Archives de Tag: noirceur

Violence perverse, effets & société

Par défaut

isolé

 

Les victimes de violence en relations (quelles que soient ces violences, ou le genre de dérangement qu’a leur bourreau) vont développer un Syndrome de Stress Post Traumatique (dit « PTSD ») – mais « complexe ».

Alors que le PTSD normal résulte d’un seul événement ayant menacé la survie du sujet, le PTSD complexe, lui, résulte d’années de mauvais traitements et d’une série d’événements traumatiques.

Vivre avec un psychopathe, un genre de robot, ou d’alien non-humain, est terrifiant, parce que ça heurte violemment l’idée qu’on se fait d’un réel normal – quand on comprend la vrai nature de l’être avec qui on vit (avec qui, peut-être, on a des enfants), cause un choc énorme de surprise horrifiée – car là, on voit le MONSTRE, et non plus les belles apparences extérieures.

Bien sûr, il y a ce qu’il nous fait ; les mots, les phrases, les tactiques qu’il emploie pour nous détruire (et tous les PN utilisent les mêmes), mais le fond de la chose, c’est que le PN brise notre sens du réel abîme et ronge notre âme, le coeur même de notre être, la partie la plus intime de nous-mêmes, et qu’il implante là (dans cette part la plus vulnérable de nous-même) une « noirceur », un « programme d’auto-destruction » ; c’est CA le vrai dommage (invisible) que ces violences invisibles nous infligent.

Comme le dit Scott Peck dans « Les Gens du Mensonge », on ne peut se pencher sur la perversion narcissique, sans en être contaminé.

Même s’il nous a battue, c’est grave, mais pas autant que le fait d’avoir dû vivre dans la terreur, dans un état constant d’hypervigilance – car dans cet état, la suggestion (de nous tuer) pénètre profondément en nous.

Les PN éraflent de plus en plus notre sens du moi, ainsi que le sens de ce qui est réel, ou pas.

Et si l’on en parle à des gens qui n’ont pas connu cette situation, ils ne comprennent pas ; ils pensent qu’on ment ou disent que si on reste, c’est qu’on est maso & qu’on aime être maltraité ( !) ou qu’on en tire des « bénéfices secondaires » (Brigitte Cuzin de Corenc – UNE « PSY » – en fait, prof de danse & grande consommatrice de H, qu’elle fait pousser dans son grenier – M’A DIT CECI !), qu’en fait, c’est notre faute – bref, ils nous revictimisent !

Il faut éviter à tout prix de consulter des psys n’ayant pas été brisés par un PN – sinon, ils sèmeront encore plus la confusion dans notre esprit, nous feront douter de ce qui est blanc ou noir, et nous retraumatiseront !

Lorsque quelqu’un corrompt le centre de notre être et notre sens du réel, voici ce qui lui est instillé : l’amour & la générosité n’existent pas, l’égoïsme mène le monde, les humains ne sont pas bons, mais sont des prédateurs qui utiliseront ton amour contre vous pour vous torturer jusqu’à la mort, jusqu’à votre destruction complète ; votre sens du moi, votre réputation, votre argent, votre famille & amis, votre volonté de vivre et d’aller de l’avant, votre âme, … Les PN désirent cela, ils s’en emparent et s’en nourrissent …

Et c’est ça que les ignorants ignorent et veulent ignorer (car ça ne correspond pas à leur idée sur le monde !) – alors quand on leur raconte ceci, ils haussent les épaules, et répondent que ça n’existe pas, qu’on ment, qu’on exagère, que personne ne nous torture. Oui ; le mot « torture » – que nous, victimes, comprenons bien, parce qu’on le vit ! – les fait rire !!!

Ces gens sont non-conscients & ne savent pas de quoi ils parlent ; s’ils l’avaient vécu, ils comprendraient que c’est vrai – sinon, ils ne peuvent en parler car ils n’y connaissent rien du tout !

Ils reconnaissent l’existence de violeurs (et encore !), de cambrioleurs ou de sérial killers, mais pas le narcissisme !

L’ennui, c’est que, alors que toutes les infractions sont punies, celle-ci ne l’est pas : il n’y a pas de sanction légale prévue concle le Mal quotidien, pas de sanction pour nous faire sentir mal ou avoir peur, ou nous briser le coeur, détruire notre foi en la vie, ou nous avoir amené à leur donner tout notre argent, … Car les violences sont invisibles, et la Loi (& ses acteurs) estiment qu’on reste & que tout se fait entre adultes consentants.

Les gens refusent tout simplement de croire – et en un sens, c’est compréhensible, car cette idée est terrifiante – que le gentil facteur ou serveuse, qu’ils voient chaque jour, est tout différent en privé ; qu’il (elle) a choisi consciemment une proie, créé des plans très élaborés pour la détruire, et qu’il met ces plans rigoureusement en application.

Que ce gars (ou cette dame) si sympathique & amical prend du temps pour concocter des stratégies pour détruire l’âme de sa proie et sa réputation, briser sa volonté, lui imposer la sienne, détruire son sens du réel, la briser physiquement et psychologiquement – tout ceci n’est, à leurs yeux, pas imaginable !

La violence perverse inflige des blessures si profondes et durables aux victimes, que celles-ci s’isolent (surtout en constatant que personne ne les croit), parce qu’elles ressentent un besoin d’être seul (pour guérir) mais aussi parce que les personnes extérieures vous traitent de fou et nient la réalité de ce que vous avez subi – ce qui vous inflige un 2d traumatisme, s’ajoutant à tous les autres – pas étonnant que l’on veuille s’épargner ça !

Les violences perverses ont abîmé votre santé physique & mentale ; il y aura sans doute de l’insomnie, des flash backs & cauchemars, une angoisse et nervosité (+ on se « saisit » pour un rien), de la dépression, de l’irritabilité, … Mais le pis, c’est qu’un voile de noirceur a été jeté sur toute votre réalité ; tout ce qui était riant & coloré est mort !

A cause du PN, le monde en est devenu un sans lumière, chaleur ou joie, sans amitié, amour ni plaisir, un lieu terrifiant, plein de monstres avides de vous agresser pour sucer votre sang…

Si vous pouvez vous raccrocher à la lueur d’espoir, à votre rêve, malgré que vous êtes environné de noirceur, vous pourrez vous en sortir… mais non sans y laisser des plumes, cependant !

Vous ne serez plus jamais comme avant (il restera toujours des cicatrices, un souvenir de l’abus, une perte de l’innocence), mais vous serez devenu plus dur, plus sage & moins naïf(ve) et oui ; vous pouvez revenir à la joie, l’ouverture, et la réussite.

Publicités