Archives de Tag: la politesse

Comment éduquer votre enfant ?

Par défaut

nanny & 2 enfants  Ce que l’on veut obtenir, en fait, ce sont des gamin(e)s à la fois assurés et bien élevés ; assurés pour s’affirmer, oser poursuivre leurs buts et ne pas se faire exploiter, et bien élevés (c-a-d pas arrogants ou incontrôlés) parce qu’on a besoin des autres dans la vie, et que si on ne montre pas de considération pour les autres et qu’on leur déplaît, ils ne feront rien pour nous, on n’obtiendra rien et on aura une vie de crotte !

La formation du caractère est donc l’essentiel de l’éducation ; les gens se fichent de savoir qu’un enfant joue du violon ou parle 12 langues, s’il est grognon, égoïste et malpoli ! Il ne faut donc encourager ces comportements à aucun prix !

Donc, ce qu’il faut pour éduquer, c’est une calme assertivité… comme l’humain ressemble au loup, question sociabilité, il faut être un « chef de meute » méritant le respect et la confiance !

Il n’est pas question d’expliquer, négocier ou ouvrir une discussion avec eux – désolée pour les adeptes du « politiquement correct » ou des modes éducatives ridicules, mais ils sont ignorants & de statut inférieur – c’est un fait !

La mode actuelle de « l’explication » – qui ne fait que prouver à l’enfant (ce qui l’effraie & l’insécurise) qu’on n’est pas sûr(e)  de notre autorité – passera… Et le plus tôt sera le mieux !

Songez que du temps de ma mère, les manuels d’éducation recommandaient d’appeler son enfant « Monsieur » et de ne jamais l’embrasser (mais lui serrer la main) !

Suivons le « aime & fais ce que vouldras » de Saint Augustin ; cette injonction est l’idéal pour se conduire dans la vie, et est donc très bonne aussi pour conduire les enfants.

En pratique, cela donne ceci : comme parent ou éducateur, je fais ce que j’ai à faire, à mon idée – & j’ai le DROIT, puisque je sais tout et eux, rien & que c’est pour leur bien (= par amour) !

Il s’agit de les aimer (= comprendre leurs besoins) tout en les menant fermement ; l’un ne va pas sans l’autre ! Diriger sans amour n’est que tyrannie, mais aimer sans discipliner, est tout aussi inacceptable !

La science a prouvé (j’ai oublié comment mais je sais que c’est prouvé) que les enfants avaient BESOIN de discipline. Le laxisme éducatif est donc clairement une carence, une maltraitance … Les parents qui s’y livrent (« l’enfant-roi ») n’agissent pas dans l’intérêt de l’enfant comme tout parent devrait le faire, mais dans le leur (d’une façon ou d’une autre).

En fait, ils sont tout aussi égoïstes que ceux qui frappent leur petit ; ils abîment son estime de soi, son avenir et son insertion dans la société !

Le truc est de rayonner une énergie calme & assertive ; leur montrer ce que c’est qu’être 1 adulte équilibré, car les enfants n’écoutent pas tant ce qu’on dit qu’ils n’observent et ne reproduisent ce que l’on fait !

Ils doivent avoir pour nous ; 1) confiance (que l’on peut et va pourvoir à leurs besoins & les protéger) et 2) RESPECT !

=> La confiance & le respect viennent quand ils savent que l’on est un chef de meute fiable, c-à-d capable de les guider, les protéger et les faire avancer fermement – que, question respect de notre personne et de notre autorité, c’est tolérance zéro ! (= ne supporter ou « laisser passer » aucun manque de respect).

On le sait mieux, et l’on agit dans leur intérêt, sans hésitation ! C’est notre DEVOIR et on le fera, quoi qu’il en coûte !

Et eux n’ont (sauf exception) rien à décider car ils sont intensément faibles, à la fois physiquement et mentalement (car ignorants du monde comme il va).

Nous, on connaît le monde et les lois de l’éducation (lois du cerveau, …), et on sait qu’on le sait… Par conséquent : « Chacun chez soi & les vaches seront bien gardées » ! A nous, le commandement, à eux l’obéissance.

Mais pour qu’ils veuillent obéir, ils doivent nous aimer – et ceci vient s’ils savent qu’on les aime & qu’on est de leur côté – pour les défendre et les soutenir.

Il faut donc, d’abord, ne leur mettre aucune pression ; se contenter de les occuper, (ne pas vouloir « être gentil(le) » – juste assuré(e) & de bonne compagnie) – et bien sûr, les surveiller et les empêcher de se faire du mal.

Aussi, observer leurs tendances et caractère. On peut y aller franco, par ex, avec un enfant extraverti, alors que, pour un timide, il faut le « contourner » ; fixer notre attention sur autre chose, d’intéressant, pour qu’il ait envie de s’approcher de lui-même et de nouer ainsi le contact tout en douceur…

Une fois la confiance établie (rappelons-nous qu’il faut qu’ils aient ENVIE de nous obéir), se souvenir que jouer (& l’imagination) sont le travail d’un enfant, qu’il a besoin (de moins en moins en grandissant, mais quand même) d’énormément de sommeil.

A part ça, appliquer la bonne vieille « loi de la frite ramollie » pour les diriger vers le bon sens (= devenir un enfant agréable) ; c-à-d leur donner de l’attention positive quand ils agissent dans le sens voulu, et la négation totale (sauf s’ils se mettent en danger ou abîment la maison) dans le cas contraire.

Aussi, ne pas tenter de déraciner les points faibles, mais bien de renforcer les points forts.

Enfin, pour les cas rebelles : le tableau de points.

Eeeh oui ; parenter, c’est du boulot … Mais qu’on ne regrette pas ; les « petits monstres » ont des astuces bien à eux pour se faire aimer !

PS : je voudrais rajouter ceci :

La discipline, c’est (comme dit dans mon livre, « Le Guide du bon Parent »), le sol ferme sur lequel un enfant marche. Quand on les mène fermement & avec amour, l’enfant est heureux et rassuré, c’est comme s’il pensait : Ah ! Elle (il) sait où elle va. Je ne risque pas de tomber dans le trou noir du chaos, du flou, du « danger qui guette ».

Comme l’a dit un auteur, les enfants VEULENT nous obéir, mais d’abord, ils veulent être SURS qu’on est digne qu’ils le fassent ; c’est pour ça qu’ils nous « testent »… A nous de tenir bon, de maintenir fermeté et cohérence ! On ne répétera jamais assez à quel point les petits sont « conservateurs » ; attachés aux cadres et aux habitudes !

Je ne nie nullement que les enfants n’aient beaucoup à nous apprendre (j’ai tant appris de mes enfants !) et qu’ils nous soient supérieurs pour certaines choses (pureté, perception) mais ceci ne doit pas nous faire renoncer à la position supérieure en éducation : contrairement à ce que prétendent les gens mal informés, ils ne vous en voudront pas de votre autorité ; c’est si vous y manquez qu’ils ne vous respecteront pas ! Tout ce que fera une attitude laxiste ou « égalitaire », c’est les rendre angoissés et malheureux … et pour finir, agressifs et asociaux !

Publicités