Archives de Tag: Hafez

Hāfez ; citations

Par défaut

Hafez Shams-ud-din Muhammad, dit Hāfez (ou Hāfiz) fut un grand poète mystique persan du XIVème siècle

Je suis amoureux de chaque église et mosquée et temple et toute espèce de lieu saint parce que je sais que c’est là que les gens disent les différents noms de l’Unique Dieu.

Rejoignez-moi dans la pure atmosphère de gratitude envers la vie.

L’amour veut parfois nous faire une grande faveur : nous maintenir la tête en bas et nous secouer pour faire sortir tout le non-sens.

Il existe différents puits au sein de votre coeur. Certains se remplissent avec chaque bonne pluie, d’autres sont beaucoup trop profonds pour cela.

Vous portez tous les ingrédients pour transformer votre vie en un cauchemar – ne les mélangez pas !

Seulement de cœur à cœur peut s’exprimer l’extase des connaisseurs de la mystique.

Portez votre cœur à travers ce monde comme un soleil donneur de vie.

Ce que nous disons devient la maison où nous vivons.

Nous sommes des gens qui ont besoin d’aimer, parce que l’amour est la vie de l’âme, l’amour est tout simplement la plus grande joie de la création.

Et pourtant, après tout ce temps, le soleil ne dit jamais à la terre, « tu me dois quelque chose. » Regardez ce qui se passe avec un amour comme ça. Il éclaire le ciel tout entier.

Laissez la tendresse couler de vos yeux, de la façon dont le soleil regarde chaleureusement la terre.

Fuis, mon cher, tout ce qui ne renforce pas tes précieuses ailes en bourgeon.

Votre amour ne doit jamais être offert à la bouche d’un étranger / Seulement à quelqu’un qui a le courage et l’audace de couper au couteau des morceaux de son âme / Puis d’en tisser une couverture pour vous protéger.

Le monde est une jeune mariée d’une beauté surprenante, mais rappelez-vous que cette jeune fille n’est jamais liée à personne.

Les gens disent que l’âme, en entendant la chanson de la création, est entrée dans le corps, mais en réalité l’âme elle-même était la chanson.

Restez près de tout ce qui vous rend heureux d’être vivant.

Pour un jour, juste pour un jour, parle de ce qui ne dérange personne et apporte un peu de paix dans ces beaux yeux.

Un cœur éveillé est comme un ciel qui déverse de la lumière.

Un regret cher monde, que je suis décidé à ne pas avoir quand je serai allongé sur mon lit de mort, est que je ne t’aurais pas assez embrassé.

J’attrapé le virus de bonheur hier soir quand j’étais dehors, chantant sous les étoiles.

La peur est la chambre la moins chère de la maison. Je voudrais vous voir vivre dans de meilleures conditions.

Cet endroit où vous êtes en ce moment, Dieu l’a encerclé sur une carte pour vous.

Tout ce dont un homme sain d’esprit peut se soucier, est donner de l’amour !

Je ne devrais pas faire de promesses en ce moment, mais je sais si vous priez, quelque part dans ce monde – quelque chose de bon va arriver.

La lumière va un jour vous fendre en 2 pour vous ouvrir.

Commencez à tout voir comme (étant) Dieu, mais gardez cela secret.

Pensez à la souffrance comme à être lavé.

J’ai tellement appris de Dieu que je ne peux plus me nommer un chrétien, un hindou, un musulman, un bouddhiste, un Juif.

La vérité a partagé tellement d’elle-même avec moi que je ne peux plus m’appeler un homme, une femme, un ange ou même une pure âme.

Lâchons-nous avec la compassion. Noyons-nous dans l’ambiance délicieuse de l’amour.

Je voudrais pouvoir te montrer quand tu es seul ou dans le noir, l’étonnante lumière de ton propre être.

La terre a disparu sous mes pieds, l’illusion a fui de toute mon extase. Maintenant, comme une radieuse créature céleste, Dieu ne cesse de s’ouvrir. Dieu ne cesse de s’ouvrir à l’intérieur de moi.

Il est maintenant temps de comprendre que toutes vos idées de bien et le mal n’étaient que des roues pour enfant destinées à être rejetées quand vous vivez enfin avec véracité et amour.

Dieu veut voir plus d’amour et d’enjouement dans vos yeux parce que cela est votre plus grand témoin de lui.

Je suis heureux avant même d’avoir une raison.

Chaque enfant a connu Dieu, pas le Dieu des noms, pas le Dieu des interdictions, pas le Dieu qui ne fait jamais quelque chose de bizarre, mais le Dieu qui sait seulement 4 mots. Et qui continue à les répéter, disant : «Viens danser avec moi, viens danser. »

Glisser sur mes chaussures, faire bouillir de l’eau, faire griller du pain, beurrer le ciel : cela devrait être un contact suffisant avec Dieu en un jour pour rendre fou n’importe qui.

La grandeur est toujours construite sur cette base : la capacité à apparaître, parler et agir, comme l’homme le plus commun.

Oh, toi qui essaie d’apprendre la merveille de l’amour à travers le livre de la raison, je crains fort que tu ne voies jamais vraiment de quoi il s’agit.

Malheur à la dupe qui cède au destin !

Quelle est la racine de tous ces mots ? Une chose : l’amour. Mais un amour si profond et si doux qu’il avait besoin de s’exprimer en senteurs, en sons, en couleurs n’ayant jamais existé auparavant.

Car j’ai appris que chaque cœur obtiendra ce pour quoi il prie le plus.

Le soleil sera là comme ton témoin (de mariage) et sifflera lorsque tu auras trouvé le courage d’épouser le pardon, lorsque tu auras trouvé le courage d’épouser l’amour.

Ce ciel où nous vivons n’est pas le lieu où perdre tes ailes, donc aime, aime, aime.

Nous sommes venus dans ce monde exquis pour ressentir de plus en plus profondément notre courage, liberté et lumière divins !

Tu n’apprendras aucun secret jusqu’à ce que tu connaisses l’amitié, car aux insensés, aucun savoir divin ne pénètre.

Méfiez-vous des dieux minuscules que les hommes effrayés ont crée pour apporter un soulagement anesthésiant à leurs tristes jours.

Comment chercher le chemin qui mène à nos désirs ? En renonçant à nos souhaits. La couronne de l’excellence est le renoncement.

Il est maintenant temps que le monde sache que chaque pensée et action est sacrée. Qu’il est maintenant temps pour toi de peser l’impossibilité qu’il y ait quoi que ce soit, sauf la Grâce.

Satisfais-toi de ce que tu as reçu, et apaise ton front renfrogné, car la porte du choix n’est ouverte ni à toi ni à moi.

L’amour est parfois fatigué de parler doucement et veut réduire en lambeaux toutes vos notions erronées de la vérité qui vous poussent à lutter en vous-même, et avec les autres, ce qui cause les pleurs du monde en trop de beaux jours.

Chaque désir de votre corps est saint ; Chaque désir de votre corps est saint.

Tout mon désir est de brûler mon moi.

Rappelez-vous juste une minute de la journée, qu’il vaut mieux tenter de vous voir vous-même plus comme Dieu le fait, car Elle connaît votre vraie nature royale.

En temps de détresse, ne détournez pas le visage de l’espoir, car la moelle molle demeure dans l’os dur.

Lorsque tous vos désirs sont distillés ; vous n’émettez que 2 votes : aimer plus, et être heureux.

Le petit homme construit des cages pour tous ceux qu’il connaît, tandis que le sage, qui doit baisser la tête quand la lune est basse, continue à jeter des clés toute la nuit pour les beaux vauriens de prisonniers.

Apprenez à reconnaître les fausses pièces qui ne peuvent vous acheter qu’un moment de plaisir, et puis vous traîner durant des jours, comme un homme brisé derrière un chameau péteur.

Asseyez-vous là, maintenant. Ne faites rien, reposez-vous et c’est tout. Pour vous, la séparation d’avec Dieu, d’avec l’amour, est le travail le plus dur du monde. Permettez-moi de vous apporter des plateaux de nourriture et quelque chose que vous aimez boire. Vous pouvez utiliser mes douces paroles comme un coussin pour votre tête.

Vous êtes vous-même votre propre obstacle, élevez-vous au-dessus de vous-même.

Maintenant que tous vos soucis se sont révélés être une affaire si peu lucrative, pourquoi ne pas trouver un meilleur emploi.

Soyez aimable avec votre cœur assoupi. Sortez-le dans les vastes champs de lumière … Et laissez-le respirer.

Votre Joseph perdu reviendra au pays de Canaan, ne vous attristez pas. Cette maison de chagrins deviendra un jardin, ne vous affligez pas.

Chacun est Dieu en train de parler. Pourquoi ne pas être poli et (l’)écouter …?

Depuis que le bonheur a entendu votre nom, il a couru par les rues pour essayer de vous trouver.

Restez en-dehors de la compagnie de ceux qui reviennent sur leur parole.

Il est difficile d’arrêter de penser du mal des autres.  Généralement, on doit entrer dans une amitié avec une personne qui a elle-même accompli cet exploit.  Alors, quelque chose pourrait commencer à déteindre sur vous de cette véritable élégance.

Je demandai à un oiseau, comment fais-tu pour voler dans cette gravité des ténèbres ? L’oiseau répondit : « l’amour me porte ».

Il est des pièges partout de l’armée des accidents ; par conséquent, le cavalier de la vie va avec des rênes relâchées.

Il n’y a pas de plaisir sans teinture d’amertume.

Si, comme le prophète Noé, vous avez de la patience dans la détresse du Déluge, la calamité se détourne, et le désir de 1000 ans apparaît.

Va, mêle-toi de tes affaires, prédicateur ! Qu’est-ce que tout ce tapage ?

Chantez parce que c’est l’aliment dont notre monde affamé a besoin. Riez, parce que c’est le son le plus pur.

Le cœur est un instrument à 1000 cordes qui ne peut être accordé (réglé) qu’avec l’amour.

On n’a pas besoin de sucre, de farine ou de riz ou de toute autre chose. On veut juste voir ceux qui nous sont chers.

Otez la chaise de sous votre esprit et regardez-vous tombez sur Dieu – Qu’y a-t-il d’autre à faire pour Hafiz, qui soit un peu amusant en ce monde !

Nous ne sommes pas venus ici pour prendre des prisonniers, mais pour se donner de plus en plus profondément à la liberté et à la joie.

Ne t’attriste pas parce que tu ne comprends pas le mystère de la vie ; derrière le voile se cachent de nombreux délices.

Ne cède pas ta douleur si rapidement / Laisse-la couper plus profond / Laisse-la fermenter et t’assaisonner / Comme peu d’ingrédients humains ou divins le peuvent / Quelque chose manque dans mon cœur ce soir / Qui a rendu mes yeux si doux /  Et ma voix si tendre / Et mon besoin de Dieu, si absolument clair.

Publicités