Archives de Tag: liaison

Faut-il avouer une infidélité ?

Par défaut

réflexion singe

J’avais déjà parlé du cas où l’on a trompé son(sa) partenaire et qu’il (elle) l’a découvert (Infidélité : la nécessité de tout dire ; http://www.bonheuretamour.com/2015/04/29/infidelite-la-necessite-de-tout-dire/ ).

Mais quand on a trompé son conjoint et qu’il (elle) ne s’en doute pas, la tentation est grande de ne rien lui avouer – et ce, d’autant plus que tout le monde (amis, famille, psys, …) nous conseillent de n’en rien dire, de taire le tout, de nier si l’autre pose des questions, et si on se fait prendre, d’en dire le moins possible.

En effet, même si l’autre ne nous plaque pas, il est certain qu’on passera un sale quart d’heure, qu’il y aura des cris, des larmes et pas mal de drame. Et l’on peut s’épargner tout cela en ne disant rien…

Cependant, il y a quelques facteurs qui font qu’il vaut pourtant mieux tout dire.

D’abord, l’angoisse & la blessure infligée à notre partenaire sera bien moins grande si on avoue sa faute, que si l’autre le découvre lui-même – d’où un risque fortement diminué de rupture.

Le fait de taire une infidélité fait que plus jamais, on ne peut se laisser aller totalement avec notre partenaire, plus jamais être ouvert et 100% à l’aise. Et garder un secret d’une telle ampleur pour le reste de sa vie, fait peser sur le trompeur une grande tension mentale.

Dans les couples où les liaisons sont gardés secrètes, on évite certains sujets de discussion parce que le partenaire trompeur craint d’être découvert et l’autre est réticent à paraître suspicieux – on a donc alors une relation où la malhonnêteté et la tromperie ont le dessus.

D’ailleurs, une grande partie du taux élevé de divorce est due à l’aliénation (les partenaires ne peuvent plus être vraiment intimes & proches l’un de l’autre) causée par la malhonnêteté inhérente aux liaisons, même si on n’en parle jamais.

Il semble donc que dans les 2 cas – qu’on avoue notre liaison ou qu’on la taise – il y aura de la souffrance.

Le trompeur qui avoue son « écart », doit évidemment aussi prendre des mesures pour que cet aveu mène ultérieurement à un couple plus solide et plus heureux, et non à une rupture.

Il doit être motivé par le désir d’améliorer la relation, et non de se débarrasser de ses sentiments de culpabilité, ainsi qu’à accepter totalement la réaction du partenaire trompé, quelle qu’elle puisse être.

Donc, il FAUT le dire (car ne pas le dire brise le couple de toute façon – puisque ça le rend vide & sans âme), mais le tout est de bien savoir pourquoi, quand et comment le dire ! Cela peut se faire graduellement, dans un processus visant à améliorer constamment l’honnêteté et l’engagement à la relation – ce qui, en plus, renforcera la relation.

Pour déterminer l’impact de cette communication, il faut comprendre si notre partenaire se sentira personnellement mis en cause ( = pensera n’être pas assez beau, ou riche, ou doué, …) ou non ( = il (elle) juge que le partenaire a fait seul le choix d’être infidèle) ; dans le 2ème cas, le partenaire trompé acceptera plus facilement (ou plutôt, moins difficilement) l’aveu et risquera moins de rompre.

Bien sûr, le partenaire trompeur voudrait « dépasser tout ça » et aller de l’avant – mais le partenaire trompé, lui, veut tout savoir, pour tenter de trouver un sens à ce chaos – sinon, il NE POURRA PAS aller de l’avant !

Le trompé doit donc savoir, pour les raisons suivantes :

D’abord, pour savoir ce qui a mené notre conjoint(e) à nous tromper, puis, rétablir un équilibre – car si quelqu’un sait quelque chose d’essentiel, mais le garde pour lui, il a un pouvoir sur nous, ce qui fait que la relation n’est plus juste, ou égalitaire.

En outre, pour pouvoir continuer à rester avec celui (celle) qui nous a trahi et infligé une telle douleur, on doit être sûr(e) qu’il ne le refera pas à l’avenir. N’oublions pas que, même dans le meilleur des cas, la souffrance mettra au moins 2 ans à s’effacer…

Comme dit dans l’article susmentionné, ne pas savoir est pis que tout, car notre imagination enfle encore les choses.

Le fait que le trompeur accepte de répondre à nos questions, prouve qu’il tient à nous et au couple et est nécessaire pour rebâtir un sentiment de confiance envers lui – et cela aide aussi le trompé à souffrir moins et à guérir.

Le trompeur ne peut raisonnablement pas espérer que tout s’arrange tout seul et que son (sa) partenaire souffre en silence.

Au contraire, il doit s’attendre à ce que l’autre lui pose et repose, encore et encore, des questions sur sa liaison. Qu’il sache que ce n’est pas pour l’embêter ou lui faire honte, mais parce que le trompé cherche à tout savoir pour bien comprendre ce qui est arrivé, la leçon à en tirer et comment agir à l’avenir – il s’agit d’en discuter jusqu’à pouvoir mettre la chose en perspective, pour qu’elle n’ait plus le pouvoir de nous blesser, de nous empêcher d’aller de l’avant – bref pour, justement, ne plus jamais devoir en parler !

Publicités

L’après-infidélité.. Quitter ou rester ?

Par défaut

infidélité4

J’avais déjà traité (Quitter ou rester ? – http://www.bonheuretamour.com/2013/02/28/quitter-ou-rester/ ) le sujet de l’hésitation – quand on ne sait pas si le couple vaut la peine d’être sauvé, ou si l’on ne fait que perdre son temps.

J’avais aussi déjà expliqué la méthode « plan A-plan B » (la méthode « Plan A – Plan B » ; http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/la-methode-plan-a-plan-b/ ) mais c’était dans le cas où votre partenaire vous négligeait.  Là, j’estime qu’il peut aussi servir utilement en cas d’infidélité.

Votre partenaire vous a trompé(e) & vous ne savez pas si vous devez le garder ou rompre ? D’un côté, vous êtes en rage, mais de l’autre, vous avez encore des sentiments pour votre infidèle… Que faire ???

L’infidélité est un acte fort cruel et douloureux pour celui (celle) qui est trompé(e) – mais malgré cela, malgré la souffrance que le trompeur inflige à son(sa) partenaire (et aux enfants), ce dernier, passé le choc, l’aime encore et veut trouver un moyen de réparer la relation pour rester avec l’infidèle.

Après une liaison, si les 2 partenaires veulent sauver leur couple & repartir sur de nouvelles bases (plus honnêtes), il faut d’abord que l’infidèle se sépare radicalement d’avec l’amant(e) (car tout contact entre le conjoint infidèle et l’amant ruine la réconciliation), puis que les 2 partenaires reçoivent un soutien pour supporter la période qui suit et enfin, faire renaître l’amour entre les partenaires du couple.

S’il faut couper tout contact avec l’amant(e), c’est d’abord pour ne pas blesser plus le partenaire trompé (qui alors, ne pourrait plus pardonner) et pour éviter que l’infidèle ne « retombe ».

Si le(la) partenaire infidèle refuse de se séparer totalement de l’amant(e), l’autre peut utiliser la méthode plan A -plan B.
Le plan A, d’abord ; ça consiste à ce que le conjoint trahi négocie avec son(sa) partenaire infidèle – sans cris, sans insultes, sans menaces & sans exigences – de se séparer de son amant(e) – je sais que c’est dur, mais si le conjoint trompé crie sur l’autre, l’injurie ou lui ordonne ou interdit certaines choses, l’autre n’aura pas envie de lutter pour son couple, et son amant(e) lui semblera, par contrecoup, beaucoup plus attirant(e) …

Donc, si le partenaire trahi reste respectueux en demandant à l’infidèle de quitter son amant(e), le partenaire infidèle (qui, en règle générale, tient à son couple), aura envie d’y souscrire.

Il faut, bien entendu, discuter ouvertement des raisons de l’infidélité et traiter ces raisons, ainsi, l’infidèle n’aura par la suite, plus envie d’aller voir ailleurs, puisque ses raisons de le faire auront disparu.

Comme l’une de ces causes est généralement des besoins affectifs inassouvis, le conjoint trahi doit s’engager à  répondre à ces besoins après la rupture de la liaison adultère, ainsi qu’à ne rien faire que son partenaire désapprouve .

Une autre cause possible d’une liaison est un mode de vie où les conjoints ont des loisirs différents & deviennent amis (et puis plus que ça !) avec des personnes du sexe opposé.

Bref, le conjoint trahi doit aborder toutes les causes profondes de l’infidélité & offrir un plan solide pour que ça ne se passe plus ainsi à l’avenir.

Mais ça ne doit pas être à sens unique ; l’infidèle doit suivre les mêmes règles.

La seule demande faite à l’infidèle est qu’il quitte son amant(e) ; ceci n’est pas une exigence égoïste ; le(la) partenaire trompé(e) dira juste que c’est absolument nécessaire pour que le couple puisse guérir et continuer et que, vu que cette liaison le fait énormément souffrir, il devra, si l’autre continue à voir son amant(e), rompre pour préserver sa santé physique & mentale.
il est évident qu’en cas de danger de mort (comme ici, ou s’il y a violences physiques), il faut quitter l’autre immédiatement – ne pas négocier ou tenter de sauver le couple !

Ce plan A est émotionnellement très dur pour le trompé et, s’il dure trop longtemps, il causera sans aucun doute des dommages physiques et mentaux graves au partenaire trompé.
Parfois, l’infidèle sent coupable de faire souffrir son conjoint & promet de mettre fin à sa liaison, mais ça ne dure qu’un temps, et il y revient bien vite, en se trouvant toutes sortes d’excuses.

Certains autres trompeurs veulent « le beurre & l’argent du beurre » ; leur conjoint remplit certains de leurs besoins, et leur amant(e), d’autres besoins. Celui-là n’est pas motivé à rompre sa liaison.

Donc, pour éviter une période indéterminée de souffrance tandis que l’infidèle oscille entre conjoint et l’amant, et éviter de récompenser le comportement égoïste du partenaire infidèle, si le plan A ne fonctionne pas dans un délai raisonnable (= 3 semaines si le trompeur est un homme, 6 mois si c’est une femme), il faut passer au plan B.
La raison de cette différence est que le stress que l’infidélité d’un mari crée chez sa femme a généralement des conséquences graves à court terme et à long terme, alors que ce n’est le cas qu’à long terme pour les maris.

Le stress prolongé affaiblit l’immunité, entraînant de la fatigue chronique, douleurs articulaires, et d’autres maladies auto-immunes, et ces symptômes peuvent mettre plus de 10 ans à guérir.

Par conséquent, la raison majeure pour passer du plan A au plan B est de se protéger contre les effets physiques & mentaux d’un stress intense.
Le plan B consiste à éviter tout contact avec l’époux(se) infidèle jusqu’à ce qu’il ait coupé tout contact avec son amant(e) & accepté le plan de guérison du couple.

Attention : 1) souvent, un conjoint trahi fait l’erreur de reprendre son infidèle avant que ce dernier n’ait marqué son accord d’agir pour guérir son couple ; ceci mène à un retour des conditions qui ont causé l’infidélité – l’amour n’est pas rétabli, le ressentiment n’est pas surmonté, … Sans cet accord, ça ne marchera pas – & il vaut mieux, pour le conjoint trahi, continuer avec le plan B.
2) succès non garanti ; si le plan A (guérison du couple) ne lui plaît pas, l’époux(se) infidèle peut décider de divorcer.

Donc, avant de mettre en œuvre le plan B, appliquez bien le plan A, pour que votre conjoint garde un bon souvenir de vous & ait envie de revenir.

Comme il y a risque de séparation, cette méthode ne doit être employée qu’en dernier recours, pour résoudre une faille fatale dans le couple.

Et, si ça « reprend » (ce que je souhaite à tous), n’oubliez pas, pour que votre couple soit heureux & harmonieux, d’appliquer Les 4 règles du bonheur en couple ; http://www.bonheuretamour.com/2013/10/16/les-4-regles-du-bonheur-en-couple/

Pourquoi les PN sont-il toujours infidèles ?

Par défaut

adultère2

Eh bien, ils le font pour l’une des 6 raisons suivantes (reflétant diverses dynamiques dans leur psyché) :

1) pour se procurer leur drogue ; le PN est un drogué, et la drogue à laquelle il est accro, c’est « l’approvisionnement narcissique » ; il a sans cesse besoin de recevoir de son entourage de l’attention, de l’admiration, de l’adulation, pour réguler son – très instable – sens de valeur personnelle et pour (re)bâtir le puit sans fonds de son estime et de sa  confiance en lui.

Hélas, cet « aliment » est éphémère ; il est vite « consommé », et le PN est bien vite en manque. Il doit par conséquent en soutirer d’autre de son entourage, après un court laps de temps .. et l’une des façons d’en obtenir, est via une conquête sexuelle.

2) pour se désennuyer ; les PN sont très sujets à s’ennuyer – leur « seuil », comme leur tolérance, à l’ennui, sont très bas. Les monoeuvres de séduction chassent l’ennui ; elles injectent de l’intérêt, des couleurs, dans la vie monotone des PN.

3) le schéma de l’océan entourant l’île :  le narcissique garde toujours une « île » de stabilité dans sa vie, entourée d’un océan de chaos, d’instabilité, d’imprévisibilité. Le mien, par ex, avait une « île » professionnelle (il est  resté employé dans la même entreprise durant toute sa carrière), et pouvait ainsi se permettre l’océan d’instabilité ailleurs ; dans sa vie relationnelle, il aura toujours des liaisons et/ou sera un joueur pathologique.

Tromper son(sa) partenaire est le meilleur moyen de déstabiliser sa vie tout en maintenant une stabilité dans un domaine précis.

4) par grandiosité ; les PN se sentent importants, supérieurs aux autres, et donc, en droit de suivre leurs volontés et caprices en tout.  Ils aiment la transgression, et se sentent comme au-dessus des lois et des conventions sociales.

Ils ne se sentent nullement obligés de suivre les règles socialement acceptables (acceptées par les autres), et rejettent avec rage toute limitation de leur pouvoir, que d’autres tenteraient de leur imposer.

Etant impulsifs, ils agissent par caprice, sous le coup d’émotions, de leurs besoins et désirs – vus comme essentiels et primant sur tout et tout le monde. Ils se fichent de la morale & des conventions…Ca, pensent-ils, c’est pour les autres, pour le « bas peuple » ; pas pour eux, qui sont des « êtres supérieurs » !

Le mariage, la monogamie la procréation, sont vues par les PN comme des activités « pour citoyens lambda »…

Or, un PN déteste faire comme tout le monde ; il se voit comme unique, spécial, supérieur, et n’a que mépris et dégoût pour tout ce qui est moyen, médiocre, commun, typique, normal.

Son comportement ne doit donc en aucun cas être ainsi.  Pour lui, être fidèle à sa femme (ou son mari) & élever une famille avec elle (lui), est vu par lui comme répugnant. Il se sent blessé par la nécessité de remplir son rôle d’époux, de père, de « nourrisseur », d’éducateur, de modèle, …

Cette blessure narcissique le pousse à se rebeller contre ces devoirs-là, et à réaffirmer son statut unique et supérieur…  via des liaisons sexuelles !

Bien qu’il ait choisit sa (son) partenaire de vie, et qu’il se soit donné beaucoup de mal pour la (le) séduire et se l’attacher, il en est assez vite venu à croire que l’autre l’a forcé(e) à entrer dans la relation ( !) et que donc, il est (vu qu’on l’a violenté(e) en lui forçant la main) parfaitement en droit de tromper son époux(se).

5) par besoin de contrôle : le PN est un « control freak » ; il a toujours besoin de garder le contrôle sur tout et tous. Or, une relation amoureuse repose sur le fait de donner et de recevoir, ainsi que sur la confiance, la vulnérabilité, les compromis, une communication honnête, le fait de s’ouvrir totalement à l’autre pour révéler ce qu’on est au plus profond… bref, sur la perte de contrôle.

Rien ne pourrait faire plus peur (et horreur) au PN ; répondre aux besoins d’une vraie relation, équivaut à la perte de contrôle… et un PN refuse absolument de perdre le contrôle !

En outre, il se sent piégé, enchaîné, dans une relation monogame ; il « doit » donc tout faire pour se libérer, et pour se venger de son « méchant geôlier » (= son époux –se) qui le maintient dans cette prison !

C’est en ce sens que des liaisons l’arrangent bien, car là, non seulement il se venge et se remonte à ses propres yeux (voir ci-dessus) mais en plus, c’est lui qui a le contrôle. C’est en effet lui, dans une liaison, qui dicte les termes de l’engagement.

6) par peur de l’intimité : Les PN sont terrifiés par l’intimité ; ils adoptent souvent la « loi de l’élastique » en matière de relations ; quand c’est proche, l’élastique est détendu, tout est mou, et ils s’ennuient. Mais si l’autre s’éloigne (si l’élastique se tend), ils sentent la tension et le désir de se rapprocher à nouveau… et le cycle continue !

En relation amoureuse, ils adoptent une dynamique en dents de scie, oscillant entre rapprochement & évitement, chaleur & froideur, ouverture & fermeture, proche & lointain, marche avant & marche arrière, … (ceci a d’ailleurs pour autre bénéfice de plonger leur victime dans la confusion – c-à-d d’augmenter son impuissance à partir).

L’adultère est alors un excellent moyen de se dérober à l’intimité – sans compter que c’est également un mode de relation moins menaçant ; peu d’intimité vraie, pas d’attentes, de règles, d’exigences, de permanence, …

Conclusion :

Sachant ce qui vous attend immanquablement si vous vous liez à eux, j’espère que vous éviterez soigneusement de le faire…

Liaison avec un homme marié ; gare l’empididé !

Par défaut

ASSASSIN FLY Empis tesselata close-upVous contenter des restes d’une autre, indique que vous avez un problème d’estime de vous – vous vous illusionnez, vous vivez déjà une situation douloureuse, qui se transformera en enfer si vous devenez plus pressante ; car là, il vous quittera ..

Des femmes prêtes à se laisser sauter– excusez-moi ; c’est le mot – par un salaud incapable d’être fidèle et trop radin que pour se payer une prostituée, un homme qui préfère dire quelques « je t’aime et des promesses usées, au lieu de débourser 50 €.  Mr Néanderthal les sussurait sûrement déjà à Mme Néanderthal  -Ces cocos-là, ça court les rues, croyez-moi ! Il vous aura vite remplacée.

Le réveil sera dur : votre cœur et votre âme en sortiront abîmés, et vous ne rajeunissez pas ! (écoutez « si tu t’imagines » de Juliette Gréco) !

En admettant même qu’il vous aime, c’est quoi, cette façon de vous traiter ? Ce  soi-disant amour ne tient pas la route une seconde : rappelez-vous « il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour » et si vous appelez cela (vous faire vivre dans l’ombre et au 2ème rang)  de l’amour, vous avez de drôles de conceptions !   Franchement, inversons la situation : si vous aimiez quelqu’un, est-ce ainsi que vous le traiteriez ; dans l’ombre et passant toujours après tout le reste ?

Vous vous dites que cet homme a tout ce dont vous avez toujours rêvé, mais vous oubliez l’essentiel : il n’est pas libre – il est marié et vit avec une autre (qu’il n’a aucune intention de quitter), bref, il n’est pas à vous !

Etes-vous son épouse ? Est-ce qu’il vit avec vous ? Fait ses courses avec vous ? Passe les fêtes et les vacances avec vous ? Vous présente-t-il sa famille et ses amis ? Non, parce que – même s’il a des sentiments pour vous et  songe parfois à quitter sa femme – il a décidé de faire tout ceci avec elle ! Vous, vous  n’êtes que sa maîtresse (autant dire, une putain gratuite) !

Bref, ces hommes infidèles sont des  empididés (pour toutes les infos sur ce que c’est, lisez mon article du 2 octobre « Méfiez-vous des empididés »).  Les hommes non-disponibles qui veulent tirer leur coup sans se fatiguer à s’engager en font partie parce qu’ils utilisent, pour se procurer ce qu’il veulent, de la fausse monnaie. Ils font miroiter l’amour, l’engagement, le mariage, mais n’offrent que des serments d’amour faux, des promesses creuses… bref, de la crotte, tout comme les mouches empis…

Et puis, c’est mal : vous volez à quelqu’un quelque chose qui est légitimement à elle (s’il l’a épousée, elle, c’est justement qu’elle possédait les qualités nécessaires pour se faire épouser … ce qui semble n’être pas VOTRE cas !),  et vous blessez gravement une femme et des enfants qui ne vous ont rien fait.

Voleriez-vous le sac, le chéquier, la voiture d’une autre ? Non, n’est-ce pas – eh bien, voler son mari est encore pire que tout cela ensemble : vous condamnez toute une famille ; un autre être humain à une souffrance éternelle (ou au   suicide) et une possible déchéance (presque toutes les alcooliques que j’ai vues se sont mises à boire après avoir appris que leur compagnon les avait trompées), des enfants à être privés d’un vrai père, d’une mère (si elle se suicide ou attrape une maladie mortelle due au stress et au chagrin ou même si elle n’est plus capable de s’occuper d’eux par la suite), de tout espoir futur (ces enfants-là ne croient plus à l’amour ou au mariage),..

Aimeriez-vous, si vous réussissiez un jour à faire ce qu’il faut pour vous procurer un partenaire amoureux (ce qui n’est pas évident, vu qu’un homme peut coucher avec presque toutes, mais devient soudain très difficile quand il faut choisir une compagne !), qu’une autre femme vienne coucher avec votre homme et vous haïsse sans raison et essaie de vous le prendre ? Je ne pense pas !

Savez-vous que les femmes trompées disent que c’est la chose la plus douloureuse du monde – aussi douloureuse que la perte d’un enfant ? Ayant moi-même découvert l’infidélité de mon mari peu après la mort de ma fille, je peux en témoigner : c’est vrai.

Quant aux enfants du couple, il a été positivement PROUVE que le père infidèle oblitère l’avenir de ses enfants ; comme il s’investit moins dans la relation & que leur mère en souffre (même si elle n’est pas au courant !), les petits en souffrent, et deviennent plus méfiants envers la vie et l’amour…Toujours, une ombre pèsera sur leur vie, modifiera négativement leur façon de penser et de réagir.

Personnellement, je crois en Dieu, et je suis persuadée que les femmes qui manquent assez d’amour d’autrui, de moralité et d’estime de soi que pour commettre un si grand crime, le paieront éternellement après leur décès.

Pour les athées, je parle dans le désert – mais elles souffriront quand même ici-bas – ça, je peux les en assurer !  De mauvais choix sont toujours suivis de souffrances. Avant-hier encore, je suis allée à la rescousse d’une amie qui s’est égarée dans ce bourbier ; elle pleurait à chaudes larmes parce qu' »il » fêtait en famille son anniversaire et la délaissait de plus en plus …

Examinez plutôt le sens du mot « disponible », et la raison pour laquelle vous êtes attirée par ce genre de types ; ce n’est pas par hasard qu’on sort avec un homme marié !

Toute femme qui accepte de sortir avec un type marié, lui permet en fait d’avoir le beurre et l’argent du beurre, c-à-d la sécurité d’un foyer, sans la monotonie qui va avec (= avec également l’excitation de l’aventure) !

Il peut coucher avec 2 femmes (ne le croyez pas s’il vous invente qu’il ne le fait plus avec sa femme ; il le fait !), il ne brise pas son foyer et le cœur de ses enfants, ne doit pas payer de pension alimentaire, ni une prostituée pour s’offrir du plaisir en–dehors du couple et question job, il passe pour stable (car marié) d’où un meilleur profil professionnel – en un mot, c’est lui qui mène le jeu !

Ceux qui prétendent « rester pour les enfants » ne font que gagner du temps ; plus tard, ils trouvent une autre excuse, ou vous plaquent si vous devenez exigeante. La vérité, c’est que les prostituées sont chères, et ne font pas tout ce qu’il veut !

Combien d’hommes n’ai-je pas entendu parler de leur maîtresse comme d’un jouet, et dire  : « c’est mieux quand elle vous aime ; elle vous fait plus de choses » !  Eh oui : les hommes ont du sens pratique, et entre payer 50 € (ou plus) pour une misérable « passe » de 8 minutes (temps réglementaire) ou des gâteries gratuites – qu’il paie d’un simple « je t’aime », le choix est vite fait .. Contrairement à la femme, qui tend à s’oublier et se sacrifier, un homme pense toujours à ses intérêts !

Alors, faites la seule chose honorable pour vous, pour sa famille et même pour lui ; rompez !

Tâchez d’examiner votre passé pour découvrir les blessures d’enfance qui vous ont persuadée que vous ne méritiez pas d’avoir tout l’amour d’un homme. Retrouvez un état d’intégrité et de respect de vous-même.  Du reste, même si un homme quitte sa femme pour sa maîtresse (moins d’1% des cas), c’est un infidèle, et la même chose vous pend au nez – c-à-d qu’il risque fort de vous tromper (une fois l’excitation de la nouveauté passée) et de vous quitter – j’ai vu le cas plusieurs fois !

Une fois libre et plus fière de vous, vous pourrez trouver un homme qui sera tout à vous.

Enhanced by Zemanta