Archives de Tag: je veux réussir

Vous voulez infléchir le cours de votre vie ? C’est possible ! – 2ème partie

Par défaut

route4

(suite de la 1ère partie – https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/09/29/vous-voulez-inflechir-le-cours-de-votre-vie-cest-possible-1ere-partie/)

Ce n’est JAMAIS en réfléchissant plus à quelque chose que vous y verrez plus clair – ce n’est qu’en s’engageant dans cette voie, par une action quelconque (s’informer, en parler autour de soi, …) que l’on voit clair.

Ce faisant, l’énergie se modifie…& ça nous rapproche de ce que l’on désire. Il ne s’agit pas de se jeter dans les extrêmes ; faire de petits pas vers l’objectif, suffit (car ça vous sort de vos habitudes & de votre zone de confort).

Même ces petits pas sont pénibles à faire, mais, tel un enfant testant ses parents pour s’assurer qu’ils sont dignes qu’on leur obéisse, l’univers vous teste pour s’assurer de la solidité de vos intentions…

Dans « le courage est la porte » (http://www.bonheuretamour.com/2014/03/18/le-courage-est-la-porte/), j’ai dit que « Le courage est le 1er pas vers la joie, la paix, l’amour … vers tout changement positif dans votre  vie ! » et que « Quand les obstacles ne nous abattent plus mais nous stimulent, on devient enfin productif ».

 Pour éliminer vos peurs et devenir positif, commencez par les accepter – ainsi, vous arrêtez de les nourrir de votre énergie – car même en leur résistant ou en luttant contre elles, vous les alimentez !

Enfin, si vous voulez recevoir la chose désirée, vous devez vouloir TOUS les aspects de cette chose (car toute rose a des épines). Ainsi, vos craintes ne sont plus que des conséquences, que vous pouvez remplacer par des croyances inspirantes.  Plus vous travaillez à identifier vos craintes & à les traiter, plus les choses se débloqueront & iront vite.

Une fois votre but fixé, décidez de le réaliser, même si vous vous en pensez incapable. Car les ressources apparaîtront après cette décision.

Par ex, si vous voulez bâtir une affaire, décidez-le, c’est tout, puis, passez à l’action – rappelez-vous : il ne s’agit pas de se motiver pour se lancer mais de se lancer pour se motiver !  La motivation apparaîtra dès que vous agirez pour atteindre vos buts !  L’univers entier seconde l’être qui s’engage, mais il sent aussi si quelqu’un est timoré et danse la valse-hésitation… Le genre “je vais essayer ceci et je verrai si ça va… espérons que ça marche !…” ne convainc pas ; il y manque la passion & la ferme décision.

Mais comment bâtir ce courage ?

Oui, vous aussi pouvez devenir un être sans peur, qui ne craint pas d’entreprendre toutes sortes de choses ! Mais pour cela, il faut plusieurs courages ;

– le courage de rêver de grands rêves & de se fixer de grands buts.

Beaucoup n’osent rêver « grand » car ça leur semble impossible… alors que c’est la base de parvenir au bonheur dans la vie. Allez écrire vos rêves comme si rien n’était impossible.

– le courage de s’engager à fond pour nos buts ; celui de croire totalement à ce qu’on décide de faire & de s’y lancer à 100%. Les battants ne sont pas timorés, ils ne font pas les choses à moitié. Au lieu de rêvasser en espérant que les choses s’arrangeront toutes seules, ils y mettent tout leur coeur, même s’ils n’ont aucune garantie de réussir.

– le courage de sortir de notre zone de confort ; il faut oser aller là où l’on se sent maladroit, mal à l’aise, seul. Rester dans notre douillette & rassurante zone de confort, est le piège qui nous garde dans une vie médiocre.

– le courage de continuer à avancer vers nos plus grands buts & ambitions, d’affronter l’inconfort, pour pouvoir grandir

– le courage de risquer l’échec – c-à-d de poursuivre avec foi, sans aucune garantie que nos efforts mèneront au succès.

– celui de poursuivre malgré les obstacles & déceptions constants, la fatigue, les doutes, le découragement & les échecs temporaires.

Il faut donc pouvoir se relever une fois de plus que l’on est tombé, en comprenant que l’échec est un indispensable pré-requis à la réussite. Si l’on veut réussir plus vite, il faut apprendre à doubler notre taux d’échec, a dit quelqu’un – et c’est vrai ; échouer – & même souvent ! – est indispensable pour réussir.

Pour cela, il suffit de considérer chaque échec comme une étape pour recommencer plus intelligemment… et c’est aussi un courage à avoir !

On peut surmonter ses défaites en refaisant sans cesse les choses que l’on craint, jusqu’à ce que la peur ait disparu, puis de supprimer ce qui ne marche pas.

-le courage de continuellement se tourner vers le danger & d’affronter ce que l’on craint.

Identifiez tout ce qui vous effraie ou vous stresse et pour chacune de ces choses, imaginez le pire résultat qui pourrait s’ensuivre si vous vous y lanciez

Alors, décidez que même si ce pire arrive, vous l’acceptez.

Ceci est ABSOLUMENT INDISPENSABLE ; si vous vous croyez incapable de faire face aux pires conséquences, vous n’oserez pas vous lancer.

Ensuite, résolvez ces situations ; refusez de laisser une seule situation de peur demeurer dans votre vie & travaillez à dominer ces émotions qui vous freinent.

-le courage d’être prêt à faire des erreurs & à en tirer la leçon. Toute personne qui a réussi par elle-même sait qu’elle ne prendra pas toujours de bonnes décisions, mais a décidé & appliqué ceci ; oser avancer, se tromper, se corriger & ré-avancer. Plus on fait d’erreurs, plus on devient malin, et plus la réussite devient probable !

– le courage d’accepter une totale responsabilité pour notre vie, c-à-d d’assumer pleinement les résultats que l’on obtient.

-le courage de refuser toute excuse facile en cas d’échec, ou de blâmer qui que ce soit d’autre que soi-même. Quand les choses tournent mal, il faut se focaliser sur les solutions, & non sur la recherche de coupables.

-enfin, le courage de persévérer plus longtemps que les autres. Ceci est la 1ère cause de la réussite ; il est impossible d’échouer si l’on n’accepte jamais la défaite !

Publicités

10 étapes pour se changer et réussir

Par défaut

Bonheur

Tout est énergie ; notre pensée en crée une, notre émotion l’amplifie et notre action la concrétise. Si l’on comprenait vraiment ceci, on ne se permettrait jamais de nourrir une pensée négative.

La réussite n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé de la réussite. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez (A. Schweitzer)

Ce dont nous avons le plus besoin, ce n’est pas la nourriture, l’argent, la réussite, le statut, la sécurité, le sexe, ni même l’amour. On voit d’ailleurs souvent des gens qui ont obtenu tout cela et sont restés insatisfaits – et même encore plus insatisfaits qu’au début de leur carrière, quand ils n’avaient rien de cela.

La faim la plus profonde dans la vie, est un secret qui n’est révélé que lorsqu’on est désireux de découvrir notre partie cachée.

Dans les anciennes traditions, cette quête est comparée à une plongée pour s’emparer de la perle la plus précieuse du monde (…).

La perle est aussi appelée essence, souffle de Dieu, eau de vie, ou nectar sacré… en fait, c’est tout simplement la transformation…Changer la peur, l’agressivité, le doute, l’insécurité, la haine et la vacuité, en leur contraire.

Peut-on vraiment faire ceci, sachant que la faim secrète qui ronge l’âme n’a rien à voir avec des biens matériels comme l’argent, la position sociale et la sécurité ?

C’est l’être intérieur qui meurt du désir que sa vie ait un sens, qui veut obstinément la fin de la souffrance, qui désire ardemment des réponses aux énigmes que sont l’amour, la mort, Dieu, l’âme, le bien et le mal.

Une vie superficielle ne répondra jamais à ces questions, ni satisfera le besoin qui nous pousse à les poser.

Trouver les dimensions cachées en soi-même est le seul moyen d’apaiser sa faim la plus profonde. (Deepak Chopra)

Mais rien n’agira à moins que vous n’agissiez ! (Maya Angelou) => le monde est indifférent à vous, ne vous doit rien et ne fera RIEN pour vous – et c’est pareil avec les gens – Donc, si vous voulez obtenir l’objet de votre désir, vous devrez aller le chercher ou le créer VOUS-MEME  !  Il n’y a AUCUN autre moyen !

Tant que l’on manque de cette discipline intérieure qui procure la paix de l’esprit, peu importent la richesse, elle ne vous offrira jamais la joie. En revanche, si le confort matériel, qu’en temps normal vous jugez nécessaire au bonheur, vous fait défaut, mais que vous possédez en vous-même cette paix, ce degré de stabilité, rien ne vous empêchera de vivre une existence pleinement heureuse (Dalaï-Lama)

La quête pour découvrir et vivre notre vérité est le voyage du héros, un pèlerinage sacré pour chacun de nous.

C’est la route qui monte, et qu’il faut suivre en respectant des critères rigoureux. On peut tenter de camoufler notre peur de l’inconnu avec une attitude de bravade, une addiction au travail, ou de l’apathie, mais la meilleure voie, c’est celle du cœur.

Mais comment pouvons-nous trouver cette voie ? Avec une feuille de route de transformation. Vous devrez trouver ou retrouver votre mission de vie et la suivre sans faillir. Voici comment :

1.Donnez-vous la permission d’être passionné(e)

Notre résistance n’est en fait qu’un refus de notre vocation. Le changement chuchotte à notre oreille, et nous essayons d’ignorer sa voix. Nous luttons contre le changement parce que ça nous terrorise. Coupés du contact avec notre nature intuitive, on panique et on se dépêche de revenir à nos positions de sécurité.

Comment pouvons-nous retrouver le lien à ce qui est vrai pour nous ?  Commençons par nous donner la permission d’être passionné, de rêver au-delà de nos frontières auto-imposées. A mesure qu’on s’accorde cette grâce, la petite voix à l’intérieur de nous, se renforce.
2. Dites le 1er adieu
Un «symptôme» de transition est que le familier commence à nous sembler étrange, que l’on ressent le besoin de s’éloigner du «monde ordinaire» des autres…

Cet adieu n’est pas nécessairement physique ; il peut se produire de façon symbolique. Vous pouvez prendre la décision de vous détacher (« lâcher prise ») de votre situation actuelle, ce qui libérera de l’énergie émotionnelle que vous dirigerez vers votre nouvel objectif de vie.
3. Pénétrez dans le Vide
Et là, lâchez prise ! Vous devez être prêt(e) à risque le saut dans le vide, à quitter le rivage réconfortant de vue… et à être dans l’incertitude sur « vais-je retrouver un port d’attache ? »

Ceci est une étape essentielle dans la modification de votre vie : lorsque vous examinez alors l’histoire que vous avez créée sur la façon dont le monde fonctionne, vous distinguez comment ce filtre déforme votre vision de la beauté de monde et la vôtre.
Le poète Rilke nous encourage à «vivre un certain temps dans la question. » Vous entrez dans un couloir entre les mondes; il est normal de ne pas savoir ce qui se passe à côté. Comme vous osez vous sentir en sécurité à l’intérieur de l’espace entre celui (celle) vous avez été, et celui (celle) que vous devenez, votre panique s’apaise.
4. Agrandissez votre lentille
Marcel Proust a dit: «Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » Regardez le monde avec des yeux d’enfant, avec émerveillement.

Quand les enfants rencontrent l’inconnu, ils ralentissent, pour permettre à leurs sens d’absorber de nouvelles informations. Vous pouvez le faire avec votre transformation personnelle. Une fois dans le mystère, respirez profondément & demandez-vous comment élargir cette expérience. Tenez un journal, peignez, dessinez, sculptez ou chantez et dansez le changement…

5.Bénissez la peur 

Il n’y a que les inconscients qui ne doutent de rien ; les gens normaux craignent l’inconnu. Cette peur nous offre quelque chose contre quoi agir, elle développe nos muscles spirituels. Cette résistance est positive. De toute façon, la peur n’est qu’une illusion, et n’a de pouvoir que si on agit selon ses directives ! (sinon, elle n’a aucun pouvoir).

Une astuce qui m’a aidée : à chaque fois que je passais devant un miroir ou une vitre, je me souriais, je faisais le signe du pouce levé en disant « c’est possible ! »
6. Faites le boulot
Dans la quête du héros, c’est l’Initiation. Goethe a dit: «Tout ce que vous pouvez faire ou rêver, vous pouvez le réaliser. L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie. » Une fois que vous vous engagez à changer, un ensemble de forces se met en place et converge pour vous aider à réussir.
Concepts de base : Commencez avec ce qui est. Ne manipulez pas l’action, mais cherchez-la et découvrez quelle action s’impose dans la situation. Ne jamais arrêter l’action en disant «mais» ou «non» , mais dire plutôt «oui, et » et continuer la phrase ; ainsi,nous construisons une histoire, une vocation, une vie.
7. Passez les tests
Il n’y a pas moyen de tricher ou de faire le passager clandestin dans le voyage à la découverte de soi (ou une nouvelle carrière ou relation) ! Pour posséder votre pouvoir, vous devez être prêt à égratigner votre ego sur des chemins rocailleux. C’est la seule façon de découvrir et de prendre possession de votre cadeau personnel. Vous rencontrerez nécessairement des épreuvesou des tests en cours de route, ce qui peut être inoffensif ou même agréable, en fonction de votre degré de résistance.
Si vous voulez vivre la vie selon vos propres valeurs, vous devez être prête à vous crasher et à brûler… Eh oui : se réaliser, c’est pas pour les petites natures ! Une fois de plus, « le courage est ce que la vie exige de nous en échange de la paix » !

8.Humorisez votre vie 

Nous pouvons alléger notre illumination par le rire.. ; en effet, après avoir ôté des couches de fausses croyances et d’attitudes négatives qui vous rendent esclave, le rire surgit spontanément … comme venant d’une source intérieure, car c’est ce que nous sommes. Laissez-vous allez, et sentez la joie, la lumière, l’amour en vous… Pour encourager l’humour en sommeil, jouez avec un jeune animal ou un enfant, ou avec les mots, ou chantonnez, ou faites toute activité qui réveille en vous cet esprit espiègle et insouciant.

9. Soyez reconnaissant(e)

La gratitude et le pardon sont frères. Soyez reconnaissants pour toutes les personnes difficiles dans votre vie ; chef, collègues, enfants, amis, … parce qu’ils sont vos plus grands professeurs. Ces relations sont difficiles justement à cause de votre résistance à ce qu’ils doivent vous enseigner ; par ex, la compassion, l’estime de soi, la générosité ou l’amour inconditionnel. Nous sommes toujours à la recherche d’un miroir. Si nous n’aimons pas ce que nous voyons, nous pouvons blâmer le miroir, ou regarder à l’intérieur ; là est la voie de la maîtrise personnelle et de la paix.
10. Soyez le changement
Les héros savent que la maîtrise du changement exige une pratique quotidienne. Restez sur le chemin. La clé pour intégrer le changement dans notre vie est d’avoir de grands rêves, mais d’avancer à petits pas. Gandhi a dit: «Vous devez être le changement que vous voulez voir. » C’est un processus permanent d’auto-actualisation. Et c’est notre raison d’être ici-bas…