Archives de Tag: dépressif

L’ex-victime de PN est seul(e) & pauvre !

Par défaut

Pauvre & seule  Le pis que des parents PN implantent en nous, c’est de nous préparer à une vie d’abus & de maltraitances de la part du monde !

Etant l’enfant « bouc émissaire » de notre famille perverse, on en reste, une fois adulte, le « mouton noir », le « loseur ». Etant plus pauvre  » différent(e) « du reste d’entre eux, on n’est jamais invité(e) aux événements familiaux (sorties, dîners, anniversaires, mariages, …).

Les autres membres de notre « famille » (si on peut appeler ça de la famille) nous méprisent & on est, en fait, devenu(e) exactement ce que nos parents PN avaient prévu pour nous & avaient besoin que l’on devienne ; en nous faisant devenir un(e) «perdant(e) », ils sont sûrs de garder la position supérieure.

C’est hélas un fait : les ex-enfants boucs émissaires sont comme programmés pour rester des victimes toute leur vie.

En effet, on a pris l’habitude de se nier totalement soi-même pour, à la place, « sentir » les besoins d’autrui & les combler immédiatement – et bien sûr, éviter toute situation de conflit en cédant à tout !  Une ex-victime a énormément de mal à distinguer ses besoins, ou à oser les combler ou demander, ainsi qu’à oser s’exprimer ou contredire. Elle fait « profil bas », car elle a trop peur des conséquences de fâcher ou mécontenter autrui !

On dirait que je suis affublée d’un  « charisme négatif » ; quand je dis quelque chose, les gens agissent comme s’ils n’avaient pas entendu et il m’est très difficile de me faire des amis ou de me fâcher quand il le faut, parce que, dès ma plus tendre enfance, j’ai été « entraînée » à avoir mortellement peur de tout le monde.

Bien qu’en tant qu’adulte, je ne sois plus victime d’intimidation, les gens (TOUS – pas seulement ceux de notre famille)  sont poussés à nous rudoyer, à nous traiter comme un(e) arriéré(e), ils nous ignorent (comme si on n’existait pas), nous excluent des conversations, & nous « oublient » lors des augmentations ou des promotions au travail.

Et je ne parle pas des situations de détresse ; pour citer mon exemple, en plus de 50 ans, les flics, avocats, psys, assistantes sociales, médecins et infirmier(e)s d’hôpital ne m’ont jamais crue, prise au sérieux, défendue ou soignée ! – mais au contraire, m’ont moquée, injuriée, humiliée et punie d’être la cible d’êtres pervers & éhontés … Ils ont, en même temps, constamment soutenu mes bourreaux !

Comme dit ailleurs, un PN a investi du temps & de l’énergie pour vous « capturer » et s’assurer une abondante source d’approvisionnement narcissique. Mais il lui faut encore vous garder en son pouvoir – pour qu’il ne doive pas recommencer… Par conséquent, il doit vous affaiblir & vous isoler (ce qui vous affaiblit encore plus).

Un (ou des) parent(s) PN le font pour s’assurer un approvisionnement à vie : ils savent que, étant de la famille, vous aurez dur à totalement couper les ponts avec eux.

Pour vous isoler, ils vous humilieront en public (à CHAQUE fois que vous vous trouvez hors de la maison avec eux, en fait), au point que leur bouc émissaire n’osera inviter personne chez lui, et, plus tard, se faire des amis…sans compter que le parent le « salit » & détruit sa réputation partout, surtout chez ses amis et la famille.

Et personne ne soupçonne que c’est faux, car tout en racontant sur leur victime des choses qui la décrédibilisent, ou la font passer pour dingue & agressive, ils jouent la comédie des bons parents qui s’inquiètent pour leur « cher enfant » !

Si l’enfant se fait un nouvel ami, ses parents toxiques vont vite tenter de semer la zizanie entre lui et leur enfant, ou aller insinuer aux parents de ce nouvel ami que leur enfant est un voyou infréquentable.

Et si ça ne réussit pas, ils vont jusqu’à eux-mêmes se faire passer pour des gens dangereux, en sorte que les parents de l’ami, effrayés, interdiront à leur enfant de nous fréquenter.

Subissant les « piques », le mépris & les moqueries des voisins, des « copains d’école » et des profs, l’enfant bouc émissaire se renferme dans sa coquille pour se protéger et se coupe de ces humains si cruels…

Bref, tout ce qui leur reste dans la vie, ce sont leurs parents toxiques … Justement le résultat que ces mauvais voulaient obtenir !

Cet isolement pourrait cesser quand l’enfant grandit & quitte ce « nid » toxique, mais hélas, le pli est pris, en sorte que l’adulte ex-bouc émissaire continue à s’isoler ou à manquer de compétences sociales ; ayant été élevé par des êtres mentalement dérangés qui ne nous ont appris que des mensonges, on apparaît comme étranges aux autres (d’ailleurs, on se SENT étrange – étranger –  aux autres).

Les PN ne nous ont pas appris les choses utiles, car ils ne veulent pas qu’on vive dans le monde, mais bien dans leur monde – alors, il est fatal que la victime commette bêtise sur bêtise…& se prive ainsi des seuls éléments qui lui auraient permis de réussir sa vie : des amis et un job stable.

Isolée, sans argent (car dans ces conditions, il est dur de trouver ou garder un job), la victime peut faire l’erreur de se raccrocher à ses parents, car elle n’a personne d’autre vers qui se tourner.

C’est pour ça qu’il faut prendre conscience de ce qu’on a subi, qu’on en a nécessairement été marqué(e) et qu’il faut travailler sur soi pour en sortir.

En plus, les victimes courent le risque d’attirer un PN comme partenaire de vie – lequel nous fera revivre exactement les mêmes émotions (rejet, solitude, abandon, terreur, contrôle) que celles qu’on a vécues dans notre famille d’origine (à ce sujet, voir « Pourquoi le monde va-t-il mal, & nous aussi ? » https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/ ).

Ce PN, lui aussi, nous isolera pour nous affaiblir & se garder sa « source de nourriture » sous la main, toujours à disposition – et ce, en utilisant les mêmes tactiques que nos parents ; en contactant notre famille, nos amis (le peu qu’on en a) et même notre employeur et nos collègues, pour détruire notre réputation auprès d’eux… Et, si on a des enfants ensemble, il fera en sorte de les tourner contre leur victime !

Les adultes « normaux » peuvent compter sur une famille aimante et un cercle d’amis sincères, toujours prêts à les soutenir, & les conseiller, ils ont avec ceux-ci de longues conversations ou ils sortent ensemble ou partent en vacances, ou fêtent diverses occasions spéciales – Ceci leur donne le sentiment d’être membre d’une communauté, ce qui les rends forts et heureux.

L’ex-bouc émissaire d’une famille de PN n’a rien de tout ça (puisque tout le monde, même ses enfants, lui tourne le dos) ; il (elle) est seul(e), & en souffre souvent.

Les gens croient qu’il faut être dérangé pour n’avoir pas d’amis, mais c’est faux ; même s’il est vrai que certains tueurs en série vivent isolés, les PN ont une vie sociale & sont bien intégrés dans la société, puisqu’ils sont experts à fournir une image normale & sympathique d’eux-mêmes ! Bien sûr, ces gens-là (les personnes extérieures) ne pourraient jamais se douter de leur vrai visage – Leur côté taré et violent, ils le réservent à leur victime, derrière les portes fermées !

Ah, si seulement les gens pouvaient voir au-delà des apparences !

Et cela n’a rien d’étonnant ; un adulte ayant eu des parents pervers, a été saboté depuis le début, car ces êtres maléfiques VEULENT qu’on rate tout, ils veulent détruire totalement notre vie. Donc, tout ce qu’ils nous disaient étaient – exprès – des contre-vérités !

Par la suite, non seulement on souffre de plein de troubles bizarres, de timidité (manque de confiance en soi dû aux années d’insultes & de rabaissements), d’isolement (retrait social, manières bizarres), … mais en plus, quand on se lance dans un projet quelconque (amour, amitié, carrière), comme on ne sait que des faussetés, on manque à tous les coups : on a beau se donner à fond, on est comme la souris tournant dans sa roue ; elle aussi court très fort sans pour autant avancer d’un centimètre !

Mais un jour, la victime finit par remarquer que ses bourreaux, bien qu’ils prétendent l’aimer & se soucier de son intérêt, ont une attitude hostile envers elle, qu’ils tentent toujours de saboter ses relations ou son travail, et qu’elle se sent toujours mal en leur présence – et elle finit par se décider à couper le contact avec eux.

Au début, elle se sent bien de ne plus avoir ces vampires dans sa vie… mais elle se retrouve sans rien, sans personne… une vie qui ressemble à un désert.. et la victime a si soif d’amour !

En plus, elle voit constamment (dans sa vie ou à la télé) des gens bien intégrés, entourés d’amis amusants… et elle se sent encore plus seule, par comparaison… Cette solitude est vraiment très douloureuse.

Comme les victimes n’ont pas les compétences requises pour se « vendre » à un employeur ou pour se faire et garder des amis, ou pour choisir un partenaire de vie convenable, elles dépriment et courent se réfugier chez les seules personnes qui leur restent : leurs bourreaux !

Brrr ! Voilà une sombre perspective, non ? Est-ce que j’écris pour vous désespérer ? Hé non : plus on en sait, mieux on est armé pour les éviter & guérir – d’où cet article (& tous les autres).

Donc, rassurez-vous : cette vie solitaie et ratée n’est pas une fatalité. Mais alors, comment faire ? Comment avancer malgré tout ?

Si les ex-boucs émissaires ratent leur vie, c’est parce qu’ils se sont identifiés à ce qui leur est arrivé, oubliant que ça les rend négatifs.

Cette négativité, leur ôte tout courage pour faire qq chose de leur vie, attire plus de négativité (personnes & circonstances néfastes) dans leur vie… et font fuir les êtres sains !

En effet, les personnes saines (et ayant eu la chance d’avoir grandi dans une famille aimante, puis d’avoir rencontré un(e) partenaire aimant, fuient toute personne qui se plaint & se présente comme une victime ; ça ne les concerne pas, et ça les choque, les ennuie, ou les répulse.

Pour la victime, néanmoins, se désengager de sa propre histoire est très dur, parce que la société l’a déjà trahi(e) en la rejetant, en ne la croyant pas, en la maltraitant, l’excluant ou la punissant … Alors, surmonter tout ce qu’elle a subi, ça lui semble comme se trahir soi-même, et même comme l’ultime trahison ! (sans compter qu’elle est droguée aux peptides négatifs ; voir http://www.bonheuretamour.com/2015/06/11/traumatises-drogues/ ).

Au lieu de s’accrocher comme un noyé à son statut de victime (en gardant l’espoir utopique qu’un jour, la société lui rendra enfin justice), l’ex-bouc émissaire devrait se dire que, ce faisant, elle réalise le but des PN … et que réussir sa vie est, en fait, la meilleure revanche !

Se dire ceci : Il n’y a rien qui soit arrivé dans le passé, qui puisse vous empêcher d’être (dans le) présent maintenant (E. Tolle)

Mais pour ça, il faut CESSER radicalement de vous focaliser sur le(s) PN dans votre vie et combien il(s) est (sont) mauvais, et vous faire aider – Attention : il FAUT trouver un thérapeute qui ait LUI-MEME eu une expérience avec un PN, sinon, il ne vous croira pas, il pensera que vous êtes dingue & vous revictimisera davantage ! (voir : L’histoire du chat sauvage ; http://www.bonheuretamour.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/ ).

Son soutien vous sera précieux pour vous apprendre la vie, faire de meilleurs choix, & vous bâtir des limites saines pour ne plus vous laisser exploiter ou manquer de respect.

Si vous n’avez pas les moyens d’aller chez un thérapeute, je vous conseille de ( ! : sans vous focaliser sur le Mal) vous informer sur les PN ; on trouve de bons articles ou videos sur le Net (cet article, par ex 😉 ).

Quand vous avez balayé les sangsues de votre vie, c’est le moment, non de vous apitoyer sur votre sort, mais de réfléchir à ce que vous avez vécu, les conséquences que ça a dû avoir sur vous (vu votre sensibilité), les conclusions que vous en avez tirées sur la vie et votre place ici-bas, et surtout, sur les « leçons » que vous ont martelé vos parents PN – pour systématiquement les remettre en question (car ça ne fait que vous attirer des ennuis ou d’autres PN dans votre vie). Puis, songez au genre de vie que vous désirez & méritez.

Un tel bon thérapeute vous offrira l’environnement sécurisant qui vous donnera la force de commencer une nouvelle vie, d’agir autrement, de vous faire de nouveaux amis, ou défis, …

Cessez de raconter votre histoire à n’importe qui ; ne le faites qu’à des personnes que vous connaissez bien et dont vous êtes sûr(e) qu’ils sauront de quoi vous parlez – foin des « bons amis qui veulent vous aider » et qui ne savent rien de cette problématique, ou sont des PN eux-mêmes, ne faisant finalement que vous enfoncer davantage !

Protégez-vous.

Rejetez vos craintes d’y rencontrer un PN ; comme vous en savez plus à présent, vous les repérerez assez vite… ne laissez pas ces craintes vous empêcher de vivre enfin pleinement votre vie.

Cette solitude des victimes de PN est horrible : ils se sentent comme des naufragés sur une île déserte, ou comme prisonniers d’une bulle de verre, regardant la vie joyeuse des autres à l’extérieur, alors qu’eux sont coincés là.

Mais ce qu’il faut surtout faire, c’est arrêter de vous blâmer pour la stupidité de vos mauvais choix ; ce n’est PAS VOTRE FAUTE si vous ignorez les bases de la vie en société ! Si vous avez été élevé par un ou des parent(s) PN, ce sont eux qui vous ont appris des sottises sur comment va la vie, comment se faire respecter et comment faire des choix pour s’y épanouir. Donc, cessez tout de suite d’être dur avec vous-même : après ce que vous avez subi, ce que vous méritez, c’est d’être traité avec une douceur & tendresse extrêmes !

Sachant ceci, débutez une nouvelle vie, en osant petit à petit – à votre rythme.

Souvenez-vous : « il faut pousser nos peurs dans un coin, sinon, ce sont elles qui nous poussent dans un coin ! »

Cessez de vous soucier de l’opinion d’autrui (de toute façon, ils ne vous connaissent pas, & ignorent votre histoire) ou de comparer votre vie à la leur ; ça vous fait du mal.

Réfléchissez plutôt à vos atouts & talents ; en quoi êtes-vous doué ? Ca vaut la peine de creuser ce sujet, d’améliorer & pratiquer ce talent & tenter d’en vivre. Concentrez-vous sur votre nouvelle vie ; les débuts sont toujours difficiles, mais les nouveaux comportements deviennent de plus en plus faciles & naturels… menant à d’autres rencontres & opportunités. Et si vous retombez sur des êtres toxiques, vous savez à présent comment les fuir.

 

Publicités