Archives de Tag: maladie mentale

Le PN & son « masque de normalité »

Par défaut

Psychopathe

Cet article est traduit de cet excellent article sur la question : http://psychopathyawareness.wordpress.com/2011/01/19/how-do-psychopaths-construct-their-mask-of-sanity/

Le premier livre important sur ​​la psychopathie était celui de Hervey Cleckley ; le révolutionnaire « The Mask of Sanity ». Voici ce que dit Cleckley a sur chaque symptôme majeur de ce trouble de la personnalité dangereuse.

Ce qui est le plus frappant chez les psychopathes, par opposition à d’autres personnes souffrant de troubles ou de dérangements, c’est la façon dont ils se fondent dans le reste de la société, dont ils utilisent, dupent et nuisent à d’autres êtres humains. Leur faconde et leur charme, ainsi que leur incroyable capacité à mentir de façon convaincante, les rend parfaits comme loups en vêtements de brebis.

Cleckley observe: «Le plus souvent, le psychopathe typique semble particulièrement agréable et fait une impression nettement positive lorsqu’on le rencontre.  Alerte et convivial dans son attitude, il a facile à parler et semble avoir un bon nombre d’intérêts réels. Il n’y a rien du tout  de bizarre ou d’étrange à son sujet, et à tous égards, il tend à incarner le concept d’une personne heureuse bien ajustée .

(…) Il ressemble à  un être gentil, simple et franc ». (The Mask of Sanity, 339)
(…) Non seulement les psychopathes ont tendance à être extrêmement charismatiques, mais ils peuvent aussi sembler être des individus hautement rationnels. Ils parlent généralement d’une manière qui montre du bon sens et un bon jugement. «Très souvent, les indications de bon sens et de raisonnement solide seront montrés et on est susceptible de sentir, peu de temps après l’avoir rencontré, que cette personne est normale et agréable – ceci est aussi l’une de leurs grandes aptitudes», poursuit Cleckley. (338)
Les psychopathes se présentent généralement comme des hommes responsables. Ils semblent être conscients de leurs responsabilités, en charge de leur vie, leur famille et leur carrière. (…)
Les psychopathes réussissent à tromper les autres et pas seulement à cause de ce qu’ils disent, mais aussi grâce à la façon dont ils le disent. Leur comportement tend à être assuré, cool, lisse et recueilli.

Même si, au fond d’eux, ils sont plus perturbés que les individus atteints d’une maladie mentale grave comme les psychotiques ou schizophrènesque, leur trouble de la personnalité ne transparaît pas.
Le fait que la psychopathie tend à être cachée sous un vernis de normalité, est d’autant plus dangereuse pour les autres : « Bien que leur déviation & déficience émotionnelle soit comparable à l’état interne du schizophrène masqué, il  n’affiche ouvertement rien de fragile ou d’étrange. Tout en lui suggére des qualités humaines souhaitables et supérieures, d’une santé mentale robuste « . (339)
Absence de délires et autres signes de la pensée irrationnelle
En dépit d’être capable d’actions que nous avions associons à la folie- comme tuer des membres de leur famille de sang froid, puis aller faire la fête après, les  psychopathes sont en fait cliniquement sains d’esprit.

Mais qu’est-ce que cela signifie réellement, être «sain d’esprit», à la lumière d’un tel comportement gravement perturbé ? Cela signifie simplement être en contact avec la réalité et connaître les règles juridiques, sociales & morales régissant la société.

Cette définition de la santé mentale n’implique pas de traiter cette information normalement ou de se comporter normalement.

 Cleckley dit : »Le psychopathe est habituellement exempts de signes ou symptômes traditionnellement considérés comme des preuves d’une psychose. Il n’entend pas des voix.  Ses délires ne peuvent pas être démontrée. Il n’y a pas de dépression en cours, d’élévation pathologique de l’humeur, ou de pression irrésistible d’agir.

La réalité perceptive externe est précisément reconnue ; les valeurs sociales et les normes personnelles généralement accrédités sont acceptées verbalement.

Un excellent raisonnement logique est maintenu et, en théorie, le patient peut prévoir les conséquences d’actes antisociaux ou inconsidérés.
Le psychopathe construit son masque de santé mentale en imitant le reste d’entre nous. Il imite nos émotions. Il prononce – du bout des lèvres – son adhésion à  nos principes moraux. Il fait semblant de nous respecter, ainsi que nos objectifs. La seule différence entre lui et les êtres humains normaux, c’est qu’il ne sent ou pense pas ceci à un niveau plus profond. Sa simulation des fonctions de normalité est un déguisement qui lui permet de tromper les autres et satisfaire ses pulsions déviantes. Toutefois, en raison de son charme et du sang-froid extraordinaire du psychopathe, ces besoins pervers ne sont pas susceptibles d’être évidents pour les autres. (…)
Absence de manifestations de nervosité ou psychonévrotiques
Les psychopathes manifestent une tranquillité presque reptilienne. Leur combinaison paradoxale de calme et de sensations fortes dans leur comportement peut les rendre, au moins au début, plus intéressants que les individus normaux. (…)

Il est très typique pour lui non seulement d’échapper à l’angoisse et la tension anormale caractéristique des psychopathes, mais aussi de montrer une immunité à cette angoisse et à l’inquiétude qu’on jugerait normale ou appropriée dans les situations inquiétantes. »(340)

Bien que leur aura général de fraîcheur et de calme puisse être rassurant, les psychopathes ont tendance à être trop calmes dans de mauvaises circonstances.
L’empathie, la peur de la punition, l’anxiété et le remords représentent les principales forces qui empêchent les gens normaux de se livrer à des comportements dangereux et nuisibles. Les psychopathes n’ont pas de telles restrictions. Peu importe la qualité de leur déguisement, les comportements dangereux et nuisibles sont tout ce qu’ils aiment et désirent rechercher dans la vie.

Publicités