Archives de Tag: étudier

Comment atteindre une vie pleine & heureuse

Par défaut

bliss5

Si vous me lisez, vous êtes sûrement familiarisé(e) avec les concepts du développement personnel.

Mais bien des gens, qui ne s’intéressent pas au sujet – ce qui est bien dommage pour eux 😉 – ne savent même pas qu’il est possible de s’améliorer & de se créer une belle vie, qu’ils peuvent sortir de l’ornière voulue par la famille & la société pour mener une vie passionnée.

Il faut dire qu’ils n’ont, en général, jamais vu quelqu’un menant une telle vie, alors, ils se croyaient condamnés à une vie dénuée de sens, d’obligations, une vie terne & routinière, à se traîner en aspirant à la retraite, au métro-boulot-dodo qu’ils voient leurs parents ou leurs amis mener… Brrr… Rien de bien folichon !

Dans cet article : http://www.bonheuretamour.com/2014/10/12/lisez-et-vous-irez-mieux/ , j’écrivais que « c’est notre devoir d’en apprendre le plus possible sur ce monde dans lequel on vit, & quand on lit, non des romans mais des choses pour s’informer, on devient plus efficace pour agir sur notre environnement. »

C’est pour ça que j’aimerais que plus de gens lisent ; ils apprendraient plus de choses sur eux-mêmes & sur les possibilités qui leur sont ouvertes.

Quand on s’instruit, au lieu de rester prisonniers d’une vision immuable, notre conscience s’élève, ce qui non seulement nous permet de devenir plus efficace dans le monde (savoir = pouvoir), mais de comprendre notre programmation & combien elle nous nuit… combien nos jugements sur autrui & le monde ne reflétaient en fait que ce que NOUS étions, par exemple.

Il se produit alors un virage à 180° de ce qu’on croit sur soi & le monde, sur qui on est, sur notre position, nos goûts & dégoûts, … et finalement, l’exigence d’une vie pleine de sens & de passion, et une vision, ce qu’on peut créer pour soi-même.

On sait maintenant que notre entourage déteint sur nous, et comme moins d’1% de familles sont fonctionnelles à ce niveau (c-à-d accordant de l’importance au développement personnel, & à poursuivre ses rêves), comprenez qu’il ne faut pas trop les fréquenter & pas du tout les écouter ou leur confier vos grands projets.

Le self-made milliardaire Jeff Bezos a bien résumé la chose : « Life’s too short to hang out with people who aren’t resourceful ». (La vie est trop courte pour fréquenter des gens qui ne sont pas pleins de ressources).

De même, perdre son temps à regarder la télé (ou à des jeux video) vous enlise dans les sables mouvants d’une vie de consommateur mouton.

Savez-vous que si vous n’êtes pas en train de réaliser vos rêves, vous êtes en train de réaliser le rêve de quelqu’un d’autre ? Songez à ceci !

Via tout un tas d’agaceries soigneusement orchestrées (comme une multitude de piqûres d’abeille), de terreurs (terrorisme, nouvelles alarmantes, …) & une désinformation constante (mensonges sur le fonctionnement humain & les relations), la société crée exprès un énorme stress chez les gens.

Alors, ceux-ci se jettent sur les modes de soulagements les plus simples & rapides (moyens destructeurs que la société – encore elle & comme par hasard ! – leur offre pour son profit), pour se libérer de leur tension, peur, douleur, anxiété. Tout ceci ne fait que nous enfoncer de plus en plus dans une vie misérable.

La plupart des gens ont un problème, & même s’ils consultent, ne visent pas plus loin que de régler ce problème… sans se douter que le résoudre ne changera pas leur vie, et que, la vie étant ce qu’elle est, un autre problème surgira bientôt – problème que, comme ils resteront pareils, ils seront tout aussi incapables de résoudre… Etc, ad libitum…

Le développement que je propose, implique de « viser les étoiles » – pas juste un problème – aussi gros soit-il !

Le vrai bonheur – & cette fois, durable, & n’impliquant pas que vous enrichissiez quelqu’un d’autre en vous faisant du mal, est la joie profonde de fonctionner à fond, au summum de nos possibilités.

Ce n’est pas du tout une quête de confort ou de sécurité, mais bien une quête (infinie) d’épanouissement ; d’intégrité, de vérité, de beauté, de joie, de vérité, d’authenticité, de savoir, de créativité, & de gratitude.

Même les gens ayant un job bien payé & respecté, s’ils font leur job mécaniquement, ou qu’il ne leur permet pas d’exprimer tout leur potentiel, ou qu’il nuit à la Terre ou aux autres, ne sont pas sur cette voie.

Alors, connaissez-vous de quoi vous êtes (seriez) capable, ce qui est possible pour vous & où vous pourriez atteindre si vous vous engagiez dans cette voie de l’épanouissement ? De ne pas seulement travailler sur les circonstances externes, mais sur l’intérieur ; votre mentalité, vos habitudes & croyances, …

Il est évidemment dur de répondre à cette question, vu que la plupart des gens sont dysfonctionnels & mènent une vie médiocre, aux antipodes d’une vie pleinement vécue ! Alors, comment pourrait-on avoir la vision de ce que c’est d’avoir une vie épanouie ?

Comme on ne peut se tourner vers les autres pour le savoir, il faut se tourner vers soi, & tenter de se rappeler un moment de notre vie où l’on s’est senti intensément vivant(e)… Fermer les yeux & évoquer ce souvenir, de la façon la plus intense possible, avec toutes les émotions qu’on a ressenties.

Eh bien, il est de l’ordre du possible que vous ressentiez ceci à chaque moment de votre vie, depuis votre lever jusqu’à votre coucher, chaque jour… N’est-ce pas inspirant ?

Fini, le boulot où on traîne les pieds, finis, les collègues traîtres & les chefs tyranniques, fini l’ennui, finies, les peurs, finie, l’existence creuse qu’on doit « emplir de bruit & de chaos » pour cacher son vide, …

Beaucoup pensent que c’est trop beau pour être vrai ; que c’est un conte de fées, ou réservé à une élite – mais je ne prétends pas que les alouettes vous tomberont toutes rôties dans le bec…

Dans cet article http://www.bonheuretamour.com/2015/11/28/loi-dattraction-pouvez-vous-lutiliser/, je vous informe sur ce qu’est la Loi d’Attraction, & vous avertis qu’il faudra du travail : « Vous vous dites peut-être : « J’ai déjà une vie minable, remplie d’obligations, de démarches & de privations, et je devrais encore m’en rajouter ? Ca va pas la tête ?!  Je ne suis pas capable de supporter plus que ce que je supporte ». Eh bien oui ! Soyez logique ; vous n’allez pas récolter sans semer ! »

Et : « Croyez-moi : au lieu d’être attiré par le « Miroir aux Alouettes » de systèmes prônés par des gourous malhonnêtes ou mal informés, si vous voulez obtenir ce que vous voulez de la vie, il faudra retrousser vos manches & faire en sorte de vous les procurer vous-même… Ici, pas de « raccourci » vers le succès, mais beaucoup de prise de conscience, d’information, de travail, de détermination, & de lenteur… mais c’est plus sûr ! »

Ce n’est pas impossible : si vous le voulez, que vous vous engagez à fond dans votre développement, vous pouvez y arriver. Ca demande beaucoup de boulot, mais la récompense en vaut la peine !

Cela demande d’accepter de ne jamais stagner, de toujours (durant toute votre vie) vous engager à poursuivre votre développement, à apprendre ce qu’il faut pour y arriver (& continuer à vous informer)

Si vous refusez ceci, faites comme les autres ; résignez-vous à une vie médiocre où vous serez balancé de ci, de là, et choisissez-vous un ersatz de bonheur (une addiction quelconque) pour tenir le coup…

Je l’ai dit : la 1ère étape est d’avoir une vision d’avenir, qui vous donnera le cap. En y pensant, il faut viser haut & grand – car on a tous une bien trop modeste vision de nos possibilités – on n’ose pas, on se restreint…

Foin du soi-disant « raisonnable » ! «  Etre réaliste est la voie la plus commune vers la médiocrité » (Will Smith)

Voilà, par exemple, ce que vous pourriez viser : vous créer une vie où le travail vous passionne tant que vous n’avez jamais le sentiment de travailler ; c’est comme si vous étiez toujours en vacances, ou une vie où vous n’aurez plus jamais à vous inquiéter de l’argent, ou une vie partagée – d’amour, de tendresse (& de sexe !) – avec votre partenaire idéal(e), ou une vie d’aventures, de voyages où vous découvrez la richesse d’autres cultures, ou une vie sereine, où vous avez maîtrisé tous les sentiments négatifs (peur, souffrance, culpabilité, …), ou une vie où vous améliorez le monde avec votre art ou une découverte scientifique, ou une vie avec des amis positifs & inspirants, ou une vie en pleine santé, en forme (& en formeS), sans épuisement ou douleurs, ou une vie de leader, où vous enseignez aux autres des choses qui leur serviront, où vous les inspirez & leur servez d’exemple, une vie où vous en saurez assez sur la vie que pour y être comme un poisson dans l’eau & pourrez en apprécier pleinement les beautés, bref, une vie qui ne finira pas par d’amers regrets…

Voilà la vie auto-réalisée, celle où le centre même de votre être a été modifié, pour personnifier ces choses, ces facteurs qui ne sont – j’insiste – pas matériels.

Bien sûr, beaucoup viseront la richesse, mais il s’agit avant tout de croissance personnelle & émotionnelle … & si la richesse vient aussi, tant mieux.

Souvenez-vous que la vie n’est que de l’éprouvé vital. Par exemple, j’ai grandi dans une famille avec de l’argent, mais mes parents ne m’aimaient pas (me haïssaient, en fait). Et ensuite, j’ai épousé un homme qui a bâti (au départ de ma dot & de son job) une honnête fortune. Mais il ne m’aimait pas (je lui étais utile, c’est tout), en sorte que j’étais aussi fort malheureuse.

Quand je l’ai quitté, mon train de vie a fait le plongeon (surtout qu’il n’a jamais voulu payer les pensions alimentaires) – j’ai vécu plusieurs années de pauvreté, mais j’étais heureuse…  Je n’avais plus à subir une vie commune avec quelqu’un de non-bienveillant.

Et comme je n’avais jamais cessé d’étudier & d’avancer avec ma vie, j’étais satisfaite – surtout à partir du moment où j’ai créé mon blog.

Quand on vit une vie terne, qu’on a la tête farcie des horreurs qu’on nous montre à la télé (guerres, meurtres, famines, tortures, pollution, terrorisme, menaces diverses, …), on est dégoûté des humains, qui apparaissent comme un chancre à la surface de la terre. Mais, s’il est vrai que les humains ayant un bas niveau de conscience sont désespérants, il existe aussi des humains à haut niveau de conscience … & il faut viser à être de ceux-là.

Et si on parvient à élever assez notre conscience (ce qui n’est pas facile), on comprend mieux la totalité de ce qui se passe.

Alors, on accepte la réalité telle qu’elle est (surtout qu’on comprend alors tout ce qu’il y a d’hypocrite dans nos « vertueuses indignations ») et on a plus de compassion pour nos frères & sœurs humains.

Mais pour en revenir à votre évolution, à comment débuter & continuer, vous pouvez vous inspirer de ces 5 articles de 2012 :

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-introduction/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-1-la-vision/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-2-la-strategie/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-3-planification/

http://www.bonheuretamour.com/2012/05/17/le-plan-extra-pour-enfin-realiser-vos-buts-4-execution-et-controle/ .

Le plus crucial est de beaucoup vous informer sur le but que vous visez ; ce qu’il vous faut (& qui vous manque), c’est une information juste & de haute qualité – & pour l’obtenir, il n’y a qu’une solution : vous devez décider de devenir un étudiant perpétuel.

Cette étude est indispensable & doit être votre priorité N°1 ; s’informer sans cesse – en lisant des livres, visionnant des vidéos, allant à des conférences ou ateliers, … Puis, vous devez réserver assez de temps chaque jour pour étudier.

Vous éliminerez ensuite vos mauvaises habitudes (critiques, regarder les news, tabac, alcool, addictions), & adoptez des habitudes saines – surtout que l’alimentation influence notre efficacité de pensée.

La maîtrise des émotions est aussi un but à viser.

Là, il est temps de découvrir votre moi profond & quelle est votre mission de vie. Cette étape est également indispensable ; en effet, il est impossible de s’épanouir si l’on ignore cette mission.

L’étape suivante est de devenir financièrement indépendant – ça semble bizarre, mais en fait, libérer nos conditions, c-à-d se libérer d’un job salarié, libère notre esprit, & nous permet de commencer le vrai travail (profond) d’auto-réalisation.

Alors, à vous la joie durable & « inusable » !

Attention : si vous sautez une seule de ces étapes, vous n’y arriverez pas.

Publicités

20 heures pour enrichir votre vie

Par défaut

sculpteur n-bl

Une étude du Dr Anderson avait montré que, pour quelqu’un qui partirait de zéro, cela demande 10.000 heures d’apprentissage pour parvenir à un niveau d’expertise dans un domaine quelconque.  Mais les médias ont changé cette assertion en : il faut apprendre durant  10.000 heures pour devenir expert en un domaine.

Puis, cette phrase s’est transformée en : ça prend 10.000 heures pour devenir bon dans un domaine. Et la phrase est finalement devenue cette assertion : ça prend 10.000 heures pour apprendre quelque chose (ce qui, en journées de travail de 8 heures, représente  5 ans de travail !).

Quand on entend ça, on se dit : Oh là là ! Quelle montagne ! Et avec mon emploi du temps chargé, je n’y arriverai jamais !

Mais cette dernière assertion est fausse ;  en fait, apprendre quoi que ce soit ne prend que … 20 heures !

Vous vous dites sans doute que ce n’est pas possible, mais ça l’est…  avec une petite astuce…

Quand on commence à pratiquer quelque chose, au début, on prend beaucoup de temps pour le faire, mais avec un peu de pratique, on y devient bien meilleur et on arrive à le faire en peu de temps.

Du reste, quand on veut faire quelque chose pour soi, on se fiche du temps que ça prend, on ne se soucie que de bien le faire… Et bien faire quelque chose (= acquérir une compétence quelconque), ça prend en fait assez peu de temps.

Si quand on commence, on est mauvais avec un peu de pratique, on devient bon.  Mais à un certain point, on atteint un plafond &, à partir de là, c’est très dur d’atteindre le plafond suivant, et idem pour chacun des plafonds encore plus élevés … jusqu’au niveau de l’expertise.

Alors qu’en réalité – cela a été testé – entre le niveau où l’on n’y connaît absolument rien dans un domaine, et le niveau où l’on s’en sort honorablement, 20 heures de pratique suffisent – et c’est valable dans quelque domaine d’apprentissage que ce soit (apprendre le japonais, jongler, sculpter sur bois, jouer de la guitare, … ),

Mais attention : ça, c’est à condition de pratiquer de façon efficace, intelligente – si on pratique d’une mauvaise façon, ça ne marchera pas ; on restera à un niveau bas, ou ça prendra bien plus que 20 heures pour atteindre un niveau de compétence acceptable.

Voici, par conséquent, comment il faut s’y prendre (cela marche pour n’importe quel apprentissage) ; il s’agit d’une méthode à appliquer pas à pas et dans l’ordre :

  1. déconstruire la compétence 

Il faut d’abord décider exactement ce que vous serez capable de faire une fois que vous aurez fini les 20 heures, puis analyser la compétence et la « briser » en morceaux de plus en plus petits (grandes parties, puis sous-parties, …).

Une compétence n’est qu’un grand ensemble de compétences diverses. Alors, plus on déconstruit la compétence, plus on peut décider quelles sont les parties de ladite compétence qui peuvent nous mener au point que l’on avait décidé d’atteindre – et alors pratiquer ces points-là en 1er pour s’améliorer.

  1. apprendre assez que pour s’auto-corriger

Il y aura nécessairement une partie théorique (sous forme de livres, dvd, cours, …) mais cette partie théorique ne doit pas constituer un moyen de remettre la pratique à plus tard ; il faut apprendre juste assez que pour pratiquer et pouvoir s’auto-corriger.

Apprendre devient alors un moyen de pouvoir de remarquer quand on fait une faute pour pouvoir ensuite recommencer en étant devenu un peu meilleur.

  1. ôter les barrières empêchant la pratique

La télé, les jeux, l’internet, le téléphone, le grignotage, … forment des distractions qui freinent l’apprentissage- car ça vous empêche de vous mettre à pratiquer !

La volonté vous aidera ; plus vous parvenez à éliminer les distractions vous empêchant de pratiquer votre nouvel art, plus vous le pratiquez.

  1. pratiquer durant 20 heures minimum

Il arrive souvent, quand on commence à pratiquer une nouvelle compétence, qu’on soit frustré par la lenteur de nos progrès et qu’on laisse tout tomber…  Au départ, on se sent (ce qui est pénible) vraiment trop nul, ce qui nous déprime et nous fait penser qu’on n’y arrivera jamais.

Et non ; il faut s’obliger à continuer jusqu’à avoir pratiqué durant au moins 20 heures.

Conclusion 

Savoir, c’est pouvoir et en acquérant de nouveaux savoirs et talents, vous pourrez améliorer votre vie !  Or, avant, vous pensiez n’avoir pas le temps ou les capacités pour le faire.

Maintenant, vous en savez plus ; vous savez que si l’on prend la ferme décision d’apprendre un sujet – quel qu’il soit ! – et de se mettre à le pratiquer pendant au moins 20 heures, avec la méthode ci-dessus, il est certain qu’au bout de ce laps de temps, on y sera devenu bon !  C’est encourageant, non ?

Vous pouvez apprendre tout ce que vous pouvez imaginer ! Qu’est-ce que vous voulez faire (de votre vie)?

L’obstacle principal à l’acquisition de nouvelles compétences n’est pas intellectuel ; il est émotionnel !

Une fois de plus, c’est la peur (de ne pas y arriver) ou l’ego (qui déteste se sentir stupide au début) qui nous empêchent de nous élever et d’avoir une meilleure vie

Alors, que voulez-vouus apprendre ? Qu’est-ce qui vous intéresse ? Qu’est-ce qui vous passionne et vous fait rayonner ?

Alors, faites cette chose ; vous n’êtes qu’à  20 heures de l’atteindre …  Bonne chance !

Le système scolaire est nul !

Par défaut

classe

(Résumé de Sir Ken Robinson : how to escape education’s death valley)

Pour qu’un être vivant prospère et donne le meilleur de lui-même, il a besoin de certaines conditions… Par conséquent, lorsque ces conditions sont absentes, l’être se « raccrapote » …

Il donne comme exemple la Vallée de la Mort ; rien n’y pousse car il n’y a pas d’eau. Mais un été, il a plu, et aussitôt, un tapis de fleurs est apparu, preuve que la vie existe dans Vallée de la Mort, mais à l’état dormant, n’attendant que des conditions favorables pour s’épanouir…

Pour les humains, le contrôle et la domination ne constituent pas de bonnes conditions pour prospérer ; le vrai leadership est dans le « climat » : on peut dire des enfants que, sous un bon climat, ils fleuriront et que, si leurs facultés restent en sommeil, s’ils sont à l’état « minable » (« raccrapoté »), c’est que les conditions sous lesquelles ils pourrraient déployer leurs talents, sont absentes !

Selon Ken Robinson, l’esprit humain se base sur 3 principes pour donner le meilleur de lui-même, et notre système d’écucation les viole tous !

Voici ces 3 principes :

1.les humains sont naturellement différents et divers :

Chacun qui a plusieurs enfants sait que chacun de ses enfants, depuis la naissance, diffère de ses frères et sœurs. Or, l’éducation scolaire se base non sur la diversité, mais sur la conformité. Les écoles se concentrent sur ce que les enfants peuvent faire dans un cercle très resteint de réalisation. On a beau dépenser des fortunes pour l’enseignement, c’est dépensé en vain, car dans la mauvaise direction.

Pour lui, l’ADHD n’est sûrement pas l’épidémie qu’on décrit ; il est normal que les enfants s’agitent quand on les place dans les conditions d’apprentissage des écoles, c-à-d rester immobiles durant de longues heures, à faire des travaux stéréotypés et de bas niveau.

Tous les enfants ont des talents et nous les gaspillons, ils bouillonnent de créativité, et nous la détruisons. Petits, les enfants n’ont pas peur de se lancer, de risquer – quand on n’a pas peur de se tromper ou d’être humilié, on ose apporter des solutions originales. Or, dans notre société, on stigmatise les erreurs, en sorte qu’arrivés à l’âge adulte, ils n’osent plus risquer.

  1. curiosité

Les enfants sont curieux de nature, ils sont avides d’apprendre, en fait – et c’est un genre d’ « exploit » de nos systèmes d’écucation d’arriver à éliminer cette tendance chez eux !

Les professeurs sont essentiels à un pays, puisque ce sont eux qui sont chargés de former les membres futurs de la société ; leur rôle est d’encourager l’apprentissage, soutenir, stimuler, provoquer, donner envie – et au lieu de ça, ils passent bêtement des infos, comme si les enfants étaient des outres passives qu’il faudrait remplir..

En plus, au lieu de se focaliser sur l’apprentissage, on se focalise sur les tests, les notes, les examens – alors que les notes ne devraient pas servir à ceci, mais bien à diagnostiquer une situation.

Au lieu d’exciter la curiosité des enfants et leur envie d’apprendre, on les pousse à prester, au lieu de les pousser à s’améliorer individuellement, on les pousse à la concurrence.

3.La vie humaine est intrinsèquement créative : les animaux aussi ont une certaine créativité, mais pas à notre échelle. Donc, l’éducation devrait développer la créativité… Au lieu de ça, on a une standardisation stérilisante.

En Finlande, l’enseignement est individualisé et on soutient les écoliers, il n’y a pas d’examens et on encourage la créativité, conclusion : personne ne redouble ou n’abandonne les études.

Les  conceptions mécanistes de l’éducation ne marchent pas, et ne l’ont jamais fait, car l’éducation est un phénomène humain et pas mécanique !

Alors, qu’est-ce qu’on attend pour changer le système et en faire un de succès plutôt que d’échec ?