Archives de Tag: négatif

Comment transcender nos souffrances

Par défaut

J’ai traité (voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2017/03/09/culture-lucidite-ou-endoctrinement/ ) comment le pouvoir en place favorise le mal-être des gens pour son propre intérêt. Mais notre propre esprit nous crée aussi des souffrances inutiles – qu’Eckart Tölle nomme « corps de souffrance » (pour en savoir plus, vous pouvez lire http://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/eckhart-tolle-nous-parle-du-corps-46123).

S’il n’y avait qu’une seule idée pouvant montrer à celui qui aspire à la vraie vie le moyen de sortir de la prison des pensées noires et des sentiments punitifs, ce serait celle-ci : notre vrai moi ne gagne pas dans la vie en surmontant des problèmes accablants, mais en révélant qu’en fait, ils n’ont jamais vraiment existé.

Ce genre de vérité est dure à accepter pour certains, et leur dire que la base de leur douleur mentale ou émotionnelle actuelle est un sous-produit négatif d’un esprit piégé dans une illusion, ne fait que les pousser à s’accrocher plus fort à leur souffrance. Ils justifient alors leur douleur ainsi : compte tenu de ce qu’ils ont dû endurer, il n’y a pas d’autre alternative que celle-là ; leur douleur.

Donc, avant d’aller plus loin, mettons les choses au clair :

Beaucoup de choses qui se sont produites et qui continuent à se produire dans notre monde sont sombres et difficiles à traiter. On peut constater tous les jours que les êtres humains « endormis » font des choses terribles aux autres, ainsi qu’à eux-mêmes – dans http://www.bonheuretamour.com/2017/03/01/apaisez-votre-esprit/ , j’explique comment, quand on ignore ce qui se passe en soi, il est inévitable qu’on inflige de la douleur à soi-même ou aux autres.

Mais le point essentiel ici, pour ceux qui cherchent le Soi éternel, est que les événements passagers en eux-mêmes n’ont pas le pouvoir de nous faire souffrir. Ce sont nos réactions négatives qui nous aveuglent puis nous attachent à cela, nous jetant dans un monde de douleur.

La preuve de ceci ( = que les événements eux-mêmes ne sont pas la source de notre souffrance psychologique), se trouve dans les histoires de vie inspirantes de nombreuses personnes à travers l’histoire. On y voit comment des êtres confrontés à des conditions incroyablement douloureuses, non seulement transcendent leurs épreuves, mais émergent en quelque sorte transfigurés. Et ce qu’ils ont fait est à la portée de tous !

Quelques histoires de la vie réelle illustreront cette vérité ;

Il y a quelques années, un jeune athlète brillant a été blessé dans un accident qui l’a paralysé. Au lieu de sombrer dans le désespoir, il s’est mis à aider d’autres jeunes ayant subi la même chose à surmonter leur sentiment de perte.

Dans une interview, il a dit que, sans l’accident qui lui avait pris ses jambes, ses yeux ne se seraient jamais ouverts à une nouvelle dimension de la vie & que cette épreuve avait tellement transformé ce qu’il savait de la vie que, s’il avait le choix, il ne changerait rien à ce qui s’était passé.

Comment cet homme a-t-il pu surmonter des circonstances qui auraient déprimé à jamais d’autres personnes ? C’est parce que, « si tu suis ton destin, il te conduit, si tu lui résistes, il te traîne » ; au lieu d’être démoli par l’épreuve qu’il subissait & d’y résister en esprit, il a accepté ce qui est, & d’en tirer la leçon « élévatrice de vie » cachée dans ces moments pénibles.

Choisir la bonne voie face à sa douleur lui a apporté des récompenses incommensurables ; il en est venu à comprendre – comme nous devrions tous le faire – que notre vrai moi n’est pas lié à notre corps ou aux résultats de circonstances indésirables. Son éveil des vérités plus hautes l’a enrichi & épanoui, d’une façon qu’aucun trophée ne pourrait jamais lui apporter. Bien qu’aux yeux du monde il soit devenu plus limité, en fait son univers s’est élargi pour lui donner un nouveau sentiment de liberté au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer avant l’accident.

 Un exemple frappant est Nick Vujicic (un homme que j’admire beaucoup), qui est né sans membres (avec juste un bout de pied) ; il aurait pu passer sa vie à regretter sa condition et à aspirer à avoir des bras & des jambes. Mais au lieu de ça, il a choisi d’être reconnaissant pour ce qu’il a, de vivre sa vie à fond & de poursuivre ses rêves. Là, il est très heureux, marié & a un fils, mais surtout, il fait des conférences qui remontent le moral & inspirent des milliers de gens !

-Enfin, mon exemple : quand ma 2de fille, Sabrina, est morte en août 1989, j’étais dévastée et, si je n’avais pas eu ma 1ère fille, Viera (qui, à 1 an, avait fort besoin de moi), je me serais tuée.

Au lieu de ça, sans que j’en aie conscience, s’éveillait au fond de moi une quête… qui devait aboutir à l’heureux hasard (hum !) m’ayant fait connaître la foi baha’ie (& Dieu par la même occasion). Non seulement ce fut une vraie révélation, qui a beaucoup enrichi ma vie & m’a fait connaître des plaisirs divins & sans remords, mais ça m’a poussée à commencer à m’occuper des autres êtres souffrants & à trouver ma voie !

Dans chaque cas, on voit qu’un événement dévastateur, qui aurait pu générer déprime, amertume & ressentiment, est devenu une occasion d’ennoblissement de l’âme qui lui a donné une toute nouvelle vision de la vie.

Dans cet article http://www.bonheuretamour.com/2013/08/02/sex-death-vieux-chinois/, je relate le conte du vieux Chinois, qui nous aide à relativiser les épreuves, en nous faisant comprendre qu’on ne peut jamais connaître les conséquences à long terme de ce qui nous arrive ; que ce qui semble bon, peut se tourner en malédiction et ce qui semble mauvais, en bénédiction…

Un vieux dicton arabe suggère la même chose : « La nature de la pluie est la même, mais elle fait pousser des épines dans les marais et des fleurs dans les jardins ».

Moi, comme d’autres qui ont transcendé leurs souffrances, avons pu nous détacher de la méchanceté & de la cruauté du monde pour atteindre une compréhension spirituelle qui a élevé notre vie au-delà de l’inhumanité des hommes ou des circonstances.

Une telle transformation est incompréhensible pour ceux qui estiment justifiée leur rage ou leur haine contre une injustice quelconque. Les individus aveugles spirituellement souffrent seulement eux-mêmes, mais voient toujours les autres comme étant responsables de la raison pour laquelle ils ressentent leur peine ou leur douleur.

Pour pouvoir voir tout événement de la vie – bon ou mauvais – comme un « véhicule » qui aide à nous transporter vers un niveau de compréhension plus élevé, il faut créer une nouvelle relation avec les événements indésirables de notre vie.

Au lieu d’essayer de nous protéger contre eux, nous devons être prêt à voir ce qu’ils nous révèlent sur nous-mêmes à ce moment. La différence entre ces 2 voies, et les conséquences qui en découlent, sont immenses :

La 1ère voie nous garantit la peur et la souffrance qui sont inséparables d’essayer de protéger les images fausses de nous-mêmes, & leurs faux buts imaginaires, tandis que la 2ème mène à la révélation que le Divin a déjà un but plus élevé pour notre vie, qui inclut tous les pouvoirs dont nous avons besoin pour transcender toute situation douloureuse.

Oui, le chemin qui conduit à la révélation est plus difficile, mais seulement au début. Si on le suit, on est invité à

, car ce n’est qu’en éclairant ces coins obscurs de notre conscience – où les parties sombres de notre personnalité tentent de nous égarer – que l’on peut annuler leur autorité sur nous.

J’ai déjà expliqué (voir http://www.bonheuretamour.com/2017/03/17/la-voie-facile-ou-lautre/) pourquoi il vaut mieux choisir la 2de voie – le chemin « qui monte » – bien qu’elle semble plus dure, dans le domaine professionnel.

Mais c’est également vrai au plan personnel ; il vaut mieux chercher en soi la source de notre souffrance, au lieu de ce que notre souffrance indique à l’extérieur de nous comme étant sa cause.

Au départ, cette voie semble toujours impossible à parcourir, mais choisir la facilité nous fait tourner en rond. Face à toute situation difficile, y compris l’obscurité en soi, si on prend le chemin facile, on perpétuera la vie dure, alors que si on prend la route dure, on réalisera la vie facile.

La 1ère étape qui mène à se libérer de la souffrance inutile est de douter de notre propre souffrance – même si elle semble si vraie que tout doute à son sujet semble hérétique.

Il ne s’agit ici pas de nier cette douleur, ou de prétendre qu’elle n’est pas là. Oui, le sentiment d’une douleur est réel, mais si on veut s’en libérer, il faut le voir comme une excuse qu’on se donne pour pouvoir continuer à souffrir.

Le seul but de ce genre d’excuses est de faire valoir quelque chose d’inutile – mais une chose inutile le reste, peu importe l’emballage !

Pour le comprendre & récupérer du pouvoir sur notre vie, il faut résolument rejeter toute souffrance inutile.

2 vérités vous y aideront :

1) La justification de tout état négatif ne sert qu’une fin : la protection et la préservation de la nature responsable de sa manifestation.

2) Toute partie de notre nature qui trouve de bonnes raisons de justifier notre douleur … est la source de cette douleur qu’il justifie.

La leçon à tirer de ceci est que nous sommes induits – à tort – à croire que la vie nous fait devenir le genre de personne qu’on est, alors qu’en fait, c’est notre niveau de compréhension qui fait de la vie ce qu’elle est pour nous !  Rappelez-vous : « La vie ne nous « arrive » pas, la vie réagit à nous » !

C’est pourquoi rien ne peut vraiment changer pour nous jusqu’à ce que nous comprenions qu’essayer de changer notre condition sans d’abord changer la conscience responsable de son apparition, revient à blâmer le miroir pour ce que l’on n’aime pas voir en lui !

Allégez votre vie ; débarrassez-la de la souffrance inutile, & vous verrez la différence !

Publicités

Tuons l’ego !

Par défaut

ego2

Il faut le détruire parce qu’il tentera toujours de maintenir le status quo, la vie conventionnelle, dans l’ornière, et de nourrir nos peurs… Donc, pour changer ou avoir une bonne vie, il faut l’éliminer !

On ne peut réaliser quoi que ce soit qu’après l’avoir éliminé. En effet, telle une lentille déformante, il nous trompe sur nos propres qualités – il les rapetisse ou les gonfle hors de proportion – en sorte qu’on n’ose rien faire, ou comme l’ego nous souffle (souvent sans aucune raison) qu’on est spécial & doué, on prend trop de risques & on s’étale !

Il vaut mieux rester réaliste sur nos accomplissements.

2) Il nous fait rêvasser à des contes fantastiques, à ce qu’on veut être ou avoir, ce qui a pour résultat de gaspiller notre vie (= notre temps & notre énergie) en vain, à fantasmer sur des châteaux en Espagne… Là aussi, il faut être réaliste & savoir qu’il faudra travailler dur pour obtenir les choses qu’on désire. Il faut cesser de vivre dans notre tête, & commencer à agir, car les 2 doivent alterner & se nourrir l’une l’autre : agir sert à penser (juste) & penser sert à agir (juste).  Si on veut que du bon nous arrive, il faut aller le chercher et pour ça, il faut commencer par quitter le royaume du rêve, pour la réalité !

3) il nous bloque dans une quête d’approbation de la part des autres. Que fait ici l’ego ? Pour éviter de réaliser nos défauts, il nous pousse à tenter de plaire à autrui – même au prix de changer qui on est ou notre apparence.

Pour s’en guérir, il faut désormais éviter de se faire remarquer, & rester silencieux lors de conversations de groupes.

4) pour évoluer, il faut rester curieux – alors, plus on en sait, plus on réalise qu’on ne sait rien. On voit aussi qu’on n’est pas parfait, qu’on n’a pas encore atteint notre potentiel

Ça nous fait jeter un regard juste & humble sur ce qu’on est, au lieu de croire les mensonges de l’ego sur notre « perfection »… qui ne fait que nous maintenir où on est.

5) équilibrer la passion (pour ce qu’on veut) par la discipline, la persévérance & le sens de notre mission.

6) ne pas prendre personnellement la critique, sinon, on se fait ralentir ou arrêter par des êtres négatifs, jaloux de ce qu’on entreprend. Tim Ferris dit que, si on fait quelque chose de bien, 95% des commentaires seront négatifs. Alors, il ne faut pas se laisser tirer vers le bas par des jaloux …« Les chiens aboient, la caravane passe » !

Mais se critiquer soi-même est tout aussi nocif. Il faut cesser ! (même si on a été programmé à s’auto-critiquer).

Moi, par ex, j’ai été timide jusqu’à mes 25 ans… jusqu’à ce que je tombe sur un article affirmant & expliquant qu’en fait, la timidité, c’était (en quelque sorte) se regarder le nombril – bref, un genre d’égoïsme.

Là, j’ai immédiatement décidé que désormais, quand je serais en compagnie, au lieu de me soucier de moi-même & de l’effet que je produisais, je me tournerais vers les autres & ne me préoccuperais plus que de vouloir mieux les connaître. Ma timidité s’est arrêtée net à partir du moment où j’ai fermement décidé d’agir ainsi !

7) la vraie grandeur n’est pas l’argent ou le statut, mais un rôle humble, de service aux autres. Alors, rejetez la tentation de vous sentir important, comme celle de vous critiquer. Le bon équilibre, c’est l’humilité ; c-à-d savoir qu’on ne peut pas tout savoir, qu’on a une programmation menant à des biais cognitifs et que donc, on peut se tromper – & rester ouvert à de nouvelles infos, plus exactes, au lieu de s’accrocher à nos opinions & croire qu’on a toujours raison.

Si vous pensez avoir raison, vous cessez d’étudier & d’évoluer… & comme la vie est mouvement, votre immobilisme vous mènera droit dans le mur !

Le PN comme démon

Par défaut

demon

J’ai déjà décrit comment les pervers narcissiques se comportent comme des vampires ( http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ – voir extrait * ci-dessous ) & des gourous ( http://www.bonheuretamour.com/2016/07/20/le-pn-comme-gourou/ – voir extrait ** ci-dessous) mais il semble qu’ils le font parce qu’ils sont des DEMONS …

C’est étonnant, mais pour vous « foutre dedans », un PN est prêt à vous pousser tellement à bout que vous le blesserez ou le tuerez. Tentez de vous rappeler ; vous verrez que c’est vrai.

C’est en remarquant ce fait curieux que j’ai compris que ces êtres sont le Mal incarné ; on jurerait qu’ils font tout pour attirer leur victime à être négative, à nier Dieu & à commettre des crimes, tout comme les démons auxquels les gens croyaient jadis & qui étaient envoyés sur Terre pour recruter des âmes pour Satan.

On peut prendre cette phrase au pied de la lettre (pour ceux qui croient à Satan) ou au figuré (pour ceux qui n’y croient pas), mais le fait demeure ; c’est exactement ainsi qu’ils agissent ; ils nous poussent au crime, au mal, au désespoir… à devenir comme eux !

Franchement, victimes, n’est-ce pas vrai ? Avant de vous dire que je suis folle, posez-vous ces questions : N’avez-vous pas perdu votre élan vital ? N’avez-vous pas frappé votre bourreau ou tenté de le tuer ? Ou, si vous ne l’avez pas fait, n’y avez-vous pas songé ?

… Vous voyez bien !

Certains sont même déjà bien loin sur cette voie de perdition (voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/07/09/lhorrible-mutation-des-victimes/ ). Scott Peck avait raison d’écrire (dans « Les Gens du Mensonge ») qu’il ne faut pas se pencher sur le Mal, car à force de se pencher sur lui, on devient mauvais aussi.

J’ai dit ailleurs (& du reste, si vous avez vécu avec un pervers, vous le savez aussi) qu’un PN adore se faire passer pour la victime – et vous, pour le sadique qui le torture… Mais il est prêt, pour y parvenir, à aller jusqu’aux extrêmes ( = à mettre sa vie en danger) !

Généralement, c’est vous, sa victime, qui serez accusé (& parfois, coupable, d’ailleurs) mais un(e) PN joue à ce jeu malsain même avec d’autres – souvent des gens dans une position subordonnée (serveurs, employés de magasins, …). Conscients que l’argent est le nerf de la guerre, ils tentent alors parfois de tirer de l’argent de leur blessure.

Ça les amuse de nuire à leurs victimes et surtout, de voler le bien (& le Bien !) d’autrui.

Si vous êtes victime, sachez donc qu’en plus du viol émotionnel que vous subissez (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/10/15/viol-emotionnel/ ), ils prendront tout ce qu’ils réussiront à voler, en tous domaines (donc aussi financier).

Et il y a d’autres éléments troublants, qui donnent à penser : en 1996, quand j’ai lu « The Verbally Abusive Relationship » de Patricia Evans, j’étais époustouflée ; presque à chaque ligne, je me disais : « mais c’est pas possible ; cette femme a dû mettre un micro chez moi ! C’est EXACTEMENT ça qu’il me dit ! » – j’ai appris là que TOUS les PN, sur la Terre entière, disent & font les même choses…

Donc, que doit-on penser du fait que, sans avoir appris, ils utilisent TOUS les mêmes tactiques, les mêmes phrases, les mêmes mots ?

On jurerait que tous sont allés étudier à la même école du Mal !

Et du fait que, sans avoir suivi d’enseignement spirituel, ils semblent TOUS savoir que le monde est fait d’énergie, et savent tous comment l« extraire » de leurs proies pour s’en nourrir ?

Voyez-vous une autre explication que cet « esprit du Mal » en eux ? Moi pas, en tout cas (& croyez bien que j’ai retourné ce problème dans tous les sens).

Conclusion :

Si, pour faire souffrir quelqu’un, ils sont prêts à se blesser & à souffrir physiquement, imaginez à quel point ils ont l’esprit tordu & mauvais … tout à fait un esprit de démon, en fait…Donc, tenez-en compte, même si vous ne croyez pas au Diable !

 

*tel un vampire, il doit régulièrement se recharger en « sang frais » pour pouvoir fonctionner – ce sang étant nos émotions.

Pour générer en nous ces émotions, il doit nous blesser (comme les vampires « physiques » mordent la victime pour faire jaillir le sang et s’en repaître, voici comment ce vampire affectif qu’est un PN s’y prend : il nous lance une remarque blessante, ou dit ou fait quelque chose de provocant (il SAIT que ça va à tout coup nous faire réagir violemment ; il nous connaît si bien !).

Il nous provoque ou nous blesse, puis observe notre visage, notre expression, pour jouir et se nourrir de notre douleur, colère ou humiliation.

Vous pouvez le voir aisément vous-même, si vous l’observez tandis qu’il vous attaque – comme je l’ai fait moi-même ! Et comme cela m’a HORRIFIEE quand j’ai vu que, pendant que j’étais en proie à une grande souffrance, lui, il avait une expression de jouissance sur le visage ! Vraiment, si on n’a pas vu ça, on ne connaît rien au narcissisme !!!

** Les fondateurs de sectes sont des personnalités charismatiques (le PN aussi),

Ils se font passer pour sympathiques (le PN aussi),

ils affichent des valeurs & une moralité dont ils sont en fait dépourvus (le PN aussi),

ils promettent des lendemains qui chantent (le PN aussi),

ils font semblant de vous aimer (le PN aussi),

ils exigent l’obéissance (le PN aussi)

ils veulent qu’on les adore comme des dieux (le PN aussi),

ils volent l’argent & exploitent (le PN aussi),

ils traitent les autres comme des objets (le PN aussi),

ils isolent (le PN aussi),

ils ont des conduites à risques & irresponsables (le PN aussi)

ils affaiblissent en privant du nécessaire (le PN aussi),

ils nous poussent à des actes fous (le PN aussi),

ils manquent d’empathie & de tout sentiment humain (les PN aussi),

ils restreignent la vie d’autrui, tout en se permettant tout (le PN aussi),

on n’a pas le droit de les contredire, les critiquer ou les quitter (le PN aussi),

ils se prétendent injustement persécutés (le PN aussi),

Tout correspond ! La séduction perverse, un leader très charismatique qui se prend pour Dieu, & exige les égards dus à un dieu, la présomption d’infaillibilité, la création d’une réalité de fantaisie (selon ses caprices), l’abus d’alcool ou de drogues, la violation de toutes les lois (même les plus sacrées car il aime la transgression), l’octroi à lui-même de privilèges spéciaux, la fausse façade de bonheur & d’efficacité envers le monde extérieur, l’exigence d’une obéissance absolue, les obligations strictes & bizarres, le vol de toutes nos ressources (temps, argent, énergie) & leur exploitation à outrance, l’empêchement de toute indépendance, la restriction des libertés (surtout celle de penser par soi-même), la suppression de tous droits humains, la rigidité & le dogmatisme, l’interdiction de protester ou de refuser d’obéir, les mauvais traitements & humiliations, la privation de sommeil, l’isolement de la famille & des autres sources de soutien, le langage perverti, le mensonge, la cruauté, la paranoïa, la constante manipulation & l’exigence de silence à l’égard de l’extérieur, le filtrage des informations venant de l’extérieur, la sexualité débridée & corrompue, la punition des désobéissances ou des tentatives d’évasion ou des révélations au-dehors de ce qui se passe au-dedans, les menaces de se tuer si vous le quittez, … tout y est !

Guérir du PTSD dû aux violences perverses

Par défaut

au-bout-du-tunnel3 Tout allait assez bien pour vous jusqu’à ce que vous vous installiez avec votre PN…. et depuis, vous allez de mal en pis, car il(elle) ne fait que vous blesser…Vous ne comprenez pas comment votre partenaire, si amoureux(se) au début, est devenu(e) perpétuellement insatisfait de vous, comment celui(celle) qui vous traitait comme un roi (une reine), vous traite maintenant comme de la crotte.

Vous avez une pauvre idée de ce que vous valez, et « comprenez » qu’avec tous vos manques, vos tares, votre bêtise, votre laideur, votre sale caractère, c’est normal qu’il(elle) vous traite mal ; vous insulte, vous frappe, vous trompe… Même, vous vous demandez si vous n’êtes pas fou (folle).

Vous êtes souvent si désespéré(e) qu’on dirait que votre âme vous a été arrachée !

Vous vous sentez vidé(e), épuisé(e), et impuissant(e) à y changer quoi que ce soit…surtout que, si vous consultez, on vous jette toute la faute sur le dos !

Mais vous POUVEZ vous en sortir !

Les traumatismes subis vous ont abîmé(e), et, après quelques années de violences, vous en êtes réduit(e) à une loque humaine, affligée de troubles physiques & psychiques divers qui vous empêchent de partir, et vous font sembler, aux yeux des gens non-bienveillants & non-éclairés (puisqu’on ne voit bien qu’avec le coeur), atteint(e) d’un trouble borderline ou pis …

Ca s’explique parce que notre cerveau comprend 3 parties : – le cerveau reptilien ; gérant les instincts & besoins de base ; manger, dormir, se reproduire, il s’occupe de ce qui est moi ou à moi, et possède l’agressivité pour le défendre, – le système limbique, gérant les émotions & les apprentissages,

– & le néo-cortex, qui trouve des justifications (pseudo)-logiques à nos pensées & comportements.

Le cerveau se développe de l’arrière (en bas) vers l’avant (en haut), en sorte que ce sont les lobes frontaux & temporaux (ceux qui régissent le contrôle des impulsions, la prise rationnelle de décisions & l’évaluation des conséquences) qui se développent en dernier (à environ 25 ans).

Dans le cerveau, c’est le système limbique qui gère les dangers possibles.

Au fond de celui-ci, l’amygdale gère la perception des dangers & notre façon d’y réagir, et l’hippocampe régit la mémoire, le traitement des émotions & leur liaison à la mémoire.

Des études ont montré que chez des personnes traumatisées, l’amygdale devient hyperactive, tout le temps en mode « alarme maximale » ; à force de travailler sans cesse, elle s’emballe comme un cheval fou et il n’y a plus moyen de la calmer !

Quant à l’hippocampe, il s’atrophie & s’étiole comme une peau de chagrin. Voilà pourquoi, en cas de stress intense ou prolongé, c’est la mémoire qui s’efface en 1er.

Oui, notre aptitude à traiter les émotions & souvenirs, diminue réellement ; alors, même on a la volonté de s’en sortir, on n’en a plus les moyens ! Et ce n’est pas « dans la tête » ou « si on veut, on peut », comme disent les gens mal informés, donneurs de conseils mal avisés ! La victime de PTSD est réellement bloquée !

D’une part, notre cerveau disjoncte (on « dissocie » pour pouvoir survivre aux violences ; voir http://www.bonheuretamour.com/2015/06/02/refugiee-dans-ma-tete/ ) et d’autre part, l’amygdale nous renvoie sans cesse les sons, images et sensations des traumas (d’où les flash-backs & pensées obsédantes irrépressibles).

On estime qu’un être humain lambda est soumis, durant toute sa vie, à 3-4 minutes de stress intense ; de ce niveau de menace où sa vie est en jeu, ou il sent que chaque seconde le met en danger et qu’il peut mourir d’un moment à l’autre… Mais les individus traumatisés (situations de guerre ou de vie commune avec un prédateur démoniaque & violent) ont été exposés à ce genre de stress mortel durant des années.

Mais alors, que faire ? La compréhension empathique et la parole véridique & chaleureuse (ami, bon thérapeute), chargée d’amour & de compréhension, peuvent faire regrossir l’hippocampe.

L’évocation de souvenirs agréables, en ouvrant l’accès aux émotions & à la mémoire, fait du bien.

Pouvoir accéder à des souvenirs en toute sécurité & sereinement (avec le thérapeute, par ex) est bon. Même, plus on pratique des exercices de mémoire et des émotions qui furent associées à ces divers souvenirs (de préférence, positifs), plus l’hippocampe regrossit.

il faut, pour lutter contre la dissociation, reprendre contact avec notre corps, avec ce qui se passe autour de nous, et pour ça, découvrir de nouveaux lieux ou mouvements, de nouvelles choses agréables.

Ce sont les émotions qui furent abîmées, et que ce sont elles qu’il faut traiter, car si on souffre de stress post traumatique et qu’on y reste bloqué(e), on ne peut aller de l’avant ou guérir parce que l’on a subi un trauma si massif que le cerveau n’arrive pas à le « digérer ».

Et IL LE FAUT, car toutes les études faites sur le sujet prouvent que le PTSD (surtout complexe) s’aggrave avec le temps, à cause de l’addiction aux peptides négatifs (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/06/11/traumatises-drogues/ ).

Bref, si l’on n’agit pas, on finit par se suicider, soit vite – sauter sous le train – soit lentement – vie dénuée de toute joie & marquée par des abus divers (d’alcool, de médicaments, de drogue, de nourriture, style de vie dangereux & déréglé, ..) => une vie de mort-vivant où l’on survit comme une plante, sans rien sentir de positif et faisant le vide autour de soi – car les autres, même bien intentionnés, finissent par nous quitter ; notre manque d’affects les blesse & les désespère…

Il vous faudra :

– vous informer pour comprendre le processus de séduction perverse, apprendre les tactiques perverses, & voir ce qui est en train de se jouer, pour ne plus retomber dans les pièges que le PN vous tend,

– cesser de consommer de l’alcool, des drogues ou des médicaments ; ceci vous rendra plus de force et vous fera sentir exactement à quel point le PN vous martyrise,

– comprendre votre programmation sous-jacente,

– vous pardonner d’avoir cru ses mensonges & d’être restée aussi longtemps,

– rompre & (si possible) couper tout contact avec le PN,

– apprendre à vous donner vous-même l’estime, la validation et le soin dont vous avez besoin,

– calmer l’amygdale déréglée, pour vous libérer de l’angoisse, des pensées obsessionnelles & flash-backs, puis de l’addiction aux peptides négatifs, par une thérapie émotionnelle.

Une méthode bizarre, mais qui fut trouvée efficace pour ce trouble, est que les victimes écrivent leur expérience de ce qui leur est arrivé, et comment ça les a fait se sentir – et ensuite, l’ami ou thérapeute (de préférence, de sexe opposé) le leur relit.

Ainsi, la victime peut externaliser le problème et l’entendre du point de vue d’un autre, comme si c’était l’histoire de l’autre. Ceci augmente l’émotionnalité de la victime ; c’est comme si elle pouvait ressentir de la compassion envers un autre qui aurait traversé ces épreuves … & cet autre est en fait lui-même !

Là, pour la 1ère fois, la victime écoute un autre lui raconter ces faits horribles ; elle entend son souvenir avec la voix & la vision de quelqu’un d’autre et elle lui offre la compassion qu’elle s’est toujours refusée !

Le secret de la réussite de cette méthode est que la victime peut enfin éprouver de la compassion pour elle-même (ce que les PN l’avaient empêchée de faire), ce qui est libérateur.

Mais pour ceux qui veulent aller plus loin, la seule méthode thérapeutique capable d’extirper l’addiction aux peptides négatifs & la spirale descendante qui l’accompagne, et rendre la joie de vivre à la victime souffrant de PTSD, est la méthode de guérison énergétique. Je le sais ; je l’ai suivie ! Et maintenant, je peux l’appliquer…

Erreurs minant les relations

Par défaut

tango coule« Quand on n’est pas Dieu, il faut être deux ! »

Une bonne relation est la seule chose capable d’adoucir les épreuves de la vie et la science a prouvé que cela nous fait vivre plus longtemps en protégeant notre santé physique & mentale.

C’est donc une chose très précieuse…. Par conséquent, lorsqu’on en a trouvé une, il faut savoir comment la nourrir et comment éviter les erreurs qui la minent & la détruisent (voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/11/18/la-relation-est-le-1er-enfant-dun-couple/ ).

Mais comment peut-on le faire si on est mal (ou pas) informé ?

Un proverbe dit qu' »on contourne un rocher mais qu’on trébuche sur un caillou ». Eh bien, c’est exactement ça en relations ; ce sont les « petits détails » – qui semblent sans importance – qui font capoter une relation.

Et personne ne nous informe (si ; moi !).. Pis, même ; les médias nous abreuvent de fausses informations !

Voilà d’ailleurs pourquoi les copains-copines (qui ont, eux aussi, grandi dans cette culture) sont bien pour écouter

(ça nous apaise en cas de déprime), mais pour le reste, peu sont capables de nous donner de bons conseils !

On nous dit, par ex, que l’amour vainc tout, ou que tout est permis…

Mais, ces dernières années, les neurosciences ayant fait un bond en avant, ces théories furent trouvées fausses, inefficaces et de nouvelles pratiques, plus réalistes & efficaces, sont apparues – qui contredisent ce que la plupart des gens ‘ou même des thérapeutes de couple) trouvent acceptable en couple.

J’avais déjà traité des 6 « tue-l’amour » (voir http://www.bonheuretamour.com/2013/12/14/les-causes-du-desamour/ ) ; exigences égoïstes, jugements irrespectueux, crises de colère, habitudes agaçantes, attitude indépendante & malhonnêteté.

Voici à présent 5 pratiques jugées normales par beaucoup, mais nocives & à éviter absolument en couple :

– être jaloux « par amour »:

La jalousie est une chose égoïste & nous pousse à être malhonnête, irrespectueux, & à piquer des crises de rage…bref (voir + haut) 4 « tue-l’amour » … c’est beaucoup !

En effet, cette jalousie « amoureuse » consiste à s’énerver si notre partenaire parle, touche, appelle, « texte »à un(e) autre, et à tenter de contrôler son comportement.

Cela mène à des actes dingues comme de pirater son compte mail, lire en cachette son courrier ou ses messages sur son portable, fouiller ses vêtements & sacs, le suivre ou le faire suivre, débarquer à son bureau à l’improviste, etc.

C’est irrespectueux ! Et il y a encore des gens pour croire que c’est une preuve d’amour & que, si leur partenaire n’est pas jaloux, c’est qu’il (elle) ne les aime pas !

L’amour, c’est le DON – alors que celui qui se permet d’agir ainsi, fait preuve d’égoïsme ; sa colère est du contrôle et de la manipulation. Le jaloux, loin d’avoir en vue le bien de l’autre en créant une ambiance sereine & harmonieuse, lâche la bride à ses pires démons, créant le drame, la souffrance et les combats inutiles.

Il transmet un message d’un manque de confiance en l’autre – ce qui est humiliant. Voilà pourquoi c’est un défaut que je supporte personnellement pas du tout ; j’ai toujours ressenti les scènes de jalousie comme si mon mec me traitait de putain, incapable d’être en présence d’autres hommes sans coucher avec eux ! C’est insultant !

Si votre autre ne peut pas vous faire confiance, c’est qu’il (elle) vous prend pour un menteur (euse) et un coureur de jupons pas sérieux (ou une grue), non ? Alors pourquoi reste-t-il (elle) avec un être si méprisable ?

De toute façon, quand on est respectable, on exige le respect – et dans ces conditions, il est hors de question de rester avec quelqu’un qui a une si mauvaise opinion de vous, ou qui se permet de vous traiter aussi mal, ne trouvez-vous pas ?

Il faut faire confiance à votre partenaire ; un peu de jalousie (& encore) est naturelle, mais il ne faut pas l’écouter & la laisser jouer les folles du logis dans votre cerveau. Quand ce serpent vert redresse la tête, tapez-lui sur la tête ; faites-le taire ! Sinon, vous attirerez ce que vous craignez le plus … C’est ce qui est arrivé avec mon 1er petit ami, Patrick Van Hove ; je l’adorais, mais, à cause de ses scènes de jalousie, l’amour que je sentais pour lui a diminué de plus en plus, et finalement, je l’ai trompé & plaqué !

« ignorer » les problèmes :

Certains refusent de reconnaître qu’il y a un problème et, au lieu d’en parler & de tenter de le résoudre, ils se rabattent sur une compensation (manger, alcool, un voyage, un achat,..).

Bref, on couvre les problèmes profonds avec des plaisirs superficiels…L’ennui, c’est que cette méthode ne les fait pas partir ; les problèmes restent… & même ils grossissent & « s’infectent », en sorte que, même si en surface, tout semble aller bien, la relation se pourrit de l’intérieur.

Ouvrons les yeux : la SEULE façon correcte de traiter un problème une fois qu’on l’a détecté, c’est de parler & d’y travailler ensemble. Et si votre partenaire refuse d’en parler ou de coopérer pour le résoudre, il a trahi son engagement envers vous et la relation – La vraie « infidélité » – la plus grave, en tout cas, elle est là ; c’est être infidèle à sa promesse & au couple qu’il (elle) forme avec vous !

Quand on est en couple, on ne doit plus se voir comme 2, mais comme 1 ; c-à-d qu’on est dans la même barque (le couple) et que tout le monde rame dans le même sens – sinon, ça ne va pas.

Etre en relation ne signifie pas partager une maison, ou un lit, ou un poulet-salade, mais partager des EMOTIONS. Or, les « ersatz » (cadeaux, …) ne peuvent jamais faire avancer les choses ; ils nuisent à la transparence, donc à la solidité du couple.

Cadeaux et voyages sont sont un « plus » que l’on ne peut apprécier que quand tout le reste va bien. Si on les utilise pour couvrir nos problèmes, on se retrouve avec un problème plus gros.

– les allusions :

C’est quand un partenaire ne peut ou ne veut pas communiquer honnêtement – quand, au lieu d’exprimer ouvertement un désir ou d’aborder franchement un problème, on sème des « indices » que l’autre est censé décoder… Celui (celle) qui emploie cette tactique est forcément frustré et fait alors exprès de « picoter » son partenaire pour l’énerver ; c’est de l’agression passive et ça débouche sur des disputes absconses.

Celui qui fait ceci doit s’interroger de pourquoi il choisit ce mode pervers de (non-)communication, pourquoi il n’ose pas exprimer à son (sa) partenaire sa colère ou son insécurité – s’il craint, par ex, que l’autre devienne violent ou le critique s’il ose dire franchement son ressenti.

Dans un couple, lieu d’amour par excellence, chacun doit pouvoir dire librement ses désirs ou reproches, sans être ignoré ou puni pour cela – sinon, il y a violence.. & pourquoi rester dans une relation violente ? (j’ai dit ici à quel point une telle relation est destructrice : http://www.bonheuretamour.com/2015/04/01/effets-dune-mauvaise-relation/).

– le « carnet de notes » :

C’est continuer à blâmer l’autre pour ses erreurs passées. Si les 2 partenaires font ceci, on en arrive à une « bataille de carnets », où chacun tente de prouver que l’autre a fait bien plus de fautes que lui (ou elle)-même dans le passé et que donc, cet autre doit maintenant plus donner à la relation. Bref, chacun tente ainsi d’effacer ses propres fautes, au lieu de chercher à les corriger.

Par ex, si jadis, vous avez injurié son patron, vous n’avez pas le droit de lui en vouloir maintenant de flirter avec votre amie… Curieux raisonnement !

Le partenaire qui recourt à cette tactique de manipulation tente en fait de se « blanchir » en détournant l’attention d’un problème actuel, et en créant de la culpabilité chez l’autre. Bref, les 2 membres du couple finissent par passer leur temps à tenter de prouver qu’ils sont moins coupables que l’autre, au lieu de résoudre le problème actuel.

Au leur de viser à toujours s’améliorer, toujours tenter de devenir un meilleur individu & partenaire, ces gens-là ne font qu’essayer d’être moins mauvais que l’autre.

Ce qu’il faut faire, c’est, dès qu’on perçoit un problème, le signaler à l’autre & en discuter – juste de CE problème actuel, sans faire AUCUNE référence à ce que l’autre a pu faire dans le passé.

– chantage affectif :

C’est quand un membre du couple prend la relation en otage & menace de rompre à chaque fois que les choses ne vont pas comme il (elle) veut. Par ex, au lieu de dire  » parfois, tu es froid avec moi et ça me blesse », dire  » je ne peux rester dans une relation où l’autre me bat froid tout le temps » – ce qui est une forme de chantage.

Dans une relation, on peut critiquer (en tout cas, on devrait pouvoir le faire) mais on ne peut toucher au coeur même de celle-ci ; c-à-d l’engagement qu’on a pris de s’engager sérieusement dans cette relation et de rester avec l’autre dans le mauvais comme dans le bon, de traverser les épreuves ensemble & de travailler à résoudre les problèmes. Bref, il ne faut pas voir les problèmes comme remettant toute la relation en cause.

Aussi, si à la moindre critique, l’autre menace de rompre, on n’osera plus rien dire de négatif – d’où un climat malsain, des choses tues & « enfouies sous le tapis », & ressortant sous forme d’actes négatifs en secret, ou d’une explosion brutale emportant tout sur son passage… Bref, il vaut mieux discuter des problèmes.

Il est normal de ne pas aimer certaines choses chez son partenaire, ou qu’il nous rende dingue certaines fois, mais ça ne remet pas en cause la relation (sauf violence – toujours dangereuse).

Il faut comprendre qu’aimer – ou apprécier – quelqu’un n’est pas pareil à s’engager avec lui (ou elle). Il est tout à fait possible (& même recommandé) de s’engager envers un être, de décider de se dévouer à lui (elle) pour toujours, sans tout apprécier à son sujet ; l’autre fera toujours des choses qui nous agaceront & avec lesquelles on ne sera pas d’accord ; c’est inévitable.

Si les 2 partenaires sont capables de se communiquer des commentaires et des critiques sans jugement ni chantage, cela renforce leur engagement mutuel à long terme.

Bref, ne faites jamais l’erreur de croire qu’une relation doit être « naturelle » ; il y aura de toute façon des différences – et des différends – puisque vous êtes 2 individus ! Une relation, c’est du boulot, et même en continu, aussi longtemps que ça dure !

La positivité pour réussir

Par défaut

porte du temps En cette période qui suit plusieurs attentats, je reçois beaucoup de messages négatifs (indignés, haineux, terrifiés) – messages que je regarde le moins possible (et que je « delete » même, s’ils sont extrêmes).

Dans le même temps, je tente de leur dire que, de même qu’il faut, pour rester en santé, avoir une hygiène pour le corps, il faut avoir une hygiène pour l’esprit – c’est indispensable si l’on veut rester en bonne santé mentale !

Et la 1ère chose à faire en ce sens, est de s’éloigner de toute source de négativité (journal papier ou télé, famille, amis, collègues, …)- parce que, de toute façon, vous ne pouvez rien y faire – ça vous affecte vraiment en vain !

Bien entendu, si vous pouvez aider, faites-le ! Mais dans le cas inverse, évitez ces noirceurs !

Evitez surtout (car bien sûr, on ne peut totalement éviter le négatif dans la vie) de rester obnubilé sur un problème ou un événement négatif ; souvenez-vous de : « je ne peux pas empêcher un corbeau de se poser sur ma tête, mais je peux l’empêcher de faire son nid dans mes cheveux » !

Il faut d’abord reprogrammer votre esprit à ne se focaliser que sur les choses que vous voulez – et pas sur celles dont vous ne voulez pas.

Un esprit qu’on a omis de discipliner & de diriger dans la bonne direction, fixe automatiquement son attention sur le négatif, car pour la partie reptilienne ( = primitive, basique) de notre cerveau, la douleur est un stimulus plus important que le plaisir.

Ceci est dû au fait que la Nature nous a créés pour survivre, non pour être heureux – car la Nature se fiche qu’on soit heureux, mais se soucie qu’on survive & donc, nous rend plus attentif aux dangers de l’environnement.

La seule différence, c’est que jadis, les humains tentaient de détecter où étaient les tigres ou les ours, alors qu’aujourd’hui, ils tentent de détecter où sont les gens méchants & les relations dangereuses (qui peuvent nous blesser, nous ou ceux que l’on aime).

Voilà comment l’esprit se focalise sur le négatif, ce qu’on ne veut pas…ce qui contamine notre inconscient … Là, comme le cortex sélectionne dans la réalité ce sur quoi l’esprit (& l’énergie) se focalise, c’est forcé qu’il nous dirigera vers du négatif.

C’est comme les prophéties auto-réalisatrices (« self-fulfilling prophecies ») ; je reprends l’exemple cité dans l’article sur les jaloux (http://www.bonheuretamour.com/2016/04/08/les-jaloux-sont-dangereux/ ) ; au départ, on n’a pas l’idée de les tromper, parce qu’on les aime, mais ils nous rendent tellement la vie impossible avec leurs scènes qu’on cesse de les aimer et que n’importe qui d’autre, qu’on n’aurait pas regardé avant, nous semble plus agréable qu’eux … Et ainsi, on en vient effectivement à les tromper et à les quitter.

En plus, si on refuse avec rage ce que l’on doit vivre (« je ne veux pas ceci ou cela »), comme le cerveau ne comprend que les affirmations et non les négations, il se débrouille pour attirer vers nous ce que l’on refuse ou rejette. La preuve : si je vous demande de NE PAS PENSER à un pingouin orange…. vous y penserez, non ?

Voilà ! En se focalisant sur ce que l’on ne veut pas, on dirige notre « GPS mental » vers cela ; il faut se souvenir que tout est énergie dans l’Univers et que, bien que la vie existe même sans nous, il est vrai qu’on la co-crée…

Ecrire la liste de ce qu’on veut et se répéter des affirmations de réussite ne vont pas « attirer » ces choses magiquement dans votre vie (j’ai déjà dit ici la vérité sur la soi-disant Loi d’Attraction : http://www.bonheuretamour.com/2015/11/28/loi-dattraction-pouvez-vous-lutiliser/)

Il suffit de se concentrer sur ce qu’on veut et, oubliant le négatif, de rester dans des émotions positives au moins 50% du temps, de « vivre notre rêve avec le plus d’intensité et de précision possible, et notre cerveau nous dirigera vers ce but.

Donc, fini le : « Je déteste ce job qui m’ennuie, où je suis mal traité et mal payé ! », et vive le : « Je veux ce job qui me passionne, où je m’épanouis et où je suis reconnu pour mon talent ! »

Enoncez le plus précisément possible votre but désiré ; ceci concentre votre énergie, la dirige vers ce que vous voulez, et l’écarte de la direction de ce que vous ne voulez pas. Car oui, ce à quoi on pense fort, devient fort, et ce à quoi on résiste, persiste !

Une fois de plus, suivez votre coeur – c-à-d votre goût, votre passion, ce que vous aimez faire (& que vous êtes doué pour faire), un but plus grand que vous, une mission de vie, et non un but matérialiste (grosse bagnole, poupées péroxydées, TV 3D, yacht, château, serviteurs, vacances aux Seychelles) – bref, les « quantités de choses, qui donnent envie d’autre chose » !

Ah, si seulement vous pouviez pensez à ce que vous désirez avec autant – et même plus ! – d’énergie, de temps et d’émotions, que vous pensez à ce que vous ne voulez pas, votre vie deviendrait plus sereine et gratifiante !

Comme aucun d’entre nous ne sait vraiment ce qui est possible (par ex, qui aurait cru, dans les années ’40, que Ronald Reagan deviendrait président des Etats-Unis ?), il faut se demander « Pourquoi pas ? » pour tout. Eh oui ; pourquoi ne pas ouvrir nos esprits à la possibilité qu’on est capable de quelque chose de génial ?

Pourriez-vous faire le buzz sur YouTube ? Pourquoi pas ?

Pourriez-vous commencer votre propre entreprise ? Pourquoi pas ?

Pouvez-vous trouver un emploi au Philharmonique de Berlin ? Pourquoi pas ?

Il y a un lien entre la confiance en soi et la réussite ; les individus sûrs d’eux tendent à persévérer, alors que si l’on ne croit pas à la moindre possibilité de réussir, on ne persévère pas. Donc, ne concluez pas trop vite qu’une chose est impossible.

Mais ne pensez pas à vos buts de façon obsessionnelle, sinon, vous ne les atteindrez jamais ! Il s’agit de se concentrer sur la partie qui est en notre pouvoir et d’ignorer totalement la partie qui ne l’est pas. Par conséquent, vous devez vous concentrer sur vos comportements, et nos sur vos buts, car quoi que l’on veuille atteindre ou réussir, nos buts sont toujours hors de notre pouvoir, alors que nos actions, non.

C’est bien d’avoir une « vision » précise de ce qu’on veut obtenir, mais une fois qu’on le sait, se concentrer sur eux est inutile et même nuisible, car si on se concentre sur eux, on ne les atteint jamais !

Nos comportements,eux, sont des choses qui ne dépendent que de nous, que nous seuls pouvons faire – voilà sur quoi se concentrer pour réussir.

Une fois que l’on s’est fixé un but, il faut agir … Hum ! C’est là que « les Athéniens s’atteignirent », comme on dit !

C’est plus facile à dire qu’à faire !!!

Heureusement, il y a un truc (Merci, Béa !) ; c’est de penser qu’on ne peut contrôler nos comportements que durant une semaine.

Donc, lorsque vous vous êtes fixé un objectif, demandez-vous (et notez-le par écrit !) ;

-Qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui qui m’aidera à me rapprocher de ce but ?

-Qu’est-ce que je peux faire demain qui m’aidera à me rapprocher de ce but ?

-Qu’est-ce que je peux faire les autres 5 jours de cette semaine qui m’aidera à me rapprocher de ce but ?

Notez ensuite, à côté de chacun de ces 3 points, les réponses. Vous « cochez » ensuite au fur & à mesure.

C’est faire cela qui vous recentre sur vos actions et renforce votre motivation. En effet, en voyant ce que vous avez accompli, vous êtes fier de vous et ça vous pousse à continuer.

Au lieu de vous ronger les sangs à songer à votre but, à voir l’immense gouffre qui vous en sépare encore, à vous inquiéter de si vous l’atteindrez un jour – bref, des choses sur lesquelles vous n’avez aucun contrôle – vous êtes concentré à 100% sur ce qui est en votre pouvoir.

Si vous avez besoin de motivation pour vous y mettre, sachez ceci :

– ceux qui ont un sentiment de choix ( = de liberté) sont plus motivés,

ceux qui perçoivent un sens de connection avec les autres, sont plus motivés (c’est pour ça qu’il vaut mieux s’atteler à une mission de vie, plutôt qu’à un but matérialiste ou égoïste),

– le secret pour augmenter notre motivation est de commencer par agir dans le sens voulu – sans attendre le « sentiment d’être motivé ».

Bref, si vous voulez atteindre vos buts, ne vous focalisez pas sur eux (car ils dépendent toujours d’autrui), mais sur les « briques de construction » qui elles, ne dépendent que de vous !

P.C. & New Age

Par défaut

PC11 Toujours décidée à pourfendre la bêtise & les croyances nuisibles, voici des citations (que j’espère éclairantes) sur le politiquement correct, suivi d’une liste de doctrines New Age absurdes.

Le politiquement correct : une doctrine qui étouffe la liberté et le bon sens. C’est une doctrine favorisée par une minorité illogique délirante, et rapidement promue par des média grand public sans scrupules, qui avance la proposition selon laquelle il est tout à fait possible de ramasser une merde par son côté propre.

Politiquement correct : un terme employé par des « poules mouillées » pleurnichards et exagéréments sensibles, ayant besoin qu’on recouvre tout de sucre pour eux.

La vraie compassion nous « secoue » … et n’est pas agréable certains jours. Si vous n’êtes pas prêt pour ce feu, alors trouvez un enseignant new-age, tout douceur et lumière, toujours souriant et apprenez à ré-étiqueter votre ego avec des termes qui « sonnent » spirituel. Mais, restez à l’écart de ceux qui pratiquent la vraie compassion, parce qu’ils vous botteront le derrière, mon ami (Ken Wilber)

Le politiquement correct est du fascisme qui se fait passer pour de bonnes manières.

Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire (G. Orwell)

Vous n’êtes plus autorisé à les appeler des dinosaures, a déclaré Yo-less. C’est « spéciste » (raciste anti-espèces). Vous devez les appeler des personnes « pré-pétrole  » (Terry Pratchett)

PC9  Lorsque les sociétés deviennent de plus en plus décadentes, la langue devient décadente aussi. Les mots sont utilisés pour dissimuler, & non pas éclairer, l’action : on libère une ville en le détruisant. Les mots sont utilisés pour brouiller, de sorte que lors de l’élection, les gens iront solennellement voter contre leurs propres intérêts (Gore Vidal)

Le politiquement correct est un marxisme culturel, un régime pour punir la dissidence, et pour stigmatiser l’hérésie sociale, comme l’Inquisition punissait l’hérésie religieuse. Sa marque de fabrique est l’intolérance (Patrick J. Buchanan)

Le politiquement correct est en train de détruire le tissu même de la société. Jamais auparavant dans l’histoire, les gens n’ont eu autant peur de se dresser contre l’absurdité, de crainte d’être étiquetés racistes, homophobes ou bigots.

Le politiquement correct n’est rien d’autre que du contrôle de la pensée.

Les gens sont si amoureux de l’égalité qu’ils préfèrent être égaux dans l’esclavage qu’inégaux dans la liberté.

Il est plus facile de berner les gens que de les convaincre qu’ils ont été bernés (Mark Twain)

La vérité est devenue une insulte (Chimamanda Ngozi Adichie)

Le problème est qu’il est devenu politiquement difficile d’attirer l’attention sur les absolus du mal et du bien. A la place des mœurs, nous avons maintenant des doctrines du politiquement correct, que l’on offense à ses risques et périls : au moyen d’une logique circulaire considérable, ces infractions font qu’on vous étiquette aussi comme réactionnaire et donc comme une mauvaise personne. Par conséquent, si vous dites que les gens sont mauvais, vous êtes mauvais (Lynne Truss)

Le langage politique est fait pour faire paraître les mensonges véridiques et le meurtre, respectable (G. Orwell)

Le terme » politiquement correct « m’a toujours consterné, me rappelant la « Police de la Pensée », d’Orwell et les régimes fascistes (Helmut Newton)

Je voudrais dire que le politiquement correct tuera le libéralisme américain s’il n’est pas combattu jusqu’à la mort par des gens comme moi à cause des dangers qu’il représente pour la liberté d’expression, l’échange d’idées, la franchise, ou l’esprit de l’art lui-même. Le politiquement correct a la mainmise sur le milieu universitaire, sur le féminisme et sur les médias. Il est une forme à la fois de folie et d’absurdité, et a déjà fait taire les voix d’écrivains comme James Dicky dans le pays (Pat Conroy)

Ceux qui rendent la discussion impossible, rendent l’escalade inévitable (Stefan Molyneux)

Ceux qui sont déterminés à être« offensés » découvriront une provocation quelque part. Nous ne pouvons pas nous réguler assez que pour plaire aux fanatiques, … (Christopher Hitchens)

PC7 Ce qui peut être détruit par la vérité, devrait l’être (P.C. Hodgell)

Je suis prêt à contribuer (financièrement) pour une grande pierre tombale pour le politiquement correct. Ce baîllon nous a rendus lâches, tremblant d’exercer notre liberté d’expression a fait. Il a étouffé l’échange d’idées franc et a rendu les débats à sens unique et conclus d’avance. Il a donné de la force à des idées qui sont indéfendables dans un débat ouvert. Le politiquement correct … est désastreux dans l’espace public car il fait de l’espace public un oxymore en le rendant limité au seul «acceptable». La démocratie est (fondée) sur la compétition d’idées et le politiquement correct est antidémocratique car il efface la possibilité d’un « jeu » équitable. Toute croissance d’idées naît par une fertilisation croisée et le politiquement correct mène à la dégénérescence des idées en limitant le processus à la consanguinité. Seuls ceux qui utilisent la faiblesse comme levier pour obtenir un avantage sans faire d’efforts ou qui ont un but secret, soutiendront le politiquement correct. Il est l’outil du paresseux et du pervers (R. N. Prasher)

La meilleure façon d’exposer (devant tout le monde) notre ignorance est de se cramponner à des idées et des opinions biaisées, parce qu’on craint de laisser gagner l’autre partie (Charles F. Glassman)

Le politiquement correct est un euphémisme pour « peur de dire la vérité à l’autorité » (Bangambiki Habyarimana)

Ceux qui sont les plus sensibles à propos d’une terminologie  » politiquement incorrecte « ne sont pas l’habitant noir moyen du ghetto, un immigrant asiatique, une femme maltraitée, ou une personne handicapée, mais une minorité d’activistes, dont beaucoup n’appartiennent même pas à un quelconque « groupe opprimé », mais proviennent des couches privilégiées de la société (Theodore J. Kaczynski)

Si les premiers mots sortant de votre bouche sont pour crier au  » politiquement correct ! « , … Les chances sont très, très élevées que vous faites, en réalité, partie du problème (N.K. Jemisin)

Au début, cela semblait si ridicule que c’en était inoffensif, un peu comme une maladie de laquelle nous étions tous à l’abri. Bientôt, cependant, cela s’est rebaptisé comme une compassion, équité, acceptation, tolérance et égalité. De là, ça a évolué en un pouvoir ayant la capacité de prendre n’importe quelle vérité et de la repeindre comme un mensonge, de prendre n’importe quel mensonge et de le réétiqueter comme une vérité (John Pontius)

Le politiquement correct est une guerre contre la prise de conscience (Steve Sailer)

Quand on a découvert l’effet nuisible du fluoride et qu’on partage cette information, on est en train de juger… oui.. parce que le jugement est un élément d’évaluation. Toute la culture pseudo-spirituelle – yoga – diversité est toxique. Ca s’imbrique parfaitement avec le credo incompétent des fascistes arc-en-ciel et de la police positive qui voudraient nous faire croire que les smoothies, le yoga, la permaculture, recycler et psalmodier les noms des dieux hindous à la mode.. sont tout ce qu’il y a à faire pour freiner l’apocalypse grandissante où l’on est. En toutes circonstances, ne mentionnez jamais le génocide, la pédophilie ou toute forme de mensonge en leur compagnie (Juliet J. Carter)

Le politiquement correct est la continuation naturelle de la « ligne du parti ». Ce que nous voyons une fois de plus est un groupe de vigiles auto-désignés, imposant leurs vues à d’autres. C’est un héritage du communisme, mais on dirait qu’ils ne le voient pas (Doris Lessing)

Le politiquement correct : Tout message destiné (à autrui) importait moins que le message reçu, et chaque message reçu pouvait être interprété de la façon (quelle qu’elle soit) que le récepteur voulait (Chuck Klosterman)

Nous avons été intimidés (pour nous forcer à) nous conformer par toutes sortes de gens qui nous disent ce que nous pouvons et ne pouvons pas dire. N’avez-vous pas remarqué ? La tyrannie du politiquement correct. Ne portez aucun jugement sur quoi que ce soit. N’ouvrez pas votre bouche au cas où vous offenseriez quelqu’un ou quelqu’un d’autre (Alexander McCall Smith)

 Nous perdons notre voix dans une homogénie artificielle et forcée se faisant passer pour de la tolérance. La propagande déguisée en histoire éloigne les lecteurs à mesure que les buts (de certains) prennent la place de l’émerveillement, l’excitation, la force de caractère et les conflits (Scott M. Roberts)

new agers Les théories New Age, qui semblent délirantes à tout être doué d’un gramme de bon sens, ont bien sûr été trouvées géniales & adoptées par les faibles d’esprit intolérants – les « songe-creux », toujours prêts à mordre à une théorie, pourvu qu’elle soit stupide et le plus éloigné possible du réel, et toujours avides de se donner une supériorité illusoire (puisqu’ils ne peuvent en avoir aucune réelle). Voici donc 10 de ces tromperies « New Age » grotesques & leur correction :

1. Ignorer le « négatif » :

Mensonge New Age : L’idée que l’on empire les choses en se concentrant sur les questions négatives est fausse. Tout comme ignorer les symptômes d’une maladie, ignorer tout ce qui est négatif ne fait qu’agraver les problèmes. Refuser de regarder les informations critiques, juste parce que cela vous rend mal à l’aise, c’est choisir délibérément de rester ignorant & non-conscient.

Correction : voir la négativité pour ce qu’elle est, nous permet de nous protéger contre ses effets néfastes et peut-être même de les éviter complètement.

2. Ne jamais se fâcher :

Mensonge New Age : Personne ne devrait jamais se mettre en colère, c’est une émotion qui doit être purgée de votre système.

Correction : la colère est une émotion comme une autre – et, comme une autre, a été créée en nous pour nous sauver la vie ! On ressent de la colère lorsque quelqu’un envahit notre espace ou nous prend quelque chose qui est légitimement à nous. Alors que la colère injuste et non-canalisée est contre-productive, une juste indignation est la motivation majeure pour créer des changements positifs dans le monde. Si vous n’êtes pas indignés par ce qui se passe autour de vous, vous ne faites pas attention, vous êtes inconscient et/ou indifférent (c-à-d complice du mal).

3. Tout est Un, donc, Tout est entièrement Bon :

Mensonge New Age : Les adeptes du New Age créent de nombreux concepts comme d’affirmer que le Bien & le Mal n’existent pas, que c’est «dualiste» et donc faux. Ils essaient de nous convaincre que tout est OK parce que «nous sommes tous un. Ceci est un dangereux relativisme moral…

Correction : «conscience» signifie littéralement: «connaître ensemble», avoir «du sens commun», c’est connaître la différence objective entre ce qui est bien & ce qui est mal. Nous vivons dans la dualité, l’Esprit n’est pas supérieur à la Matière – et il n’est pas que Bien.

4. On ne peut jamais vraiment savoir (ou connaître la vérité) :

Mensonge New Age : L’idéologie selon laquelle la connaissance de quoi que ce soit d’extérieur à notre propre esprit est incertaine, qu’il n’y a pas une réalité objective et que rien ne peut être vraiment connu (ceci s’appelle « solipsisme »).

Correction : La perception n’est PAS la réalité : notre travail est d’aligner les 2. Le solipsisme est typique de l’enfance spirituelle. Adopter cette idéologie malade est un signe de manque de maturité & de développement spirituel…ou une idéologie utile aux pervers !

5. Acceptez l’injustice, ne résistez jamais :

Mensonge New Age : il y a abus de la méditation et du yoga ; le mouvement New Age a perverti ces pratiques pour nous faire oublier fait qu’on est réduits en esclavage, et leur rendre facile d’accepter leur sort & l’état actuel du monde. Ca revient à dire : « N’essayez jamais de changer les choses mauvaises dans ce monde. »

Correction : le vrai but de la méditation est de rééquilibrer les côtés gauche &droit du cerveau. Et le but légitime du Yoga est de nous aider à découvrir ce qu’est notre vraie mission de vie et de nous motiver à agir pour le faire. Commencez à dire « Non ». L’utilisation correcte de sa « force » n’est pas de la violence.

6. Version édulcorée de la Loi d’Attraction :

Mensonge New Age : j’ai déjà écrit ce que je pensais de la version matérialiste stupide véhiculée partout de cette loi (http://www.bonheuretamour.com/2015/11/28/loi-dattraction-pouvez-vous-lutiliser/ ) – dont voici le principa: : De nos jours, on lit partout des choses sur la Loi d’Attraction : on vous fait rêver avec cette « loi » qui est censée pouvoir attirer des millions de $ (ou d’€), un super job, une grosse voiture, une villa de luxe, le gros lot de la lotterie, un yacht, etc…

Et elle est vraie…. Mais ces gourous oublient « le détail qui change tout « ; ce qu’ils ne vous disent pas, c’est qu’il y a 11 autres « Lois universelles » (voir  http://www.bonheuretamour.com/2015/05/02/lois-universelles/ ) et surtout, qu’il n’y a que les êtres se trouvant au niveau 3 de conscience – celui de l’Amour  – soit un niveau atteint seulement par une personne sur 10 millions qui sont capables d’attirer des biens matériels dans leur vie – & ces êtres-là, en plus, visent des biens spirituels & ne sont pas tentés par les biens matériels.Or, la version New Age de la Loi de l’Attraction est justement celle-la, qui se base principalement sur le mode de service à Soi – ce qui est absurde, et une énorme tromperie.

Correction : La vraie Loi d’Attraction est un système de conditions universelles, non-humaines, immuables & contraignantes, régissant les conséquences d’un comportement, au service de la Vérité, et non des personnes. Oui, nous co-créons notre réalité, mais ce n’est possible qu’en harmonie avec la loi naturelle.

7. Tendez l’autre joue (cela égalise les cicatrices !) :

Mensonge New Age : La fausse notion de pardon inconditionnel. Dieu sait si j’ai réfléchi à ceci !! Quand j’avais 14 ans, ayant grandi dans une famille de fascistes, j’ai innocemment dit quelque chose de raciste, sans réaliser que ça l’était & dans le but d’aider une camarade. Elle, sans protester, et sans avertissement, m’a flanqué une énorme gifle. J’étais si estomaquée que je n’ai pas réagi. Mais ça a détruit une part de mon âme, en détruisant encore un peu plus mon estime de moi…(40 ans après, j’y pense encore pour me le reprocher). Alors que la re-gifler ne m’aurait pas abîmée. Ma conclusion est que tendre l’autre joue est « grand » et que c’est OK pour des saints (comme Jésus) mais ne l’est pas du tout pour des êtres normaux… qui donc, eux, doivent RENDRE la gifle !

Correction: Le vrai pardon ne signifie pas continuer à excuser la « commission » intentionnelle de méfaits un nombre infini de fois. C’est au mieux, de la naïveté, au pis, une complicité avec le mal. Nous devons défendre nos croyances et ne pas tolérer les actions nuisibles des autres !

8. Le chaos doit être craint :

Mensonge New Age : Si je renonce à mes libertés, alors je serai en sécurité. Le système actuel vise à nous contrôler & limiter nos libertés, étouffer nos aspirations, détruire nos possibilités, tuer notre imagination.

Correction : Combler le fossé : La vraie liberté inclut la possibilité infinie, qui, par définition, inclut la possibilité de Chaos. Cela doit être adopté sans crainte si nous voulons être vraiment libres. Le chaos ne signifie pas l’anarchie (qui vise le « ni Dieu, ni maître »), mais que nous devons cesser de croire à l' »Autorité ».

9. Il faut tout le temps se sentir bien :

Mensonge New Age : les humains désirent naturellement avoir facile & se sentir bien, et nos dirigeants en jouent, qui tentent constamment de nous distraire & de nous éloigner de plus en plus de la réalité.

Correction : La vérité de la condition humaine actuelle devrait nous faire sentir mal à l’aise. Cette prise de conscience est la conscience. Nous devrions utiliser ce malaise pour se motiver à créer un changement réel dans le monde, à travers nos actes.

«On n’atteint pas l’illumination en imaginant des figures de lumière, mais en rendant l’obscurité consciente. Cette dernière procédure, cependant, est désagréable et donc pas populaire (Carl Jung)

10. La vérité n’a pas besoin d’être défendue :

Mensonge New Age : Il ne faut jamais affronter quiconque à propos des conneries qu’il répand (même si cela porte atteinte à d’autres). Il n’y a pas besoin de défendre la vérité car elle se défend toute seule.

Correction : Nous sommes les véhicules par lesquels la vérité opère dans le monde. Les malfaiteurs devraient être tenus pour responsables de leurs actes. On peut faire naître une autre réalité si on se soucie assez d’autrui que pour apprendre la vérité, puis que l’on développe le courage et la volonté de la défendre à tout prix.

Je conclurai, comme le héros du Voyage au centre de la Terre : C’est ce que j’ai fait !

La perversité est contagieuse !

Par défaut

Noeud pap punk   Jadis, on croyait que Satan envoyait des démons sur Terre, pour corrompre les humains ; ils prenaient possession du corps d’une personne, puis, semaient le mal & la désolation, pour que les hommes désespèrent de Dieu & se donnent au diable.

Ou il venait lui-même sur Terre pour « séduire » (séduction perverse !) les humains et, en échange de promesses mirobolantes, exigeait un pacte signé de leur sang, où ils payaient avec leur âme les biens que Satan leur avait promis.

Les PN semblent faire pareil … en sorte qu’il semble que la perversion soit contagieuse : les victimes, « vivantes », aimantes & généreuses au départ, se retrouvent vidées de leur « vie », de leur âme (qu’elles ont donné au séducteur) et … transformées – comme les Schtroumpfs noirs – en PN elles-mêmes !

Une illustration ? Voir l’échange ci-dessous, en messagerie privée avec M. M., ce 29/12/15 (après avoir posté mon article ce matin sur le groupe « Le Savoir est une Arme ») :

M.rsh.ll M.p :  Aussi membre de LE SAVOIR EST UNE ARME

dresseur de pingoin d attac, à Glace miko et cosmonaute, à NASA Goddard Space Flight Center

12:43

M.M  salut bea !! tu as eu un soucis avec un PN ???

15:17

Moi : C’est rien de le dire ! j’ai grandi avec une mère (puis une soeur) PN, puis j’en ai épousé un … voilà presque 38 ans que je subis ses tortures ! C’est pour ça ( eh oui, je suis une spécialiste !) que j’ai écrit tant d’articles sur la question !

M.M Je vie le même truc ! Mon père ! Mon frère ! Et maintenant je me colle ! Une femme ! Qui me fait un mal de chien.  Je serais demandeur ! Car le suis encore sous sa coupe ! Tout ses mauvais coup me touche !

Moi : Ok ! Vous l’aurez voulu émoticône wink je vous mets les liens (ça vous fera de la lecture pour vos longues soirées d’hiver émoticône wink ) ; Victime ; avez-vous choisi la violence ? https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/13/victime-avez-vous-choisi-la-violence/
PN & séduction perverse : http://www.bonheuretamour.com/2015/12/05/pn-seduction-perverse/
Le PN & l’argent : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/11/09/le-pn-largent/
Dico de la vie avec un PN : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/18/dico-de-la-vie-avec-un-pn/
Viol émotionnel : http://www.bonheuretamour.com/2015/10/15/viol-emotionnel/
Signes montrant qu’on sort avec un PN ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/09/22/signes-montrant-quon-sort-avec-un-pn/
Traumatisés = drogués ! | https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/11/traumatises-drogues/
Le PN « serviable » ou « humoristique » : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/17/le-pn-serviable-ou-humoristique/
Le PN comme vampire – http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/
Nocivité du PN | http://www.bonheuretamour.com/2015/05/09/nocivite-du-pn/
les illusions des victimes : http://www.bonheuretamour.com/illusions-des-victimes-de-pn/
Réfugiée dans ma tête… https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/02/refugiee-dans-ma-tete/
https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/03/31/sortez-vous-avec-un-pervers-narcissique/
Sévices : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/03/05/50-shades-of-pn/
http://www.bonheuretamour.com/pervers-narcissiques/
https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/10/24/le-pn-son-masque-de-normalite/
http://www.bonheuretamour.com/pn-et-approvisionnement-narcissique/
http://www.bonheuretamour.com/sortir-avec-un-loser/
http://www.bonheuretamour.com/pourquoi-les-pn-sont-il-toujours-infideles/
Pourquoi le HP attire les pervers : http://www.bonheuretamour.com/2014/10/07/pourquoi-le-hp-attire-les-pervers/
PN & torture silencieuse : http://www.bonheuretamour.com/pn-torture-silencieuse/
PN : création d’un monstre – http://www.bonheuretamour.com/2015/05/12/pn-creation-dun-monstre/
http://www.bonheuretamour.com/comment-vous-defendre-contre-un-pn/
Violence perverse, effets & société –https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/13/violence-perverse-effets-societe/
PN : la société accable les victimes ; http://www.bonheuretamour.com/2015/06/14/pn-la-societe-accable-les-victimes/
Marie Crispeels & la blouse fleurie : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/17/marie-crispeels-la-blouse-fleurie/
Tout ce que nous fait le PN : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/03/tout-ce-que-nous-fait-le-pn/
Le HP, le PN & l’imbécile : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/01/le-hp-le-pn-limbecile/
Réactions des victimes aux violences perverses : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/28/reactions-des-victimes-aux-violences-perverses/
PN & indépendance ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/09/pn-independance/
http://www.bonheuretamour.com/comment-eviter-les-pn-a-lavenir/
https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/11/15/par-quoi-attirez-vous-un-pn-comment-vous-proteger/
PN : la beauté du diable : http://www.bonheuretamour.com/pn-la-beaute-du-diable/
http://www.bonheuretamour.com/attention-pervers-a-laffut/
https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/12/14/pn-relation-boiteuse/ -à renommer, retravailler & republier !
Sortez-vous avec 1 loser ? http://www.bonheuretamour.com/sortez-vous-avec-un-loser-un-homme-manipulateur-controlant-et-abusif-va-t-il-vous-blesser/
Les liens traumatiques |https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/10/les-liens-traumatiques/
Un PN qui s’ennuie… http://www.bonheuretamour.com/un-pn-qui-sennuie-vous-telephone/
PN & Communication Non-Violente : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/01/11/pn-communication-non-violente/
PN : pourquoi on reste si longtemps – http://www.bonheuretamour.com/2015/05/23/pn-pourquoi-on-reste-si-longtemps/
Tactiques destructrices du PN | https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/04/tactiques-destructrices-du-pn/
Egocentrisme ou narcissisme ?- https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/11/egocentrisme-ou-narcissisme/
Les outils du PN : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/21/les-outils-du-pn/
Etres sains vs PN : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/07/etres-sains-vs-pn/
Dynamique de la famille perverse : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/05/dynamique-de-la-famille-perverse/
http://www.bonheuretamour.com/en-couple-avec-un-pervers-que-faire/
http://www.bonheuretamour.com/les-etres-a-eviter/
http://www.bonheuretamour.com/lagression-passive/
http://www.bonheuretamour.com/les-tactiques-des-etres-deranges/
http://www.bonheuretamour.com/pourquoi-certains-sont-mechants-et-cruels/
aussi, sur les limites personnelles : http://www.bonheuretamour.com/votre-bonheur-depend-de-vos-limites/
http://www.bonheuretamour.com/mythes-sur-la-violence-conjugale/
et sur l’auto-sabotage : https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/09/21/signes-dauto-sabotage/
http://www.bonheuretamour.com/cessez-de-vous-faire-du-mal/
http://www.bonheuretamour.com/haine-des-trolls-envers-la-verite-le-talent/
http://www.bonheuretamour.com/lhistoire-du-chat-sauvage/
http://www.bonheuretamour.com/comment-choisir-un-bon-therapeute/
http://www.bonheuretamour.com/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-et-nous-aussi/
http://www.bonheuretamour.com/cles-pour-y-voir-plus-clair-dans-votre-vie/
http://www.bonheuretamour.com/cessez-de-vous-faire-du-mal/
http://www.bonheuretamour.com/agressions/
http://www.bonheuretamour.com/amitie-devenue-toxique/
enfin, sur le couple : https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/05/10/modeler-votre-relation-de-couple/
http://www.bonheuretamour.com/les-faux-amis-et-vrais-vampires/
http://www.bonheuretamour.com/le-pseudo-amour/
http://www.bonheuretamour.com/sexualite-la-face-cachee-du-sado-masochisme/
Le PN s’amuse : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/02/17/le-pn-samuse/
(20/2/15) L’après-PN : une guérison longue & pénible : http://www.bonheuretamour.com/2015/02/20/lapres-pn-une-guerison-longue-penible/

Il faut s’informer, car plus on en sait sur eux, moins on tombe dans leurs pièges, & mieux on peut récupérer son estime de soi, pour se préparer à les quitter

M.MJe sais tout tout cela !

Moi : Tant mieux émoticône wink

M.MDe plus ! Que je suis un homme victime ! Sa court pas les rue !  Mais j ai trouve des écrit ! D homme ! Et moi qui ai le savoir est une arme ! J ai beaucoup lu sur le PN ! Quand j ai découvert ! Le monstre avec qui je vivais !  Sans rien dire ! Car cela ! N intéresse ! Pas le groupe ! Mais je souffre en silence ! Que une poignée le savent !! ( mes modos ) .. Pour cela que j ai saute ! Sur votre post se matin !

17:10

Moi : Oui ; faites bien attention sur Facebook ; car de même que, où il y a des moutons, il y a des loups, là où il y a des victimes, il y a des prédateurs (déguisés en victimes, bien entendu)… Je suis en train d’écrire un article là-dessus, pour qu’on puisse reconnaître les vraies victimes des fausses !

M.M je sais ( je suis un geek et bien plus ) si tu ne la pas comprise !! tu es sur mon groupe !! le savoir est une arme !! et j ai bien vu hier !! un loup dans un groupe !! de victime de PN 88 ET ELLE ME GERBE DESSUS !! tout en me parlant gentiment .. quand je l ai au tel !! bref je la tien dans sa ‘ maladie  » … mais quelle se fasse passer pour une victime !! sur un groupe de victime de PN !! me colle !! d ailleurs j ai une idée !! tu veut voir une PN sur un groupe fermé !! de victime de pn ??   je peut te faire voir !! en live !! se que dit une PN EN ENTERNE !! et se quelle dit en public !! tu seras !! la premiére juge !!  je la tien depuis tres longtemp !! mais j ai pas se coté procedurier.  je peut etre un temoin clef !!  tu ne sera que juge !! ( un loup dans la bergerie )

Moi : Je te crois sur parole ! Mais attention à toi ; il ne faut pas croire qu’on peut, comme disent certains, « contre-manipuler »‘ – les PN sont trop forts & gagnent à tous les coups. La seule soluce, c’est de se sauver (dans tous les sens du terme)

M.M non !! a aucun moment !! je veut contre manipuler !! je veut juste que tu sois temoin … si tu ecris des articles !! et on est bien dans le vif du sujet !! dejas je te donne le lien du groupe !! et cherche le loup !!  https://www.facebook.com/groups/1915141195377703/?fref=ts  – je sais qu il sont tres intelligent !!

Moi : J’ai cliqué sur le lien, mais je ne peux rien voir car je ne suis pas membre de ce groupe

M.M faut que tu sois accepté !! donc toi qui en connais sur le sujet !! tu a un mot a dire !! mais regarde bien !! un loup est bien dans la bergerie !! une fois accepté !! re garde bien !! toi comme moi !! on sais qu il soit tres intelligent !! donc on vas voir !! si tu la décelle.

Moi : Tu sais, je me fais déjà bien assez insulter sur d’autres groupes … je ne cours pas derrière. Du reste, je suis sortie de l’addiction aux peptides négatifs, et ne veux pas m’y replonger…

M.M et je t envois un dossier hors norme sur cette personne propos !! mail video !! et j en passe ( oui je suis un geek ) – donc pourquoi tu parle des PN ?? s est pour exorsiser ???

Moi : je suis une geek aussi… seulement, très vieille émoticône wink

M.M putain !! j en ai un ( une sous la main )) tu construit tes article sur quoi ?? je te propose !! le en se moment !! de voir !! une PN !! en action .. sur un groupe de victime … et tu me dit non ??? je comprend pas !! fait au moins se test !! sur le lien que je t ai donné !! se cache !! un etre MONSTRUEUX … une fois accepté !! cherche le … voila je te propose rien de plus ….

Moi : as-tu vu l’article « traumatisés = drogués » ? J’y dis qu’on croit qu’en parler est bon, alors, qu’en fait, ça ne fait que nous enfoncer dans le malheur…La meilleure revanche qu’on puisse avoir contre un PN, c’est d’être heureux (sans compter que c’est un devoir envers soi-même et les autres). J’ai découvert (& appliqué) la méthode miracle pour sortir du bourbier du malheur, et je ne veux pas y remettre même un orteil…

M.Mtraumatisé egale drogué …. bien … je vois que tu aime la psyco … post traumatique !! et bien plus respectueux !! laisse tomber !! je vois et je peut comprendre que de ta souffrance tu ne veut que en parler !! mais a aucun moment COMPRENDRE tres bien … on s ais tout dit !! ravis de savoir !! que toi tu dit comprendre !! nous les ! grogué du taumatisme … piioouuu .. next

Moi : ok

M.Mne m en veut pas mais ton post na rien a faire !! sur mon groupe !! si se nest que pour ne faire q une analize futile !! et personnel moi je n en n ai rien fait j usqua maintenant !! et s est pourtant mon groupe et j en souffre encore d avoir croisé !! se genre de personne mais si pour toi on ai des ! drogué !! cela ne me plais pas !! donc ton post est suprimé !! hors de question que tu develope !! comme tu vien de me le faire !!

————————–

Et voilà ! CQFD !  C’est là qu’on voit qu’on ne PEUT PAS rester dans cet état, qu’il FAUT sortir de la négativité et tenter toutes les voies pour guérir .. Sinon, on devient des démons, comme eux !

Un autre (qu’ils qualifient de PN mais bon…), immoral & sans scrupules, s’est autorisé à les traiter durement & sans respect, à les insulter & défouler sa frustration sur eux sans souci de leur sensibilité, à piétiner leur dignité, à les utiliser comme des objets, à combattre la vérité de façon enragée, à être dans la négativité, à abuser de leur pouvoir, à jeter la faute sur autrui, à leur imposer ses opinions sans souci des leurs, et … ils font pareil !

Shame on you, M.rsh.ll M.p !

PS : dans les articles où je parle de douance, on m’accuse de sectarisme, de « me croire supérieure » – on voit pourtant ici que, bien que le gars soit clairement un Béotien inculte, j’ai accepté sa demande, je lui cause & j’essaie de l’aider… Vu qu’« on n’a le droit d’avoir raison qu’avec les faits dont on dispose », voilà qui donne un démenti aux détracteurs

Aussi, quand je disais qu’il fallait éviter les NT, car même s’ils semblent amicaux au début, ils finissent toujours par nous insulter et/ou nous rejeter (nous, les HP), les faits, une fois de plus, me donnent raison…

Les 10 commandements pour changer

Par défaut

papillon lumineux  Beaucoup hésitent à se lancer dans le changement car changer leur paraît une tâche dure, insurmontable – ils croient n’avoir pas la volonté de se lancer dans un processus si long & contraignant – alors, ils  restent coincés dans des habitudes qui leur nuisent ou dans une vie peu épanouissante…

Mais quand on connaît mieux la question, on voit que ce sont des mythes et que changer n’est pas si dur qu’on l’imagine.

Voici les 10 commandements pour activer vos ressources & enfin pouvoir améliorer votre vie !

  1. Bannissez l’idée que la volonté est la base du changement
    Pour se créer un avenir plus heureux, la 1ère étape est de faire comme si la volonté n’existait pas. Oui, changer de comportement sans devoir faire appel à la volonté, est possible ! Quel soulagement, déjà, de savoir ceci, non ?

Sachez que changer est simple si on a la bonne méthode ! Généralement, on ne commence rien et on baisse les bras d’avance parce qu’on croit que changer sera très pénible. Alors qu’en fait, si on possède la bonne méthode, c’est (presque) facile ! On ne se sent plus « perdu », plus comme « une victime impuissante », …  Les bons outils font 100% de différence. Par ex, tenteriez-vous de couper votre pelouse avec un canif ?

  1. Cessez de croire qu’il faut faire des changements radicaux

Changer de vie a l’air terrible parce qu’on croit qu’il faut faire tout de suite d’énormes changements, alors que non ; il faut au contraire procéder par de petites modifications ; rechercher & enchaîner de minuscules succès, l’un à la suite de l’autre … D’ailleurs, on dit ; « les petits ruisseaux font les grandes rivières » ou « Comment mange-t-on un éléphant ? Une bouchée à la fois ». Voilà le secret d’une autre orientation de notre vie : couper une tâche en petits morceaux ou étapes, à atteindre l’une après l’autre..

  1. Changer de contexte

On sait à présent que le contexte est tout, & combien notre environnement façonne nos comportements. Donc, entourez-vous désormais des lieux et des personnes qui font ressortir le meilleur en vous – et vous en constaterez le pouvoir.

Qui vous êtes et ce que vous faites est grandement affecté par où et avec qui vous passez votre temps. Par ex, le sens des mots ou phrases dépend même du contexte ; un même acte ou discours aura un sens différent selon le contexte où vous le faites. Il faut donc choisir pour notre vie, des contextes menant à de bonnes habitudes.
4. Concentrez-vous sur l’action, pas sur l’évitement d’actions

On vise souvent à stopper d’anciens comportements (mauvaises habitudes) au lieu d’en créer de nouveaux ; ce faisant, on se focalise sur le négatif, et donc, on en attire plus dans notre vie. Pour vraiment changer, vous feriez mieux de vous concentrer sur ce que vous voulez, pas ce que vous ne voulez pas.

  1. Rendre un comportement désiré plus facile
    Si par ex, il vous semble trop dur de faire du sport une heure par jour, vous avez tendance à vous blâmer de votre manque de motivation. Alors, décidez de ne faire qu’une seule « pompe » ; cela n’est pas dur et ne demande aucune motivation. Si vous combinez cette règle avec la suivante (la N°6), ça devient intéressant…

Si vous avez besoin d’une motivation complémentaire, vous pouvez lire ces articles :

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/21/mais-mot-magique-pour-changer-de-vie/

http://www.bonheuretamour.com/2015/01/15/motivez-vous-a-changer-de-vie/ ,

http://www.bonheuretamour.com/2014/12/06/une-semaine-pour-changer-de-vie/

  1. Comprenez le pouvoir des déclencheurs
    Tout comportement a besoin d’un mobile (un déclencheur) ; par ex, si on a soif, on boira. Certains déclencheurs bien établis mènent à des actions automatiques… Donc, si on apparie le comportement désiré (qui est en fait la réaction à quelque chose) à un déclencheur choisi, on peut commencer à agir différemment !

Il suffit d’identifier des routines déjà établies dans votre journée et les jumeler avec la nouvelle (facile à faire) habitude que vous voulez. Gros bonus ; votre journée est sûrement déjà pleine de déclencheurs potentiels pour les comportements que vous désirez – à vous de les découvrir…
7. Informez-vous sur l’auto-sabotage

On croit trop souvent (et à tort !) que l’information mène à l’action, mais savoir quelque chose ne signifie pas qu’on appliquera ce savoir – au contraire, la plupart des gens s’auto-sabotent , parce qu’ils se raccrochent au familier (qui leur semble plus facile & plus rassurant) – et ce, même si ce « familier » ne mène qu’au malheur, et si la nouvelle façon d’agir mène au bonheur !

Par conséquent, en apprendre plus sur nos mécanismes inconscients est utile ; à cet effet, lisez les articles suivants ; –Pourquoi le monde va-t-il mal, & nous aussi ? |https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/,

– Clés pour y voir plus clair dans votre vie : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/11/23/cles-pour-voir-plus-clair-dans-votre-vie/ ,

-Cessez de vous faire du mal ;  http://www.bonheuretamour.com/2013/11/24/cessez-de-vous-faire-du-mal/ ,

-Une affaire en or ; l’auto-sabotage : https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/ .

  1. Focalisez-vous sur des comportements concrets
    Il s’agit d’éviter de viser des buts abstraits, pour, à la place, viser des actes concrets. Il faut, par ex, ne pas viser à « être en forme », mais bien « marcher ¼ d’heure aujourd’hui ». Vous savez ce que c’est que faire 15 minutes à pied et que vous êtes capable de le faire. Si vous couplez cela avec un déclencheur existant dans votre vie, vous avez plus de chances de réussir à le faire, alors que la formulation « être en forme », c’est bien trop vague…
  2. Changez un comportement en visant une petite période

Quand on se dit qu’il faudra changer une attitude pour toujours, c’est décourageant, car ça fait paraître la tâche énorme, alors que si ce n’est « que » pour une période fixée d’avance, ça semble faisable. Par ex, imaginez faire quelque chose de positif pour le reste de votre vie, puis imaginez de le faire pendant seulement 5 minutes.

C’est plus facile pendant 5 minutes, non ?  Fixez-vous comme objectif de faire certaines choses positives pour des périodes réalistes ( = des périodes de temps précises, que vous savez être faisables) puis renouvelez ces objectifs s’ils vous conviennent & vous servent.
10. Ayez de bons principes

En effet, des buts égoïstes ou mauvais ne mènent à rien, qu’à plus de misère – d’où l’importance de principes généreux & désintéressés. Il n’y a pas de mal à vouloir la richesse, mais seulement si vous ne la voyez que comme un moyen (un moyen de vous donner plus de sécurité – et donc de pouvoir de faire le bien) et jamais, comme un but en soi. De même, il ne faut pas viser un amour juste pour soi, pour former un « cercle à 2 », égoïste, mort et étouffant, mais viser plus large et plus haut… Cet article me tient particulièrement à coeur pour vous le faire comprendre ; 7 principes pour mener sa vie : https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/05/19/7-principes-pour-mener-sa-vie/

A présent, à vous de jouer !

Cessez de râler & de geindre !

Par défaut

humeurs

Dans cet article ; http://www.bonheuretamour.com/soyez-plus-positif/ , je vous appelais déjà à plus de positivité – sous la forme de moins de crainte – avec le conte de « l’arbre à réaliser les souhaits ».

J’avais approfondi le sujet avec http://www.bonheuretamour.com/2012/07/11/etre-positif-et-ensuite/ et surtout http://www.bonheuretamour.com/2015/01/07/choisir-le-bonheur/ (où je disais que le bonheur est un choix).

A présent, j’enfonce le clou, et je m’attaque à la « râlerie » et à la « geignarderie ».

De nombreuses recherches en «psycho-neuro-immunologie »  ont montré que les optimistes vivaient mieux que les pessimistes ; qu’ils étaient plus heureux, plus riches & moins malades. Par ex, une étude de l’Université de Stanford a constaté que se plaindre libère des hormones de stress abîmant les parties du cerveau servant à la résolution de problèmes.

Et vu la loi d’attraction, vous ne ferez, en vous plaignant, qu’attirer plus de frustration, et de circonstances pénibles dans votre vie.

On sait maintenant que les gens que l’on fréquente ont un impact énorme sur notre humeur, donc, finalement, sur notre destinée. Il est donc essentiel de nous couper des êtres négatifs (pessimistes, râleurs perpétuels ou geignards) & de s’entourer de gens positifs, qui nous soutiendront dans nos efforts de développement personnel.

Et il faut aussi devenir assez conscient de soi que pour remarquer à quel moment on va dire quelque chose ayant un sens de « plainte », et se stopper avant de le dire.

Je sais que retenir ses sentiments est nocif – donc, l’astuce, c’est de ne pas nourrir une attitude mentale ou des pensées négatives (penser qu’on est poursuivi par la malchance, envier les autres, réfléchir à tous nos défauts et à ce que l’on n’a pas, …), et au contraire, augmenter notre niveau de gratitude envers la Vie, pour tout ce qu’elle nous a donné, et l’exprimer au moins une fois par jour.

Souvenez-vous ; la négativité n’influe pas seulement notre niveau de bonheur (niveau qui ne dépend que de nous, du CHOIX qu’on fait d’être heureux), mais aussi notre santé physique, mentale & financière !

Donc, choisissez le bonheur ! (voir  http://www.bonheuretamour.com/2015/01/07/choisir-le-bonheur/  )

Il est clair que chacun connaît des épreuves, et si ça nous arrive, on peut évacuer ses sentiments, mais sans exagérer ; sans « nourrir » nos idées noires. Suivons ce sage dicton : « on ne peut empêcher un corbeau de se poser sur notre tête, mais on peut l’empêcher de faire son nid dans nos cheveux » !

Si, par conséquent, vous voulez devenir plus positif (plus heureux & prospère), vous devez d’abord vous engager à rester le plus possible dans le moment présent – pour vous y aider, je ne peux assez recommander le livre magique d’Eckart Tolle ; « le Pouvoir du Moment Présent » !

Une fois cette décision prise, l’appliquer, c-à-d cesser de se plaindre de choses que nous ne pouvons pas changer, comme un temps pluvieux, un train manqué, etc.

Il n’y a pas recette-miracle ; il faut juste cesser de se plaindre. Et pour cela, il faut faire comme les alcooliques : un jour à la fois ; décidez qu’aujourd’hui, vous ne vous plaindrez pas.

Si cela vous arrive quand même, notez quand et pourquoi (circonstances, environnement, sentiments).

Mais qu’est-ce que « se plaindre » ?

C’est quand on se fait du souci, qu’on se sent ennuyé ou frustré…Par ex, constater qu’il gèle dehors n’est pas une plainte, mais dire « je déteste le froid ! », l’est ! Vous connaissez cette mentalité râleuse ou geignarde, où on ne remarque rien de ce qu’on possède de bon et où l’on ne voit que le négatif de la vie ? Catastrophe ; il y a des poils de chien sur le fauteuil, O horreur ; il n’y a pas de biscuits dans la maison, Quelle tristesse ; il est ENCORE en train de pleuvoir,…

Cessez ! Chaque fois que vous vous surprenez à geindre, tournez le négatif en positif , en trouvant tout de suite une solution ou en remplaçant la pensée négative par quelque chose de positif.

Parfois (quand même), il y a une vraie raison derrière votre irritation, comme par ex, un manque de sommeil.  Creusez les choses, trouvez la raison, et créez une solution.

Le vocabulaire qu’on emploie compte aussi ; par ex, les optimistes disent rarement «mais» ou « essayer », car ces mots suggèrent un manque de contrôle de notre vie – les optimistes, eux, ne se trouvent pas d’excuses & prennent la responsabilité de ce qui leur arrive.

Pour recadrer nos soucis, voici le beau conte du disciple geignard ;

Un vieux maître était las des plaintes de son disciple. Un jour, il lui donna une poignée de sel, lui dit de la mettre dans un verre d’eau, et de boire l’eau. « Alors, comment est-ce ? » demanda le maître.

« Très amer »- dit l’élève.

Le maître re-donna à son disciple une poignée de sel, lui demanda de la jeter dans le lac, puis, d’y puiser un verre d’eau et de la boire.

« Comment est l’eau ? » redemanda le maître.

« Fraîche « , répondit l’élève.

« Goûtes-tu le sel ? » dit le maître.

« Non » dit l’élève.

Alors, le maître lui dit :  » la douleur de la vie est comme le sel ; la somme de douleur reste pareille, mais le taux d’amertume qu’on en ressent, dépend du récipient où on met la douleur. Donc, lorsque l’on souffre, il faut élargir notre sens des choses. Cesse d’être un verre, deviens un lac.