Archives de Tag: haine

« Entitlement » ; tombeau de l’amour

Par défaut

african-empress

Ayant été frappée de constater la prévalence croissance du sentiment d’ « avoir droit » chez beaucoup de femmes – surtout Africaines – j’ai réfléchi à la question & voici le résultat de mes cogitations.

Mon intention, comme toujours, est d’informer celles qui en sont affligées, car cela fait leur malheur.

Voici la triste histoire (vraie) de ma copine Samia (parfait exemple d’une situation que j’ai vue répétée chez des centaines de ses semblables).

Marocaine, elle fut élevée au bled par sa mère (algérienne), avec ses 5 frères & sœurs, avec l’habituel mélange de baffes & de « petite princesse » qui n’est que trop courant dans ces familles.

Elle adorait un beau jeune homme, Zoher (qui l’adorait aussi), mais hélas, fut mariée à un homme qu’elle n’aimait pas. Ils vinrent habiter en Belgique, elle en eut un fils, puis divorça.

Enfin, elle était libre d’épouser son bien-aimé ! Le mariage eut lieu & ce fut le plus beau jour de sa vie, mais hélas, Zoher n’obtenait pas le permis de résider en Belgique et Samia refusait de revenir vivre au Maroc.

Durant plus de 2 ans, elle ne cessa de se désoler d’être loin de lui car elle ne pouvait aller le voir qu’une ou 2 fois l’an.

Elle fit des pieds & des mains – en allant raconter son malheur partout – pour obtenir un titre de séjour et finalement (ce fut le 2ème plus beau jour de sa vie), l’obtint.

Nos 2 amoureux fous étaient ivres de joie d’être enfin réunis … 6 mois après, il ne pouvait plus la blairer, la traitait de pire épouse au monde & passait toutes ses soirées dehors !

Que s’était-il donc passé ? Comment ce grand amour a-t-il pu se changer en dégoût & en haine ?

De même que l’orgueil perdit Adam & Eve au Paradis terrestre, Samia perdit son paradis à cause de ce fichu « entitlement » ; mot anglais signifiant le sentiment d’« avoir droit ».

En effet, voici une anecdote qui m’avait frappée ; on était allés faire du shopping ; Samia, Maryam (sa mère), les enfants, Zoher & moi.

Comme il n’y avait pas de parking dans la rue commerçante, Zoher avait dû se parquer plusieurs rues plus loin. Après le shopping, Zoher avait gentiment proposé qu’on reste là, tandis que lui irait chercher la voiture – pour nous éviter – délicate attention de sa part – d’avoir à refaire tout ce trajet à pied jusqu’à la voiture.

Eh bien, que fit Samia ? Elle repéra un magasin, y entra (en prenant tout le monde avec elle) et resta dedans, à papoter bien tranquillement avec d’autres clientes.

Bien entendu, quand Zoher est passé par cette rue au volant de sa voiture, il ne nous a pas vus… Il a fait plusieurs tours, jusqu’à ce que – enfin – Madame Samia (ou plutôt, l’Impératrice Samia) veuille bien sortir du magasin…

Mais ce n’est pas tout : comme Zoher lui reprochait son attitude dégoûtante, Samia se mit à crier plus fort que lui !

Elle ne voyait pas du tout sa faute, ni la délicate attention de son époux (« princesse », je vous dis, à qui tout est dû !) & estimait qu’il lui faisait une scène injuste !

L’« entitlement », tant qu’on est une jeune fille, ça passe, mais quand on est une femme, c’est la mort assurée des relations & du mariage, car chaque scène diminue l’estime que votre époux a pour vous … et voilà comment Zoher, qui était fou de Samia, en est venu à la détester.

Leur amour était viable à distance (quand les contacts ne duraient que quelques jours & étaient rendus intenses par le manque), mais de près, quand on vit ensemble chaque jour, l’immaturité, l’égoïsme & l’« entitlement » se montrent à plein, & il n’y a plus de manque pour jeter les époux dans des folies sexuelles qui font tout oublier.

Ces défauts étouffent alors immanquablement les sentiments amoureux.

Le mariage est affaire sérieuse ; l’ « amuuuuur » n’y suffit pas ; il y faut des qualités plus solides, comme la maturité, l’humilité, l’esprit de don & de sacrifice… Ok, il faut avoir confiance en soi, mais ça ne nous dégage pas de l’obligation d’être humble, serviable & surtout, reconnaissante ! (surtout dans l’union !).

Si l’on ne veut pas, comme Samia, se retrouver à pleurer sur un amour perdu, il faut s’en corriger & pour ça, voir d’où provient un tel comportement, où l’on se rend insupportable & où l’on sabote ses propres chances de bonheur.

Je comprends que des filles comme Samia ont perdu beaucoup & ne les condamne pas ; je sais qu’une partie essentielle d’elle-même lui fut coupée quand elle était petite.

Je prétends (pour l’avoir beaucoup observé) que l’entitlement est plus présent & plus fort chez les Africaines que chez les Européennes.

Quand un enfant a subi des injustices ou des maltraitances (ce qui, là-bas, prend souvent la forme de l’excision), cela se change en rage & désir de revanche ou de compensation lorsque cet enfant grandit.

Chez nous, les filles maltraitées versent dans la violence (ouverte ou verbale) & dans les comportements à risques. C’est à la fois un signe de rébellion, de compensation pour ce qu’elles ont subi, & de confirmation – comme si elles se disaient : « Ah bon, je suis une moins que rien ? Eh bien, je me conduirai comme une vaurienne ou une grue, je ne respecterai ni moi, ni les autres. Je prouverai que je ne vaux rien ». Ceci est du reste aussi un appel au secours…

Par contre, en Afrique, où 1) la pression familiale est plus forte, 2) où on les excise et 3) où de tels comportements (violence ou putasserie) peuvent conduire non seulement à l’exclusion familiale, mais directement à la potence, cette rébellion & ce désir de revanche prendront la forme de l’entitlement*.

Elles ont dû subir passivement, en totale impuissance, une horrible mutilation ? Eh bien elles exigent maintenant, en compensation, la toute-puissance ! On les a traitées comme des objets ? Elles seront des reines, et ce sont elles qui traiteront les autres comme des objets ! (O, combien de fois ai-je vu cette conduite stupide, car contre-productive,  chez des femmes ayant subi des violences dans l’enfance !).

Je sais que l’information modifie la structure du cerveau et que « quand on sait mieux, on agit mieux » – & c’est là le but de cet article ; que les ex-enfants maltraitées comprennent pourquoi elles se sabotent & puissent ainsi se corriger.

Je les invite à faire passer ces mobiles inconscients – où ils les contrôlent & les poussent à se saboter – dans le conscient – où ils sont neutralisés & où elles regagneront la liberté de choisir un comportement qui les servira au lieu de leur nuire !

 

* Bien qu’actuellement, vu les nouveaux modes d’éducation & la désinformation des mercantis (sous la forme de la mode « petite princesse » pour les filles), de plus en plus d’Européennes deviennent ainsi également.

PS : je dis zut à celles qui détesteront mon article – je connais mes intentions, et elles sont bonnes. Je resterai toujours persuadée qu’il n’y a que la vérité qui sauve et que, forcément, la vérité est rude.
Mon motto reste cette phrase de R.W. Emerson : « Truth is handsomer than the affectation of love. Your goodness must have some edge to it, else it is none. » (« La vérité est plus belle que l’affectation d’amour. Notre bonté doit avoir un côté coupant, sinon, elle n’en est pas »).

Car enfin qui, à part moi, a réfléchi à ce problème qui nuit tant au bonheur des femmes ? Et qui, s’il a trouvé ceci, a osé le publier ?

Du reste, il n’y a que les méchants qui rejettent les bons conseils…

Publicités

Ne diffusez pas la diffamation des PN

Par défaut

ragots2

Tous les PN mèneront contre vous des « campagnes de diffamation » puisqu’ils sont mus par un seul sentiment ; une énorme jalousie haineuse. En effet, lorsqu’un être bon rencontre un individu meilleur que lui, il l’admire & songe à l’imiter. Mais ce n’est pas ce qui se passe chez les mauvais ; ceux-là en voudront à l’être supérieur, ils le craindront, l’envieront & le haïront de sa supériorité.

Leur idée de base se résume à ceci : « Je te HAIS d’être 1000 fois mieux que moi ! Je voudrais te rabaisser à mon niveau, te faire vivre dans mon enfer, et que le monde entier te haïsse aussi & te fasse du mal ! « 

Comme dit ici http://www.bonheuretamour.com/2016/06/23/comment-les-pn-vous-diffament/, ils attaqueront sans cesse votre bien-être, votre réputation, & votre carrière – & ça marche, même si c’est totalement inventé.

Et si ces attaques sont lancées par quelqu’un dans une position de pouvoir, la pauvre victime n’a aucune chance de pouvoir se défendre !

Si vous avez tenté de révéler la vérité sur un PN, il vous prendra pour cible et emploiera cette tactique lâche pour vous forcer à vous taire ou vous décrédibiliser (j’ai déjà décrit comment il vous provoque & vous pousse à vous compromettre ; http://www.bonheuretamour.com/2016/10/12/comment-le-pn-vous-pousse-a-vous-compromettre/).

Remarquez que, pour fonctionner, une campagne de diffamation exige la participation de 2 joueurs : le menteur qui lance la campagne … et les « idiots » qui le croiront & la répandront partout.

Ces « idiots utiles » sont les imbéciles propageant en toute inconscience ou méchanceté une cause dont ils ignorent la base (mensongère) et les atroces conséquences.

Si ces crétins-là n’existaient pas, le PN serait bien embêté ; ses tentatives de diffamer sa victime tomberaient à plat ! Mais – heureusement pour lui & pour ses manoeuvres assassines, il trouvera toujours des idiots pour soutenir sa (mauvaise) cause – par bêtise, par loyauté, par agressivité lâche ou par crainte d’être la prochaine victime.

La plupart ne réalisent absolument pas le préjudice irréparable qu’ils causent. On retrouve ici « l’innocence au sourire sanglant » dont parlait Kundera …

Scott Peck, lui, voyait en ceci le moyen de distinguer les êtres bons des mauvais : les bons, en présence de stress, cherchent une solution non-blessante (ou se blessent eux-mêmes en se sacrifiant), alors que les mauvais se jetent sur un mode de soulagement destructeur (c-à-d qui blesse quelqu’un d’autre) ; c’est l’image du gars engueulé par son boss, qui, une fois rentré, crie sur sa femme, laquelle crie sur son enfant, lequel donne un coup de pied au chien…

Si vous voulez plus d’infos sur ces « flying monkeys », lisez http://www.bonheuretamour.com/2016/09/25/le-pn-ses-flying-monkeys/ & http://www.bonheuretamour.com/2016/10/19/plus-sur-les-flying-monkeys/ .

Pour éviter de devenir un des complices de ce tueur, suivez ces conseils :

-Si on vous « confie » des ragots, ne les croyez pas tout de suite ; remettez-les en question pour vous assurer qu’ils sont véridiques – surtout, ne les répandez pas avant d’en être absolument sûr(e) !

-Exprimez votre réprobation si vous êtes témoin de violence, d’agression, d’abus ou d’intimidation. Sinon, vous devenez un pion manipulé dans la tentative d’un agresseur d’intimider ou de salir son (sa) partenaire.

Les témoins d’actes blessants & malveillants ont la responsabilité morale, le devoir absolu de défendre les victimes, de lutter contre l’injustice, la violence et l’intimidation.

Le silence n’est jamais neutre ; on choisit toujours son camps, d’une façon ou d’une autre… Jésus l’a bien dit ; « Qui n’est pas POUR moi est CONTRE moi » ! Alors, ne faites pas semblant de n’avoir rien vu ou entendu, car si vous ne faites pas partie de la solution, vous faites nécessairement partie du problème !

Les pervers sont lâches et ne font que ce qu’ils savent n’avoir pas de conséquence ; s’ils devaient payer pour leurs crimes, ils cesseraient immédiatement ! Voilà pourquoi il est essentiel de réagir ; car sinon, ils savent qu’ils peuvent tranquillement continuer leur oeuvre de mort envers leur Bouc Emissaire !

Il faut les stopper – alors, réagissez ! Quand quelqu’un est victime de violence ou d’abus, intervenez ; protestez – comme vous aimeriez que la victime le fasse pour vous si les rôles étaient inversés !

– Et au lieu de répandre les ragots, songez à d’où ils viennent & aux mobiles du lanceur de rumeurs.

– Songez au rôle que vous joueriez en diffusant ce dénigrement, & comprenez que ceci est le fait de personnes lâches et peu sûres d’elles. Sinon, un dialogue ouvert et une saine confrontation remplacerait ces tactiques violentes et ténébreuses.

Ne participez pas à la mise à mort d’une belle âme ; on a toujours le choix entre le courage & la peur, ou entre être humain ou être, comme le PN, lâche ou froidement cruel & insensible…

Liberté & égalité en Occident

Par défaut

dictateur J’ai visionné dernièrement une video « what north koreans believe ».

Dans cette dictature, les medias font croire aux habitants – & ceci est typique des dictatures – que les Américains crèvent de faim, qu’ils se nourrissent de neige, qu’ils vivent dans des tentes (offertes par la Corée du Nord !) et que c’est pour ne pas les accabler que l’Internet est interdit en Corée du Nord (!).

Ils diffusent aussi l’idée que les Coréens du Sud haïssent ceux du Nord et les attendent à la frontière avec des fusils, prêts à tuer tous ceux qui voudraient y aller (bien sûr, en réalité, les Coréens du Sud sont prêts à accueillir leurs frères du Nord et ce sont les soldats Nord-Coréens qui tirent sur ceux qui veulent fuir la tyrannie & la misère du Nord !).

Je me suis aussi rappelée Pearl Buck (une écrivaine Américaine née & ayant vécu en Chine) qui a écrit que, quand la révolution a éclaté, le gouvernement avait persuadé les Chinois de la même chose ; que les Américains vivaient dans une misère noire – sans aucun doute parce que eux vivaient une terrible famine, et que, comme on n’est jamais heureux ou malheureux que par comparaison, ça aiderait les Chinois à relativiser…

Et bien sûr, ces Américains sont méchants ; ils ont trahi la Chine & lui veulent du mal … classique !

Bref, c’est une tactique commune, que tous les gouvernements dictatoriaux utilisent.

Mais assez parlé des autres ; regardons plutôt « la poutre qui est dans notre oeil » !

J’en avais déjà parlé ici ; http://www.bonheuretamour.com/2013/07/03/des-faits-inquietants/

J’y citais Marylin Manson ; « Quand vous regardez la télévision, vous regardez les nouvelles, et on vous fait le plein de peur. Il y a les inondations. Il y a le sida. Il y a les meurtres. Coupés par des publicités. Achetez l’Acura. Achetez Colgate. Si vous avez mauvaise haleine, on ne vous parlera pas. Si vous avez des boutons sur la figure, cette fille ne vous baisera pas. C’est juste une campagne de peur et de consommation. Voilà sur quoi je crois que ça se base. En gros, l’idée est de faire peur aux gens pour qu’ils consomment ».

Et j’y parlais d’un certain club qui décide dans l’ombre & dont, curieusement, & bien que l’élite mondiale s’y rencontre, n’est mentionnée dans aucun média…

Ailleurs – voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/07/25/pn-pouvoir/ – j’évoquais le fait qu’on est dirigés par des pervers narcissiques ;

=> extrait : Je trouve, par ex, sur http://libertesconquises.blogspot.be/, un article disant : « Il nous a fallu attendre la fin du siècle dernier pour comprendre, grâce à des Chercheurs en Psychologie Humaine, que la plupart de nos « élites » dirigeantes SONT POSSIBLEMENT, soit, très CERTAINEMENT psychopathes »

Sylvia Bréger a bien résumé la situation dans http://www.cadre-dirigeant-magazine.com/ ; « Dans la finance, dans le business, ou en politique, les psychopathes atteignent les postes à responsabilité grâce à  leur observation, leur intelligence, leur capacité de simulation et  leur charisme », et :  » Il y a quelques années …, ce type de personnalité avait du mal à s’intégrer professionnellement, sa  froideur et son égocentrisme ne correspondaient pas aux valeurs de l’époque. Aujourd’hui, estime de soi et manipulation sont souvent des atouts au sein d’une grande structure ».

Et le psychologue Paul Babiak, qui a sondé la question en profondeur, en dit (dans son livre « Snakes in Suits ») que les sociétés cherchant un cadre, cherchent quelqu’un ayant le profil suivant ; charmeur, futé, charismatique, sachant répondre à tout – des caractéristiques que les PN ont au plus haut point….

Il conclut : «Plus le psychopathe est atteint, meilleure est son apparence, son charisme et ses talents d’orateur » (!).
Par conséquent, plus l’un de ces démons est dangereux & taré, plus il voudra vous faire de mal, mais surtout, plus il POURRA vous en faire, avec l’absolution de la société !

Etant donné que les Etats ont une majorité de PN à leur tête, pensez-vous que ces gens-là sont pour la démocratie ? Bien sûr que non ! Si l’on cesse d’avaler la propagande « vous êtes libres » des mass medias & qu’on s’informe un peu, on ne peut qu’en déduire qu’il n’y a pas qu’en Corée qu’il y a de la tyrannie …

On est censés être libres & avoir des droits, alors qu’en réalité, on n’a que de beaux morceaux de papier … (« Ah, le beau billet qu’a La Châtre » !).

En fait de droits, il suffit de vouloir les exercer pour voir qu’on n’en a quasiment aucun – sauf celui de se taire – et que ce qu’on a, par contre, ce sont des gouvernements qui nous volent comme dans un bois (je peux en témoigner) et contre lesquels on n’a aucun recours.

Et que tous ceux qui « sont du côté du manche » (flics, juges, avocats, agents de l’Etat, …) se gobergent en pressant le peuple comme des citrons, et peuvent absolument tout se permettre – voir les tabassages & meurtres incessants commis par les flics dans tout l’Occident ; aux USA, en Europe (« bavures »), … sans aucune conséquence pour leur auteur – même, quand ils ont vraiment trop déconné, ils sont « punis » en étant PROMUS (!) – je le sais ; ma soeur travaille à l’Etat !

Exemplatif est par ex, l’acquittement, ce jour, de Bernard Westphael – ce député (6900€ net/mois, avec un QI de 83) dont la culpabilité est criante !

Et que dire de la condition de la femme ? (d’ailleurs, voir la ligne ci-dessus : quand on est député, on peut tuer sa femme sans craindre une quelconque punition).

Tous les médias occidentaux serinent aux femmes qu’elles ont des droits, et même l’égalité, et qu’ailleurs (en Afrique), les femmes sont dans une condition horrible, et les bonnes bêtes d’ici avalent ça, exactement comme les Nord-Coréens bêtes avalent aussi la propagande mensongère…

Les medias leur bourrent le crâne toute l’année, avec une apothéose chaque 8 mars, où l’on invite une femme « de là-bas » (genre Taslima Nasreen) pour qu’elle enfonce bien le clou en racontant « son martyre » – pour faire frémir dans les chaumières, et que nos bonnes idiotes occidentales se disent que « c’est beaucoup mieux ici » (!) & que finalement, elles ne sont pas si malheureuses que ça …

Cette image humoristique (mais très profonde), baptisée Orient & Occident, donne une plus juste image des choses :

orient-occident

La blonde pense : « Tout est couvert, sauf ses yeux. Quelle culture cruelle & dominée par les mâles ! » et l’autre femme pense ; « Rien n’est couvert, sauf ses yeux. Quelle culture cruelle & dominée par les mâles ! »

Le même pouvoir dictatorial est à l’oeuvre partout, sauf que là-bas, il s’exprime franchement et ici, de façon subtile & détournée (hypocrite).

Bref, ici, c’est pire, car en plus du reste, on baigne dans une atmosphère perverse, on est laissés dans l’ignorance de notre situation réelle (ce qui du reste n’en est que plus efficace) – car pourquoi se révolterait-on contre les injustices & les égalités quand « elles n’existent pas » ? ! On nous cache nos liens, car « Ce sont les chiens qu’on ne tient pas en laisse qui sont les plus fidèles  » !

On ajoute l’insulte à l’injure ici ! Tant qu’à se conduire comme un porc, j’aime autant qu’on l’avoue franchement ; c’est plus propre !

Et chaque fois, un « autre » – « ennemi », « Bouc Emissaire » – est nécessaire ; en effet, le moyen pour les tyrans de se hisser au pouvoir & de s’y maintenir, est de créer puis nourrir continuellement un antagonisme avec un autre peuple ou nation, un « nous » et de « eux », générateur de crainte & de mépris – donc, de haine, créé de toutes pièces.

En 1994, dans son livre « la dictature libérale », Jean-Christophe Rufin montrait comme les USA avaient continuellement soutenu leur soi-disant « pire ennemi » ; la Russie & le régime communiste, et il prophétisait que si le bloc de l’est disparaissait, l’Occident n’aurait rien de plus pressé que de se créer un autre ennemi (bien sûr ; c’est là-dessus que repose leur pouvoir !) et que ce serait sans doute ensuite une lutte Nord-Sud … L’avenir lui a donné raison !

Infidélité : faut-il haïr l’amant(e) ?

Par défaut

F. enrage  Découvrir que notre partenaire nous trompe cause un énorme choc, une douleur terrible et, bien sûr, une rage monstrueuse … qui se porte généralement vers l’amant(e).

D’un côté, c’est compréhensible (& excusable), puisqu’on le (la) considère comme le(la) responsable de toute cette douleur et de ce « vol » (car il ou elle prend quelque chose qui n’est pas à lui (elle).

Il est très tentant de croire que s’il (elle) n’avait pas été là, notre partenaire nous serait resté fidèle… Hélas, ce n’est généralement pas vrai ; il l’aurait fait quand même, avec quelqu’un d’autre !

Après avoir appris la trahison, le partenaire trompé tend à s’obséder sur l’amant(e) ; on l’imagine comme un Don Juan ou une femme fatale, plus beau, brillant, organisé que nous … Là aussi, c’est généralement faux ; c’est le plus souvent quelqu’un de tout à fait ordinaire, et même plus laid(e) que nous.

Bref, ce « tiers » aurait pu être n’importe qui. Son seul avantage sur vous, c’est qu’il (elle) n’est pas vous, justement, et surtout qu’il (elle) ne porte pas l’étiquette « engagement » ; qu’il représente la liberté, la légèreté, l’amour et non le devoir…

Dans 99 cas sur 100, ce sont plus les circonstances de la situation, plutôt que la personne de l’amant(e), qui ont fait pencher la balance vers l’infidélité.

D’ailleurs, c’est une relation de fantaisie, toute en surface & d’apparences, où chacun des 2 se présente sous son meilleur jour, et qui n’atteindra sans doute jamais ce stade d’intimité où on se laisse aller complètement…

C’est une sorte d' »évasion », de « plage de repos », de « lieu hors du temps & du train-train quotidien », où il n’y a que le côté agréable d’une relation, loin des activités banales de la vie, et surtout, libre des restrictions, obligations & responsabilités qu’exige une vie de famille.

Et à ceci s’ajoute la nouveauté, puis, le mystère & l’intensité de devoir dissimuler… Pas étonnant que ça semble plus excitant qu’avec vous !

En fait, le plus souvent, la liaison ne constitue pas un rejet du conjoint, mais un rejet d’un rôle jugé terne ou trop lourd à porter ; un rejet de tous ces devoirs et limitations.

Comprendre ceci met un peu de baume sur nos blessures… et aide à tempérer nos opinions & sentiments envers l’amant(e).

Bien sûr, on est tenté de se rebeller contre l’idée même de relativiser, de tempérer notre colère, car la colère est une émotion qui nous fait sentir puissant … et on a bien besoin de se sentir puissant, dans le maelstrom d’émotions (surtout une grande détresse & impuissance) causées par l’infidélité !

L’ennui, c’est que ça nous ronge, nous empêche de penser clairement et nous fait agir à notre détriment.

Dites-vous plutôt ceci : si votre bien-aimé(e) a pris cet amant (cette maîtresse), soyez sûr(e) que c’est pour son rôle ; ce rôle d’apporteur(euse) de fantaisie ; bref, c’est pour ce qu’il(elle) n’est pas, et non pour ce qu’il (elle) est !

D’ailleurs, si (cela arrive dans 1,5% des cas) votre partenaire vous plaque pour s’installer avec son amant(e), il (elle) réalise vite – quand l’autre s’est installé dans le rôle de « conjoint officiel » – qu’il a conclu un marché de dupes & se retrouve à son point de départ…

Il se rend alors compte que sa croyance que l’amant(e) était différent(e), n’était qu’une illusion, et ses vieux sentiments d’être prisonnier d’une vie terne seulement faite de devoirs & dénuée d’excitation, ressurgissent… & le désir de s’en évader (par l’infidélité) ressurgit aussi…

Prenons l’exemple de mon 1er beau-frère, Philippe D. Il a épousé ma soeur en ’84 et, peu après l’achat d’une maison, est devenu infernal avec elle. Un soir, elle est rentrée du boulot & a eu la surprise de trouver l’oiseau envolé, avec toutes ses affaires (& le compte en banque vidé).

L' »oiseau » en question s’était trouvé un nouveau nid, chez une certaine Ariane, qu’il a mise enceinte… Comme cela lui pesait, il a renoué avec ma soeur (qui est aussi tombée enceinte).

Ce beau coco a donc « dû » quitter Ariane, pour s’installer chez une 3ème oiselle, Patricia.

Comme elle lui correspondait plus, il l’a épousée & lui a fait un gamin… Ils ont vécu ainsi 18 ans, & là, Patricia a acheté un appartement (avant, ils louaient) ; là, c’était trop pour notre pigeon voyageur ; il a pris son envol pour s’installer chez une Catherine… C’est beau, non ?

Bref, si votre compagnon(gne) vous trompe, sachez que 1) il y a peu de chances qu’il vous quitte pour s’installer avec l' »autre » (évidemment, c’est à voir si VOUS voudrez rester avec un(e) partenaire infidèle), 2) même s’il le fait, l’amant(e) risque fort de se retrouver très vite à votre place, confrontée à la douleur de l’infidélité (vengeance, vengeance !).

Donc, faut-il haïr l’amant ? En fait, non ; il(elle) n’en vaut pas la peine…

PN & meurtre moral

Par défaut

rancuneIl y a différentes manières d’assassiner un homme : par le pistolet, par l’épée, par le poison ou par l’assassinat moral.  C’est la même chose, en définitive, excepté que ce dernier moyen est le plus cruel (Napoléon)

Et pourtant, ce moyen cruel, c’est celui qu’emploie un PN envers ses victimes… Qu’est-ce qui l’en empêcherait, puisqu’il est totalement dénué de moralité ?…

Oui, les pervers sont durs, sans coeur, sans pitié, menteurs, mauvais, éhontés, destructeurs, … (mais vous le saviez déjà). Au lieu de faire le bien, ils ne visent qu’à assassiner des âmes, au lieu d’admirer les qualités d’autrui, ils les envient, les haïssent et veulent les détruire.

On trouve partout ces êtres maléfiques et ils prospèrent dans l’ombre de l’ignorance et du déni de la plupart des gens… On ne peut, en effet, pas imaginer que des créatures aussi noires, de tels tueurs de sang froid existent… jusqu’à ce qu’on tombe sur l’un d’eux !

Le Mal pur (comme l’est celui des PN) fait peur aux gens, alors, ils choisissent de ne pas le voir, de ne jamais le reconnaître pour ce qu’il est… et ça, ça fait bien les affaires des PN, qui se frottent les mains de cet aveuglement volontaire – et même, qui arrivent ainsi à recruter des complices (« flying monkeys ») pour enfoncer la victime à leur place !

C’est dire s’ils ont encore de beaux jours devant eux… & si leurs victimes n’ont pas fini de souffrir ! car « La chose la plus difficile à expliquer est le clairement évident que tout le monde a décidé de ne pas voir » (Ayn Rand).

Pourtant, ces êtres sont irresponsables, négligents, irrationnels, débauchés, écervelés PAR CHOIX : bien qu’ils ne soient pas mentalement déments, ils le sont moralement : ils ne souffrent pas d’une pathologie ou d’un trouble mental quelconque, il n’ont aucun « handicap émotionnel » les rendant inaptes à se retenir : non, ils choisissent délibérément de blesser autrui parce qu’ils aiment cela !

Pour oublier son vide, pour exister enfin, un pervers narcissique doit se chercher un bouc émissaire sur qui projeter sa nullité, son insignifiance totale. Un PN projette alors son côté sombre (qu’il refuse – comme un lâche qu’il est – de reconnaître & d’affronter) sur son bouc émissaire. Donc, il adore humilier sa victime, l’avilir, lui faire perdre toute dignité, lui faire exprimer sa propre folie (les victimes se reconnaîtront !) – alors, il se sent fort, puissant, il se sent Dieu ! Ce jeu malsain, ce « rituel satanique » est une vraie drogue pour lui … et sa seule réelle source de jouissance !

Les PN, incapables d’aimer, ne peuvent que haïr ; ils en ont besoin pour vivre & agir. Voilà pourquoi rien ne les satisfait ! Inaptes à jouir de la vie, le bonheur d’autrui génère en eux une mentalité hostile d’envie, d’irritation haineuse. Alors, ils ne visent qu’à détruire le bonheur qu’ils voient autour d’eux, le bien & l’amour, et ceux qui en sont porteurs ! … Cette conduite n’est pas l’expression d’une maladie, car elle est réfléchie.

Mais ils adorent qu’on pense qu’ils sont victimes d’une maladie & qu’on les prenne en pitié – car cela leur permet de garder la victime dans l’espoir.. ; c-à-d dans leurs filets !

Ils savent pertinemment que nos sentiments nous rendent vulnérables et profitent de notre pitié et de nos sentiments humains en les utilisant contre nous !

De toute façon, comme ils aiment être le centre d’attention, ils tenteront partout d’inspirer la pitié pour leur « triste situation » et « les abus qu’ils ont subis »… Si un individu que vous venez de rencontrer vous raconte presque immédiatement sa « triste histoire », méfiance ! Un être normal ne veut en effet JAMAIS être pris en pitié !

(Pour reconnaître une vraie victime d’une fausse, vous pouvez lire ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/01/29/pn-vraie-ou-fausse-victime/ ).

Mais retenez aussi de ne jamais avoir pitié de quelqu’un qui vous blesse &/ou vous fait vous sentir mal ;  » être tendre avec le loup, c’est être dur avec l’agneau » ! Ne soyez pas dur avec vous-même ; le monde est déjà bien assez dur ainsi ! Et – bien qu’un PN soit un acteur digne d’un Oscar, ne vous laissez pas prendre à sa comédie du « pauvre être malmené par la vie » !

Car voici pourquoi les PN adoptent ce rôle et tiennent tellement à ce qu’on les prenne en pitié ; c’est pour qu’on se dévoue pour eux, qu’on craigne de les quitter, qu’on excuse leur comportement inqualifiable & qu’on n’ose pas exiger d’eux une façon d’agir décente ! Alors, ne tombez pas dans ce piège ; la pitié est leur arme préférée, et celle qui nous fait tomber dans leur emprise et nous y maintient le plus longtemps ! Tant qu’on a pitié d’eux, on n’a pas pitié de soi !

Leur seule morale ? La loi du plus fort ! Ils s’estiment supérieurs justement parce qu’ils n’ont aucune sensibilité, et qu’ils peuvent distordre la réalité & faire croire n’importe quoi aux autres… et, à l’inverse, leurs victimes, qui sont sensibles, sont donc inférieures & méritent (à leurs yeux) de se faire exploiter & maltraiter.

Pour s’affirmer, un PN doit dominer un autre être, jouer avec lui (elle) comme avec une poupée, le détruire, en jouissant de sa souffrance, lui arracher l’âme, pour le (la) faire tomber dans l’enfer où lui-même végète…

Il vole sa victime (car l’argent est source de pouvoir) mais ce qu’il cherche surtout à lui dérober, c’est son bien le plus précieux : son enthousiasme, sa joie de vivre, sa créativité, ses talents, sa sensibilité, …

Les autres ne sont vus par un pervers que comme des outils utiles à ses buts et, comme il est « Dieu » (son propre dieu, en tout cas), il est tout-puissant, tout lui est dû, et on n’a pas le droit de le critiquer – sous peine de sévère rage et punition. Or, lorsqu’un PN est en colère (et c’est toujours parce qu’on aura égratigné l’énorme montgolfière de leur ego !), ce n’est pas un petit accès passager ; non, c’est une rage froide, destructrice et qui ne finit JAMAIS !

Mon PN, par ex, m’avait lu, peu après notre rencontre, ses poèmes ; ils étaient médiocres & je le lui ai dit… 15 ans plus tard, il m’a dit (& il avait l’air enragé en le disant) ; « Ah, tu as osé critiquer mes poèmes ; tu me le paieras ! »…

Aussi, prisonniers du personnage qu’ils exhibent, ils visent à tuer la liberté d’autrui en lui imposant des contraintes créées par eux – & il est bien entendu que la victime doit supporter & rester… Car ce qui déclenche leur pire colère, une rage démentielle, visant la destruction totale de leur victime, c’est si elle ose les quitter ; ce rejet représente (chose impensable pour ces tristes sires) une défaite, et exige donc qu’ils ré-équilibrent la situation, qu’ils rétablissent par tous les moyens l’image flatteuse qu’ils ont d’eux-mêmes, même si ça passe par la destruction du perturbateur !

Voilà pourquoi la punition pour ce « crime de lèse-majesté » sera exemplaire ; une rancune inflexible, implacable, à laquelle il applique toutes ses forces & capacités de raisonnement ! (croyez-moi, j’en sais quelque chose !).

Et voilà pourquoi je dis aux victimes qui songent à quitter leur bourreau ; préparez bien (et en secret !) votre départ ; cherchez des preuves, des témoins, des documents, un boulot, un nouveau lieu de vie, et ne vous permettez pas de mal vous conduire en société (car il vous y pousse constamment pour vous déshonorer), prenez des forces, car vous en aurez bien besoin pour la guerre impitoyable qu’il mènera ensuite contre vous !

Dico de la vie avec un PN

Par défaut

alphabet3  Voici un mini-“dictionnaire” de termes décrivant des situations & comportements qui, si vous vivez dans une relation ou une famille dysfonctionnelle, vous sont sans doute très (bien trop) familiers !

Aliénation : acte de briser ou d’interférer avec les relations de quelqu’un avec les autres.
– Amnésie sélective : utilisation sélective de la mémoire, ou d’un manque de mémoire, dans le but de renforcer un préjugé, une croyance ou obtenir le résultat souhaité.
– Appâtage : actes de provocation utilisés pour causer une réaction de colère, agressive ou émotionnelle de l’autre.
– Aspirage : c’est quand, après qu’une victime, lassée de ses violences, l’a quitté, la tentative d’un PN pour la « ré-aspirer » dans la relation, en exhibant temporairement un comportement amélioré ou désirable.

– Autoglorification : schéma de comportement pompeux, vantard, narcissique ou compétitif, visant à créer une apparence de supériorité.
– Auto-victimisation : c’est « jouer la victime » ; une manipulation où un PN se fait passer pour une victime afin de contrôler les autres en sollicitant une réponse sympathique de leur part ou de détourner leur attention d’un comportement abusif.

– Avalanche : quand un acte, une parole ou un événement insignifiant provoque chez le PN une réaction disporportionnée, mélodramatique et haineuse.
– Blâmer : le PN identifie une ou des personnes responsables de la création d’un problème, plutôt que de chercher des moyens de traiter le problème.
– « Blanc ou noir » : ne voir les personnes et les situations que complètement «bonnes » ou complètement «mauvaises».

– Bouc émissaire : choix d’un individu destinés à porter tout le blâme (immérité) du PN, lui servir de défouloir et exprimer (car il y pousse cette victime) toute sa propre folie & méchanceté. Ca consiste à donner systématiquement au partenaire ou à l’un des enfants, le rôle de l’entité dysfonctionnelle ou à l’inverse, parfaite => toujours favoriser l’un des enfants, et toujours insulter, frapper & rabaisser un autre.

– « caresser dans le sens du poil » : acte de manœuvrer quelqu’un pour l’amener à une position de faiblesse ; une position où il sera plus en confiance, mais isolé, dépendant et plus facile à violenter.
– Chantage affectif : système de menaces et de punitions utilisées dans le but de contrôler les comportements de quelqu’un.
– Colère : les gens ayant des troubles de la personnalité ressentent un sentiment de colère ancienne, parce qu’ils ont une perception exagérée qu’ils ont été lésés, invalidés, négligés ou maltraités.
– Compétence sélective : démontrer différents niveaux d’intelligence ou d’aptitudes, en fonction de la situation ou de l’environnement.
– Conversations circulaires : disputes & discussions éternelles & infinies, répétant les mêmes schémas sans aucune résolution du problème à l’horizon.
– Cruauté envers les animaux : les êtres ayant des troubles de la personnalité le font bien plus que les gens normaux.

– Cycle de la violence : rotation continue entre un comportement destructeur et constructif, typique de beaucoup de relations & familles dysfonctionnelles.

– Déni : Croire ou prétendre que certaines circonstances, événements ou souvenirs douloureux ou traumatiques, ne se sont pas produits.

– Discréditer, paternalisme & condescendance : Ce genre de discours est une approche passive-agressive pour rabaisser verbalement une victime, tout en maintenant une façade d’être raisonnable ou de convivialité.

-Dissociation ; terme psychologique utilisé pour décrire le fait de quitter (mentalement) la réalité. J’en parle ici : Réfugiée dans ma tête… ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/02/refugiee-dans-ma-tete/
– Evasion dans l’imaginaire : partir en imagination vers un endroit plus heureux, vers plus d’espoir.
– Fausses accusations : schéma de critiques injustifiées ou exagérées dirigée vers quelqu’un d’autre ou, si la personne a quitté la relation, fausses accusations en Justice, pour continuer à lui nuire.

– Flicage des pensées : processus d’interrogation ou tentative de contrôler les pensées & les sentiments d’un(e) autre personne.
– Flying Monkeys :  moyen pour un PN de contrôler ou d’abuser une victime en manipulant d’autres personnes (famille, amis, voisins, autorités) à le soutenir & à faire le sale boulot (= critiquer, insulter ou punir la victime) à sa place.

– Gaslighting : genre de lavage de cerveau visant à convaincre un individu sain d’esprit qu’il(elle) est fou ou que sa compréhension de la réalité est stupide & fausse.

– Harcèlement : schéma durable ou chronique de comportements non-désirés d’une personne envers une autre.
– Haut et bas fonctionnement : un être dérangé à haut-fonctionnement est celui qui sait dissimuler son comportement dysfonctionnel dans certains lieux publics et maintenir un profil public ou professionnel positif tout en exposant ses traits négatifs à ses proches en privé. Un être dérangé à bas-fonctionnement est celui qui est incapable de dissimuler son comportement dysfonctionnel en public ou de maintenir un profil public ou professionnel positif.
– Hypervigilance :  état d’énorme sensitivité sensorielle accompagné d’une intensité excessive de comportements visant à détecter des menaces présentes autour de la personne. L’ hypervigilance s’accompagne d’un état d’anxiété accru qui peut provoquer l’épuisement.

– Hystérie :  réaction excessive aux mauvaises nouvelles ou déceptions, détournant l’attention du véritable problème et vers la personne qui fait la réaction.
– Injures : utiliser des termes vulgaires ou une terminologie péjorative déshumanisante pour décrire un autre individu ou un groupe.
– Immaturité émotionnelle : refus ou inaptitude à apprendre de ses erreurs, à travailler à s’améliorer ou développer des stratégies plus efficaces pour supporter les revers ou résoudre les problèmes.
– Impulsivité : tendance à agir ou parler en fonction des sentiments actuels plutôt qu’un raisonnement logique.
– Infantilisation ; c’est traiter quelqu’un comme un enfant, comme s’il était bien plus jeune que son âge réel.
– Intimidation : Toute forme de menace voilée, cachée, indirecte ou non verbale, toute action systématique pour blesser une personne à partir d’une position de force physique, sociale, économique ou émotionnelle.
– Invalidation : créer un environnement poussant quelqu’un à croire que ses pensées, croyances, valeurs ou  présence physique, sont inférieurs, imparfaits, problématiques ou sans valeur.
– Irresponsabilité ou syndrome du  » c’est pas ma faute » ; un PN rejette toute responsabilité quant à ses actes ou paroles.
Isolement forcé : c’est quand la violence a totalement coupé la victime de son réseau de soutien (amis et famille).
– Manipulation ; c’est manoeuvrer en sorte que l’autre at un comportement souhaité pour atteindre un objectif personnel caché.
– Manque de conscience : les êtres ayant des troubles de la personnalité ne songent qu’à leurs intérêts, à l’exclusion des besoins des autres. Cela peut s’interpréter comme un manque de conscience morale.
– Menaces : avertissements intentionnels & mauvais, d’actes ou conséquences destructrices, si…
– Mensonge pathologique : tromperie persistante par un individu pour servir ses propres intérêts et besoins, en omettant ceux d’autrui. Un menteur pathologique ment pour obtenir ce qu’il veut, aux dépens des autres.

– Morale élastique : morale dépendant des situations, opinion voulant qu’en cas de crise, la fin justifie les moyens et qu’on peut violer les lois si, ce faisant, on en retire un avantage ou on (s’)évite un mal.

– Narcissisme : ensemble de comportements caractérisés par un schéma de grandeur, un égocentrisme & égoïsme extrêmes, un  besoin d’admiration et un manque total d’empathie ou de considération pour les autres.
– Négligence : forme de violence passive où les besoins physiques ou émotionnels d’un être dépendant sont négligés ou ignorés par celui (celle) qui en est responsable.
– Normalisation : tactique utilisée pour désensibiliser un individu à des comportements abusifs, coercitifs ou inappropriés => c’est manipuler autrui pour l’amener à accepter quelque chose en conflit avec la Loi, les normes sociales ou ses valeurs personnelles.

– Objectivation ; consiste à traiter une personne ou un groupe de personnes comme un objet.
– Objectivation sexuelle : c’est considérer les autres en termes de leur beauté physique ou utilité sexuelle, au lieu de considérer leurs qualités intérieures et de viser une relation avec eux en tant qu’individus.
– Orages de vacances : chez les individus atteints de troubles de la personnalité, certains événements tels que des vacances en famille, des anniversaires, … déclenchent les souvenirs émotionnels et donc, des sautes d’humeur plus fortes & plus fréquentes.
Parentification : Une forme d’inversion des rôles, dans lequel un enfant doit répondre aux besoins émotionnels ou physiques d’un parent ou d’autres enfants de la famille.
Passif-agressif : comportement exprimant les sentiments négatifs, le ressentiment & l’agressivité du PN, de façon passive, non-assertive (par exemple, grâce à la procrastination et l’entêtement).
– Perturbation identitaire : terme psychologique utilisé pour décrire une vision desoi déformée ou incohérente.
– Peur de l’abandon : croyance irrationnelle qu’on est un danger imminent d’être rejeté, mis au rebut ou remplacé.
– Phagocyter : Détruire progressivement quelqu’un ou quelque chose en les privant de toute autonomie, en s’en rendant maître de l’intérieur.

– Plaintes futiles : utilisation de procédures judiciaires imméritées pour blesser, harceler ou gagner l’avantage sur un individu ou une organisation.
– Préjugés de confirmation : tendance à accorder plus d’attention à des choses qui renforcent vos croyances qu’à des choses qui les contredisent.
– Privation de sommeil : pratique (courante dans les salles de torture de tous pays & époques ainsi que dans les sectes… et avec un PN) consistant à interrompre systématiquement, entraver ou restreindre le cycle de sommeil d’une autre personne, dans le but de l’affaiblir, et donc, de mieux la contrôler.
– Projection : acte d’attribuer ses propres sentiments ou traits de caractère à une autre personne et de s’imaginer que l’autre a les mêmes sentiments ou traits, que lui-même.
– Rage & agressivité impulsive : lors d’une discussion, « montées » verbales, physiques ou émotionnelles explosives disproportionnées à la situation.
– « Refléter » : imiter ou copier les caractéristiques, goûts, comportements ou traits d’une autre personne.
– Règle de l’élastique : schéma chronique de saboter puis de rétablir la proximité dans une relation, sans raison valable.
– Retrait : L’individu se retire de la relation, comme mesure défensive pour réduire le risque de rejet, la critique, la responsabilité de ce qu’il a fait ou la révélation ouverte de ses actes.
– Rupture chronique des promesses & engagements :  ce trait est commun chez les personnes auant des troubles de la personnalité.

– Sabotage : interruption soudaine du calme régnant en famille, dans le but (motivé par un intérêt personnel au PN) de provoquer un conflit ou d’attirer l’attention.
Sarcasme & moqueries : plaisanteries douteuses & cruelles, « humour » mordant, sarcasme ou moquerie visant à détruire la réputation d’une autre personne à ses propres yeux ou à ceux d’autrui.
– Sautes d’humeur : cycles émotionnels intenses, imprévisibles & brefs, ne pouvant s’expliquer par des changements de circonstances externes.
– Scénarios perdants : c’est lorsque le PN vous a manipulé, en sorte qu’il ne vous reste qu’un choix entre 2 options également néfastes.

-Sentiment d’ « avoir droit » : un PN, se croyant extraordinaire & unique, estime avoir droit à ce que ses moindres souhaits & caprices soient exaucés par les autres – il s’attend, de façon illogique (car c’est totalement immérité) à un respect digne d’un roi et à des traitements de faveur partout où il passe.
Sentiments de vide : sensation chronique aiguë que la vie quotidienne a peu de valeur ou d’importance, conduisant à un attrait pour les sensations fortes & les expériences relationnelles risquées, dangereuses ou dramatiques.
– « Tempête dans un verre d’eau » ou catastrophisme : habitude d’assumer automatiquement un  » pire scénario » et de faire de problèmes mineurs, des catastrophes majeures.
– Test : forcer à plusieurs reprises l’autre à démontrer ou prouver son amour ou son engagement dans la relation.
–  «Toujours» et «jamais» : il y a beaucoup de déclarations contenant les mots «toujours» ou «jamais» alors que c’est rarement vrai.
– Torture par le silence (« silent treatment ») : forme passive-agressive – mais immensément douloureuse & destructrice – de violence psychologique, où le PN exprime son mépris et sa rage de ne pas avoir été obéi, en niant l’autre & en se murant dans le silence.

– Traquer : comportement dominant consistant à poursuivre le contact avec une autre personne qui le refuse.
– Triangulation : on n’est jamais qu’à 2, dans un couple PN ; il y a toujours un(e) rival(e), pour que vous vous battiez pour lui, tandis qu’il compte les points en jouissant de votre bagarre (et que ça prouve à quel point lui-même est exceptionnel). Ou, dans une famille PN, les enfants sont poussés, non à s’aimer & à bien s’entendre, mais à se jalouser & se haïr.

– Tromperie : Partage d’une relation amoureuse ou intime avec quelqu’un alors qu’on est déjà engagé dans une relation monogame avec quelqu’un d’autre.
– Usine à chaos : créer ou maintenir sans aucune nécessité un environnement brouillon, de risque, de destruction, ou de confusion.

Viol émotionnel : voir art. du 15/10 ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/15/viol-emotionnel/

– Violence émotionnelle : tout schéma de comportement dirigé vers quelqu’un & provoquant un lui (elle) un sentiment destructeur de peur, d’obligation ou de culpabilité.

– Violence physique : toute forme de comportement volontaire d’une personne qui inflige de la douleur, mal-être ou inconfort à un(e) autre, ou les prive du nécessaire pour leur santé, nutrition ou confort.
– Violence verbale : tout schéma répété d’expression hostile, dépréciative ou menaçante d’un individu envers un(e) autre.

– Vol domestique : Consommer ou prendre le contrôle d’une ressource ou d’un actif appartenant à (ou partagé avec) un membre de la famille, partenaire ou conjoint sans avoir obtenu leur approbation.

Le PN « serviable » ou « humoristique »

Par défaut

homme tape femme  Dans sa folie mégalomaniaque, un PN est fermement convaincu que sa vie est très importante, qu’il a une mission. Il cherche donc toujours des indices prouvant la nature unique & grandiose de sa vie.

Comme il est vide (ou mort) en dedans, il est tout « extériorité », image, apparences. Par conséquent, même lorsqu’il est seul, il est en représentation, comme si un public invisible était là, à le regarder & le juger.

Tous ses actes, paroles, gestes, sont destinés à ce public et tous sont (bien entendu) d’un grand intérêt & importance – c’est pour cela qu’il aime s’enregistrer, pour en faire profiter la postérité !

Et vu qu’il est un personnage si important, il trouve normal d’avoir droit à tout ce qu’il veut, et à ce que les autres lui obéissent sans discuter et lui octroient sans râler ses moindres désirs & caprices !

Mais les autres lui résistent, ce qui le frustre et lui cause de la colère. Et comme il sait pertinemment que la société vise à éviter les conflits, que la violence est mal vue ou interdite et que, s’il s’y laisse aller ouvertement, il sera puni, il use de moyens détournés pour décharger son agressivité – et Dieu sait qu’il connaît de nombreuses façons d’agresser ; il peut jouer la « franchise brutale », ou l’ »humour mordant », ou « le bon conseil étouffant », ou « le sexe expérimental », ou « le retrait social », ou le comportement «différent», ou trouver une autre façon d’exprimer son hostilité cinglante et réprimée – qu’il qualifiera d’ »amour-vache » ou de « c’est pour ton bien ».

Son cocktail sadique préféré est de mixer sa « franchise brutale » avec des « conseils utiles » et de « souci pour le bien-être » de sa victime. Il exprime – souvent sans provocation – des observations très blessantes – mais bien sûr, comme c’est un lâche, ces méchancetés sont toujours formulées de façon socialement correcte.

Il vous dira, par ex : « ces vêtements ne te mettent pas du tout en valeur. Tiens, voici la carte de mon tailleur » ; ce faisant, il se montre serviable en apparence, mais blessant en réalité (tout est dans le ton ; sous-entendu : vous avez des défauts physiques ou mauvais goût !).
Un autre truc favori du PN est d’insister sur les insécurités, les peurs, les faiblesses et les lacunes de la cible de l’agression. Si vous (son conjoint) êtes jaloux (se), le pervers parle de son besoin d’expériences sexuelles et de ses nouvelles conquêtes. Si son partenaire d’affaires a été jadis traumatisé par une insolvabilité, il lui reproche d’être trop prudent ou trouillard, tout en le forçant à assumer les risques d’affaires bizarres et hautement spéculatives.

S’il a un conjoint grégaire, le PN joue le solitaire, l’ermite, l’inadapté social, ou le visionnaire incompris – forçant ainsi le (la) partenaire de renoncer à sa vie sociale.
Plein de venin, un PN porte en lui animosité, hostilité, une haine effrénée – ce qui mène souvent, dès qu’il en a l’occasion, à la violence physique. Mais les manifestations non-physiques de sa bile accumulée sont encore plus terrifiants, plus omniprésents, et plus durables. Méfiez-vous de ses cadeaux ; ce sont toujours des « cadeaux empoisonnés » (j’ai dit ailleurs, comme un pervers vous offre toujours des cadeaux inadaptés, pour « vous faire comprendre votre insignifiance »)  car le PN vous hait à mort, simplement parce que vous existez & que vous êtes tel(le) que vous êtes !

Il sent que vous lui êtes supérieur(e), mais il n’a pas la moralité de se dire qu’il va vous prendre pour modèle ; à la place, il vous jalousera pour cela, pour votre Vie intérieure, et visera à vous détruire… Se rappeler ceci peut vous sauver la vie !

Les joies de la famille .. PN !

Par défaut

IMG_20140606_131706

Je vous copie-colle un échange PN typique … et ça, c’est la FAMILLE ! ( = des êtres qui sont supposés vous soutenir) et en plus, c’est ma soeur jumelle !

Voici ce que ma « chère soeur » m’envoie ce matin (9h07)  sur mon mail… à vous de juger :

De: de Laat Michèle <Michele.deLaat@….be>
à: « del..@….

http://lauramarietv.com/en/

Elle a l’air mieux organisée que toi avec son site et ses conférences. Mais son propos laisse à désirer.
C’est pour te montrer qu’il y a beaucoup de personnes qui veulent « aider » les autres.

———————————————

Ma réponse (9h08) :

Nooon ? Pas possible !!!

Woaw ! En voilà 1 scoop !

——————————–

Sa réaction (9h16) : (je vous signale qu’elle est fonctionnaire et qu’elle devrait, au lieu de projeter sa nullité, sa jalousie & sa hargne sur moi pour se sentir mieux, être en train de travailler utilement au service des citoyens).

De: de Laat Michèle <Michele.deLaat@…be>
à: « delaat.b
Date: 3 septembre 2015 09:16

Un exemple de ce qu’écrit ce « maître du savoir universel » J comme quoi, c’est tjrs ridicule de s’auto-proclamer J :

« Fondatrice du mouvement « Nouvelle Génération Consciente », et du blog www.LauraMarieTV.com, dédié à l’éveil spirituel et à l’éveil de conscience (plus de 2,5 millions de vues), Laura Marie guide ceux qui s’éveillent vers la réalisation de leur mission de vie pour l’humanité. »

Ma conclusion : ces crapuleries ne méritent aucune réponse… mais un article sur mon blog…Voilà qui est fait…

Et ça confirme, une fois de plus, cet excellent dicton :

  http://data.whicdn.com/images/61062167/original.jpg

Ca coupera les ponts entre nous ? tant mieux ! Je n’ai certes pas besoin d’une telle mauvaise dans ma vie ! Ca, ce n’est pas la famille ! Comme dit plus haut, la famille, C’EST SE SOUTENIR LES UNS LES AUTRES !

Ce sont les PN qui ont besoin de victimes, et non l’inverse ! Elle n’a qu’à se trouver quelqu’un d’autre à rabaisser !

Moi, je vis ma vie & je vais de l’avant, alors qu’elle, coincée dans sa vie minable – un mari et un job de fonctionnaire qu’elle déteste, mais est trop pusillanime que pour oser quitter – râle parce que j’ai du talent et le courage de tenter de réaliser mes rêves.

Et si elle me lit et veut me demander comment j’ai osé publier ça ou me reprocher de l’avoir fait, voici ma réponse : qu’est-ce qui est pire ; publier ces méchancetés, ou les commettre ? !

Ses actes prouvent qu’elle juge que chacun est en droit de faire ce qu’il aime faire ; c-à-d, pour elle ; m’envoyer (en privé) des attaques perverses, et moi, mon truc, c’est de poster (en public) des articles … Ok ; elle fait son truc, moi, le mien…

PN & indépendance

Par défaut

 

sournoisUne relation avec un pervers narcissique n’en est en fait pas une ; il n’y a pas « relation », puisqu’il n’y a rien de mutuel ; ce n’est qu’une forme d’esclavage, une relation de maître à serviteur, de supérieur à inférieur, de contrôleur à contrôlé. Le PN ne considère pas les autres comme des égaux, mais juste comme des outils.

Les PN détestent les esprits libres, aptes à penser & rêver par eux-mêmes, reliés à leur moi créatif. En effet, ces qualités font échapper au contrôle – or, tout pervers a le désir insatiable de contrôler tout le  monde dans son cercle de « relations ». Un être indépendant n’a donc pas d’utilité pour lui, puisqu’il ne peut le contrôler.

Un PN ne vous vous gardera dans sa vie que si vous lui fournissez le contrôle et l’approvisionnement narcissique qu’il recherche, & dans le cas contraire, attendez-vous à (si vous avez de la chance) être rejeté ou à subir leur rage.

Je parle de chance parce que la plupart des PN cherchent à écraser, à détruire totalement (aux plans physique, mental, émotionnel, familial, financier, …) ceux qui refusent de se laisser contrôler.

Aussi douloureux que ce soit, si vous êtes un esprit libre, si vous pouvez penser par vous-même, un PN vous rabaissera, vous insultera, vous humiliera et tentera de vous détruire, car il ne parvient pas à contrôler (donc, à exploiter) ce genre d’êtres ( = un individu) ! En même temps, il les envie mais, trop mesquin que pour les prendre pour modèles, il vise à détruire ces qualités (et l’être qui les possède) qu’il n’acquerra jamais.

Les PN n’acceptent de garder un contact avec vous que si vous vous ouvrez à eux, si vous révélez des détails de votre vie ou de votre âme (comme vos désirs, peurs, rêves, …) – & croyez bien qu’il saura s’en resservir en temps utile !

Jésus a dit de « ne pas jeter nos perles devant des pourceaux » ; c’est un bon conseil ; ne leur dites rien, ou, si vous êtes obligé de leur parler, ne dites que des choses anodines, factuelles & surtout, rien de personnel ou d’intime !

Son « amour » ou « amitié » pour vous se borne à ce qu’il peut tirer de vous, comme un fermier peut aimer sa vache, ou un homme, sa voiture – dès que vous ne lui serez plus d’aucune utilité, il vous jettera ou vous détruira.

Cet « amour » est en fait la sensation de pouvoir qu’il ressent quand il a exercé un pouvoir sur un aspect de vous ; vos perceptions, vos pensées, vos émotions ou votre comportement !

Ces « utilisations » de vous sont variées, allant de compliments au vol de toutes vos économies. Toute relation avec un PN se fonde sur sa capacité à contrôler & exploiter un, plusieurs, ou tous les aspects de votre vie !

Comme la plupart des gens détestent les confrontations, on est souvent tenté de « faire le sympa » en passant l’éponge sur les insultes, pour maintenir une bonne ambiance dans les relations avec un PN… Mais sachez qu’il ne se soucie pas du tout de vous, de votre bien-être, de votre sensibilité ou votre âme, et qu’il étouffe dans une « bonne ambiance » ; il VEUT du drame car c’est un vampire ; un mort-vivant qui se nourrit de votre sang – & ici, le sang, ce sont vos émotions – c’est pour cela que, quoi que vous fassiez ou disiez, ou ne fassiez pas ou ne disiez pas, VOUS VOUS FEREZ BLESSER !

Alors, fuyez-le autant que possible ! Vous ne pouvez PAS gagner avec un PN – contrairement à ce que vous chantent les psys de pacotille, qui ne pigent rien du tout à cette problématique & conseillent de « contre-manipuler » ( !).

Mais là, soyez tres prudent(e) ; si vous tentez d’échapper aux griffes de votre PN, sachez bien qu’il lancera des attaques massives contre votre moralité, votre intégrité & votre caractère (sans compter vos enfants, votre argent et vos biens quels qu’ils soient). Il vous accusera de refuser toute relation avec un être si gentil, tendre & aimant (lui !).

Il tentera de vous convaincre de ceci, mais aussi votre famille, vos amis, vos collègues et surtout les institutions !

Et, comme ils ne vivent pas avec lui, et qu’il est un excellent comédien (un « expert en manipulation des perceptions d’autrui »), ils le prendront pour le petit ange et vous, pour l’être dérangé, haineux et rancunier (les rôles sont inversés, comme vous voyez).

Dans leur ignorance, les personnes extérieures se demandent (et même VOUS demandent) pourquoi vous ne voulez pas reprendre la vie commune avec quelqu’un d’aussi charmant et fou de vous…

Nocivité du PN

Par défaut

PN sorcière

 

Il faut réaliser qu’un PN est réellement très dangereux, à un point que bien d’innocentes victimes ne peuvent même pas imaginer (et les autres – ceux qui n’ont jamais été victimes – encore moins !) à quel point !  Ils VEULENT vous nuire, vous détruire, et RIEN ne les arrête !

Il y aura des moments où vous vous croirez en sûreté, où vous penserez « même LUI, il ne me ferait pas CA » ou «  même ELLE, n’imaginerait pas un tel mensonge » – eh bien SI ! ILS LE FERONT !

Ils mentiront pour vous créer des problèmes avec la Loi, pour s’attirer la sympathie de leur cercle social, et pour vous « trianguler » (mettre en conflit ou en compétition) de vos proches (famille & amis).

Partout et toujours, ils se plaignent d’à quel point votre comportement méchant ou fou, les fait souffrir, et que vous avez une maladie mentale.

En disant ceci à d’autres, ils  « sèment des graines » dans leur esprit – Et donc, par la suite, quoi que vous fassiez, tous ces gens ne vous verront jamais comme quelqu’un de normal et/ou de convenable ! (or, étant des êtres grégaires, la chose la plus douloureuse au monde est le rejet !).

Et en même temps, ils recueillent de l’approvisionnement narcissique, non seulement des marques de sympathie des gens (car les autres les croient et les prennent en pitié), mais aussi de savoir qu’ils vous nuisent, et ne devront pas « payer » pour leur saloperie … Et plus tard, comme ses « complices inconscients » (amis, famille, psys, médiateurs, juges, assistants sociaux, …) vous condamneront, il pourra encore jouir de vos souffrances (supplément d’approvisionnement) … Agir ainsi est donc tout bénéfice pour lui !

L’argent étant « le nerf de la guerre » (ce que les PN savent très bien !), il ne faut jamais accepter de l’argent d’eux, ou les laisser ouvrir pour nous un compte bancaire, sinon, il est sûr qu’ils en profiteront pour vous salir & vous faire passer pour un voleur(euse) d’une façon ou l’autre.

Vous devez comprendre à quel point ces psychopathes sont dangereux (et même mortels) – ils créeront des pièges dans lesquels vous ne pourrez que tomber – car quelqu’un de normal ne peut pas imaginer autant de noirceur, ni une rancoeur qui dure jusqu’à la fin de la vie !

En plus, le PN – qui planifie toujours soigneusement ses actes mauvais – aura pris soin de vous traiter doucement juste avant, pour endormir votre méfiance, vous donner un sentiment de sécurité, vous faire baisser votre garde.

Oh, comme ils jouissent alors du mal qu’ils vous causent ! Alors, ne baissez JAMAIS votre garde avec un PN !

Ce que j’ai souvent remarqué, cependant, c’est qu’alors que les PN trompent tout le monde jusqu’à un certain âge, quand ils vieillissent, habitués à ce que leurs mensonges « marchent », ils perdent de plus en plus le contact avec la réalité, et TOUTES leurs fantaisies leur semblent possibles – en sorte qu’ils vont TROP loin, et qu’ALORS, les gens commencent à ne plus les croire et à distinguer qu’ils sont tarés… Mais, en attendant, le mal est fait ; ils ont semé le chaos, fait couler beaucoup de sang, et détruit la vie de plusieurs personnes tombées entre leurs griffes !

Il ne s’agit pas pour eux de juste vous dénigrer ; sachez que TOUJOURS, ils tenteront de vs écraser totalement et pour ce, ils planifient soigneusement et patiemment des plans diaboliques – sans compter que ce sont des génies de la manipulation… Rien que cette planification leur donne déjà un approvisionnement narcissique (leur montrant à quel point ils sont « géniaux »).

Et c’est pour ça qu’on ne peut pas gagner contre eux ; un être sain d’esprit ne hait pas à ce point, ni ne garde  rancune éternellement, ni ne concocte de tels pièges, ni ne va jusqu’à de tels extrêmes dans la violence (physique, émotionnelle, légale) ! Parce que quelqu’un de normal a « une vie », alors qu’un PN n’a que ça ; nuire aux autres.

Vous devez donc toujours vous en souvenir & ne pas baisser la garde, ne jamais leur faire confiance.

Car les autres (les non-victimes), ne pouvant imaginer une telle folie, ne vous croient pas ; quand vous leur racontez votre calvaire, ils déduisent que c’est VOUS le fou, le rancunier et le menteur !

Par conséquent, évitez le PN ; le « aucun contact » est (si c’est possible) ce qu’il y a de mieux à faire avec un PN. Sinon, ne décrochez pas, et gardez une trace des messages (sms ou mail) qu’il vous envoie.