Archives de Tag: envies

Les bactéries sont aux commandes !

Par défaut

bâfrer

On réalise de plus en plus à quel point l’intestin est important. Il contient plus de neurones que le cerveau ( !) et les ¾ des messages vont de l’intestin au cerveau, et non l’inverse.

A présent, plusieurs équipes de chercheurs américains peuvent affirmer que les bactéries intestinales contrôlent notre comportement, nous poussant à manger (ou à éviter) certains aliments afin de s’octroyer ce qu’elles « estiment » être le meilleur environnement !

En ré-examinant les études antérieures sur le lien entre la flore intestinale et le comportement, ils ont trouvé qu’effectivement, les bactéries intestinales nous manipulent, en nous causant des fringales !

De nombreuses bactéries vivent dans notre tube digestif, 100 x plus nombreuses que nos autres cellules (bref, nous sommes faits de bactéries… et de bien peu de cellules humaines !).  Elles forment un écosystème ou «microbiome». Dans cet écosystème, des espèces différentes ont des besoins différents et vivent en abondance relative en fonction de la nature de leur environnement.
L’un des principaux facteurs déterminant notre environnement intestinal est la nourriture que nous ingérons. Certaines bactéries intestinales préfèrent consommer des matières grasses, par exemple, tandis que d’autres préfèrent le sucre. C’est pourquoi les bactéries intestinales manipulent leur environnement pour leur propre bénéfice – > elles influencent notre comportement au moyen de fringales, d’aversions alimentaires ou de sentiments de détresse qui ne sont satisfaits que par la consommation de certains aliments. 

On ignore par quels mécanismes les bactéries nous manipulent, mais la recherche a confirmé un lien très fort entre la composition de la flore intestinale et le fonctionnement des systèmes nerveux, endocrinien (hormonal) & immunitaire.

Certaines études suggèrent que les bactéries peuvent libérer des molécules affectant l’activité du nerf vague (qui va de l’intestin à la base du cerveau) ; elles manipuleraient le comportement et l’humeur en modifiant les signaux neuronaux dans le nerf vague, en changeant les récepteurs du goût, en produisant des toxines pour nous faire sentir mal et en libérant des récompenses chimiques pour nous faire sentir bien.
Mais nous avons aussi notre mot à dire ; ce que nous mangeons est le plus grand déterminant du type de bactéries vivant dans nos intestins ; notre régime alimentaire a un impact énorme sur les populations microbiennes de l’intestin. Cet écosystème est en constante – et rapide – évolution.

Des études ont montré que nous pouvons modifier la composition de la flore intestinale en 24 heures après avoir changé notre alimentation.

La modification de la composition du microbiome – en changeant notre régime alimentaire ou en consommant des prébiotiques ou probiotiques, d’une part, ou par la prise d’antibiotiques de l’autre – a de grandes implications pour la santé.
Nous ne sommes qu’au début de nos découvertes sur l’importance du microbiome pour la santé humaine, mais au vu des études, cibler le microbiome pour le réguler permettra de prévenir une variété de maladies, de l’obésité et du diabète aux cancers du tractus gastro-intestinal.

 

Publicités

(Minceur) Besoin de manger, ou simple envie ? Comment les distinguer ?

Par défaut

Cheese PizzaOn nous vante partout des produits « coupe-faim », censés nous faire mincir.  Gonflant dans l’estomac, ces produits procurent une sensation de satiété – donc, comme on se sent « full », on mange bien moins et donc, on maigrit !

C’est tout simple, comme on voit …

Hélas, ce postulat est STUPIDE ! Si l’on grossit, c’est JUSTEMENT parce que l’on mange au-delà de nos limites, lorsqu’on est « plein(e) » !

Cest-à-dire qu’on mange, non parce qu’on ressent une sensation de faim et qu’il faut se nourrir, mais pour se réconforter – parce qu’on ressent un « vide » pénible qu’il faut remplir ou une angoisse diffuse qu’il faut dissiper … Bref, cette faim-ci provient des émotions, et non d’un besoin physique réel.

Et il n’est pas facile de faire la différence… Pour y parvenir, voir : http://bonheuretamour.com/minceur-besoin-de-manger-ou-simple-envie-comment-les-distinguer/

Les 4 règles du bonheur en couple

Par défaut

MP900382690[1]Beaucoup de gens se mettent en couple alors qu’ils ignorent totalement les lois pour avoir une union solide et heureuse. J’avais déjà détaillé ces règles dans cet article (http://bonheuretamour.com/choix-du-conjoint-les-regles-de-lunion/ ), mais il était un peu longuet, et traitait d’autres points, alors, j’aimerais ici me concentrer seulement sur ces lois de l’union. Les voici :

– la loi du soin (combler les besoins émotionnels principaux de l’autre),

– la loi de protection (évitez d’être une cause de souffrance pour l’autre),

– la loi du temps (planifiez du temps pour être ensemble et vous accorder votre attention exclusive)

– la loi d’honnêteté (soyez totalement honnêtes l’un avec l’autre).

Revoyons ces 4 règles en détail ;

1. Protection (éviter d’être pour l’autre une source de peine) :

Pour vous aimer l’un l’autre, vous devez remplir vos « comptes d’amour » respectifs de beaucoup de points d’amour. Mais avant cela, vous devez vous assurer qu’il n’y a pas de « retraits » sur ce compte d’amour. En effet, ce n’est pas la peine de déposer des « points » d’un côté s’ils s’écoulent d’un autre !

Vous éviterez ces “fuites” en vous efforçant de ne jamais gêner ou blesser votre partenaire, et éviter les tue-l’amour à tout prix ; c-à-d les scènes, exigences, jugements irrespectueux, comportements agaçants et la malhonnêteté.

Ensuite, vous pouvez passer à la loi d’accord conjoint (c-à-d que toute décision sera prise à 2, et seulement si elle enthousiasme les 2 partenaires), qui vous protège contre toute décision blessante ou égoïste de la part de l’autre – comme une liaison extraconjugale, par exemple.

Cette loi est donc bien adaptée pour solidifier le couple ; elle nous fait comprendre que tout ce que nous faisons de mal envers l’autre, n’est pas permis, même si ça nous procure du plaisir.

2. Soin (combler les principaux besoins émotionnels de l’autre) :

Combler les besoins de l’autre est un excellent moyen de déposer des points d’amour sur le compte de l’autre (à propos de ce compte d’amour, voir http://bonheuretamour.com/lamour-est-comme-un-compte-en-banque/  ).

Si notre conjoint ne le fait pas pour nous, on devient frustré et on tente de se satisfaire ailleurs – ce qui cause pas mal de liaisons !

Parfois, un époux doit apprendre à combler un besoin où il n’est pas très fort : par ex, pour un homme, apprendre à montrer son affection, ou pour une femme, devenir une bonne amante (sexe).  Il lui suffit de faire un plan et d’accepter de le suivre jusqu’à ce que l’on devienne un expert.

Du moment que votre époux accepte de suivre cette règle de soin et s’occupe en priorité à remplir désormais vos besoins, il ne doit plus craindre une infidélité de votre part – car il engrangera plein de points d’amour et vous l’aimerez à nouveau.

Personnellement, je trouve qu’après avoir été trompée, une femme a son estime de soi détruite, elle est très déprimée et ne croit plus en rien (confiance en miettes)- de plus, elle a une rage envers son époux infidèle : dans ces conditions, elle ne peut avoir envie de lui – et l’obliger à coucher avec lui pour qu’il n’aille pas se satisfaire ailleurs, est une prostitution.

Donc, zut ! Il a choisi de tromper, il choisit (s’il veut garder son couple) de ne plus pouvoir « le » faire avec sa femme durant des semaines ou même des mois – sinon, il aura une fois de plus le beurre et l’argent du beurre !

3: Temps (donner à son partenaire une attention exclusive)

Sans minimum 15 h par semaine d’attention exclusive (= rien qu’à 2, et chacun ne s’occupant que de l’autre), on ne peut pas remplir les besoins de son conjoint et lui les vôtres – même si chacun connaît les besoins de l’autre et accepte de les remplir.

Planifiez à 2 – et minimum 15 jours à l’avance – votre horaire d’attention exclusive ; c-à-d les 15 h/semaine où vous vous donnerez affection, conversation, compagnie divertissante, et satisfaction sexuelle. Si vous ne vous réservez pas cette période de temps, vos bonnes intentions ne pourront devenir réalité.

Et comme quasiment tout ce que l’on fait doit être planifié, sous peine de ne pas être fait, il faut prendre ½ h chaque semaine (disons, le dimanche de 15 h  à 15 h 30) pour planifier du temps ensemble pour la semaine qui vient – tâchez que le temps passé à 2 (rien qu’à 2) se monte à au moins 1 h/jour ; en effet, si vous gardez toutes les heures ensemble pour le week-end, ça durera trop d’heures à la suite que pour pouvoir vous accorder une attention exclusive.

Ensuite, chaque partenaire doit noter ce programme dans son agenda, avant toute autre activité ; c-à-d que ce temps d’attention exclusive à 2, a la priorité sur tout le reste, et que tout ce reste (dodo, télé, sport, bricolage, sortie entre amis, …), sauf le travail et le soin aux enfants, doit être inscrit ENSUITE dans l’agenda.

Je suggère – une fois un horaire trouvé – de le garder semaine après semaine ; c’est plus facile à retenir.

Essayez – s’il se peut – de vous voir quand vous êtes plein d’énergie – et pas super-fatigués.

4. Honnêteté (être totalement honnête avec l’autre)

La loi d’honnêteté radicale dit bien ce qu’elle veut dire : il faut TOUT dire à son conjoint. Sans cela, ce qui fonde vraiment le couple, c-à-d une vraie et chaude intimité, ne peut se bâtir, car sans cela, il n’y a pas moyen de se découvrir et de combler les besoins de chacun… (à ce propos, voir : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/14/couple-faut-il-tout-se-dire/ .

L’honnêteté vous aidera à solutionner vos soucis et vous rapprochera de votre partenaire, en sorte que vous deviendrez vraiment des âmes-sœurs.  Cette vertu fait partie des précautions extraordinaires au début, puis devient un standard de vie : vous et votre partenaire communiquerez toujours franchement et ouvertement. Ainsi, pas moyen d’avoir une liaison.

Vous avouez à l’autre vos sentiments, vos envies, vos intentions, et vos problèmes avec lui (elle), ce qui le protège, lui et le couple.

Faites attention à ne pas laisser les tue-l’amour (voir point 1) ruiner votre relation : dès que vous en détectez un, signalez-le et faites effort pour ne pas y tomber vous-même ; dites-le sans critique, colère ou exigences.

Ces règles peuvent mener une relation au mariage, mais, avant cet événement, vous n’êtes pas obligés de les suivre – puisque vous ne vous êtes encore rien promis.

Bien sûr, votre souci, c’est que votre bien-aimé(e) suive ces règles après le mariage; sinon, vous aurez fait une erreur en l’épousant.  S’il n’en respecte aucune avant le mariage, c’est mal parti ; ce sera pire après ! Ou alors, cela indique qu’il n’a aucune intention sérieuse à votre égard. Dans les 2 cas, c’est mauvais : soit il ne fait que profiter de vous sans intention de s’engager, soit, vous serez uni(e) à quelqu’un qui vous maltraitera.

C’est à vous de montrer (et de prouver !) que vous exigez plus d’une relation et donnez aux êtres que vous fréquentez des infos sur comment ils peuvent combler vos besoins. Et, s’il s’y refuse, rompez : « mieux vaut être seul que mal accompagné » !  Je vous rappelle que le stress est cause de 90% des maladies et accidents ; et qu’une mauvaise relation nuit plus à la santé et à la survie que l’abus d’alcool, de tabac, l’obésité et le manque d’exercice REUNIS !

Maris infidèles

Par défaut

Photos 2008 068Que penser des nombreux hommes qui trompent leur épouse ou leur compagne ?  D’abord, il y en a plusieurs sortes, qu’il importe de connaître pour ne pas se faire  » avoir ».

Carsi « les femmes sont des êtres sans plan » (Alan Turing), les hommes en ont, et ont toujours leur intérêt en vue…

Toujours, ils tentent de profiter des femmes, ou les poussent dans leurs retranchements pour voir ce qu’ils peuvent en tirer… et tant pis s’il faut, pour ce faire, « arranger » un peu la vérité !

Ils vous raconteront donc n’importe quel bobard pour arriver à vous mettre dans leur lit, ou pour vous faire tomber amoureuse..; « C’est bien meilleur quand elles sont amoureuses » disait l’un de ces infidèles en riant (je le cite) !

Il connaît ce jeu car, souvent, vous n’êtes pas sa 1ère maîttresse et vous ne serez certes pas (bien que vous le croyiez) la dernière ! Voilà pourquoi il ne faut pas écouter les paroles d’un homme, mais observer ses actes.

Les hommes infidèles ressemblent à des sociopathes ; ils ont plusieurs traits de caractère typiques de ce genre de malades :

– d’abord, un sens grandiose de sa valeur personnelle : c-à-d qu’ils estiment avoir parfaitement le droit de faire tout ce qui leur plaît – donc aussi de tromper.

– croire en soi et agir avec ruse et manipulation :  leur intérêt – ou même leur simple caprice – prime sur tout et ils sont dénués de sens moral. Une fois de plus, ils pensent avoir le droit de manipuler les autres pour obtenir ce qui leur fait envie.

Il utilise ces compétences à la tromperie pour garder sa femme dans le noir, et pour manipuler sa maîtresse pour qu’elle reste à lui donner ce qu’il veut, sans qu’il doive payer le juste prix (en argent ou en engagement) pour ses services sexuels.

Et en plus, ces hommes-là sont fiers de ces peu reluisantes aptitudes et s’en vantent entre eux !

– l’absence d’émotions profondes : ceci est génial, car l’homme infidèle qui ressentirait des émotions profondes ne pourrait plus se regarder dans un miroir ! Il aurait à cesser de tromper, car des émotions profondes impliquent d’avoir une conscience, et cette dernière leur ferait trop de reproches que pour qu’ils puissent continuer !

Pour plus d’information – pour savoir où vous mettez les pieds si vous envisagez une relation avec un homme marié, voici les 3 genres de maris infidèles :

1) l’homme qui « veut le beurre et l’argent du beurre » (cas le plus courant) : c’est un homme marié (ou en couple) qui se trouve bien dans son couple, qui aime sa femme et ne songerait jamais à la quitter, mais qui a besoin d’épicer un peu sa vie sexuelle, devenue trop routinière et prévisible à son gré… Il se prend alors une maîtresse … pour renforcer son mariage (bien sûr, cette dernière ignore à quel usage utilitaire cet homme la destine !) …

2) le « sérial trompeur » : pour celui-là, une femme ne suffit pas, même si son union est très heureuse et harmonieuse.  Cet homme – souvent un homme de pouvoir (riche) – est typiquement assez narcissique … Bref, ce genre de types ne devrait en fait jamais se marier ; il trompe sa compagne dès avant le mariage, et a besoin de sortir sans cesse avec d’autres femmes, pour satisfaire son ego surdimensionné… ce qui donne des unions chaotiques se terminant souvent abruptement par un divorce.

3) l’homme malheureux en ménage : c’est un homme qui a épousé la mauvaise personne ou s’est marié pour de mauvaises raisons, ou dont l’union est devenue très pénible….Alors, quand il rencontre la bonne compagne, il aura l’honnêteté de rompre son union, décemment et rapidement, pour bâtir une nouvelle vie avec la femme de ses rêves.  Ce type-ci d’homme infidèle est le seul qui soit réellement malheureux en mariage et qui désire rompre…. mais il est l’oiseau rare parmi les trompeurs.

En effet – une étude l’a démontré – -ce type d’homme infidèle ne forme que 1,5% du total des hommes infidèles – tous les autres restent avec leur femme – et donc, n’ont aucune intention sérieuse avec leur maîtresse, qu’ils »plaqueront » un jour ou l’autre.

Les maîtresses – ou celles qui sont tentées par un homme déjà en couple – doivent donc se rappeler sans cesse ce chiffre : leur amant a 98,5% de chances de RESTER AVEC SON EPOUSE… et elles, de se retrouver « jetées » comme de vieilles chaussettes quand elles auront fini de servir .. ou qu’elles deviendront importunes…

Par conséquent, à moins de tomber sur un « type 3 », et de constater que leur amant fait concrètement ce qu’il faut pour rompre son union, il vaut mieux éviter – à moins de vouloir souffrir – de sortir avec un homme déjà pris !