface, & on sera très tenté(e) de réagir comme avant, mais on contrôle d’abord le comportement et ensuite, l’émotion.

Donc, il faut prendre une grande inspiration, & ignorer la provocation.

Si l’on est obligé(e) de communiquer avec le PN, ne donner qu’une information factuelle et rien de plus.

Car il n’y a pas à s’ouvrir à quelqu’un dont le seul but est de détruire notre vie, notre esprit, notre santé et notre joie.

Attention : quand vous commencez à ne plus réagir à ses provocations, le PN (comme un enfant) va monter le niveau desdites provocations, pour obtenir la reaction habituelle qu’il aime tant et qui le nourrit. Il devient alors encore plus enragé à vous bouleverser & vous faire réagir…

Résister devient encore plus dur … Sachez qu’il est normal de « craquer » par moments – donc, si ça vous arrive, ne vous culpabilisez pas ; le but est de réagir de moins en moins, jusqu’à ne plus réagir du tout.

Là, à la limite, comme une sangsue qui ne trouve plus de sang, il se détachera peut-être de vous (et s’il le fait, sachez que ce sera soudain).

Il ne faut pas s’expliquer, car qu’est-ce qu’il y a à expliquer a quelqu’un qui ne veut que notre mal et qui en plus , est dingue ? Il faut être dingue pour vouloir « raisonner » avec un dingue, non ?

Voir cet article : http://www.bonheuretamour.com/2016/03/14/parler-avec-un-pn/ ; j’y écris que : « Il y a autre chose ; comme, tout au fond de lui, un PN sait que vous valez 1000 fois mieux que lui, et qu’il en crève de jalousie (car tout PN est envieux et mesquin), vous humilier et vous rabaisser ainsi, en vous niant comme si vous n’étiez qu’un moucheron, lui procure beaucoup de plaisir, & une bonne dose d’approvisionnement narcissique … « 

Ne lui donnez plus son « picotin » ! Sauvez-vous !

Publicités

Conte du tailleur de pierre

Par défaut

tailleur de pierre    Il était une fois un pauvre tailleur de pierre qui vivait dans la montagne. Sa vie lui pesait et il aurait voulu plus de pouvoir, être riche et oisif.

Un jour qu’il se plaignait de son sort et souhaitait la richesse, une voix surgit de nulle part et lui dit :

– Ton vœu a été entendu. tu seras aussi riche que tu l’as souhaité !

A la place de sa hutte s’élève le palais de ses rêves.

Mais une fois installé dans son palais, il voit passer un prince avec ses courtisans, et il se met à l’envier, car le prince a plus de pouvoir que le riche…

Et le génie de la montagne exauça son vœu : il devint prince.

Mais l’homme restait insatisfait, car le soleil lui brûlait la peau et desséchait son jardin. Il en déduisit que le soleil était plus puissant et souhaita être le soleil. Aussitôt dit, aussitôt fait !

Il se sent le plus fort lorsqu’un nuage passe devant lui, protégeant la terre. « Quoi ?, dit-il, Un nuage peut vaincre mes rayons ? Il est donc plus fort que moi ? Ah, si j’étais nuage, c’est moi qui serais le plus fort ! »

Le génie de la montagne le fait nuage. Retenant les rayons du soleil, faisant tomber la pluie pendant des jours pour tester ses nouveaux pouvoirs, inondant le pays, il est heureux pour un temps … jusqu’à ce qu’il remarque que les rochers de la montagne restent impassibles.

« Le rocher est donc plus fort que moi ? Ah, si seulement j’étais un rocher ! «

Il devient rocher, fier et majestueux, méprisant l’ardeur du soleil aussi bien que la pluie.

Et pendant un bon moment, il est satisfait de son sort.

Mais un jour, il sent un cruel picotement à sa base … Regardant à ses pieds, il aperçoit un tailleur de pierre qui le pique, et ôte des morceaux de roche.

« Ce tailleur de pierre est plus fort que le roc, déduit-il, en sorte qu’il fait le voeu de devenir tailleur de pierre !

Et il le redevient… Chaque jour, il travaille dur et chaque soir, il revient dans sa petite hutte. Sa couche est dure et sa table peu garnie mais il a appris à s’en contenter, et il ne songe plus à être autre chose que ce qu’il est.