Archives de Tag: parler de tout

Papotages au travail

Par défaut

Business Discussion  Ouvrir son cœur à n’importe qui est une mauvaise idée, nous ne pouvons donc tout simplement pas faire confiance « par défaut », en supposant que toute personne qu’on a en face de soi a de bonnes intentions…Cela peut très bien ne pas être le cas – surtout au boulot !

On ne peut en fait s’ouvrir qu’à des gens dont on connaît les intentions et le caractère et dont on est sûr que les 2 sont bons. Et on ne peut recueillir cette information-là qu’en écoutant, et non en parlant. Il y a toujours des choses à apprendre quand on écoute, alors que quand on parle, on se dévoile, on révèle sur nous des informations… et dès qu’un autre sait ce que l’on fait ou ce que l’on pense ou nos petits secrets, il y a un risque.

Le Cardinal Richelieu disait :  » si vous me donnez 6 lignes écrites de la main du plus honnête homme du monde, j’y trouverai de quoi le faire pendre » ! Bref, il ne faut jamais rater une occasion de la fermer.

Savoir, c’est pouvoir – par conséquent, lorsque nous révélons à autrui nos pensées ou nos intentions, cela renforce sa position et son pouvoir sur nous.

S’il a de mauvaises intentions, ces infos sont une arme qu’il utilisera pour nous nuire ou nous exploiter. Un homme par ex, avait informé son collègue (qu’il croyait être son ami) d’une promotion dans leur firme… et bien sûr, l’autre lui a « soufflé » la place.

Ceci ne signifie pas qu’il faut être paranoïaque et penser que tout le monde ne vise qu’à profiter de nous, mais cela n’empêche que nous fréquentons sûrement de tels êtres et qu’il faut donc être prudent avant d’accorder sa confiance à quelqu’un.

Chaque fois qu’on ouvre la bouche, il faut être bien conscient de ce qu’on dit, de à qui on le dit, et des suites possibles. Et bien sûr, ne donner des infos confidentielles qu’à ceux qui auront su mériter notre confiance.

Bavarder entre copains ou collègues est bien, mais il faut se souvenir que les collègues – même si on les fréquente durant la plupart de notre temps – ne sont pas des amis.

Un autre piège à éviter : les silences qui s’installent dans une conversation. Une certaine assurance est nécessaire, car sinon, on sera gêné par les silences et on risque fort de dire n’importe quoi pour les remplir… Le silence est ok – alors qu’une fois que les mots sont sortis de notre bouche, c’est trop tard ; on ne peut jamais les reprendre ! Il vaut donc mieux apprendre à être à l’aise dans les silences.

Demandez-vous aussi pourquoi les gens disent ce qu’ils disent ; il y a toujours une raison derrière ce qu’on dit ; tâchez de trouver le mobile derrière les mots de votre interlocuteur ; veut-il se montrer amical ? Ou vous manipuler ?

Avant de parler de vos émotions, de vos valeurs et priorités, de vos projets, demandez-vous : « avec qui est-ce que je partage ces infos ? Et est-ce qu’il le mérite ? Pourquoi avons-nous cette conversation ? »

Bref, faites marcher votre cerveau avant de faire marcher votre langue !

Publicités