Archives de Tag: énerver

PN & discussions délirantes

Par défaut

discussion PN3Quand on vit en famille ou en société, il est inévitable qu’il y ait des heurts, des dissensions, des divergences d’opinion, des disputes, car tout le monde n’a pas le même caractère, le même fonctionnement, le même avis …

Mais lorsque chacun est raisonnable, non-égoïste ou avide et agit honnêtement, n’importe quel problème est relativement vite résolu. Si l’on demande une faveur, comme par exemple un changement qui améliorerait les choses, l’autre partie comprend que c’est dans l’intérêt de tous (lui y compris) et l’accepte tout de suite (même s’il discute parfois des modalités de mise en pratique).

Bref, ce genre de différend se règle en 1/4 d’heure. Si ça dure plus longtemps, c’est en général parce que quelqu’un est têtu. Et quand le différend se prolonge pendant des heures, des jours ou des semaines, alors c’est que quelqu’un refuse de coopérer, recherche la confrontation et obstrue intentionnellement la résolution du problème.

Un PN n’est pas intéressé par une conversation constructive aboutissant à une solution bénéfique à tous ; il ne vise qu’à gagner.

Et comme le PN qui vit avec nous nous connaît, il sait exactement ce qui va nous faire réagir (ou exploser) ; c-à-d ce qui, pour nous, sont des « sujets sensibles » ; là, on est prévisible ; notre agresseur sait que nous allons « mordre à cet hameçon » & réagir à chaque fois de la même manière.

Et voilà comment on se retrouve à répéter les mêmes schémas encore & encore, à se laisser entraîner dans les mêmes disputes éternelles, à tenir durant des heures (souvent la nuit, du reste – car comme tout tyran, il sait que nous priver de sommeil nous affaiblit toujours plus) des conversations sans queue ni tête…

Croyez-moi ; il sait très bien ce que vous avez dit, il a très bien compris, et, il sait – mieux que vous ! – que vous êtes quelqu’un de bien, une personne gentille (pas besoin de vous justifier et d’essayer de le rassurer là-dessus non plus ; il sait bien ce qu’il en est !) & que vous l’aimez – simplement, il s’amuse comme un fou à vous mener en bateau jusqu’à épuisement, se nourrit de vos émotions & jouit de votre détresse !

Si l’on veut se libérer de ce rituel satanique, il faut commencer à être imprévisible. Comme le cinglé nous provoque exprès pour créer des disputes, afin de nous attirer dans ces vaines discussions rocambolesques, la seule façon d’y échapper est de faire l’inverse de ce qu’il (elle ) essaie de nous faire faire – qui est de se désengager et de cesser de réagir !

Après tout, vous n’accepteriez pas de perdre du temps à discuter avec des patients d’asile psychiatrique, non ? Eh bien, il est encore plus inutile de continuer à discuter avec un PN hostile & déraisonnable, qui ne sait dire que des absurdités & agir de façon irrationnelle (poussé par ses démons intérieurs).

Il faut cesser de vouloir éclaircir les choses, s’expliquer, se justifier, se défendre, ou de vouloir faire avancer les choses afin de résoudre le soi-disant problème – créé de toutes pièces par le PN & qu’il ne désire certes pas voir résolu (forcément, il n’y a que VOUS qui en souffrez !). Il faut savoir qu’amour n’est pas égal à intensité, mais à SERENITE, & comprendre enfin la nécessité d’avoir la paix et la tranquillité ! (j’en parle ici : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/26/si-cest-intense-ca-doit-etre-de-lamour/ ).

Tant que nous continuons à répondre au non-sens d’un PN, il gagne, tandis que quand on cesse de répondre & qu’on le laisse déraisonner tout seul, on gagne !

L’idée est de se détacher, de le laisser sans personne pour discuter avec lui … Ce n’est qu’un prêté pour un rendu, car lui aussi nous a souvent fait le coup de quitter la pièce ou même la maison au beau milieu d’une discussion.

Dès qu’il nous sort l' »amorce », c-à-d le sujet de discussion à fort potentiel émotif qu’il utilise pour nous appâter & nous attirer dans une de ces bonnes vieilles disputes à rallonges qu’il aime tant, il faut le reconnaître & partir !

Souvenez-vous : « Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre » ! Donc, vous avez beau vous creuser la tête (oh, comme j’ai fait cela !) à tenter de trouver le bon argument pour le convaincre de votre fidélité, de votre bonne foi, ou pour lui faire cesser ses cruautés à votre égard, jamais vous n’y réussirez, car on ne peut tout simplement pas convaincre quelqu’un qui REFUSE de comprendre – car cet être REJETTE l’amour, l’intimité, la vérité, la moralité, la nécessité de traiter les autres avec amour & respect !

C’est pour cela (pour s’épargner un surcroît de souffrances et de pertes d’énergie) que la victime doit s’entraîner à reconnaître le point où la discussion cesse d’être productive. Une règle générale est que ce point a été atteint quand vous vous retrouvez à répéter ou reformuler votre demande la 3ème fois.

Voilà où il faut S’ARRÊTER, choisir l’une des affirmations suivantes, puis la dire bien haut & PARTIR :

  • Nous ne faisons que tourner en rond. J’en ai assez.
  • Nous avons déjà discuté de cela, je ne vais pas continuer à ressasser !
  • Je prends cela comme un« Non ». Je vais devoir aller de l’avant et prendre d’autres mesures pour me protéger.
  • Je ne vais pas perdre plus de temps à ce sujet. Ce sont mes conditions. C’est à prendre ou a laisser.
  • J’ai pris ma décision et je ne vais pas en discuter plus avant !
  • On ne va nulle part avec cela. Je m’en vais.
  • Je ne vais pas me répéter encore une fois. Si on doit encore se revoir, c’est comme ça que ce sera !
  • Cette discussion ne va nulle part, donc j’y mets fin. Je raccroche maintenant. Ne me rappelle pas jusqu’à ce que tu sois d’accord de m’accorder ce que je demande.
  • Je t’ai dit ce dont j’avais besoin & c’est non-négociable. Soit tu fais ce que je demande, soit non. Quand tu m’auras dit ta décision, je te ferai savoir ma décision au sujet de la poursuite de cette relation.
  • Je ne peux pas l’expliquer mieux que je l’ai déjà dit. Si tu refuses de comprendre, alors il ne sert à rien de continuer à en discuter.
  • Je peux voir qu’on ne va pas se mettre d’accord sur ce point. Dis-moi quand sera prêt à faire ce que je te demande .
  • J’ai été tout à fait clair(e). Je n’ai plus rien à dire.

La chose essentielle à comprendre, c’est que les PN veulent de l’attention. N’ayant rien de positif à offrir, comme la bonté ou l’amour, qui pourraient persuader quelqu’un à s’intéresser à eux ou à sortir avec eux, ils manipulent pour obtenir une relation et une fois en relation, créent (comme de vraies « drama queens » qu’ils sont) des disputes artificielles, et vous forcent à ressortir vos arguments encore et encore, et encore…. à l’infini.

Ils agissent en sorte de vous bouleverser, pour que vous protestiez ou demandez pourquoi ils vous font ça …et, en peu de temps, vous voilà dans une discussion délirante qui durera des heures, ne mènera nulle part & vous mettra sur les genoux …

Et bien sûr, dans leur impudence, ils vous accusent en plus de l’avoir provoquée ! Le mien me bousculait (ça faisait mal) ou me violait, ou me trompait, et quand je voulais en parler, c’était moi qui étais une emmerdeuse, une créeuse de disputes (!) – & le pis, c’est que j’en étais venue à penser qu’il avait raison !

Donc, le PN nous exaspère d’une ou d’autre façon, il a une attitude prouvant qu’il se fiche de nous ou de la relation ou qu’il nous hait nous ou la relation – il se débrouille pour nous pousser à bout et SAIT que, malgré notre souffrance et notre désarroi, on va tenter d’arranger les choses, et c’est justement sur cette réaction-là qu’il compte !

Mais il faut briser ce schéma destructeur, être dur(e) & lui exprimer fermement que ça suffit, dire : « Ok, j’ai essayé. Je m’en vais. Bye !  » Et puis, REFUSER catégoriquement D’EN REDISCUTER : SORTIR, ou RACCROCHER LE TÉLÉPHONE !

Ce le fichera en rogne et il deviendra plus violent, puis tentera l’approche en douceur, pour (il faut s’y attendre) revenir mine de rien à l’ancienne méthode (bien obligé ; il DOIT nous tirer du sang, c-à-d des émotions, pour survivre).

A vous de voir si vous avez vraiment besoin de ça dans votre vie…(à mon avis, non).

Publicités