Archives de Tag: obsédé

Etes-vous douée pour faire de bons choix en amour ?

Par défaut

F.translucide Pour le savoir, c’est tout simple ; il suffit de faire ce test – qui en plus, est hyper-facile ;

il n’y a qu’à répondre par oui ou non – et ensuite, rendez-vous tout en bas ! :

– J’ai eu des relations sexuelles avec un homme qui a ensuite disparu soudainement ou ne m’a plus donné de nouvelles.

-Je suis sortie avec un homme pendant plus de 3 mois sans savoir s’il était vraiment mon petit ami.

– Je suis sortie avec un homme depuis plus d’un an savoir du tout s’il avait un jour l’intention de se marier.

-Je suis sortie avec un homme depuis plus de 3 ans et il ne m’a toujours pas demandé ma main.

– J’ai fait des rencontres en ligne mais je n’apprécie pas & je quitte régulièrement.

– Je suis dans une relation où je donne toujours et je ne reçois rien.

– J’ai passé des mois – voire des années – à me languir d’un homme qui m’a quittée.

– J’ai supporté de la violence psychologique, verbale ou physique.

– Je me suis retrouvée à agir comme une folle, ou à devenir obsédée d’un gars quand je ne suis pas avec lui.

– Je suis dans une relation sans attirance physique.

– Je suis trop critique des défauts de mes partenaires.

– Je suis gênée de dire à mes amis l’état de ma relation.

– Je suis restée dans une relation même après que je savais qu’elle était condamnée.

– Je suis restée dans des relations où je devais souvent me taire ou censurer mes opinions.

– J’ai eu peur d’avoir une conversation authentique avec mon partenaire.

– Je m’inquiète de la façon dont les hommes perçoivent mon âge ou mon corps.

– Je me suis demandée si, fondamentalement, il n’y a pas quelque chose qui cloche en moi.

– Je me suis demandée si, fondamentalement, il n’y a pas quelque chose qui cloche chez les hommes.

– Je l’ai lu des livres et essayé des programmes de coaching, sans résultats discernables.

Conclusion : Vos choix montrent si vous êtes sûre de vous (1 ou 2 « oui »), ou souffrez d’un manque d’assurance léger (3 à 4 « oui »), moyen (5 à 7 « oui »)ou fort (plus de 7″oui »).

Ceci déterminé, vous savez ce qui vous reste à faire …

Publicités

PN : vous voulez lui ouvrir les yeux ? Quelle erreur !

Par défaut

PN yeux J’ai déjà écrit sur le « syndrome du St-Bernard », où certain(e)s (c’était mon cas, jadis) sont poussé(e)s à se dévouer corps & âme pour sauver autrui (voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/08/04/tentez-vous-de-sauver-des-canards-boiteux/) en occultant le fait que c’est lui-même (ou elles-même) qui a en fait besoin d’être sauvé(e).

Mais ce syndrome ne se manifeste jamais avec autant d’acuité qu’avec un pervers narcissique ! Ces êtres – vous le savez – ne font que mal se conduire : mentir, rompre les promesses, vous rabaisser, se moquer des lois, … ils se montrent injustes, agressifs, violents, irresponsables, sans remords, inhumains.

Si vous avez souffert d’abus narcissique, vous avez probablement une conscience, un haut niveau de bonté & d’intégrité et vous vous souciez d’autrui – donc, son refus de se comporter de façon morale & décente vous choque & vous effraie. Vous voulez que l’instabilité et la folie s’arrêtent et pour ça, vous lui faites la leçon et tentez de le « ramener dans le droit chemin » en lui montrant à quel point son comportement est nocif & douloureux.

Mais ça ne marche pas… votre intégrité même est utilisée contre vous ! C’est du reste la plus grande arme que le PN utilise contre vous ! Comprenez qu’un PN cible délibérément les gens ayant beaucoup d’intégrité, parce qu’il sait que ces gens humbles & innocents ne soupçonneront pas le Mal et seront prêts à se questionner & à prendre la faute sur eux…

Et quand le PN les accusera de fautes imaginaires, ils tenteront de se justifier …comme si ce démon ignorait que les fautes dont il nous blâme sont imaginaires ! Il les a justement créées EXPRES pour « prendre du sang » ( = provoquer les épanchements émotionnels dont il se nourrit). (voir : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ ).

Quand on vit avec un PN, au lieu d’être serein(e), de pouvoir être calme & à l’aise, on est sans cesse agité-e (car il nous ment), nerveux(se), sur les nerfs… Comme avec une bombe à retardement, on sait que « ça va péter » mais on ne sait pas quand… Or, l’anxiété, en faisant monter les niveaux d’hormones de stress (cortisol & adrénaline) est très mauvaise pour la santé ; donc, à vivre avec ce genre d’individus, notre santé se dégrade peu à peu…

Et notre santé mentale aussi se dégrade, puisqu’on se fait toujours insulter, rabaisser, et mettre toute la faute sur le dos… Oui ; il s’amuse à vous accuser de fautes imaginaires et, au lieu de hausser les épaules & partir, vous tentez de vous justifier … Aussi, devant ses méchancetés, au lieu de rompre, vous le prenez en pitié pour son enfance malheureuse et croyez que vous le guérirez à force d’amour …

Ensuite, plus il (elle ) vous attaque, plus vous tenterez de le pousser à se comporter de façon décente… mais c’est une tâche impossible – car non seulement il refuse toutes les règles, mais en plus, il voit à quel point on se fait flouer quand on est quelqu’un de bien ! Il vous trouve pathétique, avec votre bonté, votre naïveté, vos bonnes intentions.
Il ne veut pas suivre les règles, car il se sent au-dessus de ça… sans compter que, mort à l’intérieur, il DOIT exploiter une proie pour se maintenir en état de fonctionner.

Il est donc essentiel que la victime comprenne que jamais elle ne réussira à le rendre gentil, à la faire cesser de la détruire à petit feu…et que continuer à se bercer de rêves la maintient dans cette relation qui la détruit ! Plus la victime essaie de contrôler l’incontrôlable, plus elle perd le contrôle d’elle-même.

Hélas, les humains sont programmés pour avoir la tendance de faire PLUS de la même chose – au lieu de faire AUTRE chose ! – en cas de stress. Donc, comme la victime a de plus en plus mal, est de plus en plus faible, confuse, éperdue, exposée et en manque d’amour, elle s’accroche de plus en plus désespérément à ce rêve – elle a de plus en plus besoin de ne pas comprendre ce qu’elle vit, de plus en plus besoin qu’il la ré-aime et devienne enfin normal et aimant… Bref, pendant ce temps, le rituel satanique peut se poursuivre, c-à-d que le PN peut continuer à vous détruire, et la victime s’affaiblit… son corps, son esprit, son âme, tout s’émiette & s’étiole ..

Et ce sont les êtres les meilleurs, les plus purs, intègres, et sensibles qui souffrent le plus…

Même si vous tentez d’utiliser l’une de ses tactiques, vous perdrez car il y est maître & vous non : il vous sermonnera sur votre manque d’intégrité. Quoi qu’on fasse avec un PN, on ne peut pas gagner – la seule chose sensée à faire est de le quitter !

Mais pour briser la « transe », pour cesser ce jeu macabre, il faut d’abord accepter que le Prince Charmant tendre, attentionné & amoureux des débuts, ne reviendra jamais…parce qu’il n’a jamais existé ! Ce n’était qu’un masque, qu’un rôle que le PN a joué pour vous capturer !

Ces êtres n’ont pas d’amour à donner (ils sont vides), ils n’ont ni morale, ni valeurs, ni conscience, ni scrupules !

Plus vous essayez de lui faire comprendre combien ses actes sont mauvais et plus vous lui demandez d’amour, plus vous vous épuisez – car vous ne recevez rien et, dans le même temps, vous vous faites tirer du sang lors des disputes.

Et je ne parle pas du manque de sommeil (qui peut tuer) – Moi, par exemple (du temps que j’étais harcelée par ma chef, Suzanne Rensonnet), je conduisais un jour sur une route sinueuse, et j’étais tellement absorbée par mes pensées – car l’effet des violences, c’est qu’on s’obsède dessus & qu’on y pense sans cesse – que j’ai failli faire un accident ! Ces violences peuvent également tuer ainsi … sans compter le risque réel de suicide : comme il nous arrache notre âme & détruit toute joie de vivre, les violences mènent à une profonde dépression & dégoût de la vie, et surtout, au désir d’échapper à cet enfer …

Mais même si vous ne vous tuez pas, vous commencez à agir comme une personne folle – n’oubliez pas qu’un PN est fou & qu’il projette sa folie sur sa victime, à qui il donne le rôle d’exprimer sa folie à sa place !

Tant que vous vous obsédez sur ce que le PN dit ou fait, vous vous oubliez vous-même & restez accrochée dans cette transe satanique.

Il est logique d’être choqué(e) par ses actes, mais si on veut en sortir, il faut arrêter ce mode de pensée (et le jugement, qui ne fait qu’attirer plus de mal dans votre vie).

Tout d’abord, il faut cesser de résister à la réalité, mais l’accepter (aussi pénible ou horrible soit-elle) … alors, vous verrez que, comme cette réalité (que vous n’avez AUCUN POUVOIR DE CHANGER) ne vous convient pas, vous devez vous sauver.

Il faut du courage pour cesser de fonctionner avec « l’esprit souffrant », pour à la place, fonctionner avec un esprit réaliste (les faits & rien que ça). Tant que l’on juge ce que le PN nous fait (« c’est dégoûtant », « c’est inacceptable », etc) & qu’on se prend pour un St-Bernard ( = que l’on croit qu’on peut & qu’on doit sauver des losers), on reste dans une énergie de victime.. A l’inverse, dès qu’on commence à juste dénombrer les faits, on cesse de vouloir guérir l’autre & la relation… & on reprend notre pouvoir – donc, on s’en libère.

Oui ; à chaque fois que vous jugez quelque chose comme mauvais, vous êtes dans la résistance au réel – à chaque fois que vous le faites, vous croyez lutter contre votre PN alors qu’en fait, vous ne faites que vous enraciner un peu plus à lui !

Or, comme a dit Ayn Rand : « Vous pouvez ignorer la réalité, mais vous ne pouvez pas ignorer les conséquences d’ignorer la réalité ». Ces conséquences, vous les vivez, non ?

Ne croyez pas qu' »accepter » signifierait tolérer la maltraitance ; au contraire, c’est accepter qu’un PN fait ce qu’il (ou elle) fait parce qu’il est un PN. Là, vous n’aurez plus besoin de le « guérir » pour vous faire vous sentir mieux.

Vous pouvez vous libérer, vous pouvez vivre une vie pleine & sereine, vous pouvez laisser les autres être & faire ce qu’ils veulent… et si leurs actes n’entrent pas dans vos normes, ces individus n’ont pas à faire partie de votre réalité.

Il est plus que temps de laisser le PN à lui-même, de cesser de se concentrer sur lui pour, à la place, vous focaliser sur la création de la vie qui vous convient & que vous méritez !

Signes indiquant qu’on manque de limites saines

Par défaut

baiser volé2   J’estime que l’être humain (& même les animaux)  a besoin de respect plus que de pain.

Or, le monde étant plein de gougnaffiers irrespectueux, il faut savoir se faire respecter et pour ça, avoir de saines limites personnelles.

J’avais déjà décrit ce que sont de saines limites ici : http://bonheuretamour.com/votre-bonheur-depend-de-vos-limites/ , ainsi que Comment rejeter les profiteurs quand on manque de limites ? http://www.bonheuretamour.com/2014/01/30/comment-rejeter-les-profiteurs-quand-on-manque-de-limites/.

Mais … et si on ignore qu’on manque de limites ? …

J’ai donc décidé de vous informer sur les signes indiquant qu’on manque de limites saines, pour que vous puissiez diagnostiquer si c’est votre cas ou non => voici ces indices de manque de limites :

 

  • Parler à un niveau intime dès la 1ère rencontre avec quelqu’un,
  • Dire tout (se révéler entièrement même à des inconnus),
  • Tomber amoureux de quelqu’un qui vous contacte ou vous tend la main ou d’une nouvelle connaissance,
  • Être submergé par une personne – préoccupé par elle sans arrêt,
  • Agir selon la première impulsion sexuelle,
  • Aller à l’encontre de ses valeurs personnelles ou de ses droits, juste pour plaire aux autres,
  • Ne pas remarquer quand quelqu’un envahit vos limites ou affiche des limites inappropriées,
  • Accepter de la nourriture, des cadeaux, le toucher, le sexe, que vous ne voulez pas,
  • Toucher une personne sans lui demander,
  • Prendre autant que vous pouvez, pour le simple plaisir d’obtenir quelque chose de plus,
  • Donner autant que vous pouvez, juste pour le plaisir de donner,
  • Permettre à quelqu’un de prendre autant qu’il veut de vous,
  • Laisser les autres diriger votre vie,
  • Laisser les autres décrire votre réalité,
  • Laisser les autres vous définir,
  • Attendre que les autres remplissent automatiquement vos besoins,
  • S’effondrer pour que quelqu’un vienne prendre soin de vous,
  • Se faire du mal,
  • Abus sexuels et physiques,
  • Troubles alimentaires.

 Si plusieurs de ces indices vous correspondent, vous savez que vous devez travailler au plus vite à renforcer vos limites, sinon, vous continuerez à vous faire abuser & exploiter (ou rejeter) et à subir votre vie au lieu de la bâtir…