Archives de Tag: céder

Les régimes sont nocifs !

Par défaut

mètre ruban

J’avais écrit sur les régimes cet article – http://www.bonheuretamour.com/2012/06/20/que-penser-des-regimes-minceur/) – pour montrer à quel point ils sont inefficaces.
Mais je crois qu’il faut aussi vous informer qu’ils sont carrément nuisibles à la santé ; dangereux !

Plusieurs études scientifiques ont montré que faire régime de façon chronique ou fréquente mène à une foule de carences en éléments nutritifs & favorise une prise de poids de rebond.

Voici les autres inconvénients des régimes :

Une perte de muscle :
Les muscles sont importants pour garder un métabolisme élevé & éliminer la graisse en brûlant des calories.

Le muscle – même au repos – consomme plus d’énergie que le gras. Voilà pourquoi il faut faire du sport : non seulement ça fait perdre des calories (dont du gras stocké) au moment où on le fait, mais même après (quand on ne fait rien ou qu’on dort), les muscles continuent à consommer du gras…

Durant un régime alimentaire faible en calories, le corps ne reçoit généralement plus assez de protéines pour maintenir sa force & comme c’est alors du muscle qui est brûlé pour fournir de l’énergie, les calories que vous avalerez seront stockées sous forme de… graisse (!). Pas vraiment le but visé, non ?
« Outremangeage » réactionnel
Pour surmonter l’envie de céder aux fringales ou aux aliments interdits durant votre régime, vous aurez besoin d’une grande quantité de volonté. L’ennui, c’est que la volonté est une chose éphémère.

Les « envies » ou « fringales » sont du reste le moyen qu’emploie notre corps pour se sauver de ce qu’il perçoit comme de la famine et de la malnutrition. Face à un régime continu, notre corps génèrera sans cesse des fringales, jusqu’à ce qu’elles dépassent notre volonté et qu’on ne puisse plus les ignorer… et alors, tel un barrage qui cède, on se jette sur la nourriture – surtout sur les aliments gras ou sucrés ! – et on se bourre littéralement (avec de terribles conséquences sur le poids… & le moral !) ; on n’a plus de limites, puisqu’on les a niées (= on a nié les signaux de notre corps) en commençant un régime…
Une carence en graisses

Bien que les régimes faibles en gras soient à la mode depuis des décennies, les graisses saines dans les aliments comme la viande, le poisson, les œufs, les avocats, et les noix & graines sont absolument nécessaires à la santé. Je rappelle que le cerveau est fait à 40% de gras, et qu’il a absolument besoin de graisses pour fonctionner !

La graisse enveloppe les organes, comme chaque cellule du corps, et est nécessaire aussi pour la production d’hormones & l’absorption des vitamines A, D, E & K. Les régimes à faible teneur en matières grasses tendent à être les plus riches en glucides, donc ceux liés aux maladies cardiaques, au cancer et à bien d’autres maladies.
Une carence en protéines
Les acides aminés dérivés de protéines sont utilisés pour produire de puissants produits chimiques améliorateurs d’humeur comme la sérotonine et la mélatonine, lesquels nous fournissent un sentiment de bien-être et un sommeil réparateur. Lorsque l’on consomme trop peu de calories et d’acides aminés, la carence en sérotonine mène à une faible estime de soi, créant un cercle vicieux de poursuite de nouveaux régimes pour se faire sentir mieux.

Une autre caractéristique de la carence en sérotonine, l’obsessivité, est liée au développement de troubles de l’alimentation.
Une carence en éléments nutritifs
Les régimes à faible teneur en calories sont faibles en macronutriments (lipides, protides & glucides) et en micronutriments (vitamines et minéraux). Un symptôme de carence en vitamine B1, par exemple, est une perte d’appétit, tandis que la carence de zinc minéral s’exprime à la fois par une perte d’appétit et par une absence de plaisir à manger des aliments sains (fruits & légumes), à moins qu’ils ne soient très goûteux ; sucré, salé ou épicé. Un appétit affaibli peut en outre aisément mener à l’anorexie.
Des addictions
Si l’on ne consomme pas suffisamment de nourriture pour alimenter correctement notre corps, on sera immanquablement tenté de se tourner vers des sources non alimentaires d’énergie, comme la nicotine, la caféine et/ou les amphétamines. Ces stimulants nous dynamisent … mais en épuisant nos glandes surrénales. D’autres préfèrent utiliser des produits diététiques contenant des édulcorants artificiels, à la fois inefficaces, nocifs (cancérigènes) & addictifs. On a recensé 92 problèmes induits par la prise d’aspartame ; par exemple des migraines, des vertiges, des attaques de panique, des éruptions cutanées, des nausées & des angoisses.

Un gain de poids 
En plus de tous les effets néfastes cités ci-dessus, les régimes ralentissent le métabolisme. En effet, durant un régime, le corps abaisse les niveaux de l’hormone thyroïdienne T3, qui régule le métabolisme. Faire fréquemment régime en aggrave l’effet, ce qui rend toute perte de poids durable quasiment impossible !

Sachant ceci, j’espère que vous renoncerez à tout jamais à un soi-disant « moyen de maigrir » qui au final, vous fait grossir et en plus, vous expose à de graves maladies !

Publicités

L’homme devrait respecter sa femme, son couple & l’amour

Par défaut

lave-vaisselle Cet article (https://mustbethistalltoride.com/2016/01/14/she-divorced-me-because-i-left-dishes-by-the-sink/), où un homme dit que sa femme l’a quitté car il laissait traîner son verre dans l’évier, m’a rappelé qu’en général, l’homme ne réalise pas la tâche écrasante que représente la tenue d’un ménage et que ça détruit le couple (voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/12/16/la-pente-fatale-du-couple/).

Ca a l’air d’un gag, mais ça montre que ce sont les petites choses qui importent en couple, car ce sont elles qui montrent si l’on se soucie de l’autre & de ses sentiments ou pas. Comme l’a dit Dr Phil, il est impossible d’être neutre dans une relation – alors, soit on y contribue, soit on l’abîme.

Laisser traîner ses affaires partout, montre qu’on se fiche des sentiments de l’autre, ce qui abîme la relation. Et chaque incident l’abîme de plus en plus, tel un acide qui dissoudrait peu à peu une corde… jusqu’à ce qu’elle casse ! Le gars qui a raconté son histoire dans cet article pensait que ce n’était qu’un détail, mais ce « détail » l’a mené droit au divorce !

Il aurait pu prendre quelques minutes de son temps pour aider, ce qui aurait évité des disputes (& chaque dispute ronge une relation) et fait que sa compagne se sente entendue & respectée, mais non ! Il préférait lui laisser ce boulot supplémentaire sur le dos (& Dieu sait que les femmes sont déjà submergées de travail) et se disputer à ce sujet… ce qui a mené à une vie ensemble chaotique, à la perte de l’amour et finalement, au divorce.

il voulait être respecté par sa femme « comme ça », sans raison. Il n’avait pas pigé que le respect, ça se gagne, et qu’il l’aurait gagné justement en la respectant aussi, et en allégeant sa charge de travail !

Et en plus de tout son boulot, la femme doit encore dire à l’homme ce qu’il doit faire, tout le temps ! Ceci est épuisant (à la limite, on a plus vite fait de faire le truc soi-même), humiliant (car il est humiliant de demander, mais surtout, « dérespectisant », car on est alors obligée d’entrer dans le rôle de « gendarme » ou de mère …alors que l’homme est censé être notre égal, et se conduire en adulte, et non en enfant à qui il faut tout dire …

Et c’est le plus grand tue-l’amour qui soit, car QUI veut faire l’amour avec un gosse gâté, profiteur, irrespectueux & fainéant ?!

Quand je pense que tous ces mongoliens de conseillers conjugaux qui disent aux femmes : « Mais il ne peut pas deviner ce que vous voulez : vous devez demander ! » Eeeeh non, tas de crétins ! Si on doit demander, tout est fichu ; ça ne compte pas… car l’amour est comme un compte en banque (voir : http://www.bonheuretamour.com/2013/06/29/lamour-est-comme-un-compte-en-banque/) où chaque partenaire doit sans cesse aller déposer des « points d’amour », tout seul !

Et pour ça, l’homme doit (je traduis tel quel ce que cet homme dit) appliquer toute son intelligence & aptitudes d’apprentissage à la logistique de gérer la vie quotidienne & le ménage. Sa femme s’attend à ce qu’il comprenne toutes les choses qui doivent être faites, & crée un plan pour gérer ces tâches.

Il y avait un tas de raisons pour lesquelles il laissait traîner ses verres.. et UNE seule raison pour laquelle il aurait dû le mettre au lave-vaisselle ; c-à-d pour montrer qu’il l’aime & la respecte, et que c’est vraiment important pour elle.

Il a pigé, mais trop tard, que laisser la vaisselle traîner, ça la blesse car c’est comme s’il lui disait : « Hé, je me fous de ce que tu penses, ou veux, ou ressens, et de te faire du travail en plus. Ne pas prendre 4 secondes pour mettre mon verre dans le lave-vaisselle est plus important pour moi, que tu ne l’es. »

D’ailleurs, il ne doit pas comprendre pourquoi elle tient tant à cela, mais juste qu’elle y tient et que donc, faire ce qu’elle demande, est la preuve qu’il se soucie d’elle.

La femme demande, comme preuves d’amour, de petites attentions, comme par ex, mettre son linge sale dans le panier, se frotter les pieds pour ne pas salir le sol qu’elle s’est fatiguée à laver, se charger de choses concernant les enfants pour qu’elle puisse « souffler » un peu, …

Mais non : Monsieur préfère se battre pour le droit de laisser traîner la vaisselle. Il pense « Merde ! Je travaille dur, j’ai fait des sacrifices pour toi, et tu oses me faire une scène pour ce malheureux verre qui traîne ?! Tu viens crier pour des petits détails comme ça, alors que je fais de grandes choses pour nous faire vivre (& pour lesquelles tu ne dis même pas merci). Quelle mesquinerie ! Quel sale caractère ! T’as qu’à le mettre toi-même au lave-vaisselle ! D’ailleurs, je l’aurais bien fait, mais plus tard – on n’est pas à une minute près ! Il n’est pas question que je me soumette à ta dictature ! »

L’homme voudrait que la femme accepte de prendre du recul & de voir que se fâcher pour un tel petit détail est irrationnel, que personne ne remarquera que ce verre n’est pas rangé. Il se dispute parce qu’il pense avoir raison ; c’est quand même vrai qu’un verre sale est moins important que l’harmonie, & sa femme a donc tort de se fâcher.

Il croit qu’elle crée une dispute pour un stupide verre, et qu’elle ne veut que le contrôler, tandis qu’elle pense qu’elle se bat pour son amour, et pour être entendue & respectée.

L’homme aurait raison si la femme créait une dispute à propos d’un verre, mais ce n’est pas du tout pour ça qu’elle lutte ; elle lutte pour la reconnaissance de ce qu’elle fait, le respect, la validation, le sentiment de sécurité & son amour.

Et quand son homme laisse traîner la vaisselle, elle sent qu’il ne l’aime pas, ou se préfère à elle, qu’il a encore un « moi » (donc, n’est pas dans le « nous » de l’union), qu’il n’est pas un « associé » et qu’elle ne peut lui faire confiance… il n’y a pas moyen de vivre avec quelqu’un qui « joue pour lui-même » tout en profitant des avantages de l’union.

L’ennui dans tout ça, c’est ceci : on peut dire à un homme (une fois, 10 fois, ou 1 million de fois) quelque chose qui n’a pas de sens pour lui, jamais il ne le pigera ! Car, si on inversait les choses, lui s’en foutrait, du verre qui traîne. Alors, il ne voit pas pourquoi ça blesse sa femme, et il pense qu’elle ne DEVRAIT PAS en souffrir ! Il se dit qu’elle n’a pas le droit d’en être blessée – puis d’utiliser ça comme arme contre lui – car c’est injuste. Moi, pense-t-il, je ne me fâche pas quand elle fait des choses que je n’aime pas. Elle choisit EXPRES de se sentir blessée !

Quelle stupide & déplorable mentalité ! D’abord, si tout le ménage reposait sur leurs épaules, on verrait s’ils se ficheraient d’affaires qui traînent ! Ensuite, quand on a choisi de passer sa vie avec quelqu’un, c’est notre plaisir de faire ce qui plaît à l’autre, et non une corvée.

L’amour est un acte – jour après jour, non un sentiment (car les sentiments fluctuent).

Si les hommes comprenaient que les situations de verres qui traînent (qui les laissent froids), blessent profondément & effrayent leur compagne, les choses changeraient.

Hélas, plus la femme lui explique, plus l’homme prend ça pour « faire une tempête dans un verre d’eau » et tenter de le contrôler, et donc, plus il se fâche. Et plus il l’accuse d’avoir sale caractère et de détruire l’harmonie en faisant des scènes pour des petites choses sans importance, plus elle est blessée.

L’homme devrait comprendre que dans toute relation basée sur les sentiments ( = amour ou amitié), il faut l’égalité, donc, il n’y a pas question de pouvoir, et aussi, de prêter de mauvaises intentions à sa femme ! Non ; dans la majorité des cas, elle ne vise pas à le contrôler – au contraire !

Un couple est fait de sentiments, donc, si l’un dit sans cesse à l’autre que ses sentiments sont incongrus, stupides ou infantiles, le couple est fichu (même s’ils sont effectivement ainsi). Mais si l’on se soucie de son (sa) partenaire, on se soucie de ses sentiments, même si l’on se fiche de ce qui les a générés.

Alors, chaque fois que ce gars disait à sa femme qu’elle ne devrait pas s’énerver pour des détails, il lui envoyait le message qu’il se fichait de ses sentiments & d’elle-même.

Il ne s’agit pas de devenir l’esclave de l’autre et de sauter comme il (elle) siffle, mais l’union est un partenariat, ou les 2 rament dans la même direction et donc, tenter de gagner sur l’autre, ou de prouver qu’on en fait plus, lui nuira.

Actuellement, les divorces & ruptures sont plus nombreux que les unions durables – d’abord, à cause du mythe de l’amour romantique (http://www.bonheuretamour.com/2016/06/05/a-bas-le-romanesque/) ou de l’inconscience (

http://www.bonheuretamour.com/2016/06/29/union-les-choix-foireux/) ou de nouveaux mythes New Age, du genre ; une relation saine ne doit pas exiger qu’on sacrifie quoi que ce soit.

Cette assertion est une sottise ; une relation saine exige un travail continu et des compromis pour durer, ainsi que des sacrifices, et avant tout celui de notre ego (voir : http://www.aufeminin.com/news-societe/un-pere-revele-a-son-fils-l-unique-bonne-raison-de-se-marier-et-ca-n-est-pas-du-tout-celle-que-l-on-pense-s348971.html).

L’article de ce divorcé a suscité des milliers de commentaires, et l’on peut voir que tous les hommes ressentent ce qu’il sentait ; c-à-d que sa femme est une virago qui tentait de le contrôler, et qu’ils n’ont pas à céder… On comprend pourquoi la plupart des unions vont mal ; c’est parce que ces messieurs refusent de fondre leur ego dans le couple !

Au lieu de ça, ils défendent férocement leur virilité, leurs droits, leur individualité et refusent de céder, de renoncer au moindre de leurs caprices… C’est navrant !

Un conjoint, quand son ou sa partenaire lui dit que quelque chose le blesse, devrait cesser de le faire, sinon, c’est de la cruauté. Le(la) partenaire de devrait pas avoir l’impression de crier dans le désert pour se faire entendre ou respecter.

La femme qui demande que son homme mette le verre dans le lave-vaisselle ou sorte la poubelle ou laisse tomber son jeu video, n’est pas abusive (elle ne viole pas ses droits) & voir ceci (qui profite au couple) comme un abus et une violation de ses droits, indique qu’on n’est pas prêt à être en couple !

La relation entre les 2 membres du couple est comme un enfant, qui se nourrit de leur amour mutuel, & cet amour se traduit par de la bienveillance, c-à-d des attentions, de la sollicitude. Sans cela, cet « enfant » est malingre & meurt bientôt de faim (détails ici : http://www.bonheuretamour.com/2012/11/18/la-relation-est-le-1er-enfant-dun-couple/ & ici : http://www.bonheuretamour.com/2013/12/14/les-causes-du-desamour/ ).

Voici ce que chacun devrait comprendre – et les femmes, savoir ceci : http://www.bonheuretamour.com/2012/05/10/de-la-femme-comme-jardin/

Citations de Shams Tabrizi

Par défaut

Shams Tabrizi Persan du XII – XIIIè siècle – il fut le maître spirituel de Rumi

Rendre les armes n’est pas une faiblesse.  Au contraire, c’est une force. Celui qui cède cesse de vivre dans l’eau bouillante et commence à vivre dans un endroit sûr.

Il n’est jamais trop tard pour se demander « Suis-je prêt à changer ma vie, suis-je prêt à me changer ? ». Peu importe notre âge, peu importe tout ce que nous avons traversé, il est toujours possible de renaître. Si chaque jour est une copie du dernier, quel dommage ! Chaque souffle est une chance de renaître. Mais pour renaître à une vie nouvelle, il faut mourir avant de mourir.

Une vie sans amour est un gaspillage. « Devrais-je chercher l’amour spirituel ou matériel, ou l’amour physique ?» Ne vous posez pas cette question. La discrimination mène à la discrimination. L’amour n’a pas besoin de nom, de catégorie ou de définition. L’amour est un monde par lui-même. Soit vous êtes dedans, au centre … soit vous êtes dehors, en train d’y aspirer.

La chimie de l’esprit est différente de la chimie de l’amour. L’esprit est prudent, méfiant, il avance peu à peu. Il conseille  « Sois prudent, protège-toi » alors que l’amour dit : « Laisse –toi aller ! » L’esprit est fort, il ne tombe jamais alors que l’amour se blesse, tombe en ruines. Mais n’est-ce pas dans les ruines que l’on trouve généralement les trésors ? Un coeur brisé cache tant de trésors.

La joie est comme une pure eau claire ; où qu’elle coule, de merveilleuses fleurs poussent … le chagrin est comme un noir déluge ; où qu’il coule, il fait faner les fleurs.

L’univers entier est résumé dans l’être humain. Le Diable n’est pas un monstre attendant pour nous piéger, il est une voix à l’intérieur. Recherchez votre diable en vous, pas dans les autres. N’oubliez pas que celui qui connaît son diable, connaît son Dieu.

Ce monde est comme une montagne. Votre écho dépend de vous. Si vous criez de bonnes choses, le monde (vous) les renverra. Si vous criez de mauvaises choses, le monde (vous) les renverra. Même si quelqu’un dit du mal de vous, dites du bien de lui. Changez votre coeur pour changer le monde.

Il faut vivre avec les gens dans l’hypocrisie pour qu’ils restent contents de vous.

La patience n’est pas de s’asseoir & d’attendre, mais de prévoir. Qu’est-ce que la patience signifie ? Cela signifie de regarder l’épine et de voir la rose, de regarder la nuit et voir l’aube. L’impatience signifie d’être myope en sorte de ne pas pouvoir voir le résultat. Les amoureux de Dieu ne manquent jamais de patience, car ils savent que le temps est nécessaire pour que le croissant de lune devienne plein.

Soyez reconnaissant ! Il est facile de remercier après avoir obtenu ce que vous voulez, remerciez avant d’avoir ce que vous voulez.

Nous ne pouvons apprendre et progresser qu’avec des contradictions. Le croyant intérieur doit rencontrer le douteur. Le douteur doit rencontrer le croyant. L’humain avance lentement et devient mûr quand il accepte ses contradictions.

Un bon homme ne se plaint de personne ; il ne cherche pas les fautes.

Pour se rapprocher de la vérité et du juste, il faut un coeur beau et doux.  Chaque être humain apprend un jour ou l’autre à devenir plus doux. Certains accidentellement, certains à cause de la maladie, certains souffrent de pertes humaines, d’autres d’une perte matérielle … Nous sommes tous confrontés à ces situations, mais on peut soit voir le bon en elles et ouvrir notre cœur, ou malheureusement, y voir une nouvelle occasion de le verrouiller à jamais.

Il y a plus de faux guides et enseignants dans le monde que d’étoiles. Le véritable guide est celui qui vous fait voir votre beauté intérieure, pas celui qui veut être admiré et suivi.

Ne vous inquiétez pas à propos des astuces et des tricheurs. Si certains tentent de vous piéger et de vous blesser, Allah les piège également. Les creuseurs de trous tomberont toujours dans leurs trous. Aucun mal ne demeure impuni, et aucun bien ne reste sans être récompensé, donc ayez foi en la justice et laissez le reste être.

Le passé est un brouillard sur notre esprit. L’avenir ? Un rêve total. Nous ne pouvons ni deviner ni l’avenir, ni changer le passé.

Quand tout le monde tente d’être quelque chose, soyez rien. Visez la vacuité. L’humain devrait être comme un pot. Comme le pot tient par son vide intérieur, l’homme tient par la conscience de son néant.

On apprend en lisant, mais on comprend par l’amour.

La quête de l’amour nous transforme. Il n’y a aucun chercheur, parmi ceux qui cherchent l’Amour, qui n’ait pas mûri sur le chemin. Au moment où vous commencez à rechercher l’amour, vous commencez à changer en dedans et en dehors.

Il est facile d’aimer la perfection. La difficulté consiste à aimer l’humain avec son bon et son mauvais. On connaît principalement autant que l’on aime. En n’aimant que Dieu, mais pas ses créatures, on ne peut jamais vraiment savoir, ni vraiment aimer.

Si l’être humain est une créature fière et digne, il ne devrait pas oublier d’agir de cette façon, même s’il tombe, même si le monde entier est contre lui, même s’il finit comme esclave.

Rien ne tue l’âme qui commande au mal comme de voir la beauté du cœur.

Si vous regardez autour de vous, vous pouvez trouver un visage de Dieu dans chaque chose, car il n’est pas caché dans une église, dans une mosquée ou une synagogue, mais partout.

Celui qui Le trouve, reste pour toujours avec lui.

La vraie saleté n’est pas au dehors, mais au dedans, dans notre coeur. Nous pouvons laver toutes les taches avec de l’eau. La seule que nous ne pouvons pas ôter est la rancune et les mauvaises intentions qui collent à notre coeur.

L’univers est une entité unique, complète. Tout et tout le monde est lié avec des fils invisibles. Ne brisez le cœur de personne ; ne regardez méprisez pas plus faible que vous. La peine de quelqu’un à l’autre bout du monde peut faire souffrir le monde entier ; son bonheur peut faire sourire le monde entier.

Vous pouvez étudier Dieu par tout et tout le monde dans l’univers, parce que Dieu n’est pas confiné dans une mosquée, une synagogue ou à l’église. Mais si vous avez toujours besoin de savoir exactement où il réside, il n’y a qu’un seul endroit où le chercher : au cœur d’un véritable amant.

La plupart des conflits et des tensions sont dues à la langue. Ne portez pas autant d’attention aux mots. Dans le pays de l’amour, la langue n’a pas sa place. L’amour est muet.

Le chemin vers la Vérité est un travail du cœur, pas de la tête. Faites de  votre cœur votre guide principal ! Non votre esprit. Rencontrez, défiez et finalement vainquez votre égo avec votre cœur. Connaître votre ego vous mènera à la connaissance de Dieu.

Si les parties sont toujours en évolution, l’ensemble reste le même. Un homme bon mort est remplacé par un homme bon, un mauvais homme mort est remplacé par un homme mauvais. Bien que l’ensemble reste le même, chaque jour est différent.

Si vous attendez le respect des autres, montrez-en d’abord à vous-même. Vous ne pouvez pas attendre des autres ce que vous ne donnez pas à vous-même.

Celui qui vit comme il l’entend ne veut pas mourir comme il l’entend.

Retirez tous les murs et les rideaux de sorte que vous pouvez vous rapprocher et juste aimer. Ayez des principes, mais ne les utilisez pas à exclure ou à juger les autres. Restez loin des idoles, spécialement de celles que vous avez bâties avec vos propres principes. Ayez une foi puissante, mais ne jouer pas le puissant.

Il est vain d’essayer de savoir où le chemin mène. Pensez seulement au 1er pas, le reste viendra tout seul.

L’amour est un Voyage. Tous les voyageurs, qu’ils le veuillent ou non, sont changés. Personne ne peut voyager dans l’amour et rester le même.

L’éternité ne signifie pas un temps infini, mais simplement intemporalité. Si vous voulez faire l’expérience de l’illumination éternelle, mettez le passé et l’avenir hors de votre esprit et restez dans le moment présent.

Peu importe ce que les gens vous appellent, vous êtes juste qui vous êtes. Accrochez-vous à cette vérité. Vous devez vous demander comment est-ce vous voulez vivre votre vie. Nous vivons et nous mourons, voilà la vérité que nous ne pouvons affronter que seul. Personne ne peut nous aider. Donc pensez-y bien, qu’est-ce qui vous empêche de vivre de la façon dont vous voulez vivre votre vie ?

Soyez sûr qu’un jour vous louerez et remercierez Dieu pour vos prières sans réponse comme jadis vous avez pleuré pour elles.

L’intellect vous amène à la porte, mais elle ne vous fait pas entrer dans la maison.

Où que vous alliez, est, ouest, nord ou sud, pensez à cela comme à un voyage en vous-même ! Celui qui voyage en lui-même, parcourt le monde.

Il peut y avoir un défaut chez un homme qui dissimule 1000 qualités, ou une excellence qui dissimule 1000 défauts.

Ne cherchez pas le ciel et l’enfer dans l’avenir. Les 2 sont présents maintenant. Chaque fois que nous parvenons à aimer sans attente, calculs, négociations, nous sommes en fait au paradis. Chaque fois que nous nous battons, ou haïssons, nous sommes en enfer.

Les mots que nous utilisons pour le Créateur sont un reflet de nous-mêmes. Si nous pensons à Dieu en tant que peur et honte, nous avons peur et avons une chose dont on doit avoir honte … Mais si nous voyons l’amour, la compassion et la bonté, c’est parce que nous possédons ces qualités.

Au lieu de résister aux changements, rendez-vous. Que la vie soit avec vous, pas contre vous. Si vous pensez «Ma vie sera à l’envers », ne vous inquiétez pas. Comment savez-vous si le bas n’est pas meilleur que le haut ?

Quoi qu’il arrive dans votre vie, peu importe combien dérangeantes les choses peuvent sembler, n’entrez pas dans les parages du désespoir. Même si toutes les portes sont restées closes, Dieu ouvrira une nouvelle voie juste pour vous. Soyez reconnaissant ! Il est facile d’être reconnaissant quand tout va bien. Un soufi est reconnaissant non seulement pour ce qu’il a reçu, mais aussi pour tout ce qui lui a été refusé.

Vous pouvez être tout dans la vie, mais la chose importante est d’être une bonne personne.

Pour qu’un nouveau moi naisse, la difficulté est nécessaire. Tout comme l’argile doit passer par une chaleur intense pour devenir solide, l’amour ne peut être perfectionné que dans la douleur.

Si vous êtes outragé, si vous êtes accusé, s’ils cancanent à votre sujet, ne dites rien de mal. Ne soyez pas celui qui voit la honte, soyez celui qui la corrige.