Archives de Tag: maladie

Catfish !

Par défaut

fausse-photo ou « Rats & poissons-chats »

Un catfish est quelqu’un qui crée de fausses identités online, principalement pour 2 raisons (qui sont d’ailleurs les 2 grands mobiles de toutes les relations) ; l’argent ou l’amour…

Je laisserai de côté le cas des jeunes Africains qui le font pour de l’argent (ils repèrent des femmes d’âge mûr & se font passer pour des haut gradés militaires américains en mission en Afghanistan), pour ne traiter que des losers (loseuses) gravement dérangés qui font de la tromperie à la relation amoureuse.

Ceux-là « améliorent » leur statut (toujours plus prestigieux que la réalité) &/ou leur apparence (= volent les photos de quelqu’un de bien plus beau qu’eux).

J’ai regardé dernièrement plusieurs épisodes de l’émission « Catfish » de Nev Schulman ; des gens qui font de faux profils sur les réseaux sociaux, pour en piéger d’autres – quelle que soit leur motivation (en général, des « no life » qui s’ennuient ou qui prennent une revanche).

Une étude a révélé que ce sont des menteurs compulsifs, des abuseurs ou abusés, dénués d’estime de soi ou désireux d’agresser, et accros à un rôle, un personnage & à des fantasmes.

Ces gens se créent un faux profil attirant et mènent ensuite leurs victimes en bateau avec d’incroyables mensonges, nourrissant de faux espoirs chez leurs dupes, tout en ayant toujours une « bonne » excuse pour éviter la rencontre en vrai & les conversations en « live »…

Et bien sûr, ça finit toujours par de terribles déceptions & blessures chez les victimes… Pourtant, dans tous les cas, ces « poissons-chats » refusent d’assumer leur imposture. Ils s’excusent platement (« je suis désolé ») et en même temps, se justifient d’avoir commis ces horribles trahisons.

Leur excuse :  « je me sentais si peu sûre de moi » (ou « j’ai vécu une rupture pénible »), « je n’ai jamais voulu te blesser », « ça n’a jamais été mon intention de faire du mal à qui que ce soit ; j’ai seulement voulu fuir mes sentiments négatifs » !

mais bien sûr ! Voilà qui justifie de blesser autrui !

Ils ont un fameux culot d’oser sortir un argument pareil, équivalant à avouer qu’on n’a pas de moralité, qu’on trouve le mensonge acceptable, ainsi que de faire payer à un innocent nos frustrations au lieu de tenter de les gérer honnêtement !

Et les autres – même la victime, souvent – avalent ça et disent ensuite : « il (elle) n’est pas méchant(e) », « ses intentions étaient bonnes… Il a juste vécu des trucs durs » et continuent à lui parler … Comme si c’était normal ou acceptable & comme si une telle mentalité ne prédisait pas de douloureux déboires à l’avenir !

Mais être humain, c’est être « humain », c-à-d que c’est notre devoir d’avoir un compas moral & de ne pas, en cas de souci, se jeter sur un mode de soulagement destructeur ! De ne pas, lorsqu’on a mal, qu’on est frustré ou en colère, et qu’on ne peut s’en prendre à la vie ou à celui qui nous a nui, berner quelqu’un d’autre en se fichant qu’il en souffrira ; en pensant « l’important, c’est que ça me fasse sentir mieux » !

C’est encore l’exemple du gars qui se fait enguirlander par son chef, et qui, le soir, hurle sur sa femme, laquelle crie sur son fils, lequel donne un coup de pied au chien !

Ceci ; le mode de soulagement choisi en cas de stress, est ce qui révèle la valeur d’un être. Et c’est notre devoir en tant qu’humain d’en apprendre le plus possible sur ce monde & sur soi, sur nos mobiles profonds – sinon, il est inévitable qu’on sera contrôlé par notre inconscient & qu’on se jettera sur autrui en cas de souci.

Une expérience sur les rats (dont le génome est à 90% pareil au nôtre) l’a montré ; les chercheurs ont mis un rat dans une boîte dont le sol était électrifié et, de temps à autre, lui envoyaient des doses de courant. Ne pouvant rien y faire, il s’était résigné à devoir souffrir ainsi de temps à autre.

Dans un 2d temps, les hommes ont ajouté une manette permettant au rat d’arrêter l’électricité. Très vite, le rat en a compris l’usage et, dès que le courant était envoyé, il se précipitait sur la manette pour faire stopper son supplice.

Alors, les chercheurs ont ajouté un 2ème rat dans la cage… Là,quand les hommes envoyaient du courant électrique, le 1er rat ne se jetait plus sur la manette, mais sur son compagnon, pour le mordre. Il préférait agresser un autre que de faire cesser la douleur !

On le voit, les humains ont beaucoup de points communs avec le rat..

Bref, même si on tente (parce que ça ne nous arrange pas de ressentir ces sentiments, ou d’être né dans une famille précise, ou d’avoir un caractère donné ou de devoir voir la nature d’un être aimé) de nier ou refouler ces vilains sentiments, ils s’exprimeront, & toujours sous une forme négative, puisqu’ils ne sont pas reconnus & traités.

Les catfish mènent ce jeu malsain durant des années et puis, quand ils se font pincer (car jamais ils ne l’avouent d’eux-mêmes) et que leur mensonge est étalé au grand jour, on a droit aux larmes et au « je suis vraiment désolé(e) » …Ah mais non ! C’est trop facile ! Ils n’avaient qu’à pas commencer par le faire !

Désolés, ils ne le sont que de s’être fait attraper ! On ne peut croire une seule minute qu’ils le soient d’avoir blessé un autre, car si c’était vrai, ils auraient cessé leur jeu malsain & auraient avoué d’eux-mêmes !

Suis-je une sainte, qui n’a jamais ventilé ses frustrations de façon injuste ? Bien sûr que non ; il m’est arrivé de me lâcher & de crier sur mes enfants suite à une frustration. Mais j’en ai tout de suite pris conscience, me suis excusée & ai travaillé à ne plus le refaire.

Les signaux pouvant signaler que vous de parlez pas avec celui (celle) à qui vous croyez parler :

– profil Facebook ; si l’autre a peu de contacts Fb, c’est louche, ainsi que si ses photos sont trop « pro ».

– accidents &/ou maladies graves (d’eux-mêmes ou de leurs proches) : étant des êtres dérangés, les catfish sont des « drama queens » & en plus, ça leur donne une bonne excuse pour ne pas pouvoir vous rencontrer…

job : mannequin ; se dire mannequin, c’est impliquer qu’on est beau (belle). Et si en plus, l’autre prétend avoir un autre job prestigieux… méfiance !

– pas de webcam : l’autre n’a pas de webcam, ou elle est toujours en panne, ou il (elle) refuse de l’employer car il est timide….. Hum ! Pas besoin d’expliquer que ceci est bizarre…

– absence de photos ; si l’autre ne peut vous envoyer tout de suite une photo de lui (d’elle) actuelle – où vous lui demandez de se photographier avec un objet, comme preuve, c’est louche.

En cas de doute, vous pouvez soumettre sur ce site (http://regex.info/exif.cgi) l’URL des images, pour inspection (bien que je n’aie jamais pigé ce que ça révèle exactement), ou poster ses photos sur Google Goggles (une appli smartphone) & voir si elles ne se retrouvent pas ailleurs, sous un nom différent.

Aussi, il faut bien examiner les photos – voir s’il y a une alliance, ou si les lieux, activités, façons de s’habiller, … correspondent à ce que notre correspondant nous dit.
Conclusion : sur le Net, restez toujours vigilant(e) !

Publicités

Proverbes de ma vie

Par défaut

être conscient2 Le bon sens est si rare, que c’est un super-pouvoir !

Toute la matière n’apparaît et n’existe que par la vertu d’une force … Nous devons présumer, derrière cette force, l’existence d’un Esprit conscient et intelligent. Cet Esprit est la matrice de toute matière (Max Planck)

“Prends garde, ne chemine pas avec l’impie, car une telle fréquentation change le rayonnement du cœur en feu de l’enfer” (Baha’u’llah)

Lorsqu’on ne vous recevra pas et qu’on n’écoutera pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville (ou de ce groupe Facebook !) et secouez la poussière de vos pieds.…( Matthieu 10:14,15)

Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent. (Matthieu 7:6)

Il n’y a rien de plus important dans la vie que de s’éveiller et de savoir ce qu’est le but de notre vie ! (E.Tolle)

Hurt people, hurt people (les gens blessés blessent les gens)

La gratitude ouvre la porte à la plénitude de la vie. Elle change ce que l’on a en assez, et plus. Elle change le déni en acceptation, le chaos en ordre, la confusion en clarté. Elle peut changer un repas en festin, une maison en foyer, un étranger en ami. La gratitude donne un sens à notre passé, donne la paix au présent et crée une vision pour demain (M. Beattie)

Soyez l’observateur silencieux de vos pensées et comportement. Vous êtes sous le penseur. Vous êtes le silence sous le bruit mental. Vous êtes l’amour et la joie sous la douleur (E. Tolle)

Pour être heureux en ménage, il faut être un homme de génie marié à une femme tendre et spirituelle ou se trouver (…) tous les 2 excessivement bêtes (H. de Balzac)

Le bonheur n’est pas un concept prêt-à-l’emploi. Il vient de nos propres actions (Dalaï Lama)

Ce n’est que quand un moustique atterrit sur vos testicules, que vous comprenez qu’il y a toujours un moyen de résoudre les problèmes sans utiliser la violence…

Les méchants envient et haïssent ; c’est leur manière d’admirer (V. Hugo)

Le sourire est le système d’éclairage du visage, le système de refroidissement de la tête et le système de chauffage du cœur ()

Seule une vie vécue pour les autres est une vie digne d’être vécue (A. Einstein)

Le monde n’est pas que soleil et arcs-en-ciel. C’est un lieu très méchant et dur et peu importe que tu sois coriace, il te mettra à genoux et le laissera là pour toujours si tu le laisses faire. Toi, ou moi, ou personne, ne te frappera aussi fort que la vie. Mais l’important, ce n’est pas que tu puisses frapper fort, c’est que tu puisses encaisser des coups durs et continuer à avancer. Voilà comment on gagne (S. Stallone)

Surtout, ne vous mentez pas à vous-même. L’homme qui se ment et croit à son propre mensonge, en vient à ne plus pouvoir distinguer sa vérité intérieure, et ainsi, à perdre tout respect pour les autres. Et n’ayant pas de respect, il cesse d’aimer (F. Dostoïevsky)

La force, c’est le courage ; l’intelligence, c’est la foi ; la beauté, c’est l’amour ! (Mme de Girardin)

La Beauté Bénie disait souvent : “il y a 4 qualités que j’aime voir manifestées dans les gens : premièrement, l’enthousiasme et le courage, deuxièmement, un visage auréolé de sourires et une contenance radieuse ; troisièmement, qu’ils voient tout de leurs propres yeux et non par les yeux des autres ; quatrièmement, l’aptitude à mener une tâche, une fois commencée, jusqu’à sa fin. »(Mémoires de Baha’u’llah, compilées par Mr Furutan) (Voici, à mon avis, les qualités à développer en soi & à rechercher chez ceux qu’on rencontre)

La vie n’exige pas de nous qu’on soie ceci ou cela mais elle exige qu’on paie les conséquences de ces diverses attitudes.

D’où vient qu’un boiteux ne nous irrite pas, et un esprit boiteux nous irrite ? A cause qu’un boiteux reconnaît que nous allons droit, et qu’un esprit boiteux dit que c’est nous qui boitons (Pascal)

La vie, c’est ce qui vous arrive pendant que vous faites d’autres plans.

Un jour, j’irai vivre en théorie, car en théorie, tout va toujours bien !

Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous voyez lorsque vous quittez votre but des yeux !

L’union sexuelle est un moment sacré dans lequel une part de Paradis s’écoule sur Terre (J. Redfield)

Ce qui rend les hommes indifférents à leur femme, c’est qu’ils peuvent la voir quand ils veulent (Ovide)

Il y a 2 genres d’humains ; ceux qui visent l’inaccessible étoile de la perfection et travaillent chaque jour à s’améliorer, et ceux qui, ne pouvant ou ne voulant pas faire ceci, sont forcés de trouver une autre source de respect de soi : ceux-là doivent alors trouver d’autres gens ou groupes, ou races, qu’ils étiquettent inférieurs (bêtes, sales, méchants, peu raffinés, etc) à critiquer, pour se sentir bien… (C’est le principe de la bicyclette : rabaisser d’un côté pour remonter de l’autre)

Il n’est pas dur de prendre des décisions lorsque l’on connaît ses valeurs (R. Disney)

Qui s’incline sera redressé, Qui se tient creux sera rempli, Qui subit l’usure se renouvellera (Tao Tö King)

Vous êtes votre propre marraine la bonne fée – alors, ne vous interdisez pas de rêver & écrivez vous-même la happy end de votre histoire (film « Lying to be perfect »)

Cessez de chercher à l’extérieur des miettes de plaisir ou de satisfaction, la validation, la sécurité ou l’amour – vous avez en vous un trésor infiniment plus grand que tout ce que le monde peut offrir (E. Tolle)

Le prix d’une chose est la somme de vie que vous échangez pour l’avoir (H. Thoreau) (=> toujours se demander ce qu’on reçoit en échange du prix qu’on paie, & si ça vaut le coup !)

La mission de votre âme est votre raison d’être, le but de votre vie. C’est votre vocation dans la vie. Qui vous vous sentez appelé à être, ce que vous vous sentez appelé à faire. La mission est une énergie qui vous traverse ; un élan, voix ou passion que vous ne pouvez ignorer. C’est ce que vous savez devoir vivre, dans votre cœur, si vous voulez ressentir la paix intérieure et l’harmonie (Alan Seale)

People don’t care how much you know, until they know how much you care (Th. Roosevelt)

Au-dela de la croyance et de l’incroyance, gît la vaste étendue de l’extase, où le mystique repose sa tête sur le coussin de la Vérité (Rumi)

Au centre de votre être, vous avez la réponse : vous savez qui vous êtes et vous savez ce que vous voulez (Lao Tseu)

A la fin, nous nous rappellerons, non les mots de nos ennemis, mais le silence de nos amis (M.L. King)

Les gens oublieront ce que vous avez dit, ils oublieront ce que vous avez fait, mais ils n’oublieront jamais comment vous les avez fait se sentir (M. Angelou)

Là où les besoins du monde et vos talents se croisent, là est votre vocation (Aristote)

Peu importe combien vous vous pensez cultivé, talentueux, riche ou cool, la façon dont vous traitez les gens, révèle finalement tout. L’intégrité est tout ()

Tout ce que vous désirez se trouve de l’autre côté de la peur (G. Addair)

Atteindre l’équilibre repose en définitive sur avoir du courage. Le courage de faire des choix difficiles, d’exclure d’autres possibilités afin de choisir celle qui vous convient le mieux, de laisser aller la crainte de la désapprobation ou de la déception des autres (Lickerman)

Toute pensée, parole et action consacrée à la Gloire de Dieu et au bien de notre prochain, est une prière (Abdu’l-Baha)

Le courage est ce que la vie exige de nous en échange de la paix (A. Earheart)

N’expliquez jamais, ne vous plaignez jamais.  Vos amis n’en ont pas besoin, et vos ennemis ne vous croiront pas de toute façon (Disraeli)

L’illusion de choisir… de contrôler… C’est de la croyance en cette illusion que naissent les conflits… (M. Beauch)

Je ne discute qu’avec mes égaux. Tous les autres, je leur enseigne (Dr J.H. Clarke)

Je me refuse à discuter avec ceux que je sens, moins que moi, attachés à la vérité.

La haine des faibles n’est pas si dangereuse que leur amitié (Vauvenargues)

Garder de la rancœur contre quelqu’un, c’est comme boire du poison et espérer que l’autre en mourra (N. Mandela) (=> Quand on est fûté, on comprend que si on pardonne, ce n’est pas pour l’autre, mais pour soi !)

Le faible ne peut pardonner. Pardonner appartient aux forts (Gandhi) (c’est ainsi parce que là, il faut aller de l’avant – le faible préfère rester sur place et se donner ça comme excuse pour ne pas avancer)

Il y a 2 erreurs qu’on peut commettre sur la voie de la vérité. Ne pas aller jusqu’ au bout et ne pas commencer (Bouddha)

Peu importe que quelqu’un soit fort occupé ; s’il vous aime, il trouvera le moyen de vous faire une place dans sa vie

Love triangles are wrecktangles !

Les sujets les plus difficiles peuvent être expliqués à l’homme qui a l’esprit le plus lent s’il ne s’en est pas déjà formé une idée ; mais la chose la plus simple ne peut être explicitée à l’homme le plus intelligent s’il est fermement persuadé qu’il sait déjà, sans l’ombre d’un doute, ce qu’on lui présente (L. Tolstoï)

La sagesse n’est pas dans la raison, mais dans l’amour (A. Gide)

Ecoute ton coeur. Il connaît toute chose, parce qu’il vient de l’Âme du Monde, et qu’un jour il y retournera (P. Coelho)

Comme pour la guerre, il n’y a qu’une seule façon de bien faire l’amour : la sale ! (B. de Laat)

Ne vis pas pour que ta présence se remarque, mais pour que ton absence se ressente  (Bob Marley)

Nous devons être avant de pouvoir faire, et nous ne pouvons faire qu’à la mesure de ce que nous sommes, et ce que nous sommes dépend de ce que nous pensons (Ch. Haanel)

Si vous n’êtes pas en train de faire ce que vous aimez, vous êtes en train de perdre votre temps (B. Joël)

Au centre de votre être, vous avez la réponse : vous savez qui vous êtes et vous savez ce que vous voulez (Lao Tseu)

Quand la vie est douce, dis merci et réjouis-toi.  Quand la vie est amère, dis merci et grandis (Shauna Niequist)

L’expérience, ce n’est pas ce qui arrive à quelqu’un, c’est ce que quelqu’un fait avec ce qui lui arrive (A. Huxley)

Si un ciel trop gris t’attriste, lève les yeux et tu verras qu’au-dessus des nuages, il y a toujours le soleil (A. Ayache)

Notre corps nu ne devrait appartenir qu’à ceux qui tombent amoureux de notre âme nue (Ch. Chaplin)

C’est une bonne chose que je sois autodidacte ; ça m’empêche de suivre bêtement les traditions (Bill Granger)

Votre Temps est limité, ne le gâchez pas en menant une Existence qui n’est pas la Vôtre. (Steve Jobs)

Les donneurs doivent poser des limites, car les preneurs le font rarement (I. Kurtz)

Les Lois de Dieu ne sont pas l’imposition d’une volonté ou d’un pouvoir, ou d’un  plaisir, mais les solutions de la vérité, la raison et la justice (Abdu’l-Baha)

L’ignorance pénible qui aveugle l’athée est un grand malheur pour son âme, en qui s’éteint le plus brillant et le plus puissant de ses yeux, l’idée de Dieu (Plutarque)

Soyez silencieux, seule la Main de Dieu peut ôter les fardeaux de votre coeur (Rumi)

L’imbécile, c’est celui qui raisonne là où il doit sentir (L. Pauwels)

Normal n’est rien de plus qu’un cycle sur une machine à laver ( Whoopi Goldberg)

Crains l’imprécation de l’opprimé, car entre elle et Dieu ne s’interpose aucun voile (Kur’an)

Quand vous ne savez pas qui vous êtes vraiment, peu importe quel âge vous avez, vous n’êtes qu’un enfant (N. Maharaj)

On ne mène pas boire un âne qui n’a pas soif !  (Donc, le tout est de lui “donner soif” !)

Dieu est le nom de la conscience des hommes. Lorsque la foi s’éloigne, la morale s’égare (R. Guilleaumes)

Le secret d’une vie heureuse est de donner à Dieu la 1ère part de notre journée, la 1ère priorité dans chaque décision et la 1ère place dans notre cœur.

Un mari qui écoute sa femme et lui donne ce qu’elle désire, fait un bon calcul (D. Scott)

Les gens les plus sages font toujours les folies les plus graves (C. Jasmin)

Bonheur est le nom public de sérénité !

Le monde t’appartient… ; si tu es prêt à te lever le matin & à travailler pour l’obtenir !

Tourne ton visage vers le soleil, et l’ombre tombera derrière toi (proverbe maori)

Les battants sont toujours en quête d’occasions d’aider les autres. Les ratés sont toujours en train de demander : « quel est mon profit là-dedans ? »

Je n’attends jamais l’inspiration. On n’accomplit rien si on fait cela. Votre esprit doit savoir qu’il doit se mettre au travail (P. Buck)

Rien de blesse une âme bonne et un cœur gentil, plus que de vivre au milieu de gens qui ne comprennent pas cela (Ali Ibn Abi Talib)

Nous ne sommes pas en prière tant que nous faisons du bruit avec nous-même (Sylvie Germain)

Quand vous pardonnez, vous ne changez pas le passé, vous changez le futur !

La vitalité dépend directement de la vivacité de la vision ! (Dr J. Demartini)

Les 4 commandements de la femme : aie l’air d’une pute, agis comme une dame, pense comme un homme, travaille comme un boss (M. Monroe)

Ce que disent les intelligents semble toujours ridicule aux crétins mal informés & dépourvus de sens commun (B. de Laat)

N’oubliez jamais les 3 puissantes ressources qui vous sont toujours disponibles : l’amour, la prière et le pardon.

Le bonheur est un papillon qui, quand il est poursuivi, est toujours juste hors de portée, mais qui, si l’on s’assied calmement, peut se poser sur nous (N. Hawthorne)

C’est la vérité, et non les rêves, qui est votre seule sécurité (Osho)

La société pardonne parfois au criminel, jamais elle ne pardonne au rêveur (O. Wilde)

Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage (Périclès)

L’inverse de l’amour n’est pas la haine, c’est l’indifférence. L’inverse de l’art n’est pas la laideur, c’est l’indifférence. L’inverse de la foi n’est pas l’hérésie, c’est l’indifférence. L’inverse de la vie n’est pas la mort, c’est l’indifférence.  A cause de l’indifférence, on meurt avant de mourir vraiment (E. Wiesel)

Ne cherchez pas le paradis en l’enfer dans le futur. Les 2 sont présents maintenant. A chaque fois que l’on fait en sorte d’aimer sans attentes, calculs, négociations, nous sommes vraiment au paradis. A chaque fois que l’on se dispute, hait, on est en enfer (Shams Tabrizi)

Un oiseau assis sur un arbre n’a jamais peur que la branche casse, parce que sa confiance n’est pas dans la branche, mais dans ses propres ailes. Croyez toujours en vous-même !

L’union sexuelle est un moment sacré dans lequel une part de Paradis s’écoule sur Terre (J. Redfield)

Ce qui rend les hommes indifférents à leur femme, c’est qu’ils peuvent la voir quand ils veulent (Ovide)

Il y a 4 genres de gens : 1 – ceux qui savent & qui savent qu’ils savent, 2 – ceux qui savent & qui ne savent pas qu’ils savent, 3 – ceux qui ne savent pas & savent qu’ils ne savent pas, 4 – ceux qui ne savent pas & qui ne savent pas qu’ils ne savent pas.=> RESTEZ BIEN A DISTANCE DE CES DERNIERS !

Notre plus grand défi, dans cette vie, est d’abord de découvrir qui on est, puis de vivre d’une manière qui l’honore.

Lavez la poussière de votre âme et de votre coeur avec l’eau de la sagesse (Rumi)

Moi, avec un instinct plus profond, je choisis un homme qui assujettit ma force, qui place d’énormes exigences sur moi, qui ne doute pas de mon courage ou de ma dureté, qui ne me croit pas naïve ou innocente, qui a le courage de me traiter comme une femme (Anaïs Nin)

La plupart des gens ne voient pas leurs croyances. Au lieu de ça, leurs croyances leur disent quoi voir.  Voilà la simple différence entre une vision claire ou floue (M. Kahn)

La plus grande découverte de notre génération a été de s’apercevoir qu’un homme peut changer sa vie en modifiant sa façon de penser (Williams James)

Goûtons la vie. Nous aurons beaucoup vécu si nous avons beaucoup senti (A. France)

On ne consent pas à ramer quand une force intérieure nous pousse à voler (H. Keller)

Si un gars vous veut pour votre poitrine, vos cuisses, et vos jambes, envoyez-le chez KFC. Vous êtes une dame, pas un repas bon marché !

Etre considéré comme fou par ceux qui sont encore victimes du conditionnement culturel, est un compliment (J. Horston)

Une chose merveilleuse se produit lorsque vous  devenez honnête avec vous-même, et commencez à faire ce que vous aimez, ce qui vous rend heureux.  Votre vie se ralentit littéralement. Vous cessez d’espérer le week-end. Vous cessez tout simplement d’attendre languissamment la survenue d’événements spéciaux. Vous commencez à ressentir chaque moment et vous commencez à vous sentir un être humain. Vous chevauchez la vague qui est la vie, avec ce sentiment de satisfaction et de joie. Vous évoluez dans la fluidité, la sérénité, le calme et la gratitude. Un voile a été soulevé et une toute nouvelle vision des choses est apparue.

Qu’est-ce qu’apprendre à être, sinon apprendre à changer, à rompre courageusement avec le confort et le conformisme où l’on était installé comme chez soi ? Apprendre vraiment, c’est toujours désapprendre, pour rompre avec ce qui nous bloque, nous enferme et nous aliène (O. Reboul)

Vous n’êtes pas séparé du tout. Vous ne faites qu’un avec le soleil, la terre, l’air. Vous n’avez pas une vie. Vous êtes la vie (E. Tolle)

Il n’est pas d’autre mort que le manque d’amour.

On doit regarder plus profondément, bien au-dessous de la colère, la douleur, la haine, la jalousie, la pitié de soi, bien plus profond, où résident les rêves, fils. Trouve ton rêve. C’est la poursuite des rêves qui nous guérit (Billy Mills)

Via le moment présent, vous avez accès au pouvoir même de la vie (E. Tolle)

L’un des secrets de la paix intérieure est la pratique de la compassion (Dalai Lama)

Vos talents ne sont pas pour vous. Mener n’est pas pour vous. Votre but n’est pas pour vous. Une vie pleine de sens est destinée à servir ceux qui ont besoin de vos talents, de votre guidance, de votre but (K. Hall)

Une vie qui a du sens, cela ne consiste pas à être riche, à être populaire, à être diplômé, ou à être parfait… Cela consiste à être vrai, être humble, être fort, et être capable de se donner et de toucher la vie d’autrui… Ce n’est qu’alors que l’on peut avoir une vie pleine, heureuse et épanouie (Mar Razalan)

Une relation ne vaut que selon comment elle vous fait vous sentir (Dr Phil Mc Graw)

Ce n’est pas une preuve de bonne santé mentale que d’être bien adapté dans une société profondément malade (Krishnamurti)

Ce qui ne n’exprime pas, s’imprime (O. Clerc)

La chose la plus difficile est la décision d’agir, le reste n’est que de la ténacité (A. Earhart)

Plus on dit merci, plus on a de raisons de dire merci.

Soyez meilleur, vous serez plus heureux. Ceci est la meilleure leçon de morale, car elle est basée sur l’intérêt ! (Duc de Lévis-Mirepoix)

Rejetez tout ce qui n’est pas utile, amusant ou beau.

Les choses essentielles du bonheur sont : quelque chose à faire, quelque chose à aimer et quelque chose à espérer (A.K. Chalmers)

Vérité, amour et pouvoir.  Voici nos guides, via tous les défis de la vie humaine (S. Pavlina) (La sainteté, c’est le détachement (oubli de soi & de l’ego) & une sagesse supérieure, n’ayant rien à voir avec la « sagesse » ou le bon sens « terrien ». Et comme « le péché, c’est de ne pas faire ce qu’il faut au moment où il faut », c’est l’Intelligence – = être parfaitement aligné(e) sur cette Intelligence qui a créé & meut tout l’Univers – qui est sainte. Donc, la sainteté repose sur ces 3 piliers ; Amour, Pouvoir & Vérité)

La véritable intelligence repose sur l’amour : ce que souvent les matérialistes prennent pour de l’intelligence, n’est que la peur habillée de grandes idées. Cette sorte d’intelligence est malfaisante et sans joie.

Ne perdez pas votre temps avec des explications : les gens entendent ce qu’ils veulent bien entendre (P. Coelho)

Il n’y a rien qui soit arrivé dans le passé, qui puisse vous empêcher d’être (dans le) présent maintenant (E. Tolle)

Citations de Scott Peck

Par défaut

Scott Peck-La plupart ne voient pas entièrement cette vérité que la vie est difficile. La vie est difficile. Ceci est une grande vérité, une des plus grandes vérités. 1. C’est une grande vérité car une fois que nous voyons vraiment cette vérité, nous la transcendons. Une fois que nous savons vraiment que la vie est difficile, une fois que nous le comprenons et l’acceptons vraiment, la vie n’est plus difficile. Parce qu’une fois que c’est accepté, le fait que la vie est difficile n’a plus d’importance.

-Un véritable amoureux non seulement respecte l’individualité de l’autre, mais il la cultive, même au risque de la séparation ou de la perte. Le but ultime de la vie reste la croissance spirituelle de l’individu, le voyage solitaire vers les sommets, qui peut être escaladé que seul.

-Il n’y a pas de vertu inhérente à la souffrance non-constructive.

-L’acte d’aimer est un acte d’auto-évolution, même lorsque l’objet de cet acte est la croissance de quelqu’un d’autre.

-Nous ne pouvons pas être une source de force à moins que nous ne cultivions notre propre force.

-Si quelqu’un est déterminé à ne pas risquer la douleur, alors une telle personne devra se passer de beaucoup de choses: […] de tout ce qui rend la vie vivante, significative et importante.

-Retarder la gratification est un processus de planification de la douleur et du plaisir de la vie, de façon à augmenter le plaisir de la vie en rencontrant et éprouvant la douleur d’abord et (ainsi) en s’en débarrassant. C’est la seule façon décente de vivre.

-Jusqu’à ce que vous vous appréciiez vous-même, vous n’estimerez pas assez la valeur de votre temps. Et jusqu’à ce que vous appréciiez votre temps, vous n’en ferez rien (= vous le perdrez).

-Les êtres spirituellement évolués, par la vertu de leur discipline, maîtrise et amour, sont des gens de compétence extraordinaire, et dans leur compétence, ils sont appelés à servir le monde, et dans leur amour, ils répondent à l’appel.

-Des conjoints aimants doivent constamment se confronter à l’autre s’ils veulent que leur relation conjugale promeuve la croissance spirituelle des partenaires. Aucun mariage ne peut être jugé véritablement réussi si le mari et la femme ne sont pas chacun le meilleur critique de l’autre.

-Il est essentiel que les thérapeutes arrivent à cette connaissance, parce que la vision du monde des patients est toujours une part essentielle de leurs problèmes, et une correction de leur vision du monde est nécessaire à leur guérison. Alors je dis à ceux que je supervise : « Connaissez la religion de vos patients, même s’ils vous assurent qu’ils n’en ont aucune ».

-Il a été suggéré que l’absence d’amour est la principale cause de la maladie mentale et que la présence de l’amour est donc l’élément de guérison essentiel dans la psychothérapie.

-Les névrosés pourrissent leur propre vie ; ceux qui ont des troubles de caractère pourrissent la vie des autres. Le névrosé assume trop de responsabilités ; la personne souffrant d’un trouble de caractère, pas assez.

-La discipline est l’ensemble d’outils de base dont nous avons besoin pour résoudre les problèmes de la vie. Sans discipline, nous ne pouvons rien résoudre. Avec seulement un peu de discipline, nous ne pouvons résoudre que certains problèmes. Avec une discipline totale, nous pouvons résoudre tous les problèmes.

-Aucun problème ne peut être résolu jusqu’à ce qu’un individu assume la responsabilité de le résoudre.

-Bien que toutes les peurs ne soient pas de la paresse, la peur est exactement cela. Une grande partie de notre peur est la peur d’un changement dans le statu quo, la crainte que nous pourrions perdre ce que nous avons si nous nous aventurons plus loin que là où nous sommes maintenant.

-La paresse est le contraire de l’amour. L’amour est l’antithèse de la paresse. La paresse ordinaire est un échec passif de pouvoir aimer. Certaines personnes paresseuses ne lèreraient pas le petit doigt pour se prolonger, à moins d’y être forcés. Leur être est une manifestation de non-amour ; mais ils ne sont pas mauvais.

-Je sais que moi et toute personne mentalement défectueuse peut résoudre n’importe quel problème si nous acceptons de prendre le temps de le faire.

-Les mauvaises personnes détestent la lumière parce qu’elle les révèle à eux-mêmes. Ils détestent la bonté, car elle révèle leur méchanceté; ils détestent l’amour parce qu’il révèle leur paresse. Ils font tout pour détruire la lumière, la bonté, l’amour afin d’éviter la douleur d’une telle conscience de soi.

-Les meilleurs décideurs sont ceux qui sont prêts à souffrir le plus pour leurs décisions, mais tout en conservant leur capacité à décider.

-Toujours, l’amour exige du courage et comporte des risques.

-Mais quant aux questions de sens, de but de la vie et de mort, des informations de seconde main ne font pas l’affaire. Je ne peux pas survivre avec une foi de seconde main en un Dieu de seconde main. Il doit y avoir un mot personnel, une confrontation unique, si je veux en sortir vivant.

-Le moi sain doit toujours être sur ses gardes contre la paresse du moi malade qui reste tapi au fond de nous.

-Il y en a 4 (actes de santé mentale) : retarder la gratification, accepter la responsabilité, se dévouer à la vérité, et l’équilibre. Il est clair que ce ne sont pas des outils complexes dont l’application exige une formation approfondie. Au contraire, ce sont des outils simples, (…)

-Le Mal alors, pour le moment, est la force, résidant soit à l’intérieur ou à l’extérieur des êtres humains, qui cherche à tuer la vie ou la vivacité. Et la bonté est son contraire. La bonté est ce qui favorise la vie et la vivacité.

-Deux personnes s’aiment seulement si elles sont tout à fait capables de vivre sans l’autre, mais choisissent de vivre avec l’autre.

-Il n’y a pas de pire amertume que d’atteindre la fin de votre vie et de réaliser que vous n’avez pas vécu.

-Le but global de la communication humaine est – ou devrait être – la réconciliation. Elle devrait servir à réduire ou supprimer les murs d’incompréhension qui nous séparent indûment, nous, êtres humains, des autres.

-Je définis l’amour ainsi : La volonté d’étendre son moi dans le but de nourrir sa propre croissance spirituelle, ou celle d’autrui.

-Il y a vraiment des gens et des institutions composées de personnes, qui répondent à la haine en présence de Dieu et qui détruisent la bonté dans la mesure où il est en leur pouvoir de le faire. Ils ne le font pas avec une malice consciente, mais aveuglément, manquant de la conscience de leur propre mal – et en fait, cherchant à éviter une telle prise de conscience.

-Pour toute chose d’importance, il y a plusieurs raisons.

-La vérité est que nos plus beaux moments sont les plus susceptibles de se produire quand nous nous sentons profondément mal à l’aise, malheureux ou insatisfaits. Car c’est seulement dans ces moments-là, propulsé par notre malaise, que nous sommes susceptibles de sortir de nos ornières et de commencer à chercher des façons de faire différentes ou des réponses plus vraies.
-Quand nous évitons la souffrance légitime qui résulte de traiter les problèmes, nous évitons aussi la croissance que les problèmes exigent de nous. C’est pour cela que dans la maladie mentale chronique, nous cessons de croître & devenons coincés. Et sans la guérison, l’esprit humain commence à se ratatiner.

-Une vie pleine sera pleine de douleur. Mais la seule alternative est de ne pas vivre pleinement ou ne pas vivre du tout.

-Les symptômes désagréables de la maladie mentale servent à informer les gens qu’ils ont pris le mauvais chemin, que leur esprit ne se développe pas et qu’ils sont en grave danger.

-Durant toute notre vie, nous devons continuellement évaluer et réévaluer où sont nos responsabilités dans la course toujours changeante des événements.

-L’amour est un acte de volonté – à savoir, à la fois une intention et une action. La volonté implique aussi le choix. Nous ne devons pas aimer. Nous choisissons d’aimer.

-Au lieu d’être la maladie, les symptômes sont le début de sa guérison. Le fait qu’ils soient indésirables les rend d’autant plus un phénomène de la grâce, un don de Dieu, un message de l’inconscient, si vous voulez, pour initier l’auto-examen et la réparation.

-Si nous savons exactement où nous allons, comment y arriver, et ce que nous allons voir le long du chemin, nous n’apprendrons rien du tout.

La vaporisation vaginale

Par défaut

aine féminineUne nouvelle tendance populaire aux États-Unis est la vaporisation vaginale, destinée à traiter une variété de problèmes de santé. Cette méthode fut  utilisée dans la médecine antique pendant des siècles & est connue sous le nom «chai-yok» en Corée et « Bajos »en Amérique centrale et du Sud.

C’est en fait comme un médicament à base de plantes pour le vagin.
Généralement, elle est faite un jour ou 2 après les règles pour désintoxiquer & traiter les déséquilibres dans le vagin, l’utérus et le col de l’utérus.

La vaporisation vaginale soulage aussi l’anxiété chez les femmes ainsi que plusieurs autres problèmes de santé ; règles irrégulières & douloureuses, kystes vaginaux, infertilité, infections à levures (« Candida ») des reins et de la vessie, hémorroïdes, fibromes utérins, cicatrices de l’accouchement, d’une hystérectomie ou laparoscopie.
Dans la médecine chinoise, la méthode est utilisée pour soulager la stagnation et la froideur dans le corps, et dans la médecine orientale, elle est utilisée pour dilater les vaisseaux sanguins, augmenter la circulation sanguine, augmenter l’oxygénation et détendre les muscles du plancher pelvien.
Selon le type de plantes utilisées, la vaporisation vaginale améliorera divers problèmes de santé. Les herbes les plus couramment utilisées sont l’armoise, le basilic, le calendula, l’origan, la racine de guimauve, l’absinthe et le romarin.
Le meilleur moment pour faire une vaporisation vaginale est après les règles, & il est déconseillé d’en faire pendant les règles ou si l’on pense pouvoir être enceinte.

Il est évidemment crucial de bien vous informer sur les plantes que vous utilisez et d’éviter celles auxquelles vous êtes allergique ou  qui pourraient interférer avec un trouble ou un médicament que vous prenez déjà ; souvenez-vous que ce n’est pas parce que c’est une plante, que c’est sans danger !

Par conséquent, en cas de doute, consultez un herboriste, un médecin ou un pharmacien. Et n’utilisez que des plantes bio, pour éviter toute exposition aux pesticides.

Evitez également les huiles essentielles, car elles peuvent être trop puissantes – or la zone vaginale est une muqueuse, c-à-d très sensible.
Comment procéder ?

Après avoir déterminé les meilleures plantes à utiliser, faites bouillir environ 1,5 litre d’eau, puis coupez le feu et jetez-y  1 poignée (ou 2/3 de tasse) de vos herbes fraîches et /ou séchées (ne pas les ajouter pendant que l’eau est encore bouillante ; cela réduit l’efficacité des herbes).
Laissez infuser les herbes durant 10 minutes, puis versez la moitié du contenu dans un bol.

Il faut alors s’asseoir sur une chaise percée ou, si vous n’en avez pas, s’accroupir au-dessus du bol.

Afin de maximiser la vapeur, enroulez autour de votre taille une grande serviette ou une couverture et formez une tente autour de la cuvette – en sorte que la vapeur s’élève jusque dans l’orifice vaginal.

Restez ainsi de 20 à 45 minutes, et ne vous placez pas trop près pour ne pas brûler ou irriter la muqueuse vaginale.

Les 4 règles du bonheur en couple

Par défaut

MP900382690[1]Beaucoup de gens se mettent en couple alors qu’ils ignorent totalement les lois pour avoir une union solide et heureuse. J’avais déjà détaillé ces règles dans cet article (http://bonheuretamour.com/choix-du-conjoint-les-regles-de-lunion/ ), mais il était un peu longuet, et traitait d’autres points, alors, j’aimerais ici me concentrer seulement sur ces lois de l’union. Les voici :

– la loi du soin (combler les besoins émotionnels principaux de l’autre),

– la loi de protection (évitez d’être une cause de souffrance pour l’autre),

– la loi du temps (planifiez du temps pour être ensemble et vous accorder votre attention exclusive)

– la loi d’honnêteté (soyez totalement honnêtes l’un avec l’autre).

Revoyons ces 4 règles en détail ;

1. Protection (éviter d’être pour l’autre une source de peine) :

Pour vous aimer l’un l’autre, vous devez remplir vos « comptes d’amour » respectifs de beaucoup de points d’amour. Mais avant cela, vous devez vous assurer qu’il n’y a pas de « retraits » sur ce compte d’amour. En effet, ce n’est pas la peine de déposer des « points » d’un côté s’ils s’écoulent d’un autre !

Vous éviterez ces “fuites” en vous efforçant de ne jamais gêner ou blesser votre partenaire, et éviter les tue-l’amour à tout prix ; c-à-d les scènes, exigences, jugements irrespectueux, comportements agaçants et la malhonnêteté.

Ensuite, vous pouvez passer à la loi d’accord conjoint (c-à-d que toute décision sera prise à 2, et seulement si elle enthousiasme les 2 partenaires), qui vous protège contre toute décision blessante ou égoïste de la part de l’autre – comme une liaison extraconjugale, par exemple.

Cette loi est donc bien adaptée pour solidifier le couple ; elle nous fait comprendre que tout ce que nous faisons de mal envers l’autre, n’est pas permis, même si ça nous procure du plaisir.

2. Soin (combler les principaux besoins émotionnels de l’autre) :

Combler les besoins de l’autre est un excellent moyen de déposer des points d’amour sur le compte de l’autre (à propos de ce compte d’amour, voir http://bonheuretamour.com/lamour-est-comme-un-compte-en-banque/  ).

Si notre conjoint ne le fait pas pour nous, on devient frustré et on tente de se satisfaire ailleurs – ce qui cause pas mal de liaisons !

Parfois, un époux doit apprendre à combler un besoin où il n’est pas très fort : par ex, pour un homme, apprendre à montrer son affection, ou pour une femme, devenir une bonne amante (sexe).  Il lui suffit de faire un plan et d’accepter de le suivre jusqu’à ce que l’on devienne un expert.

Du moment que votre époux accepte de suivre cette règle de soin et s’occupe en priorité à remplir désormais vos besoins, il ne doit plus craindre une infidélité de votre part – car il engrangera plein de points d’amour et vous l’aimerez à nouveau.

Personnellement, je trouve qu’après avoir été trompée, une femme a son estime de soi détruite, elle est très déprimée et ne croit plus en rien (confiance en miettes)- de plus, elle a une rage envers son époux infidèle : dans ces conditions, elle ne peut avoir envie de lui – et l’obliger à coucher avec lui pour qu’il n’aille pas se satisfaire ailleurs, est une prostitution.

Donc, zut ! Il a choisi de tromper, il choisit (s’il veut garder son couple) de ne plus pouvoir « le » faire avec sa femme durant des semaines ou même des mois – sinon, il aura une fois de plus le beurre et l’argent du beurre !

3: Temps (donner à son partenaire une attention exclusive)

Sans minimum 15 h par semaine d’attention exclusive (= rien qu’à 2, et chacun ne s’occupant que de l’autre), on ne peut pas remplir les besoins de son conjoint et lui les vôtres – même si chacun connaît les besoins de l’autre et accepte de les remplir.

Planifiez à 2 – et minimum 15 jours à l’avance – votre horaire d’attention exclusive ; c-à-d les 15 h/semaine où vous vous donnerez affection, conversation, compagnie divertissante, et satisfaction sexuelle. Si vous ne vous réservez pas cette période de temps, vos bonnes intentions ne pourront devenir réalité.

Et comme quasiment tout ce que l’on fait doit être planifié, sous peine de ne pas être fait, il faut prendre ½ h chaque semaine (disons, le dimanche de 15 h  à 15 h 30) pour planifier du temps ensemble pour la semaine qui vient – tâchez que le temps passé à 2 (rien qu’à 2) se monte à au moins 1 h/jour ; en effet, si vous gardez toutes les heures ensemble pour le week-end, ça durera trop d’heures à la suite que pour pouvoir vous accorder une attention exclusive.

Ensuite, chaque partenaire doit noter ce programme dans son agenda, avant toute autre activité ; c-à-d que ce temps d’attention exclusive à 2, a la priorité sur tout le reste, et que tout ce reste (dodo, télé, sport, bricolage, sortie entre amis, …), sauf le travail et le soin aux enfants, doit être inscrit ENSUITE dans l’agenda.

Je suggère – une fois un horaire trouvé – de le garder semaine après semaine ; c’est plus facile à retenir.

Essayez – s’il se peut – de vous voir quand vous êtes plein d’énergie – et pas super-fatigués.

4. Honnêteté (être totalement honnête avec l’autre)

La loi d’honnêteté radicale dit bien ce qu’elle veut dire : il faut TOUT dire à son conjoint. Sans cela, ce qui fonde vraiment le couple, c-à-d une vraie et chaude intimité, ne peut se bâtir, car sans cela, il n’y a pas moyen de se découvrir et de combler les besoins de chacun… (à ce propos, voir : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/14/couple-faut-il-tout-se-dire/ .

L’honnêteté vous aidera à solutionner vos soucis et vous rapprochera de votre partenaire, en sorte que vous deviendrez vraiment des âmes-sœurs.  Cette vertu fait partie des précautions extraordinaires au début, puis devient un standard de vie : vous et votre partenaire communiquerez toujours franchement et ouvertement. Ainsi, pas moyen d’avoir une liaison.

Vous avouez à l’autre vos sentiments, vos envies, vos intentions, et vos problèmes avec lui (elle), ce qui le protège, lui et le couple.

Faites attention à ne pas laisser les tue-l’amour (voir point 1) ruiner votre relation : dès que vous en détectez un, signalez-le et faites effort pour ne pas y tomber vous-même ; dites-le sans critique, colère ou exigences.

Ces règles peuvent mener une relation au mariage, mais, avant cet événement, vous n’êtes pas obligés de les suivre – puisque vous ne vous êtes encore rien promis.

Bien sûr, votre souci, c’est que votre bien-aimé(e) suive ces règles après le mariage; sinon, vous aurez fait une erreur en l’épousant.  S’il n’en respecte aucune avant le mariage, c’est mal parti ; ce sera pire après ! Ou alors, cela indique qu’il n’a aucune intention sérieuse à votre égard. Dans les 2 cas, c’est mauvais : soit il ne fait que profiter de vous sans intention de s’engager, soit, vous serez uni(e) à quelqu’un qui vous maltraitera.

C’est à vous de montrer (et de prouver !) que vous exigez plus d’une relation et donnez aux êtres que vous fréquentez des infos sur comment ils peuvent combler vos besoins. Et, s’il s’y refuse, rompez : « mieux vaut être seul que mal accompagné » !  Je vous rappelle que le stress est cause de 90% des maladies et accidents ; et qu’une mauvaise relation nuit plus à la santé et à la survie que l’abus d’alcool, de tabac, l’obésité et le manque d’exercice REUNIS !