Archives de Tag: malsain

Effets de la torture silencieuse

Par défaut

trait-silencieux

Toute victime de PN sait ce qu’est le « traitement silencieux », ou plutôt, la torture par le silence (j’en parle d’ailleurs ici : http://www.bonheuretamour.com/2014/11/24/pn-torture-silencieuse/).

Mais elle ignore sans doute A QUEL POINT ce comportement du PN est destructeur pour sa santé ! En effet :

– Cela cause des traumatismes émotionnels ou du stress.

Le fait d’être ignoré(e) provoque un tas d’émotions accablantes ; dépression, colère, frustration, …et des sentiments d’isolement, d’agitation, de rejet, de solitude, de désespoir, de culpabilité & de trahison.

Quand notre existence & nos sentiments ne sont pas respectés & sont rejetés, on se sent nul, indigne, insignifiant.

– Cela cause un stress psychologique.

Cette exclusion est un jeu pour le PN, qui l’utilise comme une forme de manipulation psychologique. Avec le roller-coaster émotionnel, cette forme de torture détruit l’estime de soi des victimes & augmente leur niveau de stress, ce qui génère en elle des sentiments de chagrin, de perte, d’abandon. La victime se sent totalement impuissante, car elle n’a aucun contrôle sur la situation. Plus l’ostracisme est long et intense, plus les effets psychologiques sont permanents, surtout chez les enfants.

– Cela peut générer de graves troubles physiques.

Il y a, dans notre cerveau, une zone – le cortex cingulaire antérieur – spécialement conçue pour détecter les niveaux de douleur, et des recherches ont montré qu’il s’active quand quelqu’un reçoit le « traitement silencieux ».

Oui, quand quelqu’un est ignoré, son cerveau lui dit qu’il (ou elle) subit une douleur physique ( !) et cela déclenche tout un tas de symptômes physiques, tels que : maux de tête, diarrhée ou constipation, douleurs d’estomac, insomnie, anxiété, épuisement, …

Mais cet état de stress intense conduit aussi à des risques de santé plus graves, comme des troubles alimentaires, le diabète, de l’hypertension, des maladies cardiaques, des caillots de sang, des troubles urinaires et intestinaux, un dysfonction érectile et le cancer.

– Cela amène des changements de comportement.

La victime éperdue est rongée de doutes ; Qu’est-ce que je fais de mal ? Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? Est-ce quelque chose que j’ai dit, ou pas dit, ou fait, ou pas fait ? Est-ce que j’insiste trop ?

Être ignoré(e) amène la victime à se comporter d’une façon qui ne lui correspond pas ; comme de douter de soi & s’interroger sans cesse sur ses mobiles & comportements, ainsi que sur ceux du PN, ou piquer une crise de rage ou de larmes, penser qu’elle est une emm… qui harcèle son partenaire, qu’elle le dérange, qu’elle est folle ou trop dépendante & collante,  .. Bref, la victime agit non selon son propre caractère, mais en exprimant la folie du PN… qui adore l’amener à ce point de désespoir-là !

Atterrée devant ces comportements dingues & cette perte de maîtrise de soi, la victime est envahie par la honte, le doute de soi, la culpabilité. En fait, ce sont des réactions de combat ou de fuite dus au fait que le cerveau perçoit une menace à sa survie.

Donc, je réitère le conseil final de l’article susmentionné : sauvez-vous !

Publicités

Quand le PN « sadinise »

Par défaut

regard sadique

Quand un être normal constate qu’une relation ne fonctionne pas, il rompt, tout simplement. Mais ce n’est pas ce que fait un pervers narcissique.

Lui (ou elle) ne « jette » son (sa) partenaire que quand il pense (à tort ou à raison) qu’il n’y a plus rien à en tirer. La rupture intervient non pas après des mois ou des années de désaccord & de dysharmonie, mais soudainement, quand le PN passe brusquement de l’idéalisation totale au mépris total. Dénué de sentiments & avide de tourner toutes ses forces vers la pêche à une nouvelle proie, il ne perd pas de temps à l’exprimer avec tact à sa victime.

S’il reste, il va alors « jouer » à des jeux sadiques avec sa proie, d’abord, car ça lui procure une sensation de puissance, et ensuite, si la victime mérite (à ses yeux) d’être punie – c-à-d toutes les fois où elle le frustre ou refuse d’obéir ou de l’admirer, lui fait une scène, proteste contre les maltraitances, l’a quitté, …

Il aime alors jouir de sa douleur, terreur & angoisse.

Ce faisant, il peut aussi déclencher la rage de sa victime, ce qui peut mettre sa vie en danger … mais même ça, il aime ; en effet, ça titille son besoin d’être puni (car, très conscient du mal qu’il inflige à l’autre, il a au fond de lui, un vague besoin d’être puni pour ses crimes) et du reste, tout PN étant mort à l’intérieur, est avide de sensations fortes pour se sentir vivre.

Alors, pour lui, tout vaut mieux que d’être ignoré ; par conséquent, si sa proie n’est pas en train de l’admirer & l’adorer comme il le mérite (!), elle sera en train de le haïr et de l’injurier… Les 2 lui procurent de l’approvisionnement narcissique, de toute façon ! Les 2 le font se sentir génial & tout puissant…

C’est pour ça que, tandis que nous, la victime, sommes en train de pleurer des larmes de sang ou de bouillir de rage & d’indignation, le PN est suprêmement calme et, si on regarde bien, on peut voir une expression de plaisir sur son visage tandis qu’on traverse des abîmes de souffrance…

On pourrait donc aisément confondre les PN avec des sadiques, car les 2 sont dénués d’empathie, égocentriques & rigides, les 2 ont l’art de dégotter des proies, de trouver leurs besoins puis de leur infliger des tortures pour en jouir.

Mais alors qu’un sadique en jouit sexuellement, le PN le fait pour punir &/ou réaffirmer sa grandeur, sa supériorité & son omnipotence.

Les PN emploient divers genres de violences pour briser leurs victimes ; il infiltre ses défenses, se moque d’elle & la critique sans cesse, brise sa confiance en soi, la déconcerte, la déséquilibre, l’avilit & la rabaisse, il envahit son territoire, abuse de sa confiance, épuise ses ressources, blesse ses proches, menace sa sécurité, l’entraîne dans sa paranoïa, la terrorise, la frustre d’amour & de sexe, il l’humilie & l’insulte (en privé et en public), souligne ses faiblesses, …

Très souvent, ces violences sadiques se font subtiles, et sont déguisées en un intérêt feint pour le bien-être de sa victime. Lui, le menteur, ose donner un « avis éclairé », lui, le psychopathe, joue le psy, lui, le mauvais, joue le père aimant ou l’ami ! Cette variante est tout aussi destructrice qu’une violence « ouverte » et plus dangereuse, car moins aisément détectable.

En fait, le PN aime être craint & haï et déteste être aimé ; la plupart d’entre eux sont véritablement drogués au « fix » de puissance absolue qu’ils ressentent en contemplant l’expression d’égarement, de haine, de répulsion, d’horreur ou de terreur sur le visage de leur proie. Il se sent alors comme un dieu cruel, tout-puissant, capricieux et impitoyable, une force de la nature dévastatrice.

Mais aussi (voir + haut), il attend & appelle la punition – qui, dans son esprit malade, est aussi sa justification. En effet, voici son raisonnement tordu : s’il est « persécuté », c’est parce qu’il est unique ; « si je n’étais pas spécial, se dit-il, ils ne me poursuivraient pas ainsi ».

Un PN est en conflit constant avec les «êtres inférieurs» (qu’au fond, il envie) : son (sa) partenaire, son patron, ses collègues, ses voisins, la société dans son ensemble, en sorte qu’il se sent souvent comme un génie parmi des demeurés, à devoir lutter contre la médiocrité de son milieu.

Bien sûr, c’est une projection ; au fond de lui, il sait que c’est lui qui est mauvais, dysfonctionnel, faible, médiocre et, en besoin constant d’approvisionnement narcissique, il est humilié par cette dépendance.

Ce contraste entre ses fantasmes grandioses et la réalité de son être génère une lutte en lui et des sentiments négatifs… dont – comme il ne peut affronter son côté sombre – il devra se débarrasser sur une victime… C’est un cercle vicieux !

Bref, le sadisme des pervers se mêle bien avec ses tendances masochistes & avec sa quête incessante d’approvisionnement narcissique.

Humilier, torturer et terroriser ses victimes prouve son omnipotence, nourrit son faux moi & ses fantasmes de grandeur. La douleur & le désarroi de celles-ci fournissent au PN sa nourriture préférée, tout en générant en ces victimes une rage, annonciatrice de châtiment (attendu) …

L’autonomie des PN n’est donc aussi (comme tout le reste) que faux-semblant ; il refuse farouchement toute dépendance (qui n’est pour lui que faiblesse, donc infériorité) mais en même temps, il ne peut se passer de jouer au dieu cruel, libre de tourmenter une créature (ce qui nécessite la présence d’un(e) autre).

La « créature » n’a pas besoin de lui – au contraire, elle vivrait bien mieux sans ce vampire qui lui suce le sang ! – mais lui, pour « se nourrir » (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ ), ainsi que pour ses petits jeux malsains et autres rituels sataniques, a absolument besoin de l’autre !