Archives de Tag: ermite

Le PN « serviable » ou « humoristique »

Par défaut

homme tape femme  Dans sa folie mégalomaniaque, un PN est fermement convaincu que sa vie est très importante, qu’il a une mission. Il cherche donc toujours des indices prouvant la nature unique & grandiose de sa vie.

Comme il est vide (ou mort) en dedans, il est tout « extériorité », image, apparences. Par conséquent, même lorsqu’il est seul, il est en représentation, comme si un public invisible était là, à le regarder & le juger.

Tous ses actes, paroles, gestes, sont destinés à ce public et tous sont (bien entendu) d’un grand intérêt & importance – c’est pour cela qu’il aime s’enregistrer, pour en faire profiter la postérité !

Et vu qu’il est un personnage si important, il trouve normal d’avoir droit à tout ce qu’il veut, et à ce que les autres lui obéissent sans discuter et lui octroient sans râler ses moindres désirs & caprices !

Mais les autres lui résistent, ce qui le frustre et lui cause de la colère. Et comme il sait pertinemment que la société vise à éviter les conflits, que la violence est mal vue ou interdite et que, s’il s’y laisse aller ouvertement, il sera puni, il use de moyens détournés pour décharger son agressivité – et Dieu sait qu’il connaît de nombreuses façons d’agresser ; il peut jouer la « franchise brutale », ou l’ »humour mordant », ou « le bon conseil étouffant », ou « le sexe expérimental », ou « le retrait social », ou le comportement «différent», ou trouver une autre façon d’exprimer son hostilité cinglante et réprimée – qu’il qualifiera d’ »amour-vache » ou de « c’est pour ton bien ».

Son cocktail sadique préféré est de mixer sa « franchise brutale » avec des « conseils utiles » et de « souci pour le bien-être » de sa victime. Il exprime – souvent sans provocation – des observations très blessantes – mais bien sûr, comme c’est un lâche, ces méchancetés sont toujours formulées de façon socialement correcte.

Il vous dira, par ex : « ces vêtements ne te mettent pas du tout en valeur. Tiens, voici la carte de mon tailleur » ; ce faisant, il se montre serviable en apparence, mais blessant en réalité (tout est dans le ton ; sous-entendu : vous avez des défauts physiques ou mauvais goût !).
Un autre truc favori du PN est d’insister sur les insécurités, les peurs, les faiblesses et les lacunes de la cible de l’agression. Si vous (son conjoint) êtes jaloux (se), le pervers parle de son besoin d’expériences sexuelles et de ses nouvelles conquêtes. Si son partenaire d’affaires a été jadis traumatisé par une insolvabilité, il lui reproche d’être trop prudent ou trouillard, tout en le forçant à assumer les risques d’affaires bizarres et hautement spéculatives.

S’il a un conjoint grégaire, le PN joue le solitaire, l’ermite, l’inadapté social, ou le visionnaire incompris – forçant ainsi le (la) partenaire de renoncer à sa vie sociale.
Plein de venin, un PN porte en lui animosité, hostilité, une haine effrénée – ce qui mène souvent, dès qu’il en a l’occasion, à la violence physique. Mais les manifestations non-physiques de sa bile accumulée sont encore plus terrifiants, plus omniprésents, et plus durables. Méfiez-vous de ses cadeaux ; ce sont toujours des « cadeaux empoisonnés » (j’ai dit ailleurs, comme un pervers vous offre toujours des cadeaux inadaptés, pour « vous faire comprendre votre insignifiance »)  car le PN vous hait à mort, simplement parce que vous existez & que vous êtes tel(le) que vous êtes !

Il sent que vous lui êtes supérieur(e), mais il n’a pas la moralité de se dire qu’il va vous prendre pour modèle ; à la place, il vous jalousera pour cela, pour votre Vie intérieure, et visera à vous détruire… Se rappeler ceci peut vous sauver la vie !

Publicités