Archives de Tag: espace

Enfants, nudité et éducation sexuelle

Par défaut

Vous  « devez » à vos rejetons ce genre d’informations ! Vraiment,  le fait de passer ce sujet sous silence est une sorte de mauvais traitement.  Il ne faut pas en parler abruptement et sans raison, mais s’ils posent des questions, y répondre avec le plus de naturel possible.  Il va de soi que vous cesserez d’en causer si vous percevez une réaction de dégoût chez l’enfant et que vous adapterez  votre discours à l’âge et au niveau de compréhension du petit.

Certains croient qu’informer les enfants sur le sexe heurte leur sensibilité et leur naïveté. Ce n’est pourtant qu’une fonction naturelle et essentielle à la continuation de la vie, donc sacrée.  Ne pas en parler, c’est en faire un secret. Or, les enfants assimilent « secret » à « mal », à « bêtises », bref, quelque chose dont on doit avoir honte ou se sentir coupable. Comment cette activité – le moyen privilégié de communication du couple – pourrait-il être mal ?

Ce genre d’attitude excessivement pudibonde conduit aux névroses, à une vision pervertie de cette merveilleuse fonction qu’est la sexualité (d’où plus tard, un risque de don juanisme, de pédophilie, de prostitution ou visite aux prostituées, …), sans compter le risque de grossesses non-désirées ou de maladies sexuellement transmissibles.

Protégez vos chers enfants de ces malheurs : parlez-en !

Mais rappelez-vous l’enfant vit (et veut vivre) dans un monde enchanté; donc, pas de détails scabreux !  Et mentionnez toujours que c’est l’expression de l’amour entre 2 êtres.

Si les questions deviennent techniques ou trop précises, avouez franchement que le sujet vous met mal à l’aise, que vous le considérez comme privé et que vous refusez d’entrer dans ce genre de détails.  C’est ainsi, du moins, que je m’y suis prise avec mes enfants, considérant qu’ils les apprendront par eux-mêmes, quand le temps en sera venu. Informez-les néanmoins, sur la notion de « bulle personnelle » (voir ci-dessous) et, vers 13-14 ans, sur le danger des rapports non-protégés.

Espace personnel

Apprenez très tôt à un bambin le concept de « bulle » – ou espace personnel – et que ces limites-là sont à respecter.  Enseignez-lui qu’il ne doit accepter les caresses que quand il en a envie et de qui il en a envie et que, sinon, il a parfaitement le droit de refuser.

Si je prends l’exemple de ma famille ; moi, j’aime cajoler mes enfants. Avec mon fils, ça allait car il est très câlin, mais ma fille ne l’était pas du tout, et quand je voulais l’embrasser, elle me repoussait de la main.  Eh bien, je ravalais ma douleur et la laissais.  J’avais parfois très envie de l’embrasser, mais je respectais ses limites – son droit à refuser les caresses dont elle n’en avait pas envie.

S’il hésite, dites-lui de se poser – mentalement – la question suivante :  ça me fait « oui » ou ça me fait »non » ?  Ainsi, il saura s’il doit se laisser cajoler ou refuser.

Et prêchez d’exemple : si lui, ou quelqu’un d’autre, vous demande un câlin et que vous ne vous sentez pas d’humeur, refusez en disant : « non, je n’en ai pas envie pour l’instant ».  Vous lui montrez ainsi, mieux qu’avec des discours, que chacun a droit à ses limites et au respect de ses frontières personnelles.

Ne le forcez pas à être affectueux avec autrui (grands-parents, oncles et tantes, amis, collègues, ..) ; il le fera si et quand il sera prêt.  Une fois de plus, respectez la ‘bulle’ de vos rejetons et apprenez-leur à la faire respecter :  par les temps qui courent, c’est plus sûr !

Problème de la nudité

Certains parents sont pour, d’autres, contre, et la plupart se demandent comment agir en ce domaine.

Les parents actuels ne veulent pas se montrer trop prudes; ils veulent transmettre à leurs enfants une image naturelle du corps, pour leur éviter des inhibitions plus tard.

Mais ils ne veulent pas non plus être trop « libres », au risque de heurter la sensibilité des enfants.  Leur problème est de connaître ce juste milieu; ce que l’on s’autorise – et leur autorise – ou pas.

Arguments « pour »

Des études ont montré que, dans une famille, une attitude dénuée de tabous envers le corps augmente l’estime de soi des enfants, car ceux-ci acceptent mieux leur corps.  Par contre, grandir dans une famille pudibonde génère chez eux, une fois adultes, de l’anxiété envers le corps et la sexualité, ce qui nuit à leur épanouissement.

Arguments « contre »

Imposer sa nudité à l’enfant, l’agresse.  Beaucoup d’enfants, interrogés à ce sujet, ont exprimé une gêne en face de parents qui s’exposent sans retenue.

D’après moi, la nudité n’a pas d’importance tant qu’il s’agit d’un nouveau-né, mais dès qu’il atteint environ 1 à 2 ans, il faut cesser de s’exposer devant lui dans les pièces communes et de prendre des bains avec lui. Je vous conseillerais aussi de cesser de l’embrasser sur la bouche à cet âge.

A partir de cet âge, je conseille une attitude naturelle, mais pudique (après tout, la pudeur est l’une des choses qui nous distingue des animaux), c’est-à-dire que vous réserverez la nudité à votre chambre ou à la salle de bains.  Vous pouvez demander à vos enfants de faire de même, excepté à la plage, où je pense qu’un enfant peut courir nu (mais couvert d’un chapeau et enduit de crème solaire) jusque 3-4 ans.

Donc, si votre petit vous surprend nu pendant que vous vous lavez ou vous habillez, pas de souci.  Ne vous mettez pas à crier ou à vite tenter de vous cacher, sinon, il tendra à s’y intéresser de façon malsaine.

Normalement, il devrait comprendre assez vite que la nudité est réservée à l’intimité, pour lui comme pour les autres membres de la famille – et de toute la société, du reste.

Vous avez, bien sûr, le droit de décider autrement, si par exemple, vous êtes adepte du naturisme, ou si, à l’inverse; des raisons de goût, de culture ou de religion s’opposent à toute exposition du corps, …

Adoptez le comportement dans lequel vous vous sentez à l’aise – et une fois un mode de vie adopté chez vous, tenez-vous-y.  Je le répète; les enfants sont en général, désorientés par des changements soudains ; ils aiment la routine et le train-train.

Publicités