Archives de Tag: engagement

L’union solide est une corde à 3 brins

Par défaut

saint mariageJe reparle ici du mariage selon Dieu (après : http://www.bonheuretamour.com/2013/02/03/lunion-biblique-partie-1/ et http://www.bonheuretamour.com/2013/02/03/lunion-biblique-partie-2/).

Comme je me base sur les discours de feu le pasteur Derek Prince, les illustrations sont tirées de la Bible, mais c’est bien sûr valable & trouvable dans les autres religions.

Donc, il est dit dans la Bible (Ecclésiaste 4 : 12) : une corde à 3 brins ne se rompt pas facilement. Et effectivement, tout faiseur de corde sait qu’une corde à 2 brins est facile à rompre, et qu’une corde à 3 brins est ce qu’il y a de plus solide.

Pour Mr Prince, un couple avec juste l’homme & la femme, est comme une corde à 2 brins. Il faut, pour que leur union soit solide, y joindre un 3ème brin – qui est Dieu (ou l’alliance avec Lui).

Mais qu’est-ce qu’une alliance ? C’est un accord qui dure jusqu’à la mort.

Dans ses conférences, Mr Prince dit qu’un mariage n’est jamais facile et que sa réussite ne dépend pas de l’absence de tension ou de problèmes, mais bien d’avoir su créer une relation capable de surmonter ces tensions et problèmes.

Pour lui, les clés d’une union harmonieuse se trouvent dans la Bible, où l’on voit que Dieu attache une grande importance au mariage. Par exemple, l’histoire humaine y débute par le mariage d’Adam & Eve (que Dieu a créée pour servir d’aide à Adam). Le mariage a donc été conçu par Dieu.

Le pasteur continue en citant un passage du Livre de Malachie (le dernier de l’Ancien Testament) ; il y est dit que les Hébreux souffraient et criaient vers Dieu, mais que ce dernier n’écoutait pas leurs demandes parce qu’ils avaient trahi l’Alliance avec leurs femmes. (Malachie 2: 13-14)

Ce n’est pas parce qu’on est pieux, qu’on prie, qu’on va au temple, qu’on aura un mariage heureux – ni jadis, ni maintenant. Et une mauvaise relation entre mari et femme empêche une relation avec Dieu.

La clé est le mot «alliance» utilisé pour décrire le mariage ; le respect de celle-ci est la clé ; c’est ça qui garantit un un mariage réussi.

Car une alliance exige un engagement de tout coeur, total, sans réserve. Le mariage n’est pas un processus ou une relation expérimentale. Il ne peut réussir que s’il y a engagement total.

Deuxièmement, c’est Dieu, et non l’homme, qui en fixe les termes & conditions.

La Bible mentionne toujours un sacrifice (d’animal) pour sceller l’Alliance. Pour les chrétiens, ce sacrifice est celui de Jésus. Pour bâtir une bonne relation, chacun doit d’abord déposer sa vie aux pieds de l’autre & s’engager à « mourir » à ce qu’il était avant, à ne plus vivre pour soi désormais, mais pour l’autre (pour ce sacrifice de l’ego, voir la lettre du Dr Kelly Flanagan à son fils).

Tout ce que le mari a est pour la femme. Tout ce qu’a l’épouse est pour le mari. On ne freine rien, on ne garde rien ; c’est une fusion, pas un partenariat. Dans cette vie nouvelle, chaque membre du couple vit sa vie à travers l’autre.

L’alliance est consommée par l’union physique et à son tour, produit du fruit qui perpétue cette nouvelle vie. Dieu a ordonné ce principe de base pour les hommes : sans union, il ne peut y avoir aucun fruit. L’Alliance mène à la vie et la fécondité partagée ; une vie non partagée reste stérile.

Bref, il ne faut pas demander ce qu’on peut obtenir, mais ce qu’on peut donner !

Cette approche du mariage diffère des idées actuelles sur l’union, où chacun cherche le profit qu’il pourra en tirer, et non à se sacrifier pour l’autre & pour le couple.

Pourtant, l’approche « divine » est la seule apte à donner la vraie vie, le vrai bonheur et l’amour véritable.

Tant que les gens entrent dans le mariage en tenant à leur propre vie, ils ne trouveront pas la vie que Dieu a pour eux.

Iyanla Vanzant aussi dit que le mariage est une union des âmes & que comme telle, elle exige les ingrédients suivants : partenariat spirituel, un but plus large que les 2 individus, une source de soutien qui promeut la croissance, une vision commune ou partagée qui fait progresser l’union, un engagement envers Dieu, la famille & la communauté, & que chacun soit ancré en Dieu ou la divinité.

Le mot clé, encore une fois, est l’engagement. Il n’est pas une expérience ; il faut prendre un engagement. Et le fait essentiel est que l’engagement libère la grâce de Dieu. Sans elle, le mariage ne fonctionnera jamais.

Mais Dieu ne libère sa grâce dans un mariage que si les 2 parties ont pris cet engagement. Et c’est cette grâce de Dieu qui génère les ressources nécessaires pour faire fonctionner le mariage.

Quelle est la finalité du mariage ? Qu’est-ce que le mariage rend possible, et qui ne peut être atteint d’une autre manière ?

La Bible dit que « les 2 deviendront une seule chair » – donc, son but est l’union ou l’unité – laquelle est une chose divine. Car l’union, à son tour, conduit à la connaissance.

Dans la Genèse, il est dit qu’Adam « connaît » sa femme. Il y a ici un élément de savoir. Car Dieu n’emploie ce terme « connaître » une femme que pour les époux – pour les non-mariés, il emploie le mot « coucher avec ».

Ca signifie que le mariage, tel que voulu par Dieu, permet aux humains de se connaître, à tous les niveaux (corps, esprit, âme), d’atteindre une unité.

Un tel mariage, où l’alliance et l’engagement importent, protègent les conjoints contre toute trahison & exploitation. Toute femme qui se laisse exploiter sexuellement par l’homme, c-à-d qui couche avec lui hors mariage (hors Alliance), profane la chose la plus précieuse qu’elle a ;-sa personnalité. Elle expose toute sa personnalité à quelqu’un qui ne veut pas payer le prix de ce précieux cadeau. Il en va de même avec un homme, d’ailleurs.

Dieu a fixé des limites pour qu’on puisse atteindre l’unité en connaissant un(e) autre, mais pas l’exploiter, et ceux qui ignorent ces limites et essayent d’obtenir les avantages sans les conditions de l’union se trompent & sont trompés.

Car les substituts humains au mariage ne produisent pas le résultat de Dieu.

cf Hébreux 13: 4 : Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure ; car Dieu jugera les fornicateurs et les adultères.

Les exigences de Dieu sont conçues pour nous protéger d’être blessé et toute personne qui se livre à des rapports sexuels illégitimes ne trouvera pas la joie, la paix, la satisfaction, mais bien la frustration et la douleur.

On parle de « briser les lois de Dieu », mais en fait, jamais on ne les brise ; ce sont elles qui nous brisent !

Par ex, si on enjoint aux gens de ne jamais sauter du 5ème étage et que quelqu’un saute, il ne brise pas la loi de la gravité ; c’est la loi de la gravité qui le brise ! … car cette loi ne se voit ni ne se perçoit, mais elle existe, qu’on la reconnaisse ou la nie, et si on l’enfreint, on en pâtira, c’est obligé !

Dieu, ne nous impose pas ses lois (qui sont celles de l’Univers, et aussi immuables que la loi de la gravité), mais nous les communique via ses Messagers. Son but n’est pas (comme je l’entends trop souvent) de nous contraindre, mais de nous protéger de toute douleur !

Et le mariage en fait partie ; Dieu l’a institué pour notre propre bien, et se rebeller contre elle cause notre destruction.

Quels sont rôles du mari et de la femme dans le mariage ?

L’apôtre Paul dit que l’homme est le « chef » de la femme. Le mot chef fait référence à la tête. C’est donc l’homme qui prend l’initiative & est responsable de la décision et de la direction.

(j’ai parlé ici http://www.bonheuretamour.com/2012/05/10/la-question-de-la-soumission-des-femmes/ de la soumission des femmes).

L’époux doit d’abord être un « fournisseur » – il est dit (Timothée I, 5: 8), que « si quelqu’un n’a pas soin des siens, et surtout de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle ».

Quel genre de personne est Paul parle? Il parle d’un homme qui ne pourvoit pas aux besoins de sa femme et de ses enfants.

Il s’agit de « pourvoir » au plan financier, mais aussi à tous les autres ; l’homme doit veiller à ce que tous les besoins légitimes de sa femme soient satisfaits. St Paul dit que la femme est la gloire du mari ; sa « preuve » en quelque sorte – son état (épanoui ou misérable) témoigne de la valeur de l’homme.

La 3ème responsabilité de l’homme est de protéger. Beaucoup d’hommes ne songent qu’à profiter de leur force supérieure pour dominer leur épouse, mais Pierre (Pierre I, 3: 7) dit que les maris doivent honorer l’état plus faible de la femme. Il ajoute que le mari et la femme sont co-héritiers de la grâce de vie. En tant que tels, ils l’obtiennent soit à 2, ensemble, soit pas du tout !

Pour un homme, ça « paie » d’investir dans sa femme et plus il la protège, plus il en tire de satisfaction.

Et quelle est le rôle de la femme ? On voit dans la Genèse que Dieu la crée pour être une « aide » à l’homme. Et elle peut l’aider en le soutenant & en l’encourageant.

Oui, la tête est le chef, mais elle dépend du reste du corps pour être soutenue et nourrie – du cou surtout. La femme sera ce cou … & souvenons-nous que c’est le cou qui détermine vers où la tête tournera !

Un homme doit donc pouvoir se tourner vers sa femme pour l’encouragement, et les femmes doivent se nier, nier leurs propres sentiments négatifs (tristesse, découragement) pour encourager leur mari. Ceci semble choquant, mais qu’elles essaient, et elles constateront qu’elles tireront d’immenses satisfactions de cette attitude (car la vertu – qui est d’obéir aux lois divines – est en soi, sa propre récompense), au lieu d’être insatisfaites !

En résumé, la responsabilité du mari est triple : diriger, fournir & protéger, & celle de l’épouse est d’aider ; soutenir et encourager. Quand un mariage échoue, c’est souvent parce que l’un ou les 2 membres du couple ne remplissent pas leur rôle ; l’homme refuse de mener & la femme est alors forcée de prendre ce rôle.

Publicités

Union : les choix foireux

Par défaut

mariée tuée J’ai déjà parlé de l’amour & des relations (par ex, ici : http://www.bonheuretamour.com/2016/05/25/a-la-decouverte-de-lamour/) mais je voudrais passer à l’étape suivante : le mariage.

Il est clair que tout le monde veut éviter la catastrophe que serait le mariage avec la mauvaise personne, mais tou(te)s (sauf exception), on tombe dans ce piège…

Faire un choix stupide est quasiment obligé, pour plusieurs raisons ;

– d’abord, car on est généralement jeune & qu’on se connaît mal (notre être profond, nos besoins réels, qui est vraiment compatible avec nous), qu’on connaît mal la vie, et qu’on connaît mal les autres – on ignore totalement ce qui constitue un signal de danger, par exemple.

Bref, qu’on a qu’une chance infime de juger correctement l’autre & la relation … surtout que, l’amour étant aveugle, on ne voit pas les défauts de l’autre, ou on espère qu’il changera..

Bien sûr, on ne peut faire passer des tests psychologiques à l’autre, & l’envoyer en thérapie durant 10 ans avant de consentir à le fréquenter !

En plus, pour la majorité d’entre nous, ce sont nos attachements psychologiques qui nous dirigent (voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/ ), en sorte que, même en croyant rechercher le bonheur, on recherche en fait l’inverse !

C’est pour ça qu’on a rejeté les partenaires gentils, équilibrés & amoureux de nous (moi : Jean-Marie Ragoen), sous prétexte qu’ils nous semblaient « ennuyeux » (!)

Et puis, beaucoup, étant sans doute inintéressants, s’ennuient tout seuls, &, trouvant l’état « isolé » insupportable, acceptent n’importe quoi pour passer à l’état « en couple » ! (sans compter une pénible abstinence sexuelle).

En outre, notre société (qui veut notre malheur parce qu’elle veut notre argent ! – voir http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/), met au pinacle « l’amour romantique », & conspue la raison (pourtant seule garante d’harmonie) dans la formation des couples.

Et ensuite, on exige que cet état d’ébriété qu’est l’état amoureux ou lune de miel, perdure – même au milieu du train-train, du ménage, du travail & des enfants ; c’est impossible !

Il faut vraiment 2 conjoints matures & équilibrés, car le manque de maturité & de complétion des conjoints est une grosse pierre d’achoppement. On dit toujours « ma moitié », car beaucoup voient le couple comme composé de 2 moitiés d’êtres humains… où chacun se raccroche à l’autre pour le soutenir & le compléter. Non ! Chacun doit être complet, tenant droit sur ses pieds… le partenaire doit juste être quelqu’un qui vient rajouter à cette vie déjà remplie, sinon, ça fait peser un gros poids sur lui… Le couple est déjà une chose difficile, & n’est pas fait pour porter ce poids supplémentaire !

Enfin, tout le monde s’engage dans la chose la plus importante de leur vie (l’union) sans aucune formation !

Pas étonnant que ça foire à tous les coups ! pente fatale

Vu tous ces critères, c’est normal que les mariages « coulent » (voir http://www.bonheuretamour.com/2012/12/16/la-pente-fatale-du-couple/) … L’anormal (& le miracle, en fait), c’est que certains surnagent !

=> d’où tout l’intérêt des mariages arrangés ! Bien sûr, pas les mariages arrangés de jadis, où on unissait 2 patrimoines, mais des unions arrangées par des gens plus sages, dans le seul intérêt des jeunes gens concernés ; des êtres matures connaissant à la fois lesdits jeunes gens, leur moralité (car c’est là le plus important), ce qu’il leur faut, et ce qui fait fonctionner une union. Alors, la réussite – c-à-d l’amour solide & durable, l’harmonie, un partenariat altruiste, efficace & joyeux – sont possibles.

Vous comprenez ici que l’union n’est pas pour tout le monde : les êtres égoïstes, immatures (inaptes au sacrifice) & immoraux en sont exclus.

Car l’amour – le vrai amour, pas la « folie » du « tomber amoureux » – est une décision, et une action, non un sentiment.

Comment peut-on imaginer fonder quoi que ce soit de solide, en se basant sur quelque chose d’aussi fluctuant que les sentiments ? C’est stupide et ne peut mener qu’au désastre, car les sentiments vont & viennent !

Ce qui fonde une union durable & heureuse, c’est l’engagement, l’humilité, la fiabilité, la maturité (rendant la remise en question & le sacrifice possibles).

J’aime, par ex, le discours de Julie dans La Nouvelle Héloïse, à Saint-Preux, son ancien amant, sur l’amour & le mariage : elle y dit que l’amour romantique cause des sentiments intenses, que – à cause de leur intensité – on croit durables, mais qu’en fait, ce n’est qu’un feu de paille. Qu’ainsi, on ne connaît pas l’autre, et que, si on l’épouse, ça ne peut qu’aller vers le bas, et on ne peut qu’être déçu(e) quand on découvre tous ses défauts et que la passion disparaît.

Qu’au final, ça ne forge qu’une vie de malheur, car la passion meurt vite quand on vit ensemble jour après jour & qu’on partage les basses réalités du train-train quotidien.

Elle ajoute que, par contre, un mariage de raison est un partenariat où chacun essaie de se montrer bon époux(se), qu’on apprend à se connaître peu à peu et que, comme on n’a pas d’attentes ou d’espoirs au départ, on ne risque pas d’être déçu(e) , de tomber de haut, puis d’en vouloir à l’autre. Bref, que ces mariages-là sont bien plus harmonieux que les autres.

Au temps des mariages arrangés au Japon, par ex, il y avait peu de divorces. Par contre, depuis qu’on peut choisir son (sa) partenaire, le divorce a énormément augmenté… D’accord, les temps ont changé, mais ça prouve qu’on ne choisit pas mieux que les parents, bien au contraire.

Sans doute les gens étaient-ils moins égoïstes et plus résignés, mais – je regarde toujours « les fruits que donne l’arbre » puisque c’est cela qui permet de juger – ça donnait moins d’enfants tarés (perdant leur vie à des bêtises).

Avant, comme le divorce était impossible ou très mal vu, les gens faisaient des efforts pour faire fonctionner leur couple (pas de porte de sortie) alors qu’à présent qu’il est devenu facile de divorcer, on rompt à la moindre occasion…

Mais comment – si on est une femme – mettre un peu plus de chances de notre côté ?

Eh bien, il faut éviter les hommes suivants

– fils à maman (toujours à lui obéir), ou immature ; toujours avec sa famille ou ses amis,

– homme voulant toujours tout contrôler,

– celui qui fait voler l’argent,

– celui qui ne vous dit pas qu’il vous aime ou pis, vous rabaisse ou vous insulte,

– le pas libre ou l’infidèle (peu importent ses « bonnes raisons »),

– le vieux célibataire (même qu’il a été 10 fois en couple),

– l’enragé qui est inapte à se maîtriser et pique des colères

– l’obsédé sexuel (ou ayant une autre tare à ce niveau).

Tous ceux-là, cessez de les voir, ou vous vous préparez des années de misère…

Vérifiez plutôt si les ingrédients d’une bonne relation sont présentes ! (voir http://www.bonheuretamour.com/2014/05/22/les-ingredients-dune-bonne-relation-damour/) ; c-à-d le respect, la confiance, le soutien, une communication saine & l’égalité financière.

Et sachez que « mieux vaut être seule que mal accompagnée », vu qu’une mauvaise relation est plus dangereuse pour la santé (mortelle, en fait) que l’alcool, le tabac, l’obésité & la sédentarité REUNIES !

A la découverte de l’amour

Par défaut

Couple in bed

Dans 2 articles (dont vous trouverez les liens & un résumé tout en bas de l’article), le Dr Kelly Flanagan donne des conseils à son fils & à sa fille sur l’amour & l’union …et ça m’a donné à penser.

En outre, une étude parvient à cette étonnante conclusion que 75% des hommes sont des connards (voir ; http://www.soonnight.com/mag/buzz/etude-75-des-hommes-sont-des-connards,28,22017.html).

Tous les coachs (mâles) se disent ébahis par la méconnaissance que les femmes ont des hommes et veulent les éclairer pour qu’elles fassent de meilleurs choix (voir ci-dessous ; * , la liste de mes guides). Oui, pour la femme, pétrie d’illusions & de désinformation, l’homme semble souvent un genre d’espèce à part, tant il est différent, il faut donc savoir comment cet étrange animal fonctionne & comment agir avec lui.

J’ai déjà écrit des articles sur l’homme (http://www.bonheuretamour.com/2014/02/10/le-secret-de-lhomme/, http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/comprendre-les-hommes-et-les-femmes/), mais le sujet est vaste, et quand on en vient aux relations, c’est encore plus complexe.

Voici mon idée du sujet ;

Il existe effectivement des femmes qui se mettent en couple malgré le fait qu’elles n’aiment pas le sexe, ce qui est malhonnête – car enfin, un couple, c’est toujours 2 personnes qui couchent ensemble – sinon, c’est une paire d’amis. Alors, ce genre de femmes, c’est comme un cuisinier qui se ferait engager alors qu’il déteste cuisiner !

Il est néanmoins clair qu’on ne naît pas frigide comme on naîtrait suédoise ou esquimaude : ça dépend du gars … Mais il n’en reste pas moins que si une femme refuse d’essayer de nouvelles choses, ce n’est pas honnête envers le couple et son partenaire. Les auteurs anciens disaient que pour qu’un couple marche, la femme doit faire ceci, et l’homme doit sacrifier son égoïsme…

En tout cas, je vois que le cas des hommes est pire : la plupart ne sont pas capables d’être en relation. En effet, leur éducation à la masculinité (voir « le secret de l’homme » ; ) les rend incapables d’aimer, de s’ouvrir, craignant l’intimité, la vulnérabilité, la tendresse (qu’ils prétendent dédaigner) !

De plus, avec le porno partout présent, ils se sont « entraînés » à fuir l’effort, le mariage ou la relation durable, les responsabilités – bref, une vie pleinement assumée d’homme et de père.

Pourtant, la plupart d’entre eux sont en relation … et profitent de tous ses avantages sans devoir donner aucune contrepartie !

Car les hommes célibataires sont bien plus sujets à la dépression que ceux en couple, et les hommes en couple vivent plus longtemps et en meilleure santé que les autres. Par contre, les femmes en couple sont plus sujettes à la dépression que les célibataires. On voit donc bien à qui le couple profite, malgré toute la désinformation & les mensonges qui circulent à ce sujet (pour faire tenir les femmes tranquilles).

Encore, jadis, il fallait « acheter la vache pour avoir le lait » ( = épouser pour pouvoir coucher) mais de nos jours, les femmes ont été entraînées à se contenter de presque rien, et elles donnent, et donnent … en échange de rien, du vide !

Et bien sûr, les qualités indispensables à une relation ne sont plus prônées, ni cultivées, comme avant, mais au contraire tues ou critiquées ; voici ce que j’en écrivais dans http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/ ;

Nos sociétés de consommation induisent exprès des croyances qui nous affaiblissent et nous nuisent – profit oblige ! – des croyances qui nous poussent à des comportements aberrants et créent invariablement souffrances, dysharmonie et ruptures.
Bref, tout va mal parce que c’est supposé aller mal ! En effet, à part le fait que « les gens heureux n’ont pas d’histoire », une personne heureuse en ménage et en famille… ne rapporte que peu, alors que des gens en état de besoin, ou en souffrance, seront prêts à tout (et surtout à dépenser sans compter) pour se sortir de leur misère !

Car enfin, qu’est-ce au juste qu’une relation ? Ce n’est pas partager le rôti-petit pois, c’est pouvoir s’ouvrir et être vulnérable, c’est partager son être intérieur ; ses peurs, espoirs, rêves, désirs, c’est dissoudre son ego pour former un seul être, & le sacrifier pour quelque chose de plus grand que soi.

Or, il faut bien constater qu’actuellement, 9 hommes sur 10 de faire ceci.

On peut penser que cette répression des émotions (tristesse, frustration, insécurité, amour) n’aura pas de conséquences…mais c’est faux ! La conséquence de cette répression, la voilà : https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/10/29/egalite-des-sexes-et-les-hommes/. Ou ceci : sur 71 serial killers – dit Laci Green – 70 sont des hommes. Ou ceci : La déprime des mâles : http://www.bonheuretamour.com/la-deprime-des-males/

Il est connu à présent que les hommes sont faibles, et c’est pour ça qu’ils développent une carapace… Quand on observe la façon dont ils vivent, on réalise que, malgré leurs affirmations (encore l’incohérence à l’œuvre), ce ne sont pas les femmes qui comptent, mais bien les autres hommes (ils savent très bien QUI a le pouvoir, sur cette planète !) et visent à « réussir » (une belle femme, un gros salaire, un titre prestigieux, la gloire, une grosse voiture & une grande maison) non pour épater les femmes, mais les autres hommes, car c’est ça qui compte à leurs yeux (voir le grand nombre de citations d’hommes disant qu’avoir ces choses, c’est bon, mais que ça ne leur procure aucun bonheur s’il n’y a pas d’autres hommes à qui le montrer).

Par ex, jadis, comme « status symbol » en imposant aux autres, il fallait une grosse femme, alors qu’actuellement, il faut une quasi anorexique blonde aux lèvres & aux seins surdimensionnés (malgré qu’on sait que les gars les préfèrent un peu enveloppées) …

Tout comme les chimpanzés, les garçons doivent « prouver » aux autres (par des actes dangereux et/ou criminels) qu’ils sont de vrais mecs, et méritent de faire partie du groupe. Les humains étant l’espèce la + grégaire au monde, les garçons sont prêts à tout pour se faire accepter & respecter, et non rejeter, mépriser ou maltraiter par les autres.

=>Conclusion : la femme ne sert trop souvent que de « faire-valoir », ou de défouloir, pour pouvoir survivre dans leur société de violence et de hiérarchie ! Comme dit le proverbe ; “la femme est l’arène où les hommes toréent leurs problèmes !”

Et voilà comment, en étant trop sot que pour voir où est leur intérêt (qui est d’avoir une relation durable), ils détruisent des relations avantageuses. Moi, j’évite les sots déraisonnables, car il n’y a pas moyen de discuter ou d’avoir le moindre effet sur un être dénué de raison ! Leurs actes stupides affectent leur vie & celle de leurs proches, et je n’ai pas envie de souffrir inutilement !

Voici comment Iyanla Vansant, une femme sage, définit les éléments indispensables à l’union ;

– une union des âmes,

– un partenariat spirituel,

– un but plus grand que les individus,

– une source de soutien qui aide à la croissance – ce qui implique d’affronter notre partenaire en cas de problème, de lui signaler ses failles et de ne pas tolérer ses manquements,

– une vision commune partagée faisant progresser l’Union – ce qui implique une base ou des principes fondamentaux et pas de « dealbreakers » (comme l’alcoolisme, la violence, l’immaturité, un attachement restant à la famille d’origine, …),

– un engagement envers Dieu, la famille & la communauté.

L’arrogance, le sentiment d’ »avoir droit », ruinent les unions où ces éléments manquent… Bref, s’ils en sont absents, on n’a pas REELLEMENT une union !

Femmes, avant d’accepter une relation, je vous recommande de lire ceci : http://www.bonheuretamour.com/de-la-femme-comme-jardin/ &

http://www.bonheuretamour.com/la-verite-sur-les-sexes-et-lamour/

et surtout, de vous souvenir que ce qui fait la différence entre un couple solide et un fragile, c’est l’engagement…

* love coaches ; mes inspirateurs : Andrew Aitken, Steve Harvey (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/01/20/s-harvey-le-couple/), Mat Boggs, David Langness, W. F. Harley, Mark Manson, John Gottman, Paul Zak, Ryan McKelley, Chaz Ellis, Matthew Hussey, Evan Marc Katz, Philip G. Zimbardo, bishop T.D. Jakes, père Louis Evely, Yvon Dallaire, Dr Kelly Flanagan, Larry Bilotta, Steve Bearman + (femmes) Laci Green, Iyanla Vanzant.

-A Dad’s Letter to His Son (About the Only Good Reason to Get Married) : http://www.huffingtonpost.com/kelly-m-flanagan/a-dads-letter-to-his-son-about-the-only-good-reason-to-get-married_b_4929360.html (Posted: 03/12/2014)

Il dit à son fils que la seule raison de se marier est d’éclairer tous les autres aspects de sa vie, y compris le sexe, car se marier pour être heureux, est le plus sûr moyen de devoir divorcer.

Un mariage devient bon quand 2 personnes acceptent la seule raison de se marier – qui est de pratiquer le sacrifice quotidien de leur ego.

Il dit que l’ego est la part de nous qui protège notre coeur et que chaque homme a, au fil du temps, appris à bâtir un mur autour de son coeur…mais qu’arrivé à l’âge adulte, ce mur ne sert souvent à rien et même, est nocif à l’union.

Si tu te maries (dit-il à son fils), tu dois t’engager au travail long et pénible de démandeler les murs de ton ego pour être ouvert & vulnérable.

Enfin, il lui dit que le secret d’une union heureuse est d’épouser quelqu’un qui accepte aussi cette seule bonne raison de se marier ; quelqu’un qui voudra aussi démolir son ego, qui sera plus fidèle à lui qu’à sa propre sécurité, qui accepte & aime la beauté du sacrifice, l’abandon de sa force et le danger de la vulnérabilité – c-à-d quelqu’un qui veut passer sa vie dans un amour fou & dangereux avec lui et seulement lui. (art. publié ds  DrKellyFlanagan.com).

-A Daddy’s Letter to His Little Girl (About Her Future Husband) : http://drkellyflanagan.com/2013/04/17/a-daddys-letter-to-his-little-girl-about-her-future-husband/

Le Dr Flanagan écrit qu’il a été étonné et fâché que la question la plus posée sur Google est « Comment garder mon homme intéressé » et que les réponses étaient toutes de conseiller aux femmes d’être sexy, intéressantes ( = pas trop bêtes ou ignorantes), de le servir (lui servir une bière, par ex) et de le faire sentir malin & supérieur.

Il s’insurge contre cette sottise & affirme que ce n’est pas le rôle d’une femme de « le garder intéressé », mais juste de savoir au fond d’elle-même qu’elle est digne d’intérêt ; que si elle sait ceci, elle sera intéressante – et aussi qu’elle doit cibler un compagnon qui saura qu’elle l’est et que donc, la seule chose qu’elle aura à faire pour qu’il reste intéressé par elle, est juste d’être elle-même.

Citations de Barbara de Angelis

Par défaut

B. de Angelis

-Vivre avec intégrité signifie : ne pas accepter moins que ce que vous savez mériter dans une relation, demander ce que vous voulez et avez besoin de la part des autres, dire la vérité, même si ça peut créer des conflits ou des tensions, avoir les comportements correspondant à vos valeurs personnelles, faire des choix basés sur ce que vous croyez et non sur ce que d’autres croient.

-L’amour est une force plus formidable que tout autre. Il est invisible – il ne peut pas être vu ou mesuré, mais il est assez puissant pour vous transformer en un instant, et vous offrir plus de joie que n’importe quelle possession matérielle ne le pourrait.
-Le véritable acte de mariage a lieu dans le cœur, pas dans la salle de bal ou à l’église ou à la synagogue. C’est un choix que vous faites – et pas seulement le jour de votre mariage, mais encore et encore – et ce choix se reflète dans la façon dont vous traitez votre mari ou votre femme.
-Au plus de connexions vous et votre amant avez, non seulement entre vos corps, mais entre vos esprits, vos coeurs et vos âmes, au plus vous renforcerez le tissu de votre relation, et au plus  vous vivrez de vrais moments ensemble.
-On ne perd jamais en aimant. On perd toujours en se réservant.
-L’amour et la gentillesse ne sont jamais perdus. Ils font toujours une différence. Ils bénissent celui qui les reçoit, et ils vous bénissent vous, le donateur.
-Les femmes en ont besoin de vrais moments de solitude et d’auto-réflexion pour équilibrer combien de nous-mêmes que nous donnons.
-Le mariage n’est pas un nom ; c’est un verbe. Ce n’est pas quelque chose que vous obtenez. C’est quelque chose que vous faites. C’est la façon dont vous aimez votre partenaire tous les jours.

-Les moments difficiles créent toujours des occasions pour vous faire vivre plus d’amour dans votre vie.
-Peu importe quel âge vous avez, ou ce que sont les circonstances de votre vie, vous êtes spécial, et vous avez quand même quelque chose d’unique à offrir. Votre vie, à cause de qui vous êtes, a un sens.
-Personne d’autre que vous n’a le  contrôle de votre bonheur ; par conséquent, vous avez le pouvoir de changer n’importe quoi que vous souhaitez modifier en ​​vous-même ou dans votre vie.
-Lorsque vous prenez un engagement envers une relation, vous y investissez votre attention et votre énergie plus profondément, parce que vous ressentez alors un sens de propriété de cette relation.
-Si vous n’êtes pas doué pour vous aimer vous-même, vous aurez dur à aimer quelqu’un, puisque vous ne supporterez pas le temps et l’énergie que vous donnez une autre personne et que vous ne vous donnez pas à vous-même.
– Le plus grand don de l’amour est son aptitude à rendre tout ce qu’il touche sacré.
-Au plus de colère envers le passé  vous portez dans votre cœur, au moins vous êtes capable d’aimer dans le présent.
-Ce qui nous permet, en tant qu’êtres humains, de survivre psychologiquement à la vie sur terre, avec toutes ses douleurs, ses drames, et ses défis, c’est un sens d’une mission et d’une signification.
-Nous avons besoin de trouver le courage de dire non à des choses et des gens qui ne nous servent pas, si nous voulons nous retrouver et vivre notre vie avec authenticité.
-Les hommes ne sont pas comme ils sont parce qu’ils veulent rendre les femmes folles ;  ils ont été formés pour être ainsi depuis des milliers d’années.  Et cette formation fait qu’il est très difficile pour les hommes d’être intime.
– Le cerveau de l’homme a plus difficile à passer de la pensée au sentiment que le cerveau d’une femme.
-Afin de faire l’expérience de la spiritualité de tous les jours, nous devons nous rappeler que nous sommes des êtres spirituels qui passent un certain temps dans un corps humain.
-Le moment entre ce que vous étiez autrefois, et qui vous êtes en train de devenir maintenant, est l’endroit où la danse de la vie se passe réellement.
-Ce n’est que quand notre conscience est totalement concentrée sur le moment où l’on se trouve, que l’on peut recevoir un cadeau, leçon, ou le bonheur quelconque que ce moment a à offrir.
– Les hommes sont tout aussi sensibles, et à certains égards, plus sensibles, que les femmes.
-L’amour est un choix que vous faites à chaque instant.

 

Rencontre, relation et mariage

Par défaut

Tous, on cherche l’amour, car c’est un besoin, et même le plus impérieux de tous !
Les femmes – qui visent toujours à se trouver le Prince Charmant ; c-à-d un homme ayant des valeurs. Elles demandent avant tout un homme honnête, fidèle et ayant de l’humour… L’ennui, c’est qu’elles ne suivent pas leurs critères ; alors, elles sortent alternativement avec un « bad boy » qui les excite mais les maltraite, et ensuite avec un « brave garçon » qui les ennuie… et le cycle recommence … Il donne même une idée du mouvement perpétuel, tellement il est courant et prévisible !
Ce qu’il y a de merveilleux quand on rencontre notre âme-sœur, c’est que tout coule de source, tout est évident… Aucun doute ne se présente, aucun malaise ; il ne faut pas se demander si on est fait l’un pour l’autre ou pas, cela apparaît comme une évidence… Il n’y a pas d’appréhension – de crainte que ça ne marche pas. Si l’on se pose la question, c’est que la question se pose !
Un couple, par ex, s’était rencontré sur le net ; ils avaient beaucoup communiqué par mail et un jour, le monsieur a invité la dame chez lui pour, le soir même de son arrivée, la demander en mariage… Elle a accepté et depuis, ils vivent heureux !
Il y avait chez les 2 un fort sentiment d’être enfin arrivés au port, de ne plus être tout seul, … Si puissante était cette évidence qu’ils se sont tous 2 mis à pleurer!
Dans ce genre de rencontre, comme je l’ai dit ailleurs, l’homme doit veiller à garder avec la dame un contact – chaque jour au début – parce que là, il s’agit pas d’entretenir la maison du couple ; il s’agit de le BATIR !
Au départ, on pense faire un choix rationnel, alors qu’on est en phase d’intoxication due à l’amour .. Et très vite, le poids de l’éducation, les préjugés, modèles et repères, ressortent … Si les 2 modèles divergent trop, ce que l’on considérait au début comme une qualité devient un défaut, et le couple éclate alors à ce stade.
Même si le couple arrive au mariage, cette notion est devenue plus « souple » que jadis, où chacun le voyait comme devant nécessairement ne finir qu’avec la mort d’un des 2.
Il y a l’épreuve du quotidien : il faut combattre la routine, faire ce qu’il faut pour garder l’amour vivant ! On ne se marie pas un jour ; on se marie chaque jour ; chaque jour, on doit se ré-engager envers l’autre !
Vraiment, l’union peut se comparer à une maison… pour qu’elle soit solide, il faut des fondations fortes.
Quelle est donc la fondation du mariage ? Eh bien, c’est que les 2 membres du couple prennent un engagement ; c-à-d qu’ils forment entre eux une alliance inconditionnelle affirmant qu’aucune circonstance (interne ou externe) ne pourra défaire l’union, qu’ils se raccrocheront l’un à l’autre pour les bonnes comme pour les mauvaises choses.
De nos jours, on tend à acquérir ou développer les aspects extérieurs des qualités nécessaires à l’union ; la résolution de conflits, … alors que si la fondation (l’engagement) manque, tout le reste est bien fragile.
Cet engagement doit être total, exclusif, continu et croissant.
La société, qui se sent menacée par le bonheur familial, tente sournoisement mais de multiples façons de le rendre impossible… Si, donc, on veut maintenir son couple, il faut savoir résister à la société ! Un couple solide exige que les 2 partenaires soient intelligents, bien informés et rebelles ! Mais quelque chose de plus que cela ; il faut qu’ils soient également religieux.
Revoyons ces 4 facteurs de base de l’engagement :
-Total : ça signifie que l’on restera avec l’autre, peu importe ce qui arrive entre les partenaires ou à chacun d’entre eux. S’il devient aveugle demain, ou ruiné, on sera là, en cas de dispute, on travaillera à se rapprocher à nouveau de notre conjoint, si tout va mal et qu’aucun des 2 ne voit ses besoins comblés, on restera quand même. Toujours, on croira que ça peut marcher, et on y travaillera, même contre toute vraisemblance.
Et quand tout va bien et est merveilleux, on se réjouirai de notre union et continuera à faire des efforts pour l’améliorer.
-Exclusif : c-à-d qu’on s’engage à laisser tomber tous les autres.
-Continu : c’est accepter que, comme tout change continuellement dans la vie, il faille accepter le changement de look et de nos sentiments, accepter de se ré-engager encore et encore envers notre partenaire, car l’amour est un choix, une décision, et ne peut se fonder sur des sentiments changeants et éphémères.
-Croissant : l’engagement doit évoluer, il mûrit et s’approfondit avec le temps ; il y a des morts, et des renaissances… Parfois, l’autre nous blesse, en sorte que l’union est marquée d’hostilité, de souffrance et de rancœur.
C’est là que capotent bien des couples ; ils n’ont pas su mûrir et transformer l’attirance des débuts en un amour adulte…
Beaucoup se sont laissés bouffer par la routine, en sorte que leur amour est mort, et qu’ils restent ensemble par habitude. Pour infuser un peu de souffle vital dans leur vie, ils ont recours à l’adultère – alors qu’ils devraient apprendre à communiquer, dire à l’autre leurs désirs, craintes, pensées et souhaits, et écouter ceux de l’autre, pour se rapprocher l’un de l’autre, se manifester tendresse et affection, …
Mais une corde faite de 2 fils ne tient pas ; pour qu’elle soit solide, il faut y joindre le fil de Dieu – l’Homme n’est généralement pas assez fort pour tenir ces 4 engagements seul…