Archives de Tag: coi

Action ou réaction

Par défaut

blatte

On sait qu’il vaut toujours mieux rester maître de soi, et que perdre les pédales nous met toujours en danger ou dans l’embarras – bref, ce n’est pas intelligent, car cela nous nuit.

J’ai même écrit sur comment on peut s’entraîner pour acquérir plus de maîtrise de soi (voir Sachez vous contrôler ! https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/06/29/sachez-vous-controler/ ).

Mais il me semble utile de vous faire comprendre pourquoi on « pète un câble ».

Pour agir intelligemment, il faut – à mon avis – toujours suivre l’excellent conseil du vieux chef indien : « quand tu te trouves dans une situation, reste coi et regarde autour de toi, pour voir dans quelle situation tu es. Puis, une fois que tu l’as vu, lèves-toi et agis avec courage ».

Voici une anecdote illustrant ceci ; un jour, dans un restaurant, un cafard arriva soudainement & se posa sur la blouse d’une dame. Elle se leva d’un bond et se mit à crier et à s’agiter en tous sens pour faire partir le cafard.

Sa réaction, bien entendu, se propagea à tous les gens qui étaient avec elle à table – car la panique est  contagieuse.  Finalement, elle réussit à repousser le cafard, qui fut propulsé sur une autre dame à une table proche.

Bien entendu, ce fut au tour de l’autre dame à se mettre à crier et à s’agiter, et à faire des vagues dans tout le restaurant.

Un serveur se précipita à leur secours. Et là, le cafard s’envola et vint se poser sur lui. Mais au lieu de paniquer, il resta maître de lui, observant le comportement du cafard sur sa chemise. Il le saisit alors entre ses doigts, se dirigea vers la porte et le jeta dehors.

On voit qu’un même événement peut générer des réactions totalement différentes, perturbant énormément certaines personnes et en laissant d’autres de marbre.

C’est dû au fait que ce n’est pas la cause d’une perturbation (ici, le cafard), mais l’incapacité des gens à gérer la perturbation, qui fait réagir les individus (ici, les 2 dames) de façon violente.
On peut étendre cette conclusion à toutes les choses qui nous perturbent (embouteillages, panne de voiture, criailleries de notre conjoint, notre patron, notre prof ou nos parents, …) ; ce n’est pas la perturbation elle-même qui nous offusque, mais notre inaptitude à la gérer.

Plus que le problème, c’est notre réaction au problème qui crée du chaos dans notre vie.
La leçon à en tirer est donc celle-ci : dans la vie, il ne faut pas être dans la réaction, mais dans l’action ; les femmes ont réagi au cafard, tandis que le serveur a agi (il a suivi le conseil du chef indien !).
Les réactions sont toujours instinctives alors que les actions sont toujours bien pensées, justes, adéquates et résolvent le problème ; elles donnent une meilleure vue des choses (à cause du recul), empêchent une situation de dégénérer, évitent les ruptures et les mauvaises décisions ( = les décisions prises en réaction à la peur, la colère, ou le stress).

On en revient à cet aphorisme de notre ami Lao Tseu : « la barque sur l’eau, c’est bien. L’eau dans la barque, tu coules »... – à méditer…

Publicités