Archives de Tag: méthode

Comment éradiquer une mauvaise habitude ?

Par défaut

Oui ; aujourd’hui, vous pourrez enfin devenir la personne que vous voulez… grâce à moi 😉

Dès lors que l’on prend la décision de changer – d’éliminer une de nos habitudes nuisibles ou d’en acquérir une utile-, on est confronté à la différence entre notre situation actuelle, & celle où l’on veut être et souvent, cela nous semble souvent un abîme énorme à franchir.

La quantité de travail exigée pour combler cet abîme paraît tellement insurmontable on tend à se décourager & laisser tomber. Il faut savoir que ce genre de pensées et de sentiments nous assailleront, et que l’abandon du projet est inévitable si l’on se focalise sur la totalité de la tâche à accomplir.

En fait, il faut se souvenir de l’adage : « Comment mange-t-on un éléphant ? Une bouchée à la fois ! » – c-à-d qu’il ne faut s’occuper que de la prochaine tâche (de préférence, ne demandant pas plus de 15 minutes) à exécuter.

Écouter nos peurs n’est jamais une bonne idée, car c’est ce qui nous maintient dans des situations pénibles.

Pour ôter son pouvoir à la peur, il suffit de refuser d’écouter ce qu’elle nous dit &, au lieu de suivre ses directives, faire exactement l’inverse !

Au lieu de cela, dès que la tentation survient de retomber dans la mauvaise habitude qu’on essaie d’éradiquer, appliquons la règle des 5 secondes (elle apaise le brouillard dans notre esprit, & « allume » le cortex préfrontal ; la zone du cerveau apte à voir les conséquences à long terme d’une action & à retenir les impulsions) ; il suffit de compter à l’envers ; 5 – 4 – 3 – 2 – 1.

Ensuite, il faut rédiger un bilan de la situation ; observer nos actes & noter tout ce qui déclenche la mauvaise habitude.

Puis, il faut suivre la méthode du « si-alors » – c-à-d noter, à côté de chacun de ces déclencheurs, l’action (bonne & non plus nocive) que vous ferez.

Par ex, si vous désirez cesser de trop manger et qu’un déclencheur est l’ennui, vous noterez ceci : « si je m’ennuie, alors, je téléphonerai à une amie, ou je me lèverai & j’irai faire le tour du bloc (au lieu de vous jeter sur un paquet de chips ou une tablette de chocolat).

La méthode marche parce que, d’une part, on s’est avoué la vérité sur toutes les causes de notre mauvaise habitude, et d’autre part, parce qu’on a remplacé un comportement par un autre (ce n’est pas un vide – auquel cas, on retomberait sous la coupe de nos émotions & ça ne marcherait pas).

Bonne chance !

 

Publicités

Sortir de la prison d’une vie médiocre

Par défaut

Vous aimeriez sortir d’une situation mais vous ne voyez pas comment… Vous ne faites pas, ou n’êtes pas qui (ou ce que) vous êtes censé être.

Cela cache généralement une peur (intérieure ou extérieure).

  1. Extérieure :

Est-ce que quelque chose vous tient bloqué par obligation, légalement ou financièrement ?

Pourquoi avez-vous peur de le changer ?

Que se passerait-t-il si vous partiez & commenciez une nouvelle vie ?

Existe-t-il un moyen de le faire et de minimiser les dégâts ?

Qui peut vous aider ?

De quoi avez-vous besoin comme levier ?

  1. Intérieure : Valeurs / morale / croyance / « il faut »

Qu’est-ce que vous imaginez ?

De quoi avez-vous peur ?

Quel fantôme est sur votre chemin ?

Y a-t-il des slogans familiaux ? (du genre « les Dubois ne renoncent jamais »)

Quelqu’un vous fait-il vous culpabiliser ? (ex : « tu dois toujours être là pour maman »).

Existe-t-il une injonction de honte ? (ex : « si tu ne réussis pas, tu ne vaux rien »).

Si quelque chose vous bloque & vous empêche de passer au prochain niveau de votre vie, il faut trouver ce que c’est.

Souvent, quand on tente d’avancer avec notre vie, et on croit qu’on le fait, alors qu’en fait, on reste dans le même problème – on est trompé par la nouveauté et l’intensité.

Aussi, beaucoup croient – bien à tort ! – qu’ils seraient heureux s’ils devenaient exceptionnels dans un domaine.

Mais s’ils le deviennent, ils se sentent comme un imposteur, doivent courir encore plus vite, ne peuvent jamais ralentir, doivent faire gagner toujours plus & subissent une myriade d’autres peurs.

Certaines thérapies conseillent de repousser nos limites des risques, mais cela prend du temps, est risqué, génère généralement des cicatrices inutiles et le plus souvent, ne rend même pas heureux.

Pour devenir plus heureux, il vaut mieux trouver quelqu’un de qualifié pour aider à identifier le blocage, puis explorer les façons d’exprimer notre véritable moi. Alors, on ressent ce qu’on est et ce que l’on fait devient juste une façon d’exprimer qui on est.

Oser trouver & affronter ce qui nous effraie, a un effet libérateur & énergisant, car alors, la joie vient d’être aligné sur notre moi émotionnel, rationnel et spirituel.

Si vous devenez ce que vous êtes vraiment, vous serez automatiquement exceptionnel, peu importe ce que vous faites.

Ce n’est pas gagner 1 million d’euros, ni la renommée, ni une nouvelle voiture qui nous apportera ce sentiment de signification.

Ceux qui possèdent de l’argent, ou la gloire le savent ; sans la croissance, c’est destructeur ! Quand on gagne aisément des choses (surtout des biens matériels), on n’est pas satisfait ni épanoui – en tout cas, pas longtemps.

Seules la progression & la croissance peuvent fournir du sens à notre vie & nous donner de la vitalité & l’envie de vivre !

Votre point de vue est pointé vers l’obscurité et vous devez le tourner vers la lumière. Vos circonstances ne changeront pas, elles sont hors de votre contrôle, mais le sens que vous donnez à votre vie est VOTRE & COMPLETEMENT sous votre contrôle.

Alors, si vous choisissez de vous priver de la vie des possibles, ce sera uniquement votre faute. Il n’y a pas d’excuse … mais vous pouvez vous vouloir vous limiter au petit espace de votre esprit comme des millions d’autres personnes dans ce monde, et vous plaindre.

Les autres vous donneront la pitié que vous voulez, et vous aurez la satisfaction de sentir que d’autres aussi sont bloqués.

Vous pensez ne pas pouvoir supporter de genre de vérités, mais sans modification totale de votre mentalité, vous resterez où vous en êtes – voilà pourquoi la « méthode douce » sera toujours inefficace !

Si vous restez dans votre cocon, vous vous privez de l’aptitude à vivre, & il n’y a que vous qui en souffrirez.

Par conséquent, ayez le courage de chercher où votre vie est médiocre & insatisfaisante, de découvrir où ça fait mal ; vos « points douloureux ».

Ces points-là sont des difficultés d’un niveau suffisant pour nous motiver à chercher une solution ou une alternative – tout comme la grenouille placée dans de l’eau qu’on chauffe et que cet inconfort croissant pousse à vouloir sortir de là.

Voici comment faire pour commencer à vivre mieux :

– Faites appel à votre mage intérieur

Tout le monde a des traumatismes. Vous pouvez les utiliser en votre faveur ; vos traumatismes ont le pouvoir de vous pousser à vouloir devenir plus fort & vous en sortir.

Alors, demandez-vous quel est votre point douloureux…  Et quand vous l’avez trouvé, demandez-vous ce que vous devez faire ou éviter de faire pour ne plus jamais vivre cela.

Dites-vous, comme George Sand ; « Je ne donnerai plus ma chair et mon sang en pâture à l’ingratitude et à la perversité » !

De nos jours, avec la mode du « tout positif » & autres théories New Age à la manque, beaucoup nous conseillent d’ignorer le négatif… L’ennui, c’est que le fait de le nier ne le fait pas disparaître !

Cette positivité à tout prix est comme le communisme ; une idée qui a l’air très bien en théorie, mais qui, mise en pratique, ne fonctionne pas du tout ; comme dit l’adage « Les choses finissent toujours par s’arranger, mais mal » !

Donc, ainsi laissé à lui-même, le mal empire de plus en plus & finit par contaminer tous les domaines de notre vie.

Essayez de trouver (et de noter) 3 choses que vous devez commencer à faire et 3 choses que vous devez arrêter de faire dès aujourd’hui pour réaliser vos rêves.

– Planifiez votre temps

Vous êtes défini par ce que vous faites tous les jours. Si vous voulez être danseur, vous devez au minimum danser quelques heures par jour. Remettre une séance ici et là n’est pas trop grave, mais si procrastiner devient une habitude, cela finira mal.

Même si un de vos buts demande beaucoup de temps & de travail, il faut s’obliger à y travailler chaque jour, ne fût-ce qu’un peu… Mieux vaut avancer lentement que de rester sur place.

Il faut aussi se fixer des étapes & des dates-butoir, & agir comme si votre calendrier était votre patron ; s’il vous dit de faire quelque chose, il faut le faire, ou vous êtes licencié.

– Etudiez-vous & trouvez votre force et votre faiblesse

Chacun possède son propre mélange unique de forces & de faiblesses. Les livres peuvent vous dire de travailler dur, mais si ça ne vous correspond pas, il faudra surmonter ce problème ou trouver une alternative.

Il faut trouver une méthode en accord avec vos forces & faiblesses. Ne vous blâmez pas de ne pas pouvoir tout de suite faire ce que dit un livre – apprenez plutôt pourquoi vous ne pouvez pas le faire et trouvez des moyens de le résoudre.

La chose la plus dure, c’est que vous devez devenir conscient même de vos faiblesses inconscientes. Comment allez-vous faire ceci ?

En tenant un journal quotidien, où vous notez ce qui vous rend heureux et ce que vous avez réussi à réaliser (même si c’est minuscule) ; cela vous apprendra ce que vous aimez et ce qui vous motive.

Écrivez aussi sur vos échecs ; quand, par exemple, vous avez été paresseux & avez remis à plus tard. Notez quelques raisons pour lesquelles vous vous sentiez ainsi. Creusez à fond chaque problème.

Pour moi, par ex, mon perfectionnisme est sans doute dû à une peur de l’échec.

– Les self-made-men & l’illusion du succès

Quand on songe à la réussite, on ne pense qu’à des gens comme Bill Gates, Mark Zuckerberg ou Michael Jordan – bref, on la confond avec la popularité. En réalité, la popularité peut faire partie du succès, mais n’en est nullement un ingrédient nécessaire.

Les chercheurs du M.I.T. ont inventé une machine qui convertit l’eau de mer en eau potable à faible coût. Nous n’en voyons pas l’intérêt, mais pour des gens des pays en développement, ces chercheurs sont vus comme des sauveurs.

Alors, la vraie définition du succès devrait être : « réussir, c’est réaliser notre plein potentiel en servant les autres. »

Bref, faites le boulot, acceptez les sacrifices nécessaires, & relevez-vous à chaque fois que vous tombez.

Vous pourrez alors devenir populaire, ou non – cela importe peu si vous faites ce que vous aimez.

Pour enfin éradiquer nos mauvaises habitudes

Par défaut

BA2W4H Woman young hand red wine-glass bottle keeps closed detail fuzziness series people party celebration party beverage alcohol alcoholic alcoholic wine red wine wine glass red wine-bottle wine bottle after-gives prevents rejects refuses refuses enough rejects alcohol alcoholic alcoholic detail celebrates firmly bottle woman enough beverage hand young people after-gives party red wine red wine-bottle red wine-glass series fuzziness prevents refuses refuses cries wine bottle wine glass keeps closed

Tous, nous avons de mauvaises habitudes, auxquelles nous tentons de renoncer, sans jamais y parvenir.

A ce sujet (outremanger, boire, fumer, se droguer, addiction à l’alcool ou aux drogues, au tabac, au shopping, au travail, au sexe ou au porno, peurs, timidité, …), on croit que si on agit plus, ça ira mieux, mais c’est faux.

L’usage excessif de force, de volonté & d’action pour tenter de changer quelque chose, est d’ailleurs la définition de la névrose. En fait, tout en voulant changer, une part de nous veut la mauvaise situation, en sorte qu’on s’auto-sabote & qu’on est bloqué. La mauvaise habitude a une fonction, elle soulage un vide & offre un plaisir.

Pourtant, toute mauvaise habitude peut disparaître si on l’observe ; prendre assez conscience du comportement nocif peut suffire, sans devoir rien faire d’autre.

Ça semble fou, mais réfléchissez & vous verrez qu’il est IMPOSSIBLE de se livrer à notre mauvaise habitude en étant vraiment conscient. Si on l’était, on se dirait : « hé, mais qu’est-ce que je suis en train de faire ? Je me fais du mal ! » et on cesserait.

Mais – bien entendu ! – il y a une astuce. Pour que ce système puisse marcher, il faut :

1) avoir un niveau suffisant de conscience,

2) être conscient tout le temps,

3) être assez patient que pour appliquer notre conscience à chaque fois que la tentation surgit.

Souvent, on prend la décision de se débarrasser d’une mauvaise habitude, car on se rend compte qu’elle est nocive, et on essaie durant une certaine période ; on se pousse, on se prive, … puis on laisse tomber.

En effet, la méthode « volontaire » est inefficace car la volonté humaine est assez faible & éphémère – sans compter qu’à un certain niveau, on a besoin du « pansement » que constitue ce mauvais comportement.

Seulement, c’est un cercle vicieux : plus on y cède, plus notre estime de soi & spiritualité baissent, & plus on a besoin d’ersatz pour combler ce vide.

La méthode « conscience », elle, demande qu’on se livre à notre mauvaise habitude, mais consciemment, en s’observant, car quand on s’y livre, on dirait que notre corps distrait notre conscience de ce qui est en train de se passer.

Pendant qu’on le fait, il faut donc comment ça nous fait nous sentir ; on sent que ce n’est pas bon, & en même temps, que c’est bon…

Quand on s’observe tout du long, au départ, on jouit de s’y livrer, mais après un certain temps, on remarque que ça nous fait nous sentir mal. Et même après l’avoir fait, on continue à observer nos sensations.

Attention : à aucun moment, il ne faut juger soi-même ou la situation (se dire que c’est mal, …) ! Vous ne savez que trop que se faire honte & se culpabiliser de nos mauvaises habitudes, n’a aucun effet !

Ca, c’est quand l’ego tente de gérer la situation… & il échoue à tous coups, alors que la conscience peut nous faire nous dépasser parce qu’elle provient de plus profond que notre moi.

Il faut éliminer l’ego, ce « petit chef » (celui qui ne sait rien mais veut se mêler de tout) !

Si on réussit à appliquer la méthode de conscience durant plusieurs semaines, on sera devenu tellement conscient de à quel point notre mauvais comportement est absurde & nous fait du mal, qu’on en viendra naturellement à l’abandonner.

Attention : « conscience » ne signifie pas « savoir logique » ! Car tout fumeur, par ex, SAIT que fumer est nocif, mais ça ne l’empêche pas de continuer à le faire.

Savoir une chose n’est qu’un genre de souvenir, tandis que la conscience se passe dans l’ici & maintenant !

Notre cerveau est submergé d’informations sensorielles et, pour ne pas être saturé, a « automatisé » un tas d’activités – par ex, vous êtes arrivé au bureau ce matin, donc, vous avez dû faire la route, mais comme vous la faites chaque jour, il y a de grandes chances que vous ne vous en souveniez pas.

Finalement, on ne fait que peu de choses consciemment… Et voilà une tendance qui nous « fout dedans » en matière de mauvaises habitudes.

Heureusement, la conscience (qui est simplement de l’observation) peut être développée, tout comme un muscle.

Même si la source d’une addiction est un besoin profond, l’observer la fera reculer car cela nous fera apprendre des choses « de l’intérieur » – & non comme une connaissance extérieure, théorique qui, on l’a vu, ne sert à rien.

Etre conscient n’équivaut pas non plus à se faire la leçon ; ceci est du reste, aussi une mauvaise habitude à éliminer !

Et il ne faut pas non plus supprimer nos désirs, tenter de résister à nos envies, essayer de se retenir de se livrer au mauvais comportement ; ça, c’est la recette de l’échec !

Il faut se laisser aller en observant, en ayant confiance que ça marchera, & persévérer dans la méthode, sans tomber dans les pièges décrits ci-dessus.

Notre esprit est un réseau de pensées & de croyances, qui crée notre personnalité & modèle nos comportements.

Il est si vaste & complexe qu’il dépasse nos capacités à le changer & comme il tend à l’homéostasie – maintenir le status quo – il résiste à tout changement. Si l’on confond la conscience avec la pensée, il nous sera donc quasiment impossible d’introduire du changement dans notre vie !

Car on « est » ce système – et donc, vouloir changer ce réseau de croyances via des croyances, ne marche jamais, parce que des pensées ne peuvent changer d’autres pensées.

Seule la conscience le peut, parce qu’elle n’est pas de la pensée, de la croyance, de la connaissance, ni de l’idéologie ; qu’elle se situe en-dehors du réseau de croyances !

Einstein l’a dit : « il est impossible de résoudre un problème au niveau de conscience où il a été créé ».

En élevant notre conscience, par conséquent, le réseau de croyances se restructure de lui-même.

On s’imagine que si on s’acharne, qu’on agit en force sur nos mauvaises habitudes, elles disparaîtront, mais c’est impossible, car ce réseau de croyances est justement le lieu d’où la force provient !

Et donc, tandis qu’une partie de ce réseau de croyance fait tout pour changer, l’autre partie y résiste…

Finalement, chacune des 2 parties s’ajuste pour maintenir l’homéostasie… & rien ne change !

Voilà la source de notre auto-sabotage & pourquoi plus on essaie, moins on réussit !

Choisissez ma méthode, celle où le changement surgira comme un sous-produit de l’élévation de notre conscience & non à coup de volonté, d’efforts, & de privations, en restant dans le « système » qui est fait pour rester indéfiniment dans le même état.

Mais pour ça, il faut accepter de s’abandonner à quelque chose d’au-delà de notre moi…

Tout vrai changement vient d’un alignement sur la Vérité & la réalité. Voilà pourquoi cette façon d’éliminer des habitudes est la seule qui puisse marcher.

La soudaine compréhension ne vient en effet pas de la pensée, mais d’une prise de conscience. On sait maintenant que l’information modifie la structure du cerveau & que la Vérité peut élever la conscience.

Et vous, comment pouvez-vous appliquer cette méthode dans votre vie ?

Les 10 commandements pour changer

Par défaut

papillon lumineux  Beaucoup hésitent à se lancer dans le changement car changer leur paraît une tâche dure, insurmontable – ils croient n’avoir pas la volonté de se lancer dans un processus si long & contraignant – alors, ils  restent coincés dans des habitudes qui leur nuisent ou dans une vie peu épanouissante…

Mais quand on connaît mieux la question, on voit que ce sont des mythes et que changer n’est pas si dur qu’on l’imagine.

Voici les 10 commandements pour activer vos ressources & enfin pouvoir améliorer votre vie !

  1. Bannissez l’idée que la volonté est la base du changement
    Pour se créer un avenir plus heureux, la 1ère étape est de faire comme si la volonté n’existait pas. Oui, changer de comportement sans devoir faire appel à la volonté, est possible ! Quel soulagement, déjà, de savoir ceci, non ?

Sachez que changer est simple si on a la bonne méthode ! Généralement, on ne commence rien et on baisse les bras d’avance parce qu’on croit que changer sera très pénible. Alors qu’en fait, si on possède la bonne méthode, c’est (presque) facile ! On ne se sent plus « perdu », plus comme « une victime impuissante », …  Les bons outils font 100% de différence. Par ex, tenteriez-vous de couper votre pelouse avec un canif ?

  1. Cessez de croire qu’il faut faire des changements radicaux

Changer de vie a l’air terrible parce qu’on croit qu’il faut faire tout de suite d’énormes changements, alors que non ; il faut au contraire procéder par de petites modifications ; rechercher & enchaîner de minuscules succès, l’un à la suite de l’autre … D’ailleurs, on dit ; « les petits ruisseaux font les grandes rivières » ou « Comment mange-t-on un éléphant ? Une bouchée à la fois ». Voilà le secret d’une autre orientation de notre vie : couper une tâche en petits morceaux ou étapes, à atteindre l’une après l’autre..

  1. Changer de contexte

On sait à présent que le contexte est tout, & combien notre environnement façonne nos comportements. Donc, entourez-vous désormais des lieux et des personnes qui font ressortir le meilleur en vous – et vous en constaterez le pouvoir.

Qui vous êtes et ce que vous faites est grandement affecté par où et avec qui vous passez votre temps. Par ex, le sens des mots ou phrases dépend même du contexte ; un même acte ou discours aura un sens différent selon le contexte où vous le faites. Il faut donc choisir pour notre vie, des contextes menant à de bonnes habitudes.
4. Concentrez-vous sur l’action, pas sur l’évitement d’actions

On vise souvent à stopper d’anciens comportements (mauvaises habitudes) au lieu d’en créer de nouveaux ; ce faisant, on se focalise sur le négatif, et donc, on en attire plus dans notre vie. Pour vraiment changer, vous feriez mieux de vous concentrer sur ce que vous voulez, pas ce que vous ne voulez pas.

  1. Rendre un comportement désiré plus facile
    Si par ex, il vous semble trop dur de faire du sport une heure par jour, vous avez tendance à vous blâmer de votre manque de motivation. Alors, décidez de ne faire qu’une seule « pompe » ; cela n’est pas dur et ne demande aucune motivation. Si vous combinez cette règle avec la suivante (la N°6), ça devient intéressant…

Si vous avez besoin d’une motivation complémentaire, vous pouvez lire ces articles :

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/21/mais-mot-magique-pour-changer-de-vie/

http://www.bonheuretamour.com/2015/01/15/motivez-vous-a-changer-de-vie/ ,

http://www.bonheuretamour.com/2014/12/06/une-semaine-pour-changer-de-vie/

  1. Comprenez le pouvoir des déclencheurs
    Tout comportement a besoin d’un mobile (un déclencheur) ; par ex, si on a soif, on boira. Certains déclencheurs bien établis mènent à des actions automatiques… Donc, si on apparie le comportement désiré (qui est en fait la réaction à quelque chose) à un déclencheur choisi, on peut commencer à agir différemment !

Il suffit d’identifier des routines déjà établies dans votre journée et les jumeler avec la nouvelle (facile à faire) habitude que vous voulez. Gros bonus ; votre journée est sûrement déjà pleine de déclencheurs potentiels pour les comportements que vous désirez – à vous de les découvrir…
7. Informez-vous sur l’auto-sabotage

On croit trop souvent (et à tort !) que l’information mène à l’action, mais savoir quelque chose ne signifie pas qu’on appliquera ce savoir – au contraire, la plupart des gens s’auto-sabotent , parce qu’ils se raccrochent au familier (qui leur semble plus facile & plus rassurant) – et ce, même si ce « familier » ne mène qu’au malheur, et si la nouvelle façon d’agir mène au bonheur !

Par conséquent, en apprendre plus sur nos mécanismes inconscients est utile ; à cet effet, lisez les articles suivants ; –Pourquoi le monde va-t-il mal, & nous aussi ? |https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/,

– Clés pour y voir plus clair dans votre vie : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/11/23/cles-pour-voir-plus-clair-dans-votre-vie/ ,

-Cessez de vous faire du mal ;  http://www.bonheuretamour.com/2013/11/24/cessez-de-vous-faire-du-mal/ ,

-Une affaire en or ; l’auto-sabotage : https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/ .

  1. Focalisez-vous sur des comportements concrets
    Il s’agit d’éviter de viser des buts abstraits, pour, à la place, viser des actes concrets. Il faut, par ex, ne pas viser à « être en forme », mais bien « marcher ¼ d’heure aujourd’hui ». Vous savez ce que c’est que faire 15 minutes à pied et que vous êtes capable de le faire. Si vous couplez cela avec un déclencheur existant dans votre vie, vous avez plus de chances de réussir à le faire, alors que la formulation « être en forme », c’est bien trop vague…
  2. Changez un comportement en visant une petite période

Quand on se dit qu’il faudra changer une attitude pour toujours, c’est décourageant, car ça fait paraître la tâche énorme, alors que si ce n’est « que » pour une période fixée d’avance, ça semble faisable. Par ex, imaginez faire quelque chose de positif pour le reste de votre vie, puis imaginez de le faire pendant seulement 5 minutes.

C’est plus facile pendant 5 minutes, non ?  Fixez-vous comme objectif de faire certaines choses positives pour des périodes réalistes ( = des périodes de temps précises, que vous savez être faisables) puis renouvelez ces objectifs s’ils vous conviennent & vous servent.
10. Ayez de bons principes

En effet, des buts égoïstes ou mauvais ne mènent à rien, qu’à plus de misère – d’où l’importance de principes généreux & désintéressés. Il n’y a pas de mal à vouloir la richesse, mais seulement si vous ne la voyez que comme un moyen (un moyen de vous donner plus de sécurité – et donc de pouvoir de faire le bien) et jamais, comme un but en soi. De même, il ne faut pas viser un amour juste pour soi, pour former un « cercle à 2 », égoïste, mort et étouffant, mais viser plus large et plus haut… Cet article me tient particulièrement à coeur pour vous le faire comprendre ; 7 principes pour mener sa vie : https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/05/19/7-principes-pour-mener-sa-vie/

A présent, à vous de jouer !

Méthode d’affirmations de réussite

Par défaut

Chaque jour, durant 21 jours, le plus souvent possible dans la journée, lisez à haute voix, 3 fois, toutes ces affirmations. Vous pouvez écrire l’équivalent des affirmations dans vos propres mots ; chacun de nous a des buts, attentes et ambitions  différents…Demandez simplement, croyez que vous l’obtiendrez, visualisez votre désir, ayez confiance et vous l’aurez…

Ca semble trop beau pour être vrai, mais ça marche – mais vous aurez très dur à « tenir » 21 jours de suite, car il ne faut pas passer une seule journée !
Attention : du 8ème au 13ème jour, vous aurez tendance à douter de l’efficacité de la méthode et à laisser tomber. Si vous oubliez une journée, RECOMMENCEZ. Faites ce programme durant 21 jours ; ça changera votre vie.
1- l’Esprit en moi trouve pour moi, l’énergie et les actes me permettant de réaliser ce que je veux maintenant.
2-Je suis calme, détendu(e), serein(e), décontracté(e) et en pleine possession de tous mes moyens.
3-Je suis totalement en contrôle de moi-même en toutes circonstances et en toutes situations.
4-Je prends sagement les bonnes décisions pour moi-même, ma famille et les personnes que j’aime.
5- Je suis énergique, dynamique et efficace. Chaque jour, je trouve moyen de faire plus et mieux.
6- Je trouve les mots, gestes et actions qui me permettent de convaincre à fond tous mes interlocuteurs.
7-Je fais confiance à la Vie et elle m’apporte beaucoup.
8.- Je suis privilégié(e ) et protégé(e) par le Destin.
9-La Providence divine est sur moi, me soutient et m’offre une part des richesses de la vie.
10.- Je suis heureux(se), de bonne humeur,aimable, souriant(e) et j’aide les autres à le devenir. Je suis le Bonheur.
11.-Je partage et répands autour de moi tout le Bien que je peux.
12.- Je remercie la Force qui m’accompagne et me guide, elle qui me permet d’obtenir tout ce que je demande.