Archives de Tag: froid

Echanges Facebook : signes révélant un loser

Par défaut

hypocrite2  Vu que les hommes parlent toujours avec un but en tête (ce n’est pas moi qui le dis, mais les spécialistes de la question – ex :  If a Man Talks to You, He Likes You : http://www.therulesrevisited.com/2013/08/if-man-talks-to-you-he-likes-you.html ), si un gars n’a pas de but à votre égard, il ne vous abordera pas.

Le sujet de comment reconnaître les losers ou les PN qui, tout sucre tout miel au début, vous feront souffrir, je l’avais déjà traité ici http://www.bonheuretamour.com/2014/10/21/sortez-vous-avec-un-loser/

Et ici http://www.bonheuretamour.com/2015/03/31/sortez-vous-avec-un-pervers-narcissique/ .

Mais comment commence une relation avec un malade de ce genre ? – car plus tôt on reconnaît le loser à éviter, moins on s’engage, & moins on a à en souffrir.

Pour vous le montrer en « live », j’ai accepté des messages privés d’un certain Eric M., qui s’est mis à me faire du gringue l’an passé, & copié nos échanges (je n’ai gardé que les échanges éclairants, & supprimé la plupart de ses fadaises)  ;

D’abord, comme notre page d’accueil Facebook donne une image du genre d’être qu’on est & de nos intérêts dans la vie, je vais voir son mur pour voir de quel genre il est, & si on a des points communs…

  • constatations :
  1. « Mur » fade, inintéressant (pour moi, en tout cas),…
  2. Photos : il n’y a QUE des « contacts »-femmes (mauvais signe)
  3. Ce qu’il a à dire (en italique & entre parenthèses, mon avis sur ses dires) :

LUN 21:45

Je te trouve de plus en plus attirante sur les photos (Voilà qui est original ! Il n’est que le 10.000ème à me sortir ce fade « compliment » ! Qui d’ailleurs, n’en est pas un pour moi ;  je vois ce genre de phrases plus comme une insulte, vu qu’on n’est +- pas responsable de notre physique)

(…) MER 20:54

Bonsoir

Moi : Bonsoir

Tu travailles beaucoup ?

Moi : Ben non, je suis tjs soit à l’hosto, soit dans les travaux…

Pourquoi à l’hosto? (comme je ne réponds pas tt de suite 🙂 Coucou (houlà ! Red Flag ! Bonjour le taré !)

Moi : je n’en parle pas…

Pourquoi? Tu es une personne tellement adorable (ceci, sans aucunement me connaître)

Moi : Houlàlà … Tu te fais des illusions sur moi émoticône wink

(…)  Tu aimerais correspondre avec moi?

Moi : Pourquoi pas ?

Merci cela me fait plaisir, je veux te déranger le moins possible….

Moi : C’est gentil – mais je me demande de quoi nous pourrions parler…

Faire connaissance puis un jour nous rencontrer (peut être)

Moi : Tu as trouvé des points communs entre toi & moi ?

J’aime ta sincérité, ta pureté, ta gentillesse,(je sais tu n’ as rien à répondre) j’ai une attirance pour une personne comme toi (QUE que des compliments exagérés => méfiance !)

Moi : Pourquoi ?

Je ne sais pas peut être que je ne rencontre pas assez de personne comme toi

Moi : Es-tu ainsi, toi aussi ?

Je ne sais pas j’ai des défauts je vais pas te dire que je suis formidable (toi oui)

Moi : Tu ne me connais pas – je ne suis pas ainsi…

Tu aimes quoi comme loisirs cinema, sports, lecture…….

Moi : lire, l’Histoire, peindre, photographier, chanter, la musique, les animaux, la cuisine, ..

et la « Résistance « , bien entendu…

La « résistance » c’est à dire?

Moi : par ex, ce que je viens de partager…

Je ne comprends pas pardon (« pardon », « excuse-moi » = TROP POLI POUR ETRE HONNETE ! Trait typique des gens agressifs)

Moi : Je te mets le lien : Pétition : #YesWeGraine Pour que les maraîchers aient le droit d’utiliser des semences…

Tu es écologiste tu manges bio? (il n’a lu que le titre, pas de quoi l’article parle)

Moi : Non. On ns a volé une liberté de plus !

(…)  Tu penses qu »il faut avoir des points communs pour correspondre ? (s’il ignore ça, à son âge !!!)

Moi : Déjà que chuis une femme & toi un homme… Donc oui

Tu as raison je suis charmé Tu as raison mais c’est difficile de s’exprimer comme cela et de faire ressentir une émotion

Moi : Je ne comprends pas …

Je veux dire que de se connaître de cette manière la n’est pas facile

Vous avez manqué un appel de Eric. (il me fait le coup en vache de m’appeler sur le « tél » facebook)

(…)  J’espère que tu as passée une bonne journée j’ai vu des nouvelles photos de toi, c’était très agréable (agréable pour lui – non pour moi, de lire ceci !!!)

Moi : Ok. Moi, j’ai de nouveaux châssis…

C’est à dire?

Moi : Autant te le dire tt de suite : je m’exprime tjs très simplement & terre à terre.. Donc, j’ai de nouveaux châssis

De nouvelles photos? Des révélations? Tu veux me rendre fou? C’est à dire?

(Bonjour le cinglé ! j’ai dit, la veille, que j’étais dans les travaux & aujourd’hui, que je m’exprimais très terre à terre ! On voit que son respect obséquieux n’est qu’une comédie !)  Je veux tout savoir. Je pense beaucoup à toi

Moi : Tu sais pas c’est quoi des châssis ???

Non pas vraiment dans ta bouche (Et rran ! La machine à fantasmes marche à plein rendement, à ce qu’il paraît ! Bêrk, le porc !)  Explique moi. Je suis peut être naïf. Parle moi (trop doux, trop intense, trop gentil = DANGER !)

Moi : Entourage de fenêtre

Et ça continue… entre interrogatoire policier & banalités… Enfin, la question qui tue :

Je voulais savoir ce que tu penses de moi?

Moi : Je n’ai encore jamais dit à personne ce que je pensais de lui (ou d’elle) & c’est pas là que je vais commencer.. Je ne pourrais même rien dire de moi (sans compter que je refuse les étiquettes, quelles qu’elles soient) Les mots ne veulent tellement rien dire !

Oui tu as raison mais je me sens psykanaliser par toi peut être à tord (Oh, ces fautes !!! Pitié !!!)

Moi : Alors là, aucun danger ! Je suis, sur toute la Terre, la personne qui hait le plus la psychanalyse ! (cette arnaque pour débiles)

Je suis heureux de parler avec toi (Remarquez que je le traite très froidement : on se demande donc vraiment comment il peut être heureux de nos échanges… Donc, nécessairement, soit il est fou, soit il me joue la comédie !)

=>tout cet échange illustre le trait typique du connard cochon : il suit son phantasme, sans jamais tenir compte de ce que la dame lui dit.

(…) Moi : Il est bien rare que je parle à un homme…

C’est un honneur que tu me dise cela

Moi : C’est l’inverse, non ?

Tu parles avec beaucoup d’hommes?   (Euh… A-t-il lu mon avant-dernière réponse ?)

Moi :  Je viens de te dire que non

Donc c’est un honneur que tu fasses une exception avec moi

Moi : Je ne sais pas… (on voit que je suis froide & tente de le décourager, mais il s’accroche => avis aux lectrices : ceci est un GRAND signal d’alarme !!)

Que tu dialogues avec moi c’est déjà beaucoup j’en suis très sensible (encore bien trop poli pr être honnête …et encore mal exprimé !!)

Moi : je me demande pourquoi, en fait… par ex, pourquoi as-tu voulu me parler ?

 Parce je te trouve jolie (je sais c’est pas très originale) j’ai vu sur google tes vidéos et j’ai epprouvé l’envie de dialoguer Avec toi J’ai une attirance spontanée. Tu es une femme qui me fait rêver (nous y voilà !)(PS : orthographe du verbe éprouver !)

Houla! Houla! Je dis trop de choses….(Ho le con !! Le « mec naïf », c’est comme la licorne ou le Père Noël, ça n’existe pas ! Mdr ! Comme si j’allais tomber ds ce piège grossier J’aimerais lui écrire ceci : Ce « Houlàà… » ne peut signifier que 2 choses :

1. que tu me tendais un piège, en t’approchant mine de rien, mais avec un but précis dans la tête – or je ne supporte pas la dissimulation & le mensonge (je n’aime que l’intégrité),

2. Comme si à mon âge, j’ignorais que, quand un gars aborde une femme, c’est qu’il veut la baiser ! C’est une insulte à mon intelligence ! Or, je déteste qu’on me prenne pour une conne !)

Moi : J’ai beau chercher, je ne vois pas ce qui, en moi, peut faire rêver qui que ce soit…

Tu es trop modeste,  Je suis heureux de dialoguer avec toi

Moi : Et ça nous mène où ?

Je ne sais pas encore mais le plaisir de se découvrir, de se connaître plus si affinités (tt le plaisir est pour toi !)

Moi : Tu n’as pas remarqué : je suis une femme … & en + HP, & en + baha’ie

Je ne comprends pas expliqué moi

Moi : 3 choses qui font qu’il ne peut y avoir d’affinités, non ?

C’est quoi baha’ie  – Hp cela veut dire quoi explique moi  Je ne comprends rien excusé moi – Tu es une femme je vois pas le problème

Moi : Tu vois, c’est ça le problème… Rien n’est possible (je suis bien bonne de le lui dire ainsi !)

 Parce que je ne comprends pas . Tu peux m’expliquer Quel problème ? (Mais suis-je une institutrice, payée pour expliquer des choses évidentes à un adulte ? !)

Moi : m’enfin, c’est impossible que tu ne vois pas que ça ne peut pas aller…

Mais pourquoi?  C’est l’éloignement (Punaise ! Je VIENS de le lui écrire !)  Expliqué moi le mot baha’i.e.

Moi : ma religion

(…) DIM 19:01

Bonsoir. Tu passes une bonne journée?

Bonsoir

Bonsoir

Bonsoir

Bonsoir Bea (insistance prouvant le dérangement mental & le manque de respect – de soi & des autres)

(…)  Donc tu peux dialoguer avec moi ?

Moi : Je ne pige pas cette question

Tu m’as fait comprendre il y a quelques jours que tu ne pouvais pas parler avec moi d’après ce que j’ai compris.

(le con pige toujours TOUT … mais à l’envers !!! En fait, je lui avais écrit que je ne VOULAIS pas causer avec lui)

Moi : mais ce n’était pas pour ça…

Pourquoi? alors

Moi : Je te le redis : 1.je suis une femme …2. HP, 3.baha’ie

Hp c’est quoi? une femme tant mieux ( pardon encore une fois je me sens idiot)  Je ne comprends pas

Une amitié? Une correspondance? C’est pas possible pourquoi? Je me sens « larguer » Perdu dans ce monde cruel

(les Béotiens & leur fameuse utilisation des poncifs ! Oh, que c’est pénible !)

Coucou?

Moi : (perdant patience) Which part of « no » didn’t you understand ?

Je ne connais pas la langue Traduction ?  (Houlà ! L’anglais est la langue la + parlée au monde !)

Coucou (J’ai droit à « coucou » à chaque fois que je mets plus d’une minute pour répondre ! Bonjour le taré irrespectueux !)

Moi : Crois-moi, c’est pas possible. Restons-en là

Oui mais j’aurai plus d’explications.  Hp explique moi pour un ignare comme moi (IMMENSE Red Flag qui indique le loser dangereux A COUP SUR = le gars qui refuse d’entendre notre « non » !)

Moi : haut potentiel

Donc interdit de parler avec un pauvre bonhomme comme moi (« pauvre bonhomme »… c’est censé me faire pitié ??? Ca me fait juste PEUR – surtout qu’il joint un 3ème autocollant « pleurer » !)

Moi : c’est pas ça

Je croyais que ta religion favorisée l’humilité mais je suis pas au niveau malheureusement (& un 4ème visage pleureur !)

Et voilà ! CQFD ! Comme je l’avais prévu & prédit, rien n’est possible ; ça tourne clairement de + en + au vinaigre … Ca ne vient pas de mon côté – je suis restée gentille => les insultes commencent (de son côté)… Il ne pige rien – je l’agace & il m’agace…

Mais puis-je expliquer, dire que là, il a surabondamment PROUVE qu’il est bête, inculte, menteur, dragueur et surtout, un taré dangereux ? Non…Les Anglais ont raison, qui disent de ne jamais expliquer ! (« Never explain, never complain ; your friends don’t need it, & your enemies will not believe you anyway »).

Moi : Non, ce n’est vraiment pas de ça qu’il s’agit…

Tu vois je comprends pas mais je veux pas te causer d’embetement.  Je trouve tellement adorable pour aller plus moins ( ???) Un dialogue n’est pas possible c’est la vie

(il m’envoie 4 autocollants avec des coeurs => ? Lui seul se comprend, apparemment …)

Moi : Ta dernière phrase semblait « chinoise », mais bon, chuis contente que tu t’en rendes compte. Cherche ailleurs, il y a des tas de femmes sur Facebook…

Mais tu es tellement exceptionnelle je sentais que c’était sincère et profond (Ha ! Ca n’a jamais été ni sincère, ni profond !)  Tu dois me prendre pour un rigolo qui cherche sur Facebook

Moi : en fait, oui…

Je l’avais compris mais j’ai parlé avec mon cœur (Ne compte pas sur moi pour avaler ça, mon vieux !)

J’ai lu tes articles sur ce sujet  Mais je pensais être au dessus de ça

Moi : au-dessus de quoi ?

Du contact qui cherche la « gonzesse » sur Facebook avec des gros sabots previsiblent

Je pensais que notre dialogue pouvait être d’un nôtre niveau (oh, cette orthographe ! quelle souffrance !)

Notre dialogue n’était pas un crime  Mais merci de l’intérer que tu m’as porté pendant quelques temps

Merci pour ta compréhension

Moi : Ciao, alors ?

C’est tout comme explication

Moi : Crois-moi, tu ne veux pas de cette explication 😉

Pourquoi je ne veux pas de cette explication  J’avais un vif intérêt pour toi c’était pas pour moi une rencontre banale  Je me sens misérable maintenant   Je suis coupable comme un « dragueur » de bas étage (Oh, le pauvre petit… Comme je me sens coupable d’avoir oser le soupçonner… Tu parles ! N’espère pas que je tomberai là-dedans non plus, mec ! Chuis pas née de la dernière pluie ! & j’ai une bonne estime de moi)

(…)    Explications (si je pouvais les lui donner, ce qui n’est pas le cas) :

Enfin, il n’y a qu’à voir ton mur FB : QUE des femmes ! Même E. Willems (mon ex-époux, grand dragueur devant l’Eternel) n’a pas ça sur son mur ! Ta comédie de l’amoureux transi qui aurait, soi-disant, discerné mes « qualités uniques » & me ferait la cour, ça ne tient pas la route une seconde !…

Quant au « crime » auquel tu fais allusion, il est clair qu’avec toi, c’est une réelle possibilité, car tu m’as l’air fort négatif, violent & dangereux… N’espère donc pas, même un millionnième de seconde, pouvoir me rouler dans la farine !

Je continue ? Voici tes envois & mes commentaires ;

– Page Facebook inintéressante, fade… (Or, cette page montre qui on est)

Refus d’accepter le « non » : un signal d’alarme typique ! Bip bip ! Loser en vue !

– Refus d’attendre – d’où d’agressifs « Coucou ? » quand je ne réponds pas tout de suite ( irrespect – exigence qu’on lui réponde immédiatement => arrogance, « intitlement » !)

compliments exagérés (alors qu’il ne me connaît pas) = compliments insincères, intéressés !

-« pardon », « excuse-moi » « excuse mon manque de culture », « un ignare comme moi » « un pauvre bonhomme comme moi », « je ne suis pas au niveau », etc = , au mieux, manque d’estime de soi & dépression (qui est, je le rappelle, une psychose !) ou au pis, obséquieux (pouah !) & TROP POLI POUR ETRE HONNETE ! (gars dangereux, agressif !)

-fantasmer (= porc) alors que je parle de châssis – le « venant de toi, je m’attends à tout » : ai-je déjà donné, dans tous mes écrits (ou à lui), un indice que je parle bizarrement ? Jamais !

On voit que c’est du pur fantasme ! Surtout que j’avais écrit que j’avais des travaux & que je m’exprime « terre à terre » – bref, ça dégoûte !

– me faire ce coup en vache : m’appeler sans prévenir via la mess. privée de Fb… Ca aussi, c’est « bip, bip, danger ! Mec à éviter à tout prix ! »

– étant sapiosexuelle, son inculture m’inspire une répugnance.

– Pourquoi il veut me parler ; parce qu’ »il me trouve jolie », que « je le fais rêver » – C’est à la fois bête & dégoûtant de l’avouer ! C’est comme si, à un dîner chic, on se jetait sur la nourriture, qu’on mangeait tout à toute allure, avec les mains… Ben non ; si on est a des usages, on se retient, même si c’est notre plat préféré. Ou, plus précisément, c’est comme si on abordait des hommes &, quand ils nous poseraient cette question, on répondait « parce que tu es riche et que je crois que tu es prêt à partager ton fric avec moi & mes enfants »…C’est tout à fait au même niveau !

– Romantisme échevelé (ridicule, « fleur bleue », digne des romans photos) : « Houla! Houla! Je dis trop de choses…. » Ha le con ! Mdr ! Comme si j’allais penser : Oh, comme c’est romantique ! Ce gars est amoureux de moi et essaie de le cacher. Quand même !!! Il faut qu’il tape cette phrase sur son clavier (ce qui prend du temps – & lui donne donc du temps de réflexion => il peut effacer s’il ne veut pas l’envoyer) et qu’il appuie sur « envoyer »…

Et à mon âge, toute femme sait qu’un « homme naïf », ça n’existe pas ! Il doit vraiment me prendre pour une débile pour me tendre ce piège grossier ! L’ennui, c’est que j’ai horreur qu’on me prenne pour une conne !

– je suis bien bonne de te dire gentiment les choses, mais tu exiges une explication. Mais suis-je une institutrice, payée pour expliquer des choses évidentes à un adulte ? !

 

Voilà ! Sachant ceci, j’espère que vous reconnaîtrez les types « relous » dès qu’ils vous contacteront, & que vous vous épargnerez, en coupant court, une perte de temps de vie, ainsi que de douloureux déboires …

Publicités

Vous mettez-vous en danger pour l’amour ? Faites le test !

Par défaut
amour monstre   Ceux (celles) qui sont dans une relation malsaine (ou même carrément dangereuse) ont l’art de se mettre des oeillères (ou plutôt, d’accepter celles que l’autre leur met) et de se raccrocher désespérément à leurs fantasmes de bonheur amoureux et d’avenir où « ça ira mieux »…

Ils (elles) ont sacrifié tellement de temps et d’énergie (& parfois, d’argent aussi) pour que ça marche, qu’elles (ils) ne veulent pas réaliser que ça ne PEUT pas marcher … alors, elles (ils) s’inventent des raisonnements pour rester dans une (ou plusieurs) relation(s) dangereuse(s). Cela leur évite d’avoir à affronter la dure réalité ( = accepter que cette relation est vouée à l’échec & au malheur) et à devoir trouver le courage de partir.

Ces personnes préfèrent se répéter 1000 fois les mêmes excuses bidon (issues de leur famille ou de leur culture), pour renforcer leur décision de rester malgré leur mal-être.

Elles minimisent les choses, généralisent, justifient, espèrent malgré tous les signaux inverses & croient au miracle, jouent les St-Bernard, appellent les choses autrement et évitent de songer à l’avenir.

Voici, par ex, un test pour déterminer si vous minimisez (ou risquez de minimiser) les choses de votre couple – c-à-d si vous rendez moins menaçants ou moins blessants les comportements désagréables ou nocifs de votre partenaire. Cette « excuse » commence toujours par « au moins » ; au moins, il ne boit que de la bière (du vin) et pas des alcools forts, au moins il ne me frappe pas ; il ne fait que hurler & m’injurier, au moins, il ne bat pas les enfants, au moins, il a un boulot, au moins, il rentre le soir (ou : reste avec moi), …

Pensez-y : vous tenez-vous ce genre de raisonnements ? Si oui, vous devez sûrement aussi employer d’autres « excuses ».

Faites le test, pour voir si, dans votre quête de l’amour, vous ne vous mettez pas en danger – et pour ce, répondez par oui ou non aux questions suivantes :

1- je suis sorti(e) avec au moins un partenaire violent,

2- je suis sorti(e) avec + d’une personne que d’autres considéreraient comme dangereux(se),

3- je suis sortie avec + de 3 personnes dangereuses ou « dérangées »,

4- et même, avec + de 5,

5- j’ai rompu, puis suis revenu(e) avec un être mentalement dérangé,

6- je suis sorti(e) avec au moins un partenaire à la fois dérangé, violent & accro (buveur, drogué, …),

7- je suis sorti(e) avec au moins un être dangereux et mentalement dérangé,

8- c’est chez moi une habitude d’ignorer les signaux d’alarme,

9- le fait d’ignorer les signaux d’alarme m’a déjà mis(e) en danger,

10- je ne sais même pas ce que sont les signaux d’alarme,

11- mes amis & ma famille ont peur pour moi, à cause des gens dangereux avec qui je sors,

12- j’ignore ce qu’est une relation saine,

13- je fluctue entre des gens émotionnellement indisponibles et distants, et d’autres qui sont dépendants, en besoin et collants,

14- je choisis toujours le même genre de partenaires, même si ça n’a pas marché dans le passé.

Cotation  : 1 point par réponse « oui » aux questions 2, 5, 8, 10, 11, 12, 13, 14 , et 2 points par réponse « oui » aux questions 1, 3, 4, 6, 7, 9.

De 0 à 4 points : il y a peu de danger (à moins qu’il n’y ait au moins un « oui » aux réponses à 2 points),

De 5 à 9 points : il y a un risque (surtout qu’il y a au moins un « oui » aux réponses à 2 points),

Au-dessus de 9 points :  il y a un risque très réel pour vous et ceux qui dépendent de vous (enfants, animaux) – alors, décidez de changer vos choix ! N’oubliez pas qu’il y a certains ingrédients indispensables pour faire un bon couple (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/05/22/les-ingredients-dune-bonne-relation-damour/ ) et surtout, que votre bonheur dépend de vos limites ! (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/01/26/votre-bonheur-depend-de-vos-limites/ ).

Remède naturel aux refroidissements

Par défaut

refroidissement2

Quand on a un froid (frissons, éternuements, fièvre, mal de tête ou à la gorge, toux, douleurs musculaires), il faut, pour s’en débarrasser naturellement, appliquer un plan bien concerté ; 1) tuer les microbes, 2) les éliminer du corps, 3) ne pas surcharger le corps, pour qu’il puisse éliminer les envahisseurs.

Voici le plan pour y parvenir :

D’abord, il importe de débuter le traitement dès les 1ers symptômes (frissons & éternuements).

  1. la « grosse artillerie »: dans un bol, écraser 5 gousses d’ail, le jus d’1/2 citron (+ 2 pépins) & 1 bonne pincée de sel marin gris ou de sel de l’Himalaya. Prendre ½ c. à c. de ce mélange 3 – 4 x/jour.
  2. éliminer: ceci se fait avec beaucoup de fibres & de liquides ; c-à-d qu’il faut boire, non des jus, mais des smoothies d’agrumes (oranges, citrons, pamplemousse, mandarine, ..) , du bouillon de poulet (vu qu’il est reconnu pour augmenter la fluidité des sécrétions nasales et aurait des propriétés anti-inflammatoires) au piment (les piments contiennent de la capsaïcine, une substance qui débouche le nez et diminue la douleur), ainsi que des tisanes chaudes (hysope, lavande, romarin, thym, plantain, …) avec du miel bio (le (vrai) miel est à présent reconnu comme plus efficace que les sirops, contre la toux).

Aussi : 1x/jour : un bol du mélange suivant :  yaourt nature + miel + graines de lin.

  1. beaucoup de repos; c-à-d se coucher tôt, et faire une sieste l’après-midi.

Aussi : veiller à toujours maintenir les pieds au chaud.

  1. Manger de tout, mais peu, et avec de bonnes graisses saines (coco ou olive bio) & éviter les aliments suivants : alcool, soda, caféine, SUCRES sous toutes ses formes et graisses saturées, sel raffiné, aliments tout prêts.
  2. Derniers conseils :

– Ce plan ne s’applique qu’aux adultes à l’immunité normale ; il ne s’applique ni aux enfants, ni aux vieillards, ni aux personnes ayant une immunité diminuée.

–  Les câlins font beaucoup de bien ; donc, si vous le pouvez, serrez le plus de monde possible dans vos bras. Des chercheurs ont en effet découvert que les étreintes renforçaient le système immunitaire !

– Si vraiment votre crâne ou vos muscles vous font trop mal, vous pouvez prendre une aspirine – mais essayez d’éviter d’en prendre.

– Voilà ! Si vous suivez mon plan, vous devriez être quitte de votre vilain refroidissement en 4 jours (et sentir un mieux dès le 2ème jour). C’est ce que ça me fait, en tout cas – or, je ne suis plus toute jeune 😉

Dans le cas inverse, consultez.

Un bien beau récit

Par défaut

Un jour, un professeur d’Université décida de défier ses étudiants. Il demanda : Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe ? Un étudiant répondit bravement que oui.
– Vraiment tout ? insista le professeur.
– Oui, vraiment tout, répondit l’étudiant.
– En ce cas, dit le prof, Dieu a aussi créé le diable, car le diable existe.
À cela, l’étudiant ne put répondre et demeura silencieux.
Le professeur était ravi de prouver une fois de plus que la foi n’est qu’un mythe.
Mais un autre étudiant leva la main et demanda : Puis-je vous poser une question ? Est-ce que le froid existe?
– Bien sûr, dit le professeur ; vous n’avez jamais eu froid ?
– En fait, monsieur, le froid n’existe pas ; selon les études de physique, le froid est l’absence totale et complète de chaleur. Un objet ne peut être étudié que s’il a, et transmet de l’énergie, et c’est par la chaleur qu’un objet transmet son énergie – sans chaleur, les objets sont inertes. Alors le froid n’existe pas. Nous avons créé le terme froid pour expliquer le manque de chaleur …
– Et l’obscurité ? continua l’étudiant.
– Elle existe, répliqua le professeur.
– Non monsieur ; l’obscurité est l’absence totale de lumière. On peut étudier la lumière et la clarté, mais pas l’obscurité. Le prisme de Nichols montre la variété des diverses couleurs selon les longueurs d’ondes dans lesquelles la lumière est décomposée. L’obscurité est le terme que nous avons créé pour expliquer l’absence totale de lumière.
L’étudiant demanda enfin : et le diable, monsieur, est-ce qu’il existe ? Dieu n’a pas créé le diable. Le diable, c’est l’absence de Dieu dans le cœur des hommes ; c’est l’absence d’amour, d’humanité et de foi. L’amour et la foi sont la chaleur et la lumière. Ils existent. Leur absence conduit au mal.
Là, le professeur demeura silencieux…
L’étudiant était Albert Einstein.