Archives de Tag: inconfort

Sortir de la prison d’une vie médiocre

Par défaut

Vous aimeriez sortir d’une situation mais vous ne voyez pas comment… Vous ne faites pas, ou n’êtes pas qui (ou ce que) vous êtes censé être.

Cela cache généralement une peur (intérieure ou extérieure).

  1. Extérieure :

Est-ce que quelque chose vous tient bloqué par obligation, légalement ou financièrement ?

Pourquoi avez-vous peur de le changer ?

Que se passerait-t-il si vous partiez & commenciez une nouvelle vie ?

Existe-t-il un moyen de le faire et de minimiser les dégâts ?

Qui peut vous aider ?

De quoi avez-vous besoin comme levier ?

  1. Intérieure : Valeurs / morale / croyance / « il faut »

Qu’est-ce que vous imaginez ?

De quoi avez-vous peur ?

Quel fantôme est sur votre chemin ?

Y a-t-il des slogans familiaux ? (du genre « les Dubois ne renoncent jamais »)

Quelqu’un vous fait-il vous culpabiliser ? (ex : « tu dois toujours être là pour maman »).

Existe-t-il une injonction de honte ? (ex : « si tu ne réussis pas, tu ne vaux rien »).

Si quelque chose vous bloque & vous empêche de passer au prochain niveau de votre vie, il faut trouver ce que c’est.

Souvent, quand on tente d’avancer avec notre vie, et on croit qu’on le fait, alors qu’en fait, on reste dans le même problème – on est trompé par la nouveauté et l’intensité.

Aussi, beaucoup croient – bien à tort ! – qu’ils seraient heureux s’ils devenaient exceptionnels dans un domaine.

Mais s’ils le deviennent, ils se sentent comme un imposteur, doivent courir encore plus vite, ne peuvent jamais ralentir, doivent faire gagner toujours plus & subissent une myriade d’autres peurs.

Certaines thérapies conseillent de repousser nos limites des risques, mais cela prend du temps, est risqué, génère généralement des cicatrices inutiles et le plus souvent, ne rend même pas heureux.

Pour devenir plus heureux, il vaut mieux trouver quelqu’un de qualifié pour aider à identifier le blocage, puis explorer les façons d’exprimer notre véritable moi. Alors, on ressent ce qu’on est et ce que l’on fait devient juste une façon d’exprimer qui on est.

Oser trouver & affronter ce qui nous effraie, a un effet libérateur & énergisant, car alors, la joie vient d’être aligné sur notre moi émotionnel, rationnel et spirituel.

Si vous devenez ce que vous êtes vraiment, vous serez automatiquement exceptionnel, peu importe ce que vous faites.

Ce n’est pas gagner 1 million d’euros, ni la renommée, ni une nouvelle voiture qui nous apportera ce sentiment de signification.

Ceux qui possèdent de l’argent, ou la gloire le savent ; sans la croissance, c’est destructeur ! Quand on gagne aisément des choses (surtout des biens matériels), on n’est pas satisfait ni épanoui – en tout cas, pas longtemps.

Seules la progression & la croissance peuvent fournir du sens à notre vie & nous donner de la vitalité & l’envie de vivre !

Votre point de vue est pointé vers l’obscurité et vous devez le tourner vers la lumière. Vos circonstances ne changeront pas, elles sont hors de votre contrôle, mais le sens que vous donnez à votre vie est VOTRE & COMPLETEMENT sous votre contrôle.

Alors, si vous choisissez de vous priver de la vie des possibles, ce sera uniquement votre faute. Il n’y a pas d’excuse … mais vous pouvez vous vouloir vous limiter au petit espace de votre esprit comme des millions d’autres personnes dans ce monde, et vous plaindre.

Les autres vous donneront la pitié que vous voulez, et vous aurez la satisfaction de sentir que d’autres aussi sont bloqués.

Vous pensez ne pas pouvoir supporter de genre de vérités, mais sans modification totale de votre mentalité, vous resterez où vous en êtes – voilà pourquoi la « méthode douce » sera toujours inefficace !

Si vous restez dans votre cocon, vous vous privez de l’aptitude à vivre, & il n’y a que vous qui en souffrirez.

Par conséquent, ayez le courage de chercher où votre vie est médiocre & insatisfaisante, de découvrir où ça fait mal ; vos « points douloureux ».

Ces points-là sont des difficultés d’un niveau suffisant pour nous motiver à chercher une solution ou une alternative – tout comme la grenouille placée dans de l’eau qu’on chauffe et que cet inconfort croissant pousse à vouloir sortir de là.

Voici comment faire pour commencer à vivre mieux :

– Faites appel à votre mage intérieur

Tout le monde a des traumatismes. Vous pouvez les utiliser en votre faveur ; vos traumatismes ont le pouvoir de vous pousser à vouloir devenir plus fort & vous en sortir.

Alors, demandez-vous quel est votre point douloureux…  Et quand vous l’avez trouvé, demandez-vous ce que vous devez faire ou éviter de faire pour ne plus jamais vivre cela.

Dites-vous, comme George Sand ; « Je ne donnerai plus ma chair et mon sang en pâture à l’ingratitude et à la perversité » !

De nos jours, avec la mode du « tout positif » & autres théories New Age à la manque, beaucoup nous conseillent d’ignorer le négatif… L’ennui, c’est que le fait de le nier ne le fait pas disparaître !

Cette positivité à tout prix est comme le communisme ; une idée qui a l’air très bien en théorie, mais qui, mise en pratique, ne fonctionne pas du tout ; comme dit l’adage « Les choses finissent toujours par s’arranger, mais mal » !

Donc, ainsi laissé à lui-même, le mal empire de plus en plus & finit par contaminer tous les domaines de notre vie.

Essayez de trouver (et de noter) 3 choses que vous devez commencer à faire et 3 choses que vous devez arrêter de faire dès aujourd’hui pour réaliser vos rêves.

– Planifiez votre temps

Vous êtes défini par ce que vous faites tous les jours. Si vous voulez être danseur, vous devez au minimum danser quelques heures par jour. Remettre une séance ici et là n’est pas trop grave, mais si procrastiner devient une habitude, cela finira mal.

Même si un de vos buts demande beaucoup de temps & de travail, il faut s’obliger à y travailler chaque jour, ne fût-ce qu’un peu… Mieux vaut avancer lentement que de rester sur place.

Il faut aussi se fixer des étapes & des dates-butoir, & agir comme si votre calendrier était votre patron ; s’il vous dit de faire quelque chose, il faut le faire, ou vous êtes licencié.

– Etudiez-vous & trouvez votre force et votre faiblesse

Chacun possède son propre mélange unique de forces & de faiblesses. Les livres peuvent vous dire de travailler dur, mais si ça ne vous correspond pas, il faudra surmonter ce problème ou trouver une alternative.

Il faut trouver une méthode en accord avec vos forces & faiblesses. Ne vous blâmez pas de ne pas pouvoir tout de suite faire ce que dit un livre – apprenez plutôt pourquoi vous ne pouvez pas le faire et trouvez des moyens de le résoudre.

La chose la plus dure, c’est que vous devez devenir conscient même de vos faiblesses inconscientes. Comment allez-vous faire ceci ?

En tenant un journal quotidien, où vous notez ce qui vous rend heureux et ce que vous avez réussi à réaliser (même si c’est minuscule) ; cela vous apprendra ce que vous aimez et ce qui vous motive.

Écrivez aussi sur vos échecs ; quand, par exemple, vous avez été paresseux & avez remis à plus tard. Notez quelques raisons pour lesquelles vous vous sentiez ainsi. Creusez à fond chaque problème.

Pour moi, par ex, mon perfectionnisme est sans doute dû à une peur de l’échec.

– Les self-made-men & l’illusion du succès

Quand on songe à la réussite, on ne pense qu’à des gens comme Bill Gates, Mark Zuckerberg ou Michael Jordan – bref, on la confond avec la popularité. En réalité, la popularité peut faire partie du succès, mais n’en est nullement un ingrédient nécessaire.

Les chercheurs du M.I.T. ont inventé une machine qui convertit l’eau de mer en eau potable à faible coût. Nous n’en voyons pas l’intérêt, mais pour des gens des pays en développement, ces chercheurs sont vus comme des sauveurs.

Alors, la vraie définition du succès devrait être : « réussir, c’est réaliser notre plein potentiel en servant les autres. »

Bref, faites le boulot, acceptez les sacrifices nécessaires, & relevez-vous à chaque fois que vous tombez.

Vous pourrez alors devenir populaire, ou non – cela importe peu si vous faites ce que vous aimez.

Publicités

Réussite & ambition

Par défaut

succes

Vous le savez ; l’essentiel, ce ne sont pas tant les réponses, que les questions –> Pour réussir votre vie, il faut se poser la bonne question, qui est : Comment puis-je travailler plus dur & être plus motivé pour devenir un as de la vie & obtenir ce que je veux ?

Si vous avez un rêve d’accomplir ou d’atteindre quelque chose, c’est votre responsabilité de l’accomplir. Il faut libérer votre ambition, sinon, vous resterez dans la vie médiocre, de désespoir silencieux, dont j’ai déjà parlé.

Il y a, bien entendu, beaucoup de boulot & beaucoup de compétences à avoir, et cela doit former un tout efficace, c-à-d qui rapporte.

Mais comment y parvenir, alors que l’école ne nous prépare pas au monde réel, qu’elle ne fait que nous pousser à travailler pour réaliser les rêves de quelqu’un d’autre (en nous présentant la carotte de l’avancement ou des augmentations de salaire). « On » fait tout pour que ce modèle, qui mène à une vie médiocre, nous paraisse être notre seule option dans la vie.

Mais avec une vision, on ne peut plus accepter cela, se couler dans l’ornière prônée par le système, où il s’agit de survivre, de s’adapter, de « rester à sa place », et non de s’épanouir & se réaliser.

Hélas, beaucoup, bien qu’ils aient un but & une vision, sont coincés dans le système – ils ne peuvent quitter leur job car ils ont besoin du salaire pour vivre.

Quitter le système pour se frayer sa propre voie, lâcher nos béquilles & systèmes de sécurité, est risqué, mais il n’y a qu’ainsi qu’on peut faire une différence dans ce monde, qu’on peut gagner sa grandeur.

Cf cette citation de Christophe Colomb ; « Pour atteindre de nouveaux rivages, il faut oser quitter la côte de vue ! »

D’abord, voici les choses que vous devez éviter de faire :

  • Passer vos journées à lire des blogs (ou à visionner des vidéos) de motivation,
  • Essayer de découvrir votre mission de vie durant une séance de 10 minutes, d’1 heure, d’1 semaine ou même d’1 mois,
  • Se couper d’un coup de tous les conforts, luxes ou simples joies de la vie,
  • Quitter votre job pour démarrer une entreprise ou vous mettre à voyager.

Si vous avez plus d’ambition et une vision plus large que votre entourage, ça signifie que vous devez être le meneur ; ce n’est pas tout le monde qui possède cette impulsion qui nous pousse vers l’avant, mais seulement quelques « élus » – alors, c’est votre responsabilité de l’exprimer & d’essayer d’atteindre ce but – surtout qu’il n’y a que ceci qui pourra vous donner le bonheur !

Ce n’est pas une question d’argent ou de pouvoir, mais de celui qui, avec sa vision, rallie les autres & les entraîne vers un avenir meilleur (voir http://www.bonheuretamour.com/2017/02/08/comment-atteindre-une-vie-pleine-heureuse/).

Si vous avez cette vision, même vague, osez viser grand (car on obtient généralement moins que ce qu’on visait) & cessez d’attendre la permission de la société

Rester dans le système – qui ne vise que le status quo & l’exploitation de vos dons – n’est qu’une perte de votre temps & de votre énergie… de votre vie, en fait

Ce qui est rare est cher – donc, bonheur & liberté vous coûteront un bon prix ; ce sera dur, il faudra lutter… Mais au final, le prix du succès est toujours moins élevé que celui de l’échec !

Si Dieu (ou la Nature) vous a gratifié d’un don, d’une vision, d’un idéal, vous devez décider de vous réaliser.

Jésus lui-même l’a dit : « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une hauteur ne peut être cachée. Quand on allume une lampe ce n’est pas pour la mettre sous le boisseau, mais sur son support et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. »

Alors, foin de la modestie et du confort douillet ; visez les étoiles !

Votre activité principale, pour y arriver, est de réfléchir au plus haut niveau d’action que vous pouvez faire, c-à-d comment vous placer dans une position où vous pourrez exprimer & partager vos dons.

Votre vie (les « gros cailloux » cités dans ce conte http://www.bonheuretamour.com/2014/03/16/pour-une-vie-meilleure-optimisez-votre-temps/ ) doit se composer d’une alternance de lectures & de moments de réflexion sur ce sujet précis – car c’est ainsi que surgissent les bonnes idées. Tout le reste n’est que distraction…

Votre progression peut comporter des étapes, où l’une ne fera que servir de tremplin à la suivante. Et le beau de la chose, c’est qu’au fur & à mesure que vous avancez, de nouvelles idées & opportunités se présentent, votre horizon s’élargit & votre projet final se précise.

Imaginez un peu les récompenses que vous pourriez avoir si vous réalisez votre mission ? Il faut que vous en ayiez une vision très claire & que vous l’évoquiez souvent…

Et songez aussi à ce que vous pourriez atteindre & accomplir si vous vous donnez à fond dans vos projets.

Ne préféreriez-vous pas cette vie épanouie à celle, terne & stressante, que la société vous destine ?

« Pour celui qui ne fait que la subir, la vie est une très mauvaise plaisanterie », comme a dit un auteur…

Pour une bonne vie, vous devrez créer votre propre voie & vous motiver seul.

Si vous avez une graine de ceci en vous, je serai heureuse de vous guider sur cette voie d’épanouissement, en renforçant votre mental & augmentant votre savoir. Vous aider à identifier vos dons, à trouver cette chose pour laquelle vous êtes prêt à lutter, & à révéler votre lumière, à aligner votre vision avec vos valeurs & talents profonds.

La base de tout l’édifice est bien sûr, d’avoir une vision très nette de notre mission ; c’est la cible qu’on vise, ce qui nous indique vers où diriger nos efforts.

Comment faire pour nourrir votre ambition & avancer vers la réussite ?

  1. Réfléchissez à ce à quoi vous voulez que votre vie ressemble. Quelles sont les expériences que vous voulez vivre ? Où voulez-vous habiter ?
  2. Faites un plan, à l’envers, de comment vous y êtes arrivé. Est-ce que votre futur Moi connaît l’italien ? Comment peut-on travailler à perfectionner son italien (ou son japonais, ou son électronique, …) ?
  3. Votre « super-succès » sera différent de celui d’un autre. Tout dépend d’où se trouvent vos valeurs.
  4. Faites de petits pas. Rome ne s’est pas construite en un jour.
  5. Bâtissez-vous un mental fort. Il suffit, pour cela, d’élargir votre zone de confort. La phrase « C’est juste un petit inconfort » vous mènera loin. Vous pouvez commencer à prendre des douches froides, vous réveiller plus tôt, marcher ou courir plus loin, engager des conversations avec des étrangers & toutes les choses où vous voulez vous améliorer, en reconnaissant que la seule chose qui vous a arrêté jusqu’ici, est la sensation d’inconfort. Quand vous vous rendez compte que vous ressentez cela, allez-vous laisser tomber ? Voulez-vous devoir dire à vos enfants ou -pis que ça – à vous-même à votre lit de mort, que jamais vous n’avez obtenu la chose que vous vouliez, juste parce que vous ne pouviez supporter l’inconfort ?

J’aime cette citation d’Eleanor Roosevelt ; « Vous gagnez de la force, du courage & de l’assurance à chaque expérience de vie où vous vous arrêtez pour regarder la peur en face ».

  1. Règle des 110%. Ecoutons David Douillet ; il a réussi à devenir champion du monde et nous dit que tous, on peut devenir des champions de la vie – mais pour ça, qu’il faut se donner à 110%…

Vous trimez, vous donnez tout ce que vous avez, et quand vous pensez que vous allez vous écrouler, que vous ne pouvez pas faire un pas ou un effort de plus, forcez-vous à continuer. Vous êtes capable de faire plus que vous ne pensez. Ceci élève notre aptitude à la difficulté.

Mais sachez quand ralentir ; un travail dur soit être entrecoupé de périodes de repos, pour rebâtir ses forces & ne pas s’épuiser avant d’avoir atteint notre but.

  1. Pour exceller au travail & atteindre nos buts, la volonté d’assumer tout, d’être responsable à 100% est primordiale.

Si un collègue ou un subordonné est « perdu » & a besoin d’un cours, il faut l’aider. Si on a un souci avec un collègue, il faut le régler soi-même, sans se plaindre au chef. Si quelqu’un a jeté un papier par terre, il faut le ramasser & le jeter dans une poubelle. Si une équipe n’a pas rendu son rapport, il faut le faire et le rendre soi-même. Si un ordi est en panne, il faut le réparer ou le faire réparer.

Oui, le fait de régler vos propres problèmes, ainsi que ceux qui ne sont pas à vous, est la base de la réussite.

Si vous agissez ainsi, il est forcé que vous soyez remarqué, et que votre chef vous confie plus de tâches, et plus importantes. En outre, vous serez trop précieux que pour être remplacé…& alors, à vous la réussite !